Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19BibliothèqueMarc Lizano, Loïc Dauvillier, Gre...

Bibliothèque

Marc Lizano, Loïc Dauvillier, Greg Salsedo, L'enfant cachée

Le Lombard, 2012, 78 p.
Patrick Cabanel
p. 206-207
Référence(s) :

Marc Lizano, Loïc Dauvillier, Greg Salsedo, L'enfant cachée, Le Lombard, 2012, 78 p.

Texte intégral

1L’histoire de la Shoah et la bande dessinée entretiennent des liens déjà anciens (cf. le n° 109 de la revue Témoigner. Entre histoire et mémoire, mars 2011 : La bande dessinée dans l’orbe des guerres et des génocides du XXe siècle). L’album réalisé par Loïc Dauvillier (scénario), Marc Lizano (dessin) et Greg Salsedo (couleurs) est à cet égard une vraie réussite.

2Une petite fille de nos jours se réveille brutalement, rejoint sa grand-mère qu’elle trouve toute triste, exige gentiment de connaître la raison de son chagrin. Alors la grand-mère lui raconte son histoire, lorsqu’elle avait l’âge de la petite fille : c’était à Paris, la guerre de 1940 était terminée, le papa était rentré à la maison, tout semblait aller bien. Mais un soir il fait une annonce : il a assisté à une grande réunion, « des personnes ont proposé que nous devenions une famille de shérifs », il a dit oui sans attendre l’avis de son épouse et de la fillette. Il feint d’être heureux, mais la maman est triste ; la fillette s’étonne d’avoir à porter une étoile de shérif, c’est plutôt pour les garçons, mais ça lui plaît, elle l’arbore avec fierté, avant d’être sèchement renvoyée au fond de la classe, le lendemain, par son institutrice, méconnaissable. Puis une amie lui explique que l’étoile de shérif est une étoile de David, qu’elle sert à montrer qu’elles sont juives et que les gens n’aiment plus les juifs. Quelques jours plus tard, c’est la rafle du Vel’d’Hiv’, les parents sont internés à Drancy mais ils ont eu le temps de cacher la fillette dans le double fond d’une armoire, où la voisine du dessous vient la chercher plus tard. Le couple la recueille, arrache et brûle les étoiles jaunes. Puis un réseau fait partir la fillette de Paris, après lui avoir choisi un faux nom : la voici dans une ferme perdue quelque part dans la France des campagnes, le dimanche elle va à la messe comme tout le monde, en compagnie de la voisine de Paris qui a dû se cacher elle aussi (son mari est résistant et a été repéré) et de Germaine, la femme forte au grand cœur qui les accueille. À la fin de la guerre, elle rentrera à Paris saine et sauve. Retrouvera-t-elle ses parents ? On ne le révèlera pas ici. Le livre s’achève sur le face à face entre la fillette devenue grand-mère et son propre fils, auquel elle n’avait jamais raconté l’histoire qu’elle vient de confier à sa petite-fille…

3L’enfant cachée raconte avec beaucoup de justesse et de simplicité le destin de ces milliers d’enfants cachés que les rafles ont séparés de leurs parents, puis que des réseaux juifs ou « mixtes » ont exfiltrés de Paris pour les placer dans une série de départements ruraux, depuis l’ancienne Seine-et-Oise jusqu’au cœur de la Normandie ou du Limousin, en passant par la Sarthe, le Loir-et-Cher, etc. C’est un petit joyau d’efficacité et de pudeur pédagogiques.

4Un seul regret : à deux reprises, au début de l’ouvrage, les instituteurs publics apparaissent sous un jour odieux (sa maîtresse ostracise publiquement la fillette, on l’a vu, et le maître humilie son meilleur copain, Isaac, en le faisant monter sur son bureau et en baissant son pantalon pour montrer que tous les juifs « avaient un morceau de zizi en moins »). On sait, d’une part, que nombreux ont été les instituteurs qui ont choisi de ne pas déclarer la présence d’élèves juifs dans leurs classes – une série d’entre eux ont été déclarés Justes par Yad Vashem. Mais le vrai problème est lié au statut de l’œuvre : un personnage de fiction, dans une bande dessinée pour de jeunes lecteurs, risque d’être pris pour la métonymie de tout un groupe. Ce n’est rendre justice ni à ce groupe ni à la vérité historique.

5Cette réserve est d’autant plus cruelle que L’enfant cachée parvient, mieux que bien des livres savants, à expliquer ou à suggérer ce qu’a été le destin de tant d’enfants et de quelle manière ils ont pu voir et comprendre ce qui leur arrivait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cabanel, « Marc Lizano, Loïc Dauvillier, Greg Salsedo, L'enfant cachée »Diasporas, 19 | 2011, 206-207.

Référence électronique

Patrick Cabanel, « Marc Lizano, Loïc Dauvillier, Greg Salsedo, L'enfant cachée »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2021 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.2021

Haut de page

Auteur

Patrick Cabanel

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search