Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Laura Fournier-Finocchiaro, Cristina Clímaco (dir.), Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au xixe siècle. Questions et perspectives

Paris, L’Harmattan (coll. « Historiques »), 2017, 234 p.
Hugo Vermeren
p. 220-222
Référence(s) :

Laura Fournier-Finocchiaro, Cristina Clímaco (dir.), Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au xixe siècle. Questions et perspectives, Paris, L’Harmattan (coll. « Historiques »), 2017, 234 p.

Texte intégral

  • 1 Voir notamment la bibliographie mise en ligne par le programme de recherche AsileuropeXIX, financé (...)
  • 2 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions (...)

1L’histoire de l’exil politique en Europe au xixe siècle connaît un profond renouvellement depuis une dizaine d’années. De nombreux travaux universitaires sont venus nourrir notre connaissance sur le sujet avec des monographies sur des groupes ou des figures d’exilés, l’étude des dispositifs d’accueil des exilés et des réfugiés ou encore l’analyse des réseaux de solidarité transnationaux qui se constituent au sein des pays d’accueil1. L’ouvrage dirigé par Laura Fournier-Finocchiaro et Cristina Clímaco s’inscrit dans ce champ de recherche encore en chantier. Il réunit dix textes de spécialistes de l’histoire et de la littérature de l’exil, dont la trame commune est d’appréhender le phénomène de l’exil comme une forme d’engagement politique en insistant sur sa dimension transnationale et son impact sur la formation des États-Nations contemporains. Il s’agit de donner à voir l’exil comme un « objet politique » (p. 18), autrement dit comme un facteur de mobilisation des individus et de circulation des idées politiques, ce qui participe en somme à restituer l’action politique des exilés dont l’histoire se situe par définition « hors de l’évènement politique2 ». Le propos est centré sur ces migrations contraintes depuis l’Italie, l’Espagne et le Portugal vers la France, l’un des principaux pays d’accueil au xixe siècle avec la Suisse et la Grande-Bretagne. Depuis la Révolution de 1789 jusqu’à la Seconde guerre mondiale, la France a accueilli les vagues d’exil successives en même temps qu’elle a pu constituer un espace de transit pour des destinations plus lointaines comme l’Amérique du Nord. Pour la première fois codifié dans la constitution montagnarde du 24 juin 1793 (6 messidor an I), le droit d’asile s’est progressivement institutionnalisé et internationalisé tout au long du xixe siècle.

  • 3 Grégoire Bron, « La diplomatie du libéralisme portugais et la solidarité aristocratique internation (...)

2Scindé en deux parties, l’une de synthèse, l’autre consacrée à des études de cas, ce livre collectif aborde en deux temps l’histoire des exilés en France au xixe siècle. La première partie propose, à travers trois contributions de Jordi Canal, d’Antonio Bechelloni et de Cristina Clímaco, une utile mise au point historique et historiographique sur les mouvements d’exil politique depuis l’Espagne, l’Italie et le Portugal aux xixe et xxe siècles. À des degrés divers, ces trois territoires ont été confrontés presque continûment au phénomène de l’émigration politique, depuis les contre-révolutionnaires de la fin du xviiie siècle aux opposants aux dictatures du xxe siècle, en passant par les exilés libéraux, radicaux et républicains du long xixe siècle. L’histoire a surtout retenu les départs massifs provoqués par les trois régimes de Mussolini (1922-1943), de Franco (1936-1975) et de Salazar (1932-1968), plus importants numériquement. Les travaux récents ont toutefois montré à quel point il est nécessaire de penser l’exil politique du xixe siècle, jusqu’alors envisagé dans une dimension hagiographique, comme une « expérience de masse » au même titre que l’émigration économique. L’arrivée en France d’un grand nombre d’exilés dans le cadre des deux guerres carlistes espagnoles (1833-1840 et 1872), celle des libéraux portugais des années 1820-1830, ou encore celle des libéraux piémontais et lombards des années 1820, même s’il ne s’agit pas toujours de départs collectifs, se sont aussi faites en groupe jusqu’aux frontières, avant la répartition en différents points du territoire voulue par l’administration française, sous la forme par exemple d’assignation en dépôts de réfugiés pour ceux d’entre eux qui obtinrent le statut de réfugiés à partir de 1832. Plus encore, le regroupement d’exilés d’origines et d’horizons divers dans certains centres urbains comme Paris a favorisé la constitution de foyers militants et d’entreprises collectives transnationales qui ont contribué à l’émergence de ce que Grégoire Bron a pu désigner comme une « solidarité aristocratique internationale3 ».

  • 4 Laure Teulières à propos de Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étra (...)

3Les sept contributions regroupées dans la seconde partie du livre s’intéressent plus particulièrement à l’engagement des exilés dans la circulation des idées et des cultures politiques par leur activité pédagogique, journalistique et éditoriale. En revenant, par exemple, sur la fondation du journal littéraire L’Italiano à Paris au cours de l’année 1836, Ilaria Gabbani montre comment les affiliés à la Giovine Italia se mobilisent pour diffuser en France le programme politique de Giuseppe Mazzini. Comme l’explique Laura Fournier-Finocchiaro, ces collaborations littéraires ont également constitué des supports de discussions et d’interactions entre les exilés des différents États. La notion de transfert culturel, au cœur de l’exposé de Florencia Peyrou, est la clef d’analyse des différents travaux qui s’inscrivent avant tout dans une histoire de la circulation des théories et des cultures politiques. Comment, en somme, l’exil, compris comme un temps de mobilisation politique transnational, a-t-il nourri les conceptions politiques de ces élites cosmopolites et à terme celles des peuples de leurs pays d’origine ? On rejoint ici un des thèmes centraux de l’histoire récente de l’exil en Europe au xixe siècle, celui d’un exil qui a favorisé « l’émergence d’embryons de représentations nationales et la réussite du projet unitaire d’origine4 ». La création du comité de Londres fondé par les libéraux portugais en exil en 1828 (p. 206), la fondation du comité de la Junte catalane à Perpignan en 1830 (p. 91) ou encore celle de la Charbonnerie lusitanienne à Coimbra en 1848 (p. 200) sont autant d’expériences qui ont participé à l’élaboration de nouvelles formes de politisations et de théories politiques, tant démocratiques, républicaines que libérales.

4Si l’on peut regretter que plusieurs textes centrent leur propos sur Paris, alors même que la répartition des exilés et des réfugiés était éparse sur tout le territoire français au xixe siècle, on note que la capitale, parce qu’elle demeure un territoire durable d’installation des exilés politiques, s’est imposée comme un lieu central de la vie intellectuelle et littéraire de l’Espagne, de l’Italie et du Portugal en exil. Inévitablement, l’approche par l’histoire de l’édition et de la production littéraire pousse aussi à mettre en avant l’action des élites lettrées et intellectuelles, alors même qu’un grand nombre de femmes et d’hommes ayant pris part aux divers mouvements insurrectionnels et contraints de fuir leur patrie présentent des profils sociaux très divers, notamment chez les militaires espagnols et portugais. Ces travaux n’en demeurent pas moins incontournables pour se mettre à jour de l’actualité de la recherche sur l’histoire des exils politiques européens au xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment la bibliographie mise en ligne par le programme de recherche AsileuropeXIX, financé par l’Agence nationale de la recherche et hébergé par l’université de Reims, sur son site Internet : asileurope.huma-num.fr

2 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS éditions, 2010, p. 10.

3 Grégoire Bron, « La diplomatie du libéralisme portugais et la solidarité aristocratique internationale (1828-1932) », Ler História, 2015, n° 68, p. 9-31.

4 Laure Teulières à propos de Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier xixe siècle (Paris, Armand Colin, 2014), Diasporas. Circulations, migrations, histoire, 2015, n° 25, p. 191-192. Voir aussi Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Vermeren, « Laura Fournier-Finocchiaro, Cristina Clímaco (dir.), Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au xixe siècle. Questions et perspectives », Diasporas, 32 | 2018, 220-222.

Référence électronique

Hugo Vermeren, « Laura Fournier-Finocchiaro, Cristina Clímaco (dir.), Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au xixe siècle. Questions et perspectives », Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2881

Haut de page

Auteur

Hugo Vermeren

Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC - EA 2616),
Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals