Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19BibliothèqueSainte Marie de Paris (Mère Marie...

Bibliothèque

Sainte Marie de Paris (Mère Marie Skobtsov, 1891-1945), Le jour du Saint-Esprit

Cerf, 2011, 593 p.
Patrick Cabanel
p. 204-205
Référence(s) :

Sainte Marie de Paris (Mère Marie Skobtsov, 1891-1945), Le jour du Saint-Esprit, Cerf, 2011, 593 p.

Texte intégral

1Elisabeth Pilenko, connue sous le nom de son second mari, Skobtsov, est née à Riga en 1891, dans un milieu de grands propriétaires nobles. Instruite, poétesse et peintre, vedette des salons littéraires de Saint-Pétersbourg, membre du parti socialiste révolutionnaire, élue maire de sa ville d’Anapa en 1918, mariée et divorcée deux fois, mère de trois enfants, elle s’exile en Turquie, en Serbie et enfin en France. Elle rejoint en 1926, en qualité de secrétaire itinérante, l’Action chrétienne des étudiants russes, et arpente la France des étudiants en exil mais aussi des immigrés russes du travail. En 1932, elle fait profession monastique dans l’Église orthodoxe. La même année, elle ouvre un foyer d’accueil dans la villa de Saxe, dans le 7e arrondissement, avant de déplacer l’œuvre au 77 de la rue de Lourmel ; l’Action orthodoxe, un peu à la manière de l’Armée du Salut, se met au service des laissés-pour-compte de la société, clochards, délinquants, prostituées… En 1939, le nouveau desservant de la chapelle est le père Dimitri Klepinine, né en 1904, lui aussi réfugié de Russie via la Serbie.

2La rue Lourmel devient sous l’Occupation un foyer d’aide aux juifs russes. Le P. Klepinine leur délivre de nombreux certificats de baptême, vrais ou faux, et refuse d’en donner la liste à ses autorités diocésaines, afin de protéger les Juifs concernés ; parmi les bénéficiaires se trouve Anna Wellers, l’épouse de Georges Wellers (cf. son L’Étoile jaune à l’heure de Vichy, de Drancy à Auschwitz, Fayard, 1973). Au moment de l’imposition du port de l’étoile jaune, mère Marie écrit un poème : « Deux triangles, une étoile,/Le bouclier de l’ancêtre David./C’est élection, non pas offense,/un grand chemin, pas un malheur./[…] ». Ce texte a été réédité dans un premier ouvrage au Cerf, en 2001 : Mère Marie Skobtsov, Le sacrement du frère. On trouve une nouvelle allusion à l’étoile jaune dans la pièce Les soldats incluse dans Le jour du Saint-Esprit (« Et maintenant les Juifs qui enfreignent la loi/Marqués comme les brigands du signe de l’étoile,/ L’un est arrêté comme porteur de ce signe,/ Les autres pour avoir osé se montrer dans la rue/Dans les marchés, parmi les gens, sans leur étoile » (p. 313).

3Au lendemain de la rafle du Vel’d’Hiv’, la religieuse est parvenue, grâce à son habit, à pénétrer dans le stade et à y rester trois jours à soigner et consoler ; elle convainc des éboueurs de faire sortir trois (ou quatre) enfants cachés dans des poubelles. Le foyer de la rue de Lourmel accueille de plus en plus de Juifs. Le 8 février 1943, c’est le piège : après l’envoi sur place d’une femme russe qui se fait passer pour une victime des Allemands, mère Marie, son fils Iouri, qui s’apprêtait à devenir prêtre (et sur lequel on trouve un billet d’une femme juive demandant le baptême), le P. Klepinine et d’autres Russes sont arrêtés et emprisonnés, puis déportés, les hommes à Buchenwald où Iouri et Klepinine meurent de maladie ou d’épuisement, mère Marie à Ravensbrück où, fin mars 1945, à bout de forces, elle est gazée après avoir soit pris la place d’une autre détenue, soit été contrainte par les SS de rejoindre un groupe de femmes condamnées.

  • 1 On dispose aujourd’hui de deux ouvrages en langue française, Laurence Varaut, Mère Marie, 1891-1945 (...)

4À Paris, le petit monde orthodoxe russe a attendu leur retour en vain, avant de recueillir et de publier, en russe, les textes de Mère Marie, dont la plupart sont ici traduits pour la première fois en français, notamment par les soins d’Hélène Arjakovsky-Klepinine. Si la réputation de la religieuse, en France, est restée longtemps confinée au milieu de l’immigration russe et à celui des rescapées de la déportation, elle a joui plus rapidement d’une reconnaissance internationale : Philip Friedman dès 1957 (Their Brothers’Keepers, New York, Crown Publishers), puis Mordecai Paldiel ou Martin Gilbert ont retenu Mère Marie dans leur sélection de grandes figures de Justes1. Un appel à sa canonisation, signé de nombreuses personnalités, a été adressé en 1993 au patriarche Alexis II de Moscou. Il a abouti : en 2004, l’Église orthodoxe de Constantinople a proclamé les cinq premiers saints orthodoxes appartenant à la diaspora en Occident, dont Mère Marie et son fils Iouri, le P. Klepinine et Ilya (Élie) Fondaminski, juif converti, leur compagnon, tous déportés et morts entre 1942 et 1945. Yad Vashem, pour sa part, avait proclamé Justes, dès 1985, Mère Marie et le P. Klepinine.

5Le gros ouvrage publié par le Cerf est une anthologie dont les 150 premières pages comprennent une notice biographique (publiée pour la première fois en 1965) et une série de témoignages sur Mère Marie, notamment sur sa détention à Ravensbrück (l’une des auteures est Geneviève de Gaulle, p. 130-139). Le reste est constitué de textes de la religieuse : quelques lettres de prison, des écrits autobiographiques sur son enfance et sa jeunesse, des articles sur son action en France dans l’entre-deux-guerres, des réflexions théologiques et, ce qui nous retiendra ici, trois « pièces-mystères », autrement dit du théâtre religieux, rédigées vers 1942-1943, Anna, Les sept coupes et Les soldats. Les deux dernières ont une relation directe avec l’actualité des années 1940. Il y est question de chômage, de totalitarisme, de guerre, de déportation, de femmes prostituées aux soldats, et du malheur des juifs, dans une aperception que les historiens doivent verser au dossier de la « connaissance » que l’on pouvait avoir du génocide au cœur de sa réalisation.

- La première femme :
Il y a des bruits qui courent
Qu’on va arracher les enfants à leur mère,
Les mettre dans des maisons et nous, aux travaux forcés !
- Le deuxième juif :
Aux mines de sel.
- Le troisième juif :
Et ceux qui sont inaptes seront tous gazés !
- Le deuxième juif :
Tous exterminés…
(p. 300).

6Le plus troublant, dans ces deux courtes pièces, est que l’auteur mêle une vision chrétienne traditionnelle du destin des juifs, appelés à reconnaître dans le Christ le Messie qu’ils attendaient, à une vraie capacité à donner à ces juifs des porte-parole qui s’expriment comme les prophètes ou les Psaumes de David. Ainsi du personnage du « Vieux », dans une prison allemande : il se lamente, mais il dit aussi son espoir dans la victoire du Dieu d’Israël sur les bourreaux de son peuple. « Personne ne sait plus où est le tombeau de Titus,/Personne ne parle la langue de Pharaon,/Assour est tombé, l’étoile sanglante de la guerre,/Et tout mourra » (p. 323).

7C’est grâce à ce type d’ouvrages que l’histoire du sauvetage des juifs et des Justes pourra prendre en compte des trajectoires exceptionnelles, tellement éloignées des grandes traditions françaises, catholique, laïque ou même huguenote : c’est dans l’immigration russe orthodoxe que l’on trouve quelques-uns des plus beaux exemples de solidarité avec les juifs, jusqu’à la mort.

Haut de page

Notes

1 On dispose aujourd’hui de deux ouvrages en langue française, Laurence Varaut, Mère Marie, 1891-1945, Saint-Pétersbourg, Paris, Ravensbrück, Perrin, 2000 ; Dominique Desanti, La sainte et l’incroyante. Rencontres avec mère Marie, Bayard, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cabanel, « Sainte Marie de Paris (Mère Marie Skobtsov, 1891-1945), Le jour du Saint-Esprit »Diasporas, 19 | 2011, 204-205.

Référence électronique

Patrick Cabanel, « Sainte Marie de Paris (Mère Marie Skobtsov, 1891-1945), Le jour du Saint-Esprit »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2010 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.2010

Haut de page

Auteur

Patrick Cabanel

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search