Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20BibliothèqueAbigail Jacobson, From empire to ...

Bibliothèque

Abigail Jacobson, From empire to empire : Jerusalem between Ottoman and British rule | Roberto Mazza, Jerusalem : from the Ottomans to the British

Syracuse, Syracuse University Press, 2011, 262 p.| Londres, New York, Tauris Academic Press, 2009, 264 p.
Dominique Trimbur
p. 172-175
Référence(s) :

Abigail Jacobson, From empire to empire : Jerusalem between Ottoman and British rule, Syracuse, Syracuse University Press, 2011, 262 p.

Roberto Mazza, Jerusalem : From the Ottomans to the British, Londres, New York, Tauris Academic Press, 2009, 264 p.

Texte intégral

1Comme l’affirment les auteurs de ces deux ouvrages, la question de Jérusalem pendant la Première guerre mondiale est un sujet méconnu. Cette affirmation peut certes être nuancée, les études dont il s’agit ici n’étant pas complètement pionnières, mais elle correspond à une certaine réalité : à l’image de l’historiographie des temps de conflit, l’attention s’est longtemps portée sur les opérations militaires, les autres dimensions (la perspective « d’en bas ») étant mises à l’écart.

2Le premier conflit mondial est une fracture, une accélération de l’histoire ; mais selon les auteurs il faudrait bien plus voir dans ces quelques années une « transition », un concept théorisé ici, afin de combler ce qui est perçu comme une lacune historiographique. C’est pour cela qu’Abigail Jabobson et Roberto Mazza, dans deux ouvrages complémentaires qui sont la version publiée de leurs thèses de doctorat respectives, ne s’en tiennent pas à une périodisation serrée (1914‑1917‑1918), mais étendent leur observation aux années 1912‑1920. Leur souci est également de vouloir refléter ce à quoi correspond la transition qu’ils décrivent : la décennie considérée conduit les populations locales à devenir les sujets de leur propre histoire, elles qui en étaient restées longtemps les objets. Jacobson fonde son analyse non pas tant sur les archives des puissances en place (Empire ottoman, puis autorités britanniques) que sur les voix émanant des diverses populations locales ; tandis que Mazza ambitionne de donner une image totale de la Ville sainte dans cette période.

3La description passe d’abord par une transcription des données locales. Au-delà du cadre politique, global ou local, sont précisées les données relatives à Jérusalem avant la guerre, avec un bilan démographique difficile à établir, et un réel développement économique et culturel, sous domination ottomane, auquel la Première guerre mondiale met un terme. Dès ce moment la ville revêt une forte portée religieuse, avec pour corollaire de profondes divisions ethnico-religieuses. La ville est multi-ethnique, avec accroissement de la présence étrangère (juive, notamment, mais aussi chrétienne européenne), au grand dam des musulmans. Un raidissement des positions respectives est d’ores et déjà au programme, sous le coup des différents conflits de la deuxième moitié du xixe siècle et des guerres balkaniques de 1912‑1913 ; avec pour conséquence l’accroissement des nationalismes respectifs et des espoirs de changement, dans la lignée de la révolution jeune turque.

4Au moment de la Première guerre mondiale, Jérusalem conserve son statut de cité multi-ethnique en un temps de crise sévère. Le pari des auteurs est de nous faire découvrir la situation telle qu’elle est vue par les civils (Jacobson dépouille deux journaux personnels inédits, émanant certes de membres des élites locales), et non plus, ce qui est plus commun, du point de vue des autorités politiques ou militaires. L’observation conduit à une surprise, bien décrite par Jacobson : l’ottomanisation des populations locales se fait certes sous la conduite rigide des autorités, pour les souder dans la guerre sainte déclarée à l’automne 1914 ; mais cette ottomanisation semble acceptée, avec en apparence, pour la première fois, conciliation entre les différentes populations qui se rencontrent sous l’égide des Turcs. Le phénomène est réel, notamment entre musulmans et Juifs (les chrétiens étant accusés de semer la zizanie), mais il est éphémère, comme Jacobson le montre ensuite. L’arrivée à Jérusalem du despote Djemal Pacha, en 1915, et l’aggravation de la situation humanitaire d’une Ville sainte coupée du monde et aux prises avec des catastrophes naturelles (invasion de sauterelles, disette, voire famine) recroquevillent les populations et les dressent contre le pouvoir ottoman. Une première reconfiguration se fait alors, sous le coup de la nécessité du moment : se mettent en place des réseaux d’entraide multilatérale, avec des denrées notamment américaines, et des organisations caritatives internes aux différentes communautés (Arméniens et réfugiés d’Anatolie, par exemple, Juifs et soutien juif américain – avec à la clé renforcement du mouvement sioniste qui sait gérer cette aide). On assiste également à une dissociation entre arabisme et ottomanisme, les Arabes musulmans se détachant du califat. Alors que les Arabes chrétiens commencent à percevoir les dangers intrinsèques liés à une montée de l’Islam. Tandis qu’au sein de la communauté juive la composante sépharade se cherche et tergiverse entre l’ottomanisme et le sionisme : ressentant la montée arabe, se méfiant des chrétiens parmi eux, elle se prépare aux développements inéluctables, en mettant en avant les possibilités de concorde et en étant plus ouverte que les sionistes. Ces derniers passent, eux, d’un ottomanisme par opportunisme, visant à renforcer les chances de réalisation nationale dans l’Empire ottoman en cas de victoire de celui-ci, à une option favorable à l’Entente, excluant la conciliation avec les Arabes. Ces catégories distinctes sont créées à la fois au sein des communautés et par le regard des autres communautés ; en parallèle, elles sont renforcées de manière radicale par les puissances étrangères (dans le cadre du conflit) et le régime mandataire.

  • 1 Précieuse source d’information à de multiples points de vue, le journal de ce dernier, disponible e (...)

5Mazza pour sa part décrit le sort des étrangers et de leurs institutions : les ressortissants des pays ennemis de la Turquie sont déportés et/ou expulsés, tandis que les Franciscains de la Custodie de Terre sainte, entité internationale, peuvent demeurer sur place et semblent continuer de vivre sur une terre immuable, avec pour seul objectif de renforcer les positions catholiques contre toutes les adversités (comme l’attestent les notes du Custode). L’auteur présente également le point de vue de diplomates qui demeurent sur place une partie (le consul américain Glazebrook) ou tout au long de la guerre (le consul espagnol Ballobar1) : des étrangers qui intègrent (Glazebrook) ou, dans un détachement très orientaliste au sens saïdien du terme, semblent ignorer (Ballobar) les populations locales et leur difficile destinée, jusqu’à ce que leur sort s’impose à eux (lorsque Ballobar remplace Glazebrook dans la gestion de l’aide humanitaire, au moment de l’entrée en guerre des USA et du départ du consul américain, au printemps 1917).

6Le passage d’un Empire, ottoman, à l’autre, britannique, sous-tend une préparation de l’administration concrète du territoire conquis, qui n’est pas banal. Dès leur pénétration en Palestine, au printemps 1917, les Britanniques soupèsent les différentes communautés sur place. Les musulmans font l’objet d’attentions très vives, notamment en lien et à la suite de la déclaration Balfour. Tandis que l’on s’interroge, entre autres, sur la conquête comme croisade ou pas, et sur la qualification de la Grande-Bretagne, anglicane ou universaliste, le pragmatisme mène à l’adoption d’une position neutre, au maintien du statu quo entre toutes les confessions, mettant en avant la tolérance comme qualité chrétienne et britannique. Mais, comme le montrent nos auteurs, cette façade est dénoncée par les Arabes : si les efforts humanitaires britanniques concernent toutes les populations, meurtries par des années très difficiles, les Arabes, toutes confessions confondues, pointent du doigt la déclaration Balfour et ses suites. Se développe alors une nostalgie de l’ottomanisme face à la montée de la confession juive, soutenue par les Anglais, communauté nationale et non plus simplement religieuse : une évolution qui trouve son aboutissement dans la création des comités islamo-chrétiens, qui incarnent un véritable glissement par rapport à la coopération islamo-juive d’avant la Première guerre mondiale (changement d’ennemi : les chrétiens ne le sont plus, ce sont désormais les Juifs et le sionisme). À terme, comme le rappelle Mazza, s’opère un passage de relais, les chrétiens cédant la place aux musulmans en tant que meneurs de la lutte nationale arabe. Face à cela, les Anglais et les sionistes ont à cœur de lutter contre toute cohésion de la partie arabe, en la convainquant ou la manipulant, pour la conduire à un modus vivendi avec le sionisme. L’adoption de la violence au moment de la Nabi Moussa 1920 consacre d’une part l’entrée définitive dans une ère de conflits intercommunautaires en Palestine ; elle marque d’autre part l’achèvement de la transition. Pour Jacobson, c’est la fin de toute possibilité de négociation entre les parties ; pour Mazza, c’est une renégociation qui est là consacrée. Tandis qu’à leur grand dam les étrangers non britanniques de Palestine sont ramenés à une place plus modeste, après avoir bénéficié d’une position de force du temps des Ottomans.

7Avec les auteurs, on observera au total que la Palestine, et Jérusalem avec elle, présente des caractéristiques propres. On assiste dans ces années à un contexte inter-impérial, sans comparaison avec le colonialisme classique de cette époque, avec passage du « colonialisme ambivalent » des Ottomans à un véritable colonialisme de la part des Anglais au temps du mandat. Ce passage de relais entre deux empires n’est pas seulement passage d’un pouvoir à l’autre : la guerre reformule les relations entre les communautés, elle radicalise leurs rapports entre elles, et surtout entraîne, sous la houlette des Britanniques, une définition stricte des identités respectives ; avec les conséquences funestes que cela aura sur l’évolution de la région.

Haut de page

Notes

1 Précieuse source d’information à de multiples points de vue, le journal de ce dernier, disponible en espagnol depuis 1996, a été publié en anglais par Roberto Mazza en 2011 : Jerusalem in World War I : the Palestine diary of a European diplomat, Conde de Ballobar, Londres, I.B. Tauris, 2011, 283 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Abigail Jacobson, From empire to empire : Jerusalem between Ottoman and British rule | Roberto Mazza, Jerusalem : from the Ottomans to the British »Diasporas, 20 | 2012, 172-175.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Abigail Jacobson, From empire to empire : Jerusalem between Ottoman and British rule | Roberto Mazza, Jerusalem : from the Ottomans to the British »Diasporas [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.3144

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Chercheur associé, Centre de Recherche français à Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search