Navigation – Plan du site

De la patria à la Franche-Comté : bâtisseurs et stucateurs de la Valsesia dans la province comtoise entre la fin du xviie siècle et le début du xixe siècle

From the patria to Franche-Comté: builders and stucco workers from the Valsesia Valley in the province of Franche-Comté from the late 17th century to the early 19th century
Mickaël Zito
p. 71-90

Résumés

À la charnière entre les xviie et xviiie siècles, une communauté de bâtisseurs et de stucateurs originaires de la Valsesia, une vallée du nord de l’Italie, arrive en Franche-Comté, province en pleine reconstruction. Appréciés des commanditaires, ils s’installent durablement et ouvrent la voie aux générations suivantes. L’article qui suit a pour but d’analyser ce phénomène migratoire, qui se vérifie encore au début du xixe siècle, de le contextualiser et d’en proposer un premier bilan, comprenant à la fois des aspects artistiques, sociaux et géographiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Roland Fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977 ; Jean-François Solnon, (...)
  • 2 Suite au traité d’Utrecht de 1713, la vallée est rattachée au duché de Savoie. Voir Catherine Brice (...)
  • 3 Caristia en italien. Au sujet de cette famille essentiellement active en Bourgogne, se référer à : (...)
  • 4 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne, inventeur et architecte : 1661-1724 », H (...)
  • 5 Se référer à la thèse de doctorat de l’auteur, Les Marca (fin xviie-début xixe siècle). Itinéraires (...)

1On observe à la charnière entre les xviie et xviiie siècles l’arrivée en Franche-Comté, province en pleine reconstruction1, d’une communauté de bâtisseurs, d’architectes et de stucateurs originaires de la Valsesia (fig. 1), une vallée du nord de l’Italie alors rattachée à l’État de Milan2. Un phénomène qui n’est peut-être que l’affirmation d’un mouvement migratoire amorcé au siècle précédent, comme pourrait le laisser croire la présence en 1653 d’un certain Jean Caristie3, tailleur de pierre originaire de Riva Valdobbia, sur le chantier du monastère du prieuré bénédictin de Vaux-lès-Poligny dans le Jura4. Or si la présence d’une main-d’œuvre originaire de la Valsesia n’est pas une nouveauté, les mouvements s’amplifient et de nombreuses familles sont actives sur les chantiers après la conquête de Louis XIV et le rattachement à la France en 1678. Appréciés des commanditaires, religieux ou laïcs, ils ouvrent la voix aux générations suivantes. Les membres de certaines familles arrivées à cette époque, comme les Marca5 ou les Ragozzi, sont encore présents plus d’un siècle après alors que de nouveaux venus, sans doute informés par leurs compatriotes, apparaissent au fil des décennies, s’installant pour des périodes plus ou moins longues.

Fig. 1 : Carte de l’Italie et détail des villages de la Valsesia.

Fig. 1 : Carte de l’Italie et détail des villages de la Valsesia.

© Mickaël Zito.

  • 6 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 5-62.

2Cette question, évoquée pour la première fois dans un article consacré au Bisontin Dom Vincent Duchesne6, mérite d’être approfondie afin de mieux cerner le microcosme artistique local, mais aussi de replacer ce phénomène dans des considérations plus vastes dont le cadre dépasse les frontières nationales. Ainsi, notre objectif est d’abord de montrer comment ce groupe d’artisans et d’artistes valsesians fait son apparition en Franche-Comté et d’expliquer les mécanismes de cette arrivée. Pour cela, nous aborderons à la fois la tradition migratoire des populations de la Valsesia, un ensemble d’individualités au sein duquel trouvent leur place les tailleurs de pierre, les maçons, les plâtriers les peintres ou les sculpteurs, et le réseau international mis en place au fil des siècles par ces migrants, sorte de grande toile tissée le long des routes et des sentiers en Europe et même au-delà. En effet, il ne s’agit pas d’une spécificité comtoise, mais d’un phénomène d’une ampleur géographique très étendue. Nous évoquerons également la situation de la Franche-Comté alors en pleine phase de reconstruction et de repopulation après les conflits du xviie siècle – guerre de Dix Ans, guerres de Conquête –, moment propice à l’arrivée et à l’accueil d’une main-d’œuvre étrangère, à l’origine de nouveautés formelles et techniques, dont les contacts étroits avec le religieux architecte Dom Vincent Duchesne (Besançon, 1661-Besançon, 1724) et les rapports avec la noblesse locale semblent déterminants.

3Nous proposerons ensuite un premier constat actualisé couvrant une période inscrite entre la fin du xviie siècle et la seconde moitié du xixe siècle, sans toutefois perdre de vue que la multitude d’individualités rencontrée rend parfois difficile la généralisation des attitudes et que les données sont encore très lacunaires au vu du nombre de dynasties répertoriées. Ainsi, plusieurs figures croisées sur les chantiers ne sont pour le moment que des noms, dont les vies sont encore à retracer.

  • 7 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Puf, 1999, p. 286 ; Béatrice Joye (...)
  • 8 Frédéric Claisse, « De quelques avatars de la notion de réseau en sociologie », in Daphné de Marnef (...)

4Une telle question relève à la fois de l’histoire, de la géographie, de l’histoire de l’art, de la prosopographie, mais aussi de la sociologie, car nous serons amenés à nous intéresser aux transferts culturels et artistiques7 ainsi qu’à la notion de réseau, à travers le prisme des sciences sociales8, par l’analyse des liens – familiaux, amicaux ou professionnels – qui unissaient les individus rencontrés.

  • 9 L’auteur remercie Charly Conus pour les informations communiquées au sujet des Bounder et de Jean-P (...)

5Affronter ce sujet implique un recours à différents types de sources : documents d’archives9 collectés en France et en Italie (actes de baptême ou de décès et contrats de mariage, dont le relevé des noms et des signatures apporte de nombreuses informations, marchés, délibérations municipales), cartes ou encore quelques rares témoignages d’artistes. Elles permettent d’établir des profils biographiques et artistiques plus précis : origines, durée des séjours, répartition géographique, nature de la production, fréquentation des corporations ou des académies. Autant de données qui complètent la bibliographie peu abondante pour les xviie et xviiie siècles, malgré l’intérêt grandissant pour ces thématiques, dont le caractère local limite encore la diffusion. Les travaux consacrés aux édifices ou à leurs décors sont également indispensables car ils sont souvent l’occasion d’évoquer, même sommairement, les artisans et les artistes qui nous intéressent et sont d’excellents points de départ pour une étude plus approfondie.

6Enfin, l’étude de leur production est indispensable puisqu’elle est le témoignage le plus direct de leurs apports, mais également de leurs emprunts à la culture locale ainsi que des syncrétismes qui en découlent, tant des points de vue formel, technique qu’iconographique. Cette dernière approche impose une grande mobilité puisque les œuvres et les constructions sont disséminées le long des routes parcourues par l’ensemble de ces individus.

Le phénomène séculaire de l’émigration des habitants de la Valsesia

  • 10 Giuseppe Andrea Gilardi, Le carnet des « campagnes » d’un sculpteur d’églises baroques en Savoie. R (...)

« [N]ous sillonnâmes les routes à la recherche d’un travail, jusqu’à Champanges où nous trouvâmes six chandeliers à faire. Puis, nous fîmes des fleurs à Abondance et à Vacheresse […]. Nous sommes aussitôt partis par Morzine, Taninges, Magland et Sallanches et nous sommes arrivés à la cure de Saint Gervais […]10. »

  • 11 Gladys Motta (ed.), Ogni strumento è pane. L’emigrazione dei valsesiani nell’Ottocento, actes du co (...)
  • 12 Sabrina Contini, « Matrimoni e migrazioni in Val Sesia: una casistica settecentesca », non paginé, (...)
  • 13 Mario Bonfantini (ed.), La Valsesia: arte, natura e civiltà, Novare, Dinamo, 1958, p. 45.
  • 14 Giuseppe Molino, Vita, arte e tradizioni di un paese di montagna e della sua gente, Torino, Eda, 19 (...)
  • 15 Terme fréquemment employé pour désigner la terre d’origine. Voir Sabrina Contini, « Matrimoni… », a (...)
  • 16 Franca Tonelli Régis, « Les enfants trouvés. Drame de la maternité dans une vallée d’émigrants », i (...)

7Ces quelques lignes extraites d’un journal laissé au début du xixe siècle par le sculpteur Andrea Gilardi illustrent parfaitement les pratiques migratoires d’un très grand nombre d’artisans de la Valsesia, essentiellement des hommes âgés de 12 à 50-60 ans, à travers l’Europe. Elles s’inscrivent dans un contexte plus global, propre à la Valsesia. Nombreuses sont les études locales consacrées à ce sujet et en 1989 un colloque dirigé par Gladys Motta, intitulé « Ogni strumento è pane ». L’emigrazione dei valsesiani nell’Ottocento11, était dédié à cette question. Ces différents travaux ont mis en évidence l’importance de ce phénomène indissociable de la vie de cette petite vallée du Piémont oriental et considéré par les spécialistes comme « le phénomène ayant le plus conditionné l’histoire démographique12 » de la Valsesia du xve au xixe siècle. Il ne se limitait pas uniquement aux sculpteurs, aux stucateurs, aux peintres ou aux constructeurs, mais touchait de nombreux corps de métier, dont les bouchers, les fabricants de papier, les mineurs, les marchands, les tisserands ou encore les cordonniers et les tonneliers. Par exemple au cours du xvie siècle, pour le village de Campertogno, sur trente-deux familles recensées, au moins douze ont des membres hors de la vallée dans les régions voisines de Biella et Novara, mais également à Milan ou encore en Allemagne13. D’après les comptes du notable Gabbio à la fin du xviiie siècle, sur les 9 652 habitants des vallées Grande et Sermenza, 1 575 étaient absents14, ce qui représente environ 16 % de la population. L’incessant va-et-vient entre la patria15 et les lieux de travail rythme la vie des populations mais aussi de la société. « L’émigration étant temporaire, les retours vers la patrie étaient différenciés selon les lieux d’émigration, les fortunes individuelles, les conditions de travail et l’âge16 », résumait Franca Tonelli Régis. Ce caractère temporaire est parfois abandonné au profit d’une installation définitive, comme il est possible de l’observer à Besançon où s’installent Joseph-Marie Marca et son frère Pierre-Jacques à la fin du xviiie siècle. Or un tel choix n’est pas synonyme de rupture avec ceux restés au pays et les liens restent très forts.

  • 17 Sur les 16 stucateurs rencontrés, 15 se rendent en France et 1 à Fribourg, en Suisse, tandis que su (...)
  • 18 Le cas de la commune d’Agnona n’échappe pas à cette tendance. En effet, au moment du recensement de (...)

8Les études ont permis de situer le phénomène dans le temps mais aussi de le géolocaliser et les résultats montrent que les destinations choisies par les migrants varient selon leurs origines et leurs professions, deux réalités souvent liées comme nous le verrons. Quittant leurs villages par le col de Riva Valdobbia au nord, puis par la vallée d’Aoste ou par la route de Varallo en direction des plaines au sud, ils parcourent des distances courtes ou bien très longues. Ainsi, certains s’exilent dans les grands centres très proches, comme Milan ou Turin, et d’autres abandonnent la péninsule italienne pour la France, la Suisse voire la Russie ou le Nouveau Monde. Les données exploitées par Sabrina Contini, à partir d’un échantillon concernant 130 individus actifs à la fin du xviiie siècle, originaires des villages d’Alagna, de Boccioleto, de Borgosesia et de Rimella, confirment cette tendance. Les individus originaires d’Alagna et de Boccioleto – plâtriers, maçons, tailleurs de pierre, entrepreneurs, sculpteurs et stucateurs – se rendaient en France, essentiellement en Bourgogne, en Savoie et dans le Dauphiné ou en Suisse, dans le Valais et près de Lausanne17. En ce qui concerne les individus de Borgosesia et de Rimella, pour la plupart des cordonniers, des tisserands, des fabricants de papier et des tonneliers, les migrations se faisaient en direction du Piémont occidental et de la Lombardie. Il est intéressant de souligner que dans ce groupe étudié par Sabrina Contini, le seul individu originaire d’Alagna qui ne s’était pas rendu en France ou en Suisse, mais à Airasca près de Pignerol dans le Piémont occidental, était un cordonnier. Il ne s’agit sans doute pas d’un hasard. Ce choix d’une destination différente de celle de ses compatriotes est dicté par sa profession. Ce regroupement géographique des tisserands, des tonneliers et des cordonniers se vérifie encore en 182818.

  • 19 Girolamo Lana, Guida ad una gita entro la Vallesesia: per cui si osservano alcuni luoghi e tutte le (...)
  • 20 Plusieurs ouvrages du xixe siècle font état de cette spécialisation de professions exercées d’un vi (...)

9Il semblerait que cette migration massive s’explique d’abord par des raisons géo-économiques. La Valsesia, en particulier la vallée supérieure, est une zone montagneuse et très accidentée. Le relief n’offrait donc que très peu de terrains exploitables, limitant ainsi les pratiques agricoles. Les conditions climatiques très rudes de cette région ne favorisaient guère ce type d’activité. De ce fait, la population n’était pas en mesure de produire suffisamment de vivres pour pouvoir se nourrir et encore moins d’avoir un excédent à vendre. D’après les historiens locaux tels que Girolamo Lana, l’agriculture ne permettait pas de répondre aux besoins de la population19 ; il fallait donc trouver d’autres solutions. Ainsi de nombreux Valsesians optaient pour une activité artistique, artisanale, alors que d’autres se tournaient vers le commerce, chaque village se spécialisant dans un ou plusieurs domaines. Par exemple, l’essentiel des maçons, entrepreneurs, tailleurs de pierre et architectes venaient des villages de la vallée haute, dont Alagna, Rima ou Riva Valdobbia, alors que de nombreux peintres ou sculpteurs étaient originaires de Campertogno, Mollia ou encore Boccioleto. En revanche, les professions de cordonnier, de tisserand, de fabricant de papier ou encore de tonnelier étaient majoritairement pratiquées dans la vallée basse20.

  • 21 Les dispense di stato libero des individus originaires de la Valsesia sont conservés à l’Archivio S (...)
  • 22 « […] è impossibile ch’egli si sia maritato senza che io lo sapessi […] ». Extrait de Sabrina Conti (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Giuseppe Andrea Gilardi, Le carnet des « campagnes »…, op. cit., p. 142.
  • 25 Ibid., p. 35.

10Très tôt donc les Valsesians ont pris la route et franchi les cols, mettant en place un très large réseau international, dont la solidarité, l’entraide, sous forme de conseils et de services rendus, ainsi que la communication étaient les piliers. Plusieurs témoignages permettent d’affirmer qu’un fort sentiment d’appartenance à une même communauté existait. Plus qu’à un village d’origine, c’était surtout à la Valsesia qu’ils se sentaient appartenir. Grâce aux documents retrouvés – témoignages recueillis avant la délivrance d’un certificat de célibat (dispense di stato libero) en vue d’un mariage21, correspondances, actes officiels (baptême, mariage, décès), inventaires après décès et les plus rares journaux intimes, comme celui de Gilardi –, nous savons que beaucoup de Piémontais tissaient avec leurs compatriotes des liens très forts et qu’ils se fréquentaient. Ainsi Jean-Michel Gabbio, pouvait affirmer en parlant d’un compagnon de chantier : « Il est impossible qu’il se soit marié sans que je le sache22. » Les fêtes et parfois les chantiers étaient autant d’occasion de se rencontrer et d’échanger des nouvelles. Beaucoup rentraient ensemble, partageant la table et l’hébergement, en attendant de rejoindre la patria. Ceux qui avaient des amis le long du chemin s’arrêtaient et étaient hébergés par ces derniers23. Annick Bogey-Rey, dans son commentaire du journal du sculpteur Gilardi, évoque cette attitude : « Il ne semble pas exister de concurrence entre eux […] au contraire un sculpteur confirmé, s’il a suffisamment de travail, en laisse volontiers un peu à des compatriotes débutants24. » Gilardi lui-même rappelait dans son récit qu’en 1820, aux moments des fêtes de Pâques, son compatriote Giacomo Schira l’aida à dessiner un autel car il « était plus habile en dessin25 ».

L’arrivée en Franche-Comté : contexte et mécanisme

  • 26 Jean-Louis Langrognet, « Retables francs-comtois du xviiie siècle », in Christine Langé et Hélène P (...)
  • 27 Transformation du nom Grober.
  • 28 Par ailleurs, cette porosité entre les frontières existe déjà au xvie siècle, comme le prouve la ca (...)
  • 29 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 20.
  • 30 Ibid., note 45, p. 27.

11Une telle organisation nous laisse penser qu’un mécanisme de ce type est peut-être sans doute l’une des explications de l’arrivée de nombreux Valsesians en Franche-Comté au moment où le besoin de main-d’œuvre se faisait ressentir. En effet, la province entame alors « une spectaculaire campagne de reconstruction de ses édifices publics et religieux » accompagnée d’un « renouvellement pratiquement complet du mobilier des églises conventuelles et paroissiales26 ». Il est tout à fait possible d’imaginer que ceux qui ont déjà un lien avec la province, comme Jean Caristie et ceux présents dans des régions limitrophes, comme les Graber27 ou les Spinga en Lorraine, aient pu faire part à leurs compatriotes du besoin de main-d’œuvre toujours plus important sur les chantiers religieux et civils à partir de la fin du xviie siècle. D’ailleurs, preuve des connexions et de la porosité entre les différents territoires28, Jean Graber est en Franche-Comté en 168429 alors que Jacques Spinga, installé à Masevaux en Alsace, est chargé de la reconstruction de l’église de Faucogney près de Luxeuil en 171230. Patricia Subirade rappelait que :

  • 31 Patricia Subirade, La Franche-Comté…, op. cit., 2005, p. 13.

« La Franche-Comté est une province au carrefour de courants est-ouest et nord-sud et sa position de frontière constamment disputée y explique de multiples influences artistiques. Tout comme la Savoie et l’Alsace où se multiplient les retables, la Franche-Comté est une terre de circulation. La Franche-Comté est un carrefour de routes commerciales31. »

  • 32 Dom Grappin, Mémoire sur l’abbaye de Faverney par un bénédictin de la congrégation de saint Vanne e (...)
  • 33 Christiane Roussel, « Les religieux architectes en Franche-Comté au xviie siècle », in Monique Chat (...)

12Si leur incessante recherche de travail et l’efficacité de leur réseau peuvent permettre d’expliquer leur arrivée et leur installation en Franche-Comté, ce ne sont sans doute pas les seules explications. Il semblerait que le religieux architecte Dom Vincent Duchesne32, autour de qui se cristallise la petite communauté piémontaise, ait aussi joué un rôle important. Difficile d’affirmer si le vanniste est à l’origine de leur venue, mais une chose est certaine, il collabore à de nombreuses reprises avec les Italiens, mais aussi des Savoyards, et apparaît comme un acteur important de leur implantation. Figure majeure, son passage dans la région est accompagné de l’introduction de nouveautés tant formelles que techniques, dont les origines sont à chercher dans l’arc alpin33.

Duchesne et la communauté piémontaise

  • 34 Christiane Roussel, « Les religieux… », art. cit., p. 38.
  • 35 Louis Jeannez, Notes historiques sur N.-D. de Montroland et sur le prieuré de Jouhe, Lons-Le-Saunie (...)

13Architecte de l’ordre des Bénédictins de Saint-Vanne en charge de la Lorraine, de la Franche-Comté et de la Champagne, Duchesne dirige de nombreux chantiers entre la fin du xviie siècle et le premier quart du xviiie siècle, notamment en Franche-Comté où il est particulièrement actif. Il s’inscrit dans la lignée des religieux architectes qui dans un premier temps maintiennent une activité encore liée aux modèles de la Renaissance, puis se livrent à des expériences « dont plusieurs constituèrent le fondement de l’architecture religieuse du xviiie siècle dans la province34 ». Plusieurs hypothèses tendent à démontrer que Duchesne ou ses collaborateurs piémontais peuvent être responsables de la pénétration de modèles jusque-là inconnus en Franche-Comté, relevant des pratiques alors répandues dans l’arc alpin voire à l’est, en Lorraine ou en Champagne – des régions avec lesquelles l’architecte a de nombreux contacts et où voyagent les constructeurs nord-italiens. C’est le cas de l’église-halle, un schéma d’organisation spatiale qui apparaît à l’aube du xviiie siècle dans la région et dont les premiers exemples relèvent de chantiers qui lui sont attribués, telle l’église du couvent bénédictin Notre-Dame du Mont-Roland, construite par le Valsesian Jean Ragozzi à partir de 171735.

  • 36 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 15.

14Cette mise à jour des modes de construction est accompagnée d’un renouvellement des techniques et des modèles décoratifs. En effet, l’introduction du stuc en Franche-Comté se fait simultanément dans ce milieu franco-italien. Ce qui nous amène, de nouveau, à considérer Duchesne, si ce n’est comme le facteur déclencheur de l’arrivée des stucateurs de la Valsesia en Franche-Comté, au moins comme l’un des éléments contribuant à leur implantation dans une région où la pratique était alors inexistante. En effet, on remarque l’utilisation de ce matériau dans plusieurs des chantiers dont il a la charge ou sur lesquels il intervient36.

  • 37 Christiane Roussel, « Les religieux… », art. cit., p.43.
  • 38 Jules Burthe d’Annelet, « Églises et monuments classés », Bulletin monumental, vol. 109, Paris, 195 (...)
  • 39 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 51.
  • 40 Ibid., p. 56-58.
  • 41 La consonance germanique des noms de famille s’explique par la fondation d’Alagna par les Walser, u (...)
  • 42 Christiane Roussel, « Les religieux… », art. cit., p. 43.

15Christiane Roussel soulignait que « les religieux architectes, en particulier les vannistes, surent s’entourer sur leurs chantiers de ces équipes de maçons et de stucateurs du nord de l’Italie, aguerris aux métiers du bâtiment depuis des générations37 ». Cette attitude est particulièrement bien illustrée par l’exemple de Dom Vincent Duchesne, qui travaille avec différentes familles de maçons, artisans et entrepreneurs de la Valsesia entre la fin du xviie siècle et le début du xviiie siècle. Cette entente entre le bénédictin et les Italiens se vérifie en Franche-Comté mais également dans les régions où il est sollicité, comme la Champagne et la Lorraine. En 1698, un marché de maçonnerie pour la construction de l’église bénédictine Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône est passé par Pierre Vercelli et Pierre Drogue, entrepreneurs demeurant à La Rive, en présence de Dom Vincent Duchesne38. En 1702, au moment de la construction de l’église et des bâtiments des annonciades de Gray, dont il donne les plans, un marché de sous-traitance « tant pour les ouvrages de taille que pour l’inspection et direction39 » est passé entre Bernardeau et Jean Genolti. En 1708, il est sollicité par les bernardines d’Orgelet désireuses de faire construire un nouveau couvent. Il offre de trouver à la communauté « de très habiles entrepreneurs hytalliens qui travaillaient pour lors à Besançon et qui avoient souvent exécuté ses plants avec un heureux succès », qu’il qualifie de « très honnêtes gens en qui il n’y avait rien à dire pour les mœurs40 ». L’entrepreneur était Jean Genolti, déjà présent à Gray, accompagné de ses fils, Jean, Pierre et Melchior, et de deux de ses neveux, Antoine I et Christophe Bounder41, tous originaires du village d’Alagna. La façade symétrique de l’église, composée d’un portique rythmé par trois arcs en plein cintre retombant sur des colonnes doriques au centre et sur des pilastres aux extrémités, élevée par les Piémontais est considérée comme « la plus résolument italienne de Franche-Comté42 » (fig. 2).

Fig. 2 : Chapelle des bernardines, Orgelet (Jura).

Fig. 2 : Chapelle des bernardines, Orgelet (Jura).

© Bonneville (Wikimedia Commons).

16Il est vrai que si le portique qui devance l’édifice est un unicum dans la région, il relève d’un dessin très largement diffusé dans la vallée d’Aoste et le Piémont oriental. Un bel exemple est celui de l’église Saint-Jean d’Alagna, le village d’origine de nombreux bâtisseurs, dont ceux actifs à Orgelet (fig. 3). Les réalisations sont loin d’être identiques – dimensions, nombre de colonnes et d’arcades, présence ou non des escaliers –, mais répondent bien d’un même modèle adapté par les constructeurs en fonction des chantiers.

Fig 3 : Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, Alagna (Valsesia).

Fig 3 : Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, Alagna (Valsesia).

© Twice25 (Wikimedia Commons).

  • 43 Louis Laurent, « Les bernardines d’Orgelet et leur monastère », Société d’émulation du Jura, 1993.

17Ce cas de figure est la preuve que les bâtisseurs, en plus de leur savoir-faire, peuvent être à l’origine de modèles nouveaux. Rappelons aussi qu’en 1717 la réalisation du retable du maître-autel43, aujourd’hui disparu, est confiée à Jean-Antoine Marca qui signe là un des premiers retables en stuc dans la région. A-t-il été informé par ses compatriotes du besoin d’un retable ? Quoi qu’il en soit, entre 1708 et 1717, trois familles de la Valsesia participent à ce chantier marqué par de nombreuses nouveautés formelles.

  • 44 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 48-49.
  • 45 Ibid., p. 46-47.

18Entre 1713 et 1733, les bâtiments conventuels de l’abbaye bénédictine de Faverney sont reconstruits par Antoine Malbert sur les plans du religieux44. Duchesne ne semble pas avoir suivi les travaux, comme le laisse penser le titre « d’architecte du monastère de Faverney45 » donné à Antoine Malbert, et ce en présence du bénédictin à Luxeuil en 1716, lors d’une consultation au sujet de travaux à l’abbaye. Un tel constat soulève de nombreuses questions, notamment quant au lieu et aux conditions de rencontre des Italiens.

Des commanditaires religieux et laïcs

  • 46 Patrick Boisnard, « La reconstruction de l’abbaye des clarisses urbanistes de Montigny-lès-Vesoul a (...)

19La seule influence de Duchesne ne peut suffire à expliquer ce phénomène et il convient de prendre en compte le rôle joué par d’autres ordres religieux, telles les clarisses urbanistes de Montigny-les-Vesoul qui apparaissent parmi les premiers commanditaires des Italiens, en faisant appellent à Antoine Malbert en 171946. Ce sont encore elles, en 1737, qui chargent Jacques François Marca de réaliser le grand retable et les décors en stuc de leur église ainsi que ceux des bâtiments conventuels.

20En parallèle, il est nécessaire de prendre en compte le mécénat de certaines familles comtoises importantes pour expliquer l’arrivée ou tout du moins l’implantation pérenne des Piémontais.

  • 47 Assignations, requêtes, mémoires dans le procès élevé entre Claude-Joseph de Broissia, seigneur de (...)

21Par exemple, vers 1716-1717, le marquis Jean-Claude-Joseph de Froissard de Broissia commande à Jean-Antoine Marca un retable en stuc pour une chapelle de l’église Saint-Étienne47. Ce retable, contemporain de celui d’Orgelet, est un des premiers réalisés par le sculpteur, actif depuis peu dans la région. Par ailleurs, il est peut-être l’auteur des stucs visibles à l’extérieur du château que le marquis achète et modernise à partir de 1703. Le recours à un stucateur indique une rupture avec la tradition locale de la sculpture sur bois et prouve l’ouverture du commanditaire aux nouveautés techniques et formelles.

22Un autre exemple est celui de la famille de Bauffremont de Scey-sur-Saône qui avait placé sa confiance entre les mains des artistes italiens dès le premier quart du xviiie siècle. Le cas le plus significatif est celui de Charles-Emmanuel de Bauffremont, baron de Scey et abbé commendataire des abbayes de Luxeuil et de Saint-Paul de Besançon, qui a fait moderniser le château de Scey-sur-Saône, sa résidence. Il est également abbé commendataire de Luxeuil à l’époque où plusieurs Italiens travaillent à l’abbaye. Les intérieurs de ces nouveaux espaces ont reçu de très beaux décors peu de temps après leur construction. La technique du stuc, indice d’une main-d’œuvre italienne, a été utilisée afin de créer un décor dans un style rocaille. Ce n’est sans doute pas un hasard si Jacques-François Marca, le fils de Jean-Antoine, s’installe à Scey-sur-Saône en 1731 après le décès de sa première femme et y épouse une comtoise. Il est d’ailleurs employé par la famille à plusieurs reprises au cours du xviiie siècle.

23Le contexte de l’après-Conquête apparaît donc favorable à l’arrivée des Valsesians : un besoin de main-d’œuvre associé à la présence d’un architecte dont l’influence est certainement déterminante, sans oublier l’état d’esprit des commanditaires ouverts aux nouveautés formelles et techniques. Cependant, il ne s’agit pas d’un phénomène circonscrit à ces quelques décennies, bien au contraire. La communauté arrivée dans le premier quart du siècle ouvre la voix à ses contemporains et aux générations suivantes. Après la mort de Duchesne en 1724, le mouvement ne s’essouffle pas et la connexion établie entre la Valsesia et la Franche-Comté demeure forte. Actuellement, le nombre de familles de la Valsesia recensées entre l’extrême fin du xviie siècle et la première moitié du xixe siècle s’élève à dix-sept, dont la plupart sont arrivées au début du xviiie siècle. Inégalement documentées, il est possible de les suivre sur des périodes plus ou moins longues. L’ensemble de ces données, dont nous étudierons quelques exemples, permet de dresser un premier bilan. Il fera, d’une part, état des métiers et des professions exercés, généralement transmis de génération en génération. D’autre part, il mettra en évidence la géographie de leurs installations et de leurs lieux d’activités. Enfin, il indiquera les interactions entre eux, mais également avec les architectes et artisans autochtones.

Bâtisseurs, stucateurs et marbriers de la Valsesia

24Louis Gaspard, Antoine Malbert ainsi que les membres des familles Bounder, Gianolti, Graber et Spinga tous originaires d’Alagna, les Ragozzi et Giovanni Giulietti de Rima San Giuseppe, Jean Caristie, Michele Verno et Pietro Antonio Orso de Riva Valdobbia, Jean-Pierre De Paulis de Boccioletto ou encore Melchiore Ferrot et Jacques Novarina, sans doute eux-aussi de la Valsesia, sont spécialisés dans des professions en lien direct avec la construction. Qualifiés de tailleurs de pierre, d’entrepreneurs, d’appareilleurs ou d’architectes, ils interviennent lors de la construction ou de la réparation d’édifices de culte, de bâtiments civils ou conventuels, de ponts, mais également lors de l’aménagement des voies de communication. Ils endossent parfois des rôles variés – exécution des travaux de taille et de maçonnerie, architectes, experts ou encore responsables des travaux –, les définitions mêmes des métiers étant fluctuantes. Par exemple, lors de la construction de l’église et des bâtiments des annonciades de Gray, Jean Gianolti passe un marché de sous-traitance tant pour les ouvrages de taille que pour l’inspection et la direction.

  • 48 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 53.
  • 49 Transcription complète du document disponible sur le site http://www.abamm.org/bourlemont2.html, re (...)
  • 50 Francisation de Malber.
  • 51 Annick Deridder, « Jean-Pierre Galezot, architecte et sculpteur : 1686-1742 », Mémoires de la Socié (...)
  • 52 Reconstruction et travaux à l’église particulière de Domprel, reconnaissances, procédures (1761-179 (...)

25Les autorités religieuses ou civiles font appel aux Italiens pour des expertises. En 1716, Antoine Malbert, qualifié d’« architecte du monastère de Faverney48 », est consulté avec Dom Vincent Duchesne à propos d’aménagements destinés à l’abbaye de Luxeuil. En 1738, Antoine II Bounder, fils de Christophe Bounder, dresse à la demande de Monsieur Salivet, subdélégué de Monseigneur l’intendant au département du bailliage de Vesoul, le procès-verbal de l’église de Ronchamps dans lequel il préconise la reconstruction à neuf d’un nouvel édifice car réparer l’ancien est jugé tout aussi coûteux49. Ils peuvent également intervenir en tant qu’architecte et responsable de la construction, comme Antoine Malbert50 qui dirigeait en 1728 la reconstruction de l’église Saint-Georges de Vesoul, dont il a certainement dessiné les plans51. En 1765, Charles Marca, « architecte et sculpteur en stuc52 », est sollicité par les habitants de Domprel à propos de la construction de leur église. Même s’il apparaît ici dans le domaine de l’architecture, le nom Marca est étroitement lié à l’art du stuc. En effet, cette dynastie originaire de Mollia, un autre village de la partie supérieure de la Valsesia, se distingue des autres dans la mesure où elle n’est pas liée au domaine de la construction, sauf dans quelques cas très épisodiques comme celui-ci.

26Peut-être informés par leurs compatriotes bâtisseurs, les stucateurs de la Valsesia font leur apparition à l’aube du xviiie siècle. Cette profession est représentée presque exclusivement par la famille Marca, dont le premier membre, Jean-Antoine, alors saisonnier, travaille dans le Jura, notamment à Orgelet, autour des années 1715. Actif entre Piémont et France, cet artiste doit être considéré comme un pionnier à double titre. D’une part, il ouvre la voie aux générations suivantes, composées en grande partie de sa propre descendance, et d’autre part, il apporte avec lui la technique du stuc, dans une région où la pratique n’était pas courante, voire inexistante. De 1715 environ aux années 1770-1775, plusieurs générations réalisent de très nombreux retables, chaires à prêcher, autels, bas-reliefs et décors en stuc dans les églises de la région, malgré l’existence de nombreux ateliers de sculpteurs sur bois locaux, héritiers d’une grande tradition locale. L’analyse de leur production montre qu’à partir des années 1725-1730 Jean-Antoine, au contact de l’architecte Jean-Pierre Galezot sans doute formé auprès de Duchesne, procède à une fusion entre sa culture italienne, employant des éléments qu’ils exploitent dans le Piémont – polychromie, répertoire ornemental, colonnes à fûts lisses –, et les nouveautés formelles qui se diffusent en France dans le premier tiers du xviiie siècle. Ainsi, de ce syncrétisme naissent des formes nouvelles. D’une structure sobre et savamment organisée, nous passons à des retables beaucoup plus animés, aux formes plus dynamiques, plus mouvementées, plus libres, plus théâtrales. Les constructions s’élèvent très haut, les lignes sont étirées, incurvées, s’allongent et semblent aspirées en direction de l’espace divin. Cet esprit nouveau, plus envolé, renvoie aux évolutions que connaît le mobilier en France au début du xviiie siècle. Le retable majeur élevé, en 1727, dans l’église de La-Nativité-de-Notre-Dame à Villers-Chemin-et-Mont-lès-Étrelles en est un très bon exemple (fig. 4). Rythmé par quatre colonnes surmontées d’une gloire, il se dresse dans le fond du chœur. Il accueille les statues des saints Fabien (à gauche) et Sébastien (à droite) ainsi qu’une apparition de Dieu le père au milieu d’angelots portant les Instruments de la Passion.

Fig. 4 : Retable majeur, Villers-Chemin-et-Mont-lès-Étrelles (Haute-Saône).

Fig. 4 : Retable majeur, Villers-Chemin-et-Mont-lès-Étrelles (Haute-Saône).

© Mickaël Zito.

27Il est important de souligner que ce nouveau vocabulaire va devenir la lingua franca des stucateurs Marca qui succèdent à Jean-Antoine. Ainsi, ses enfants érigent simultanément des retables pratiquement identiques dans le Piémont et en Franche-Comté, en vertu d’une tradition familiale.

28Dans le dernier quart du xviiie siècle, plusieurs membres de cette dynastie s’installent à Besançon. Ils abandonnent la confection de retables et se spécialisent dans la décoration d’édifices civils et privés, religieux ou laïcs. Signalons, par exemple, le décor de rinceaux et de fleurs, caractéristiques de leur production, placé vers 1789 de part et d’autre de la partie supérieure de la serlienne du premier étage de la façade de la maison de la veuve Dandré à Besançon (fig. 5).

Fig. 5 : Façade de la maison de la veuve Dandré, Besançon (Doubs).

Fig. 5 : Façade de la maison de la veuve Dandré, Besançon (Doubs).

© Mickaël Zito.

  • 53 Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.

29Ils sont actifs jusque dans la première moitié du xixe siècle, moment où les derniers représentants masculins en Franche-Comté meurent, entraînant ainsi la disparition du nom Marca des registres comtois. Outre cette famille, dont l’activité a été très soutenue, des artisans plus isolés, comme Giovanni Michele Gabbio, apparaissent. Ce dernier, actif vers 1775 à Lons-le-Saunier, quitte la province pour la région lyonnaise53.

  • 54 Raymond Oursel, Art en Savoie, Grenoble, Arthaud, 1975 ; Raymond Oursel, Les chemins du sacré, vol. (...)

30Il est important de signaler qu’à l’exception des stucateurs, aucun autre type d’artiste n’a été rencontré, que ce soit des peintres, des doreurs ou des sculpteurs sur bois, dont bon nombre ont été recensés dans les deux Savoie, par exemple54.

  • 55 Annick Deridder, « Constructeurs entre Lorraine et Franche-Comté au xviiie siècle », Mémoires de la (...)
  • 56 Laurent Poupard, « L’exploitation des marbres jurassiens aux xixe et xxe siècles », in Laurent Poup (...)
  • 57 Malheureusement, dans un cas comme dans l’autre, la provenance est très rarement signalée. En plein (...)

31Enfin, évoquons un dernier cas, celui des tailleurs de pierre et entrepreneurs Ragozzi, installés à Damparis dans le Jura dès le premier quart du xviiie siècle. Outre les travaux de construction, cette dynastie s’est illustrée en lançant la première exploitation de carrières d’une pierre marbrière dite « marbre de Damparis55 » à son arrivée vers 1724. L’entreprise, dont le nom entre-temps francisé était devenu « Ragoucy », périclite en 192356. Actuellement, il s’agit de l’unique exemple dans la province comtoise d’une exploitation et d’un commerce de matériaux gérés par des Valsesians. En ce qui concerne les stucateurs Marca, dont les vies sont richement documentées, aucune source n’indique la possession de carrières ou de gisements, ni même une quelconque présence auprès de chaufourniers. En outre, sur leurs chantiers, ils ne se chargeaient pas systématiquement de la fourniture des matériaux et cette tâche pouvait revenir aux commanditaires. Malheureusement, dans un cas comme dans l’autre, la provenance est très rarement signalée57.

  • 58 Alphonse Wauters, Histoire des environs de Bruxelles ou description historique des localités qui fo (...)
  • 59 Félix-Victor Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Be (...)

32On remarque une continuité dans la profession de génération en génération. Cette transmission est facilitée par la formation des plus jeunes par leurs aînés. Cependant, les fils ou les descendants des migrants réussissent parfois à s’élever socialement ou à changer de métier. Par exemple, le nom Bounder est encore associé à la construction à la fin du xviiie siècle, moment où Antoine III, petit-fils de Pierre, est actif dans la région. Or ses deux frères, Laurent et Pierre II, sont respectivement apothicaire et chirurgien. Le symbole même de la réussite et de l’ascension sociale de cette famille est Pierre Antoine Simon, le fils d’Antoine III, né à Dole en 1771. En 1805, il épouse à Bruxelles Marie-Jacqueline-Antoinette van Heurick, fille d’un échevin d’Anvers. Militaire au service de la France, il reçoit de Charles X la Légion d’honneur en 1826. En 1813, il devient maire du village belge de Perck, dont il possédait le château58. En 1815, il est naturalisé par lettres royales et en 1820 il est admis dans la noblesse du royaume des Pays-Bas. Il meurt à Bruxelles le 8 juillet 183459.

Implantation géographique de la communauté : une préférence pour le pays bas ?

  • 60 Acte de mariage entre Pierre Bounder et Catherine Gavaille, Coulevon, 24 mars 1740, arch. dép. Haut (...)
  • 61 Pour mieux les distinguer, nous avons numéroté les trois Antoine Bounder rencontrés au cours du xvi (...)
  • 62 Achat d’une maison par P. Bounder, 9 janvier, 1754, arch. dép. Jura, minutes notariales, 4E 3503.

33En recoupant les données trouvées dans les marchés, les contrats et les actes de différente nature, d’une part, et en recensant d’autre part les lieux d’intervention des Valsesians, qu’ils soient bâtisseurs ou stucateurs, il est possible de définir une géographie de leur champ d’action dans la province pour toute la période étudiée ici. Une corrélation existe, assez logiquement, entre la localisation des villages et les villes où ils s’installent et leurs zones d’activité. Parfois sédentaires, comme les Ragozzi qui ne quittent pas Damparis en raison certainement des carrières qu’ils exploitent, ils sont très mobiles, capables de se déplacer et de déménager régulièrement pour des besoins professionnels. Pierre I Bounder, en 1740, au moment de son mariage avec Catherine Gavaille, est signalé comme « résidand du depuis lontans60 » à Vesoul. Le couple déménage ensuite au fil des chantiers. D’abord installé à Lure, où se trouvent Christophe et Antoine I Bounder61, il se déplace ensuite à Luxeuil puis se rend à Parcey dans le Jura. La dernière étape est Dole, où Pierre I et sa femme s’installent en 175462, date à laquelle il obtient le marché de la construction du Grand Pont. Jean-Antoine Marca loge chez l’habitant lors de ses travaux à Bletterans dans le Jura. Jacques-François Marca, fils du précédent, s’installe à Scey-sur-Saône en plein cœur du xviiie siècle, alors que quelques décennies plus tard son petit-fils Antoine-François se rend à Lons-le-Saunier et son neveu Charles ainsi que d’autres membres de la dynastie s’établissent à Besançon.

34La plupart des familles se sont installées, parfois regroupées puis redéployées le long d’un axe allant de Saint-Amour, alors dans le diocèse de Saint-Claude dans le sud-ouest du baillage d’Aval, au nord-est du baillage d’Amont près de Lure, Luxeuil et Faucogney en passant par Lons-le-Saunier, Dole et ses alentours, dont Damparis et Parcey, Vesoul, Scey-sur-Saône ou encore Besançon et Baume-les-Dames. L’ensemble de ces localités se trouvent dans la partie ouest de la région, aux frontières de la Haute-Marne, de la Bourgogne ou encore de la Lorraine. En revanche, nous n’avons recensé que très peu d’interventions à l’est, dans la zone des plateaux et le long du massif jurassien de Saint-Claude à Maîche. Ainsi, une opposition entre le pays bas et la zone de montagnes semble se dessiner (fig. 6).

Fig. 6 : La Franche-Comté après la Conquête.

Fig. 6 : La Franche-Comté après la Conquête.

© Roland Fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977.

  • 63 L’ingénieur des Ponts et chaussées Querret a fortement contribué à ce rétablissement entre 1735 et  (...)
  • 64 Bernard Grosperrin, L’influence française et le sentiment national français en Franche-Comté. De la (...)
  • 65 Patricia Subirade, La Franche-Comté…, op. cit., 2005, p. 117.
  • 66 « Associées à un lieu particulier, des conditions naturelles peuvent influer non seulement sur le m (...)

35Ce phénomène s’explique peut-être par le réseau routier en mauvais état. Il faut attendre la fin du premier tiers du xviiie siècle, suite aux efforts de l’intendant de Vanolles et à l’arrivée de l’architecte Querret, pour déceler une amélioration des réseaux63. Or, malgré tous ces efforts le réseau n’est pas assez important et limite le développement économique de la région64. Difficile donc pour des artistes itinérants d’aller à la conquête de marchés nouveaux. De plus, les premières vagues de reconstruction se font dans les villes et villages proches des grands axes de communication, conditionnant ainsi l’installation des arrivants, notamment les premiers, au moins jusque dans la première moitié du siècle65. En outre, les populations de cette partie montagneuse de la région étaient peut-être moins disposées à accueillir cette main-d’œuvre étrangère. Par exemple, les stucateurs Marca, pourtant capables de parcourir de très longues distances et peu gênés par l’éloignement, ont très peu travaillé dans ces régions, les paroissiens semblaient préférer se tourner vers les ateliers locaux de sculpteurs sur bois66.

Une communauté solidaire et ouverte

  • 67 Patrick Boisnard, « La reconstruction de l’abbaye… », art. cit., p. 35-36.
  • 68 Mémoires et marchés de construction pour l’hôtel du n° 1 de la rue du Lycée (1789-1792), arch. dép. (...)

36Les Valsesians travaillent ensemble et tissent des liens qui peuvent dépasser le cadre purement professionnel. Les Bounder et les Gianolti, unis par des liens familiaux, sont très proches, comme l’indique la présence d’Antoine II comme témoin lors du mariage de son cousin Pierre Gianolti en 1737, tandis que Melchior Gianolti est présent au mariage de Pierre Bounder en 1740 et signe l’acte de décès de Christophe Bounder en 1741. En 1719, les Bounder, associés à Antoine Malbert, passent un marché avec l’abbesse de Montigny-lès-Vesoul pour la reconstruction de l’abbaye des clarisses urbanistes67. À L’extrême fin du xviiie siècle, Joseph-Marie Marca emploie des ouvriers qualifiés de « Milan », sur le chantier de l’hôtel de Lavernette à Besançon68.

  • 69 Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.
  • 70 Inventaire après décès de Pierre-Jean-Baptiste Marca, dressé par le notaire Léonard Martin Gaume le (...)
  • 71 Échange de fonds entre Joseph-Marie Marca et Antoine Marchetti, 26 Prairial, an IX (15 juin 1801), (...)
  • 72 Acte de mariage entre Joseph-Marie Marca et Jeanne-Pierre Billet, 27 juin 1780, Besançon, arch. mun (...)

37Ils sont aussi un point d’ancrage pour leurs compatriotes : Antonio Verno accueille en 1775 à Saint-Amour, où il est installé, les jeunes Pietro Antonio Orso et Giovanni Michele Gabbio69 ; Jean Pierre Janny de Campertogno côtoie son cousin germain, Jean Baptiste II Marca, à Besançon au début du xixe siècle70. Des connexions sont également établies avec les familles installées dans des régions proches. Par exemple, un acte de 1801 témoigne d’un échange de propriétés entre Joseph-Marie Marca et Antoine Marchetti, son oncle par alliance installé à Saint-Jean-de-Losne71 et présent lors de son mariage en 178072.

  • 73 Jean-Louis Langrognet, L’œuvre des architectes de la Maîtrise particulière des eaux et forêts de Gr (...)
  • 74 Lettre de Colombot à Anthony, 19 juillet 1805, arch. dép. Haute-Saône, archives privées du château (...)

38Cependant, ces quelques exemples ne doivent pas donner l’idée d’une communauté fermée sur elle-même. Au contraire, les Piémontais sont parfaitement intégrés dans le tissu économique, régi par les règles de l’administration royale mises en place et dont la pression se fait ressentir surtout dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ils interagissent avec les architectes, les artisans et les artistes locaux. Duchesne en est un bon exemple, mais ce n’est pas le seul. Jean-Pierre Galezot travaille à plusieurs reprises avec eux, qu’ils soient stucateurs ou appareilleurs, ce qui ne l’empêche pas de se poser en concurrent et d’emporter à leurs dépens des adjudications. Jean-Joseph Galezot fait aussi appel aux stucateurs Marca pour les retables de l’église de Fretigney vers 1751 et demande les mêmes retables que ceux réalisés à Boult, par la même famille, sous les ordres de son frère Jean-Pierre73. Entre la fin du xviiie siècle et le début du siècle suivant, les architectes Claude-Alexandre Bertrand et Jean-Charles Colombot font fréquemment appel aux stucateurs Marca. D’ailleurs, le 19 juillet 1805, Jean-Charles Colombot adresse une missive à Joseph Anthony présent sur le chantier du château de Ray-sur-Saône. Il s’informe auprès de ce dernier de l’avancée des travaux et écrit à propos de la voûte du boudoir que « Si les Joseph n’osent pas l’entreprendre, qu’on le fasse faire par Marca ». Il ajoute ensuite qu’il répond « de sa solidité et de la résistance de sa base […]. Les courbes en bois nécessaires pour monter cette voûte ne sont pas difficiles à tracer et un gypseur adroit peu avec un peu de tâtonnement les trouver facilement74 ». Malheureusement, ce type de témoignages, ou au contraire d’autres de teneur négative, sont encore trop rares.

  • 75 Besançon, arch. mun. Besançon, série BB – Registre des délibérations municipales, BB 195 (1er janvi (...)

39En 1787, les stucateurs travaillent avec Luc Breton à la décoration de l’église Saint-Pierre de Besançon. Malheureusement, il n’a pas encore été possible de démontrer si ce rapprochement avec le statuaire bisontin a été l’occasion pour les Marca de fréquenter l’école de dessin de la ville, dont Breton est le fondateur, ou encore le cercle franc-maçon, auquel il appartient. Par ailleurs, nous savons, grâce aux délibérations municipales, que Charles, Jean Baptiste II et Joseph Marie Marca sont faits citoyens de Besançon et intégrent la corporation des couvreurs et gisseurs de la ville, respectivement en 1778, 1782 et 178375. Joseph Marie devient au même moment « garde feu » de la ville.

  • 76 Acte de mariage entre Claude-François Collardet et Anne-Claude Olivie, Vesoul, 21 octobre 1738, arc (...)
  • 77 Acte de divorce entre Joseph-Marie Marca et Jeanne-Pierret Billet, 5 Prairial an II (24 mai 1794), (...)

40Les Piémontais se rapprochent également de familles locales, notamment par des mariages, et les fréquentent en dehors des chantiers. En 1737, Pierre Gianolti épouse la fille d’un maître charpentier de Faucogney, où il s’est installé. En 1738, à Vesoul, lors du mariage de tailleur de pierre Claude-François Collardet, Pierre Bounder et Louis Gaspard, également d’Alagna, apparaissent parmi les témoins76. Joseph-Marie Marca épouse à Besançon la fille d’un ferblantier. Lors de l’officialisation de leur divorce, un des témoins est « Claude François Paget entrepreneur de Bâtiment demeurant à Besançon77 ». Le nom Paget apparaît aussi aux côtés de celui des Marca dans les comptes de plusieurs chantiers, dont ceux du théâtre de Besançon.

Conclusion

  • 78 Voir Généanet. URL :

41Le but de cette étude était de contextualiser et analyser le phénomène migratoire que l’on observe en Franche-Comté à partir de la fin du xviie siècle et qui se poursuit jusque dans la seconde moitié du xixe siècle, et sans doute même au-delà, comme le laisse penser la présence en 1884 de Pietro Giovanni Demarchi et Maria Antonio Marchino, originaires de Mollia, à Héricourt en Haute-Saône78.

  • 79 Paul Brune, Dictionnaire des artistes et ouvriers de la Franche-Comté, Paris, 1912, p. 216 ; Philip (...)
  • 80 Paul Brune, Dictionnaire…, op. cit., p. 76.

42Cependant, l’intérêt porté à cette communauté piémontaise ne doit pas faire oublier que d’autres Italiens ont franchi les Alpes pour s’établir dans la région, parfois même bien avant eux. C’est le cas des frères Gabriele et Francesco de Merate, armuriers milanais fixés à Arbois dans le Jura en 149579. Quelques Toscans, originaires de la République de Lucques, ont également été rencontrés. Il s’agit des sculpteurs en plâtre Cortopassi et Franceschi, actifs entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle. Par ailleurs, d’autres individus, au sujet desquels toute la lumière reste à faire, apparaissent sporadiquement dans la littérature ou dans les pièces d’archive. C’est le cas par exemple de l’entrepreneur italien « Jean Giulliermo » qui construit une partie des cloîtres et du couvent des Cordeliers de Lons-le-Saunier, entre 1742 et 174580.

  • 81 Christine Gouzi, « Migrations et identités artistiques », Encyclopédie pour une histoire nouvelle d (...)
  • 82 Élisabeth Hardouin-Fugier, Naissance de la ville industrielle : les Dalgabio en Forez, 1760-1831, 1 (...)

43Au-delà d’un discours concernant uniquement les transalpins et la Franche-Comté, ce type d’étude tend à sortir de l’anonymat de nombreux artistes et artisans, encore méconnus, que l’histoire de l’art a pendant longtemps relégués au second plan, délaissant par la même occasion de nombreux métiers : mosaïstes, figuristes, maîtres-verriers ou encore stucateurs. Il s’agit aussi de s’arrêter sur un patrimoine souvent considéré comme secondaire. S’intéresser à ces individus est également une manière d’aborder les déplacements des artistes, et par conséquent le transfert des techniques et des modèles, sous d’autres angles que ceux, considérés comme plus nobles, du voyage d’apprentissage à Rome, des séjours dans les cours ou du Grand Tour qui se met en place à l’aube du xviiie siècle81. À terme, la multiplication de tels travaux permettra de comparer les réalités des différentes aires géographiques82, centres urbains et campagnes, afin d’en définir les différences, mais aussi les points communs, comme l’implantation de commerce de matériaux ou d’objets, et de mettre en avant d’éventuelles appartenances à un même réseau.

Haut de page

Notes

1 Roland Fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977 ; Jean-François Solnon, Quand la Franche-Comté était espagnole, Paris, Fayard, 1989 ; Bénédicte Gaulard, Création artistique et réforme catholique en Franche-Comté (1571-1654). « Connaître Dieu invisible par les choses visibles », thèse de doctorat sous la direction de Paulette Choné, université de Bourgogne, 1998, multigr. ; Patricia Subirade, La Franche-Comté du temps des archiducs à la Révolution française : aspects religieux et artistiques (xviie-xviiie siècles), thèse dirigée par Jean Delumeau, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, École doctorale d’histoire de l’université de Paris 1, UFR d’histoire, 2005, multigr.

2 Suite au traité d’Utrecht de 1713, la vallée est rattachée au duché de Savoie. Voir Catherine Brice, Histoire de l’Italie, Paris, Perrin, 2002, p. 298.

3 Caristia en italien. Au sujet de cette famille essentiellement active en Bourgogne, se référer à : Casimiro Debiaggi, Dizionario degli artisti valsesiani dal secolo 14. al 20, Varallo, Società di Conservazione opere arte monumenti Valsesia, 1968, p. 90-91 ; Sylvain Laveissière (dir.), Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de Bourgogne, Paris, F. de Nobele, 1980, p. 93-96.

4 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne, inventeur et architecte : 1661-1724 », Haute-Saône SALSA, 2005, suppl. au n° 60 (octobre-décembre), p. 47.

5 Se référer à la thèse de doctorat de l’auteur, Les Marca (fin xviie-début xixe siècle). Itinéraires et activités d’une dynastie de stucateurs piémontais en Franche-Comté et en Bourgogne, dirigée par Paulette Choné et soutenue le 29 novembre 2013 à l’université de Bourgogne.

6 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 5-62.

7 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Puf, 1999, p. 286 ; Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses, vol. 6, 2003, n° 1, p. 149-162 [En ligne], mis en ligne en 2003, consulté le 22 mai 2018. URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2003-1-page-149.htm ; Jean-Marie Guillouet, « Les transferts artistiques : un outil opératoire pour l’histoire de l’art médiéval ? », Histoire de l’art, 2009, n° 64, p. 17-25 [En ligne], mis en ligne en 2009, consulté le 22 mai 2018. URL : : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00557704/document ; Jacques Dubois, Jean Marie Guillouët, Benoît Van den Bossche, Annamaria Ersek, Les transferts artistiques dans l’Europe gothique : repenser la circulation des artistes, des œuvres, des thèmes et des savoir-faire (xiie-xvie siècle), Paris, Picard, 2014.

8 Frédéric Claisse, « De quelques avatars de la notion de réseau en sociologie », in Daphné de Marneffe et Benoît Denis, Les réseaux littéraires, actes du colloque international L’analyse des réseaux (littérature, sociologie, histoire), Liège (20-21 mars 2003), Bruxelles, Le Cri, 2006, p. 21-43 ; Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti (dir.), La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Puf, 2011 ; Laurent Beauguitte, « L’analyse de réseaux en sciences sociales et en histoire : vocabulaire, principes et limites », chapitre d’introduction de l’ouvrage dirigé par Rosemonde Letricot, Mario Cuxac, Maria Utcategui et Andrea Cavaletto, Le réseau. Usages d’une notion polysémique en sciences humaines et sociales, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2016 [En ligne], mis en ligne en 2016, consulté le 14 février 2018. URL :

9 L’auteur remercie Charly Conus pour les informations communiquées au sujet des Bounder et de Jean-Pierre De Paulis.

10 Giuseppe Andrea Gilardi, Le carnet des « campagnes » d’un sculpteur d’églises baroques en Savoie. Riche journal d’un artiste pauvre (traduit et présenté par Annick Bogey-Rey), Montmélian, La Fontaine de Siloé, 1998, p. 29. En 2002, Annick Bogey-Rey a soutenu sa thèse intitulée Du Piémont à la France, du Concordat à la rupture : un siècle de construction et de décoration des églises paroissiales en Savoie (1802-1905) : diocèses de Chambéry, Maurienne et Tarentaise, dirigée par François Fossier, université Lumière-Lyon II.

11 Gladys Motta (ed.), Ogni strumento è pane. L’emigrazione dei valsesiani nell’Ottocento, actes du colloque Varallo (19-20 mars 1988), Vercelli, Società valsesiana di cultura, 1989.

12 Sabrina Contini, « Matrimoni e migrazioni in Val Sesia: una casistica settecentesca », non paginé, Archivio Storico dell’Emigrazione Italiana (ASEI) [En ligne], mis en ligne le 12 mars 2007, consulté le 6 juillet 2012. URL : http://www.asei.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=130:matrimoni-e-migrazioni-in-val-sesia-una-casistica-settecentesca&catid=65:articoli&Itemid=250.

13 Mario Bonfantini (ed.), La Valsesia: arte, natura e civiltà, Novare, Dinamo, 1958, p. 45.

14 Giuseppe Molino, Vita, arte e tradizioni di un paese di montagna e della sua gente, Torino, Eda, 1985, p. 131.

15 Terme fréquemment employé pour désigner la terre d’origine. Voir Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.

16 Franca Tonelli Régis, « Les enfants trouvés. Drame de la maternité dans une vallée d’émigrants », in Yvonne Preiswerk, Jacques Vallet (dir.), Vers un ailleurs prometteur : l’émigration, une réponse universelle à une situation de crise ?, Genève, Graduate Institute Publications, 1993, p. 116-117.

17 Sur les 16 stucateurs rencontrés, 15 se rendent en France et 1 à Fribourg, en Suisse, tandis que sur les 28 maçons, la moitié est localisée en France et l’autre en Suisse. Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.

18 Le cas de la commune d’Agnona n’échappe pas à cette tendance. En effet, au moment du recensement de 1858 tous les cordonniers et ferblantiers ayant quitté la commune étaient dans le Piémont et dans le Milanais. Le site de l’Istituto per la storia della Resistenza e della società contemporanea in provincia di Vercelli « Cino Moscatelli », d’où ont été extraites ces informations, présente les données récoltées pour l’exposition L’emigrazione dei valsesiani nell’Ottocento. Materiali per una ricerca, organisée à Varallo en 1989 [En ligne], mise en ligne en 2003, consulté le 14 février 2018. URL : http://www.storia900bivc.it/pagine/emi/pag2.html. Un catalogue a été publié à cette occasion : Alberto Lovatto (ed.), L’emigrazione dei Valsesiani nell’Ottocento. Materiali per una ricerca (cat. expo., Varallo, 7-19 décembre 1989), Borgosesia, Società valsesiana di cultura, Istituto per la storia della Resistenza e della società contemporanea in provincia di Vercelli « Cino Moscatelli », 1989. L’exposition a successivement été présentée à Riva Valdobbia (14 avril-3 mai 1990), Borgosesia (27 avril-5 mai 1991), Muggiò (Mi) (25 octobre-5 novembre 1991), Boccioleto (13-25 août 1992), Varallo (13-21 juillet 1996) et Cravagliana (10-25 août 1996).

19 Girolamo Lana, Guida ad una gita entro la Vallesesia: per cui si osservano alcuni luoghi e tutte le parrocchie che in essa vi sono premesse diverse notizie generali intorno la medesima valle colla sua carta geografica compilazione del Dre. Girolamo Lana, Merati, Novara, 1840.

20 Plusieurs ouvrages du xixe siècle font état de cette spécialisation de professions exercées d’un village à un autre : Niccolò Sottile, Quadro della Valsesia (seconda edizione), Milan, presso Pirotta e Maspero Stampatori-Libri, 1804, p. 77 ; G. Luigi De Bartolomeis, Notizie topografiche e statistiche sugli stati sardi dedicate A.S.S.R.M. Carlo Alberto […], Turin, Tipografia Chirio e Mina, 1843, p. 803, 817-847. Les données exploitées par Sabrina Contini, dont l’article a déjà été cité à plusieurs reprises, confirment cette tendance, au même titre que les observations faites dans le cas de la Franche-Comté. Cependant, ces grandes tendances méritent d’être nuancées, surtout sur une période couvrant plusieurs siècles. En effet, on remarque tout de même des changements dans le temps, généralement dues aux évolutions économiques et techniques. Par exemple, entre 1788 et 1848, le nombre de tailleurs de pierre à Alagna baisse alors qu’augmente considérablement le nombre de plâtriers. En revanche, la quantité de charpentiers reste toujours très basse. L’ancienne commune de Sabbia a vu diminuer, entre 1800 et 1880, son pourcentage de tisserands alors que de plus en plus d’individus s’orientaient vers la maçonnerie. Voir site de l’Istituto per la storia della Resistenza… [En ligne], mis en ligne en 2003, consulté le 14 février 2018. URL :

21 Les dispense di stato libero des individus originaires de la Valsesia sont conservés à l’Archivio Storico Diocesano di Novara.

22 « […] è impossibile ch’egli si sia maritato senza che io lo sapessi […] ». Extrait de Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.

23 Ibid.

24 Giuseppe Andrea Gilardi, Le carnet des « campagnes »…, op. cit., p. 142.

25 Ibid., p. 35.

26 Jean-Louis Langrognet, « Retables francs-comtois du xviiie siècle », in Christine Langé et Hélène Palouzié (dir.), Regards sur les retables : architecture ou théâtres d’images, Arles, Actes Sud, 2004, p. 25-34.

27 Transformation du nom Grober.

28 Par ailleurs, cette porosité entre les frontières existe déjà au xvie siècle, comme le prouve la carrière de l’ingénieur militaire Ambrosio Precipiano, actif en Franche-Comté en en Lorraine au xvie siècle. Voir Raphaël Tassin, « Les premiers architectes italiens en Lorraine et le rôle fondamental de la Franche-Comté espagnole », Travaux 2012 de la Société d’émulation du Jura, Lons-le-Saunier, 2013, p. 217-230.

29 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 20.

30 Ibid., note 45, p. 27.

31 Patricia Subirade, La Franche-Comté…, op. cit., 2005, p. 13.

32 Dom Grappin, Mémoire sur l’abbaye de Faverney par un bénédictin de la congrégation de saint Vanne et saint Hydulphe, Besançon, Couché, 1776.

33 Christiane Roussel, « Les religieux architectes en Franche-Comté au xviie siècle », in Monique Chatenet, Claude Mignot (dir.), L’architecture religieuse européenne au temps des réformes : héritage de la Renaissance et nouvelles problématiques, actes des deuxièmes Rencontres d’architecture européenne, Château de Maisons-sur-Seine (8-11juin 2005), Paris, Picard, 2009, p. 43.

34 Christiane Roussel, « Les religieux… », art. cit., p. 38.

35 Louis Jeannez, Notes historiques sur N.-D. de Montroland et sur le prieuré de Jouhe, Lons-Le-Saunier, Mes Gauthier sœurs, 1856, p. 313.

36 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 15.

37 Christiane Roussel, « Les religieux… », art. cit., p.43.

38 Jules Burthe d’Annelet, « Églises et monuments classés », Bulletin monumental, vol. 109, Paris, 1951, p. 330. « La Rive » correspond sans doute à la francisation du nom de la commune nommée Riva Valdobbia.

39 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 51.

40 Ibid., p. 56-58.

41 La consonance germanique des noms de famille s’explique par la fondation d’Alagna par les Walser, une communauté germanophone venue de l’autre côté des Alpes vers la fin du xiiie siècle. Dans le cas des Bounder, les registres d’Alagna ne présentent pas les formes « Bounder » ou « Bunder », mais « Bonda » ou « Bonder ».

42 Christiane Roussel, « Les religieux… », art. cit., p. 43.

43 Louis Laurent, « Les bernardines d’Orgelet et leur monastère », Société d’émulation du Jura, 1993.

44 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 48-49.

45 Ibid., p. 46-47.

46 Patrick Boisnard, « La reconstruction de l’abbaye des clarisses urbanistes de Montigny-lès-Vesoul au xviiie siècle », Bulletin SALSA, Vesoul, 1994, nouvelle série, n° 26, p. 35-36.

47 Assignations, requêtes, mémoires dans le procès élevé entre Claude-Joseph de Broissia, seigneur de Neublans, et le curé dudit lieu, au sujet d’un banc placé par la veuve Ryard dans l’église de Neublans à la place du banc du seigneur, 16 janvier 1720, arch. dép. Jura, sous-série 1E – Titres féodaux et papier (1252-1792), seigneurie de Neublans (1716-1720), 1E 143.

48 Annick Deridder, Patrick Boisnard, « Dom Vincent Duchesne… », art. cit., p. 53.

49 Transcription complète du document disponible sur le site http://www.abamm.org/bourlemont2.html, retraçant l’histoire de la colline de Bourlémont.

50 Francisation de Malber.

51 Annick Deridder, « Jean-Pierre Galezot, architecte et sculpteur : 1686-1742 », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 2000, n° 42, p. 86.

52 Reconstruction et travaux à l’église particulière de Domprel, reconnaissances, procédures (1761-1790), arch. dép. Doubs, EAC 527 S 22.

53 Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.

54 Raymond Oursel, Art en Savoie, Grenoble, Arthaud, 1975 ; Raymond Oursel, Les chemins du sacré, vol. 1 et 2, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2008 ; Élise Charabidze, Les retables des Alpes de Piémont-Savoie aux xviie et xviiie siècles, thèse de doctorat d’histoire de l’art moderne dirigée par Christian Michel, université Paris X-Nanterre, 2009.

55 Annick Deridder, « Constructeurs entre Lorraine et Franche-Comté au xviiie siècle », Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, n° 48, 2006, p. 197.

56 Laurent Poupard, « L’exploitation des marbres jurassiens aux xixe et xxe siècles », in Laurent Poupard, Annick Richard (dir.), Marbres en Franche-Comté, actes des journées d’études, Maison de l’économie-CCI du Doubs de Besançon (10-12 juin 1999), Besançon, 2003, p. 133.

57 Malheureusement, dans un cas comme dans l’autre, la provenance est très rarement signalée. En plein cœur du xviiie siècle, Jacques François Marca, occupé à la réalisation du retable du prieuré de Rosey, utilisait du gypse « pris à Besançon » et faisait venir du sable de « Busey ». Il s’agit peut-être de Bucey-les-Traves située à 13 kilomètres ou de Bucey-les-Gy localisée à 26 kilomètres (compte du prieuré de Rosey, 1756, arch. dép. Doubs, série J – fonds privés, prieuré de Rosey (1120-1793), 53 J). En 1791, sur le chantier de l’hôtel de Lavernette à Besançon, Joseph-Marie Marca employait du sable apporté « de Voray » – il s’agit de Voray-sur-l’Ognon, une commune située à 14 kilomètres – et achetait des lattes de sapin au Bisontin Paget (Mémoires et marchés de construction pour l’hôtel du n° 1 de la rue du Lycée (1789-1792), arch. dép. Doubs, série F – fonds privés, 7F2). Signalons aussi que dans l’inventaire après décès de Pierre Jean Baptiste Marca, dressé en 1820, le notaire faisait état de « quatre tableaux représentant divers sujets » appartenant « aus[ieur] Marca, père du défunt qui les avait envoyés pour les vendre » (Inventaire après décès de Pierre-Jean-Baptiste Marca, dressé par le notaire Léonard Martin Gaume le 12 décembre 1820, arch. dép. Doubs, série 3E – Archives des notaires et des tabellions, 3e 6/16).

58 Alphonse Wauters, Histoire des environs de Bruxelles ou description historique des localités qui formaient autrefois l’Ammanie de cette ville, Bruxelles, Typographie de Ch. Vanderauwera, 1855, p. 698.

59 Félix-Victor Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique, Bruxelles, Imprimerie de Polack-Duvivier, 1843, non paginé.

60 Acte de mariage entre Pierre Bounder et Catherine Gavaille, Coulevon, 24 mars 1740, arch. dép. Haute-Saône, état civil, 3e550/3, f° 9 verso.

61 Pour mieux les distinguer, nous avons numéroté les trois Antoine Bounder rencontrés au cours du xviiie siècle.

62 Achat d’une maison par P. Bounder, 9 janvier, 1754, arch. dép. Jura, minutes notariales, 4E 3503.

63 L’ingénieur des Ponts et chaussées Querret a fortement contribué à ce rétablissement entre 1735 et 1764. En 1758, il fait un état de la situation à son arrivée deux décennies auparavant et déclare : « Les chemins sont nécessaires […]. Il est étonnant que l’on eût autant négligé cette partie aussi utile à l’État, jusqu’au règne présent […]. » À son sujet, voir Robert Leroy, Jean Querret, un architecte pas comme les autres, xviiie siècle en Franche-Comté, Besançon, Leroy, 1995.

64 Bernard Grosperrin, L’influence française et le sentiment national français en Franche-Comté. De la conquête à la Révolution (1674-1789), Paris, Les Belles Lettres, 1967, p. 62-63.

65 Patricia Subirade, La Franche-Comté…, op. cit., 2005, p. 117.

66 « Associées à un lieu particulier, des conditions naturelles peuvent influer non seulement sur le mode de vie des populations, mais aussi sur leurs productions, notamment artistiques. À un lieu donné et à des conditions géographiques particulières correspondrait un certain type de production. » Voir Dario Gamboni, La géographie artistique, Berne, Disentis, Desertina, 1987, p. 92.

67 Patrick Boisnard, « La reconstruction de l’abbaye… », art. cit., p. 35-36.

68 Mémoires et marchés de construction pour l’hôtel du n° 1 de la rue du Lycée (1789-1792), arch. dép. Doubs, série F – fonds privés, 7F2.

69 Sabrina Contini, « Matrimoni… », art. cit., non paginé.

70 Inventaire après décès de Pierre-Jean-Baptiste Marca, dressé par le notaire Léonard Martin Gaume le 12 décembre 1820, arch. dép. Doubs, série 3E – Archives des notaires et des tabellions, 3e6/16.

71 Échange de fonds entre Joseph-Marie Marca et Antoine Marchetti, 26 Prairial, an IX (15 juin 1801), arch. dép. Doubs, série 3E – Archives des notaires et des tabellions, 3e34/81. 3e13, n° 58.

72 Acte de mariage entre Joseph-Marie Marca et Jeanne-Pierre Billet, 27 juin 1780, Besançon, arch. mun. Besançon, série GG – Cultes. Instruction publique. Assistance publique, paroisse Saint-Jean-Baptiste, baptêmes, mariages, sépultures (1776-1780), GG 29, fol. 39 recto.

73 Jean-Louis Langrognet, L’œuvre des architectes de la Maîtrise particulière des eaux et forêts de Gray, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1979, p. 45.

74 Lettre de Colombot à Anthony, 19 juillet 1805, arch. dép. Haute-Saône, archives privées du château de Ray-sur-Saône, Ray 394.

75 Besançon, arch. mun. Besançon, série BB – Registre des délibérations municipales, BB 195 (1er janvier-31 décembre 1778), fol. 75 et 76, BB 198 (1er janvier 1782-31 décembre 1784), fol. 24, 82, 114 et 129.

76 Acte de mariage entre Claude-François Collardet et Anne-Claude Olivie, Vesoul, 21 octobre 1738, arch. dép. Haute-Saône, état civil, 3e550 3, fol. 11 verso et 12 recto.

77 Acte de divorce entre Joseph-Marie Marca et Jeanne-Pierret Billet, 5 Prairial an II (24 mai 1794), arch. mun. Besançon, état civil, 1e511, fol. 8 recto et verso.

78 Voir Généanet. URL :

79 Paul Brune, Dictionnaire des artistes et ouvriers de la Franche-Comté, Paris, 1912, p. 216 ; Philippe Contamine, La guerre au Moyen-Âge, Paris, Puf, 1980, p. 327.

80 Paul Brune, Dictionnaire…, op. cit., p. 76.

81 Christine Gouzi, « Migrations et identités artistiques », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [En ligne], mis en ligne le 23 novembre 2015, consulté le 21 mai 2018. URL :

82 Élisabeth Hardouin-Fugier, Naissance de la ville industrielle : les Dalgabio en Forez, 1760-1831, 1988 ; thèse de doctorat de Brigitte Feret, Marbriers tessinois installés en Provence et Comtat Venaissin au xviiie siècle, dirigée par André-Jean Bourde et soutenue en 1993 à l’université Aix-Marseille 1 ; François Tomas, Variations autour du patrimoine. Un cas d’école dans le Forez, Saint-Étienne, Publications de l’université, 2004 ; thèse de doctorat de Raphaël Tassin, Giovan Betto (1642-1722) et les architectes italiens en Lorraine (fin xviie-début xviiie siècle), dirigée par Sabine Frommel et soutenue en 2014 à l’EPHE (Paris).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de l’Italie et détail des villages de la Valsesia.
Crédits © Mickaël Zito.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2 : Chapelle des bernardines, Orgelet (Jura).
Crédits © Bonneville (Wikimedia Commons).
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig 3 : Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, Alagna (Valsesia).
Crédits © Twice25 (Wikimedia Commons).
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 4 : Retable majeur, Villers-Chemin-et-Mont-lès-Étrelles (Haute-Saône).
Crédits © Mickaël Zito.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 5 : Façade de la maison de la veuve Dandré, Besançon (Doubs).
Crédits © Mickaël Zito.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 6 : La Franche-Comté après la Conquête.
Crédits © Roland Fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/2268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mickaël Zito, « De la patria à la Franche-Comté : bâtisseurs et stucateurs de la Valsesia dans la province comtoise entre la fin du xviie siècle et le début du xixe siècle », Diasporas, 32 | 2018, 71-90.

Référence électronique

Mickaël Zito, « De la patria à la Franche-Comté : bâtisseurs et stucateurs de la Valsesia dans la province comtoise entre la fin du xviie siècle et le début du xixe siècle », Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2268 ; DOI : 10.4000/diasporas.2268

Haut de page

Auteur

Mickaël Zito

Mickaël Zito, docteur en histoire de l’art de l’université de Bourgogne (chercheur associé au Centre pluridisciplinaire textes et cultures-UBFC), est l’auteur d’une thèse consacrée aux Marca, stucateurs piémontais actifs en Franche-Comté et dans le Piémont entre le xviie siècle et le xixe siècle. Boursier de la fondation Roberto Longhi de Florence, entre 2015 et 2016, il étudie l’activité des stucateurs Portogalli originaires du Tessin et actifs en Toscane. Il est actuellement chargé de la collection de sculptures du MBAA de Besançon et chargé de cours à l’université de Franche-Comté. Ses recherches portent sur les ateliers et les dynasties de sculpteurs, la migration artistique, les transferts culturels ainsi que les techniques et les matériaux. Ses terrains d’étude sont principalement la France et l’Italie. Parmi ses publications récentes : « Analyse du processus de commande d’œuvres aux Marca, stucateurs actifs en Franche-Comté au xviiie siècle » ; « La dynastie des Marca. Stucateurs italiens en Franche-Comté au xviiie siècle » et « Les signatures des Marca : reflets de la production d’une dynastie ? », in Catherine Bourdieu-Weiss (dir.), Métiers d’art, vol. 61, Metz, CRUHL, 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals