Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19BibliothèqueClaire Daudin, Mon roman juif|Cla...

Bibliothèque

Claire Daudin, Mon roman juif|Claire Daudin, Le rendez-vous de Moissac

Cerf, 2011, 107 p.|Actes Sud, 2011, 82 p.
Patrick Cabanel
p. 207-208
Référence(s) :

Claire Daudin, Mon roman juif, Cerf, 2011, 107 p.

Claire Daudin, Le rendez-vous de Moissac, Actes Sud, 2011, 82 p.

Texte intégral

1Normalienne, agrégée de lettres modernes, spécialiste des écrivains catholiques, Bernanos, Mauriac, Péguy (elle préside l’Amitié Charles Péguy), romancière, Claire Daudin vient d’une famille typique de la bourgeoisie catholique de province, avec ses propriétés, ses maisons de maître, ses notaires, ses chanoines et ses religieuses, ses érudits, ses correspondances précieusement conservées et, au début des années 1940, une affinité tranquille avec les valeurs du régime de Vichy. Ce milieu a aujourd’hui largement disparu, les maisons de maître ont été vendues, la petite-fille a « fait » sa khâgne au lycée Henri IV et entamé une thèse sur Bernanos tout en fondant une famille. Cela nous vaut du reste, dans Mon roman juif, un chapitre sur le monde des universitaires et des colloques, ici à Lublin, tout à fait digne des livres de David Lodge : avis à la corporation qui pourra s’amuser à se retrouver dans le miroir qui lui est tendu ! On relève aussi une réflexion intéressante sur le regard que ce milieu, voire la société tout entière, peut porter sur des jeunes femmes d’aujourd’hui qui choisissent d’avoir de nombreux enfants.

2L’essentiel est ailleurs : la famille de Claire Daudin habitait Moissac dans les années 1940, cette petite ville du Tarn-et-Garonne aujourd’hui célèbre par la présence de la maison des Éclaireurs israélites de France et de son couple de dirigeants, Simon et Shatta Bouli. Moissac, ses juifs, ses Justes, salués par Catherine Lewertowski dans Morts ou juifs. La Maison de Moissac (Flammarion, 2003, cf. Diasporas, 4, 2004, p. 218-219), un livre auquel Claire Daudin rend hommage, y compris parce qu’il lui a appris la présence de juifs à Moissac dans les années 1940.

« Mais voici que j’ai lu le livre de Catherine Lewertowski ; que j’ai vibré à son récit héroïque ; que je suis retournée dans le passé de ma famille pour y chercher les traces d’une éventuelle rencontre entre mes aïeux et les Juifs réfugiés sur les bords du Tarn. Je ne les ai pas trouvées et je ne m’en consolerai pas. Si j’écris ces pages, ce n’est pas pour juger les miens. Mais parce que je ne veux pas me résoudre à cette méconnaissance millénaire, génératrice de persécutions […] ». Et encore : « je me suis demandé avec angoisse comment il était possible que les miens aient pu passer complètement à côté. […] Entre la vieille famille catholique dont je suis issue, retranchée dans la maison là-haut, et les Juifs héroïques des bords du canal, il ne s’était rien passé ».

3L’auteure n’accuse pas, ne s’enferme pas dans la culpabilité : elle mène une sorte d’enquête historique, et a la chance de tomber sur le journal tenu pendant la guerre par son arrière-grand-oncle, chanoine du chapitre cathédral de Montauban (le diocèse dont Mgr Théas est l’évêque !). L’oncle a refusé en 1941, par scrupule de modestie, la cure de Moissac ; il est resté dans un petit village des environs ; il est passé ainsi, peut-être, à côté de l’histoire ; en outre, il interrompt son journal du 30 juin 1941 à l’été 1943, et nous ne saurons jamais comment il a réagi à la lettre pastorale que Mgr Théas a intimé à son clergé de lire dans les églises pour protester contre les déportations des juifs, fin août 1942. A-t-il reçu la visite de Marie-Rose Gineste, distribuant à vélo les lettres aux curés ? Au même moment, la nièce du chanoine fait profession religieuse chez les Dominicaines de Monteils (dans l’Aveyron), dont on sait aujourd’hui qu’elles ont accueilli des fillettes juives. Bien des rencontres auraient été possibles, mais elles n’ont pas eu lieu. Claire Daudin le regrette, y compris comme croyante : « Dieu n’a pas survécu à Auschwitz ; il ne s’est pas remis de la cécité de l’Église. […] Depuis soixante ans, la chrétienté se résorbe comme une source qui se perdrait dans les sables ».

4Ces réflexions sont extraites du bref et élégant Le rendez-vous de Moissac, dans lequel les historiens trouveront, on l’a compris, une intéressante réflexion sur les rendez-vous ratés (ils ne l’ont toutefois pas été partout, entre chrétiens, y compris catholiques, et juifs, dans la France ou l’Europe de la Shoah) et sur la mémoire ou l’absence de mémoire, ici du côté des non juifs.

5Le thème a suffisamment obsédé Claire Daudin pour que, quelques mois auparavant, elle lui ait consacré un roman, l’histoire de l’impossible rencontre, dans une khâgne parisienne, entre une catholique et un juif. Mon roman juif raconte la même histoire, mais de manière plus sophistiquée, parfois virtuose, sur le plan de la construction, de l’écriture, de la citation (Isaac Bashevis Singer et Élie Wiesel, notamment, ont été convoqués pour une sorte d’exercice littéraire « à la Chagall », si l’on ose écrire !). Le roman dit des choses autres ; on croit imaginer le scénario qu’un Téchiné pourrait en tirer, puisque vingt ans après leur khâgne la petite-fille des bourgeois catholiques accueille dans la maison de Moissac, pour un douloureux pèlerinage, le petit-fils des internés puis déportés du camp de Sept-fonds. C’est un bel exercice de lecture et d’intelligence que nous offre l’auteure, en nous proposant de lire ensemble deux variations, historienne et romanesque.

6Moissac est en train de devenir un lieu de mémoire important du sauvetage des juifs dans la France de la Shoah : les textes de C. Daudin appartiennent désormais à cette « mémoire », ici très paradoxale puisqu’elle est une rêverie sur une rencontre dont la possibilité n’avait, à l’époque, pas même été soupçonnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cabanel, « Claire Daudin, Mon roman juif|Claire Daudin, Le rendez-vous de Moissac »Diasporas, 19 | 2011, 207-208.

Référence électronique

Patrick Cabanel, « Claire Daudin, Mon roman juif|Claire Daudin, Le rendez-vous de Moissac »Diasporas [En ligne], 19 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2042 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.2042

Haut de page

Auteur

Patrick Cabanel

Directeur de la publication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search