Navigation – Plan du site

Métiers d’art itinérants : artisans en migration (France et espace alpin, xviie-xixe siècle)

Introduction
Itinerating art workers : craftsmen in migration (France and the Alpine region 17th-19th Centuries)
Sophie Duhem
p. 9-29

Résumés

La finalité de ce dossier thématique est de comprendre, dans un contexte de migration, la nature des dynamiques sociales à l’œuvre en milieu urbain et rural autour des métiers d’art itinérants ou exercés par des artisans émigrés, des Italiens notamment. La chronologie envisagée englobe l’époque moderne – car si la présence italienne en France à la Renaissance a été largement documentée par la bibliographie, les xviie et xviiie siècles le sont beaucoup moins, comme la première moitié du xixe siècle, marquée par l’arrivée et l’installation de nombreux artisans émigrés. Cette introduction examine plusieurs points : après une brève présentation de l’objet d’étude et un état des lieux non exhaustif de la bibliographie, elle veut s’attacher aux cadres de la réflexion actuelle, en partant de l’analyse des réseaux sociaux, de l’étude des transferts culturels et d’approches convergentes. Nous discuterons l’intérêt de ces nouveaux outils comme les apports complémentaires des méthodologies utilisées par les auteurs de ce numéro pour saisir les relations interpersonnelles au sein des communautés formées par les artisans émigrés.

Haut de page

Texte intégral

1La finalité de ce dossier thématique est de comprendre, dans un contexte de migration, la nature des dynamiques sociales à l’œuvre en milieu urbain et rural autour des métiers d’art itinérants ou exercés par des artisans émigrés, des Italiens notamment. La chronologie envisagée englobe l’époque moderne – car si la présence italienne en France à la Renaissance a été largement documentée par la bibliographie, les xviie et xviiie siècles le sont beaucoup moins, comme la première moitié du xixe siècle marquée par l’arrivée et l’installation de nombreux artisans émigrés.

  • 1 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Puf, 1999.
  • 2 Béatrice Joyeux-Prunel (dir.), « Les transferts culturels, un discours de la méthode », Hypothèses (...)

2En préambule de cette introduction, il semble opportun de revenir à l’ambition de l’appel à contributions. Nous souhaitions focaliser l’attention des auteurs sur deux approches conceptuelles particulièrement fécondes au sein de la recherche actuelle, l’analyse de réseaux, issue de la réflexion des sciences sociales, et celle des transferts culturels, à la suite des publications fondatrices de Michel Espagne1 ou des dernières recherches de Béatrice Joyeux-Prunel2. Aucune proposition n’a répondu tout à fait à cette double sollicitation, ce qui amène à la formulation de quelques remarques.

  • 3 Cf. Sophie Duhem, L’art au village. La production artistique des paroisses rurales (xvie-xviiie siè (...)
  • 4 D’autres chercheurs ont été récemment confrontés aux mêmes difficultés : Martine Azam et Ainhoa de (...)

3Les outils conceptuels et numériques propres à l’analyse de réseaux développés par les sciences sociales sont entrés réellement dans le champ des sciences historiques il y a quelques décennies à peine, et dans celui de l’histoire de l’art plus récemment encore. Sans doute était-il trop tôt pour chercher à examiner leurs effets appliqués à l’étude du milieu des artistes italiens arrivés en France à la fin de l’Ancien Régime, a fortiori de celui des artisans et des métiers d’art en milieu rural, parents pauvres de l’historiographie3. De la même façon, si la question des transferts culturels et artistiques est familière des spécialistes de cette discipline, elle n’en est pas moins récente et encore en retrait des approches conceptuelles utilisées. Difficiles à saisir et à documenter, les transferts artistiques s’immiscent de manière récurrente dans les analyses de réseaux sensibles aux circulations et aux migrations ; pour autant, aucun des chercheurs réunis ici n’a proposé d’examiner conjointement ces deux champs conceptuels : dont acte4. Reste à en comprendre les raisons. Peut-être faut-il y voir le signe que l’histoire de l’art dédiée aux échanges et aux circulations artistiques a pris du retard et se trouve encore à l’aube de changements méthodologiques majeurs, qui de manière prévisible viendront modifier ses habitudes de travail et ses grilles d’analyse des contextes et des œuvres. D’autres raisons, plus pragmatiques, peuvent être invoquées pour expliquer la rareté des recherches sur ce modèle : l’analyse de réseaux, pour être significative, nécessite des moyens matériels importants. Elle suppose la constitution d’équipes pluridisciplinaires, un partenariat solide avec les spécialistes de la théorie des graphes et des statistiques, partenariat qui attend aussi des chercheurs en sciences humaines la compréhension de ces domaines ; elle requiert une attention particulière à l’actualité internationale et polyglotte de la recherche ; elle demande des temps de formation aux supports techniques et aux logiciels d’analyse, en constante évolution ; en un mot, elle s’accommode mal du temps court de la recherche soumise à des exigences de résultats, à des moyens budgétaires limités et aux cloisonnements disciplinaires à la fois structurels et intellectuels, dont il est encore difficile de s’extraire. La question des circulations, des diasporas d’artistes et des transferts culturels nécessite également de renseigner les déplacements des hommes et des objets, les trajets effectués par les artistes étrangers, et par conséquent de suivre les traces de leurs activités en divers lieux ; or la consultation des ressources d’archives hors du territoire, en Europe ou sur d’autres continents, est chronophage de moyens et de temps. Ce sont sans doute les principaux arguments qui expliquent, au moins pour l’heure, le faible nombre des chercheurs aujourd’hui réellement investis en France dans des enquêtes portant sur l’analyse de réseaux artistiques et migratoires, sur lesquelles nous nous attarderons dans cette introduction.

4Les auteurs qui ont participé à la construction de ce numéro thématique n’utilisent donc pas directement les méthodologies de ces nouvelles approches. Ils proposent d’autres manières d’aborder et d’analyser les dynamiques relationnelles au sein des milieux artistiques exogènes. Si la plupart d’entre eux ont choisi le modèle de la lecture prosopographique et généalogique, c’est parce qu’il demeure une manière efficace d’identifier les acteurs, leurs origines, leurs appartenances et d’approcher la qualité des relations interindividuelles au cours du temps. Ces études sont pleinement dans l’actualité de la recherche : d’abord parce qu’elles mettent toutes en lumière des réseaux artistiques secondaires et des profils d’artistes et d’artisans émigrés pendant longtemps laissés-pour-compte par l’historiographie de l’histoire de l’art. Aussi parce qu’elles renseignent, comme nous le constaterons, des métiers divers également peu connus de la littérature la plus répandue : les figuristes-mouleurs, les blanchisseurs d’église, les stucateurs, les peintres décorateurs, les entrepreneurs, etc. Elles montrent précisément les mécanismes liés à l’ascension sociale dans un environnement difficile, celui de l’intégration professionnelle dans un contexte de migration, comme elles interrogent la construction de l’identité et de la renommée artistiques en territoire français. Elles déportent aussi une attention assez systématiquement focalisée sur les milieux urbains et les chantiers majeurs, vers les villes de moindre importance et les paroisses rurales. Ces approches micro-historiques et marginales viennent reconstruire une image plus juste d’une histoire de l’art nationale encore tenue par ses illustres ; elles viennent et viendront progressivement transformer le panorama de la création artistique, à l’échelle macro-historique cette fois, en révélant la place des villes secondaires et des réseaux provinciaux, ainsi que le rôle moteur joué par les artisans de « second plan » et leurs clientèles. Enfin, les processus d’intégration – réussis ou non – des communautés d’artisans italiens mettent en lumière la circulation des modèles artistiques, des savoir-faire et plus largement des tendances esthétiques et des phénomènes de goût, loin des chantiers réputés, dans un contexte d’émulation artistique.

5Cette introduction examine plusieurs points : après une brève présentation de l’objet d’étude et un état des lieux non exhaustif de la bibliographie, elle veut s’attacher aux cadres de la réflexion actuelle, en partant de l’analyse des réseaux sociaux, de l’étude des transferts culturels et d’approches convergentes. Nous discuterons l’intérêt de ces nouveaux outils comme les apports complémentaires des méthodologies utilisées par les auteurs de ce numéro pour saisir les relations interpersonnelles au sein des communautés formées par les artisans émigrés.

L’objet d’étude

6Initialement tourné vers les « artisans » émigrés plus que vers les « artistes », notre objet d’étude s’est élargi aux deux groupes, pour autant qu’on puisse ainsi les distinguer. Si Jean Bologne et Pierre de Francqueville – deux figures insignes – sont mentionnés par Giulia Cicali dans sa présentation, ce sont surtout les Francini, famille d’ingénieurs et de fontainiers plus modestes, qui mobilisent son attention. Ces distinctions modernes, loin de refléter la diversité et les nuances de la terminologie ancienne, en latin, en français ou en italien, introduisent une discussion pour le moins épineuse qui est celle de la hiérarchie entre ces statuts. Il faudrait plusieurs numéros thématiques pour en débattre, sans vraiment résoudre la question tant les situations, les contextes et les appréciations esthétiques, souvent formulées a posteriori qui plus est, varient. C’est pourquoi la question ne sera qu’effleurée dans ces contributions, bien qu’elle se pose de manière systématique. La distinction comme artiste est liée à la reconnaissance du travail ou de la personnalité d’un individu, au sein d’une société, principalement d’une élite, à une époque donnée et en un lieu donné. Cette reconnaissance est perceptible à travers les différents statuts, appellations et titres recensés dans la documentation ancienne, liée aux cadres de la profession, à leur absence – on songe à la créativité que permettait l’exercice libre du métier – ou aux revendications des individus. La « valeur » des artistes, leur renommée dépendaient autant de la clientèle particulière qui les employait (hommes d’Église, bourgeois, nobles ou aristocrates, etc.) que des structures qui fixaient les cadres et les statuts de leur activité professionnelle (arti, métiers, guildes, etc.) ; elles se mesuraient à des compétences et à une aura, comme à la réception et à la popularité des œuvres produites, ainsi qu’à leur influence sur la création artistique. Nous laisserons donc la polémique de côté pour ne retenir que les indications données par les sources de l’histoire de l’art, et nous noterons simplement qu’à l’ombre de la fama des grands artistes, forgée par une postérité éprouvée par le temps, vivaient des gloires plus modestes, celles d’habiles artisans émigrés ayant de l’entregent et mus de la même manière par une quête de reconnaissance. Ce que montrent les diverses contributions de ce numéro qui rendent perceptibles les cheminements de l’ascension sociale, souvent à la faveur des dynamiques relationnelles, lesquels questionnent la « transmission » de la renommée d’un territoire à l’autre.

