Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Sur la route, avec les huguenots ...Un voyage à hauts risques : l’exi...

Sur la route, avec les huguenots et les vaudois

Un voyage à hauts risques : l’exil clandestin des protestants vers Genève après la révocation de l’édit de Nantes

A High Risk Voyage: The Clandestine Exile of Protestants towards Geneva after the Repeal of the Edict of Nantes
Pierre Coulet
p. 10-30

Résumés

À partir de témoignages de réfugiés, l’article décrit des itinéraires d’exil empruntés clandestinement par les protestants après la révocation de l’édit de Nantes (1685), entre le sud-est de la France et Genève. Parmi les points communs, on note la peur constante d’être identifié comme fugitif et dénoncé, la vulnérabilité face aux guides dont la loyauté reste aléatoire, l’importance de l’argent pour rétribuer aides ou complicités, sans omettre l’épreuve physique liée à un tel trajet.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Pierre Rolland pour la réalisation cartographique qui accompagne cet article et pour sa transcription des relations de Sallier et de Pierre Faisses obligeamment mises à ma disposition.

  • 1 Comme cela est souligné dans l’éditorial introduisant le numéro récent de Diasporas consacré à ce t (...)
  • 2 Pour un large inventaire des routes de l’exil, on consultera l’article très documenté de Charles Bo (...)
  • 3 Genève et quelques territoires peu étendus alentour constituent une petite République autonome qui (...)

1Le devenir des huguenots ayant quitté clandestinement le royaume de France à la suite de la révocation de l’édit de Nantes bénéficie depuis plusieurs années d’un intérêt élargi qui se traduit par la publication de revues ou d’ouvrages qui en renouvellent la perception1. Dans l’approche retenue ici, nous nous sommes concentré sur la première phase de cet exil, plus particulièrement sur les conditions de sortie du royaume2, à partir du Languedoc et du Dauphiné principalement, jusqu’à Genève3. Nous avons tenté de cerner au plus près ce qu’ont vécu ces « clandestins », leurs espoirs mais aussi leurs peurs, les risques qu’ils prenaient, les aides dont ils ont pu disposer, les embûches de toutes sortes auxquelles ils ont souvent dû faire face. Nous y avons intégré les difficultés liées à la topographie, la saison et les conditions atmosphériques, difficultés qui viennent s’ajouter aux risques humains déjà mentionnés.

2Un seul témoignage ne pouvait rendre compte de la diversité des situations. Nous avons choisi d’en présenter et analyser quatre. Les deux premiers concernent la période de la Révocation, lorsque le flux de réfugiés est le plus important. Le troisième décrit un itinéraire, utilisé par des camisards, dans un sens que l’on qualifiera d’inverse, c’est-à-dire de Genève vers le royaume ; enfin le quatrième se situe en 1752, à une période très différente, liée à la crise dite des rebaptisations, près de sept décennies après la Révocation.

  • 4 Georges Reverdy, Atlas historique des routes de France, Presses de l’École nationale des ponts et c (...)

3Ces témoignages sont très précieux par les détails qu’ils fournissent. Une réserve cependant, c’est longtemps après les faits qu’ils ont été rédigés par les acteurs eux-mêmes ou recueillis de leur bouche. Pour en éprouver la fiabilité, nous avons, au vu des détails fournis et lorsque cela était possible, fait des reconnaissances sur le terrain, au moins pour les passages les plus sensibles. Certes, les infrastructures actuelles ne peuvent être comparées à celles de l’époque, mais les grands axes de communications qu’imposent la géographie et ses contraintes sont souvent très anciens et ont été empruntés par ces fugitifs4. Par ailleurs, nous avons intégré, en contrepoint, les commentaires d’un représentant de l’autorité en poste dans la ville de Grenoble. Il comptait parmi ses missions la surveillance des protestants et s’avère donc un témoin privilégié de cette période.

4Nous ne pouvons aujourd’hui qu’imaginer le contexte d’angoisse permanent dans lequel s’effectuaient ces parcours clandestins. En revanche, la longueur des étapes le plus souvent parcourues de nuit, la succession de dénivelés, les passages difficiles sur des sentiers muletiers, les contraintes climatiques, sont des réalités rendues tangibles par cette reconnaissance de terrain qui nous a beaucoup apporté. Enfin, en accord avec l’objectif fixé pour cette livraison de la revue Diasporas, nous n’avons retenu de ces témoignages que ce qui concerne l’itinéraire emprunté et la façon dont le voyage a été vécu au quotidien, en nous limitant à mentionner les conséquences heureuses ou malheureuses de ces différentes entreprises.

La route de l’exil par Grenoble. Un itinéraire peu connu, la traversée du Vercors

  • 5 Blanche Gamond, née à Saint-Paul-Trois-Châteaux en 1664, est décédée à Zurich en 1718 où elle avait (...)
  • 6 Avec la révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV en octobre 1685, le protestantisme est interdi (...)

5Le premier témoignage que nous avons choisi est celui de Blanche Gamond, jeune fille âgée de vingt-et-un ans au moment de la Révocation, originaire de Saint-Paul-Trois-Châteaux en Dauphiné5. Son récit est surtout connu pour la description des mauvais traitements et actes dégradants qui lui ont été infligés par La Rapine, geôlier et tortionnaire de l’hôpital de Valence, homme de main de l’évêque convertisseur Daniel de Cosnac. Nous nous en tiendrons ici aux renseignements que ce document fournit sur l’itinéraire suivi lors de sa première tentative de sortie du royaume6.

  • 7 Françoise Moreil, « Les consistoires de la principauté d’Orange (xvie-xviie siècles) », BSHPF, 2007 (...)
  • 8 La Principauté d’orange du Moyen Âge au xviiie siècle (Actes du colloque organisé par l‘Université (...)
  • 9 Quelques années plus tard, en 1703, sur ordre de Louis XIV, la principauté fut à nouveau occupée pa (...)

6À Saint-Paul-Trois-Châteaux, dès septembre 1685, les portes de la ville sont gardées et les entrées et sorties contrôlées. La pression sur les protestants va croissant. Apparaît très vite dans le récit de Blanche Gamond le souci de rassembler de l’argent pour pouvoir fuir ou de partir avec des objets de valeur négociables. La clandestinité s’impose et la famille se réfugie dans un premier temps à Orange, ville proche au statut particulier où le protestantisme est bien implanté7. La ville, appartenant à une principauté indépendante8, échappe en principe aux règles du royaume, mais il est bientôt interdit à ses habitants de loger des réfugiés sous peine d’amende et la pression se fait plus forte avec l’entrée dans la ville du comte de Grignan à la tête de deux compagnies de dragons chargées de débusquer les réfugiés maison par maison9. La famille de Blanche quitte Orange et connaît une période d’errance avant de se retrouver brièvement à Saint-Paul-Trois-Châteaux, malgré les risques. Pour échapper à l’abjuration forcée, la seule solution est donc l’exil mais la période hivernale représente un handicap supplémentaire. Le départ a finalement lieu en mars 1686.

  • 10 B. Gamond, Mémoires d’une martyre pour la foi, Ampelos, 2011, p. 20.

7Blanche Gamond se met en route avec sa mère et l’un de ses frères, son père ne pouvant envisager un tel voyage à cause de son état de santé. La première grande ville étape est Grenoble, que le groupe atteint non sans difficultés : « Nous passâmes dans une montagne nommée Glandace, proche de Die, non sans peine car c’est la plus rude que j’ai vue en ma vie, nous avions de la neige jusqu’aux épaules, et nous marchâmes tout ce jour-là ; mais enfin Dieu nous fit la grâce d’en sortir »10.

  • 11 À partir de Saint-Paul-Trois-Châteaux, plusieurs itinéraires sont possibles pour atteindre Die. L’u (...)
  • 12 C’est celui que retient Eugène Arnaud dans son Histoire des Protestants du Dauphiné au xvie, xviie (...)
  • 13 La traversée la plus courte se situe entre le pas de Chabrinel à l’ouest au débouché du vallon de R (...)

8Que peut-on déduire de cette description très laconique de l’itinéraire suivi, qui ne mentionne que deux noms de lieux : la « montagne de Glandace » et « Die » ? Il n’est pas fait mention de guides dans cette première partie du trajet ni d’une maison amie où les fugitifs auraient été hébergés11. Cet itinéraire implique la traversée du plateau du Vercors, encore enneigé à la sortie de l’hiver. Il semble clair que le trajet n’a pu se faire sans disposer d’indications précises, notamment pour ne pas s’égarer sur le plateau. Compte tenu du relief, l’itinéraire le plus plausible partant de Die passe par le vallon de Romeyer12 qui permet la traversée la plus courte au nord de la montagne de Glandasse pour descendre vers Clelles et rejoindre Grenoble par la vallée de la Gresse puis celle du Drac13. Le temps d’une journée qui est mentionné dans le récit est compatible avec la traversée du plateau à cet endroit-là. En revanche, une forte quantité de neige atteignant les épaules ne peut correspondre qu’à des congères en certains endroits sinon la progression du groupe aurait été impossible. Compte tenu de la saison, on peut comprendre qu’une telle traversée ait marqué la narratrice et qu’elle en ait gardé un souvenir très fort des années plus tard.

  • 14 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 20.

