Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19BibliothèqueGérard Cholvy, Marie-Benoît de Bo...

Bibliothèque

Gérard Cholvy, Marie-Benoît de Bourg d’Iré (1895-1990) – Un fils de saint François « Juste des nations »

Paris, Cerf, 2011,420 p.
Dominique Trimbur
p. 202-203
Référence(s) :

Gérard Cholvy, Marie-Benoît de Bourg d’Iré (1895-1990) – Un fils de saint François « Juste des nations », Paris, Cerf, 2011,420 p.

Texte intégral

1Gérard Cholvy retrace dans cet ouvrage l’itinéraire d’un personnage d’exception, le Capucin Benoît-Marie de Bourg d’Iré. Exceptionnel, il l’est par sa longévité et par un parcours très rempli et diversifié, au confluent entre engagement spirituel et temporel, avec pour cette personnalité qui aurait pu rester dans les limites conventuelles la découverte de réalités et de défis intrinsèques aux époques troublées qu’il traverse.

2Le Capucin a pour le moins deux vies : l’une avant, l’autre après la Deuxième guerre mondiale et la Shoah. Son itinéraire initial ressemble à celui de bien des religieux : famille et environnement catholiques traditionnels, contexte de la Séparation, formation à l’étranger du fait de l’expulsion des ordres et congrégations, réponse à l’appel de la patrie et enrôlement dans les services sanitaires au cours de la Première guerre mondiale et premiers contacts avec un monde divers, carrière d’enseignant et d’intellectuel au sein de l’ordre dès la sortie du conflit. Des capacités remarquées l’extraient toutefois d’une destinée conventuelle classique, puisque l’ordre le nomme à Rome dès les années 1920. C’est dans la Ville éternelle qu’il renforcera son bagage intellectuel (théologique – connaissances bibliques – et philosophique – spécialisation médiévale) et approchera les personnes (Maritain, Lagrange, entre autres) et les idées qui le guideront plus tard (proximité avec le catholicisme social). Sa carrière d’enseignant et de lecteur critique (hormis des recensions savantes, il n’est l’auteur que de quelques brèves études) s’effectue pour la majeure partie en Italie, puis en France. Sa longévité le fait vivre la destinée d’un ordre religieux ancestral dans le monde moderne, qu’il s’agisse de la chute des effectifs ou des incursions de cette modernité au sein même des couvents.

3C’est à Rome qu’il rencontre, pour la première fois, le judaïsme, par son adhésion à une entreprise au total douteuse quant à son philosémitisme affiché, les fameux Amici Israel. En mai 1940 il rentre définitivement en France. Installé dans le couvent capucin de Marseille, il a l’occasion de connaître le sort fait aux Juifs étrangers et français réfugiés en zone Sud, avec la possibilité qu’il a de se rendre dans le vaste camp d’internement des Mille, près d’Aix-en-Provence, à l’été 1942.

4La fréquentation quotidienne de personnes persécutées pour leur religion le pousse à passer à l’action. S’engage à partir de là une préoccupation double : intervenir sur le vif, et agir sur le long terme. Il s’agit d’une part d’aider les persécutés en leur procurant refuge et faux papiers, avec mise en place de filières de fuite vers la Suisse à partir de la zone d’occupation italienne : le contexte méridional est porteur de ce point de vue, avec une bienveillance envers les Juifs persécutés de la part de nombre de religieux et religieuses (sœurs de Notre Dame de Sion), sous la houlette de prélats locaux (Mgr Rémond) ; même si souvent le sauvetage passe par le baptême (51 au compte du religieux), également consenti. En parfaite contradiction avec d’autres fils de saint François (les Franciscains croates engagés dans la collaboration avec les farouches Oustachis, contradiction que l’auteur ne relève pas), le Capucin agit en France jusqu’à ce que la situation devienne intenable : invasion de la zone sud, puis de la zone italienne, ce qui pousse à imaginer, en lien avec d’autres personnes, un vaste transfert de Juifs vers l’Italie puis l’Afrique du Nord (projets qui échouent en raison de l’évolution des événements guerriers et de la prudence des plus hautes autorités de l’Eglise). Il agit ensuite en Italie, en particulier à Rome, qu’il retrouve en mai 1943 : il y est alors l’une des personnalités catholiques les plus agissantes, au-delà du « silence » reproché au Souverain Pontife, évêque de la même cité auquel il transmet des informations sur la Shoah et qu’il prie d’intervenir. C’est cette activité de tous les instants, dans les pires des conditions (notamment lorsque la Ville éternelle est occupée par les Allemands), avec un succès certain en matière de sauvetage des Juifs (1 000 personnes seraient concernées), qui lui vaudra une immense popularité au sein de la communauté juive italienne dès la libération de Rome avec, au-delà de décorations convenues (Légion d’honneur dès 1946), une reconnaissance comme « Juste parmi les nations » de la part d’Israël, en 1964 (donc parmi les premières nominations).

5Au-delà de l’action immédiate, il s’agit d’autre part pour le religieux de contribuer à sortir de l’antisémitisme et de l’antijudaïsme catholique traditionnel : sensibilisé par Jules Isaac, dont il fait la connaissance à Aix au cours de la guerre, choqué par la haine nazie, le P. Benoît-Marie devient un promoteur de réformes liturgiques et théologiques en la matière, pour effacer deux millénaires d’« enseignement du mépris ». Il est alors un ardent partisan du dialogue judéo-chrétien, qu’il veut désormais débarrasser de toute ambiguïté : certes, un nouveau baptisé doit être renforcé dans sa foi nouvelle, mais selon lui, un enfant juif sauvé baptisé doit pouvoir retrouver les siens (l’affaire Finaly n’est qu’une nouvelle affaire Mortara) ; tandis qu’il promeut une découverte des racines communes aux deux religions, en avance sur son temps (il est d’ailleurs critiqué par sa hiérarchie, pour trop mettre en avant diverses voies de salut). C’est à ce titre qu’il est des rares Français à participer à la conférence pionnière de Seelisberg (1947) ; qu’il contribue à la première des audiences que Pie XII accorde à Jules Isaac ; et qu’il applaudit aux évolutions, même si laborieuses, de l’après-guerre, aboutissant au premier résultat qu’est la déclaration Nostra Aetate de Vatican II. C’est également dans cette posture qu’il observe et applaudit la création d’Israël, qu’il visite en 1958 et dont il appuie durablement la cause au cours de ses aléas ; et qu’il prend la défense des Juifs persécutés, par exemple en URSS. Pour reprendre une expression de l’auteur : « Philosophie et théologie ont débouché de plain-pied sur une praxis, le combat pour la liberté aux heures tragiques où le sort de tout un peuple était en jeu. » Et à la manière d’un saint François en direction de l’Islam, le P. Benoît-Marie aurait jeté un pont en direction du judaïsme.

6L’exercice biographique – « scientifique » selon son ambition initiale, même si « Wikipédia » trouve sa place dans les notes de bas de page – auquel se livre G. Cholvy est complexe, mais somme toute réussi. Il s’agit de s’accommoder des restrictions archivistiques : ressources absentes ou lacunaires, épisodes n’ayant pas laissé de traces ; comme des difficultés du genre : complémentarité/opposition entre histoire et mémoire. Seul regret : l’empathie que l’auteur ressent pour son personnage hors norme, glisse malheureusement parfois vers l’hagiographie mâtinée de considérations par trop enthousiastes et naïves.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Gérard Cholvy, Marie-Benoît de Bourg d’Iré (1895-1990) – Un fils de saint François « Juste des nations » »Diasporas, 19 | 2011, 202-203.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Gérard Cholvy, Marie-Benoît de Bourg d’Iré (1895-1990) – Un fils de saint François « Juste des nations » »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/1997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.1997

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Chercheur associé, Centre de Recherche français à Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search