7L’enquête sur les professions est également au cœur de ces réflexions : qu’ils aient été artisans ou artistes, émigrés ou non, les métiers d’art auxquels ils s’affairaient étaient nombreux. Les activités liées à la peinture de chevalet et à la sculpture sont très documentées par les historiens d’art, cependant il en existait beaucoup d’autres qui le sont peu. Les statuts étaient divers, des plâtriers aux mosaïstes, des chaufourniers aux céramistes, des maçons aux peintres décorateurs, des tailleurs de pierre aux maîtres-verriers. Ce sont notamment les figuristes, les fontainiers, les entrepreneurs, les stucateurs et les ornemanistes que mettront en lumière les auteurs des articles, durant la période qui a précédé l’immigration de masse et l’industrialisation progressive des techniques et des savoir-faire artistiques en France (Ill.1). La chronologie examinée concernera surtout le xviiie siècle et la première moitié du xixe siècle, à l’exception de quelques incursions qui nous conduiront à revisiter les xvie et xviisiècles.

Ill.1 : Petit Italien marchand de statuettes et de plâtres, photographie Henri Jansou (1874-1966), fonds Labouche, ADHG, cote 211 J 1 054.

Ill.1 : Petit Italien marchand de statuettes et de plâtres, photographie Henri Jansou (1874-1966), fonds Labouche, ADHG, cote 211 J 1 054.

© Archives départementales de la Haute-Garonne.

L’état de l’art

  • 5 Paola Corti, « L’emigrazione italiana in Francia: un fenomeno di lunga durata », Altreitalie, 26, g (...)
  • 6 Bernard Beck, « Les urbanistes et ingénieurs italiens au service de François Ier et Henri II en Nor (...)
  • 7 Voir les travaux des historiens modernistes sur la présence italienne en France au xvie siècle : R. (...)
  • 8 Sophie Duhem, L’art au village…, op. cit., p. 13.

8Les publications sont légion sur les ingénieurs ou les artistes italiens de très grande renommée présents sur le sol français à l’aube de l’époque moderne – Léonard de Vinci, Benvenuto Cellini, Primatice, Rosso Fiorentino, etc. –, mais le cadre chronologique n’est pas celui de cette étude, aussi laisserons-nous de côté la riche bibliographie qui leur est dédiée. Sa lecture est toutefois nécessaire pour saisir le contexte artistique d’une émigration régulière depuis la fin du Moyen Âge5, de même que les travaux historiques qui analysent l’intégration des communautés italiennes d’ingénieurs et d’artistes hautement qualifiés durant ce moment clé de l’histoire française – mis en relief notamment par les recherches de Bernard Beck6 ou de Jean-François Dubost7. Par contraste, la bibliographie sur les artisans italiens de « second rang » ou sur la diversité des métiers d’art exercés en province n’est guère étendue, sauf à recenser les monographies régionales des sociétés savantes portant sur les hommes, les lieux ou les œuvres. Les recherches universitaires à visée plus large sont peu nombreuses : plus les activités s’éloignent des chantiers des villes et du siècle de la Renaissance, plus la bibliographie est lacunaire8.

  • 9 Mariella Colin (dir.), « L’émigration-immigration italienne et les métiers… », op. cit.
  • 10 Voir notamment : Dominique Barjot, Mariella Colin, « Introduction », ibid., p. 9-18 ; Francesco Mic (...)
  • 11 Corine Maitte, « Manufactures royales et débauchage des compétences : les ouvriers qualifiés d’orig (...)
  • 12 Caroline Douki, « Lucquois au travail ou émigrés italiens ? Les identités à l’épreuve de la mobilit (...)
  • 13 Marie-Claude Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien. Une histoire d’intégration (années 1 (...)
  • 14 Jean-Luc de Ochandiano (conservateur des bibliothèques, université Lyon III), Lyon, un chantier lim (...)
  • 15 Voir également Maryse Andrys de Stefano, Le renouveau de la mosaïque en France : un demi-siècle d’h (...)
  • 16 Journée d’étude « Les Italiens et l’ornementation à Lyon au xixe siècle », archives municipales de (...)
  • 17 Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Millot (dir.), Police et migran (...)
  • 18 Anne-Marie Granet-Abisset, La route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux xixe et xxe sièc (...)
  • 19 Document disponible en ligne depuis février 2015. URL : http://www.consiglio.regione.toscana.it/upl (...)
  • 20 Cf. le site « Ancêtres italiens » (association créée en 1991 ; www.geneaita.org) qui a publié une b (...)

9Les principaux travaux recensés jusqu’à aujourd’hui sont issus de plusieurs disciplines ; dans le champ de l’histoire, c’est à travers le prisme de l’histoire sociale que le sujet est abordé. La question de l’immigration italienne dans les métiers du bâtiment, par exemple, a été examinée lors d’un colloque organisé en l’an 2000, colloque dont les actes ont été publiés dans un numéro thématique du Cahier des Annales de Normandie9 porté principalement par des historiens de la période contemporaine (Dominique Barjot, Jean-Louis Lenhof, Laure Teulières, etc.)10. Émigration saisonnière et marché du travail sont au cœur des réflexions, mais surtout à partir des années 1850-1860, jusque l’entre-deux guerres. Les travaux de Corinne Maitte sur les maîtres verriers italiens à l’époque moderne11, de Caroline Douki sur les figuristes lucquois12 ou de Marie-Claude Blanc-Chaléard sur les ouvriers du faubourg Saint-Antoine13 sont d’autres jalons essentiels, comme les publications de Jean-Luc de Ochandiano14 qui renseignent le milieu des maçons, des plâtriers et des mosaïstes15 actifs dans l’agglomération lyonnaise à partir des années 1850. Ce dernier a organisé en 2014 une journée d’étude et une exposition qui ont valorisé les métiers liés à l’ornementation16, rares manifestations scientifiques sur le sujet, mais consacrés à une grande zone urbaine. Quelques thèmes sont examinés plus spécifiquement dans des ouvrages collectifs de spécialistes ou des travaux de jeunes chercheurs, comme le rapport des migrants à la police des métiers, les dynamiques entrepreneuriales ou les identités17. Il faudrait ajouter des approches prosopographiques et enquêtes régionales18, certaines hors du champ de la recherche académique, mais dignes d’attention comme la Bibliografia dei antichi mestieri e artigianato in Toscana, récolée par la Biblioteca del Consiglio regionale della Toscana19, ou des bases de données portant sur les métiers de l’artisanat ou les parcours d’artistes italiens en migration20.

  • 21 René Blanchard, Les Ferro…, op. cit.
  • 22 Annick Bogey-Rey, Du Piémont à la France, du Concordat à la rupture : un siècle de construction et (...)
  • 23 Giuseppe Andrea Gilardi, Riche journal d’un artiste pauvre, le carnet des campagnes d’un sculpteur (...)
  • 24 Raphaël Tassin, Giovan Betto (1642-1722) et les architectes italiens en Lorraine (fin xviie-début x (...)
  • 25 Mickaël Zito, Les Marca (fin xviie-début xixe siècle) : itinéraires et activités d’une dynastie de (...)
  • 26 Brigitte Feret, Marbriers tessinois installés en Provence et Comtat Venaissin au xviiie siècle, thè (...)
  • 27 Letizia Tedeschi, Nicola Navone (ed.), Dal mito al progetto. La cultura architettonica dei maestri (...)
  • 28 Marion Lagrange, Les peintres italiens en quête d’identité, 1855-1909, Paris, CTHS-INHA, 2010 (publ (...)

10Dans le champ de l’histoire de l’art, s’il existe dans les revues savantes d’innombrables monographies ou mentions d’artistes/artisans italiens ayant travaillé pour des églises ou des châteaux (que nous n’avons pas recensées ici)21, les études à plus vaste échelle sont rares. Les recherches d’Annick Bogey-Rey sont essentielles : elle s’est intéressée au rôle des Italiens dans l’édification des églises paroissiales de Savoie22, entre Concordat et Second Empire, et a surtout édité l’un des rares journaux d’artisan23, celui de Giuseppe Andrea Gilardi (1797-1877) – il diario rico di un artista povero ; ce document relate avec détails le quotidien d’un sculpteur de retables itinérant, entre Tarentaise et Maurienne. Ce témoignage fournit une grille de lecture exceptionnelle pour cerner le profil des artisans gyrovagues. Quelques études universitaires récentes, non publiées, ont également été menées à l’échelle régionale : Raphaël Tassin s’est consacré à la présence des architectes italiens en Lorraine à partir de la fin du xviie siècle, partant du cas de Giovan Betto24, et Mickaël Zito, qui propose un article dans ce numéro, a étudié la dynastie des Marca, famille de stucateurs actifs jusqu’au début du xixe siècle en Franche-Comté et en Bourgogne25. Sur un sujet proche, la thèse de Brigitte Feret, soutenue en histoire en 199326, examine les œuvres des marbriers tessinois installés en Provence et leurs activités comme sculpteurs de mobilier religieux ou comme marchands. Côté Italie, les travaux de Letizia Tedeschi sur la circulation des architectes tessinois entre France, Italie et Russie, se distinguent à la fois par leur ambition et les réflexions nouvelles que porte l’histoire de l’art, attentive aux transferts culturels27. Cependant, ce sont surtout des artistes de premier plan qui sont concernés par ses recherches, de même que par celles de Marion Lagrange, qui a fait connaître en 2004 le milieu des peintres italiens parisiens actifs entre 1855 et 190928, lesquels constituaient certainement une « élite » pour les ouvriers des campagnes.

  • 29 On songe aux recherches d’Alain Tarrius.
  • 30 Geneviève Marotel, « Les marbriers de Carrare : culture migratoire et expansion économique », Revue (...)
  • 31 Cf. Giovanna Campani, Les réseaux familiaux, villageois et régionaux des immigrés italiens en Franc (...)

11Les sociologues proposent une autre approche de l’émigration professionnelle en général29, ou des métiers exercés par les Italiens en contexte rural, telle Geneviève Marotel sur la communauté des marbriers de Carrare qui étudie les dynamiques identitaires à l’œuvre dans la sphère professionnelle tout en approfondissant la question des réseaux d’individus constitués entre France et Toscane30, sujet également traité dans la thèse d’ethnologie de Giovanna Campani (1988) sous l’angle des réseaux familiaux d’immigrés italiens31. Les deux concernant des périodes assez récentes.

Une étude de cas : BAnDITI

  • 32 Qui est néanmoins difficile à pratiquer. Cf. les réflexions d’Alex Mahoudeau, docteur en sciences p (...)
  • 33 Sophie Duhem, « À l’ombre des rinceaux : putti, rubans et candélabres. La fortune des grotesques d’ (...)
  • 34 Ibid.

12La bibliographie permet aujourd’hui de cerner le sujet avec un esprit nécessairement ouvert à l’interdisciplinarité32 – puisqu’il ne peut faire l’impasse sur la connaissance d’une histoire de l’émigration, mais il n’en demeure pas moins assez mal renseigné si l’on considère le seul point de vue de l’histoire de l’art, avec les conséquences que cela implique en termes de préservation du patrimoine. Ce constat nous a donc amené à proposer en 2015 une enquête dédiée aux peintres décorateurs italiens, improprement traités par l’historiographie qui les reconnaît dans plusieurs régions de France sous le terme de barbouilleurs d’églises33 (Ill.2). Le travail de ces artisans d’art dans les zones rurales est vierge d’études, si ce n’est à l’échelle locale34. La plupart ont été actifs à partir des années 1820 et jusqu’à la fin du Second Empire. Ils constituaient des équipes particulièrement dynamiques et mobiles entre Languedoc et Gascogne, exerçant leur influence sur des zones géographiques déterminées. Ils ont laissé dans leur sillage d’innombrables décors, peints sur les murs, sur chevalet ou sur divers objets (Ill.3). Les églises rurales méridionales en témoignent, comme celles d’autres régions. Si le cas des « peintres décorateurs » est significatif par son ampleur et sa visibilité sur le territoire, il invite toutefois à examiner le phénomène à une échelle beaucoup plus large : cette émigration artistique, documentée au-delà des frontières françaises, rend compte de la grande mobilité des ouvriers, et les peintres, comme nous l’avons constaté plus haut, ne sont pas les seuls concernés. Cette dynamique est observée au sein d’autres métiers dont l’historiographie n’a pas fait grand cas, ce qui est dommage : une attention plus grande à leurs œuvres aurait permis de mieux les conserver car ce sont souvent ces vestiges de la culture matérielle qui aident à prendre la mesure de leur présence à l’échelle du territoire. Les publications mentionnées donnent également une nette « coloration » à leur déploiement géographique : les barbouilleurs italiens sont pour l’instant signalés dans les campagnes de Languedoc, de Gascogne, d’Auvergne, d’Aquitaine et de la Loire, les réseaux de menuisiers ébénistes dans les vallées savoyardes, les stucateurs et plâtriers en Franche-Comté, les marbriers et les sculpteurs qui faisaient commerce de matériaux et d’objets entre les villes de Carrare, Gênes, Toulouse et Bordeaux, les mosaïstes étaient plutôt sollicités sur les grands chantiers urbains, les ornemanistes à Lyon. À Paris même, comme le montre très bien Marion Lagrange, la diaspora des peintres italiens cherchait à ménager sa place au sein des milieux académiques. Voilà pour l’instant le tableau fragmenté d’un vaste champ d’étude.

Ill.2 : Cathédrale de Rieux-Volvestre (Haute-Garonne, France), chapelle latérale de la nef, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.

Ill.2 : Cathédrale de Rieux-Volvestre (Haute-Garonne, France), chapelle latérale de la nef, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.

© S. Duhem, 2017.

Ill.3 : Église d’Alan (Haute-Garonne, France), voûtain du chœur, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.

Ill.3 : Église d’Alan (Haute-Garonne, France), voûtain du chœur, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.

© S. Duhem, 2017.

  • 35 BAnDITI, projet porté par le Labex SMS (Structuration des mondes sociaux), Framespa (UMR 5136), uni (...)
  • 36 Prosper Mérimée, en 1834 : « Il faut savoir que tous les ans des essaims de barbouilleurs italien (...)
  • 37 Nous songeons au « Loto du patrimoine », initié en septembre 2018, à la suite d’une convention pass (...)

13L’acte fondateur du projet sur les barbouilleurs s’est porté sur le choix d’un acronyme clair, parce que le nom de ce projet en interaction avec les acteurs du patrimoine régional devait être facile à mémoriser. BAnDITI, pour « BADigeonneurs ITaliens Itinérants35 », s’est imposé naturellement : pour beaucoup d’inspecteurs généraux des monuments historiques – Prosper Mérimée notamment –, il s’agissait bien de bandits qui avaient cette faculté de se répandre en « essaims »36 dévastateurs dans les villages français. Nous n’avons pas terminé d’explorer les raisons culturelles, sociales, identitaires et politiques qui expliquent la mise au pilori des barbouilleurs expatriés depuis le xx: elles relèvent à la fois d’appréciations esthétiques, de partis pris idéologiques ou nationalistes qui s’expriment avec plus ou moins de condescendance. Ces critiques ont laissé une empreinte qui est encore très vive dans le milieu patrimonial et institutionnel. Il est à présent nécessaire de s’en défaire ; les associations locales l’ont bien compris, qui militent souvent dans les villages pour que les peintures des églises soient restaurées, car au bout du compte, il faut déplorer la disparition d’une grande partie de ce patrimoine. Le contexte actuel de forte mondialisation, qui conduit à une survalorisation de la production artistique nationale – les grands artistes et les œuvres majeures comme vitrine du territoire français –, laisse peu de place au patrimoine rural ; sans doute faudra-t-il beaucoup de fondations et de nombreux « lotos37 » pour préserver la mémoire de ce qui subsiste dans les églises de villages.

14La finalité de ce travail est donc d’identifier précisément ces peintres et leurs villages d’origine, de cerner leurs activités, de suivre leurs déplacements, de recenser les œuvres qu’ils ont laissées, de les photographier, de les étudier et de les faire connaître. Cette recherche est menée en partenariat avec plusieurs institutions de la région Occitanie, notamment les services de la Drac qui recensent et planifient la restauration des décors des monuments religieux classés ou inscrits. Ce projet comporte une partie valorisation auprès du grand public qui prend la forme d’un site qui leur est dédié38, animé de rubriques qui rendent compte de l’actualité des recherches ou de points de vue sur la peinture. Cependant, il s’agit de la partie émergée et visible du projet, qui est surtout mobilisé par l’élaboration d’autres ressources, en particulier d’une banque de données qui engrange l’ensemble des découvertes faites sur le terrain ou en bibliothèque. Cette partie cachée du travail interroge la manière de concevoir cet objet d’étude et nécessite chaque jour des ajustements. Cette enquête s’ouvre à un champ d’analyse interdisciplinaire39 : il nous fallait intégrer cette ouverture dans notre méthodologie de travail, et interroger autrement la population des peintres badigeonneurs. Nous essayons aujourd’hui de mesurer l’utilité concrète de l’analyse de réseaux développée par les sciences sociales et son application au milieu des peintres italiens réunis dans le contexte d’une émigration artistique. Nous discuterons cette utilité à la lumière des travaux réunis dans ce numéro.

« L’analyse de réseaux »… utile ou non à l’étude des diasporas « artistiques » ?

  • 40 Laurent Beauguitte, « L’analyse de réseaux en sciences sociales et en histoire : vocabulaire, princ (...)
  • 41 Ibid., p. 3.
  • 42 Laurent Beauguitte précise « qu’un niveau minimal d’homogénéité des données doit être atteint pour (...)
  • 43 Un récolement a été mené par le groupe RES-HIST sur le site Réseaux et histoire (dont l’éditeur est (...)

15Si l’histoire de l’art est familière des artistes et de leurs activités, comme des analyses techniques et stylistiques des œuvres, elle l’est moins des méthodes qui étudient les configurations relationnelles, lesquelles s’appuient sur un vocabulaire spécifique, des concepts particuliers et des dispositifs d’analyse. Laurent Beauguitte40 en rappelle de manière très claire les fondements et leur application en histoire, dans l’introduction d’un récent bilan sur les usages par les historiens d’une notion « polysémique ». Il ne paraît pas utile ici de revenir à la généalogie de l’analyse de réseaux. Il est en revanche important de relever que pour beaucoup de chercheurs le « réseau » est encore perçu de manière métaphorique, comme un regroupement d’individus. Fondée sur la théorie des graphes, cette approche distingue en réalité des objets mathématiques – il faut insister sur cette nature – constitués de points symbolisant des acteurs, et de lignes symbolisant les relations qu’ils ont entre eux, « l’ajout d’attributs sur les liens et/ou les sommets permettant la transformation en réseau41 ». Les réseaux peuvent être « orientés » (le sens de la relation importe, il peut être dans un seul sens), ou non (relation de transitivité), ou encore « mixtes ». Les liens peuvent être qualifiés. Les plus courts chemins entre les « acteurs/sommets » sont calculés à partir du nombre de liens. Nous retiendrons qu’en sciences humaines sont surtout menées des analyses de « réseaux personnels » (soit un « sommet central », l’ensemble de ses relations et celles qu’elles ont entre elles) ou de « réseaux bipartis » (les liens entre deux ensembles différents de sommets, qui intègrent des relations entre des catégories différentes d’objets). Enfin, ces calculs sont matérialisés sous la forme d’images réticulaires qui sont en général retravaillées pour être rendues lisibles. L’analyse de réseaux suppose d’avoir en amont un certain nombre de données, d’en faire le tri après une réflexion méthodologique approfondie42, puis de les traiter par un logiciel adapté à ce type de calculs (Pajek, Gephi, Nodegoat, etc.). Les difficultés liées à l’usage de l’outil sont connues : elles portent notamment sur la nature éparse des données en histoire, la subjectivité des choix faits par le chercheur qui en opère le tri, les limites de l’approche quantitative, l’évolution du réseau dans le temps (le réseau étant un indicateur à un instant T) et ce qu’il permet réellement de saisir de la narration historique, enfin la compréhension par les chercheurs en sciences humaines des logiques liées à la théorie des graphes. La bibliographie est dense43 et permet à présent d’apprécier et de discuter l’efficacité de cet outil appliqué aux analyses historiques. Quelques études sélectionnées nous ont semblé particulièrement significatives et intéressantes dans la réflexion à construire sur les artistes/artisans étrangers présents sur le sol français, depuis l’étude remarquée de John F. Padgett et Christopher K. Ansell sur le système du « partnership » dans l’élite florentine.

