Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard et Pierre Sintes (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrants à l’épreuve du temps, xixe-xxie siècle

Paris, Karthala, 2017, 408 p.
Ifigeneia Kokkali
p. 223-226
Référence(s) :

Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard et Pierre Sintes (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrants à l’épreuve du temps, xixe-xxie siècle, Paris, Karthala, 2017, 408 p.

Texte intégral

1Issu des travaux du colloque Migrations internationales et temporalités en Méditerranée, xixe-xxie siècle organisé par le Réseau thématique sur les migrations en Méditerranée (MMSH) en avril 2013, l’ouvrage réunit les travaux de trente-deux auteur(e)s qui s’attachent à décliner ce « fait social total » qu’est la migration. S’appuyant sur une ample bibliographie et des méthodes de recherche très variées, l’ouvrage offre un aperçu sur la diversité des situations méditerranéennes à même de nourrir la réflexion de lecteurs et lectrices aussi bien novices qu’initié(e)s.

2En première partie, intitulée « séquences migratoires », Roger Waldinger traite les interactions entre émigrants et pays d’émigration, insistant sur la double réalité des immigrants-émigrants, à la fois liés au pays d’origine et enracinés au pays d’installation. Waldinger analyse la manière dont cette double réalité est à la fois source de vulnérabilité et d’opportunité. Les migrants ont la capacité de faire bouger les lignes (politiques) de leurs pays d’origine, étant en même temps libérés des contraintes grâce aux frontières politiques et à la distance géographique.

  • 1 Angelos Dalachanis, The Greek Exodus from Egypt: Diaspora Politics and Emigration, 1937-1962, New Y (...)

3Annalaura Turiano révise la chronologie traditionnelle de la présence italienne en Égypte au xxe siècle, rejetant l’idée courante d’un « exode » depuis l’Égypte, à l’instar des conclusions auxquelles est également parvenu Angelos Dalachanis dans le cas des Grecs d’Égypte1. De fait, les deux communautés grecque et italienne présentent des trajectoires et des caractéristiques comparables que l’historiographie actuelle a récemment su mettre en évidence.

4Stéphanie Rolland-Traina décrit l’émigration massive d’une petite île du sud de l’Istrie vers New York. S’appuyant pour l’essentiel sur les récits de vie des insulaires vivants, l’auteure décrit les cycles migratoires qui se succèdent les uns aux autres, consolidant l’idée classique d’espace (ou de territoire) circulatoire appliquée à la Méditerranée. Un usage plus systématique des théories de la migration aurait mis en évidence la complexité des raisons qui amènent au départ et au retour. La distinction entre les seules raisons économiques et politiques rend mal compte de la diversité des motifs d’immigration (p. 89). Il conviendrait également de s’interroger sur la permanence diachronique de certaines situations vécues par des insulaires qui fuient clandestinement en barque afin de gagner le Canada (p. 90), offrant un troublant écho aux réfugiés et aux migrants actuels qui traversent clandestinement la Méditerranée au péril de leur vie.

5La contribution de Lisa Terrazzoni met en lumière les circulations France-Maroc. Elle constate à raison que les survivances coloniales résident pour l’essentiel dans l’idée d’une prétendue facilité des Français au Maroc, soit « l’accès à des “situations assurées” » (p. 103). Mais elle montre aussi combien l’histoire commune de la colonisation des uns par les autres a entraîné des changements dans les deux cultures, en creusant certes des distances, mais en créant également des proximités linguistiques et culturelles voire économiques.

6Les circulations migratoires constituent le point focal de la deuxième partie, mais le chevauchement thématique avec la partie précédente brouille quelque peu la distribution des articles au sein du volume.

7À partir du cas des corailleurs italiens à Bône au xixe siècle, Hugo Vermeren montre comment une circulation traditionnelle établie comme mode de vie finit par se transformer en sédentarisation de la mobilité, dans un contexte politique visant à protéger les intérêts de la France coloniale en Algérie. À l’encontre des représentations courantes de l’Algérie comme « colonie de peuplement », l’auteur note que « le peuplement français résulte moins des efforts fournis pour faire venir des colons de métropole que des moyens mis en œuvre pour sédentariser et franciser les étrangers européens » qui fréquentaient l’Algérie depuis plusieurs siècles

8Frédéric Decosse met en lumière la façon dont les programmes de migration dite « saisonnière », encadrés par les contrats de l’Office français des migrations internationales (OMI), se sont progressivement « désaisonnalisés », ce qui a permis l’exploitation maximale de la main-d’œuvre étrangère, trouvée ainsi « assignée à circuler ». L’analyse remarquable de l’exploitation maximale de l’immigration constitue une importante contribution à l’étude des migrations, qui privilégie la tradition marxiste de l’économie politique.

9En troisième partie, Hadrien Dubucs, Thomas Pfirsch et Camille Schmoll observent que les réseaux des « vieux » émigrés italiens en France ont peu en commun avec les migrations des jeunes qualifiés d’aujourd’hui. Cette comparaison entre vieux et nouveaux courants fait apparaître les nouvelles dynamiques du pays de départ. Cependant, les auteurs se passent d’une littérature abondante sur les mobilités des travailleurs/expatriés qualifiés qui se distinguent des migrations de main-d’œuvre (sous-entendu peu ou moins qualifiée), qui est certes réductrice mais qui aurait enrichi leur analyse.

10Laura Oso s’intéresse aux migrations de femmes latino-américaines en Espagne et à leurs stratégies économiques, lesquelles sont fonction du temps, de la position de l’individu dans le cycle migratoire et le cycle de vie, et des liens affectifs avec la famille élargie restée au pays. L’auteure souligne le caractère genré des différentes stratégies, les hommes privilégiant l’envoi de fonds à une communauté plus élargie, tandis que les femmes destinent leurs transferts à la famille restreinte, surtout leurs enfants.

11Laura Odasso explore le savoir-faire migratoire intergénérationnel dans le cas des familles mixtes. L’auteure démontre comment conjoints et enfants, qui n’ont pas nécessairement fait eux-mêmes l’expérience de la migration, peuvent avoir des appartenances multiples, au-delà des droits politiques, économiques et sociaux liés à la nationalité et à la citoyenneté.

12Le retour, qui hante et conditionne le projet migratoire et les stratégies des émigrés, fait l’objet de la quatrième partie.

13Sophie Blanchard analyse les mouvements des Boliviens à destination de Barcelone et suggère que l’idée du retour ne naît pas seulement des circonstances locales et conjoncturelles, telles qu’une crise économique ou le durcissement de régimes de visas, mais concerne également un horizon fantasmé, qui affecte profondément même ceux qui se considèrent les mieux installés. Le retour n’exclut pas un nouveau départ, ce qui, d’une part, consolide l’idée de la circulation migratoire, et d’autre part, témoigne une fois encore de la complexité des motifs d’émigration, lesquels vont bien au-delà de la seule optimisation des possibilités économiques.

14Irène Dos Santos analyse les « retours » imaginaires vers le Portugal des descendants des migrants portugais en France. S’appuyant sur une remarquable synthèse critique de la littérature existante, le travail de Dos Santos propose d’analyser le retour en tant que capacité d’émancipation sociale et culturelle des descendants de migrants.

15Marie Caquel et Hicham Jamid choisissent quant à eux de suivre le « retour » vers le Maroc de mineurs marocains du Nord-Pas-de-Calais. La rencontre entre les mineurs restés en France et ceux rentrés au pays constitue pour les uns la résurgence d’une mémoire oubliée, et pour les autres un retour aux racines.

16La mobilisation du passé est au centre de la cinquième partie de l’ouvrage. La question des mémoires comme celle des imaginaires deviennent ainsi des éléments structurants des processus migratoires.

17Boris Adjemian s’interroge sur le travail d’harmonisation de la mémoire opéré par les émigrés arméniens en Éthiopie au cours des vagues migratoires successives. L’auteur met bien en évidence les enjeux qui entraînent cette réunification de mémoires parfois contradictoires en un Grand Récit, malgré les profondes divisions culturelles qui marquent la communauté.

18Les mémoires s’apparentent souvent à des récits mythologiques, en dépit des sources historiques. Cyril Isnart explore le cas de l’île de Rhodes, où la minorité catholique – qui forme une communauté cosmopolite et non autochtone – mobilise sa propre narration du passé pour mieux s’inscrire dans le paysage patrimonial de l’île et servir ses intérêts au niveau local.

19Enfin, Delphine Pagès-El Karoui interroge les imaginaires migratoires égyptiens à travers l’étude des productions cinématographique et littéraire, lesquelles insistent sur la question du retour et l’attachement au pays d’origine, en décalage avec une production scientifique récente qui porte plutôt sur la dimension transnationale des migrations égyptiennes.

20Avec la prise en compte du va-et-vient des migrants, des notions telles que celles de territoires circulatoires, de circulations migratoires et de transnationalité se sont imposées dans l’étude des migrations, fournissant de nouveaux points de vue et un changement de focale. En témoigne notamment l’intérêt grandissant des chercheur(e)s au maintien des liens à distance plutôt qu’à l’étude plus « classique » des modes d’intégration. La prise en compte des temporalités dans l’analyse des migrations constitue une interrogation désormais inhérente à la plupart des problématisations du fait migratoire. S’agit-il pour autant d’une condition suffisante pour faire de la temporalité un outil d’analyse dans l’étude des migrations ? Autrement dit, quelle est l’« utilité » réelle de cette notion pour l’éclaircissement du fait migratoire dans sa complexité ? Si ce volume ne répond que partiellement à cette interrogation, la qualité des contributions qu’il rassemble en fait une référence aujourd’hui incontournable des études du fait migratoire dans la Méditerranée.

Haut de page

Notes

1 Angelos Dalachanis, The Greek Exodus from Egypt: Diaspora Politics and Emigration, 1937-1962, New York, Berghahn Books, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ifigeneia Kokkali, « Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard et Pierre Sintes (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrants à l’épreuve du temps, xixe-xxie siècle », Diasporas, 32 | 2018, 223-226.

Référence électronique

Ifigeneia Kokkali, « Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard et Pierre Sintes (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrants à l’épreuve du temps, xixe-xxie siècle », Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2904

Haut de page

Auteur

Ifigeneia Kokkali

PhD
Working Group on the Management, Coordination and Monitoring of the Refugee Education at the Hellenic Ministry of Education, Research and Religious Affairs

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals