Navigation – Plan du site
Document

L’immigration italienne dans le Gers

Italian immigration in the Gers
Alphonse Dupront
p. 181-188

Résumés

Cet article, rédigé en 1928 et demeuré inédit, est une étude de l’immigration italienne venue, depuis le début des années 1920, s’implanter dans le Sud-Ouest de la France. Alphonse Dupront, alors étudiant normalien, l’aborde à travers une enquête de terrain qu’il réalise dans son département d’origine, le Gers (canton de Condom). Cherchant à comprendre les causes du flux, les motivations des émigrants, les conditions d’installation dans ce territoire rural, il étudie aussi la place prise par ces paysans et ces propriétaires dans le secteur agricole, tout comme l’amorce du processus d’intégration de cette population dans la société française locale.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France, Occitanie, Gascogne, Gers, Condom
Haut de page

Notes de la rédaction

Diasporas s’honore de publier un article inédit du grand historien Alphonse Dupront1. En 1927-1928, alors élève à l’École normale supérieure, il se livre à une enquête sur l’immigration italienne qui vient de s’implanter dans sa région d’origine. L’étude porte plus précisément sur le canton de Condom dans le département du Gers. Ce texte est publié ici dans sa version intégrale de 1928, les notes sont de l’auteur.

Texte intégral

1L’immigration italienne dans le Sud-Ouest de la France a déjà toute une littérature. Statisticiens, juristes, sociologues et géographes se sont occupés avec espoir ou inquiétude de ce curieux phénomène : un vieux pays qui semble devenir terre de colonisation pour un peuple jeune, tard venu sous son nom moderne aux audacieuses entreprises d’expansion et de conquête pacifique du monde. Des plumes autorisées ont dit avec plus ou moins de justesse ce qu’il convenait sur ce mouvement de migration, à l’aide de statistiques, de renseignements pris dans les divers offices de la main-d’œuvre, d’enquêtes de journaux dont la rédaction est à Bordeaux ou à Toulouse, c’est-à-dire encore assez loin du Gers.

2Pour un point très limité de la Gascogne, le Condomois, nous avons pensé qu’il convenait d’appliquer une autre méthode : l’observation directe des faits, des conversations avec les Italiens et avec les indigènes, un choix aussi sage qu’il se pouvait de quelques personnes bien informées, à qui nous avons demandé de répondre à un questionnaire. Ces divers éléments nous permettront de reconstituer à grands traits, dans le canton de Condom, l’historique de l’immigration, les modes d’occupation et d’exploitation du sol, et d’apporter enfin quelques indications sur le délicat problème de l’assimilation.

L’historique de l’immigration italienne dans le Condomois : causes et étapes

3Petite ville administrative étagée autour de sa cathédrale, sur un éperon qui domine la tranquille Baïse, Condom sommeille à la limite des riches collines du Haut et du Bas Armagnac, toute proche des pinières landaises qui atteignent Mézin, à quelques kilomètres des fertiles plaines de la Garonne. Il semblerait que Condom dût être la terre fortunée où se rencontrent résiniers et viticulteurs, avec les marchands de primeurs de Port-Sainte-Marie : mais un destin géographique et économique s’est toujours plu à la mettre à l’écart. Elle ne participe nullement à la prospérité environnante, sinon par le commerce des armagnacs qui bientôt peut-être lui échappera. Deux grandes voies de circulation détournent d’elle tout trafic que les conditions physiques ne favorisent pas trop : le Bordeaux-Morcenx qui passe à Riscle, et la vallée de la Garonne, où court le Bordeaux-Sète. Défavorisée encore par la récente ouverture de la ligne ferroviaire d’Auch et le départ du tribunal qui attirait assez souvent les esprits un peu chauds du Bas-Armagnac, Condom ne voit plus dans ses marchés et ses foires que les cultivateurs d’alentour.

4La terre, en Condomois d’une fertilité médiocre sauf dans les sables de Caussens, porte, dans la plaine étroite de la Baïse des prairies, sur les coteaux la vigne qui s’accroche plus péniblement que vers Montréal ou Manciet et qui n’est plus la culture presque unique, le blé, les champs où croissent les légumes de consommation, de trop nombreuses friches et quelques bois. Ce pays, s’il a de beaux cieux, n’est donc point de cocagne pour l’homme qui veut honnêtement vivre et même s’enrichir au travail de la terre.

Comment les Italiens sont-ils venus s’y installer ?

5L’immigration italienne a commencé d’une façon très éparpillée vers le début de 1923, en juin surtout ; elle a crû peu à peu pour atteindre son maximum de mai à décembre 1924 ; c’est vers la fin de 1925 et en 1926 que le ralentissement se fait surtout sentir, puis elle peut être considérée comme terminée. Ainsi, sur ce coin de terre, se trouvent particulièrement accentuées les étapes de l’évolution du mouvement.

  • 2 La date d’arrivée des premiers immigrants italiens dans le canton de Condom est d’environ une année (...)

6Pourquoi cette venue rapide et cet arrêt assez brusque ? Je ne crois pas qu’il faille attribuer le peuplement italien uniquement à l’action du bureau départemental de main-d’œuvre agricole. Sans doute l’impulsion lui appartient-elle, par l’action de son président, M. Schoefer, pour encourager les imitateurs de ces huit familles de Vénétie, venues d’après les indications d’une annonce parue dans un journal de Savoie et disséminées dans le Gers, mais la venue des Italiens est principalement due à l’extension de la colonisation commencée en Tarn-et-Garonne, autour de Castelsarrasin. Si l’on pouvait suivre avec précision les progrès du peuplement italien, on verrait, je crois, les immigrants s’installer sur les rives de la Garonne, dans la vallée jusqu’en aval d’Agen, et là, remonter la vallée de la Baïse par Feugarolles, Vianne, Nérac, Condom. Nombreuses sont en effet les relations des Italiens condomois avec ceux du Lot-et-Garonne et de la région de Montauban. Ce qui explique le caractère de l’immigration condomoise, à peu près toute de parents ou d’amis, au moins de connaissances2 : « Les amis, nous répond-on, ont attiré les amis. »

  • 3 J’ai cherché à savoir s’il n’y avait pas eu une action occulte du gouvernement français : les immig (...)
  • 4 Voici la réponse d’un questionnaire là-dessus : 10 % fascisti ; 5 % communisti ; « le restant, idée (...)

7Le souci de garder même l’amitié la meilleure ne justifierait pas ce lointain exode, si d’autres motifs n’avaient puissamment agi3. On pourrait croire que l’avènement d’un nouveau régime, avec tous les risques qu’il comporte, a jeté hors des frontières des hommes compromis ou attachés à un vieil idéal politique ; les Italiens du Condomois ne sont pas des « rois en exil » ; on me signale quelques cas très rares d’émigrants pour cause politique4.

8Les raisons économiques ont été les plus importantes : une terre italienne surpeuplée ne pouvait pas nourrir tous ses habitants. Dès lors, elle atteignait des prix considérables qui ne permettaient plus la possession du sol qu’à de rares privilégiés : dans la plaine du Pô, l’hectare dépassait 30 000 francs. Il était naturel de se tourner vers des pays presque dépeuplés, où la terre était d’un incroyable bon marché, comme l’écrivaient les amis, et pour les premiers arrivants, comme l’annonçaient les journaux. Poussés par le désir de gros profits, comme l’indique avec franchise une réponse, les Italiens s’en vinrent donc en Gascogne.

9Mais les raisons économiques, si fortes soient-elles, ne suffisent pas à tout expliquer. Les juristes ou les sociologues négligent trop souvent quelques désirs de l’humaine nature : le besoin d’aventures, le plaisir du nouveau, de la découverte, ont joué plus qu’on ne croit, surtout pour les classes moyennes ; elles ont saisi l’occasion de changer de ciel. Je sais un habile ouvrier mécanicien qui est parti avec sa famille, uniquement pour le plaisir. À ces vagabonds, il convient d’ajouter deux ou trois autres exemples de propriétaires aisés, émigrés pour « changer de climat ».

  • 5 On m’a parlé du possesseur d’une belle propriété, dans la commune de Grazimis, qui désire repartir, (...)

10Pourquoi ces divers facteurs ont-ils perdu, en deux années, leur efficacité ? Il y a eu des désillusions : la terre, à fort bon compte pour les premiers immigrants, a sensiblement augmenté dans la suite ; avant, nous dit-on, dans le prix de vente d’une propriété, on comprenait l’outillage et le cheptel ; à l’heure actuelle, la propriété est nue et le prix plus élevé. De plus, ce qui semble bien propre au Condomois, les cultivateurs italiens espéraient trouver des sols plus fertiles ; à quelques-uns d’ailleurs, mais exception assez rare, les capitaux ont manqué pour l’exploitation nécessaire. Ainsi le sol du Condomois a rebuté l’occupant italien, qui se repent quelque peu de l’enthousiasme d’antan : certains songent à retourner en Italie, poussés peut-être par une sorte de nostalgie, chez les femmes surtout5, mais d’autres par une déception très réelle.

11Ce mouvement d’arrêt et presque de recul, expliqué par des causes toutes locales, s’est trouvé affermi par la politique mussolinienne de colonisation intérieure, en Sardaigne et en Sicile, et dans la terre promise, la Tripolitaine, à quoi s’ajoute l’action du gouvernement français.

  • 6 Une exception, celle d’un Juif italien, habitant auparavant Paris, venu s’installer pour diriger et (...)

12Après ce rapide exposé des étapes et des causes de l’immigration, il importe de voir ce que celle-ci est devenue dans le canton de Condom. La difficulté est grande d’avoir des chiffres précis, mais un agent d’affaires italien a bien voulu écrire, pour faciliter mon enquête, à quelques-uns de ses compatriotes habitant les diverses communes du canton. Grâce à son obligeance, je crois pouvoir apporter quelques chiffres précis : le total des Italiens habitant le canton de Condom serait de 609, se répartissant ainsi : 241 hommes, 174 femmes, 194 enfants, ce qui donne environ 90 familles. On objectera sans doute que le nombre d’enfants est bien restreint, car les familles nombreuses italiennes sont presque légendaires. Mais qu’on veuille bien remarquer qu’à part une6 ou deux exceptions, toute cette population est jeune : les ménages sont récents, quand ils ne se sont pas formés en Gascogne, car avec le frère, souvent les sœurs, les nièces ou les cousines ont suivi, explication du nombre élevé de femmes.

  • 7 Je n’ai pu connaître les résultats du dernier recensement, mais en 1921, la population du canton dé (...)
  • 8 Les statistiques officielles donnent pour le Gers, en 1926, 12 084 Italiens.

13Il faut toutefois, à regarder ce total, détruire une légende, au moins pour le canton de Condom7 : une grande peur a couru sur la France, les Italiens avaient colonisé le département du Gers ; les nombres les plus fabuleux hantaient les imaginations. Lorsqu’on regarde de près les chiffres, on s’aperçoit qu’il s’agissait d’un conte. Sans doute notre canton est-il de ceux qui comptent le moins d’Italiens, mais l’ensemble du département ne présente point de résultats tels qu’il faille parler d’une Gascogne italienne8.

14D’où viennent ces divers Italiens ? De Vénétie, c’est là le premier contingent, puis de toute l’Italie du Nord, Lombardie, Piémont ; quelques-uns de Ligurie, fort peu d’Émilie. La région de Trente a aussi envoyé certains immigrants. Voilà un trait général de l’immigration italienne dont nous trouvons confirmation dans notre petit coin de Gascogne : les régions d’où sont partis les émigrants sont au nord de la péninsule, avec une population énergique, habituée en général à la culture du sol.

15Ces hommes qui se sont expatriés, à quelle classe sociale appartiennent-ils ? Pour une part assez appréciable, 20 % environ, ils appartiennent à la classe moyenne assez aisée, à une bourgeoisie rurale, car la plupart sont agriculteurs. Ils ont amené avec eux bon nombre de leurs travailleurs, qui se sont établis près d’eux puis peu à peu éparpillés, souvent pour recevoir meilleur salaire. Certains d’ailleurs ne sont devenus ruraux que chez nous, tel un industriel de la région milanaise qui exploite, seul, sa propriété d’une trentaine d’hectares. À côté de ces agriculteurs aisés et de ces travailleurs agricoles, il faut faire une place aux divers commerçants (3 %), depuis un marchand de produits italiens, pâtes et odorants fromages, le tout enrubanné aux couleurs vert, blanc, rouge, jusqu’à un audacieux et riche Milanais qui a acquis le premier hôtel de Condom, l’Hôtel du Lion d’Or, situé sur l’une des places principales de la ville, et jusqu’aux agents d’affaires. Le canton compte en effet cinq agents d’affaires italiens, tous gens entreprenants et qui n’ont pas d’autre occupation que la vente et le trafic des propriétés.

Les modes d’occupation et d’exploitation du sol

16Peu nombreuse mais composée d’une tête solide et bien armée financièrement avec ses « marchands de biens », comme l’on dit dans le pays, l’immigration italienne est toute prête pour une occupation agricole du sol. À condition toutefois qu’il s’y prête : sans invoquer je ne sais quel déterminisme géographique, on peut dire que le Condomois était la terre de cette émigration. La propriété y est beaucoup moins divisée qu’on pourrait le croire : les étendues moyennes dominent, et, autour de Condom, s’étalent quelques grands domaines, au-dessus de 100 hectares. Les plus importants ou presque ont passé aux mains d’étrangers, qui sont pour la plupart des Italiens. C’est là en effet la caractéristique essentielle de l’immigration en Condomois, et s’il y a une menace, elle ne se trouve point dans le nombre, mais dans cette mainmise de l’étranger sur la terre, étranger qui devient le principal propriétaire du pays.

17Des grandes propriétés autour de Condom, il n’en reste que très peu dans des mains françaises. Je laisse de côté Cahuzac, une des plus grandes (500 hectares), devenue propriété d’Espagnols. Mais Pouypardin, près de Grazimis (135 hectares), La Tourre à 4 km de Condom (120 hectares), Mirane, Les Bruhasses, Peyriac (environ 100 hectares), vieilles propriétés de familles bourgeoises dont les descendants habitent encore Condom, sont devenues acquisitions d’Italiens. Il faudrait faire le même travail pour les moyennes propriétés, et l’on verrait combien de terres sont passées dans des mains italiennes. Cette dernière catégorie est de beaucoup d’ailleurs la plus importante, comme le montre ce pourcentage approximatif de l’importance des propriétés : grandes propriétés (de 80 à 250 hectares), 3 % ; moyennes propriétés (au-delà des 30 hectares), 82 % ; petites propriétés, 15 %.

18On se posera tout de suite la grosse question pécuniaire : cela représente évidemment un apport considérable de capitaux. La propriété des Bruhasses a été payée 700 000 francs, avec, il faut l’avouer, un troupeau important de vaches laitières. Et cependant nulle institution de crédit, nulle banque n’a avancé des fonds à nos immigrants. Cette infidélité de certaines institutions à tenir de positives promesses faites aux émigrants avant leur départ, en a découragé quelques-uns : ils sont repartis ; mais ils sont l’infime minorité, quoique dans deux ou trois réponses, je relève une certaine amertume sur cette question des banques.

19Néanmoins dans la très grande majorité, quiconque a acheté, a payé comptant au moins la moitié ; à l’heure actuelle, pour 60 % des propriétaires, le paiement est achevé. Ces gens-là ont donc apporté avec eux des sommes très importantes. Avant tout, notre immigration est composée de riches ; la preuve en est dans l’activité de ces agents d’affaires, propriétaires eux-mêmes, qui se sont mis, à la stupéfaction des indigènes, à jongler avec les propriétés, à peine achetées, aussitôt revendues, et ce toujours entre des mains italiennes. Les agents préfèrent, je le tiens d’eux-mêmes, garder les terres acquises entre compatriotes.

20Occupation de la grande et de la moyenne propriété, apport important de capitaux, spéculation des manieurs d’argent, souci de conserver la terre, tels sont les traits qui donnent à l’immigration italienne, dans le canton de Condom, sa physionomie propre. Ces propriétaires, ils ne représentent pas le quart de l’effectif immigrant, mais ils ont la richesse, la puissance foncière ; eux seuls comptent dans la colonie, et aux yeux des habitants français du Condomois.

  • 9 Il est regrettable que je n’aie pas eu de pourcentage précis pour ces diverses catégories d’agricul (...)

21Les autres formes de l’exploitation agricole se rencontrent chez les immigrants italiens9 : elles occupent même la part la plus nombreuse du contingent, mais la moins importante. Ils sont fermiers, et leurs préférences vont très nettement à cette institution : la plupart paient en argent, à raison de 200 francs l’hectare, quelques-uns en nature, un sac et demi de blé ou deux à l’hectare. Les métayers sont peu nombreux, et adoptent les traditions locales : le partage par moitié porte sur tout, perte comme revenu. Une part importante doit être faite aussi aux ouvriers agricoles ; l’immigration a ressuscité chez nous cette vieille coutume, disparue dans un pays qui se dépeuple, avec moins d’importance d’ailleurs que dans d’autres endroits, puisque les grands domaines sont exploités par de nombreuses métairies. Payés au mois, 300 à 350 francs, nourris, logés, ils s’engagent de préférence chez des compatriotes : les cas sont assez rares de domestiques italiens chez des Français. Ainsi, pour elle-même, la colonie italienne a résolu le problème de la main-d’œuvre.

22Ce souci de rester groupés ne doit pas inquiéter outre mesure, surtout chez des travailleurs assez frustes : il est naturel qu’ils évitent les difficultés d’une incompréhension de langue et surtout de différences assez sensibles dans les mœurs quotidiennes.

  • 10 Autre exemple d’activité commerciale : un propriétaire italien s’est mis en relation avec des résin (...)

23L’impression qu’il faut laisser pour être fidèle à la vérité, c’est celle d’une immigration qui compte moins par sa masse que par la qualité, qualité sociale et partant « pécuniaire », plus encore qualités individuelles. Ces hommes sont très entreprenants, manieurs d’argent et d’affaires. Un « marchand de biens » italien représente déjà plusieurs compagnies d’assurance, et ses collègues français ont à compter avec lui : les relations sont d’ailleurs très cordiales, et il étend son activité à une clientèle qui déjà dépasse ses compatriotes. Le contremaître piémontais, parti avec sa famille pour changer de pays, a pris la direction d’une petite usine autrefois prospère mais qui végétait à son arrivée ; il l’a tout à fait remise sur pied, et les machines agricoles qui attendent devant les portes sont en file imposante : il devient de plus en plus le technicien de l’agriculture locale10. L’Hôtel du Lion d’Or continue d’être un centre d’affaires important ; mais il réussit moins bien, il faut des qualités d’amabilité, de laisser-aller, de loquacité, et de bon marché, du moins en Gascogne, que les propriétaires italiens actuels ne semblent point posséder. Nous touchons ici au problème de l’assimilation qu’il nous faut maintenant aborder.

L’adaptation et le délicat problème de l’assimilation

24Pour des agriculteurs, il y a d’abord une assimilation toute matérielle, ou plutôt une adaptation. Chez nous, elle ne peut qu’être difficile et pénible car le paysan gascon est terrible : entêté dans sa routine, il accable de sarcasmes, sinon davantage, l’audacieux qui apporte des nouveautés. Même quand on se comprend mal, est-il besoin de dire que c’est une atmosphère détestable pour le nouveau venu.

25Au début néanmoins, l’Italien a su être assez indépendant. Dans le canton de Condom, les Italiens ont été des apôtres du machinisme agricole ; l’immigration arrivait, riche de connaissances quelque peu théoriques, ou valables sur d’autres terres. Nos collines couvertes de mille accidents se prêtent mal à la grande culture, avec tous les instruments nécessaires : le tracteur n’est guère utilisable. Aussi les Italiens ont-ils dû bien vite revenir à des procédés plus modestes, à la grande satisfaction des paysans.

26Ils tendent toutefois à substituer plus de rapidité dans les divers travaux de la terre, en remplaçant les bons et solides bœufs garonnais, qui s’éternisent sur les sillons, par des chevaux : le gain de temps est incontestable. Mais longtemps coulera la Baïse avant que les agriculteurs gascons suivent l’exemple…

  • 11 Par exemple, les procédés de sarclage, qui donnent de meilleurs résultats que ceux des indigènes.

27Pour les procédés de culture, les immigrants s’adaptent tant bien que mal : ils ont tendance cependant à garder leur assolement et leur système de travail individuel11 ; dans les travaux de fenaison, par exemple, ils n’attendent pas la dessiccation complète et rentrent leur foin encore humide. Pour les cultures, ils ont développé celle du maïs, un élément essentiel de leur nourriture qui d’ailleurs n’est pas inconnu en Condomois, les « armotes » rappelant la polenta. Ils se sont occupés d’améliorer la qualité du blé, avec des semences sélectionnées, et la production gasconne s’est sensiblement accrue, grâce à eux. Ils ont compris l’intérêt des prairies, nombreuses dans la vallée de la Baïse, et certains ont continué, avec beaucoup d’intelligente activité, le commerce des vaches laitières (aux Bruhasses, près de Condom par exemple).

28Les Italiens ont eu plus de difficultés à s’habituer à la vigne : beaucoup ont éprouvé des désillusions, et n’ont pas hésité à déraciner les ceps. Mais la vigne est plus résistante que l’homme, et surtout source abondante de profit ; les immigrants deviennent peu à peu viticulteurs.

29Adaptation aux procédés de travail, aux cultures, avec souvent d’heureux perfectionnements, c’est bien là ce qui caractérise l’installation agricole italienne en Condomois. Les Italiens n’ont porté, chez nous, aucune de ces innovations qui ont réussi ailleurs : sériciculture et production du riz.

  • 12 C’est facilité par l’installation d’un marchand de produits italiens à Condom.

30Quand des étrangers s’installent en un pays, ils ont tendance d’une part à conserver leurs mœurs, et d’autre part, à rester groupés dans des associations ou des sociétés. Les mœurs, nos Italiens les gardent volontiers. L’essentiel d’ailleurs, puisque les Européens ne sont pas tellement différents par le costume ou par les traditions, consiste dans la nourriture : elle demeure à peu près exclusivement italienne12, avec une facile adaptation pour les gourmandises de la cuisine gasconne, comme le confit d’oie, et pour ses vins, y compris l’armagnac.

31Dans l’ensemble, cette cérémonie journalière, qu’on nomme le repas, a lieu selon les règles de la saine propreté. Mais on signale quelques cas de familles, même riches, qui ont des mœurs assez primitives : la crémaillère amenée au bout d’une longue tige de fer dans le milieu de la cuisine, et la maisonnée se groupant autour de la marmite et puisant à qui mieux mieux ; la chose a fait scandale dans Caussens. Il est probable que la frugalité et quelquefois aussi la malpropreté de certains immigrants impressionnent mal nos paysans : j’ai entendu des histoires très gasconnes sur les poulets crevés ou les poissons en décomposition que mangent les Italiens. En outre l’odorat condomois s’accommode mal des relents du parmesan.

32Les Italiens forment-ils, au sein de la population, un noyau compact ? Il est certain qu’ils ont tendance à rester entre eux, à se grouper même. Ils ont fondé, à Condom, une société d’anciens combattants, où ils s’efforcent de créer une grande intimité, avec des réalisations pratiques de secours mutuels. De quelque bord qu’ils viennent, ils n’oublient pas la patrie. En faut-il conclure à une réalisation de l’« Impero » défini certain jour par le Duce ? Nullement.

33Il est naturel que des nouveaux venus dans un pays, surtout liés par d’étroites relations, se serrent les coudes, mais les points de contact sont nombreux avec les Français : la parenté des langues facilite le rapprochement. Certaines classes sociales, comme celle qui dirige l’immigration italienne en Condomois, s’assimilent très vite. Les relations se multiplient avec les familles de la ville. Des mariages ont eu lieu : l’Italien est élégant, bien fait, il l’emporte aisément sur le Gascon plus quelconque. Aussi y a-t-il nombreux public féminin au bal, dit des Italiens, organisé tous les ans à l’Hôtel du Lion d’Or. Les bons commerçants condomois ne répugnent nullement à ces « relations internationales » : leur fille sera bien établie, c’est l’essentiel. L’ouvrier reste encore un peu distant, mais, malgré ses préjugés ridicules, le Gascon est si loquace qu’il finira bien par le dérider. D’ailleurs les enfants vont à l’école française, ce sera un puissant moyen d’assimilation. Il en sera d’eux comme des Espagnols, venus au moment des troubles carlistes : ils sont l’élément le plus aisé et le plus « français » du pays.

  • 13 Je tiens ces renseignements de M. le Chanoine Gissot, directeur des Œuvres diocésaines. (Dans le Ge (...)

34La Gascogne est fatale à tous les étrangers qui viennent sur son sol : elle est terre d’irréligion. C’est là peut-être où l’assimilation est la plus nette : loin de leur curé et de leur église, les Italiens ont vite négligé sinon leur religion, du moins leurs pratiques religieuses. Quelques questionnaires se plaignent. On aperçoit le dimanche, tout au fond de l’église, quelques Italiens, venus « entendre un petit air de messe ». Sans doute cinq ou six enfants vont à l’école confessionnelle, les femmes s’efforcent de continuer leurs dévotions, envoient même quelques recrues au patronage de l’église cathédrale, mais l’ensemble ne pratique que de loin le catholicisme13.

*

35Venue en Condomois par la loi d’une occupation progressive du Sud-Ouest aquitain, l’immigration italienne n’y a point vu tous ses espoirs réalisés : aussi très promptement a-t-elle cessé d’affluer, si bien qu’elle ne représente qu’une part restreinte de la population. Mais elle est venue avec ses capitaux, ses énergies, ses travailleurs, et sa mainmise sur la propriété, grande et moyenne, est considérable ; son rôle dans la vie du canton ne peut que s’accroître encore.

36Les Italiens seront un utile ferment à la vieille pâte gasconne, séchée quelque peu et épuisée par le temps, avec qui, de plus en plus, ils se mélangeront, lorsqu’une ou deux générations auront passé. Cette terre en a bien vu d’autres : le More, l’Anglais, l’Espagnol, pour ne point remonter plus haut.

37En Condomois, la colonisation italienne n’est pas une menace, mais un enrichissement.

Haut de page

Notes

1 Cette publication a été rendue possible grâce à l’autorisation et à l’accompagnement de Monique Dupront.

2 La date d’arrivée des premiers immigrants italiens dans le canton de Condom est d’environ une année plus tard que dans l’ensemble de la Gascogne.

3 J’ai cherché à savoir s’il n’y avait pas eu une action occulte du gouvernement français : les immigrants ne savent pas ; ils déclarent tous être venus appelés par des amis, très rarement par quelques agents de vente.

4 Voici la réponse d’un questionnaire là-dessus : 10 % fascisti ; 5 % communisti ; « le restant, idée mixte mais qu’ils n’oublient pas la patrie ». (Je cite textuellement.)

5 On m’a parlé du possesseur d’une belle propriété, dans la commune de Grazimis, qui désire repartir, poussé par sa femme, mais il craint les fascistes : c’est un des rares cas de souci politique que j’ai pu rencontrer.

6 Une exception, celle d’un Juif italien, habitant auparavant Paris, venu s’installer pour diriger et exploiter ses compatriotes.

7 Je n’ai pu connaître les résultats du dernier recensement, mais en 1921, la population du canton dépassait les 10 000.

8 Les statistiques officielles donnent pour le Gers, en 1926, 12 084 Italiens.

9 Il est regrettable que je n’aie pas eu de pourcentage précis pour ces diverses catégories d’agriculteurs.

10 Autre exemple d’activité commerciale : un propriétaire italien s’est mis en relation avec des résiniers landais pour faire le commerce de la térébenthine avec l’Italie.

11 Par exemple, les procédés de sarclage, qui donnent de meilleurs résultats que ceux des indigènes.

12 C’est facilité par l’installation d’un marchand de produits italiens à Condom.

13 Je tiens ces renseignements de M. le Chanoine Gissot, directeur des Œuvres diocésaines. (Dans le Gers, si le curé français de Blanquefort a appris l’italien car la plupart de ses paroissiens parlent cette langue, il n’y a pas un seul curé italien. Seul dom Babini réside à Auch et pérégrine dans le département pour visiter ses compatriotes et aider les prêtres français au moment des grandes fêtes.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alphonse Dupront, « L’immigration italienne dans le Gers », Diasporas, 32 | 2018, 181-188.

Référence électronique

Alphonse Dupront, « L’immigration italienne dans le Gers », Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2749 ; DOI : 10.4000/diasporas.2749

Haut de page

Auteur

Alphonse Dupront

Alphonse Dupront (1905-1990) a marqué de bien des façons la scène intellectuelle et le monde académique. Directeur de l’Institut français des hautes études en Roumanie (1932-1941), enseignant ensuite à l’université de Montpellier, il devient en 1956 docteur ès lettres à l’université de Paris avec sa thèse de doctorat d’État, Le mythe de croisade, et professeur à la Sorbonne. Puis il sera également élu directeur d’études à l’École pratique des hautes études, où il fonde le Centre d’anthropologie religieuse européenne de l’EHESS. Il sera le premier président de l’université Paris IV-Sorbonne (1970-1976), tout en accompagnant la création de l’Institut universitaire européen de Florence. D’une immense culture et curiosité, son œuvre d’historien est connue à travers plus d’une centaine de titres publiés, auxquels s’ajoutent de très nombreux inédits dont l’édition se poursuit ; dernier ouvrage publié : L’image de religion dans l’Occident chrétien (Gallimard, 2015). Ses champs et thèmes de recherche, aussi vastes qu’entrecroisés, portent sur l’anthropologie historique, l’histoire religieuse et du sacré, la psychologie collective et les imaginaires, la sémantique et l’iconologie…

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals