Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Itinéraires juifs et sionistesJuif, allemand, sioniste : itinér...

Itinéraires juifs et sionistes

Juif, allemand, sioniste : itinéraire(s) du mathématicien Adolf Abraham Halevi Fraenkel (1891‑1965)

Jew, German, Zionist. Itinerary/ies of the mathematician Adolf Abraham Halevi Fraenkel (1891‑1965)
Dominique Trimbur
p. 85-100

Résumés

Fraenkel est un homme aux profils divers, qui composent un personnage complexe et remarquable. L’article revient sur sa/ses destinée(s) : Juif religieux, Juif allemand, mathématicien, mathématicien juif allemand, professeur d’université, sioniste, homme de passage(s), avec des allers-retours entre ses origines et le devenir qu’il choisit ; de ses débuts en Allemagne à sa carrière israélienne, en passant par son installation en Palestine au tournant des années 1920‑1930.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est à ces divers titres qu’existent à son propos des notices, publiées ou disponibles sur Interne (...)

1Certains itinéraires personnels s’identifient étroitement à l’Histoire, ou pour le moins à l’histoire d’un groupe de population ou d’un mouvement. La communauté juive allemande d’avant 1933 et le sionisme regorgent de tels profils, qui présentent des typologies semblables, même si tout parcours individuel se distingue des autres. Il en va ainsi du mathématicien juif allemand Adolf Abraham Halevi Fraenkel, dont nous nous proposons de reprendre ici la destinée, après avoir mentionné le personnage au détour d’anciennes contributions. La présentation qui suit s’appuie sur des documents d’archives, sur ses propres contributions autobiographiques et diverses notices biographiques qui illustrent ses divers profils : Juif, Juif allemand, mathématicien, mathématicien juif allemand, professeur d’université, sioniste1. Elle s’appuie enfin sur la littérature secondaire qui correspond également à ses divers titres et fonctions. Homme de passage(s), personnalité à plusieurs dimensions qui se recoupent, sans vraiment se distinguer, avec des allers-retours entre ses origines et le devenir qu’il choisit, le parcours de Fraenkel est à la fois typique et en rupture par rapport à d’autres personnes aux destins proches. Une progression chronologique permettra dans les pages qui suivent de retracer la formation de sa pensée, religieuse et sioniste, et d’observer sur le long terme l’application de cette pensée ; avec pour moment pivot celui de son installation en Palestine, définitive à partir du début des années 1930.

Portrait d’Adolf Abraham Halevi Fraenkel

Portrait d’Adolf Abraham Halevi Fraenkel

Formation d’une pensée religieuse et sioniste

  • 2 Abraham A. Fraenkel, Lebenskreise — Aus den Erinnerungen eines jüdischen Mathematikers, Stuttgart, (...)
  • 3 Fils de Sigmund Fraenkel, industriel de la laine, très engagé dans la vie communautaire juive de Mu (...)
  • 4 Michael Brenner, « Warum München nicht zur Hauptstadt des Zionismus wurde – Jüdische Religion und P (...)
  • 5 Il fait partie du Club alpin allemand ; une fois établi en Palestine il pratique également la rando (...)

2Comme il l’affirme régulièrement avec force, au long de sa vie et in fine dans ses mémoires, qui paraissent à titre posthume2, et comme il ne s’en cache pas (la plupart des photos que l’on connaît de lui le montrent portant une kippa noire), Adolf Abraham Halevi Fraenkel est issu d’un milieu juif orthodoxe ; un milieu qui demeure le sien jusqu’à sa mort. Né à Munich en 18913, il grandit dans la ville dont la communauté juive a eu l’originalité, entrée dans l’histoire, de refuser que se tienne sur le territoire de la capitale bavaroise le premier congrès sioniste, contrecarrant ainsi les plans de Theodor Herzl, qui se rabat sur Bâle, devenue ainsi la première capitale du mouvement sioniste4. Après une scolarité publique, mais ayant reçu un enseignement d’hébreu dès l’âge de 5 ans, sa formation universitaire en Allemagne est classique pour l’étudiant brillant en mathématiques qu’il est. Son parcours sans accrocs le mène dans les universités de Munich, Berlin, Marbourg (où il effectue son doctorat, soutenu en 1914, et son habilitation, soutenue en 1916, alors qu’il est au front) et Breslau. Sa carrière universitaire s’effectue sans encombre. Il enseigne dans l’une des universités où il a fait ses études, Marbourg, comme maître de conférences d’abord (1916), puis comme professeur (1922). Après plusieurs années, il est élu professeur de mathématiques à l’université de Kiel (1928). A partir de 1914, il est membre de la prestigieuse et puissante Association des mathématiciens allemands (Deutscher Mathematiker verein, DMV). Allemand, il l’est aussi par sa Wanderlust, la pratique très régulière qu’il a de l’alpinisme et de la randonnée5.

  • 6 Il travaille dans le service météorologique des armées, et produit des études scientifiques au prof (...)
  • 7 Fraenkel, Lebenskreise, op. cit., p. 130 et sq. Comme les autres populations de la Palestine pendan (...)

3Orthodoxe, il a tout, a priori, pour l’éloigner du sionisme, dans le cadre bien connu de l’opposition ferme de la frange la plus observante du judaïsme qui se refuse à accepter que des hommes puissent s’imaginer réaliser le dessein divin. Fraenkel semble toutefois diverger par rapport aux positions les plus fermées. Dès la Première Guerre mondiale, même s’il est un soldat allemand engagé6, il a en effet la tentation de la Palestine : il tente de servir parmi les troupes allemandes qui se battent aux côtés des Ottomans sur le front de Palestine, sans succès. Soucieux du sort des Juifs sur place, il entre dès 1916 dans le mouvement sioniste7. II en arrive donc à la conclusion logique : sa destinée de Juif se trouve non pas en diaspora, mais en Palestine juive, dans le cadre du projet sioniste. Et au printemps 1926, il séjourne quelques mois en Palestine.

  • 8 Der Jude, 1918, Heft 8/9, « Praktisches zur Universitätsgründung in Jerusalem », p. 404‑414.

4Son option pour le sionisme ne peut toutefois pas passer par le modèle standard qui achève alors de se mettre définitivement en place. Où l’on retrouve un personnage entre deux eaux, entre plusieurs mondes, avec à terme pour lui des passages et des ruptures, mais aussi l’impossibilité de vraiment franchir certains caps. Son aspiration trouve une orientation naturelle : c’est l’incarnation intellectuelle du projet, en l’occurrence l’Université hébraïque. Celle-ci fait l’objet de réflexions précoces de sa part. Certes, elle prend alors son propre chemin : pose de la première pierre, juillet 1918, inauguration en avril 1925, avec entre-temps mise en place de plusieurs instituts, dont l’important Institut d’études juives. Mais elle est alors en plein devenir, et il est encore possible de lui donner des orientations qui soient compatibles avec d’autres mouvances du sionisme que la seule tendance culturelle. Fraenkel ne fait pas partie des instances dirigeantes de l’établissement, mais il n’hésite pas à donner son avis sur ce que doit être et devenir l’établissement sioniste d’enseignement supérieur. Il produit plusieurs écrits précisant ses idées personnelles à l’égard de l’établissement. Dans un article qu’il publie dans la revue de Martin Buber, Der Jude8, il énumère les matières qui devraient être enseignées à l’Université hébraïque (en n’oubliant pas les langues vivantes), et promeut les séjours sabbatiques à l’étranger, afin que les enseignants de l’établissement en cours de formation actualisent régulièrement leurs connaissances par une confrontation avec leurs collègues. De même, il s’intéresse d’emblée à la problématique linguistique : en ce qui concerne les livres qui serviront à l’enseignement, dans un premier temps il est clair qu’il faut se servir d’ouvrages en langues européennes ; avant que des manuels en langue hébraïque soient disponibles. Mais l’on doit tout de suite se servir du personnel enseignant des écoles hébraïques déjà existantes pour trouver des termes hébreux correspondant au vocabulaire scientifique ; étant entendu que les vocables latins ou grecs reconnus de manière universelle seront aussi intégrés dans la langue hébraïque.

  • 9 The Jewish Forum : « The Jewish University in Jerusalem (From the Viewpoint of Orthodoxy) », janvie (...)
  • 10 Fraenkel va même jusqu’à consulter une autorité rabbinique pour étayer son point de vue. Une telle (...)

5Six ans plus tard, il poursuit ses réflexions dans la revue juive new-yorkaise, The Jewish Forum9. Il développe ses propositions d’enseignement, en souhaitant que l’Université hébraïque soit adaptée aux besoins de la Palestine juive : certes, il est attaché aux sciences pures, mais le Peuple du livre – et ses enfants – a dans un premier temps surtout besoin de sciences appliquées : économie, pédagogie, la science pure, dure, pouvant attendre. En parallèle, il met à nouveau en avant la question linguistique, partie intégrante de sa réflexion et de l’évolution de l’établissement. L’intellectualisme est à éviter, pour ne pas établir un décalage entre les jeunes générations, les fils de pionniers, et leurs parents. Soulignant que la culture arabe ne doit pas être laissée de côté, il revient sur ses propres préoccupations religieuses, ce qui se retrouve dans l’intitulé même de ses contributions. Au moment où est mis en place l’Institut d’études juives, il prévient : selon lui, la tendance qui s’esquisse risque de transformer le judaïsme en un simple objet d’enseignement, avec au bout du compte le danger d’un décalage entre l’Université et le judaïsme. Le danger est accru par le fait que les pionniers arrivés récemment en Palestine ont été éloignés du judaïsme par les événements des dernières années qui ont prévalu à leur propre émigration (guerre, révolutions…), en rupture avec les générations passées. Sa conclusion est claire : l’Université se doit de revenir aux sources, après que la diaspora a justement signifié une dispersion. Et il en appelle à ce que le monde orthodoxe encourage et soutienne l’établissement : il ne doit pas y avoir opposition systématique de sa part, et à rebours on ne peut pas laisser l’Université aux seuls Juifs qui s’opposent au judaïsme traditionnel. L’orthodoxie doit se mobiliser, pour ne pas laisser passer la chance d’exercer là une influence, ce qui éviterait une évolution fatale : c’est pour cela que Fraenkel en appelle à la création d’études juives au sens propre, traditionnel, du terme, ce qui pourrait passer par la mise en place de facultés théologiques au sein de l’établissement10.

  • 11 De façon symptomatique, il termine son article de mai 1924 par cette formule qui signifie son ident (...)
  • 12 Cf. nos propres contributions : « Science et religion, science et culture juive : le cas de l’Unive (...)
  • 13 Fraenkel est membre du parti Mizrahi dès le début des années 1920 (Lebenskreise, op.cit.).
  • 14 William N. Brinner, Moses Rischin (Ed.), Like All the Nations ? The Life and Legacy of Judah L. Mag (...)
  • 15 Notre contribution : « Les racines allemandes de l’Université hébraïque », in Dominique Bourel, Gab (...)

6Après les réflexions, on assiste de la part de Fraenkel à la volonté de passer à l’acte, en tout cas de franchir une nouvelle étape de sa vie et de sa carrière. Il est intéressant de relever que les articles qui viennent d’être mentionnés ne comportent pour désigner le prénom de l’auteur que l’initiale : le « A. » semble déjà indiquer un passage du très germanique « Adolf » à l’hébraïque « Abraham ». Fraenkel paraît alors concrètement se diriger vers une alyah, une immigration en Palestine mandataire britannique qui aurait un but précis, son intégration dans l’Université hébraïque11 . Cette démarche demeure toutefois dépendante de la quête de conseils qui est coutumière du Juif orthodoxe qu’est Fraenkel. De la même manière qu’il avait accompagné son argumentation de l’article du Jewish Forum d’une consultation auprès d’un rabbin, l’idée de donner suite à une proposition de recrutement à l’Université hébraïque fait l’objet d’une consultation de sa part auprès du grand rabbin de Palestine, Avraham Kook. En l’occurrence, la démarche traditionnelle – prendre conseil avant d’opter pour un tournant dans sa carrière, lui qui vient tout juste d’être élu comme professeur de mathématiques à Marbourg – prend une dimension plus complexe. De fait, sa demande d’un avis, sinon d’une autorisation d’entrer à l’Université hébraïque, est d’une part une démarche personnelle. Mais elle s’inscrit également dans le cadre général de débats qui président à la configuration que connaît alors l’établissement : quelle tournure doit prendre cette université d’un type nouveau, juif et scientifique à la fois, culturellement juif sans être un établissement religieux12 ? La nomination potentielle de Fraenkel à l’Université hébraïque répond certes à une forte aspiration de sa part : exercer son métier sur la terre de ses ancêtres, c’est une approche professionnelle et politique – sioniste – à la fois. Il n’en reste pas moins qu’il est hésitant face à la nature même de l’établissement : dès 1918 et 1924, il s’interroge sur la valeur d’un établissement hétérodoxe implanté au cœur de la région la plus chère au judaïsme. Et ses doutes sont renforcés à partir du moment où il est question qu’il le rejoigne : certes c’est une université hébraïque, juive, mais elle s’affiche laïque. Ne va-t-il pas là mettre son judaïsme à l’épreuve, voire risquer de le perdre ? C’est l’objet d’une lettre qu’il adresse au grand rabbin de Palestine, qui incarne l’intégration nécessaire du religieux dans la Palestine sioniste, le « sionisme religieux », qui cumule les deux aspects : centralité de la terre d’Israël, retour des Juifs comme début de la rédemption, matérielle par les sionistes, spirituelle par les Juifs observants13. En réponse, A. Kook encourage Fraenkel à franchir le pas : il ne faut pas qu’il refuse d’en être, afin d’éviter que les orthodoxes en soient absents ; et il faut qu’il en soit, pour élever le niveau spirituel de l’établissement. Sa destinée personnelle n’est pas la seule motivation de la consultation qu’il lance. Il y a chez lui alors le souhait d’appliquer les idées énoncées dans ses écrits antérieurs et immédiatement contemporains, et d’agir pour que l’établissement, dont on sait qu’il est placé sous une domination anglo-saxonne, incarnée par le chancelier des débuts, Judah Magnes14, conserve les caractéristiques qui sont les siennes dans cette phase de départ, et qui illustrent la forte influence germanique qu’ont voulue ses promoteurs15.

7Après cette montée en puissance, il faut toutefois attendre quelques années avant que l’idée de Fraenkel ne prenne corps. Une nouvelle démarche de sa part a lieu à la fin des années 1920, au moment où l’Université hébraïque s’est stabilisée et où se met en place une conjonction intéressante.

La pensée en application : établissement en Palestine/Israël

  • 16 Shmuel Y. Agnon, Shira, Syracuse, Syracuse University Press, 1989.

8Fraenkel s’établit à Jérusalem en deux temps : il y séjourne d’abord de 1929 à 1931, puis définitivement à partir de 1933. Il demeure dans l’entre deux qui semble longtemps le caractériser. À la manière des personnages du roman Shira, de Shai Agnon16, il incarne l’élite intellectuelle sioniste d’origine allemande, puis autrichienne, qui s’établit à cette époque en Palestine, pour la plupart contrainte et forcée, puisqu’elle fuit les persécutions antisémites du Troisième Reich. Fraenkel est d’une part en rupture avec son monde d’origine et s’engage fermement dans la réalisation des idées qu’il avait théorisées au cours de la décennie précédente ; forte contribution au projet national, en participant notamment à divers organes sionistes dont la vocation est éducative. Mais en même temps, il demeure étroitement attaché à ce monde.

  • 17 Maximilian Pinl, « Kollegen in einer dunklen Zeit Teil III », in Jahresbericht der Deutschen Mathem (...)
  • 18 Shmuel Hugo Bergman, Tagebücherund Briefe, vol. 1, 1901‑1948, Herausgegeben von Miriam Sambursky mi (...)
  • 19 Archives de l’Université hébraïque, Dossier Fraenkel, I, lettre de Fraenkel, Kiel, à Magnes, 22 mai (...)
  • 20 Meir Zelcer, « A.A. Fraenkel’s Philosophy of Religion : A Translation of ‘Beliefs and Opinions in L (...)

9Son engagement est multiforme. Il relève tout d’abord de son domaine d’expertise, les mathématiques. Dans son enseignement et dans sa recherche, Fraenkel s’intéresse à l’histoire des mathématiques, et il est connu comme théoricien des ensembles17. Sa recherche mathématique inclut également une dimension religieuse. Homme de science, conformément à ses préoccupations initiales il demeure pétri de religion. À ce titre, il met sur la balance la Torah et la science. Dans le domaine des mathématiques, l’enseignement selon Fraenkel doit être aussi doté de caractéristiques juives. La religion n’est jamais éloignée de l’instruction qu’il dispense et de ses recherches. Il poursuit une pratique religieuse stricte et souhaite renforcer une présence religieuse au sein de l’Université, dans l’idée d’y instaurer in fine un séminaire rabbinique18. Penseur (il collabore au département de philosophie avec un enseignement sur les aspects mathématiques de cette discipline), il s’intéresse aux calendriers et aux mathématiciens juifs. Dans le domaine dont il est ici question, il suggère dès avant d’occuper son poste de donner un enseignement « à propos des relations entre le judaïsme et les mathématiques »19. Fraenkel est enfin à retenir pour un essai qu’il publie en hébreu en 1930 : Croyances et opinions à la lumière des sciences naturelles20. Dans son souci de concilier science et religion, il postule et conclut sur une réalité qui doit s’imposer à tout chercheur de sciences exactes : la Torah est éternelle, pas la science ; la science peut se servir de la Torah pour appréhender les nouveaux aspects auxquels elle est confrontée. C’est donc la Torah qui a le premier et le dernier mot.

  • 21 Archives de l’Université hébraïque, Jérusalem, Dossier Correspondance avec des organisations 1931, (...)
  • 22 Voir par ailleurs nos contributions citées. À noter du côté officiel les personnalités marquantes : (...)

10Fraenkel est aidé par les autorités allemandes pour son recrutement à Jérusalem. Pour l’Allemagne officielle, il s’agit de maintenir le caractère germanique de l’Université hébraïque, instrument potentiel d’influence, avec un corps enseignant dont la composition est majoritairement allemande21. Après plusieurs initiatives dues à une conjonction favorable entre les autorités officielles allemandes et des responsables communautaires ou des mécènes juifs22, l’installation d’un Allemand comme professeur de mathématiques et d’un enseignement d’allemand constitue une sorte de couronnement d’une évolution logique.

  • 23 V. plus haut.

11Le recrutement de Fraenkel à l’Université hébraïque est le résultat de l’intérêt combiné germano-sioniste. En 1929, il est contacté par le Chancelier de l’Université, Judah Magnes, ce qui est vivement salué par le ministère allemand des Affaires étrangères, l’Auswärtiges Amt. De fait, une présence allemande supplémentaire au sein de l’Université hébraïque est perçue par la partie officielle allemande comme un atout important. L’Auswärtiges Amt considère alors que ce serait une erreur de ne pas laisser partir Fraenkel pour la Palestine, lui qui serait là un excellent agent d’influence. Des preuves suffisantes de ses bonnes dispositions envers l’Allemagne existent. Dans l’article qu’il publie en 191823, il mentionne ainsi l’enseignement des langues modernes à l’Université hébraïque, allemand compris ; il s’y montre également très conscient de l’absence de littérature spécialisée en hébreu, ce qui concerne en particulier les sciences naturelles : pour cela, il faut utiliser à l’Université hébraïque des ouvrages allemands, pratique d’ailleurs tout à fait courante à cette époque au Technion, l’école d’ingénieurs de Haïfa.

  • 24 Université hébraïque de Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte nº 3 Univers (...)
  • 25 Archives d’État d’Israël, RG 67 (Archives du consulat général allemand de Jérusalem, par la suite : (...)

12L’allemand est aussi une possibilité de dépasser les rivalités au sein de l’Université. Fraenkel est ainsi très rapidement sollicité par l’Allemagne pour contribuer à la pérennisation des habitudes allemandes parmi l’intelligentsia de Palestine24. Cette tâche doit notamment se traduire par la lutte contre l’américanisation menaçante de l’Université, selon certains incarnée par Magnes, qualifié de Juif new-yorkais25.

  • 26 Archives du ministère allemand des Affaires étrangères, Berlin (par la suite : PA/AA), Abt. III, Pa (...)
  • 27 Archives de l’Université hébraïque, Dossier Fraenkel, I, lettre de l’AA à Magnes, 11 mars 1929, Sob (...)
  • 28 Pour une histoire détaillée de la création de l’enseignement de mathématiques, voir Shaul Katz, « B (...)

13Dans ces conditions, tout est fait pour rendre possible le départ immédiat de Fraenkel ; et ce, même s’il vient d’être nommé Professeur de mathématiques à l’Université de Kiel26. Divers ministères du Reich ou des Länder sont consultés parce qu’il est souhaitable, dans l’« intérêt politico-culturel » allemand, d’avoir Fraenkel comme représentant universitaire allemand à Jérusalem. Finalement, grâce à un congé de deux ans, Fraenkel est autorisé à quitter l’Allemagne, et il arrive à Jérusalem à l’automne 1929. L’Auswärtiges Amt souligne alors que l’Université est la grande gagnante dans l’affaire, puisque Fraenkel est la personne compétente pour occuper la chaire de mathématiques27. Dans l’esprit des diplomates de Berlin, le rôle principal du professeur doit être aussi celui d’un intermédiaire entre l’Allemagne et l’Université. Dans les faits, son recrutement à l’Université hébraïque est considéré comme une étape supplémentaire dans la germanisation de l’institution. Fraenkel est certes juif et sioniste ; mais c’est aussi un Allemand, qui dirige alors un Institut qui porte le nom d’un autre mathématicien allemand, Albert Einstein28.

  • 29 Sobernheim est aussi membre du Pro Palästina Komitee, un groupe de pression qui cumule l’intérêt po (...)
  • 30 Au bout du compte une relation amicale se développe entre Fraenkel et Nord, et le mathématicien fai (...)

14Les commanditaires et interlocuteurs de Fraenkel du côté allemand proviennent de plusieurs horizons. Tout d’abord, en tant que professeur allemand, Fraenkel dépend du ministère prussien de l’Éducation. Son interlocuteur est Carl Heinrich Becker, la personne habilitée à décider si Fraenkel peut partir pour la Palestine : orientaliste, Becker est convaincu de l’importance de la région pour la politique allemande, et comme membre du Pro Palästina Komitee il manifeste de manière continue son intérêt pour la région. En tant qu’Allemand de l’étranger, Fraenkel dépend de l’Auswärtiges Amt. À la Wilhelmstraße, son interlocuteur est Moritz Sobernheim29. Moritz Sobernheim, avec lequel Fraenkel correspond depuis le début des années 1920, est l’un des plus ardents partisans d’une progression de la place de l’Allemagne au sein de l’Université hébraïque. À Jérusalem même, c’est le consul général de l’époque, Erich Nord, autre membre du Pro Palästina Komitee, qui est l’interlocuteur de Fraenkel30.

  • 31 Pour ce qui concerne la politique culturelle allemande en direction de la Palestine à cette époque, (...)
  • 32 Notre article « Les racines allemandes.. », déjà cité.
  • 33 Surnom attribué en Palestine mandataire aux nouveaux immigrants d’origine allemande, ayant trait no (...)

15Ce dernier aide par ailleurs les autorités allemandes à introduire l’enseignement de l’allemand au sein de l’Université hébraïque31. Cet épisode est intéressant en ce qui concerne le profil de notre personnage. De fait, une telle entrée d’un enseignement de langue étrangère à l’Université hébraïque est une nouveauté pour l’établissement. C’est aussi un succès pour la politique culturelle de la République de Weimar, après que l’Allemagne eut été écartée de Palestine à la suite de la défaite ottomane ; avec la possibilité pour le pays de profiter de la foi sioniste dans le modèle académique allemand32. Mais dans ce succès un homme joue un rôle particulier : Fraenkel, avec démonstration de la persistance chez lui d’une position d’entre-deux. De fait, il vient de partir d’Allemagne et d’opter a priori définitivement pour une nouvelle patrie ; mais il semble qu’il ait quelque difficulté à couper les liens avec celle dont il provient, et dont il est en quelque sorte une incarnation, en tant que vrai jekke33.

  • 34 J. Magnes, Addresses by the Chancellor of the Hebrew University, Jérusalem, Hebrew University, 1936 (...)

16La Faculté des sciences humaines est inaugurée en octobre 1928. Elle ne consiste au départ qu’en quelques cours de littérature médiévale ; son développement est initié par le Chancelier de l’Université, Judah Magnes : ardent partisan du renforcement de l’enseignement de langues étrangères, il y voit un moyen de donner aux étudiants un esprit de « liberté politique et intellectuelle »34. Selon lui, il doit être possible d’entrer en contact avec des partenaires financièrement solides. Cette quête peut à son tour rencontrer l’intérêt de gouvernements étrangers qui favorisent pour leur part des contacts avec les futures élites de la région.

  • 35 Au départ, il propose également un enseignement des mathématiques en hébreu, en utilisant toutefois (...)
  • 36 Ibid., lettre de Fraenkel, Kiel, à Magnes, 22 mai 1929.
  • 37 ISA, Group 67, 1379 Enseignement d’allemand à l’Université hébraïque 1929‑1934 (boîte P 525), lettr (...)

17L’allemand devient la première langue étrangère enseignée à l’Université, à l’instigation de Magnes, de Hiram Pflaum (Peri), maître de conférences en littérature médiévale, et de Fraenkel. Immédiatement après son arrivée à Jérusalem, ce dernier émet le vœu d’enseigner dans sa langue maternelle, l’allemand. Il parle certes déjà l’hébreu, mais il a besoin d’un assistant qui traduise les termes mathématiques spécifiques35. Fraenkel va plus loin et propose même un enseignement en allemand « à propos des relations entre le judaïsme et les mathématiques »36. Par ailleurs, il évoque rapidement un éventuel enseignement d’allemand : la question fait l’objet de ses premières lettres au consul Nord37, soulignant le risque de déclin pour l’influence allemande en Palestine, particulièrement menacée par les rivaux français et anglais du pays. Selon lui, l’Auswärtiges Amt doit prendre conscience de ce risque et envisager le financement de cours d’allemand ou même d’une chaire d’allemand à créer à l’Université.

18Le fait que Fraenkel effectue cette proposition est remarquable. Non seulement il va avoir de grandes difficultés à trouver des moyens financiers dans une Allemagne aux prises avec une très grave crise économique, mais de plus cette proposition tranche avec ses idées antérieures. Sioniste convaincu, qui connaît l’hébreu depuis longtemps et promeut la renaissance juive en Palestine, c’est lui qui souhaite préserver l’esprit culturel allemand au Proche-Orient, au sein de la population juive. S’il semble souhaiter une solution rapide, c’est notamment aussi parce qu’au même moment est discutée l’éventualité d’une chaire d’anglais : selon lui, l’Allemagne ne doit pas rater cette occasion de démontrer à la puissance mandataire britannique ce qu’elle est en mesure de réaliser pour l’Université hébraïque.

  • 38 Ibid., lettre de Nord à Fraenkel, 27 décembre 1929.
  • 39 Archives de l’Université hébraïque, 49, Correspondance avec l’Allemagne 1925‑1930, lettre du Comité (...)
  • 40 Festschrift anlässlich der Feier des 25 jährigen Bestehens des Hilfsvereins der deutschen Juden, ge (...)

19Même si elle nécessite d’importants moyens financiers, la proposition de Fraenkel est reçue avec bienveillance par les diplomates allemands. L’Auswärtiges Amt n’est toutefois pas en mesure de procéder seul au financement de l’opération ; d’autres donateurs doivent encore être trouvés. Le consul Nord pense alors à une collaboration avec les Juifs allemands38. Selon lui, leur participation est tout à fait envisageable, dans la mesure où lors de la discussion sur le financement d’un nouveau poste académique par la communauté juive de Berlin, en avril 1929, il a été question de la « création d’une chaire de langue et littérature allemandes à l’Université hébraïque »39. Parmi les organisations judéo-allemandes, l’une d’entre elles se soucie particulièrement du bien-être des Juifs et de la diffusion de la langue allemande : le Hilfsverein der deutschen Juden40. Quelques personnalités déjà mentionnées sont en contact étroit avec cette association, comme Moritz Sobernheim, membre de son Comité central.

  • 41 L’Auswärtiges Amt adresse ses félicitations au consul Nord dès que les négociations approchent d’un (...)
  • 42 Ibid., lettre de Fraenkel au Hilfsverein, 11 janvier 1931, qui concerne l’enseignement d’allemand d (...)

20Des négociations entre l’Auswärtiges Amt et le Hilfsverein sont engagées, et l’association se montre prête à soutenir financièrement le projet. Après accord entre ces deux parties et l’Université, un enseignement d’allemand est introduit dans l’institution. Pour l’Allemagne, cela constitue une victoire à plusieurs égards : l’allemand devient la première langue moderne à y être enseignée ; et la langue allemande, comme l’Allemagne, s’impose à une institution qui jusque-là n’avait presque exclusivement pris en compte que les sciences naturelles. De plus, l’allemand est enseigné avant l’anglais, prouvant qu’il est possible de lutter efficacement contre la prétendue américanisation de l’Université. C’est également un succès, dans la mesure où l’Allemagne a pu trouver des fonds malgré sa difficile situation économique ; de fait, les fonctionnaires allemands compétents savent qu’il vaut la peine de faire montre d’un sens du sacrifice : il en va dans cette question d’une affaire de prestige, liée à la diffusion de la culture et à la préservation de la présence allemandes en Palestine41. Par-là, l’avenir de la position de l’Allemagne est assuré puisque les écoliers et étudiants juifs de Palestine vont continuer à apprendre et à parler l’allemand42.

  • 43 Ibid., lettre de Fraenkel à Sobernheim, 31 mars 1930, et Archives de l’Université hébraïque, Dossie (...)
  • 44 PA/AA, Abt. III, Affaires politiques juives, 1.29‑12.30, 78666, lettre de Nord à Sobernheim, 9 nove (...)

21Cette victoire doit toutefois être nuancée : comme il n’est pas possible de créer à ce moment une chaire d’anglais, une chaire d’allemand n’est pas plus envisageable. L’Allemagne doit se contenter de simples cours facultatifs, puisque l’Université ne dispose pas encore à ce moment d’une structure bien établie destinée à l’enseignement des langues43 ; et ce, même si les cours en question en constituent justement les débuts44. Par ailleurs, l’enseignement de l’allemand connaît une extension à d’autres écoles de Palestine.

  • 45 Ibid., 1.31‑4.32, 78667, lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (Kult 1/31) à l’AA, 12 janvier (...)
  • 46 ISA, Group 67, 1379 Enseignement d’allemand à l’Université hébraïque 1929‑1934 (boîte P 525), lettr (...)
  • 47 Reinhard Siegmund-Schultze, Mathematicians fleeing from Nazi Germany : Individual Fates and global (...)
  • 48 PA/AA, Affaires politiques juives, 1.31‑4.32, 78667, lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (Ku (...)
  • 49 Prenant acte de sa démission, Carl Wesle, le doyen de l’université de Kiel lui rappelle que de tout (...)

22L’intérêt allemand pour l’Université hébraïque ne se dément pas par la suite. Avant l’arrivée à échéance de sa deuxième année de congé, Fraenkel souligne la nécessité de solidifier les acquis et de défaire les dernières oppositions au sein de l’Université hébraïque45. Avant tout, il songe à demander aux autorités prussiennes, après son retour en Allemagne, l’autorisation de poursuivre ses activités à Jérusalem et, cette fois, d’y demeurer46. De fait, Fraenkel doit revenir en Allemagne en 1931, à l’achèvement de son congé de deux ans, l’Université hébraïque n’ayant pu se décider à créer une chaire de mathématiques appliquées ou ne pouvant notamment pas satisfaire aux desiderata pécuniaires du professeur, c’est selon. Il peut revenir en Palestine grâce à des fonds collectés aux Etats-Unis47. L’Auswärtiges Amt comme le ministère prussien de l’Éducation s’efforcent de répondre à ses souhaits, qui correspondent aux leurs puisqu’ils favorisent l’influence allemande en Palestine48. Le successeur du consul Nord, Heinrich Wolff, est celui qui donne à Fraenkel la possibilité de revenir à Jérusalem. À son avis, le professeur est la garantie d’une politique victorieuse en Palestine. Logiquement, Fraenkel démissionne de son poste de professeur de l’université de Kiel en avril 193349.

  • 50 Notre article cité : « Les racines allemandes… ».
  • 51 Ute Deichmann, Anthony s. Travis, « A German Influence on Science in Mandate Palestine and Israel : (...)
  • 52 Issachar Unna, « The Genesis of Physics at the Hebrew University of Jerusalem », in Physics in Pers (...)
  • 53 À propos de l’implication d’Einstein dans les affaires de l’Université hébraïque : Zeev Rosenkranz, (...)
  • 54 À ce moment, Magnes est propulsé à la présidence de l’Université hébraïque, poste honorifique qui n (...)

23Convaincu de l’exemplarité du modèle académique allemand50, Fraenkel y reste attaché tout au long de sa carrière : homme d’administration, il occupe rapidement des fonctions de responsabilité au sein de l’établissement. Il est doyen de la faculté de mathématiques à partir du moment où celle-ci est créée, et vice-doyen (adjoint de Haïm Weizmann) de la faculté des sciences en 193551. Il est à la fin des années 1930 recteur de l’Université, et peut à ce titre conduire la création d’un département de physique52. Homme d’idées fixes, il sait également être un homme de pouvoir. C’est ce qui l’amène à faire alliance avec certains personnages peu religieux, comme Albert Einstein : lui-même promoteur de l’Université, il a en commun avec Fraenkel le fort attachement au modèle scientifique allemand, même si l’Allemagne les rejette tous les deux pour leur judéité. En l’occurrence, cette accointance s’accompagne d’une détestation commune pour une personne, Judah Magnes, qui incarne le modèle universitaire américain qu’ils refusent en bloc – même si Einstein termine sa carrière au sein de ce même système ; avec de plus, pour l’orthodoxe Fraenkel, un rejet du rabbin libéral qu’est Magnes. À partir du moment où Einstein quitte le Conseil d’administration de l’Université, à la fin des années 1920, c’est Fraenkel qui est son observateur sur place53 ; et il est fort probable qu’il ait été la cheville ouvrière d’une manœuvre opérée par Einstein et visant à écarter Magnes des vraies responsabilités au sein de l’Université, au milieu des années 193054.

  • 55 Voir Francis R. Nicosia, The Third Reich and the Palestine Question, Austin, Texas, 1985 (nouvelle (...)
  • 56 Sur la situation en général des associations juives allemandes d’entraide au cours de cette période (...)

24Au-delà de son installation définitive en Palestine, Fraenkel demeure donc attaché à son pays d’origine. Il s’agit ici d’apporter quelques nuances à certaines données biographiques qui donnent à penser à un revirement complet de sa part, dès janvier 1933. D’une part, Fraenkel ne rompt pas du jour au lendemain avec l’Allemagne. Des contacts avec le représentant à Jérusalem de ce qui est désormais le Troisième Reich se poursuivent. Son maintien de liens avec l’Allemagne nazie s’inscrit dans le cadre d’une continuation de la collaboration entre l’Allemagne et l’Université hébraïque après le 30 janvier 1933. L’enseignement d’allemand initié par Fraenkel, et financé par des fonds allemands, est prolongé. Ceci n’est pas forcément étonnant, dans la mesure où les affectations budgétaires ont été décidées auparavant : des fonds sont encore à disposition et sont utilisés aux fins prévues. De plus, l’Allemagne a tout intérêt à ce que sa langue continue d’être enseignée et pratiquée par les Juifs, en parallèle aux relations qui existent pendant quelques années entre nazis et sionistes55. C’est ainsi que se poursuit la coopération entre l’Allemagne nazie et le Hilfsverein, au profit de l’Allemagne national-socialiste comme de l’Université56.

  • 57 À ce propos, les fonctionnaires allemands savent pertinemment que cela n’est en fait qu’un prétexte (...)

25Cependant, cette collaboration est par trop problématique pour pouvoir durer, et c’est l’Université qui saisit la première occasion d’y mettre un terme. Elle est aidée par la proposition relative au financement de l’enseignement de sa propre langue effectuée en 1933 par un autre pays : l’Italie fasciste. La proposition est acceptée en 1934 par l’Université, et le Dr. Pflaum, jusque-là en charge de l’enseignement de l’allemand, devient professeur d’italien. Du fait de cette nouvelle responsabilité, il ne peut plus travailler en faveur de l’Allemagne ; ce qui devient l’argument officiel présenté par l’Université pour expliquer qu’elle n’est plus en mesure d’assurer l’enseignement de l’allemand57.

  • 58 Ibid., 1378 Université hébraïque 1928‑1939 (boîte P 525), lettre du consulat d’Allemagne à New York (...)
  • 59 En 1935, ce sont 60 professeurs allemands qui se sont installés en Palestine (ISA, Group 67, 1378 U (...)
  • 60 Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris, PAAP 130 — Papiers privés Amédée Outrey (Cons (...)
  • 61 ISA, Group 67, 1355 Arts et science 1928‑1939 (boîte 523), lettre du consulat d’Allemagne à Jérusal (...)

26La Palestine juive reste toutefois encore longtemps imprégnée d’esprit allemand. À l’Université hébraïque, la victoire de Hitler renforce même cette tonalité, puisque au lendemain de janvier 1933 l’institution accueille de plus en plus de scientifiques juifs allemands expulsés des Universités du Reich58. À travers ces multiples arrivées, la ville devient de plus en plus une cité baignée de culture allemande59. Il ne s’agit toutefois plus de la même Allemagne, de la même culture : les nouveaux immigrants sont certes des personnes qui parlent allemand, mais plus grand-chose ne les relie à leur ancienne mère patrie. Dans les faits, à l’opposé de la défiance française persistante à l’égard de ces savants allemands60, l’Allemagne officielle doit comprendre progressivement que la Palestine et en particulier l’Université hébraïque sont désormais pour elle des positions perdues61.

  • 62 L’une des notices biographiques parle à son propos de mise d’office à la retraite (Kollegen in eine (...)
  • 63 Sur ce mécanisme complexe, conclu entre l’Allemagne nazie et les sionistes, permettant l’émigration (...)
  • 64 Symboliquement, c’est son exclusion du Club alpin allemand en 1933, au sein duquel il a toujours re (...)

27Dans cette situation, Fraenkel rompt également tous ses liens avec sa patrie d’origine. Dans un premier temps, il abandonne définitivement son prénom germanique, Adolf, désormais bien trop connoté, pour ne conserver que son prénom hébraïque, Abraham. Grâce à un arrangement autorisé par le gouvernement allemand, en 1933, il peut bénéficier d’une retraite de la part du ministère prussien de l’Éducation62. Mais rapidement il ne lui est plus possible de percevoir cette pension. C’est pour cela que lui est accordé le statut de réfugié, avec dès lors la possibilité de recevoir son argent par le biais des dispositions de l’accord Haavara conclu entre l’Allemagne nazie et le Yichouv. C’est là son dernier lien avec l’Allemagne officielle, qui s’interrompt en 193663. Fraenkel, ancien intermédiaire entre Berlin et l’Université hébraïque, est alors définitivement un Juif méprisé, comme tous les autres64. Ce décalage va grandissant : en 1940, devenu recteur de l’Université et s’adressant au consul général de France au moment de l’invasion allemande de l’Hexagone, il peut constater que l’Allemagne, auparavant pays des philosophes et des poètes, est devenue le pays des barbares. Il tient alors des propos étonnants pour l’ancien combattant allemand de 1914‑1918 qu’il est :

  • 65 Université hébraïque, Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte 3 Université, (...)

« En ces jours où l’armée française mène un combat héroïque non seulement pour l’existence et la liberté de la France, mais pour la civilisation et la liberté humaines, je tiens à vous exprimer ma plus profonde sympathie et celle de l’Université Hébraïque.
J’espère de tout mon cœur que dans un futur très prochain votre armée réussira à vaincre ce terrible ennemi. »65

  • 66 Par ailleurs, répondant à une sollicitation pour un périodique américain de mathématiques, il est s (...)

28L’idylle judéo-allemande au sein de l’Université, en quelque sorte incarnée par Fraenkel, est définitivement terminée. De façon symbolique, Fraenkel met fin à son statut de membre de l’Association des mathématiciens allemands au même moment66.

Après-guerre, mémoire(s)

  • 67 L’échange de lettres, conservé au département des manuscrits de l’Université hébraïque, a récemment (...)
  • 68 Ancien responsable de la Reichsvereinigung der Juden in Deutschland, institution du temps de la gue (...)
  • 69 Réponse du 18 juin 1946, in Transcending Tradition, op.cit., p. 243. Cinq ans plus tard Fraenkel re (...)
  • 70 On peut peut-être en vouloir pour preuve que l’ouvrage de E. Telkes (op.cit.) comporte dans son cah (...)
  • 71 L’université de Kiel le nomme professeur émérite à ce moment, et à partir de 1957 il obtient paieme (...)

29La rupture entre Fraenkel et l’Allemagne est définitivement consommée après la Deuxième Guerre mondiale. Non seulement il a consolidé entre temps sa position au sein de l’Université hébraïque et en Palestine, et donc conforté définitivement ce qui était son projet de carrière et de vie ; mais surtout la Shoah, aboutissement de l’obsession antisémite nazie, a eu lieu. Dans ces conditions, il ne lui est désormais plus possible d’entretenir quelque relation que ce soit avec l’Allemagne. Logiquement, il est amené à refuser un appel dans sa direction de la part de l’université de Kiel, qui lui propose en mars 1946 de reprendre sa fonction de professeur de mathématiques en son sein67. Dans la lettre par laquelle il répond à cette offre, il précise sa pensée : il y a pour lui impossibilité de remettre les pieds sur le sol allemand, d’où est partie l’initiative d’exterminer tant de Juifs. La rupture, qui fait penser aux paroles du rabbin Leo Baeck68, est signifiée de manière encore plus forte dans la mesure où Fraenkel rédige sa lettre en hébreu, et l’envoie à son université d’origine avec une traduction anglaise : même la langue allemande, qu’il avait tellement servie, est désormais exclue de son esprit ; le voici devenu étranger à son monde d’origine. Comme il l’écrit de manière éloquente : « Dans le pays responsable du meurtre cruel de cinq millions de Juifs, je ne pourrais pas respirer. »69 Ce rejet de l’offre de l’université de Kiel correspond également à une réalité qui place Fraenkel dans une position différente de celle que partagent d’autres universitaires juifs allemands : il est parti avant l’arrivée au pouvoir d’Hitler, et n’entre pas au sens strict du terme dans la catégorie des Juifs persécutés, qui ont dû prendre le chemin de l’exil à la suite de cet événement70. Son départ résulte d’une décision volontaire, c’est l’aboutissement d’un cheminement idéologique, et non pas une fuite ; en ce sens, la démarche de l’université de Kiel est volontariste71.

  • 72 A. H Fraenkel, « The Hebrew University and the Regulation of Secondary Education in Palestine », in (...)
  • 73 En cela il est proche de Martin Buber, auquel le lie une relation amicale.
  • 74 Transcending Tradition, op. cit., p. 141.
  • 75 Yehoshua Bar-Hillel, e.a. (ed.), Essays on the Foundation of Mathematics, dedicated to A.A. Fraenke (...)

30Les années suivantes, moins marquantes et moins connues (ses propres mémoires s’arrêtent en 1933), confirment l’orientation indiquée par ces échanges de l’après Deuxième Guerre mondiale. Définitivement installé en Palestine et dans la langue hébraïque, Fraenkel poursuit ses réflexions sur l’édification du système éducatif juif de Palestine, à la veille de la création de l’État juif : qu’il s’agisse des relations entre son établissement – unique en son genre dans ce qui est encore le mandat britannique – et les lycées juifs de Palestine ; ou du chantier toujours en cours de l’édification d’une langue scientifique hébraïque, qui demeure décidément, après plusieurs décennies, l’une de ses principales préoccupations72. Une fois l’Etat créé, il participe à ses organes de décision, chargés de l’articulation entre l’Université hébraïque et la direction compétente de l’Education nationale israélienne. Chercheur et pédagogue, n’hésitant pas à payer de sa personne sur le terrain et soucieux d’éducation populaire73, il continue de contribuer à l’édification de la science hébraïque, dans sa version mathématique : il est l’auteur du premier manuel de mathématiques publié en hébreu (1954)74. Après trois décennies passées à l’Université hébraïque, il obtient l’éméritat en 1959. Son œuvre mathématique fait l’objet de volumes laudatifs au début des années 196075. Sa carrière professionnelle se poursuit quelques années encore, comme chargé de cours à la toute nouvelle université de Bar Ilan, dans la périphérie de Tel Aviv : cet établissement d’enseignement supérieur, mais religieux, ouvert en 1955, incarne certainement le mieux le modèle auquel est attaché le Juif orthodoxe qu’est toujours Fraenkel.

  • 76 Entres autres différences déjà mentionnées précédemment, le livre ne reprend par exemple pas les ma (...)
  • 77 Entretien avec l’auteur, Jérusalem, 20 janvier 1999.

31Homme entre deux mondes, Fraenkel l’est jusqu’au bout. Conscient de la singularité de sa destinée, soucieux de transmettre une certaine image, il a à cœur de rédiger et de publier ses mémoires. A ce moment-là, le retour aux origines semble s’imposer, puisque c’est la langue allemande qu’il choisit pour les écrire, et c’est en Allemagne de l’Ouest qu’il fait paraître le volume. Certains détails soulignent néanmoins l’adoption d’un point de vue bien précis pour effectuer son passage à la postérité, avec des variantes entre les versions manuscrite et livresque qui trahissent ses intentions76. Sa mémoire et ses idées sont reprises au-delà de sa mort : son fils, Benjamin Fraenkel, lui-même homme de science et religieux, défend encore et toujours un certain modèle universitaire à l’encontre du modèle américain, avec une détestation à l’égard de Magnes presque égale à celle qui animait son père77. Abraham A. Fraenkel, sous ce nom, fait désormais partie des personnalités mises en avant lorsque l’on se penche sur la destinée des grands universitaires juifs allemands.

Haut de page

Notes

1 C’est à ces divers titres qu’existent à son propos des notices, publiées ou disponibles sur Internet, mentionnées le cas échéant dans les pages qui suivent. De manière générale, on pourra se référer à l’entrée « Fraenkel » de Eva Telkes-Klein, L’Université hébraïque de Jérusalem à travers ses acteurs – La première génération de professeurs (1925‑1948), Champion, 2004 (p. 196-202) ; ou à celle présente dans Ralph Uhlig (Hg.), vertriebene Wissenschaftler der Christian-Albrechts-Universität zu Kiel (CAU) nach 1933, Kieler Werkstücke, Reihe A : Beiträge zur schleswig-holsteinischen und skandinavischen Geschichte, 2, Francfort-Berne-NY-Paris, Peter Lang, 1991 (p. 24‑25).

2 Abraham A. Fraenkel, Lebenskreise — Aus den Erinnerungen eines jüdischen Mathematikers, Stuttgart, DVA, 1967. Fraenkel est mort en 1965.

3 Fils de Sigmund Fraenkel, industriel de la laine, très engagé dans la vie communautaire juive de Munich et de Bavière.

4 Michael Brenner, « Warum München nicht zur Hauptstadt des Zionismus wurde – Jüdische Religion und Politik um die Jahrhundertwende », in Michael Brenner, Yfaat Weiss (Hrsg.), Zionistische Utopie – israelische Realität – Religion und Nation in Israel, Munich, CH Beck, 1999, p. 39‑52.

5 Il fait partie du Club alpin allemand ; une fois établi en Palestine il pratique également la randonnée (voir dans ce présent numéro la contribution de Z. Shavit).

6 Il travaille dans le service météorologique des armées, et produit des études scientifiques au profit de l’effort de guerre du Reich : Über die Kursberechnung für Flugzeuge, Grosses Hauptquartier der deutschen Heeresleitung, 1918.

7 Fraenkel, Lebenskreise, op. cit., p. 130 et sq. Comme les autres populations de la Palestine pendant la Première Guerre mondiale, les Juifs sont soumis à l’arbitraire ottoman et aux catastrophes naturelles (Abigail Jacobson, From empire to empire : Jerusalem between Ottoman and British rule, Syracuse, Syracuse University Press, 2011).

8 Der Jude, 1918, Heft 8/9, « Praktisches zur Universitätsgründung in Jerusalem », p. 404‑414.

9 The Jewish Forum : « The Jewish University in Jerusalem (From the Viewpoint of Orthodoxy) », janvier et mai 1924 (p. 27‑31 et 299‑302 respectivement).

10 Fraenkel va même jusqu’à consulter une autorité rabbinique pour étayer son point de vue. Une telle demande entre en parfaite contradiction avec les idées prévalentes à ce moment : les pères fondateurs de l’Université sont soucieux de ne pas créer une sorte de yeshiva, leur effort vise à produire une déclinaison culturelle, palestinienne et sioniste du judaïsme, qui ne peut être la reprise du judaïsme de la dispersion, à l’encontre duquel ils s’inscrivent en faux. L’article suscite donc des réactions, auxquelles Fraenkel répond en mai 1924 : il réitère alors son point de vue, à savoir son souci d’équilibre entre liberté de la science et respect de l’orthodoxie, sans volonté d’imposer la religion.

11 De façon symptomatique, il termine son article de mai 1924 par cette formule qui signifie son identification à l’Université : « … attendons, avec l’aide de Dieu, un heureux succès dans notre travail ! » (p. 302).

12 Cf. nos propres contributions : « Science et religion, science et culture juive : le cas de l’Université hébraïque de Jérusalem, origines et premières décennies », à paraître dans Vingtième siècle – Revue d’histoire ; « Entre tradition et innovation — l’édification de la culture sioniste à l’exemple de l’Université hébraïque », in Jean-Marc Chouraqui, Gilles Dorival, Colette Zytnicki (dir.), Enjeux d’histoire, jeux de mémoire — Les usages du passé juif, Paris, Maisonneuve et Larose – Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 2006, p. 395‑419.

13 Fraenkel est membre du parti Mizrahi dès le début des années 1920 (Lebenskreise, op.cit.).

14 William N. Brinner, Moses Rischin (Ed.), Like All the Nations ? The Life and Legacy of Judah L. Magnes, Albany, State University of New York Press, 1987 ; Daniel P. Kotzin, Judah L. Magnes — An American Jewish Nonconformist, Syracuse, Syracuse University Press, 2010.

15 Notre contribution : « Les racines allemandes de l’Université hébraïque », in Dominique Bourel, Gabriel Motzkin (dir.), Les voyages de l’intelligence — Passages des idées et des hommes — Europe, Palestine, Israël, collection « Mélanges » du CRFJ, vol. 4, CNRS-Éditions, 2002, p. 247‑267.

16 Shmuel Y. Agnon, Shira, Syracuse, Syracuse University Press, 1989.

17 Maximilian Pinl, « Kollegen in einer dunklen Zeit Teil III », in Jahresbericht der Deutschen Mathematiker-Vereinigung, 73 (1972) s. 153‑208, notice sur Fraenkel aux pages 179‑181.

18 Shmuel Hugo Bergman, Tagebücherund Briefe, vol. 1, 1901‑1948, Herausgegeben von Miriam Sambursky mit einer Einleitung von Nathan Rotenstreich, Jüdischer verlag/Athenäum, Königstein/Ts, 1985 : entrée du 12 octobre 1937.

19 Archives de l’Université hébraïque, Dossier Fraenkel, I, lettre de Fraenkel, Kiel, à Magnes, 22 mai 1929.

20 Meir Zelcer, « A.A. Fraenkel’s Philosophy of Religion : A Translation of ‘Beliefs and Opinions in Light of the Natural Sciences », in Hakirah : The Flatbush Journal of Jewish Law and Thought, vol. 12, Fall 2011, p. 209‑232.

21 Archives de l’Université hébraïque, Jérusalem, Dossier Correspondance avec des organisations 1931, The Hebrew University of Jerusalem, document de présentation de l’Université, avec indication du cursus des membres du corps enseignant, allemand à l’immense majorité. Pour une statistique, voir Lilo Stone, « German Zionists in Palestine before 1933 », in Journal of Contemporary History, vol. 32 (2), 1997, p. 171‑186.

22 Voir par ailleurs nos contributions citées. À noter du côté officiel les personnalités marquantes : Carl Heinrich Becker, orientaliste et responsable de la section des Affaires culturelles de l’Auswärtiges Amt, ministère allemand des Affaires étrangères, et Moritz Sobernheim, responsable de la section des Affaires juives du même ministère.

23 V. plus haut.

24 Université hébraïque de Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte nº 3 Université, « Epilog 1929‑1933 », brouillon de la dernière partie de son autobiographie.

25 Archives d’État d’Israël, RG 67 (Archives du consulat général allemand de Jérusalem, par la suite : ISA, Group 67), 1378 Université hébraïque 1928‑1939 (boîte P 525), lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (283/28) à Becker, 31 janvier 1928, Nord.

26 Archives du ministère allemand des Affaires étrangères, Berlin (par la suite : PA/AA), Abt. III, Papiers Sobernheim, Correspondance diverse 1921‑28, 78702, Note écrite, sd (1928), concernant la chaire de mathématiques de l’Université hébraïque.

27 Archives de l’Université hébraïque, Dossier Fraenkel, I, lettre de l’AA à Magnes, 11 mars 1929, Sobernheim.

28 Pour une histoire détaillée de la création de l’enseignement de mathématiques, voir Shaul Katz, « Berlin roots — Zionist incarnation : the ethos of pure mathematics and the beginnings of the Einstein Institute of Mathematics at the Hebrew University of Jerusalem », in Science in Context, 17,1‑2 (2004), p. 199‑234.

29 Sobernheim est aussi membre du Pro Palästina Komitee, un groupe de pression qui cumule l’intérêt pour le projet sioniste et la représentation des intérêts allemands en Palestine.

30 Au bout du compte une relation amicale se développe entre Fraenkel et Nord, et le mathématicien fait partie des diverses manifestations impliquant les intérêts sionistes et allemands : c’est par exemple attesté par sa présence aux côtés de responsables sionistes et du consul général d’Allemagne lors de l’inauguration de la forêt Einstein, en 1930 (cliché reproduit in Norbert Schwacke, Deutsche Soldatengräber in Israel : der Einsatz deutscher Soldaten an der Palästinafromt im Ersten Weltkrieg und das Schicksal ihrer Grabstätten, Münster, Aschendorff, 2006, p. 260).

31 Pour ce qui concerne la politique culturelle allemande en direction de la Palestine à cette époque, cf. notre contribution : « La politique culturelle extérieure de l’Allemagne, 1920‑1939, Le cas de la Palestine », in Francia xixe-Xxe siècles, 28/3, 2001, p. 35‑73. A propos de l’introduction de l’enseignement d’allemand, notre article : « … « Passer au filtre de l’esprit juif le meilleur de la culture de nombreux peuples et de nombreuses langues » — L’Université hébraïque et les Puissances européennes dans l’entre-deux-guerres », in Dominique Trimbur/Ran Aaronsohn (dir.), De Balfour à Ben Gourion – Les puissances européennes et la Palestine, 1917‑1948, CNRS-Éditions, 2008, p. 223‑289.

32 Notre article « Les racines allemandes.. », déjà cité.

33 Surnom attribué en Palestine mandataire aux nouveaux immigrants d’origine allemande, ayant trait notamment à leur propension à conserver leur veste de costume (en allemand Jacke).

34 J. Magnes, Addresses by the Chancellor of the Hebrew University, Jérusalem, Hebrew University, 1936, p. 100.

35 Au départ, il propose également un enseignement des mathématiques en hébreu, en utilisant toutefois le vocabulaire spécialisé en allemand (Archives de l’Université hébraïque, Dossier Fraenkel, I, lettre de Magnes à Fraenkel, 18 juillet 1928). On retrouve ici l’une des problématiques qu’il avait abordées dans son article de 1924, publié dans Jewish Forum.

36 Ibid., lettre de Fraenkel, Kiel, à Magnes, 22 mai 1929.

37 ISA, Group 67, 1379 Enseignement d’allemand à l’Université hébraïque 1929‑1934 (boîte P 525), lettre de Fraenkel à Nord, 16 décembre 1929.

38 Ibid., lettre de Nord à Fraenkel, 27 décembre 1929.

39 Archives de l’Université hébraïque, 49, Correspondance avec l’Allemagne 1925‑1930, lettre du Comité de Londres de l’Université hébraïque à la présidence de l’Union sioniste d’Allemagne, 26 mars 1929, Brodetsky.

40 Festschrift anlässlich der Feier des 25 jährigen Bestehens des Hilfsvereins der deutschen Juden, gegründet am 28. Mai 1901, Berlin, 1926, et PA/AA, Abt. III, Papiers Sobernheim, Questions actuelles 1932, 78709, note, sd, Liste des organisations juives allemandes.

41 L’Auswärtiges Amt adresse ses félicitations au consul Nord dès que les négociations approchent d’une issue favorable (ISA, Group 67, 1379 Enseignement d’allemand à l’Université hébraïque 1929‑1934 [boîte P 525], lettre de l’AA [III 0 5403] à Nord, 24 décembre 1930).

42 Ibid., lettre de Fraenkel au Hilfsverein, 11 janvier 1931, qui concerne l’enseignement d’allemand dans une école normale d’institutrices de Jérusalem : « c’est ainsi qu’un grand nombre de futures institutrices et mères apprennent l’allemand. »

43 Ibid., lettre de Fraenkel à Sobernheim, 31 mars 1930, et Archives de l’Université hébraïque, Dossier langues européennes 264, lettre de Fraenkel à Magnes, 16 juillet 1930.

44 PA/AA, Abt. III, Affaires politiques juives, 1.29‑12.30, 78666, lettre de Nord à Sobernheim, 9 novembre 1930.

45 Ibid., 1.31‑4.32, 78667, lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (Kult 1/31) à l’AA, 12 janvier 1931, Nord.

46 ISA, Group 67, 1379 Enseignement d’allemand à l’Université hébraïque 1929‑1934 (boîte P 525), lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (Kult 9/31) à Sobernheim, 3 mars 1931, Nord.

47 Reinhard Siegmund-Schultze, Mathematicians fleeing from Nazi Germany : Individual Fates and global Impact, Princeton, Princeton Univ. Press, 2009, pp. 33 et 197. Dans une lettre de novembre 1932, au moment où se préfigure son retour en Palestine, Fraenkel a des lignes qui paraissent, après-coup, singulièrement aberrantes : « En dépit de l’hitlérisme non seulement je n’ai aucune difficulté avec l’administration ou avec les étudiants, mais en plus j’ai davantage de contacts personnels avec le recteur et le conseiller de l’université qu’à Jérusalem avec Messieurs les Docteurs Magnes et Schloessinger qui flottent majestueusement dans les nuages. Pourtant je suis poussé intérieurement à revenir à Jérusalem, également dans des conditions scientifiques et matérielles défavorables […] Mais aller dans cette atmosphère [que Magnes crée à l’Université] cela signifie, paradoxalement, se rendre de la liberté à l’esclavage, et cela en tant qu’esclave du triumvirat Kligler-Roth-Magnes, au sein duquel Magnes est le plus faible. » (Université hébraïque de Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte nº 6, 572 Lettres de Fraenkel, lettre de Fraenkel à Weizmann, 27 novembre 1932). Max Schloessinger, ami d’étude de Magnes, rabbin libéral d’origine allemande, adepte de la Wissenschaft des Judentums, administrateur de l’Université hébraïque ; Israël Kligler, professeur de bactériologie, d’origine américaine ; Léon Roth, professeur de philosophie, d’origine anglaise.

48 PA/AA, Affaires politiques juives, 1.31‑4.32, 78667, lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (Kult 13/31) à l’AA, 9 avril 1931, Nord. Au moment de son premier séjour à Jérusalem, Fraenkel publie un recueil d’essais et de discours de son père, Sigmund Fraenkel (cf. note 3), dont le titre met en avant la symbiose judéo-allemande : Sigmund Fraenkel, Aufsätze und Reden. Ein Spiegelbild deutsch-jüdischer Geschichte aus dem Beginn des 20. Jahrhunderts, Munich, B. Heller, 1930.

49 Prenant acte de sa démission, Carl Wesle, le doyen de l’université de Kiel lui rappelle que de toute façon Fraenkel s’est toujours dit Juif, et non Allemand. À noter à ce propos que dans certaines analyses la chose est présentée comme une preuve d’antisémitisme (Birgit Bergmann, Moritz Epple, Ruti Ungar, Transcending Tradition — Jewish Mathematicians in German-Speaking Academic Culture, Berlin, Springer, 2012 (pp. 241, 243‑244) ; alors que pour Fraenkel lui-même (Lebenskreise, op.cit.) c’est plutôt une reconnaissance de sa propre franchise. Dans ses papiers se trouve une lettre du dit doyen, qui a ces mots : « Pardonnez si en premier lieu je dois souligner que j’approuve le mouvement populaire actuel et m’y reconnais, certes pas dans tous ses aspects, mais bien dans son ensemble. » Ce n’est pas pour autant qu’il méconnaît le tragique de la situation pour les individus. Et il tient à saluer Fraenkel et sa femme avant leur départ, avec ses meilleurs vœux pour le reste. (Université hébraïque de Jérusalem, Département des manuscrits, fonds Fraenkel, Carton 4, 481‑484 Kiel, lettre personnelle du doyen de la faculté de philosophie de Kiel à Fraenkel, 11 mai 1933 ; idem in lettre du même au même, 17 mai 1933).

50 Notre article cité : « Les racines allemandes… ».

51 Ute Deichmann, Anthony s. Travis, « A German Influence on Science in Mandate Palestine and Israel : Chemistry and Biochemistry », in Israel Studies, 9‑2 (2004), p. 34‑70.

52 Issachar Unna, « The Genesis of Physics at the Hebrew University of Jerusalem », in Physics in Perspective, 2 (2000), p. 336‑380.

53 À propos de l’implication d’Einstein dans les affaires de l’Université hébraïque : Zeev Rosenkranz, « Albert Einstein’s involvement in the affairs of the Hebrew University, 1919‑1935 », in World Congress of Jewish Studies 11, B, vol. 3 (1993), p. 228‑234 ; Siegfried Grundmann, Einsteins Akte, Heidelberg-Berlin, Springer verlag, 1997, p. 236.

54 À ce moment, Magnes est propulsé à la présidence de l’Université hébraïque, poste honorifique qui ne lui donne plus qu’une dimension de représentation, et non plus de décision.

55 Voir Francis R. Nicosia, The Third Reich and the Palestine Question, Austin, Texas, 1985 (nouvelle édition : New Brunswick-Londres, 2000) ; du même auteur : Zionism and Anti-Semitism in Nazi Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 74‑144 ; Yéhouda Bauer, Juifs à vendre ?, Paris, Liana Levi, 1996.

56 Sur la situation en général des associations juives allemandes d’entraide au cours de cette période, voir Abraham Barkai, « Jewish Self-Help in Nazi Germany, 1933‑1939 : The Dilemmas of Cooperation », in Francis R. Nicosia, David Scrase, Jewish Life in Nazi Germany – Dilemmas and Responses, New York, Oxford, Berghahn Books, 2010, p. 71‑88.

57 À ce propos, les fonctionnaires allemands savent pertinemment que cela n’est en fait qu’un prétexte : le Yichouv condamne absolument l’évolution politique de l’Allemagne et veut se défaire de tout lien avec elle (ISA, Group 67, 1379 Enseignement d’allemand à l’Université hébraïque 1929‑1934 [boîte P 525], lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem [Kult 30/33] à l’AA, 12 octobre 1933).

58 Ibid., 1378 Université hébraïque 1928‑1939 (boîte P 525), lettre du consulat d’Allemagne à New York à l’AA, 24 mai 1934, Borchers, et voir Doron Niederland, « The Emigration of Jewish Academics and Professionals from Germany in the First Years of Nazi Rules », in Leo Baeck Institute Year Book, XXXIII (1988), p. 285‑300.

59 En 1935, ce sont 60 professeurs allemands qui se sont installés en Palestine (ISA, Group 67, 1378 Université hébraïque 1928‑1939 [boîte P 525], discours de Magnes à l’occasion des festivités pour le 10e anniversaire de l’Université hébraïque, 10 avril 1935). À ce titre, Agnon décrit Jérusalem comme le plus grand marché de livres rares allemands.

60 Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris, PAAP 130 — Papiers privés Amédée Outrey (Consul général de France à Jérusalem de 1938 à 1941), 31, Correspondance de Jérusalem (Télégrammes), télégramme du consulat de France à Jérusalem (132) au MAE, Vichy, 17 octobre 1940.

61 ISA, Group 67, 1355 Arts et science 1928‑1939 (boîte 523), lettre du consulat d’Allemagne à Jérusalem (1513/39) à l’AA, 29 avril 1939, Döhle, avec des indications relatives aux bibliothèques juives de Jérusalem qui ne font plus partie de la clientèle allemande. Pour l’éclatement entre le judaïsme allemand et l’Allemagne, voir Na’ama Sheffi, « Rejecting the Other’s Culture — Hebrew and German in Israel 1933‑1965 », in Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte, XXVII, 1998, p. 301‑319.

62 L’une des notices biographiques parle à son propos de mise d’office à la retraite (Kollegen in einer dunklen Zeit, op.cit., ici p. 179). Dans ce cas, cela paraît approximatif : Fraenkel démissionne d’abord, mais l’université le limoge ensuite, « parce qu’un Juif ne peut pas démissionner, mais doit être congédié. » (Epilog, op.cit., p. 265).

63 Sur ce mécanisme complexe, conclu entre l’Allemagne nazie et les sionistes, permettant l’émigration légale de Juifs allemands à certaines conditions – très injustes et abusives à l’encontre des candidats au départ, cf. Nicosia, The Third Reich, op.cit., et Bauer, op.cit. En ce qui concerne l’application de la Haavara à son profit, avec versement de sa retraite sur un compte bloqué allemand, auquel il a accès après quelques complications : Université hébraïque, Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte 2, Université, Lettre de Fraenkel à Schocken, 26 novembre 1934 ; Archives de l’Université hébraïque, Dossier personnel Fraenkel I, lettre de l’avocat Salli Hirsch, Berlin, à Fraenkel, 31 janvier 1935 ; Lettre de Fraenkel à la Haavara Limited, 2 janvier 1936. Voir aussi le manuscrit de ses mémoires : Epilog, p. 265, alors que cet arrangement n’apparaît pas dans la version publiée de l’ouvrage. Les paiements sont arrêtés à partir du moment où Fraenkel répond par la négative lorsque les autorités allemandes lui demandent s’il continue d’éduquer ses enfants selon l’« esprit germanique ». La même année, l’université de Kiel lui aurait proposé de reprendre sa chaire, proposition refusée par Fraenkel. Cet épisode présent dans la version manuscrite de ses mémoires, accompagnée de la phrase : « C’est ainsi que ma symbiose avec l’Allemagne (1891‑1929 respectivement 1933) prit tout de même fin sur une tonalité quelque peu conciliante. » (p. 265), n’apparaît pas non plus dans la version publiée. Les deux dates indiquées comme fin de sa « symbiose avec l’Allemagne » correspondent d’une part à son premier départ pour la Palestine (où il séjourne de 1929 à 1931), d’autre part à son installation définitive (de 1933 à sa mort).

64 Symboliquement, c’est son exclusion du Club alpin allemand en 1933, au sein duquel il a toujours ressenti de l’antisémitisme (Université hébraïque, Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte 4, 481‑484 Kiel, lettre de la section de Kiel du Deutscher und Österreichischer Alpen-Verein à Fraenkel, 13 décembre 1933 ; Lebenskreise, op.cit.).

65 Université hébraïque, Jérusalem, Département des manuscrits, Papiers Fraenkel, boîte 3 Université, lettre de Fraenkel à Outrey (consul général de France), 21 mai 1940.

66 Par ailleurs, répondant à une sollicitation pour un périodique américain de mathématiques, il est satisfait de ce qu’une association nord-américaine reprenne la tradition allemande des mathématiques, « après que le travail est devenu impossible dans le pays de la barbarie. » (Archives de l’Université hébraïque, Dossier personnel Fraenkel II, lettre de Fraenkel à Mathematical Reviews, American Mathematical Society, Providence, 19 octobre 1939).

67 L’échange de lettres, conservé au département des manuscrits de l’Université hébraïque, a récemment été publié dans le catalogue d’une exposition germano-israélienne consacrée aux mathématiciens juifs allemands (Transcending Tradition, op.cit., p. 243‑244).

68 Ancien responsable de la Reichsvereinigung der Juden in Deutschland, institution du temps de la guerre imposée par les nazis aux Juifs allemands, il déclare aux lendemains du conflit que désormais un gouffre insurmontable sépare les Juifs et l’Allemagne.

69 Réponse du 18 juin 1946, in Transcending Tradition, op.cit., p. 243. Cinq ans plus tard Fraenkel refuse de redevenir membre du Deutscher Mathematiker verein (ibid., p. 254).

70 On peut peut-être en vouloir pour preuve que l’ouvrage de E. Telkes (op.cit.) comporte dans son cahier iconographique une photo de groupe, datée des années 1930 sans plus de précision, montrant Magnes entouré d’universitaires allemands arrivés à Jérusalem après 1933, donc en lien avec les persécutions antisémites : Fraenkel n’y figure pas.

71 L’université de Kiel le nomme professeur émérite à ce moment, et à partir de 1957 il obtient paiement de ses arriérés de salaire (Vertriebene Wissenschaftler der Christian-Albrechts-Universität zu Kiel (CAU) nach 1933, op.cit.).

72 A. H Fraenkel, « The Hebrew University and the Regulation of Secondary Education in Palestine », in Jewish Education, vol. 18, février-mars 1947, nº 2, p. 18‑20.

73 En cela il est proche de Martin Buber, auquel le lie une relation amicale.

74 Transcending Tradition, op. cit., p. 141.

75 Yehoshua Bar-Hillel, e.a. (ed.), Essays on the Foundation of Mathematics, dedicated to A.A. Fraenkel, Jérusalem, Magnes Press/Amsterdam, North Holland Pub. Co, 1961 et 1967.

76 Entres autres différences déjà mentionnées précédemment, le livre ne reprend par exemple pas les manifestations d’amitié de Fraenkel pour le Consul général d’Allemagne à Jérusalem, Erich Nord, afin de passer sous silence sa coopération prolongée et très engagée avec l’Allemagne officielle.

77 Entretien avec l’auteur, Jérusalem, 20 janvier 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait d’Adolf Abraham Halevi Fraenkel
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Juif, allemand, sioniste : itinéraire(s) du mathématicien Adolf Abraham Halevi Fraenkel (1891‑1965) »Diasporas, 20 | 2012, 85-100.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Juif, allemand, sioniste : itinéraire(s) du mathématicien Adolf Abraham Halevi Fraenkel (1891‑1965) »Diasporas [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.3048

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Historien des relations germano-israéliennes et de la présence européenne en Palestine-Israël, chercheur associé au Centre de Recherche Français à Jérusalem, Dominique Trimbur a publié plusieurs ouvrages : De Bonaparte à Balfour – La France, l’Europe occidentale et la Palestine, 1799‑1917, CNRS éditions, 2001 (dir., avec Ran Aaronsohn ; 2e édition : 2008) ; Entre rayonnement et réciprocité — Contributions à l’histoire de la diplomatie culturelle, Publications de la Sorbonne, 2002 ; Europäer in der Levante – Zwischen Politik, Wissenschaft und Religion (19.-20. Jahrhundert) — Des Européens au Levant – Entre politique, science et religion (XIXe–XXe siècles), Munich, Oldenbourg, 2004 (Pariser Historische Studien 53) ; De Balfour à Ben Gourion – Les puissances européennes et la Palestine, 1917‑1948 (dir., avec Ran Aaronsohn, CNRS éditions, 2008) ; Europa und Palästina 1799—1948 : Religion – Politik – Gesellschaft/Europe and Palestine 1799‑1948 : Religion – Politics – Society (dir., avec Barbara Haider-Wilson, Vienne, Académie autrichienne des sciences, 2010).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search