Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Angelos Dalachanis, The Greek Exodus from Egypt: Diaspora Politics and Emigration, 1937-1962

New York, Berghahn Books, 2017, 288 p.
Frédéric Abécassis
p. 227-230
Référence(s) :

Angelos Dalachanis, The Greek Exodus from Egypt: Diaspora Politics and Emigration, 1937-1962, New York, Berghahn Books, 2017, 288 p.

Texte intégral

1Pourquoi les Grecs ont-ils quitté l’Égypte ? Là où la mémoire de ceux qui ont vécu la migration en masse du début des années 1960 aurait tendance à répondre qu’ils en ont été expulsés, l’enquête historique menée par Angelos Dalachanis aboutit plutôt à la conclusion que les élites grecques d’Égypte ont abandonné leur patrie d’adoption et que leur désaffection à son égard a commencé deux décennies auparavant, avec l’abolition des capitulations en 1937 à la conférence de Montreux. La question historiographique se double d’un enjeu épistémologique : la mémoire s’arrête à l’événement vécu de façon parfois traumatique, et c’est bien le rôle de l’historien d’inscrire cet événement dans des processus complexes, des évolutions de variables distinctes, aux ruptures et aux continuités non forcément synchrones.

2Un récit national s’est largement imposé concernant le départ des Grecs d’Égypte. Les clichés qui leur sont associés sont en grande partie similaires à ceux qui concernent la communauté juive, pour qui une historiographie israélienne a pu parler de « Second Exode » : riches, cosmopolites, expulsés d’Égypte par Nasser, et surtout présents en Égypte et notamment à Alexandrie depuis la plus haute Antiquité, tels sont les traits ordinairement prêtés aux deux groupes. Dans le sillage des travaux que Gudrun Kramer, Joel Benin ou Michael Laskier ont consacré aux Juifs d’Égypte, Angelos Dalachanis rétablit la consistance sociale d’une communauté dans un contexte historique qui va de la fin des années 1930 aux années 1960. Dès l’introduction, la lecture politique et sociale vient nuancer cette vision communautaire et largement victimaire. Cette lecture, dans laquelle s’est résolument engagée une nouvelle génération d’historiens grecs, est fondée sur le dépouillement des archives de la communauté grecque et de la chambre de commerce grecque d’Alexandrie, mais aussi des communautés du Caire, de Suez ou de Tanta. Les archives institutionnelles sont complétées par la presse francophone et hellénophone d’Égypte. Ces sources locales qui attestent de l’importance et de la diversité des implantations grecques dans de nombreux espaces de la vallée du Nil et des villes du Canal sont également mises en perspective avec des archives internationales : les archives diplomatiques françaises, grecques et anglaises, et aussi celles de la Croix-Rouge, disponibles à Genève.

3L’introduction précise le sens à donner à un certain nombre de mots. Le terme d’« exode » n’est pas à prendre dans son sens biblique, qui aurait, dit l’auteur, supposé « l’existence d’un persécuteur et d’une terre promise qui n’ont ni l’un ni l’autre existé dans le contexte étudié » (p. 4). Il désigne le départ en masse des Grecs au début des années 1960, et son acmé en 1962. Celui de « diaspora », premier du sous-titre, n’est pas plus approprié, tant il néglige la diversité des origines des Grecs d’Égypte. Si beaucoup d’entre eux étaient venus du Péloponnèse, des îles Ioniennes ou d’autres régions de la péninsule balkanique, de nombreux autres étaient issus de différentes provinces de l’Empire ottoman et d’autres encore étaient des réfugiés de la péninsule anatolienne à l’issue des défaites de l’armée grecque à la fin de la Première Guerre mondiale. La diaspora grecque en Égypte n’était pas forcément une diaspora nationale dont le centre politique se situait à Athènes, mais plutôt une posture diasporique dans un pays que beaucoup pouvaient considérer comme faisant partie intégrante d’un espace de l’hellénisme.

4C’est une commodité de langage et en partie une illusion d’optique qui conduit à désigner ces Grecs d’Égypte par le terme de « communauté ». Si des institutions communautaires existaient bien dans les principales villes d’Égypte, aucune ne pouvait prétendre parler au nom de tous ; tenues par des notables, elles constituent un prisme peu à même de rendre compte des différentes conditions de vie des Grecs d’Égypte, qui ne se reconnaissaient pas forcément non plus dans ces institutions. Le terme d’Égyptiotes, néologisme forgé en anglais par Angelos Dalachanis grâce au suffixe de localisation, sur le modèle de Phanariotes ou de Chypriotes, et destiné à traduire le terme arabe d’égyptianisés, dit davantage la diversité de ce groupe, dans la profondeur variable de son enracinement en Égypte, dans son émiettement socioprofessionnel et dans l’acuité de ses divisions idéologiques.

5Le terme de « politique », le deuxième mis en avant dans le sous-titre, ne renvoie en effet pas seulement au passage de l’ère des empires à celle des États nations et à l’émergence du nationalisme égyptien. La périodisation adoptée s’ouvre certes avec l’abolition des capitulations, qui marque une rupture importante dans cette évolution ; mais les séquelles de la guerre civile grecque, la guerre froide et la lutte contre le communisme dans l’après-Seconde Guerre mondiale affectent tout autant le devenir des Grecs d’Égypte que la lutte des Égyptiens contre l’impérialisme. Les notabilités commerçantes, les bourgeoisies industrielles, et les organisations de gauche égyptiotes, notamment communiste, avaient des visions très distinctes de ce que les sources d’après-guerre désignent par « réajustement », à la fin de la période de transition prévue par les accords de Montreux. Si pour les uns, alignés sur les diplomaties française et britannique, un traité d’établissement était seul à même de garantir leurs investissements en Égypte et une forme de pérennité des privilèges capitulaires, pour les autres, l’inscription dans les luttes sociales et politiques du peuple égyptien était une manière de se fondre dans le creuset national.

6Le troisième terme du sous-titre, « émigration », est lui aussi soigneusement pesé. Préféré à celui, omniprésent dans les sources grecques, de « rapatriement », il dit que cette migration des Grecs d’Égypte a eu plusieurs destinations, qu’elle a obéi à une périodisation qui ne se réduit pas au seul épisode de l’exode du début des années 1960 et que d’un point de vue méthodologique, elle doit être étudiée en gardant en tête l’idée que c’est en Égypte que se sont élaborés les projets migratoires, et dans ce pays que nombre de ces parcours trouvent leur origine. Les recensements égyptiens en attestent : tout en restant la colonie étrangère la plus importante d’Égypte avec un peu plus de 47 000 individus en 1960, les effectifs grecs en Égypte, avant l’exode, étaient déjà inférieurs d’un tiers au niveau qu’ils avaient atteint au début des années 1930. Les derniers mots de l’introduction énoncent la thèse centrale de l’ouvrage : « Avant même que l’exode commence, l’Égypte, pour beaucoup de Grecs, était déjà “perdue”. » Et l’exode, auquel est consacré le dernier chapitre, peut ainsi apparaître comme « une prophétie auto-réalisatrice » : pas seulement l’effet direct du tournant socialisant et des nationalisations de l’été 1961 qui en sont le déclencheur, mais le terme d’un processus, étendu sur deux décennies, de désinvestissement de l’Égypte par les élites communautaires et consulaires et de règlement de la question sociale par rediasporisation (vers l’Australie, les Amériques, l’Europe occidentale ou l’Afrique) plutôt que par « rapatriement » vers la Grèce.

7La première partie établit avec une grande précision la chronique politique des relations triangulaires entre les représentants des communautés égyptiotes, la diplomatie grecque et les autorités égyptiennes. Le coup d’État des officiers libres marque indéniablement une rupture dans l’affirmation d’un nationalisme égyptien, mais les relations diplomatiques entre la Grèce et l’Égypte sont marquées, au-delà même de la crise de Suez, par une communauté d’intérêts et une alliance objective des nationalismes dans leur lutte contre le communisme. La deuxième partie analyse les blocages structurels du marché du travail et du système éducatif à disposition des Égyptiotes au cours de ces années. Ils sont les témoins les plus visibles des carences du « réajustement ».

8Mais c’est l’analyse fine des mouvements et des politiques migratoires, développées en troisième partie, qui permet de comprendre les contradictions, pour ne pas dire le double langage des élites communautaires : contradiction entre le fait de revendiquer le maintien d’une présence grecque en Égypte, tout en cherchant par tous les moyens à faire émigrer ses ressortissants ; segmentation des flux migratoires, une constante de la politique grecque consistant à favoriser les transferts financiers vers la Grèce tout en sollicitant l’aide internationale pour la « décongestion » des communautés locales de leurs éléments les plus indigents. Le dernier chapitre qui se confond avec la quatrième partie fait dès lors figure moins d’événement inattendu que d’épilogue.

9La recherche de responsabilités en matière d’histoire des migrations de masse relève de problématiques qui peuvent être aussi stériles que celles de la poule et de l’œuf. Le travail d’Angelos Dalachanis n’échappe pas toujours à cette dimension polémique : en cherchant à réfuter l’idée que les Grecs d’Égypte auraient été expulsés, il ne parvient pas à éviter de donner l’impression qu’il cherche à exonérer Nasser, le nassérisme ou l’Égypte nassérienne de cette accusation (cf. p. 226), au mépris parfois de l’expérience même des acteurs de cette histoire. Celle-ci est souvent réduite, sous la plume des diplomates ou des leaders communautaires, à des émotions, à une « absence de sang-froid » (p. 221), à des mouvements de panique ou à des « causes psychologiques » (p. 206). Ces termes ne peuvent être adoptés sans distance critique, tant ils participent de la domination des élites.

10L’approche des sciences sociales permet, comme c’est souvent le cas, de sortir de l’ombre des pans entiers de l’histoire qui échappent à la perception des acteurs. Elle permet à la fois de nommer et d’exorciser les fantômes qui les agissent à leur insu. La sociologie des migrations, mobilisée de façon magistrale par Angelos Dalachanis, a pu montrer que l’abolition des capitulations et la Seconde Guerre mondiale marquaient le début du désinvestissement grec en Égypte, en ce qu’elles avaient mis fin à la noria communautaire qui avait fait de l’Égypte une terre de refuge et une terre de profit pour des diasporas grecques. L’étiolement de la communauté entre la fin des années 1930 et le début des années 1960 correspond ainsi à son appauvrissement, les « retours » en Grèce concernant les franges les plus aisées de la communauté. Ils peuvent être considérés comme une forme de prise de bénéfices réalisés pendant la période des capitulations et la Seconde Guerre mondiale.

11Une sociologie du travail aurait sans doute permis de s’interroger davantage sur la consistance des alternatives de la gauche grecque, notamment communiste, et de restituer dans une expérience concrète et quotidienne la fermeture du marché du travail et les déclassements professionnels des classes moyennes égyptiotes confrontées au nationalisme égyptien, dont l’émergence précède largement l’abolition des capitulations. Peut-être, au lieu de faire de certains écrivains les chiens de garde de la bourgeoisie commerçante et industrielle grecque, Angelos Dalachanis aurait-il pu souligner davantage la dimension tragique de cette histoire en concluant sa remarquable démonstration sur le lien intime entre communautés et libéralisme. Les structures politiques communautaires apparaissent en effet d’autant plus rigides qu’il s’agit de privatiser des profits et d’autant plus fluides lorsqu’il s’agit de mutualiser des pertes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Abécassis, « Angelos Dalachanis, The Greek Exodus from Egypt: Diaspora Politics and Emigration, 1937-1962 », Diasporas, 32 | 2018, 227-230.

Référence électronique

Frédéric Abécassis, « Angelos Dalachanis, The Greek Exodus from Egypt: Diaspora Politics and Emigration, 1937-1962 », Diasporas [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/2952

Haut de page

Auteur

Frédéric Abécassis

Université de Lyon, ENS, LARHRA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals