Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20BibliothèqueXavier Rothéa, Les Judéo-Espagnol...

Bibliothèque

Xavier Rothéa, Les Judéo-Espagnols à Nîmes pendant la Seconde Guerre mondiale

Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales-Montpellier III, Nîmes 2012, n.p.
Patrick Cabanel
p. 176-177
Référence(s) :

Xavier Rothéa, Les Judéo-Espagnols à Nîmes pendant la Seconde Guerre mondiale, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales-Montpellier III, Nîmes 2012, n.p.

Texte intégral

1Cette étude, réalisée avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, porte sur la colonie judéo-espagnole de Nîmes non seulement au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi dès l’installation de ses membres dans la ville, dans la première moitié du xxe siècle. Son intérêt est donc plus large que son titre ne l’indique ; il est vrai qu’une partie des informations mobilisées par l’auteur proviennent des fiches remplies par les intéressés au moment du recensement des juifs ordonné par la loi du 2 juin 1941, ou encore des dossiers d’« aryanisation » des commerces détenus par ces juifs. Les archives de l’État antisémite jettent en quelque sorte un jour rétrospectif sur les origines, les choix professionnels, l’implantation de ceux qui sont principalement, au départ, des étrangers immigrés en France, en provenance de l’ancien Empire Ottoman. La plupart étaient Turcs, quelques autres des Grecs de Salonique. Le recours aux archives familiales et à des enquêtes orales permet de compléter des parcours de vie, quelquefois depuis l’amont de l’exil, dans l’Empire ottoman d’avant la Première Guerre mondiale ou de ses lendemains immédiats.

2Il est intéressant de relever, avec l’auteur, que les premiers documents administratifs qui nous donnent à connaître ces juifs « ottomans » installés à Nîmes datent de la Première Guerre mondiale : le Ministère de l’Intérieur cherche à recenser et à connaître ces sujets d’un État allié à l’ennemi allemand. Tous les Ottomans nîmois sont marchands et israélites. Selon une circulaire ministérielle, le 6 novembre 1915, il aurait été signalé « que beaucoup de ces étrangers font une concurrence commerciale aux maisons françaises […]. L’opinion publique serait à juste titre émue que ces étrangers, même s’ils n’éprouvent aucun attachement pour leur nation d’origine, puissent concurrencer notre commerce national ». Le commissaire central de Nîmes ne manque pas de répondre que des commerçants en dentellerie font bien une concurrence sérieuse aux commerçants français « et que les marchands similaires seraient heureux de [la] voir disparaître »… Plusieurs de ces juifs d’origine ottomane combattent pourtant dans les rangs de l’armée française. Et, en matière de commerce, les grosses affaires sont rares ; beaucoup sont des marchands ambulants actifs dans le quartier des Halles et dans celui de Saint-Charles, au cœur de la Nîmes populaire. Quelques autres ont des commerces de bonneterie (presque exclusivement) dans les rues commerçantes du centre, rue de l’Aspic, rue du Général Perrier. Ces commerces sont « aryanisés » en 1942 et 1943, avec, chez les « administrateurs provisoires » nommés par Vichy, une palette d’attitudes, de l’appât du gain à la connivence avec les anciens propriétaires juifs.

3L’auteur ne fouille pas vraiment le dossier, ce que l’on peut regretter (tout comme l’on regrette un excès de fautes d’orthographe, osons le relever), mais son propos est d’offrir une vision générale, nécessairement un peu cursive, d’un destin collectif, de l’émigration depuis le monde ottoman jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

4On note des pages importantes sur les déportations, qui sont tardives, le pire étant arrivé en 1944, avec par exemple l’arrestation de dix personnes le 20 mai 1944, et de deux autres le 30 juin. De bonnes pages, également, sur les stratégies mises au point pour leur échapper : certains se cachent à Nîmes même, et surtout dans les « mazets » dont ils étaient propriétaires ou qui leur ont été prêtés (ces « mazets » sont de petites maisons bâties sur les hauteurs de la ville et où les Nîmois qui le pouvaient prenaient leurs quartiers dominicaux et estivaux) ; d’autres gagnent l’arrière-pays, dans le refuge protestant cévenol bien connu, ou même plus haut, par exemple à Grandrieu, en Lozère catholique.

5L’étude comprend, pour la moitié environ du volume, des annexes utiles : le tableau des Judéo-Espagnols présents à Nîmes d’après le recensement des « sujets ottomans » réalisé par la Préfecture du Gard le 17 novembre 1914 ; la liste des Judéo-Espagnols établie à partir du ficher juif de 1941 conservé aux Archives départementales du Gard ; la liste des Judéo-Espagnols déportés ; enfin les fiches, parfois munies de photographies, réalisées pour chacun de ces déportés. L’ensemble a donc vocation à constituer le « Mémorial » de la déportation des Judéo-Espagnols de Nîmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cabanel, « Xavier Rothéa, Les Judéo-Espagnols à Nîmes pendant la Seconde Guerre mondiale »Diasporas, 20 | 2012, 176-177.

Référence électronique

Patrick Cabanel, « Xavier Rothéa, Les Judéo-Espagnols à Nîmes pendant la Seconde Guerre mondiale »Diasporas [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.3165

Haut de page

Auteur

Patrick Cabanel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search