Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Sur la route, avec les huguenots ...Des Cévennes à Genève : l’itinéra...

Sur la route, avec les huguenots et les vaudois

Des Cévennes à Genève : l’itinéraire de Pierre Faisses en 1686

From the Cevennes to Geneva, the Itinerary of Pierre Faisses in 1686
Pierre Rolland
p. 31-40

Résumés

Pierre Faisses, régent d’école cévenol et protestant, choisit de fuir la France au lendemain de la révocation de l’édit de Nantes. Il part avec son frère jusqu’à Lyon, par le Massif central. Après une première tentative malheureuse, il trouve enfin un guide qui le conduit, lui et ses compagnons, jusqu’à Genève à travers le Dauphiné et la Savoie. Il a laissé de ce périple une relation dont l’article propose une édition annotée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Mémoires d’un réfugié, instituteur dans le pays de Vaud », BSHPF, 1879, p. 451‑459.
  • 2 « La fin heureuse de Jeanne Faisses, réfugiée en Suisse et morte à Chavornay, le 14 juin 1688 », ib (...)
  • 3 Ibid., 1877, p. 461‑472.

1Pierre Faisses n’est pas un inconnu pour ceux qui s’intéressent à l’histoire du protestantisme languedocien au moment de la révocation de l’édit de Nantes. Le récit de sa vie de « fugitif » a été en effet publié partiellement dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français1. Le même numéro comprenait le récit de la mort de sa sœur, Jeanne Faisses2. Ces deux récits faisaient suite à un troisième, publié peu auparavant dans la même revue3 et portant sur la tentative de sortie du royaume de la jeune femme, son emprisonnement, sa libération et son arrivée en Suisse ; il avait probablement été rédigé par Pierre Faisses d’après la narration de sa sœur.

  • 4 Bibliothèque de Genève (ex BPU), manuscrits Court, volume 43. Il y a également une copie de ce manu (...)

2Les trois extraits avaient été tirés d’un manuscrit conservé dans les Papiers Court à Genève4. L’écriture en est belle et appliquée, l’orthographe, compte tenu de l’époque, excellente, et l’auteur s’exprime avec aisance. Il y a peu de ratures, mais des rajouts en marge ; le texte est élaboré à partir de notes (carnet de comptes ?), ce qui l’apparente à un « livre de raison », intégrant au récit de la vie de son auteur ses diverses dépenses, ses dettes et ses créances, mais aussi d’autres évènements importants comme la démolition du temple de Montpellier, en 1683, ou des « faits divers » locaux. Faisses qualifie d’ailleurs son Mémoire de « livre », écrit pour « servir d’instruction et de mémoire » pour ses enfants, au cas où « Dieu pourrait [leur] faire la grâce » de retourner dans le pays d’origine de leur père. Il ne s’agit pas d’enfants éventuels mais bien réels, puisque la même introduction précise : pour trouver la liberté religieuse, « je suis venu dans ce pays de Vaud où je me suis marié, comme sera dit cy après, & où Dieu m’a donné des enfants ». Malheureusement la mention concernant ce mariage et ces enfants est introuvable, elle figurait probablement dans les pages arrachées dont il ne reste que la marge, à la fin du livre ! Cette indication permet néanmoins de savoir que de nombreuses années se sont écoulées avant la rédaction ou « mise au propre » des Mémoires.

3La majeure partie du récit de Pierre Faisses n’a pas été reprise dans le BSHPF. À l’exception du récit de sa sortie de France, donné intégralement dans les pages qui suivent, nous n’en abordons que les grandes lignes, en espérant que ces Mémoires soient un jour publiés intégralement.

Une famille et une formation cévenoles

  • 5 Le chapitre des Mémoires de Pierre Faisses consacré à sa généalogie, dont nous ne reprenons que que (...)

4Pierre Faisses est né en 1648, fils de Jean Faisses5, originaire de Soudorgues, et d’Anne La Roche ou Roquète, héritière du domaine du Mazel dans la paroisse de Sainte-Croix-de-Caderles. Il est le cinquième d’une fratrie qui comprend cinq filles et trois garçons. Des trois sœurs aînées, deux sont encore vivantes et mariées au moment du départ de Pierre pour Genève. Jeanne, plus jeune que lui de quelques années, partie pour le rejoindre, est arrêtée, et meurt en Suisse en 1688 peu de temps après son arrivée. Dauphine, la plus jeune, est mariée à Anduze, et c’est de chez elle que Pierre partira pour la Suisse. Outre son cadet, dont nous ignorons le prénom (il le nomme Laroche), qui part avec lui pour la Suisse et y meurt peu de temps avant sa sœur Jeanne, Pierre a un frère aîné, Jean, émigré à Paris en 1673. Engagé comme cavalier, il est fait prisonnier par l’ennemi et disparaît lors d’une tentative d’évasion, en 1675 ou 1676.

  • 6 Pierre Durand fut déporté « aux îles de l’Amérique » en 1687. Charles Bost, « Pierre Durand, régent (...)
  • 7 Petite maison dans laquelle on faisait sécher les châtaignes.

5Pierre a d’abord, dans son jeune âge, une scolarité intermittente, hachée par les travaux domestiques, mais lorsque sa sœur se marie et s’installe à Lasalle, il la rejoint avec son aîné pour suivre l’enseignement du régent d’école Pierre Durand6. Là, alors que son don pour les études est reconnu, ses parents semblent avoir caressé un temps l’espoir qu’il devienne pasteur (Jean, l’aîné, devant normalement reprendre la propriété à la suite des parents). Mais plusieurs raisons, d’ordre surtout financier, leur firent abandonner ce projet : la dot à payer pour l’une des filles, l’incendie d’une clède7 avec la récolte de châtaignes et une partie de la maison entre autres. On voit par-là combien la situation économique des familles cévenoles, même relativement aisées, pouvait être précaire, toujours à la merci d’une mauvaise récolte, d’un accident matériel, d’un avatar familial. Non seulement Pierre Faisses interrompt ses études, mais à 12 ans il est placé pour deux ans comme répétiteur, auprès d’enfants du même âge que lui, dans une famille de Thoiras. Il retourne ensuite auprès du régent Pierre Durand. Contrairement à son premier séjour, il ne paye plus ses études, mais aide son maître « à dire les leçons » : le voici employé au pair, en quelque sorte. Il apprend la musique et l’arithmétique. Après plusieurs emplois, il reste cinq ans à Générargues, où il perfectionne son chant : à 18 ans il connaît tous les psaumes par cœur. Il peut dès lors remplir la fonction de chantre en complément de celle de régent, qui comporte les matières de base (lecture, écriture et calcul), mais aussi l’enseignement religieux.

6Après ce séjour à Générargues, il change assez régulièrement de lieu d’activité, en fonction, semble-t-il, d’offres plus attrayantes sur le plan financier. Il séjourne ainsi à Mialet, Tornac, Barre, puis dans la région de Béziers et Montpellier pour un emploi « laïque » qui dure peu de temps. Son activité est souvent interrompue par des maladies, et c’est pendant cette période qu’il s’essaie à la poésie : il cite de mémoire ses vers et ses pamphlets rimés avec une certaine vanité d’auteur ! Il revient à Barre en 1674, puis se fixe au Pompidou (en Lozère), où il enseigne à la jeunesse locale et est en même temps précepteur chez les La Sagne, une famille de petite noblesse dont il prétend être un parent éloigné. Il exerce encore au Pompidou quand en octobre 1685, sous la pression de l’annonce de l’arrivée des dragons, les protestants sont mis en demeure d’abjurer leur religion et de se convertir au catholicisme, devenant ainsi des Nouveaux Convertis ou Nouveaux Catholiques.

Un fugitif, Pierre Faisses

7Pierre Faisses a donc 37 ans au moment de la révocation de l’édit de Nantes. Depuis toujours il vit dans un milieu très religieux (sa mère mourra sans avoir abjuré en 1699 et sera enterrée dans son verger). Profondément croyant, il a travaillé jusque-là dans un milieu exclusivement protestant (à l’exception d’une brève période à Béziers). Il ne peut compter sur la propriété familiale pour vivre, n’envisage pas et n’a sans doute pas la possibilité de gagner sa vie autrement qu’en enseignant dans le cadre de la religion réformée. Par ailleurs, cadre subalterne de son Église, il ne peut espérer monnayer sa conversion contre une rente (il semblerait que près d’un tiers des pasteurs aient abjuré pour cette raison, ou pour conserver des biens souvent considérables). L’issue logique, pour lui, est donc de devenir « fugitif », ce terme regroupant aussi bien les réformés qui sont entrés dans la clandestinité pour ne pas abjurer, que ceux qui gagnent les pays protestants (le « Refuge huguenot »).

  • 8 Leur nombre a été longtemps sous-estimé. Les archives de l’intendance de Montpellier renferment des (...)

8Si la grande majorité des réformés du bas Languedoc et des Cévennes ont abjuré à la seule annonce de l’arrivée des soldats (dont les fameux dragons mais pas seulement eux), beaucoup d’autres8, qualifiés d’opiniâtres par les autorités, ont refusé de se soumettre et ont changé de lieu d’habitation, se réfugiant dans des paroisses où ils n’étaient pas connus ; certains ont même gagné des huttes ou des cavernes isolées. Parallèlement à cette résistance passive, se développe dès la fin de l’année 1685, et surtout en 1686, une pratique clandestine de la religion réformée, les assemblées « au Désert ». Malgré la répression souvent sauvage de ces assemblées nocturnes, le mouvement se développe, animé et encadré par les fugitifs restés sur place. Pierre Faisses prend d’abord toutes les précautions pour ne pas laisser de traces compromettantes derrière lui ; il cache ses papiers et affaires personnelles. Dès le 11 octobre, sa mère, tout aussi déterminée que lui, fait une « donation feinte » au mari de sa fille Anne qui avait probablement abjuré ou avait l’intention de le faire. On retrouve là un schéma extrêmement fréquent au lendemain de la Révocation au sein des familles ayant des biens fonciers importants : une partie de la famille quitte le pays pour ne pas abjurer, l’autre partie se soumet et reste sur place afin de sauvegarder le patrimoine (que celui-ci ait fait l’objet d’une donation, d’une vente fictive, ou d’un contrat de fermage soit direct, soit plus tard par l’intermédiaire de la Régie des biens des fugitifs).

  • 9 Jean-Paul Chabrol, François Vivens, 1664‑1692, prédicant au Désert, Nîmes, Alcide, 2009.
  • 10 Ordre « évidemment faux » selon Charles Bost, Les prédicants protestants des Cévennes et du Bas-Lan (...)

9Après avoir caché ses affaires, Pierre Faisses se déplace prudemment, cherchant des conseils, sans doute déterminé dès ce moment à quitter le pays, mais désireux de mettre toutes les chances de son côté, en réunissant le plus d’argent possible, en recouvrant ses créances (ses espoirs sont souvent déçus de ce côté-là !). Peut-être espérait-il aussi qu’avec le temps la situation s’améliorerait et que l’on renoncerait aux abjurations forcées. Il revient souvent chez lui au Mazel, probablement quand les soldats ne sont pas trop proches. Il participe à quelques assemblées, croise François Vivens9, régent d’école lui aussi, devenu l’un des principaux prédicants. Mais il n’a pas l’étoffe d’un héros, et de plus est de faible constitution. L’annonce de l’ordre de l’arrêter pour le brûler vif10, transmise par l’un de ses parents, suffit à le rendre malade. « Voyant que les choses allaient toujours de mal en pis », et ne s’estimant « ni digne, ni capable de souffrir » pour le nom de Dieu, Pierre décide au début du mois de mai 1686 de quitter son pays en compagnie de son frère cadet Laroche. Son départ effectif n’a lieu qu’un mois plus tard.

Itinéraire de Pierre Faisses d’Anduze à Genève par Le Puy, Lyon et la Savoie (juin 1686)

Itinéraire de Pierre Faisses d’Anduze à Genève par Le Puy, Lyon et la Savoie (juin 1686)

Cartographie Pierre Rolland

Haut de page

Annexe

Itinéraire de Pierre Faisses

Départ du Mazel11

 

Nous partîmes donc du Mazel12 le mercredi soir 5 juin pour aller coucher à Anduze, passant à travers les bois de Ferières. Nous y restâmes tout le jeudi 6 chez ma sœur Fontanes13, où nous reçûmes plusieurs visites. Le vendredi 7 nous partîmes à l’aube du jour, et arrivâmes le bon matin à Alès, dans le dessein de passer par le Vivarais. Mais ayant consulté Mr Reynaud marchand qui avait demeuré à Lyon, il me donna une route14 par le Puy. Il nous fit bien déjeuner et nous partîmes sous la conduite Divine. D’abord que nous fûmes hors de la ville, nous fûmes joints par un Antoine, garçon maréchal papiste, qui demeurait à Alès, et qui allait là-haut voir ses parents.

Juin 1686. Route vers Lyon15

 

Le vendredi 7 juin, nous partîmes d’Anduze à Alès 2 lieues ; de là à St Martin de Valgalgue, 1 lieue16. Au Mas Dieu17 1 lieue. A Negre18 1 l., bu 4 s. A Portes 1 l., à Chamborigaud 1 l. 2 s19. A Génolhac 1 l. couché chez Canonge, dépense 7 s. 6 d. Jeudi 8 à Concoules ½ l. à Vielvy20 ½ l., à l’Estrade21 1 l., à Villefort ¼ l., dîné 11 s. 7 d., à Bayard22 1 l., à la Moulette23 1 l. 2 s. A la Bastide24 1 l., à Pratla25 1/4 7s à Luc. À Pradelles, à l’Etoile d’Or près l’église superbe de Notre Dame, où en attendant le souper nous eûmes la folle brutale et damnable curiosité d’aller voir cette belle idole, à laquelle on attribue faussement cette foule de miracles qu’on a fait imprimer. Cette curiosité ne fut pas sans péché, car d’abord que nous fûmes dans l’église, notre garçon papiste courut s’agenouiller devant l’autel, et nous fûmes assez infâmes, pour n’être pas reconnus, de nous mettre à genoux à la porte et de prier sous notre chapeau. Mais assurément ce déguisement n’est pas sans péché, comme je l’ai reconnu du depuis, et que je le confesse ici devant Dieu et devant mon lecteur, et j’exhorte ma famille et tous ceux qui pourront lire ceci, de n’aller jamais dans la maison de Caïphe, s’ils ne veulent pas s’exposer à la tentation de renier leur Sauveur Jésus Christ comme St Pierre. Dieu veuille me donner une contrition et une repentance de ce péché, aussi profonde, sincère et durable que le péché le mérite. Nous y couchâmes et dépensâmes 11 s. [en marge : Voit les Larmes de Mr de Chambrun, la Condamnation des Apostats par Messrs Claude, Turrettin, etc.].
Le lendemain dimanche 9 à la Sauvetat26 2 l. Nous eûmes un grand froid par des giboulées de neige, qui nous incommodait, de sorte que mes doigts s’étaient enflés dans mes gants ; nous dînâmes, pendant qu’on était à la messe, à Costeroc27 où nous dépensâmes 5 s., à Bizac28 1 l., au Puy 2 l.. Là le temps nous parut plus doux, ou plutôt le climat et l’endroit. C’est assurément une aimable vallée, et si Dieu eut voulu dans mes jours, convertir les papistes, j’aurais eu bien l’envie d’y faire quelque séjour ; étant arrivé au faubourg St Gilles, nous passâmes hors les murailles vers la porte Huguière, après vers celle de St Barthélemy, et ensuite vers celle de St Jean, où nous prîmes le grand chemin de Lyon par Brive la Gaillarde29. ¼ l.. Nous y passâmes sur un beau pont le renommé fleuve de Loire, et y bûmes 4 s. à Monferat30, 1 l. au Pertuis31, couché 5 s. J’ai encore ici sujet de confusion et de repentance ; comme il y avait là des muletiers du Vivarais qui avaient voituré du vin, nous parlions de la persécution, et en faisant semblant d’être catholique, je leur en faisais voir l’horreur ; mais l’hôtesse, comme la servante de Caïphe m’ayant demandé si je n’étais pas de la religion, j’eus la brutalité et l’infamie de dire que non, ce qui n’est pas un petit péché, l’atrocité duquel je prie Dieu me vouloir imprimer dans l’âme pour en gémir jusques à la fin ; voila la vérité de ce que dit le St Esprit par la plume de Salomon Prov. Que celui qui aime le danger y trébuchera. Si j’avais tenu ma langue pour ne causer pas de ces choses hors de saison, je n’aurais pas ainsi offensé mon Dieu, ni blessé mon âme.
Le lendemain lundi 10 à Villeneuve32, côte de St Yeau33 1 l., à St Maurice34 1 l., dépensé 5 s. au Pont de Lignon35, d’où l’on revoit la Loire qui forme, par un contour, cette belle plaine de Conflant36, si aimable à voir. C’est là où nous trouvâmes la Ronzière de Montbrizon, valet à feu Mr de Sérière et qui avait demeuré au Mazaribal jusques à quelque temps après sa mort ; il amenait une sienne sœur cadette et belle, à cheval, chez une sienne tante de la Roche ; il ne douta pas que nous fissions ce voyage pour sortir. De là au Monistrol 1 l., où nous trouvâmes près de la ville des filles qui en revenaient du marché et allaient à St Didier37 leur lieu, où elles nous dirent y avoir des gens de la Religion, aussi bien qu’à 2 lieues du Puy. A un cabaret sous le chemin, bu 2 s., à St Feréol38 2 l., à Firminy ½ l., couché bien à 10 s.
Le mardi 11, au lieu de passer à St Etienne de Forez, nous passâmes au Chambon39, où nous trouvâmes dans tout ce pays des forgerons, à cause de la grande quantité de mines de charbon qui sont par tout ce pays-là, quelques-unes desquelles nous allâmes voir par curiosité. Au Chambon est ce Mathieu Canel, fils de Annet Canel si fameux pour ses couteaux. À la Varizelle40 2 l., à St Chaumont41, qui me parut un des plus beaux lieux que j’eusse jamais vu ; la rue, bordée de maisons des deux côtés, est extrêmement longue : dépensé à dîner 7 s., à Rive de Gey42 2 l., à la grande Varizelle43, quoi qu’en effet la plus petite, 1 l. 4 s., à la petite Varizelle, à Batard44 couché 9 s.
Le mercredi 12 à Lyon, dîné au faubourg St George 6 l. 6 s. d’où Batard n’est que trois lieues. Jusqu’ici dépensé environ cinq livres : sans compter rien du pays, dont j’ai laissé les mémoires.
Après avoir dîné j’allai voir Mr Locher, dont Mr Gallatin45 m’avait donné le nom à St Germain et de quelques autres, que j’avais couché dans un papier en lettres de chiffre pour n’être connus que de moi. Mr Locher m’envoya chez Mlle Bazin46 près du Bât d’Argent, qui nous envoya par sa servante papiste chez la Dame Maurice, au haut de la rue de l’Arbre Sec, catholique, fort bonne personne et son mari aussi qui était charpentier. Nous y couchions et vivions là devant, chez Catherine, rôtisseuse, au plus doucement que nous pouvions.
Le jeudi l’on fit la procession, à la Fête-Dieu. J’avais bien vu des processions, mais non pas de si grandes, ni tant d’idoles adorées.
Le dimanche 16 juin, Me Lambert, balancier demeurant à St Thomas d’Aquin, rue Mercière, dit à Mle Bazin qu’il nous avait trouvé un guide pour nous conduire à Genève ; nous fumes l’attendre devant le collège des Jésuites47 à l’issue de la messe ; c’était un certain Isaac Dutremble, cadet, pelletier, du Bourgneuf48, près de la Madeleine et des Trois Degrés ; homme de petite stature. Je lui promis pour moi et pour mon frère 50 #49 que je consignai en sa présence entre les mains de Mr Boisson marchand drapier, au haut de la rue Longue, près du Plâtre ; cet imposteur traita encore avec Sr Jean Brunet de Moulines50, vallée de Queyras en Dauphiné, qui venait de Montauban, où il avait laissé son père marchand ; et avec Etienne Peyre, cordonnier de Ste Affrique. Nous partîmes le lundi après midi 17 juin, après avoir bu un pot de bière aux Terreaux, que je payais ; étant arrivés à Caluire, village au-delà de la Croix-Rousse, il feignit vouloir prendre des vivres pour vivre par le chemin sans entrer dans les lieux ; et soutint que lesdits Brunet et Peyre lui avaient promis de lui donner en partant 4 # chacun pour la dépense jusqu’à Genève ; qu’il en voulait autant de moi et de mon frère ; j’insistai longtemps au refus ; mais feignant de nous vouloir quitter si je ne m’y accordais pas, je lui donnai pour nous deux huit livres, et feignant d’aller à Caluire acheter à vivre, il s’épousta vers Lyon, s’étant dérobé de Peyre qui était avec lui, et emporta l’argent et ce qu’il avait acheté51. Nous attendîmes jusqu’au soir et retournâmes vers Lyon et soupâmes à la Croix-Rousse ; ayant avant que de partir payé le lit à la Dame Maurice pour nous deux 12 l. 6 s.
Le mardi 18 l’on rompit à la place des Terreaux un homme de la ville qui, revenant d’une dévotion de quelques lieues de la ville où il était allé le dimanche 16 pour guérir de la gale, à son retour trouva chez soi que sa femme avait évadé quelques meubles ou linge qu’elle avait vendu, à son avis, pour boire avec une sienne sœur enceinte et une voisine. Il commença à gronder sa femme, et la voulant battre, sa belle-sœur et sa voisine s’y opposèrent ; mais il mit à la main un couteau tranchet de cordonnier, et en tua ces deux femmes, l’une desquelles était enceinte et ainsi tua trois personnes ; ce qui arriva à la rue des Quatre Chapeaux. On le prit, le lendemain on le jugea, et le mardi, étant conduit sur l’échafaud, il reçut du bourreau deux coups de barre de fer sur chaque jambe, autant sur chaque bras, et trois sur la poitrine, et le bourreau descendit ensuite pour l’étrangler par une corde qui descendait sous l’échafaud. Est à noter que le prieur des Pénitents, à qui on l’avait donné pour le consoler, lui montrait sur l’échafaud une croix de bois, en criant toujours : Jésus !, bien que le bourreau lui eut mis un mouchoir sur le visage ; pendant donc qu’il lui criait Jésus ! en lui présentant la croix, le bourreau d’un coup de barre lui fit sauter en pièces son crucifix, au grand scandale de tous ces bons papistes qui remplissaient les Terreaux et les fenêtres, qui voyant sauter leur Jésus en pièces, en faisaient mille signes de croix.
On nous dit que ce même jour, un archer de prévôt avait coupé le col à sa femme, et s’était allé réfugier entre les mains de son maître, je ne sais ce qu’on en a fait.
Avant cela un dimanche matin, un homme de Crémieu s’était coupé ses parties honteuses. On le fait traiter pour guérir, et on croit qu’on l’exécutera pour s’être ainsi désespéré.
L’on faisait aussi espérer que l’on brûlerait vif dans une cage de fer un homme qu’on accusait d’avoir volé l’église de la Croix-Rousse, le vendredi d’après la Fête-Dieu 14 dudit [mois], mais on ne l’a pas convaincu.
Le samedi 22 juin, étant devant l’église de St Jean de Lyon, nous y rencontrâmes les sieurs Gervais Capou du Capou mon voisin, son beau-frère Jean Coulon et son cousin Gervais de St Jean52, qui revenaient du côté d’Orléans, ayant fait quatre ou cinq cents lieues pour sortir du royaume sans l’avoir pu. Par bonheur, Mr Tourton app. [apothicaire] de Villedieu d’Annonay, me mit en main Pierre Perier du village de Grenay53 du haut Dauphiné à 4 lieues de Lyon, avec lequel nous traitâmes à deux cents livres, onze livres d’étrennes et la dépense de bouche ; laquelle somme nous consignâmes entre les mains de mr de Verne, marchand confiseur à la Lanterne.
Et parce que de nous sept chacun n’avait pas sa part d’argent pour fournir les 30 # 3 s qu’elle se montait, et que nous étions tous bien aise de nous tirer de cette cruelle inquiétude, je priai ceux qui en avaient d’en fournir pour ceux qui n’en avaient pas, dont je les cautionnai, sous l’espérance et les promesses qu’ils me firent qu’étant à Genève ils me les rendraient par le moyen de leurs connaissances et de leurs amis ; c’est ici ce que chacun a fourni :
[en marge : me doit 10 # 6s. ci-dessous]
Sr Jean Brunet marchand de Molines près Briançon, vallée de Queyras 15 #
Sr Jean Gout du Pompidou, n’a fourni que 25 #
Sr Jean Coulon de Tornac 2# 6s. de surplus, savoir 33#
Moi ou mon frère, manque 2# 6 s. fourni 58#
Sr Louis Gervais Capou 16# 17 s. de trop savoir 47#
Sr Capou Gervais de St Jean 2# 17 s. de trop savoir 33#
---
211#
Nous résolûmes en partant de faire notre dépense en commun, et j’ai toujours fourni et le sr Capou a écrit.
Nous partîmes de Lyon le samedi soir 22 juin 1686 et allâmes coucher à Grenay, chez P. Perier notre guide, où nous séjournâmes tout le dimanche 23 pendant qu’il était à la messe. Nous partîmes après souper et marchâmes toute la nuit et dormions le jour. Le mardi nous dînâmes à la montagne de l’Epine54, neuf personnes bien grassement pour 20 s.
Le jour nous nous reposions dans les bois et la nuit nous marchions, en sorte qu’étant dans la Savoie le mercredi à mon avis, mon frère se jeta dans un puits d’eau, et gâta un étui de rasoirs et un livre qu’il avait à la poche.
Nous arrivâmes au pont d’Arve à Genève la nuit du mercredi, et lorsque le pont-levis fut baissé le matin et la porte ouverte, nous y entrâmes le jeudi XVII55. 27. juin 1686 et l’on nous bailla un billet à la consigne pour aller loger au Soleil Levant, chez Mr Durand hôte, ou Mr Joly chamoiseur du pont du Rhône nous paya le déjeuner à tous.
Ne faut pas omettre que la nuit que nous arrivâmes, après avoir passé St Julien56, où les gardes de la douane ou du sel pouvaient nous arrêter, et nous croyant en sûreté, nous chantâmes le Ps [aume] 118 Rendez57...

Haut de page

Notes

1 « Mémoires d’un réfugié, instituteur dans le pays de Vaud », BSHPF, 1879, p. 451‑459.

2 « La fin heureuse de Jeanne Faisses, réfugiée en Suisse et morte à Chavornay, le 14 juin 1688 », ibid., p. 155‑170.

3 Ibid., 1877, p. 461‑472.

4 Bibliothèque de Genève (ex BPU), manuscrits Court, volume 43. Il y a également une copie de ce manuscrit à la Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme (cote Ms 228). Le pasteur Antoine Court, considéré comme le restaurateur du protestantisme en France à partir de 1715, avait accumulé les documents en vue de la rédaction d’une histoire de la guerre des Camisards et, plus largement, des protestants français.

5 Le chapitre des Mémoires de Pierre Faisses consacré à sa généalogie, dont nous ne reprenons que quelques indications, a été intégralement publié par Jean-Luc Chapelier dans le bulletin de l’ACGV, Généalogie en Cévennes, nº 97, août 2012.

6 Pierre Durand fut déporté « aux îles de l’Amérique » en 1687. Charles Bost, « Pierre Durand, régent d’école aux Cévennes (1630‑1690 ?), Pierre Faisses et autres régents cévenols », BSHPF, 1964, p. 233‑254 et 1965, p. 23‑52.

7 Petite maison dans laquelle on faisait sécher les châtaignes.

8 Leur nombre a été longtemps sous-estimé. Les archives de l’intendance de Montpellier renferment des listes de l’année 1687, dressées pour préparer la déportation en Amérique des récalcitrants, qui révèlent leur importance numérique (Archives départementales de l’Hérault, C 281 et C 282).

9 Jean-Paul Chabrol, François Vivens, 1664‑1692, prédicant au Désert, Nîmes, Alcide, 2009.

10 Ordre « évidemment faux » selon Charles Bost, Les prédicants protestants des Cévennes et du Bas-Languedoc, rééd. Presses du Languedoc, 2001 [1912], t. 1, p. 128.

11 Les sous-titres sont de Pierre Faisses. La graphie a été modernisée par nos soins.

12 Dans la paroisse de Sainte-Croix-de-Caderles, au sud de Saint-Jean-du-Gard, près du château de Montvaillant. Cette propriété appartenait à la mère de Pierre Faisses, Anne Laroche ou Roquète.

13 Dauphine Faisses, épouse de P. Fontanes d’Anduze. Pierre Faisses dit d’elle, au début de son Mémoire : « elle a passé pour une belle fille et une belle femme ».

14 Les « routes » étaient des itinéraires, la plupart du temps écrits, avec indication des distances, des points dangereux ou à l’inverse des auberges sûres, etc.

15 D’Alès au Puy, Pierre Faisses emprunte le « chemin de Regordane », l’une des routes les plus importantes et les plus fréquentées du Languedoc. Nous consacrerons une note aux seuls noms de lieux peu connus ou problématiques. Carte moderne du tracé de ce chemin de Regordane dans le numéro Hors-série nº 20 de la revue Patrimoine 30, octobre 2008, p. 2, ainsi qu’une carte ancienne (non datée), p. 7.

16 La lieue correspondait à environ 4 km.

17 Hameau de la commune de Laval-Pradel (30), sur la D 358.

18 Lieu-dit ne figurant pas sur les cartes IGN, mais présent sur la carte de Cassini entre la Tuilière et le Pradel.

19 Nous avons conservé les abréviations utilisées par Pierre Faisses : s. pour sol, d. pour denier, l. pour lieue.

20 Vielvic, commune de Saint-André-Capcèze (48).

21 A 500 mètres à l’est de Saint-André-Capcèze.

22 Aujourd’hui sous les eaux du lac de Villefort.

23 La Molette sur la RD 906, commune de Prévenchères (48).

24 La Bastide-Puylaurent (48).

25 Pranlac, commune de Luc (48).

26 Village de la commune de Landos (Haute-Loire), situé à près de 1100 mètres d’altitude. À partir de Pradelles et jusqu’à Rive-de-Gier, l’ancienne route pour Lyon suit en gros le tracé de la N 88.

27 Costaros (43).

28 Bizac (43).

29 Erreur du manuscrit pour Brives-Charensac !

30 Hameau de la commune de Saint-Étienne-Lardeyrol (43).

31 Le Pertuis (43). On voit parfaitement sur la carte IGN au 25 000e le tracé de l’ancienne route entre Montferat et le Pertuis, presque parfaitement rectiligne, alors que l’actuelle N 88 fait un large détour au sud par Saint-Hostien.

32 À l’ouest d’Yssingeaux (43).

33 Yssingeaux (43).

34 Saint-Maurice-de-Lignon (43).

35 Au sud de la commune de Monistrol-sur-Loire (43).

36 Confolent, à l’extrême est de la commune de Beauzac (43).

37 Saint-Didier-en-Velay (43).

38 Saint-Ferréol-d’Auroure (43).

39 Le Chambon-Feugerolles (42).

40 Hameau au sud-ouest de Saint-Chamond (42), indiqué la Petite Varizelle sur la carte de Cassini.

41 Saint-Chamond (42).

42 Rive-de-Gier (42).

43 Sur la D 342, entre Saint-Jean-de-Toulas et Saint-Maurice-sur-Dargoire (69).

44 Le Bâtard, commune de Taluyers (69), sur la D 42.

45 P. Faisses avait rencontré Mr Gallatin, noble genevois « du château royal de Genève » à St-Germain-de-Calberte, le 21 ou 22 avril 1686. Il était le frère d’Anne de Gallatin, épouse de Jean-Jacques Ducros, pasteur du village, qui avait abjuré. Il était venu pour emmener sa sœur, qui avait fini par abjurer elle aussi, à Genève, ce qu’il réussit à faire (d’après Faisses dans un passage antérieur de sa relation). Un Gallatin de Genève a émigré aux État-Unis en 1780 et y a mené une carrière politique (entre autres il devint sénateur, secrétaire au Trésor, ambassadeur) et intellectuelle.

46 C’est vers l’une des demoiselles Bazin que fut envoyé Jean Valat cherchant un guide (Jean Valat, Mémoires d’un protestant du Vigan. Des dragonnades au Refuge (1683‑1686), Les Editions du Paris, 2011).

47 Collège de la Trinité, actuel Lycée Ampère.

48 Bourgneuf en Savoie ?

49 # : livres.

50 Molines-en-Queyras (05).

51 Le guide indiqué par les demoiselles Bazin à Jean Valat se trouva lui aussi être un escroc ! On peut penser que beaucoup de guides étaient de mèche avec les « rabatteurs » (dont la ou les demoiselles Bazin) et partageaient avec eux les bénéfices !

52 Probablement Saint-Jean-du-Gard.

53 Dans l’Isère.

54 Col de l’Epine près de Nances (73).

55 À Genève, le calendrier julien était encore en usage, et la date était le 17 juin 1686, le 27 étant la date du calendrier grégorien utilisé en France.

56 Saint-Julien-en-Genevois.

57 « Rendez gloire au Seigneur, parce qu’Il est bon, parce que sa Miséricorde est éternelle. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Itinéraire de Pierre Faisses d’Anduze à Genève par Le Puy, Lyon et la Savoie (juin 1686)
Crédits Cartographie Pierre Rolland
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rolland, « Des Cévennes à Genève : l’itinéraire de Pierre Faisses en 1686 »Diasporas, 20 | 2012, 31-40.

Référence électronique

Pierre Rolland, « Des Cévennes à Genève : l’itinéraire de Pierre Faisses en 1686 »Diasporas [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.3023

Haut de page

Auteur

Pierre Rolland

Cartographe de profession, Pierre Rolland est également un historien des camisards, et plus largement de la résistance des protestants du Languedoc à la révocation de l’édit de Nantes et de la répression qui les a frappés. Il a publié notamment Dictionnaire des Camisards, Montpellier, Presses du Languedoc, 1995, et Chronique des luttes religieuses en hautes Cévennes 1550-1740. Lamelouze et Saint-Martin de Boubaux, Presses du Languedoc, 2002, et prépare un dictionnaire des galériens protestants aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search