9Revenons au récit : « Nous arrivâmes à Grenoble heureusement ; nous y séjournâmes sept à huit jours, jusqu’à ce que nous trouvâmes des guides et aussi une honorable compagnie »14. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de terres connues, le risque de faire fausse route et d’être surpris augmente. Trouver un ou des guides devient impératif, d’autant plus que la ville de Grenoble est située non loin de la frontière du duché de Savoie le long de laquelle patrouillent des soldats qui ont pour mission d’arrêter les fugitifs. Trouver des guides compétents, qu’il faut certes largement rémunérer, est donc primordial. Il est nécessaire qu’ils aient une bonne connaissance des territoires à traverser et également des complicités aux abords de la frontière pour connaître les passages peu surveillés. Et qu’ils soient loyaux, car un guide, après avoir empoché à l’avance tout ou partie du prix de la course, pouvait disparaître avec l’argent ou même aller dénoncer aux autorités ceux qu’il avait promis de convoyer et toucher une prime par tête non négligeable… Ceci explique le séjour de sept à huit jours à Grenoble évoqué dans le récit, nécessaire pour nouer des contacts avec des guides potentiels. Pour s’assurer de la fiabilité de ces derniers, le rôle des intermédiaires locaux est donc essentiel. Il est également question dans ce témoignage de trouver « une honorable compagnie », c’est-à-dire de voyager avec d’autres personnes ayant le même dessein. Ainsi, former un petit convoi présente plusieurs avantages : d’abord un sentiment de soutien et de solidarité, mais aussi la répartition du paiement du ou des guides entre les candidats à l’exil. La contrepartie était la vulnérabilité du groupe qui augmentait avec le nombre car il devenait plus facilement repérable et également plus dépendant de la capacité physique des plus faibles de ses membres.

  • 15 C’est également ce que précise dans son témoignage Jeanne Faisses, partie pour Lausanne en septembr (...)

10Le plus souvent, la marche avait lieu de nuit, surtout à l’approche de la frontière, et la journée était consacrée au repos dans un endroit discret connu des guides15. La règle voulait que les fugitifs ne restent pas groupés pendant la marche, mais séparés par une certaine distance, les guides marchant en avant à une centaine de pas, et surtout qu’en cas d’incident, chacun cherche à se sauver sans considération pour les plus malchanceux. Cette attitude permettait de limiter le nombre d’arrestations et pour ceux qui avaient réussi à s’échapper, de transmettre l’information à des soutiens potentiels et d’essayer d’organiser la libération des personnes arrêtées, y compris par de l’argent.

11La présence de plusieurs guides permettait de fractionner le groupe au moment de franchir la frontière, chacun choisissant un passage particulier, le groupe se rassemblant ensuite à un point de ralliement convenu d’avance. Près de l’emplacement des corps de garde, les guides pouvaient avoir des complices locaux chargés d’éloigner les soldats en prétendant avoir découvert des fugitifs, les attirant dans une direction opposée, ce qui libérait le passage pour un court laps de temps… Bien évidemment, ces complices devaient également être rétribués. Les risques encourus par les guides étaient plus importants que ceux que prenaient leurs clients. Ils risquaient la peine de mort. Pour les fugitifs, le risque pour les hommes était une condamnation aux galères et pour les femmes l’emprisonnement souvent à vie, loin de leur lieu d’origine.

  • 16 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 20.

12Le petit groupe de Blanche Gamond s’étoffe, comme le rapporte la jeune femme : « Nous fîmes rencontre de M. Cassagne et de Mlle Marthe, sa sœur, qui étaient de Basse Guyenne »16. C’est donc au nombre de cinq qu’ils vont se mettre en route, accompagnés de quatre guides. Aucune précision n’est donnée sur l’âge du frère et de la sœur qui se sont joints à eux mais l’indication de leur lieu d’origine, la Basse Guyenne, nous montre que ces derniers avaient déjà réussi à traverser le royaume et avaient donc une expérience de la clandestinité et sans doute une bonne condition physique. Ce trait montre également que transitent par Grenoble des fugitifs qui ne sont pas originaires du Dauphiné ou des provinces proches comme la Provence ou le Languedoc, même si leur nombre est plus restreint. Rien n’est dit sur les assurances que le groupe a pu recevoir concernant les guides, ni sur la négociation financière pour convoyer le groupe jusqu’à Genève. Quoi qu’il en soit, on ne sent pas dans le texte de réserves sur leur fiabilité.

  • 17 Ibid. p. 21.
  • 18 Le passage de la frontière avec le duché de Savoie était proche de Chapareillan où se trouvait la d (...)

13Le récit se poursuit : « Nous partîmes tous cinq avec quatre guides le 30e de mars ; nous couchâmes dans une métairie, nous y séjournâmes tout le jour. Le lendemain, les guides nous firent cacher dans une île proche du pont de Goncelin »17. La mention du lieu de Goncelin, situé dans la vallée de l’Isère à une trentaine de kilomètres en amont de Grenoble, nous indique que l’itinéraire choisi est celui du Grésivaudan pour atteindre la frontière de la Savoie et gagner Chambéry puis Genève18. Le voyage se faisant à pied et les étapes pouvant être longues, il est nécessaire d’économiser ses forces. Progresser dans une plaine demande un effort physique moindre et permet un repérage aisé par rapport au cours de la rivière. La ripisylve et ses arbres formant écran permettent de se cacher plus facilement si nécessaire. En contrepartie, les itinéraires faciles sont connus des autorités et donc plus surveillés.

  • 19 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 21.

14Le groupe a été hébergé dans une métairie, domaine agricole connu des guides comme étant un lieu sûr et, très probablement, pour un prix négocié par les guides eux-mêmes avec les habitants. Que le groupe y soit resté pendant la journée correspond bien au fait que la marche s’effectue de nuit. Le jour suivant, le groupe ne bénéficie pas d’hébergement dans une maison amie et va se cacher dans une des nombreuses îles de la rivière. C’est là qu’il joue de malchance, car des cavaliers d’une garnison proche viennent chasser sur cette île : « Ils nous prirent, sauf M. Cassagne et les guides qui s’ensauvèrent »19. Le nombre de cavaliers n’est pas précisé, mais on peut penser que, tout à leur partie de chasse, ils ne s’attendaient pas à tomber sur le groupe et que l’effet de surprise qui a suivi a joué en faveur des guides qui ont réagi immédiatement en fuyant avec M. Cassagne. Ce dernier, qui a déjà traversé le sud de la France, est le seul membre du groupe qui parvienne à s’échapper : il était probablement plus aguerri et préparé à ce type de situation que ses compagnons de route.

  • 20 La Terrasse, village situé sur la rive droite de l’Isère à quelques kilomètres en aval de Goncelin.
  • 21 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 21.

15Les trois femmes et le frère de Blanche Gamond sont donc arrêtés et conduits dans un village proche20, on leur prend tout ce qu’ils avaient : linge et argent. Leurs vêtements sont fouillés : « On rompit mon corset et on en tira les baleines croyant qu’il y avait de l’argent caché »21. Les fugitifs avaient en effet pour habitude de coudre des pièces d’or ou d’argent dans les doublures ou les ourlets de leurs vêtements, et ce détail était connu de tous ceux qui les pourchassaient.

  • 22 Ibid.

16Le lendemain, les quatre prisonniers sont conduits à Grenoble devant l’intendant, escortés par deux cavaliers. En cours de route, le frère de Blanche Gamond réussit à s’échapper sans être rattrapé. Les gardes sont évidemment furieux : « Ce qui irritait les cavaliers ce n’était pas seulement d’avoir laissé sauver mon frère, mais le fait qu’ils perdaient dix écus blancs que le roi donnait à chaque cavalier qui prenait un homme sortant du royaume. Aussi, ils étaient de la dernière furie contre ma mère et contre moi »22. Le zèle des soldats était donc encouragé par une récompense non négligeable. Ajoutons qu’il existait aussi au sein de la population des « chasseurs de prime » rémunérés quand ils réussissaient à repérer et à faire arrêter des fugitifs.

17Jugée et condamnée, Blanche Gamond est emprisonnée à Grenoble puis à Valence où elle subit de nombreux sévices. Après dix-huit mois de détention, elle est libérée contre rançon. Malgré son état physique déplorable, elle parvient au prix de gros efforts à gagner Grenoble à cheval, puis Genève.

Itinéraire de Blanche Gamond de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Grenoble, puis Goncelin où elle s’est arrêtée (mars-avril 1686)

Itinéraire de Blanche Gamond de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Grenoble, puis Goncelin où elle s’est arrêtée (mars-avril 1686)

Reconstitution Pierre Coulet

Grenoble ville-étape sous surveillance. Les Mémoires de l’Aide-major Le Clair

18Grenoble est une ville-étape importante pour les candidats à l’exil originaires dans leur grande majorité du Dauphiné, de Provence ou du Languedoc. L’arrivée pouvait se faire au niveau du débouché de la vallée du Drac comme nous l’avons vu dans le témoignage précédent.

  • 23 Pierre et Monique Coulet, « Le Rhône, frontière et lieu de passage dans l’histoire des protestants (...)
  • 24 En Savoie, le « Grand Chemin Royal de la Crote » ou « voie sarde » (que l’on peut emprunter aujourd (...)

19Pour les fugitifs venant des Cévennes, du Bas-Languedoc ou du Vivarais, territoires situés de l’autre côté du Rhône, la traversée de ce fleuve était un obstacle supplémentaire dans la mesure où il n’existait pas de pont entre Lyon et Pont-Saint-Esprit, mais uniquement des bacs à traille surveillés23. On gagnait ensuite Grenoble en remontant la vallée de l’Isère. Au niveau de Moirans, on pouvait rallier Chambéry directement, en évitant Grenoble. Cet itinéraire était plus rapide mais le passage de la frontière aux Échelles24 était également surveillé et donc risqué.

  • 25 Mémoires d’Antoine Le Clair (1634-1716), Aide-Major de la ville de Grenoble au temps de Louis XIV. (...)

20Un document exceptionnel sur la surveillance des anciens protestants à l’époque de la Révocation, concernant la ville de Grenoble et la région environnante, a été mis récemment à la disposition des chercheurs : il s’agit des Mémoires d’Antoine Le Clair, Aide-major de la ville25. Cet homme plein de zèle, et qui a une véritable vocation pour le renseignement, informe très régulièrement les autorités par de nombreuses lettres ou notes fourmillant de détails sur ceux qu’il qualifie souvent de « meschants huguenots ». Nous ne retiendrons ici que quelques comptes rendus ayant trait à l’exil, aux itinéraires et à l’organisation des passages clandestins. Le Clair s’est constitué un réseau d’informateurs qu’il rémunère et a véritablement maillé la région avoisinante. Il n’oublie d’ailleurs pas de demander à ses supérieurs ce qu’il appelle une « gratification » pour alimenter son réseau, se plaignant que sans argent l’on n’obtienne rien ! Il est également renseigné sur ce qui se passe à Genève grâce à des espions et également par des marchands qui voyagent pour leurs affaires, tel le Sr Varesne du Val d’Aoste, marchand de toile et de dentelles, qui lui fait un compte rendu détaillé de l’arrivée des réfugiés en octobre 1685. Le Clair consigne dans un mémoire ce qu’il a appris de ce marchand.

  • 26 Ibid., p. 247 (20 octobre 1685).
  • 27 ibid. p. 247.
  • 28 Pour plus de détails, voir Cécile Holtz, « La Bourse française de Genève et le Refuge de 1684 à 168 (...)

21Parlant des réfugiés, Varesne, resté six jours à Genève, précise : « il en vit arriver des nombres infinis, de tous âges et de tous sexes, les uns en litière, les autres à cheval et les autres à pied, et surtout beaucoup de jeunesse, comme ouvriers et garçons de proffessions. En sorte que cela ressembloit à une de ces grandes foires franches »26. Le marchand mentionne la très grande joie qui entoure ces arrivées et explique que des subsides sont distribués aux réfugiés. Il dit avoir appris de source sûre que l’électeur de Brandebourg avait fourni deux cent mille écus à une marchande connue, à distribuer aux réfugiés en fonction des ordres donnés par la seigneurie de la ville. Il s’est enquis de leur devenir auprès de l’un de ses amis : « il luy dit que les uns alloient dans le Palatinat et dans le Brandebourg où il y avait des grands pays vastes et dépeuplés, lesquels on leur donnoit pour les rétablir. Les autres alloient en Hollande, d’autres en Angleterre, d’autres en Suisse, et d’autres restoient à Genève, et qu’ainsi tout le monde prenoit parti suivant son inclination »27. Ce mémoire daté du 20 octobre 1685, donc au moment même de la Révocation, confirme que l’afflux des réfugiés à Genève est massif. Leur accueil est déjà bien organisé et doté d’un fonds qui permet de leur venir en aide28 ; il montre aussi qu’une organisation pour les orienter vers d’autres pays d’accueil est déjà en place.

  • 29 Le Clair, Mémoires, op.cit., p. 253 (5 novembre 1685).

22En novembre, le flux de réfugiés est toujours aussi important. Le Clair apprend par des paysans d’un village de montagne proche de Grenoble que : « Mercredy dernier, ils virent passer, nonobstant le mauvais temps qu’il faisoit, trente personnes de compte fait, hommes ou femmes, dans des lieux où les chamois ont peine de grimper, pour de là descendre en Savoye. Qu’ils campèrent la nuit dans ces rochers et portoient du feu et des vivres. Et que le jour auparavant, il passa dans le chemin ordinaire, pour aller aussy en Savoye, des personnes avec cinq ou six chevaux chargés de bagages »29.

  • 30 Ibid. p. 261 (15 février 1686).

23En février 1686, à la demande de l’intendant, Le Clair fait établir un état des Nouveaux Convertis de Grenoble, en indiquant, lorsqu’elles sont connues, leurs relations avec les « fugitifs ». De la lecture de ce recensement nominatif et du commentaire qui l’accompagne, ressort l’impression d’une communauté soudée, ne se mêlant pas aux catholiques et où le silence est de règle vis-à-vis de l’extérieur. Les étrangers de passage sont repérés et accueillis afin d’être protégés et aidés, notamment pour le choix des guides. Les Nouveaux Convertis de la ville sont également en relation avec des voituriers ou des muletiers qui commercent avec la Savoie et Genève et convoient les effets dont les candidats à l’exil ne peuvent se charger30.

  • 31 Ibid., p. 361 (20 mars 1687).
  • 32 Ibid., p. 387-388 (21 juillet 1687).
  • 33 Se procurer un peu de numéraire est alors un souci constant pour beaucoup de Savoyards. À cet effet (...)

24À l’évidence, tout un réseau de complicités fonctionne entre Grenoble et Genève, dont Le Clair a connaissance à la fois par ses informateurs et également par le courrier qu’il fait saisir à la douane de Chapareillan31. Le Clair lui-même se déplace souvent, notamment pour faire l’estimation des biens abandonnés par les fugitifs, afin de les placer en régie. En juillet 1687, il rapporte une information intéressante sur l’attitude bienveillante des autorités savoyardes à l’égard des huguenots, alors qu’il est à Besse-en-Oisans : « J’ay parlé à des savoyards qui ont passé icy que l’on dit estre guides sans pourtant en estre certains, qui m’ont dit que le Sénat de Chambéry permettoit aux habitants du pays de conduire les religionnaires françois à Genève pourveu qu’ils ne leur prennent rien et qu’ils se contantent de ce qu’ils leur promettront. Les Genevois ont chargé ces guides que lorsqu’ils trouveront de pauvres religionnaires qui n’auront pas les moyens de les payer de ne laisser pas pour cela de les conduire et qu’ils leurs payeront un tant par personne, ce qui est fort exactement observé »32,33.

  • 34 Près de l’Isère, à une quinzaine de kilomètres en aval de Grenoble.
  • 35 Le Clair, Mémoires, op.cit., p. 405 (1er août 1688).

25Le Clair profite également de ses sorties sur le terrain pour obtenir des informations sur certaines maisons ou domaines suspects à ses yeux de servir de relais aux fugitifs, tel celui du Sieur Coinde, près de Voreppe34. « le sr Coinde est de Moretel et ne faict sa residance dans ledit domaine que pour favoriser la désertion des religionnaires et surtout pour ceux du Languedoc parce que sa maison, qui se trouve éloignée du bourg de Voreppe et du costé de l’Izaire, est tout à fait favorable pour cela. Car en suivant la rivière il est très facile de s’y rendre sans estre aperceus parce que l’on évite les grands chemins. C’est ce qui a continuellement esté pratiqué ces années dernières pendant le temps que les passages estoient gardés, et la nuit, les guides venoient prendre ceux qui y estoient venus le jour pour les passer outre. L’on vit encor ces jours passer cinq ou six personnes qui arrivèrent dans ladite maison et qui y furent reçeus et régallés par les domestiques ou rentier dudit sr Coinde quoy qu’il n’y fust pas pour lors. Ce qui marque qu’il donne ordre de recevoir ces sortes de gens-là encor qu’il soit absent et qu’ils ont une routte pour s’y rendre »35.

26Le Clair identifie beaucoup de suspects mais semble se borner à récolter et à transmettre de l’information aux autorités, intendant, lieutenant général, évêque, leur laissant le soin d’agir. Ses informateurs lui fournissent très probablement des renseignements fiables pour pouvoir justifier leur rémunération, mais décalés dans le temps, peut-être à dessein pour se protéger d’éventuelles représailles…

  • 36 Ibid., p. 264 (20 février 1686).

27Nous avons la confirmation par Le Clair que certains réfugiés, ceux au moins qui avaient possédé des biens importants, revenaient dans le royaume pour leurs affaires, les itinéraires étant ainsi utilisés dans les deux sens : « Ceux qui vont et qui viennent des pays étrangers ne voyagent que pour venir quérir de l’argent des personnes qu’ils ont laissé chez eux lors de leur départ et pour exiger des debtes et des effets secrets qu’ils ont laissez, ou bien ils en viennent quérir pour ceux qui les envoient par-deçà »36.

Un itinéraire par la vallée du Rhône, Lyon et le Bugey

28Une autre possibilité pour atteindre Genève consistait également à remonter le Rhône le plus souvent par la rive gauche pour atteindre Lyon, autre ville-étape importante où, comme à Grenoble, on pouvait contacter des guides. L’itinéraire vers Genève passait par le Bugey et la Savoie, ce qui nécessitait de traverser le Rhône dans la partie haute de sa vallée, à Seyssel par exemple.

  • 37 Anne Marguerite Petit, devenue Madame Du Noyer, a rédigé ses Mémoires en Hollande à partir de 1703. (...)

29Le témoignage d’Anne Marguerite Petit, originaire de Nîmes, nous fournit un certain nombre de compléments sur cet itinéraire37. Ce récit écrit une vingtaine d’années après les événements n’est pas exempt de faiblesses, mais, pour la partie qui nous intéresse, les recoupements que l’on peut faire avec d’autres témoignages, les noms des lieux-dits cités et la durée des étapes, le rendent crédible. En octobre 1685, cette jeune fille de 22 ans, au caractère bien trempé, qui a perdu sa mère à sa naissance et a été élevée dans la religion réformée par une tante, va habilement tergiverser au moment des abjurations forcées et mûrir son projet. Elle obtient l’autorisation de se rendre à Montpellier pour rencontrer le duc de Noailles, alors gouverneur du Languedoc, et celui-ci finit par lui accorder un passeport valable également pour sa tante et les autorisant à se rendre à Paris au chevet d’un proche parent supposé mourant… Anne Marguerite convainc sa tante de louer une « litière » de Nîmes à Lyon et le départ a lieu le 1er décembre 1685, par Uzès, vers Bagnols où elles passent leur première nuit.

30En continuant vers le nord, leur passeport n’est contrôlé qu’au Pont-Saint-Esprit, le seul pont en aval de Lyon permettant le franchissement du Rhône. Ce passage n’était généralement abordé que par les porteurs d’un passeport en règle, à cause du risque élevé d’arrestation ; ceux qui en étaient dépourvus, et ils étaient nombreux, préféraient remonter par « le Grand Chemin » en rive droite du fleuve jusqu’au Pouzin où ils savaient pouvoir compter sur au moins un aubergiste complaisant qui leur procurerait des passeurs quand le bac à traille était gardé, les intéressés se chargeant de les acheminer en barque contre rétribution. De l’autre côté du Rhône, à Loriol, un voiturier peu regardant sur l’identité des voyageurs pouvait leur louer des chevaux si leurs moyens le leur permettaient.

  • 38 Les pasteurs sont les seuls huguenots à avoir été autorisés à quitter la France au moment de la Rév (...)

31Anne Marguerite et sa tante ont lié connaissance en cours de route avec d’autres voyageurs qui, après confidence, se sont révélés être des fugitifs. Il y a là notamment la femme d’un pasteur qui va rejoindre son mari en Suisse avec ses quatre enfants. Deux d’entre eux, âgés de plus de sept ans, n’avaient pas le droit de suivre leurs parents en exil38 et devaient rester dans le royaume pour y être élevés dans la religion catholique. Ils ne figuraient donc pas sur le passeport de leur mère. À l’approche des villes où s’effectuaient généralement les contrôles, les enfants quittaient le groupe et continuaient seuls en évitant de se faire repérer et rejoignaient le groupe plus loin.

  • 39 À cause de la sinistre réputation de La Rapine, déjà mentionné pour Blanche Gamond.
  • 40 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 65
  • 41 Sur Lyon, ville-étape pour les fugitifs, on se reportera à l’étude de Yves Krumenacker, « Le Refuge (...)

32L’information circule parmi les candidats à l’exil et les lieux dangereux comme la ville de Valence sont connus39. Après être passé par Vienne, le groupe arrive finalement à Lyon sans problème majeur, au bout de cinq jours de voyage « Là, chacun prit son parti »40. Pour éviter d’éveiller les soupçons, Anne Marguerite et sa tante vont prendre pension chez des catholiques, prétextant qu’elles attendent de l’argent pour continuer leur voyage vers Paris. Bien entendu, leur projet est de gagner Genève. Pour cela, elles se mettent en quête d’un guide sûr, ce qui s’avère plus compliqué que prévu. Finalement, devant les difficultés, il est décidé qu’Anne Marguerite partira seule. Son accueil est garanti à Genève où elle sera prise en charge par une personne de sa connaissance. La première tentative mise sur pied avec une autre jeune fille tourne court dès le rendez-vous de départ au faubourg de la Guillotière, les guides recrutés ne leur inspirant pas confiance41.

  • 42 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 68.

33C’est finalement les cheveux coupés et déguisée en garçon qu’Anne Marguerite part seule quelques jours plus tard pour Genève, avec un cabaretier de Seyssel qui avait eu l’autorisation de venir recruter à Lyon un apprenti cuisinier. C’est ce marmiton accompagnant son patron qu’elle est censée être au cours du périple. Le texte nous renseigne sur la façon dont s’est faite la négociation financière et sur les modalités de voyage : après entente sur le prix, la moitié a été versée comptant au guide, l’autre moitié devant lui être remise à Genève par un banquier de la ville connu de la famille d’Anne Marguerite. Cette dernière voyagerait à cheval, lequel resterait la propriété du guide. Arrivés à Seyssel, lieu de résidence de ce dernier, il devrait lui faire traverser le pont et la conduire à Genève qui se trouve à six lieues. « Toutes choses étant ainsi réglées, et ce marché ayant été conclu chez un honnête homme de Lyon qui en avait été l’entremetteur, on fut à la friperie acheter un habit de garçon »42.

34Ce déguisement, son incommodité pour le voyage, la vigilance nécessaire pour ne pas être démasquée dans les auberges, la brutalité du guide et les conditions hivernales vont rendre ce voyage particulièrement éprouvant. À partir des quelques noms de lieux mentionnés dans le récit, en se basant sur la durée des étapes et sur la topographie, il est possible de reconstituer l’itinéraire le plus probable suivi par Anne Marguerite et son guide.

  • 43 La « lieue commune » équivaut à 4400 m environ mais varie selon les provinces. La route empruntée a (...)
  • 44 Saint-Rambert-en-Bugey, à environ 70 km de Lyon.
  • 45 En fait Rossillon, petit village situé au niveau de la cluse des Hôpitaux, dans la vallée du Furans (...)
  • 46 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 70.
  • 47 C’est à Rossillon que sera arrêtée en août 1686 Jeanne Gruas, fille d’un apothicaire de Montélimar (...)

35Le départ de Lyon a lieu dans l’après midi du 1er janvier 1686, rendez-vous ayant été pris à la porte de la Croix-Rousse, d’où l’on prend la route du Bugey. Comme il n’y a qu’un cheval, l’un des deux voyageurs marche à pied, d’abord Anne Marguerite, ensuite le guide, sauf, le soir à l’arrivée près de l’auberge, car elle doit jouer le rôle d’un subordonné accompagnant son patron. Le nom du village qui a servi d’étape le premier jour n’est pas mentionné mais la distance parcourue a été de deux lieues seulement43. Pour la jeune fille, la peur d’être démasquée sous ses habits d’emprunt est constante, surtout face à une jeune domestique qui se fait pressante… Le départ le lendemain avant le jour a lieu par très mauvais temps ; Anne Marguerite qui n’est pas accoutumée à ce genre d’équipée et qui est particulièrement gauche dans ses nouveaux habits, n’est guère rassurée par l’attitude du guide qui l’injurie et la menace régulièrement de la dénoncer. Le repas de midi est pris à « St. Rambert »44 puis, après avoir progressé en fond de vallée, les voyageurs atteignent « Roussillon »45. À l’auberge, ils trouvent un marchand genevois, un prêtre et le juge du lieu. Ce dernier commente avec complaisance les arrestations du jour et décrit les déguisements des fugitifs… Anne Marguerite est interpellée : « Voilà un petit drôle qui pourrait bien aussi être huguenot »46. Refoulant sa peur, elle proteste avec véhémence, soutenue par son faux patron, mais, par prudence, va se coucher promptement, sans même se déshabiller47.

  • 48 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 70.
  • 49 Cette identification, seule compatible avec l’itinéraire décrit, a été faite à partir de l’ouvrage (...)

36La journée du lendemain s’avère encore plus éprouvante ; son guide commence par lui demander de lui donner tout l’argent qu’elle possède pour pouvoir payer l’aubergiste, lui assurant qu’il la rembourserait à Genève. « Après cela, il me fit monter une montagne fort haute et, à la faveur de mes habits, il me mena chez des chartreux qui habitent cette solitude, car on ne trouve point là de cabarets »48. On peut identifier assez sûrement « la montagne fort haute » comme étant le massif du Grand Colombier sur le versant ouest duquel se trouvait située la Chartreuse d’Arvières49. Pour minimiser les risques, le guide a tenu à couper au plus court et surtout à prendre une route très peu fréquentée. Bien que l’on soit en hiver, il a choisi de passer par la montagne, renonçant à l’itinéraire beaucoup plus facile qui suit la vallée. Il n’est fait mention d’aucune rencontre, à l’exception de la halte chez les Chartreux, sans doute loin de se douter qu’ils recevaient dans leurs murs une jeune fille, huguenote de surcroît ! Ce choix paraît judicieux, un itinéraire improbable est à l’évidence bien moins périlleux, surtout à l’approche de la frontière…

  • 50 Ce récit qui souligne les difficultés liées à la saison est à rapprocher de celui de Jean Nissolle, (...)
  • 51 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 73.

37L’après-midi, la descente vers la vallée du Haut-Rhône et le village de Seyssel à la frontière de la Savoie se fait avec beaucoup de difficultés au milieu des bois, sur des sentiers couverts de glace où il n’est pas question de monter à cheval50. La jeune fille, nullement préparée à une telle épreuve, chute continuellement, se relevant sous les injures et les menaces de son patron. Ils atteignent Seyssel à la nuit tombée. Anne Marguerite arrive exténuée à la maison de son guide, où elle est misérablement logée et très mal nourrie. La traversée du Rhône qui devait se faire rapidement est reportée et la jeune fille doit rester terrée dans une chambre. La nuit, elle entend les gardes arrêter ceux qui tentent de passer par le pont et craint d’être dénoncée par son guide ; lui-même redoute d’être dénoncé par des voisins qui auraient eu vent de cette présence suspecte. Finalement, le passage a lieu de nuit et en barque, non sans frayeur et avec une cruelle déconvenue sur l’autre rive : plus de cheval malgré l’entente convenue, le guide l’ayant déjà vendu. Exténuée, sans nourriture prévue pour la route, Anne Marguerite refuse de parcourir à pied les six lieues qui les séparent de Genève. Le guide exige alors qu’elle lui donne sa montre, le dernier bien qu’elle possède encore, pour louer une monture. Ce sera un mulet, qui la conduit par de très mauvais chemins encore enneigés à Genève où elle arrive dans l’après-midi avec son guide : « Et je puis dire que je n’ai de ma vie senti une plus grande joie que celle que j’eus lorsque je découvris le clocher de Genève, cette ville après laquelle je soupirais depuis si longtemps »51.

  • 52 Ibid., p. 74.

38Après avoir traversé le pont d’Arve vers lequel convergent les routes de Seyssel et de Chambéry, les voyageurs ont pénétré dans la ville. Anne Marguerite se rend à l’adresse qui lui avait été indiquée pour rencontrer sa famille d’accueil pendant que son guide va réclamer au banquier le solde de l’argent contractuellement promis. Avant de régler, le banquier qui ne doit rien ignorer du comportement de certains guides souhaite entendre la jeune fille sur les conditions de son voyage… Son récit n’est guère à l’avantage du guide, qui dit pour sa défense ne l’avoir jamais frappée mais reconnaît avoir pour habitude d’injurier tout le monde, y compris sa femme ! Anne Marguerite récupère sa montre et l’argent avancé en chemin, trop heureuse d’être enfin arrivée à Genève après avoir quitté Nîmes plus d’un mois auparavant. « On me demanda si je voulais qu’on châtiât cet homme pour toutes les duretés qu’il avait eues pour moi. Mais je n’avais garde d’y consentir et je lui pardonnais de bon coeur, le regardant comme l’instrument de mon salut »52.

Itinéraire d’Anne M. Petit, de Nîmes à Genève par Lyon, Seyssel et la Savoie (déc. 1686 – janv. 1686)

Itinéraire d’Anne M. Petit, de Nîmes à Genève par Lyon, Seyssel et la Savoie (déc. 1686 – janv. 1686)

Reconstitution Pierre Coulet

Un itinéraire rapide : le passage par les Échelles

  • 53 Charles Bost, « Le guide Paul Berger-Ragatz », BSHPF, 1898, p. 507-519. Ce guide suisse est en rela (...)

39Les itinéraires valent a priori dans les deux sens. En effet, à côté de ceux qui ont choisi l’exil et qui en principe ne voyagent que dans le sens de la sortie du royaume, il y a ceux qui font des allers et retours, notamment les guides53.

  • 54 Rapporté par Sallier à Antoine Court le 16 août 1736, Genève, Bibliothèque publique et universitair (...)
  • 55 Du lieu de Boffres (Ardèche), aujourd’hui dans le canton de Vernoux-en-Vivarais, à une quinzaine de (...)
  • 56 Jean-Paul Chabrol, Abraham Mazel, le dernier camisard, Nîmes, Editions Alcide, 2009.
  • 57 Pierre Rolland, Dictionnaire des camisards, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1995.
  • 58 La date précise est donnée dans : Abraham Mazel. Élie Marion. Jacques Bonbonnoux, Mémoires sur la g (...)
  • 59 Mazel avait reçu 30 louis d’or pour cette expédition. Henri Bosc, La Guerre des Cévennes (1702-1710 (...)

40Un témoignage intéressant54 nous est fourni par Antoine Sallier, cardeur de laine et prédicant originaire du Vivarais55, résidant à Lausanne. C’est lui qui sert de guide à Abraham Mazel56 venant de Genève soulever le Vivarais, au printemps 1709, avec deux autres camisards : Daniel Gui dit Billard et Antoine Dupont57. Les quatre hommes partent de Carouge, aux portes de Genève, le 26 mars 1709 à 11 h du soir58. Ils vont marcher essentiellement de nuit, se reposant le jour. Selon Sallier, les camisards « étaient fort bien mis », habillés en officiers avec chapeau bordé, canne et montre. On sait par ailleurs que Mazel avait reçu une importante somme d’argent pour cette expédition59.

  • 60 Soit : Marlioz, la Combe (de Sillingy) et Rumilly (Haute-Savoie).
  • 61 Correspond au lundi 1er avril 1709.
  • 62 Lieu-dit de la commune de Beaumont-lès-Valence (Drôme) où des vestiges de la métairie sont encore v (...)
  • 63 Relation Sallier, op. cit.

41Compte tenu des indications données par Sallier sur les lieux traversés, il est possible de reconstituer l’itinéraire emprunté : « Marlié », « la Combe », « Remili »60, Chambéry, les Échelles, puis la vallée de l’Isère en direction de la plaine de Valence où ils sont hébergés dans une maison amie près de Beaumont et où ils arrivent le lundi de Pâques61, accueillis par un nommé Gensel à la métairie du « Grand Chirac »62 sans avoir été inquiétés. « Personne ne leur dit rien dans toute la route »63.

  • 64 Jean-Pierre Dortial avait été l’un des chefs de l’épisode camisard en Vivarais de 1704, qui s’était (...)
  • 65 Relation Sallier, op. cit. La difficulté à trouver un passeur pour traverser le Rhône est un bon in (...)
  • 66 Aujourd’hui commune de Guilherand-Granges (Ardèche), face à Valence sur la rive droite du Rhône où (...)
  • 67 Cette somme élevée est également un bon indicateur de risque. Sallier précise qu’il s’est adressé à (...)
  • 68 Soyons (Ardèche) à quelques kilomètres au sud de Valence.
  • 69 Relation Sallier, op. cit. ; la traversée eut lieu le jeudi 4 avril 1709.
  • 70 Parmi les réfugiés de Neuchâtel naturalisés en 1710 (24 mars), on trouve un Antoine Sallier, cardeu (...)
  • 71 Pierre Bart, dit Labaume, fut jugé à Privas en novembre 1709 et condamné à être rompu vif sur la pl (...)

42Le point particulièrement difficile reste la traversée du Rhône pour se rendre en Vivarais où Mazel pensait rencontrer un ancien camisard, Jean-Pierre Dortial, sur lequel il comptait pour lever une troupe64. Sallier se met en quête d’un passeur, mais le risque et peut-être la personnalité des clandestins à convoyer compliquent la chose : « Jean le batelier, ne voulut point s’engager de les passer de nuit et on n’aurait trouvé personne pour le faire quelque somme qu’on eût offert »65. Finalement, Sallier trouve un protestant, dit Labaume, « garde aux granges de Valence »66, qui après être venu rencontrer Mazel et ses compagnons chez Gensel accepte pour un louis d’or67 de leur faire passer le Rhône en face de Soyons68 et de les conduire dans une maison amie. « Sallier les accompagna jusqu’au bord du Rhône où ils s’embarquèrent à quatre heures du soir. Dès qu’ils furent sur le bateau un gros vent s’éleva qui fit retirer les gardes qui étaient de l’autre côté, en sorte qu’ils laissèrent passer nos trois étrangers sans leur parler. Il est vrai que s’ils se fussent opposés au passage, ils étaient résolus de tirer sur les gardes, Billard et ses compagnons étant armés de sept bons pistolets et bonne épée et chacun sa canne »69. Le guide Sallier, qui avait une bonne expérience de la clandestinité, fit probablement le trajet inverse rapidement sans être inquiété70, cependant que le passeur Labaume, peut-être grisé par son gain, ne fut pas suffisamment discret et mourut sur la roue71.

  • 72 Tels qu’ils sont rapportés à l’époque par Brueys dans Histoire du fanatisme de notre temps, t. III, (...)
  • 73 Soit environ 200 km par cet itinéraire qui aujourd’hui encore reste le plus court par la route.

43La précision de ce témoignage rapporté à Antoine Court plus de vingt-cinq ans après les faits peut surprendre. La personnalité des trois compagnons guidés par Sallier n’y est sans doute pas étrangère et l’écho des événements qui ont suivi en Vivarais72 l’ont probablement marqué. On peut penser également que ce guide a fait le trajet un certain nombre de fois et que les lieux cités étaient des étapes habituelles pour lui. En effet, l’itinéraire suivi est direct et traduit une bonne connaissance de la route. À partir de l’indication fournie sur le jour d’arrivée, le lundi de Pâques, on a une idée précise de la durée du voyage. Les quatre hommes, partis dans la nuit du mardi au mercredi précédent, ont mis moins d’une semaine à pied, de nuit essentiellement, pour couvrir la distance Genève-Valence73 ! Ce trait apparaît tout à fait vraisemblable quand on connaît la résistance physique et l’aptitude à la marche des camisards, telle qu’on peut la déduire des récits rapportés pour la guerre des Cévennes.

Itinéraire d’Abraham Mazel de Genève à Soyons (Vivarais), par Chambéry, les Échelles et Beaumont (mars-avril 1709)

Itinéraire d’Abraham Mazel de Genève à Soyons (Vivarais), par Chambéry, les Échelles et Beaumont (mars-avril 1709)

Reconstitution Pierre Coulet

Un départ avec charrettes et meubles en 1752

  • 74 Claude Lasserre, Le séminaire de Lausanne (1726-1812) instrument de la restauration du protestantis (...)
  • 75 Désigne la période où la religion réformée est interdite et où les cultes se font en plein air de f (...)
  • 76 Obligation de présenter l’enfant à l’église pour recevoir le baptême catholique, même si l’enfant a (...)
  • 77 Samuel Mours, Le Protestantisme en Vivarais et en Velay, des origines à nos jours, réédition, Montp (...)

44Ce quatrième témoignage concerne une époque très différente, celle des années 1750. Contrevenant aux ordres du Roi, des pasteurs formés essentiellement à Lausanne74 sont revenus clandestinement dans le royaume et bénissent de nombreux mariages « au Désert »75. Ils baptisent également les enfants nés de ces couples, contrevenant ainsi à l’obligation du baptême catholique pour les Nouveaux Convertis, seul « état civil » reconnu. Le pouvoir s’en émeut et lance une campagne de « rebaptisations forcées »76 à laquelle les Nouveaux Convertis concernés doivent se soumettre sous peine de fortes amendes et d’emprisonnement77.

  • 78 En Languedoc, aujourd’hui dans le département du Gard.
  • 79 Nous avons disposé d’un texte dactylographié à diffusion restreinte et à usage familial rédigé en 1 (...)

45En 1752, Pierre Guérin, âgé de 43 ans, habitant Congénies78, refuse de faire rebaptiser ses enfants, et doit subir le logement de soldats qui « s’établirent dans son domicile à discrétion »79. Il décide alors de s’exiler avec sa famille.

  • 80 Sur la saisie des biens des fugitifs et leur mise en régie, voir notamment Magali Schaeffer, La rév (...)
  • 81 L’arrêt de saisie est daté du 8 juillet 1752.
  • 82 « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 3.

« Il se rendit d’abord à Nîmes, où il loua deux grandes voitures pour le conduire, lui, sa famille, et ce qu’il pourrait convenablement emporter de son mobilier. La veille de son départ, il prit congé de tous ses parents, de ses amis, du curé lui-même ; celui-ci lui exprima ses regrets, et lui fit entrevoir les dangers auxquels il allait s’exposer. Pierre Guérin prit sa femme et cinq de ses enfants avec lui, son second fils âgé de 15 à 16 ans, fut confié à M. Fourmaud son parent, dans l’espoir qu’il pourrait, un jour, posséder les biens de la famille.
Le lendemain de son départ et pendant la nuit, ses parents et ses amis se répandirent dans ses champs pour moissonner furtivement les blés qui étaient murs ; toute la moisson fut mise en lieu de sûreté et à l’abri de la régie80 qui ne trouva, le lendemain, que du chaume sur les terres. Tous les biens furent saisis81 : telle était la loi de ces temps-là. Mon grand-père et sa famille se dirigèrent sur Genève. Ils arrivèrent sans accident jusqu’à Bellay »82.

  • 83 Belley, aujourd’hui dans le département de l’Ain.

46La description de ce départ montre que plus de soixante-cinq ans après la Révocation, les conditions ont évolué puisque Pierre Guérin n’hésite pas à voyager avec deux voitures chargées des effets de la famille et de ses meubles. Il est très conscient des conséquences de son départ sur ses biens, et s’avère en outre se trouver en bons termes avec le curé du lieu qui n’était peut-être pas très convaincu du bien-fondé des rebaptisations. Ce dernier le met simplement en garde contre les risques du voyage, sans le dénoncer. Dans ce récit, aucun détail n’est donné sur l’itinéraire emprunté et le temps de parcours. On peut supposer que Pierre Guérin a choisi de remonter la vallée du Rhône jusqu’à Vienne où il a pu bifurquer vers l’est ou bien jusqu’à Lyon pour se diriger vers le Bugey puisque la première ville mentionnée est « Bellay »83.

  • 84 « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 4.

47Mais à l’approche de cette ville, le groupe tombe sur une brigade à cheval qui arrête le convoi. Si Pierre Guérin et son fils aîné qui marchaient à quelque distance des voitures parviennent à se mettre rapidement hors d’atteinte, sa femme et les autres enfants restent prisonniers. Malgré leur désespoir, Pierre Guérin et son fils réussissent à gagner Genève : « Ils y arrivèrent dénués de toute ressource, affamés et en guenilles. Le voiturier avait disparu avec les voitures et tout ce qu’elles contenaient. Ce misérable n’a plus été revu »84.

  • 85 Saint-Martin-du-Fresne, non loin de Nantua, à plusieurs dizaines de kilomètres de Belley, distance (...)

48Après avoir été secouru à Genève, Pierre Guérin revient clandestinement à Belley pour savoir ce que sa famille est devenue. Il apprend par l’aubergiste chez qui il est descendu qu’une protestante est emprisonnée au château avec ses enfants. De retour à Genève, il n’a de cesse de trouver le moyen de les faire évader ou libérer. Au cours d’un deuxième voyage, grâce à la complicité de l’aubergiste, il peut revoir ses enfants qui, pendant la journée, sont livrés à eux-mêmes et errent dans la ville. Après d’autres rendez-vous, il réussit également à approcher le geôlier et se voit sur le point d’obtenir sa complicité pour faire évader sa femme, mais le risque fait renoncer ce geôlier et les enfants sont interdits de sortie pendant un temps. Finalement, autorisés à nouveau à sortir de la prison le jour, les trois enfants réussissent à quitter la ville, portant chacun un panier au bras et prétextant qu’ils allaient vendanger à « Saint-Martin-de-Fresne »85. Bien que rien ne soit précisé dans le récit, leur évasion a dû être organisée par leur père ; compte tenu de la distance qui sépare Belley de Genève, ils ont dû bénéficier de son assistance ou de celle d’un guide.

  • 86 « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 5.
  • 87 D’après la transcription de la pièce d’archives : « Supplique de Pierre Guérin revenu à Congénies, (...)

49Après neuf mois de détention, la femme de Pierre Guérin est relâchée et ramenée à Congénies. « Le feu de la persécution s’était un peu ralenti, et on commençait à fermer les yeux sur l’existence des protestants et leurs paisibles assemblées »86. Le curé de Congénies lui-même invite par lettres le mari à revenir avec ses enfants, disant qu’il n’avait rien à craindre et qu’à son retour on lui restituerait ses biens. Pierre Guérin suit le conseil et revient avec ses enfants retrouver sa femme. Les biens confisqués avaient été affermés à son beau-père qui lui en rétrocède alors la gestion. Pierre Guérin entreprend dès lors une série de démarches auprès de l’intendant du Languedoc pour rentrer en possession de ses biens87.

  • 88 Pièce annexe, arrêt de mainlevée, « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 9.

50La procédure fut, curieusement, facilitée par un chanoine. En effet, le fils aîné avait acquis pendant son séjour à Genève un certain nombre de notions sur les mouvements d’horlogerie. À son retour, il avait mis au point un tourne-broche animé par l’un des mouvements, et qu’il vendait avec succès dans toute la région. Il eut parmi ses clients un abbé, chanoine de la cathédrale de Montpellier qui, touché par l’histoire de la famille, usa de son influence à Paris pour que Pierre Guérin rentre en possession de ses biens, estimant que le clergé avait un devoir de réparation dans cette affaire. Par un arrêt de mainlevée du 20 septembre 1758, signé du roi Louis XV, tous ses biens étaient finalement rétrocédés au huguenot : « Sa Majesté a par grâce et sans tirer à conséquence accordé et accorde audit Guérin main-levée de la saisie faite de ses biens par les Fermiers de la Régie, leur enjoignant de lui laisser la libre et paisible possession desdits biens, à compter du jour et date du présent brevet »88. Au cours des trois décennies suivantes, Pierre Guérin a vu progressivement la tolérance s’installer pour les protestants, puis la liberté. Il décède en 1795 à l’âge de 86 ans, un an après son épouse.

51S’il n’était pas possible dans un seul article de couvrir toutes les situations rencontrées par les protestants fuyant le royaume après la révocation de l’édit de Nantes, ni même les fluctuations de la politique répressive du pouvoir royal et par conséquent la variation des risques encourus en fonction des époques, les informations fournies par les témoignages analysés donnent, à notre sens, une image pertinente de ce qu’ont vécu ces candidats à l’exil.

52Il leur a fallu, tout d’abord, prendre la décision de partir ; cette décision apparaissant comme la seule issue possible face aux pressions psychologiques et aux exactions de toutes sortes, devenues insupportables à ceux qui n’acceptaient pas le diktat du pouvoir et l’abjuration forcée. Une fois la décision prise, il fallait toute la détermination et le courage nécessaires pour tout abandonner et aller vers l’inconnu. Courage en effet, compte tenu des risques encourus, galères ou prison, puisque tout candidat à l’exil devient un clandestin, dès le moment où il se met en route. Courage aussi pour couvrir la distance jusqu’à Genève avec, pour certaines étapes de montagne, des marches harassantes sous les intempéries, véritable épreuve physique pour la majorité des fugitifs.

53Il ressort de l’ensemble des témoignages consultés que, très vite, l’information circule sur les « routes » et les maisons amies sur lesquelles on peut compter pour faire étape ainsi que sur les réseaux d’aide et les relais que l’on peut trouver dans des villes comme Lyon et surtout Grenoble. Apparaît également dans ces témoignages l’importance de l’argent qu’il faut rassembler avant de se lancer dans une telle tentative. Argent indispensable pour rétribuer les guides dont on ne peut se passer pour certaines portions du trajet, notamment pour franchir la frontière, et aussi pour acheter au prix fort les complicités nécessaires.

54L’approche choisie dans cet article devrait faciliter les comparaisons avec des situations plus contemporaines. En effet, dès lors que clandestinité est synonyme de vulnérabilité pour celui qui s’y trouve contraint, on peut retrouver nombre d’invariants, quelle que soit l’époque considérée : dépendance vis-à-vis de guides, de passeurs ou d’hébergeurs dont on ne peut préjuger la bonne ou la mauvaise foi. Traque par les autorités, crainte d’être découvert par des espions ou dénoncé par des voisins. De fait, c’est un danger potentiel permanent que représente pour le clandestin celui qui, à tout moment, peut essayer de tirer profit de sa situation.

55Il y a aussi ceux qui ont secouru ces clandestins sans contrepartie, les ont cachés, recommandés à des personnes de confiance, les ont aidés sous diverses formes, ont bravé les interdits prenant eux-mêmes de gros risques. Cela aussi est de toutes les époques et ne doit pas être oublié.

Haut de page

Notes

1 Comme cela est souligné dans l’éditorial introduisant le numéro récent de Diasporas consacré à ce thème (Les Huguenots, n° 19, 2011) et auquel nous renvoyons. Pour une approche historiographique et bibliographique générale, citons l’ouvrage d’Eckart Birnstiel et Chrystel Bernat (dir.), La Diaspora des Huguenots. Les réfugiés protestants de France et leur dispersion dans le monde (xvie-xviiie siècles), Paris, Champion, 2001.

2 Pour un large inventaire des routes de l’exil, on consultera l’article très documenté de Charles Bost « Les routes de l’exil », Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français [BSHPF], 1898, p. 561-593 et 634-651.

3 Genève et quelques territoires peu étendus alentour constituent une petite République autonome qui a adopté la Réforme en 1536. Ses relations avec les protestants de France sont anciennes. C’est donc la destination naturelle la plus proche pour les fugitifs du sud de la France. Louis Binz, Brève histoire de Genève, Genève, Chancellerie d’État, 2000 (3e éd.) ; Olivier Fatio, Jean Calvin et la Réformation de Genève, 1536-1564, Genève, Musée International de la Réforme, 2009.

4 Georges Reverdy, Atlas historique des routes de France, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, Paris, 2006.

5 Blanche Gamond, née à Saint-Paul-Trois-Châteaux en 1664, est décédée à Zurich en 1718 où elle avait rédigé son témoignage intitulé « Le récit des persécutions que Blanche Gamond de Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Dauphiné, âgée d’environ 21 ans, a endurées pour la querelle de l’Évangile. Ayant surmonté dans icelles toutes tentations par la grâce et providence de Dieu ». D’abord publié en plusieurs articles dans le BSHPF en 1867, le texte a été édité chez Labor et Fides (Genève) en 1964 (version simplifiée mise en français moderne par B. Decorvet) et récemment réédité aux Éditions Passiflores et Ampelos en 2011, sous le titre Mémoires d’une martyre pour la foi ; les citations sont tirées de cette édition.

6 Avec la révocation de l’Édit de Nantes par Louis XIV en octobre 1685, le protestantisme est interdit dans le royaume de France. Tous les protestants doivent abjurer et faire dûment consigner cette abjuration par l’Église catholique, devenant ainsi des « Nouveaux Convertis » ou N.C. devant faire « leur devoir de catholiques ». Les temples sont démolis et les pasteurs ont quinze jours pour quitter le territoire sous peine de mort. Les Nouveaux Convertis ont, quant à eux, interdiction de quitter le royaume sous peine de confiscation de leurs biens et de lourdes condamnations.

7 Françoise Moreil, « Les consistoires de la principauté d’Orange (xvie-xviie siècles) », BSHPF, 2007, p. 505-524.

8 La Principauté d’orange du Moyen Âge au xviiie siècle (Actes du colloque organisé par l‘Université d’Avignon et le Département de Vaucluse, Avignon 17 juin 2005), Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 9e série, t. 4, 2006.

9 Quelques années plus tard, en 1703, sur ordre de Louis XIV, la principauté fut à nouveau occupée par le comte de Grignan et ses troupes. Tous les protestants qui refusèrent de passer au catholicisme durent émigrer. Les conditions très dures dans lesquelles eut lieu cet exil ainsi que les itinéraires empruntés sont rapportés dans le récit d’un pasteur, Jean Convenent, publié à Londres en 1704 et reproduit dans BSHPF, 1870-1871, p. 337-353.

10 B. Gamond, Mémoires d’une martyre pour la foi, Ampelos, 2011, p. 20.

11 À partir de Saint-Paul-Trois-Châteaux, plusieurs itinéraires sont possibles pour atteindre Die. L’un passe par la région de Dieulefit, Bourdeaux, puis par la vallée de la Drôme que l’on remonte vers Die, terres à forte implantation protestante où la présence de coreligionnaires était rassurante.

12 C’est celui que retient Eugène Arnaud dans son Histoire des Protestants du Dauphiné au xvie, xviie et xviiie siècles, vol. 3, Le Désert (1685-1791), Paris, Grassart, 1876, p. 49. (Reprint de 1998, Thierry Davin, Libraire Éditeur),

13 La traversée la plus courte se situe entre le pas de Chabrinel à l’ouest au débouché du vallon de Romeyer et le pas de l’Aiguille qui permet de descendre sur Chichilianne et Clelles à l’est, à une altitude comprise entre 1 600 et 1 700 m.

14 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 20.

15 C’est également ce que précise dans son témoignage Jeanne Faisses, partie pour Lausanne en septembre 1686 : « marchant de nuit, demeurant le jour cachée dans les bois », arrêtée, jugée, emprisonnée dans des conditions très dures puis relâchée : « Récit de la captivité de Jeanne Faisses et de son arrivée à Lausanne le 28 avril 1687 », BSHPF, 1877, p. 461-472.

16 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 20.

17 Ibid. p. 21.

18 Le passage de la frontière avec le duché de Savoie était proche de Chapareillan où se trouvait la douane (voir note 31). C’est également ce que montre la carte de la partie méridionale de la Savoie due à Sanson d’Abbeville, datée de 1663 et reproduite dans Georges Reverdy, Atlas historique des routes de France, op. cit., p. 46-47. C’est aussi par Chapareillan que passe le guide Paul Berger-Ragatz (Charles Bost, « Les routes de l’exil », op. cit. p. 640).

19 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 21.

20 La Terrasse, village situé sur la rive droite de l’Isère à quelques kilomètres en aval de Goncelin.

21 B. Gamond, Mémoires, op. cit. p. 21.

22 Ibid.

23 Pierre et Monique Coulet, « Le Rhône, frontière et lieu de passage dans l’histoire des protestants du Vivarais avant 1789 », Cahier de Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, n° 74, 2002, Archives Départementales de l’Ardèche, Privas, p. 65-71.

24 En Savoie, le « Grand Chemin Royal de la Crote » ou « voie sarde » (que l’on peut emprunter aujourd’hui à partir de Saint-Christophe-la-Grotte) fut aménagé à l’initiative du duc Charles Emmanuel II de Savoie. Il est représenté dans le « Theatrum Sabaudiae » (1682), reproduction in Georges Reverdy, Atlas historique des routes de France, op. cit., p. 29.

25 Mémoires d’Antoine Le Clair (1634-1716), Aide-Major de la ville de Grenoble au temps de Louis XIV. Édition établie, annotée, indexée et commentée par Olivier Cogne et François Francillon, Honoré Champion Éditeur, Paris, 2010.

26 Ibid., p. 247 (20 octobre 1685).

27 ibid. p. 247.

28 Pour plus de détails, voir Cécile Holtz, « La Bourse française de Genève et le Refuge de 1684 à 1686 » in Olivier Reverdin et al., Genève et la Révocation de l’Édit de Nantes, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, Genève, Droz, Paris, Champion, 1985, p. 439-491. L’histogramme des assistances hebdomadaires pour les années 1684 à 1687 montre deux pics très nets dans l’afflux des réfugiés : d’octobre à décembre 1685 et de juin à août 1687 (p. 456-457).

29 Le Clair, Mémoires, op.cit., p. 253 (5 novembre 1685).

30 Ibid. p. 261 (15 février 1686).

31 Ibid., p. 361 (20 mars 1687).

32 Ibid., p. 387-388 (21 juillet 1687).

33 Se procurer un peu de numéraire est alors un souci constant pour beaucoup de Savoyards. À cet effet, la contrebande joue un grand rôle. Voir Jean et Renée Nicolas, La vie quotidienne en Savoie au xviie et xviiie siècles, Hachette, 1979, réédition Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2005, notamment le chapitre 2 : « Ceux du Chemin ». Cette initiative du Sénat qui autorise et encadre l’activité de guide dans le territoire de la Savoie, au moins à cette époque, est probablement bienvenue.

34 Près de l’Isère, à une quinzaine de kilomètres en aval de Grenoble.

35 Le Clair, Mémoires, op.cit., p. 405 (1er août 1688).

36 Ibid., p. 264 (20 février 1686).

37 Anne Marguerite Petit, devenue Madame Du Noyer, a rédigé ses Mémoires en Hollande à partir de 1703. Nous avons utilisé l’édition présentée et annotée par Henriette Goldwyn et publiée sous le titre Mémoires de Madame Du Noyer, Mercure de France, 2005.

38 Les pasteurs sont les seuls huguenots à avoir été autorisés à quitter la France au moment de la Révocation. Ils pouvaient émigrer en compagnie de leur épouse et de leurs enfants âgés de moins de sept ans.

39 À cause de la sinistre réputation de La Rapine, déjà mentionné pour Blanche Gamond.

40 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 65

41 Sur Lyon, ville-étape pour les fugitifs, on se reportera à l’étude de Yves Krumenacker, « Le Refuge protestant urbain au temps de la révocation de l’édit de Nantes », in Sylvie Aprile et Emmanuelle Retaillaud-Bajac (dir.), Clandestinités urbaines, les citadins et les territoires du secret (xvie-xxe), Rennes, PUR, 2008, p. 199-215. Pour cette même ville, d’autres témoignages font état de la malhonnêteté de guides qui, après avoir perçu une avance, ne reparaissaient plus ou qui, avec la complicité de paysans, rançonnaient les fugitifs en cours de route ; voir à ce sujet : Jean Valat, Mémoires d’un protestant du Vigan ; des dragonnades au Refuge (1683-1686), présentation et notes par Eckart Birnstiel et Véronique Chanson, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2011.

42 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 68.

43 La « lieue commune » équivaut à 4400 m environ mais varie selon les provinces. La route empruntée au départ de Lyon est celle qui passe par la cité médiévale de Pérouges.

44 Saint-Rambert-en-Bugey, à environ 70 km de Lyon.

45 En fait Rossillon, petit village situé au niveau de la cluse des Hôpitaux, dans la vallée du Furans, affluent du Rhône.

46 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 70.

47 C’est à Rossillon que sera arrêtée en août 1686 Jeanne Gruas, fille d’un apothicaire de Montélimar qui mourra en détention à Dijon sans avoir abjuré. Sur les arrestations, condamnations et conditions de détention, voir le récit de sa compagne de captivité : Jeanne Faisses, op. cit. p. 469.

48 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 70.

49 Cette identification, seule compatible avec l’itinéraire décrit, a été faite à partir de l’ouvrage collectif : Chartreuses de l’Ain, Collection Patrimoines des pays de l’Ain, n° 8, Bourg-en-Bresse, 2011. L’édifice aujourd’hui en ruine est situé sur la commune de Lochieu ; le site a fait l’objet d’une étude détaillée et le plan des bâtiments reconstitué : voir l’article de Joëlle Tardieu paru dans la revue annuelle de la Société scientifique, historique et littéraire Le Bugey, n° 83, 1996, « A propos des ruines de la Chartreuse d’Arvières », p. 15-27. En quittant la Chartreuse, l’itinéraire le plus probable emprunté par le guide passe à proximité du col de la Biche (1325 m) avant la descente sur Seyssel. Selon la chronologie donnée par la narratrice, cette étape correspond au 3e jour de marche depuis le départ, soit le 3 janvier 1686.

50 Ce récit qui souligne les difficultés liées à la saison est à rapprocher de celui de Jean Nissolle, marchand de Ganges en Languedoc, « son évasion hors de France à la suite de la Révocation de l’Edit de Nantes », récit autobiographique accompagné de notes par Matthieu Lelièvre, Librairie Delessert, 1907. Jean Nissolle rapporte, sans donner de date précise, comment il a franchi avec beaucoup de difficultés grâce à un guide et des laboureurs complaisants une montagne « qui (lui) paraissait presque inaccessible », le Crêt d’Eau (1621 m), près de Bellegarde (Ain), avec de la neige jusqu’aux genoux et un cheval qui ne pouvait avancer. Arrivé dans la vallée, il traversera finalement le Rhône à Chancy pour entrer sur les terres de Genève (p. 64-65).

51 Mme Du Noyer, Mémoires, op.cit., p. 73.

52 Ibid., p. 74.

53 Charles Bost, « Le guide Paul Berger-Ragatz », BSHPF, 1898, p. 507-519. Ce guide suisse est en relation avec des marchands genevois ou suisses établis à Lyon, qu’il va rencontrer à Vals en Vivarais où ils prennent les eaux et qui lui indiquent les personnes candidates à l’exil à prendre en charge ; arrêté en août 1688, condamné aux galères, il est libéré douze ans plus tard. Son interrogatoire et les pièces saisies lors de son arrestation nous renseignent sur les itinéraires qu’il empruntait (AD 34, C 167). On trouve dans d’autres témoignages d’intéressantes indications sur les guides, leur organisation et leur stratégie à l’approche des frontières ; par exemple dans la relation de Marie Molinier, fugitive originaire du Languedoc, d’abord publiée dans Proceedings of the Huguenot Society of London, vol. X, N° 1, 1912, p. 156-175, présentée ensuite par Nathanaël Weiss sous le titre « Relation de l’évasion hors de France après la Révocation de Marie Molinier de Cournonterral », BSHPF, 62, 1913, p. 435-456.

54 Rapporté par Sallier à Antoine Court le 16 août 1736, Genève, Bibliothèque publique et universitaire, papiers Court 17 B 421-422 (transcription Pierre Rolland).

55 Du lieu de Boffres (Ardèche), aujourd’hui dans le canton de Vernoux-en-Vivarais, à une quinzaine de kilomètres de la vallée du Rhône.

56 Jean-Paul Chabrol, Abraham Mazel, le dernier camisard, Nîmes, Editions Alcide, 2009.

57 Pierre Rolland, Dictionnaire des camisards, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1995.

58 La date précise est donnée dans : Abraham Mazel. Élie Marion. Jacques Bonbonnoux, Mémoires sur la guerre des camisards, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1983, p. 207.

59 Mazel avait reçu 30 louis d’or pour cette expédition. Henri Bosc, La Guerre des Cévennes (1702-1710), Montpellier, Les Presses du Languedoc, Tome V, 1990, p. 899. Par ailleurs, il était prévu que Sallier perçoive 4 louis d’or à son retour à Genève.

60 Soit : Marlioz, la Combe (de Sillingy) et Rumilly (Haute-Savoie).

61 Correspond au lundi 1er avril 1709.

62 Lieu-dit de la commune de Beaumont-lès-Valence (Drôme) où des vestiges de la métairie sont encore visibles.

63 Relation Sallier, op. cit.

64 Jean-Pierre Dortial avait été l’un des chefs de l’épisode camisard en Vivarais de 1704, qui s’était terminé par le massacre de Franchassis, près de Pranles, le 24 février. Réfugié à Genève, il revient périodiquement en France et demande à être admis comme prédicateur au Synode du Désert en Vivarais de 1724, sans succès, car trop lié aux assemblées prophétiques ; il est arrêté en 1741, emprisonné à Nîmes puis jugé et condamné à mort, et exécuté le 31 juillet 1742 (AD 34, C 210).

65 Relation Sallier, op. cit. La difficulté à trouver un passeur pour traverser le Rhône est un bon indicateur de risque.

66 Aujourd’hui commune de Guilherand-Granges (Ardèche), face à Valence sur la rive droite du Rhône où aboutissait le bac à traille.

67 Cette somme élevée est également un bon indicateur de risque. Sallier précise qu’il s’est adressé à un protestant, donc a priori considéré comme digne de confiance pour cette opération. Labaume ne s’est engagé qu’après être allé rencontrer Mazel et ses compagnons chez Gensel.

68 Soyons (Ardèche) à quelques kilomètres au sud de Valence.

69 Relation Sallier, op. cit. ; la traversée eut lieu le jeudi 4 avril 1709.

70 Parmi les réfugiés de Neuchâtel naturalisés en 1710 (24 mars), on trouve un Antoine Sallier, cardeur de laine, de « Crussol » (le « pays de Crussol » englobant Boffres), B SHPF, 1860, p. 468. On peut émettre l’hypothèse qu’il s’agit du guide qui a conduit Mazel en 1709.

71 Pierre Bart, dit Labaume, fut jugé à Privas en novembre 1709 et condamné à être rompu vif sur la place de Vernoux ; AD 07, 25 B 74/97.

72 Tels qu’ils sont rapportés à l’époque par Brueys dans Histoire du fanatisme de notre temps, t. III, Jean Martel Imprimeur, Montpellier, 1713, p. 258 et suivantes notamment. Pierre Coulet, « La tentative de soulèvement camisard de 1709 en Vivarais », Cahiers de Patrimoine Huguenot d’Ardèche, Archives Départementales de l’Ardèche, Privas, 2002, n° 2, p. 14-18. Voir également la localisation du lieu du combat de Leyrisse et du cimetière des camisards sur le site http:// www.camisards.net

73 Soit environ 200 km par cet itinéraire qui aujourd’hui encore reste le plus court par la route.

74 Claude Lasserre, Le séminaire de Lausanne (1726-1812) instrument de la restauration du protestantisme fançais, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1997.

75 Désigne la période où la religion réformée est interdite et où les cultes se font en plein air de façon clandestine dans des endroits reculés.

76 Obligation de présenter l’enfant à l’église pour recevoir le baptême catholique, même si l’enfant a été baptisé clandestinement par un pasteur.

77 Samuel Mours, Le Protestantisme en Vivarais et en Velay, des origines à nos jours, réédition, Montpellier, Les Presses du Languedoc & Patrimoine Huguenot d’Ardèche, 2001, p. 362-365.

78 En Languedoc, aujourd’hui dans le département du Gard.

79 Nous avons disposé d’un texte dactylographié à diffusion restreinte et à usage familial rédigé en 1976, intitulé « La famille Guerin de Congénies 1709-1976, essai généalogique », de Pierre Gothié. Outre la généalogie de la famille, il comprend une relation écrite par Jacques Guérin en 1840, qui a recueilli le témoignage oral de son grand-père Pierre Guérin sur son exil, ainsi que la transcription de pièces annexes conservées dans la famille. Le récit sans les pièces annexes avait été publié sous le titre « La famille de Congénies » dans Archives protestantes, par le pasteur Emilien Frossard, Paris, chez J. J Riesler, 1840.

80 Sur la saisie des biens des fugitifs et leur mise en régie, voir notamment Magali Schaeffer, La révocation de l’édit de Nantes et les biens des religionnaires fugitifs en Languedoc, Centre régional de la productivité et des études économiques, Université Montpellier I, 1985.

81 L’arrêt de saisie est daté du 8 juillet 1752.

82 « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 3.

83 Belley, aujourd’hui dans le département de l’Ain.

84 « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 4.

85 Saint-Martin-du-Fresne, non loin de Nantua, à plusieurs dizaines de kilomètres de Belley, distance qui nous paraît très importante pour des enfants.

86 « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 5.

87 D’après la transcription de la pièce d’archives : « Supplique de Pierre Guérin revenu à Congénies, adressée à M. de Saint-Priest, intendant de la province du Languedoc », « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 8.

88 Pièce annexe, arrêt de mainlevée, « La famille Guerin de Congénies », op.cit., p. 9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Itinéraire de Blanche Gamond de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Grenoble, puis Goncelin où elle s’est arrêtée (mars-avril 1686)
Crédits Reconstitution Pierre Coulet
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Itinéraire d’Anne M. Petit, de Nîmes à Genève par Lyon, Seyssel et la Savoie (déc. 1686 – janv. 1686)
Crédits Reconstitution Pierre Coulet
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Itinéraire d’Abraham Mazel de Genève à Soyons (Vivarais), par Chambéry, les Échelles et Beaumont (mars-avril 1709)
Crédits Reconstitution Pierre Coulet
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3015/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Coulet, « Un voyage à hauts risques : l’exil clandestin des protestants vers Genève après la révocation de l’édit de Nantes »Diasporas, 20 | 2012, 10-30.

Référence électronique

Pierre Coulet, « Un voyage à hauts risques : l’exil clandestin des protestants vers Genève après la révocation de l’édit de Nantes »Diasporas [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.3015

Haut de page

Auteur

Pierre Coulet

Docteur d’État ès Sciences, il a été chercheur au CNRS puis professeur et directeur d’UMR à l’Université Claude Bernard-Lyon 1. Depuis la fin de son activité professionnelle, il s’est intéressé à l’histoire protestante du Vivarais, associant travail sur archives et sur le terrain. Membre des associations « Patrimoine huguenot d’Ardèche » et « Mémoire d’Ardèche et Temps Présent », il a contribué régulièrement à leurs publications périodiques. Auteur de plusieurs articles, il a publié récemment Les Protestants entre exil et espoir, du Vivarais huguenot à Genève, Le Cheylard, Éditions Dolmazon, 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search