  • 44 Marie-Antoinette Hily, William Berthomière, Dimitrina Mihaylova, « La notion de “réseaux sociaux” e (...)
  • 45 Stéphanie Lima, Jérôme Lombard et Hasnia-Sonia Missaoui, « Mobilités, migrations inter-transnationa (...)
  • 46 Nous reprendrons ici la définition donnée par les auteurs d’après D. Massey : le réseau migrant est (...)
  • 47 Cf. ibid., p. 15 à 18, et Michel Grossetti, « Les narrations quantifiées, une méthode mixte pour ét (...)
  • 48 Ibid., p. 15. Lire également Alain Degenne, Claire Bidart, Michel Grossetti, La vie en réseau : dyn (...)
  • 49 Ferdinand Fabre, Le roman d’un peintre, Paris, G. Charpentier, 1878. Cet ouvrage raconte le parcour (...)
  • 50 Cf. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2004, (...)
  • 51 L’analyse de Mark S. Granovetter est bien connue : elle a permis de démontrer que les liens faibles (...)
  • 52 « Sociologie de l’art, sociologie des réseaux : les rendez-vous ratés » : l’expression est utilisée (...)
  • 53 Mickaël Gasperoni et Cyril Grange, voir l’atelier intitulé « Initiation à l’étude des réseaux famil (...)

16Appliqué depuis une trentaine d’années à la sociologie des migrations, l’analyse de réseaux a conduit à plusieurs bilans depuis les années 200044 : la synthèse publiée récemment dans la revue Espace populations sociétés45 sur les mobilités contemporaines propose une vue d’ensemble claire et compréhensible, même pour le non-spécialiste ; elle rend compte de la complexité du sujet et des approches conceptuelles, depuis les notions de « chaînes migratoires » (1964) ou de « réseau migrant »46 (1993) jusqu’aux plus récentes « chaînes relationnelles » (2011)47 permettant de saisir l’inscription des parcours individuels dans des réseaux déjà constitués48. Si les enquêtes fondant l’analyse des chaînes relationnelles sont adaptées aux modalités de la société contemporaine, elles fournissent cependant un cadre de réflexion utile au questionnement sur les relations interindividuelles ayant existé aux périodes antérieures. Elles laissent mieux saisir et qualifier la forme des interactions, car il s’agit de comprendre les processus qui ont conduit à nouer les relations ; certes, ces narrations ne sont pas fréquentes dans la documentation des siècles passés, cependant ce type d’analyse interroge différemment des sources auxquelles un historien d’art peut être confronté, comme le Journal d’un artiste pauvre, ou le Roman d’un peintre par Ferdinand Fabre (1878)49 dans le cas des peintres italiens émigrés. Plus largement, l’étude des relations propose des grilles d’analyse qui obligent à penser les « contours » d’un groupe, le « capital social » d’un individu50, son environnement personnel, ses amitiés électives ou obligées, la force de ses liens51, etc. La notion de « territoire », renouvelée par les géographes, nourrit aussi les réflexions sur les pressions exercées par les marchés extérieurs ou les ressources dans la détermination des espaces investis par les artisans migrants, et les stratégies ayant facilité les mobilités. Les traces matérielles et textuelles livrées par les badigeonneurs en Languedoc, par exemple, dessinent ainsi plusieurs cartes qui indiquent des territoires de travail, des territoires d’ancrage familial ou des zones d’influence qui ne se recoupent pas forcément. Leurs activités ont été favorisées par un contexte artistique favorable et des ressources disponibles localement. Enfin, ces études de réseaux migratoires s’intéressent à la transformation et à la circulation des expériences et des compétences professionnelles (statuts, savoir-faire, mobilités de la main-d’œuvre, filières, etc.) que les documents et les images permettent de documenter (Ill.4). Hors de la sociologie des migrations, il s’agit d’un questionnement essentiel sur les hommes et leurs métiers qui relève traditionnellement de la sociologie de l’art. Martine Azam et Ainhoa de Federico ont cependant constaté récemment que la discipline avait manqué son « rendez-vous52 » avec l’analyse de réseaux, malgré quelques avancées intéressantes portant sur la création artistique très récente. Enfin, il ne faut pas négliger les recherches menées sur les réseaux familiaux53, indispensables pour saisir les logiques des systèmes de parenté depuis l’époque moderne.

Ill.4 : Église de Saint-Félix-de-Lauragais (Haute-Garonne, France), voûtain du chœur, peinture murale à la détrempe, atelier Ceroni, milieu xixe siècle.

Ill.4 : Église de Saint-Félix-de-Lauragais (Haute-Garonne, France), voûtain du chœur, peinture murale à la détrempe, atelier Ceroni, milieu xixe siècle.
  • 54 Ingeborg Van Vugt, « Using multi-layered networks to disclose books in the Republic of letters », J (...)
  • 55 Elle s’appuie sur l’étude de réseaux « bipartis » qui intègrent des relations entre des catégories (...)

17Dans le champ de l’histoire, quelques études ont retenu notre attention, comme celle d’Ingeborg Van Vugt, issue du premier numéro du Journal of Historical Network Research54. L’auteure mesure la qualité des liens qui existaient entre les penseurs de la République des lettres à travers leurs usages de la correspondance et des livres imprimés qu’ils s’échangeaient et où ils se mentionnaient. Elle superpose trois réseaux différents où les sommets sont à la fois représentés par les hommes, les livres imprimés et les lettres, choix qui a été motivé par le souci de croiser les sources pour donner une idée « plus juste » du fonctionnement de ce vaste réseau. En faisant évoluer les correspondances sur trente ans, ses visualisations attrayantes (à partir du logiciel Nodegoat) permettent de comprendre comment certains penseurs collectaient et utilisaient des informations pour construire leur travail éditorial. Cette démarche est intéressante dans la mesure où elle permet de comprendre que les objets, dès lors qu’ils sont porteurs d’informations relationnelles, peuvent être considérés comme des « données55 » à part entière. BAnDITI s’appuie sur un abondant corpus d’images composées de motifs ou de scènes narratives qui renseignent plusieurs dynamiques relationnelles : elles sont liées à des peintres connus (Ill.5), et quand ça n’est pas le cas, elles recèlent des manières de peindre qui les rattachent à des ateliers. Elles véhiculent des iconographies localisées géographiquement, qui montrent des liens entre elles, des enrichissements, des altérations ou des translations identiques ; elles portent des indications écrites diverses qui identifient des clientèles (prêtres, familles, etc.), elles ont aussi des qualités techniques qui rendent compte des circulations de savoir-faire. Utiliser les « objets-images » comme sommets, et imaginer des visualisations après traitement de centaines de données, nous a semblé convaincant pour faire apparaître des liens relationnels difficiles à voir d’emblée. Les visualisations graphiques et, plus encore, les méthodes et réflexions développées en amont pour y parvenir, offrent donc la possibilité aux recherches sur les diasporas artistiques de faire émerger des liens imperceptibles de prime abord.

Ill.5 : Église de Lagarde-Viaur (Tarn, France), peinture murale, chœur, Jacques Bosia, 1828.

Ill.5 : Église de Lagarde-Viaur (Tarn, France), peinture murale, chœur, Jacques Bosia, 1828.

© S. Duhem, 2009.

  • 56 Cf. Miriam Kienle, « Between nodges and edges: Possibilities and limits of network analysis in art (...)
  • 57 Artl@s Bulletin, vol. 6, 2017, n° 3, « Visualizing networks: Approaches to network analysis in art (...)
  • 58 La revue est éditée par Catherine Dossin (Purdue University) et Béatrice Joyeux-Prunel (ENS), elle (...)
  • 59 Stéphanie Porras, « Keeping our eyes open: Visualizing networks and art history », Artl@s Bulletin, (...)
  • 60 Nous renvoyons aux « dix commandements de la saisie » proposés par Claire Lemercier et Claire Zalc (...)

18Par ailleurs, beaucoup d’analyses de réseaux historiques s’appuient sur des métadonnées collectées en amont par différents biais, souvent par des auteurs ou des institutions n’ayant pas eu initialement les mêmes intérêts56. C’est un point qui est souvent critiqué, ou pour le moins discuté par les détracteurs de ces explorations mathématiques, notamment dans l’un des numéros de la revue Artl@s Bulletin57 (publication numérique initiée en 2012 par l’ENS58), sans doute le seul à ce jour en France consacré à l’analyse de réseaux en histoire de l’art. Les réflexions de Stéphanie Porras dans « Keeping our eyes open:Visualizing networks and art history59 » rendent compte des limites inhérentes aux systèmes de données rassemblés. Partant de ses propres recherches sur les ivoires philippins réalisés par des immigrants chinois à l’époque moderne – sujet qui entre en résonance avec les préoccupations de BAnDITI –, elle documente des circulations à partir d’une culture matérielle qui n’est pas renseignée par des sources archivistiques et constate que les analyses de réseaux pratiquées dans le champ de l’histoire de l’art s’appuient couramment sur des sources qui reproduisent des déséquilibres de pouvoir. Ces dernières visualisent des schémas institutionnels canoniques assez éloignés des contextes artistiques dans leur diversité et ont tendance à vouloir réduire des systèmes complexes à des schémas lisibles où les liens sont vidés de leurs nuances. Plus les données sont nombreuses, moins elles renseignent de manière qualitative la nature des liens existants. Le problème se pose concrètement concernant les artisans italiens itinérants : ils sont relativement bien documentés aux xviiie et xixe siècles, contrairement aux sculpteurs chinois, mais sont absents des banques de données institutionnelles patrimoniales, assez sélectives et contraintes par les vieux jugements d’autorité de l’histoire de l’art ou les hégémonies idéologiques. En réalité, l’exploration numérique et l’analyse structurale ne sont pas à l’ordre du jour, les métadonnées n’existent pas sur les artisans italiens exilés en France, aux États-Unis, en Argentine ou ailleurs. Il faut dès à présent penser leur récolement et prévoir leur saisie de la façon la plus scrupuleuse et neutre qui soit60, car la matière collectée autour des créateurs et des objets/images pourrait constituer un potentiel exceptionnel, nous semble-t-il, pour repérer des échanges et qualifier les relations.

  • 61 Cf. Miriam Kienle, Michael P. Lynch, Miriam Poser.
  • 62 Les données proviennent du British Museum et du Rijksmuseum. Matthew Lincoln, « Continuity and disr (...)
  • 63 Ibid., p. 31.
  • 64 Ibid., p. 37.
  • 65 Léa Saint-Raymond, Antoine Courtin, « Enriching and cutting: How to visualize networks thanks to li (...)

19L’analyse de réseaux est donc porteuse d’un paradoxe déjà bien observé61 : à travers la multiplication des liens, elle révèle des acteurs et des situations marginales auxquels les études « académiques » auraient peu prêté attention, mais sa matière se nourrit surtout de données collectées en masse, en partie orientées, souvent focalisées sur des personnalités ou des phénomènes marquants de l’histoire artistique. L’analyse menée par Matthew Lincoln à partir des communautés d’imprimeurs entre 1550 et 1750 est particulièrement significative sur ce point puisque la représentation du réseau de production des gravures et des acteurs, obtenue à partir des calculs des données62, l’a amené à nuancer l’impact de la perspective individuelle (autour des figures très connues de Wierix, Sadeler, Bloemaert, etc.) et nationaliste (le poids des « écoles ») sur les changements stylistiques, iconographiques et structurels observés dans la production63 ; ces derniers étaient moins liés à l’influence des grands graveurs qu’à celle des milliers d’acteurs structurant ce vaste réseau64. L’enquête de Léa Saint-Raymond a conduit à l’identification de peintres belges, figures clés du marché parisien en 1868, pourtant inconnus de l’histoire de l’art65. « Penser en réseau » est donc un formidable outil pour examiner les périphéries, décloisonner et dé-catégoriser les lieux communs disciplinaires qui conduisent à des lectures faussées.

Renouveler les approches monographiques…

20Quoi qu’il en soit, et ces limites étant posées, l’analyse de réseaux ne peut qu’ouvrir de nouvelles perspectives à l’étude des artisans en migration. Elle pose aussi la question de la cohabitation avec les méthodes classiques d’analyse ou les méthodologies nouvelles, car il faut bien admettre qu’une partie des conclusions issues des analyses de réseaux relèvent souvent d’observations de bon sens et de déductions familières aux démonstrations plus « académiques ». Les recherches publiées dans ce numéro explorent à leur manière les voies initiées par l’étude des réseaux sociaux, sans les moyens ou les outils précédemment évoqués. Elles sont le fruit de recherches patientes sur un thème marginal dans l’historiographie, et d’une expérience fondée sur la connaissance des fonds d’archives exploités et sur une compréhension approfondie des indications qu’ils cèlent. Les auteurs ont joué le jeu des interrogations en concentrant leur attention sur la nature des liens existant entre les acteurs. Les contributeurs des deux interviews qui complètent ce numéro, Pierre-Olivier Ouellet (Université du Québec à Montréal), Laura E. Ruberto (Berkeley City College) et Joseph Sciorra (Queens College), se sont aussi prêtés au jeu des questions-réponses sur le sujet.

  • 66 Gladys Motta (ed.), « Ogni strumento è pane ». L’emigrazione dei valsesiani nell’Ottocento. Atti de (...)

21Les enquêtes prosopographiques menées par Giulia Cicali, Mickaël Zito, Pierre Marie Guéritey et Pauline Carminati identifient des communautés d’artisans italiens, leur entourage, leurs partenaires professionnels. Les sources utilisées par les auteurs sont proches : ce sont principalement les registres paroissiaux et les registres de l’état civil, les actes notariés, les rôles d’imposition, les correspondances, les dénombrements, les registres des passeports, les délibérations municipales et diverses sources imprimées. Elles leur permettent d’établir des trajectoires et des circulations, des villes/villages d’Italie aux villes françaises. G. Cicali suit le sculpteur Francesco Bordoni dans ses déplacements jusqu’à Saint-Germain-en-Laye au temps d’Henri IV ; M. Zito et P.-M. Guéritey pistent les parcours de familles d’entrepreneurs et de stucateurs depuis la Valsesia66 et le Tessin jusqu’en Franche-Comté, entre xviie et xixe siècle. P. Carminati emboîte le pas des figuristes-mouleurs (figurinai) entre la République de Lucques et le faubourg Saint-Antoine (fin xviiie-xixe).

  • 67 Corine Maitte, « Migrations et intégrations urbaines des verriers italiens… », art. cit., p. 25.
  • 68 Alain Degenne, Michel Forsé, Les réseaux sociaux : une analyse structurale en sociologie, Paris, Ar (...)
  • 69 Laurence Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe s (...)

22Tous montrent les ressorts d’une émigration inscrite dans le temps, faite d’allers-retours fréquents avec le pays d’origine et qui conduit généralement à une installation de longue durée. La mobilité semble choisie et pratiquée comme « un mode d’occupation du territoire », pour reprendre C. Maitte67. Nous découvrons des artisans qualifiés, qui valorisent leurs compétences à la faveur de rencontres avec des individus qui représentent des points de passage obligés – en langage « réseau », dont la centralité d’intermédiarité68 est forte. Ce sont des conseillers, des financiers ou des agents des familles fortunées issus des milieux laïcs, ou des prêtres et des religieux, notamment sur les chantiers des riches abbayes où se recrutent les meilleurs ouvriers. Habileté technique et savoir-faire particuliers sont presque toujours des qualités remarquées et un facteur d’intégration qui conduit les Italiens à interférer, voire à s’immiscer dans les réseaux académiques : c’est le cas des mouleurs qui fréquentent Houdon à Paris, ou de certains Italiens à Toulouse qui nouent des liens avec les écoles de dessin. Les mécanismes de l’ascension professionnelle sont décryptés lisiblement, de la réputation naissante à la renommée, édifiée sur les recommandations de la clientèle. Les cas examinés montrent des parcours réussis, des commandes qui se succèdent, entraînant des mobilités et la constitution de fortunes personnelles. Le constat est plutôt celui d’une insertion réussie dans le tissu économique local – pour revenir sur le thème : « l’émigration montagnarde est-elle une émigration de la réussite ?69 » –, facilitée sans doute par des pratiques « d’autorégulation » visant à contrer les phénomènes de concurrence. Ainsi, les peintres badigeonneurs se sont partagés en Languedoc des zones d’activité contiguës, et non superposées. Les textes décrivent des liens interpersonnels dynamiques : l’entourage familial occupe une place essentielle et les liens d’amitié et de proximité ne sont pas seulement communautaires, comme en témoignent les alliances matrimoniales ou les actes de baptême qui intègrent la clientèle des artisans. Solidarité et entraide sont observées à travers la gestion des biens immobiliers, entre France et Italie. Nous pouvons donc mesurer concrètement, à travers ces études de cas, le cœur des communautés et faire le constat qu’en intégrant des structures sociales préexistantes, ils les ont modifiées ; l’arrivée de cette main-d’œuvre qualifiée et son faible coût ont en effet transformé les économies artistiques locales.

… S’enquérir d’autres approches disciplinaires

  • 70 Le vocabulaire des SIC (émission, réception, transmission, récepteurs, etc.) se retrouve dans quelq (...)
  • 71 « Outil heuristique » pour certains… Cf. Rania Abdellatif, Yassir Benhima, Daniel König, Élisabeth (...)
  • 72 Michel Espagne et Michael Werner rappellent que le transfert culturel « implique le déplacement mat (...)
  • 73 Voir également Michel Espagne, Les transferts…, op. cit. ; id., L’histoire de l’art comme transfert (...)
  • 74 Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts… », art. cit; Thomas Dacosta Kaufmann, Catherine Dossin, (...)
  • 75 Ibid. p. 10.

23Pour les étudier, Marianne Cailloux invite à choisir une focale inhabituelle puisqu’elle examine les apports de l’histoire culturelle et des sciences de l’information et de la communication (SIC) à la modélisation des systèmes de circulation et de communication. Son corpus est celui des peintres italiens et de leurs œuvres, réalisées dans les Alpes occidentales à la fin du Moyen-Âge. Cette approche n’est pas si différente de l’analyse de réseaux en ce sens qu’elle observe les périphéries et qu’elle vise à comprendre, partant des images, la communication des échanges d’informations au moyen des notions « d’émission », de « réception », de « flux » et de « médiations » – des liens en somme, sans l’usage de la théorie des graphes. Cette proposition originale interroge les proximités disciplinaires, les objectifs visés, les outils heuristiques utilisés : des logiciels aux concepts, jusqu’aux « manières » de vocabulaire, parfois très proches d’un champ disciplinaire à l’autre70 ; comme le font souvent les auteurs des analyses de réseaux appliquées aux migrations artistiques, l’auteure intègre la problématique récente des « transferts culturels71 » et des enjeux spatiaux, en cherchant à comprendre la façon dont les artistes ont déplacé des éléments culturels issus d’aires géographiques différentes. Il s’agit bien ici d’éprouver une autre approche72, développée initialement par Michel Espagne et Michael Werner73 et renouvelée dernièrement par quelques spécialistes, dans le champ de l’art médiéval ou contemporain notamment74. L’équipe de chercheurs FranceMed en rappelle les fondements : le transfert culturel implique des objets (matériels ou immatériels, mutables ou immutables, animés ou inanimés), des structures spatiales (qui conditionnent le cadre matériel, le support de mobilité, les réseaux humains), des lieux de mémoire et des acteurs qui servent de stimulants dans la dynamique des échanges75. Les processus sont scrutés et les types de transferts catégorisés (permanents ou non, réciproques ou non, etc.) suivant une démarche dont les objectifs présentent fondamentalement des analogies avec les liens visualisés par les réseaux ou les phénomènes d’émission/réception modélisés par les SIC. Ce cadre appliqué aux milieux artisanaux issus de l’émigration permet de sonder des questions essentielles, outre l’attention portée aux acteurs et à leurs déplacements.

  • 76 La question de l’histoire de l’art est problématique selon Béatrice Joyeux-Prunel. Les transferts a (...)
  • 77 Nous renvoyons au bilan publié par Jacques Dubois, Jean-Marie Guillouët et Benoît Van Bossche, Le « (...)

24Cette démarche conduit d’abord à distinguer les transferts artistiques76 (interactions conviendrait mieux) qui laissent saisir les transferts culturels, en se défaisant prudemment des schémas de lecture pendant longtemps pensés en termes d’influence ou de géographie des styles77. Nous savons à présent qu’il importe de déconstruire l’idée que les formes n’auraient circulé qu’à sens unique, ici de l’Italie vers la France, agissant sur des acteurs passifs… La réalité des connexions est beaucoup plus complexe et, à bien des égards, insaisissable. De la même façon que la notion d’espaces différenciés, indissociable de la notion de transfert, reste déterminée par des cadres politiques, religieux, économiques ou linguistiques dont l’appréciation demande des investigations attentives, comme les contextes linguistiques qui déterminent les identités culturelles. Il est apparu que l’occitan populaire utilisé par certains badigeonneurs entre Toulouse et Tessin était très proche. Qu’on le veuille ou non, analyse de réseaux et transferts culturels se saisissent en premier lieu à l’échelle micro-historique. Par-delà les mots et les théories générales, c’est l’observation attentive des contextes qui conduit à faire évoluer ces concepts.

25Les études présentées ici permettent de cerner la nature des transferts artistiques. Ils sont principalement iconographiques, stylistiques ou techniques, et ont été particulièrement sensibles à des mutations répétées. Ils ont connu une existence perpétuelle, qui n’est pas forcément linéaire, sont issus d’ensembles d’interactions matérielles et immatérielles, mobiles, initiées et façonnées par les hommes qui conditionnent leur destinée. Ils sont révélateurs des dynamiques relationnelles qui reviennent aux réseaux. Nous ne saisissons aujourd’hui qu’une partie de ces transferts et des processus qui les ont vus naître. Ils subsistent sous la forme de vestiges matériels : textes et objets, qui montrent des images, des factures, des savoir-faire repérés en des lieux donnés à des moments donnés. Giulia Cicali montre par quelles circonstances le fontainier Ferray, arrivé à Toulouse au milieu du xviie siècle, « déplace » de Saint-Germain-en-Laye à la cité languedocienne l’ingénierie, les motifs et les formes développés dans l’art fontainier par les Francini. Mickael Zito relève l’introduction en Franche-Comté, au début du xviiie siècle, des premiers retables en stuc par Jean-Antoine Marca, et la création d’un langage formel nouveau. Pierre Marie Guéritey signale l’originalité du maître autel de Saint-Jean-de-Losne, ses liens avec le baldaquin de la basilique de l’Assomption du Sacro Monte de Varallo et le travail de transposition opéré par Antoine Marquéty (1740-1805). L’art des mouleurs italiens et leurs techniques de façonnage leur ouvrent les portes des grands ateliers parisiens. BAnDITI étudie des objets fixes, les peintures murales, produites par des artistes mobiles mais ayant gardé des contacts réguliers avec leurs villages d’origine : certains thèmes semblent inspirés directement des travaux faits en Italie, comme d’autres s’en éloignent… Ainsi affleurent les liens entre Italie et France, France et Italie, fragiles, conçus à la faveur de déplacements individuels et d’interactions bénéfiques. Des « vies qui s’entrecoupent » pour reprendre la jolie formule de Pierre-Olivier Ouellet.

  • 78 Sophie Duhem, L’art de Jacques Bosia (1788-1842). « Barbouilleur » italien dans le Midi, photograph (...)

26Ces combinaisons créatives interrogent par là même la notion d’identité artistique, qui suppose d’être envisagée à plusieurs échelles. Celles de l’espace et du temps, comme le montrent Laura Ruberto et Joseph Sciorra qui l’évaluent dans ses relations avec l’identité nationale et l’identité culturelle, dans le contexte italo-américain contemporain. Les objets de la culture artistique servent des phénomènes conscients de construction ou de rejet des identités ethniques : les formes de l’artisanat italien sont toujours vivaces et perpétuent des récits historiques utilisés par les communautés. Quel sens donner sur notre territoire à cette identité artistique ? Si l’on peut faire le constat d’une instrumentalisation de cet héritage aux xxe et xxie siècles, la perception d’une « identité artistique » et de son exploitation aux siècles précédents est délicate. Si l’on ne considère que l’origine géographique du concepteur, elle a un sens, comme le rappelle P.-O.-Ouellet, mais existe-t-elle seulement, ramenée à la création elle-même ? La peinture des barbouilleurs, que l’on catégoriserait facilement comme « italienne dans un style néo-renaissant », est en réalité très hétérogène par ses sources d’inspiration et par les références iconographiques que les exécutants ont sollicitées. Jacques Bosia, peintre dans le Tarn, a intégré à la fois les modèles des fresques transalpines du xvie, des œuvres françaises de chevalet du xviie siècle et les gravures provenant d’une bible imprimée au xviiie78 ! Les emprunts faits au vieux fonds culturel et artistique local montrent que ce dernier constituait toujours une source d’inspiration féconde sur le territoire au xixe siècle. C’est donc moins à une identité artistique qu’à un imaginaire que la peinture des Italiens renvoie, porteuse d’une coloration, certes marquée, mais qu’il faudrait circonscrire. Pour l’instant, elle semble surtout liée à un usage marqué de la couleur, un goût pour le monumental et la profusion ornementale, des caractéristiques que l’art français recèle aussi, en d’autres lieux. Ces métissages ininterrompus semblent avoir pris une dimension syncrétique particulière en milieu rural, indissociable de la culture des communautés endogènes. Si les activités des « barbouilleurs » italiens en Languedoc ont conduit à un renouveau de la couleur dans les églises à partir des années 1820, c’est bien autre chose, de plus insaisissable qu’une identité italienne au sens propre, qui se serait ainsi construit au cours du temps (Ill.6).

Ill.6 : Cathédrale de la Nativité, Rieux-Volvestre (Haute-Garonne, France), chapelle latérale de la nef, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.

Ill.6 : Cathédrale de la Nativité, Rieux-Volvestre (Haute-Garonne, France), chapelle latérale de la nef, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.

© S. Duhem, 2017.

27Ce sont donc des transformations multiples, superficielles ou plus profondes, que les objets de la culture matérielle et l’histoire des artisans émigrés laissent saisir à l’échelle du temps long. Les contributions des auteurs de ce numéro montrent l’importance des études prosopographiques, dont bon nombre restent à faire sur notre territoire ; les conclusions proposées par les utilisateurs de l’analyse de réseaux, comme les réflexions menées sur les transferts culturels constituent cependant des outils conceptuels indispensables au renouvellement des enquêtes sur ce thème.

Haut de page

Notes

1 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Puf, 1999.

2 Béatrice Joyeux-Prunel (dir.), « Les transferts culturels, un discours de la méthode », Hypothèses vol. 6, 2003, n° 1, p. 149-162 ; id., L’art et la mesure. Histoire de l’art et méthodes quantitatives, Paris, éditions de la rue d’Ulm, coll. « Actes de la recherche à l’ENS », 2010 ; Thomas Dacosta Kaufmann, Catherine Dossin, Béatrice Joyeux-Prunel, Circulations in the Global History of Art, Studies in art historiography, Londres, Routledge, 2015.

3 Cf. Sophie Duhem, L’art au village. La production artistique des paroisses rurales (xvie-xviiie siècle), Rennes, PUR, 2009.

4 D’autres chercheurs ont été récemment confrontés aux mêmes difficultés : Martine Azam et Ainhoa de Federico, « Sociologie de l’art et analyse des réseaux sociaux », Sociologie de l’art, OPuS 25-26, 2016, n° 1, p. 13-36. DOI : 10.3917/soart.025.0013. URL : https://www.cairn.info/revue-sociologie-de-l-art-2016-1-page-13.htm

5 Paola Corti, « L’emigrazione italiana in Francia: un fenomeno di lunga durata », Altreitalie, 26, gennaio-giugno 2003, Edizioni della Fondazione Giovanni Agnelli, p. 4-26. Voir également Matteo San Filippo, « “Ipsi sugunt sanguinem & medullam miserae plebis Francogallicae”: gli italiani in Francia nella lunga età moderna (xiv-xx secolo) », Studi Emigrazione/Migration Studies, XLIX, 2012, n° 187, p. 456-484 ; id., « Emigrazione italiana: il dibattito storiografico nel nuovo millenio », Studi Emigrazione/Migration Studies, XXXX, 2003, n° 150, p. 376-396.

6 Bernard Beck, « Les urbanistes et ingénieurs italiens au service de François Ier et Henri II en Normandie et en France », Cahier des Annales de Normandie, 2001, n° 31, Mariella Colin (dir.), « L’émigration-immigration italienne et les métiers du bâtiment en France et en Normandie : actes du colloque de Caen (24-26 novembre 2000) », p. 21-34.

7 Voir les travaux des historiens modernistes sur la présence italienne en France au xvie siècle : R. Gascon, Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle, Lyon et ses marchands, Paris, 1971 ; Michel Morineau, « Lyon l’italienne, Lyon la magnifique », Annales, économies, sociétés, civilisations, 29e année, 1974, n° 6, p. 1537-1550 ; Jean-François Dubost, La France italienne, xvie-xviie siècles, Paris, Aubier, 1997 ; Diego Deleville, Les Italiens en Dauphiné à la fin du Moyen âge : crédit, finance et pouvoir, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « La pierre et l’écrit », 2012 ; Matteo San Filippo, « “Ipsi sugunt… », op. cit. ; Cf. Corinne Maitté (note 9).

8 Sophie Duhem, L’art au village…, op. cit., p. 13.

9 Mariella Colin (dir.), « L’émigration-immigration italienne et les métiers… », op. cit.

10 Voir notamment : Dominique Barjot, Mariella Colin, « Introduction », ibid., p. 9-18 ; Francesco Micelli, « Maçons du Frioul en France entre migration saisonnière et intégration », ibid., p. 45-54 ; Laure Teulières, « Immigration et assignation professionnelle : quand des immigrés pour la terre débordent vers le bâtiment », ibid., p129-138 ; Jean-Louis Lenhof, « L’immigration italienne dans les métiers du bâtiment au xixe siècle : isolement et réussite sociale mitigée à Alençon », ibid., p. 205-216 ; Florence Martinotti, « De la reconstruction empirique à l’enracinement symbolique. Quelques éléments pour une analyse de l’intégration », ibid., p. 287-295 ; nous recommandons la collecte iconographique faite par Jean-Noël Colin dans « L’immigration italienne dans les métiers du bâtiment en Basse-Normandie : images et documents », ibid., p. 225-256.

11 Corine Maitte, « Manufactures royales et débauchage des compétences : les ouvriers qualifiés d’origine italienne (xviie-xviiie siècles) », Revue du Nord, 2001, n° 15 hors-série, Gérard Gayot et Philippe Minard (dir.), « Les ouvriers qualifiés de l’industrie. Formation, emploi, migrations (xvie-xxe siècle) », p. 43-65 ; id., Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, xvie-xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; id., « Les migrations de travail comme ressources : verriers vénitiens et altarais, xvie-xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome, 123, 2011, n° 1, p. 29-43 ; id., « Migrations et intégrations urbaines des verriers italiens en France, xvie-xviiie siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2016, n° 132, p. 25-44.

12 Caroline Douki, « Lucquois au travail ou émigrés italiens ? Les identités à l’épreuve de la mobilité transnationale, 1850-1914 », Le Mouvement social, 1999, n° 188, « Immigration et logiques nationales, Europe, xixe-xxe siècles », p. 17-41.

13 Marie-Claude Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien. Une histoire d’intégration (années 1880-1960), Rome, École française de Rome, 2000 ; id., « Les ouvriers italiens en banlieue dans l’entre-deux-guerres : spécificités et modes d’intégration », in Jacques Girault (dir.), Les ouvriers en banlieue parisienne, Paris, éditions de l’Atelier, 1998 ; id., « Hier à Saint-Antoine, aujourd’hui à Belleville. Les étrangers et le creuset parisien depuis un siècle », in Claude Gauvard et Jean-Louis Robert (dir.), Être parisien, Paris et Ile-de-France, Mémoires, t. 55, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 163-181 ; id., « Le Faubourg-Saint-Antoine. Un mythe parisien à l’heure italienne (atelier Louis Bozza, 1914) », in Laure Teulières (dir.), Italiens, 150 ans d’émigration en France et ailleurs, Toulouse, Editalie éditions, 2011, p. 140-146.

14 Jean-Luc de Ochandiano (conservateur des bibliothèques, université Lyon III), Lyon, un chantier limousin : les maçons migrants (1848-1940), 2e édition, Lyon, Lieux Dits, 2011 (1re édition, 2008) ; id., Lyon à l’italienne, Lyon, Lieux Dits, 2013.

15 Voir également Maryse Andrys de Stefano, Le renouveau de la mosaïque en France : un demi-siècle d’histoire (1875-1914), Paris, Actes Sud, 2007 ; ou la thèse d’histoire économique de Marc di Benedetto sur les mosaïstes du Frioul, Mobilités et savoir-faire : les itinéraires et trajectoires d’élites professionnelles italiennes du bâtiment, sous la direction de A. Tarrius, université d’Aix-Marseille 2, 1991.

16 Journée d’étude « Les Italiens et l’ornementation à Lyon au xixe siècle », archives municipales de Lyon, 17 juin 2014 ; exposition Lyon l’italienne : deux siècles d’immigration italienne dans la région lyonnaise, archives municipales de Lyon, 15 avril-20 décembre 2014.

17 Marie-Claude Blanc-Chaléard, Caroline Douki, Nicole Dyonet, Vincent Millot (dir.), Police et migrants. France, 1667-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001 ; Corine Maitte, Manuela Martini, Issiaka Mandé, Didier Terrier (dir.), Entreprises en mouvements. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversités culturelles dans le monde (xve-xxe siècle), Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2009 ; Stéphane Kronenberger, Des temps de paix aux temps de guerre : les parcours des travailleurs étrangers de l’Est et du Sud-Est de la France (1871-1918), thèse d’histoire soutenue en 2014, sous la direction de Ralph Schor, université de Nice-Sophia Antipolis ; Antonio Bechelloni, Bénédicte Deschamps, Michel Dreyfus et Éric Vial (dir.), Les petites Italies dans le monde, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2007 ; Laure Teulières (dir.), Italiens, 150 ans d’émigration en France et ailleurs, op. cit. ; Giulia Fasso, Images et représentations de l’Italie et des Italiens à Grenoble depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, thèse d’histoire soutenue en 2012, sous la direction de Anne-Marie Granet-Abisset et de Pier Paolo Viazzo, Grenoble. Ajoutons une thèse d’histoire en cours, préparée par Paolo Conte sur La communauté d’exilés italiens à Paris à l’époque napoléonienne (1802-1821), sous la direction de Pierre Serna et Antonino de Francesco, université de Paris 1.

18 Anne-Marie Granet-Abisset, La route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux xixe et xxe siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « La pierre et l’écrit », 1994. Jean-Luc Huard, Les Italiens, histoire d’une communauté en Rhône-Alpes, Veurey, Éditions Le Dauphiné Libéré, 2012 ; René Blanchard, Les Ferro, gentilshommes verriers italiens à Machecoul, à Nantes et à Héric, Vannes, Imp. de Lafolye Frères, 1901 (extrait du Bulletin de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure).

19 Document disponible en ligne depuis février 2015. URL : http://www.consiglio.regione.toscana.it/upload/BIBLIO/documenti/BIBLIOTECA/BIBLIOGRAFIE/bibliografia_mestieri_2015.pdf.

20 Cf. le site « Ancêtres italiens » (association créée en 1991 ; www.geneaita.org) qui a publié une bibliographie réunie par Marc Margarit, dédiée aux métiers des Italiens. (URL : http://www.geneaita.org/pdf/metiers_des_italiens_europe.pdf) ; cf. Le site créé en 2010 par Ursula Stevens, dédié aux Artisti Ticinesi in Europa xiii-xix secolo/Tessiner Künstler in Europa 13.-19. Jahrhundert, principalement aux architectes tessinois, aux sculpteurs, aux stucateurs et aux peintres (530 fiches nominatives). Le site présente une riche bibliographie. URL : https://www.artistiticinesi-ineuropa.ch/ita/lettera.html.

21 René Blanchard, Les Ferro…, op. cit.

22 Annick Bogey-Rey, Du Piémont à la France, du Concordat à la rupture : un siècle de construction et de décoration des églises paroissiales en Savoie (1802-1905). Diocèses de Chambéry, Maurienne et Tarentaise, thèse de doctorat d’histoire de l’art, université de Lyon 2, sous la direction de François Fossier, 2002.

23 Giuseppe Andrea Gilardi, Riche journal d’un artiste pauvre, le carnet des campagnes d’un sculpteur d’églises baroques en Savoie, Annick Bogey-Rey (éd.), Chambéry, La Fontaine de Siloé, 1998 ; sans oublier le diario plus ancien du Florentin Jacopo da Pontormo, traduction et commentaires de Fabien Vallos. 2e éd. 2006-2008.

24 Raphaël Tassin, Giovan Betto (1642-1722) et les architectes italiens en Lorraine (fin xviie-début xviiie siècle), thèse d’histoire de l’art, EPHE, sous la direction de Sabine Frommel, 2014 ; id., « Il soggiorno di Francesco Galli Bibiena e l’eredità dell’architettura bolognese in Lorena nel primo quarto del xviii secolo », in Sabine Frommel (ed.), Crocevia e capitale della migrazione artistica: forestieri a Bologna e bolognesi nel mondo (sec. xviii), Bononia University Press, 2013, p. 207-226 ; id., « Les patronymes italiens aux xviie et xviiie siècles. Subsistance, transcription, francisation ? », Mémoires des Vosges, 2013, n° 27, p. 10-15 ; id., « L’architecte Giovan Betto en Lorraine : vecteur d’échanges et de migrations artistiques », Annales de l’Est, numéro spécial, « Actes des 6e universités d’hiver du Centre régional universitaire lorrain d’histoire (Saint-Mihiel, 21-23 novembre 2013) », 2014, p. 121-142.

25 Mickaël Zito, Les Marca (fin xviie-début xixe siècle) : itinéraires et activités d’une dynastie de stucateurs piémontais en Franche-Comté et en Bourgogne, thèse d’histoire de l’art, sous la direction de Paulette Choné, université de Dijon, 2013.

26 Brigitte Feret, Marbriers tessinois installés en Provence et Comtat Venaissin au xviiie siècle, thèse sous la direction de André-Jean Bourde, université d’Aix-Marseille 1, 1993.

27 Letizia Tedeschi, Nicola Navone (ed.), Dal mito al progetto. La cultura architettonica dei maestri italiani e ticinesi nella Russia neoclassica, Milan, Mendrisio, 2004, vol. 2 ; Letizia Tedeschi, Daniel Rabreau (dir.), L’architecture et l’Empire entre France et Italie, Milan, Mendrisio Academy Press-Silvana Editoriale, 2012.

28 Marion Lagrange, Les peintres italiens en quête d’identité, 1855-1909, Paris, CTHS-INHA, 2010 (publication issue de sa thèse). Il existe également une thèse ancienne de Gérard Hubert sur Les sculpteurs italiens en France sous la Révolution, l’Empire et la Restauration, 1790-1830, Paris, éditions de Boccard, 1964, sujet qui a été revisité depuis.

29 On songe aux recherches d’Alain Tarrius.

30 Geneviève Marotel, « Les marbriers de Carrare : culture migratoire et expansion économique », Revue européenne des migrations internationales, vol. 9, 1993, n° 1, p. 95-112 ; Geneviève Marotel, Marc di Benedetto, « Les pratiques circulatoires des professions du bâtiment en Europe : le cas des échanges entre la France et l’Italie du Nord », INRETS, janvier 1991.

31 Cf. Giovanna Campani, Les réseaux familiaux, villageois et régionaux des immigrés italiens en France, thèse de doctorat de 3e cycle en ethnologie, université de Nice, 1988. Voir également Michel Peroni, La construction sociale de l’identité : étude microsociologique d’un réseau d’immigrés italiens, DEA, sous la direction de Philippe Fritsch, université de Lyon 2, 1986.

32 Qui est néanmoins difficile à pratiquer. Cf. les réflexions d’Alex Mahoudeau, docteur en sciences politiques, à ce sujet dans : « Working between disciplines: Some thoughts on interdisciplinarity », Social movements and geography [En ligne], mis en ligne le 20/02/2017. URL: https://tcatf.hypotheses.org/260.

33 Sophie Duhem, « À l’ombre des rinceaux : putti, rubans et candélabres. La fortune des grotesques d’Albi dans quelques églises du Tarn », in Sainte-Cécile d’Albi et le décor peint à la première Renaissance, actes du colloque d’Albi (juin 2009) réunis par Jean-Louis Biget, Portet-sur-Garonne, Éditions midi-pyrénéennes, 2015, p. 123-139.

34 Ibid.

35 BAnDITI, projet porté par le Labex SMS (Structuration des mondes sociaux), Framespa (UMR 5136), université Toulouse-Jean Jaurès.

36 Prosper Mérimée, en 1834 : « Il faut savoir que tous les ans des essaims de barbouilleurs italiens se répandent dans les départements du Midi et couvrent les murs de nos églises de leurs ignobles compositions. Si l’on ne proscrit ces gens-là, je ne sais où ils s’arrêteront », dans Notes d’un voyage dans le Midi de la France, Paris, 1835, p. 120.

37 Nous songeons au « Loto du patrimoine », initié en septembre 2018, à la suite d’une convention passée entre la Française des jeux, l’État et la Fondation du patrimoine.

38 https://banditi.hypotheses.org/

39 Inscrite dans les recherches du Labex Structuration des mondes sociaux.

40 Laurent Beauguitte, « L’analyse de réseaux en sciences sociales et en histoire : vocabulaire, principes et limites », in Rosemonde Letricot (dir.), Le réseau. Usages d’une notion polysémique en sciences humaines et sociales, Presses universitaires de Louvain, 2016, p. 9-24.

41 Ibid., p. 3.

42 Laurent Beauguitte précise « qu’un niveau minimal d’homogénéité des données doit être atteint pour prétendre entreprendre la moindre démarche quantitative ».

43 Un récolement a été mené par le groupe RES-HIST sur le site Réseaux et histoire (dont l’éditeur est Claire Lemercier), URL : https://reshist.hypotheses.org/ ; Journal of Historical Network Research (JHNR), URL : https://jhnr.uni.lu/index.php/jhnr/issue/archive ; voir également REDES, Revista Hispana para el analisis de redes sociales, sur le site https://revistes.uab.cat/redes/issue/view/38.

44 Marie-Antoinette Hily, William Berthomière, Dimitrina Mihaylova, « La notion de “réseaux sociaux” en migration », Hommes et migrations, 2004, n° 1250, p. 6-12 [En ligne], consulté en janvier 2017. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01232479/document.

45 Stéphanie Lima, Jérôme Lombard et Hasnia-Sonia Missaoui, « Mobilités, migrations inter-transnationales et réseaux sociaux : regards croisés empiriques et méthodologiques », Espace populations sociétés, 2017, n° 2 [En ligne], mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 16 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7227.

46 Nous reprendrons ici la définition donnée par les auteurs d’après D. Massey : le réseau migrant est constitué de « l’ensemble des liens interpersonnels qui relient les migrants, les futurs migrants, et les non-migrants dans les espaces d’origine et de destination, à travers les liens de parenté, d’amitié, et une origine communautaire partagée », (Massey et al., 1993, p. 11).

47 Cf. ibid., p. 15 à 18, et Michel Grossetti, « Les narrations quantifiées, une méthode mixte pour étudier les processus sociaux », Terrain et travaux, 2011, n° 19, p. 161-162. Méthode qui analyse les processus permettant ou conduisant à des relations.

48 Ibid., p. 15. Lire également Alain Degenne, Claire Bidart, Michel Grossetti, La vie en réseau : dynamique des relations sociales, Paris, Puf, 2011.

49 Ferdinand Fabre, Le roman d’un peintre, Paris, G. Charpentier, 1878. Cet ouvrage raconte le parcours du peintre Jean-Paul Laurens, et son initiation auprès de barbouilleurs bien connus en Haute-Garonne, les Pedoya.

50 Cf. Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2004, rééd. 2011, p. 37 sq.

51 L’analyse de Mark S. Granovetter est bien connue : elle a permis de démontrer que les liens faibles facilitaient les circulations au sein de réseaux plus vastes, et qu’ils étaient une source plus importante de nouvelles idées et d’informations. Cf. Mark S. Granovetter, « The strength of weak ties », American Journal of Sociology, vol. 78, 1973, n° 6, p. 1360-1380.

52 « Sociologie de l’art, sociologie des réseaux : les rendez-vous ratés » : l’expression est utilisée par Martine Azam, Federico de Ainhoa, art. cit.

53 Mickaël Gasperoni et Cyril Grange, voir l’atelier intitulé « Initiation à l’étude des réseaux familiaux », sur https://reshist.hypotheses.org/1137. Cf. Annales de démographie historique, 2008, n° 116, « Les réseaux de parenté, refonder l’analyse ».

54 Ingeborg Van Vugt, « Using multi-layered networks to disclose books in the Republic of letters », Journal of Historical Network Research, vol. 1, 2017, n° 1, p. 25-51.

55 Elle s’appuie sur l’étude de réseaux « bipartis » qui intègrent des relations entre des catégories différentes d’objets (hommes, livres, correspondances, journaux, etc.).

56 Cf. Miriam Kienle, « Between nodges and edges: Possibilities and limits of network analysis in art history », Artl@s Bulletin, vol. 6, 2017, n° 3, « Visualizing networks: Approaches to network analysis in art history », article 1.

57 Artl@s Bulletin, vol. 6, 2017, n° 3, « Visualizing networks: Approaches to network analysis in art history ».

58 La revue est éditée par Catherine Dossin (Purdue University) et Béatrice Joyeux-Prunel (ENS), elle explore les questions « interdisciplinaires et transnationales » liées à l’histoire de l’art.

59 Stéphanie Porras, « Keeping our eyes open: Visualizing networks and art history », Artl@s Bulletin, vol. 6, 2017, n° 3, article 6.

60 Nous renvoyons aux « dix commandements de la saisie » proposés par Claire Lemercier et Claire Zalc dans Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2008.

61 Cf. Miriam Kienle, Michael P. Lynch, Miriam Poser.

62 Les données proviennent du British Museum et du Rijksmuseum. Matthew Lincoln, « Continuity and disruption in European networks of print production, 1550-1750 », Artl@s Bulletin, vol. 6, 2017, n° 3, article 2, p. 8.

63 Ibid., p. 31.

64 Ibid., p. 37.

65 Léa Saint-Raymond, Antoine Courtin, « Enriching and cutting: How to visualize networks thanks to linked open date platforms », Artl@s Bulletin, vol. 6, 2017, n° 3, article 7, p. 97.

66 Gladys Motta (ed.), « Ogni strumento è pane ». L’emigrazione dei valsesiani nell’Ottocento. Atti del convegno, Borgosesia, Società Valsesiana di Cultura-Istituto per la storia della resistenza e della storia contemporanea in Provincia di Vercelli, 1989.

67 Corine Maitte, « Migrations et intégrations urbaines des verriers italiens… », art. cit., p. 25.

68 Alain Degenne, Michel Forsé, Les réseaux sociaux : une analyse structurale en sociologie, Paris, Armand Colin, 1994, p. 158.

69 Laurence Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 52, 2005, n° 2, p. 26-49 ; Mélissa Blanchard et Sirna Francesca, « Migrations de retour dans les Alpes italiennes : mobilités, cittadinanza et sentiment d’appartenance », Revue européenne des migrations internationales, vol. 33, 2017, n° 2, p. 301-322.

70 Le vocabulaire des SIC (émission, réception, transmission, récepteurs, etc.) se retrouve dans quelques études sans que la discipline soit nécessairement invoquée. Voir par exemple Rania Abdellatif, Yassir Benhima, Daniel König, Élisabeth Ruchaud, Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, Munich, Oldenbourg Verlag, 2012 (p. 36 et suivantes).

71 « Outil heuristique » pour certains… Cf. Rania Abdellatif, Yassir Benhima, Daniel König, Élisabeth Ruchaud, Construire la Méditerranée…, op. cit., p. 21 ; pour d’autres, « Ce concept n’est ni un dogme ni une doctrine mais une méthode qui s’exerce sur des terrains d’investigation très larges », Jean-Christophe Couvenhes et Bernard Legras, Transferts culturels et politique dans le monde hellénistique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 5.

72 Michel Espagne et Michael Werner rappellent que le transfert culturel « implique le déplacement matériel d’un objet dans l’espace. Il met l’accent sur des mouvements humains : voyages, transports de livres, d’objets d’art ou de biens d’usage courant à des fins qui n’étaient pas nécessairement intellectuelles. Il sous-entend une transformation en profondeur liée à la conjoncture changeante de la culture d’accueil », dans Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècle), Paris, éditions Recherche sur les civilisations, 1988, p. 5.

73 Voir également Michel Espagne, Les transferts…, op. cit. ; id., L’histoire de l’art comme transfert culturel, l’itinéraire d’Anton Springer, Paris, Belin, 2009.

74 Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts… », art. cit; Thomas Dacosta Kaufmann, Catherine Dossin, Béatrice Joyeux-Prunel, Circulations…, op. cit. ; Rania Abdellatif, Yassir Benhima, Daniel König, Élisabeth Ruchaud (dir.), Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale, Ateliers des Deutschen Historischen Instituts Paris 9, Berlin, De Gruyter Oldenbourg, 2012, p. 10.

75 Ibid. p. 10.

76 La question de l’histoire de l’art est problématique selon Béatrice Joyeux-Prunel. Les transferts artistiques seuls ne suffisent pas à déterminer des transferts culturels qui supposent d’intégrer les intentions des acteurs pour mieux restituer des ensembles culturels, «… un échange structuré en réseaux où les jeux des individus ont une importance essentielle ». Cf. Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts culturels… », art. cit., p. 158-160.

77 Nous renvoyons au bilan publié par Jacques Dubois, Jean-Marie Guillouët et Benoît Van Bossche, Le « déplacement » comme problème, les transferts artistiques à l’époque gothique, Paris, Picard, 2014.

78 Sophie Duhem, L’art de Jacques Bosia (1788-1842). « Barbouilleur » italien dans le Midi, photographies J.-F. Peyré, Toulouse, PUM, coll. « Tempus Artis », 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill.1 : Petit Italien marchand de statuettes et de plâtres, photographie Henri Jansou (1874-1966), fonds Labouche, ADHG, cote 211 J 1 054.
Crédits © Archives départementales de la Haute-Garonne.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Ill.2 : Cathédrale de Rieux-Volvestre (Haute-Garonne, France), chapelle latérale de la nef, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.
Crédits © S. Duhem, 2017.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2072/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Ill.3 : Église d’Alan (Haute-Garonne, France), voûtain du chœur, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.
Crédits © S. Duhem, 2017.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2072/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Ill.4 : Église de Saint-Félix-de-Lauragais (Haute-Garonne, France), voûtain du chœur, peinture murale à la détrempe, atelier Ceroni, milieu xixe siècle.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2072/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Ill.5 : Église de Lagarde-Viaur (Tarn, France), peinture murale, chœur, Jacques Bosia, 1828.
Crédits © S. Duhem, 2009.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2072/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Ill.6 : Cathédrale de la Nativité, Rieux-Volvestre (Haute-Garonne, France), chapelle latérale de la nef, atelier des Pedoya, milieu xixe siècle.
Crédits © S. Duhem, 2017.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2072/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Duhem, « Métiers d’art itinérants : artisans en migration (France et espace alpin, xviie-xixe siècle) », Diasporas, 32 | 2018, 9-29.

Référence électronique

Sophie Duhem, « Métiers d’art itinérants : artisans en migration (France et espace alpin, xviie-xixe siècle) », Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2072 ; DOI : 10.4000/diasporas.2072

Haut de page

Auteur

Sophie Duhem

Sophie Duhem est maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Toulouse Jean-Jaurès. Ses recherches portent sur l’activité des artisans en milieu rural. Elle a dirigé en 2009 L’art au village. La production artistique des paroisses rurales (xvie-xviiie siècle) (Rennes, PUR) et, en 2013, avec Marc Salvan-Guillotin Pasteurs des âmes, pasteurs des arts. Les prêtres et la production artistique dans les provinces françaises (xvie-xxe siècle) (Toulouse, Méridiennes) ; elle est aussi l’auteur de L’art de Jacques Bosia (1788-1842). « Barbouilleur » italien dans le Midi (Toulouse, PUM, 2016) et en 2018, avec C. Noacco, L’homme sauvage dans les lettres et les arts (Rennes, PUR, sous presse).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals