Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20BibliothèqueFritz Backhaus, Dmitrij Belkin, R...

Bibliothèque

Fritz Backhaus, Dmitrij Belkin, Raphael Gross (hgg.), Bild dir dein Volk ! Axel Springer und die Juden

Göttingen, Wallstein-Verlag, 2012, 224 p.
Dominique Trimbur
p. 179-181
Référence(s) :

Fritz Backhaus, Dmitrij Belkin, Raphael Gross (hgg.), Bild dir dein Volk ! Axel Springer und die Juden, Göttingen, Wallstein-Verlag, 2012, 224 p.

Texte intégral

1Le centenaire du très puissant et controversé magnat de presse Axel Springer a donné lieu en Allemagne à de nombreux événements, commentaires et ouvrages. Parmi cette masse, une exposition du musée juif de Francfort est revenue sur la vision qu’avait des Juifs et d’Israël cette personnalité marquée à droite, en prenant pour filtre le tabloïd, fleuron du groupe, Bild. Un riche catalogue a été publié à cette occasion, regroupant contributions scientifiques et témoignages relatifs à cette intéressante constellation. À travers ces nombreux textes (18 articles scientifiques, 6 témoignages), Springer apparaît comme l’une des figures ouest-allemande d’après 1945 que l’on peut le plus qualifier de philosémite.

2Le personnage est complexe, voire ambigu : ami des Juifs et d’Israël, c’est un conservateur qui n’hésite pas à engager des collaborateurs dont le passé n’est pas dénué de connivences – pour dire le moins – avec le national-socialisme. L’ensemble dont il s’agit ici permet d’éclairer de nombreuses facettes. On y trouve l’analyse du « fait juif » chez Springer (contribution de D. Belkin), avec dans le cadre d’une Histoire perçue comme lutte entre le Bien et le Mal, le souci de rétablir la mythique synthèse judéo-allemande (rachat de l’éditeur Ullstein, contribution de J. Berndt), en assumant le poids du passé. Dans cette perspective, les Juifs avaient été un don fait à l’Allemagne, et ainsi la Shoah une perte, ce qui suscite dès les années 1950, de façon théorique d’abord, la focalisation de Springer sur Israël comme incarnation des « nouveaux Juifs ». Ces efforts sont à ce titre reconnus par les Israéliens, qui acceptent même l’exagération de son pseudo-engagement antinazi du temps du Troisième Reich. Pour Springer, Israël est un rempart occidental en Orient, aux côtés du Liban. Il faut donc défendre à tout prix ce jeune État, comme compensation au poids du passé et de la culpabilité, ou comme sollicitation d’une conversion religieuse de la part des Allemands, afin qu’ils passent de l’indifférence à l’amour à l’égard des Juifs. Très pragmatique, homme d’affaires avisé, Springer confine ici à un certain mysticisme : il ressent une intense foi en l’Israël religieux, et n’a que peu d’attirance pour l’Israël sioniste laïque. Dans cette mesure, cet Israël idéalisé doit servir de contrepoint à une Allemagne en perte de sens.

3L’appel à la conscience des Allemands oblige dans tous les cas les journalistes qui travaillent pour lui : eux qui s’engagent contractuellement à œuvrer à la réconciliation judéo-allemande, il n’hésite pas à leur imposer des lectures qui l’ont lui-même profondément touché, les fait écrire sur les premiers et rares procès intentés contre des criminels nazis, ou sur les incidents antisémites qui marquent la RFA (K.‑C. Führer). Un point d’orgue est constitué par le procès Eichmann : la procédure est régulièrement reprise dans les colonnes de Bild, avec une passion et un engagement qui tranchent avec d’autres organes de presse (« pas de distinction entre l’information et l’opinion », p. 22). Le procès de l’ancien haut responsable SS n’est d’ailleurs que le début d’une longue série de procédures, qui cette fois prennent place en RFA ; et Bild, sous la férule de Springer, demeure au rendez-vous dans l’observation de procès qui participent de la nécessité de faire la lumière sur le passé nazi et de construire démocratiquement l’Allemagne, en particulier fédérale (contribution de W. Renz à propos du fameux « procès d’Auschwitz » à Francfort, 1963‑1965 : les débats s’accompagnent d’une visite de l’ex-camp par la cour et des journalistes ouest-allemands, une première dans la Pologne communiste d’alors). Volontariste, la démarche de Springer entre toutefois dans l’air du temps : la personnalisation des nazis permet d’éviter une remise en cause collective. En ce sens se retrouve ici cette ambiguïté qui demeure, avec la possibilité que Springer a d’employer, pour le bien de sa cause, des journalistes juifs, anciens exilés (Ernst Cramer, contribution de G. Kruip), mais aussi des collègues dont le passé nazi est connu (Paul Carell, contribution de C. Plöger).

4Springer entretient des amitiés juives, comme le montrent les cas de Hans Rosenthal (contribution d’A. Giebel) et surtout de son ami d’enfance et député juif du parti chrétien-démocrate Erik Blumenfeld (F. Bajohr). Celui-ci est à l’origine de sa première visite en Israël (1966) : découvrant l’État juif concret, Springer en fait alors sa deuxième patrie. Il assimile les sorts de Jérusalem et de Berlin, deux villes divisées ; la guerre des Six jours et la « réunification » de la Ville sainte confortent ses efforts en vue de la réunification de l’ancienne capitale allemande (V. Schuleman). A partir de là, l’engagement de Springer en faveur d’un renforcement d’Israël est constant et conséquent : cela passe par une action de mécénat culturel ; comme par un appui politique sans discussion, à l’encontre des États arabes, qui sont pour lui les marionnettes des communistes, assimilables aux nazis et dont le but est de terminer leur travail. L’admiration pour un Israël fort n’est pas sans ambiguïté, les généraux israéliens (Dayan), antinomiques des Juifs décriés par les antisémites, devenant selon lui victorieux parce que s’inspirant… de la Wehrmacht. De façon logique, dans ce qui peut être qualifié de relation amoureuse (M. Jürgs), Springer s’engage tôt pour l’établissement des relations diplomatiques entre la RFA et Israël, et pour que Bonn appuie Israël sans nuance, que l’État juif soit menacé (Munich 1972, Kippour 1973) ou à l’offensive (Entebbe 1976, attaques de Begin contre le Chancelier Schmidt 1981) – contribution de M. Halbinger. Cet attachement à Israël suscite à la fois admiration, notamment de la part d’adulateurs israéliens (témoignages d’A. Primor, A. Kollek), et critique, voire détestation passionnées (D. Cohn-Bendit, G. Wallraff). Springer et sa presse, aux côtés du premier ambassadeur Asher Ben Natan, en tant qu’ardents défenseurs d’un Israël devenu « impérialiste » après 1967, deviennent les cibles des étudiants et intellectuels (contributions d’E. Shapira, T.B. Müller), puis des terroristes ouest-allemands (contributions de W. Kraushaar et de W. Konitzer). Anticommuniste, Springer interprète à son tour ces attaques, dont il condamne les arrière-pensées antisionistes, voire antisémites, comme la preuve d’une instrumentalisation des étudiants par la RDA (D. Claussen) ; Berlin-Est n’étant effectivement pas en reste en orchestrant campagnes de presse et manipulations effectives contre Springer, lui qui incarne la RFA, et par-delà le monde occidental honni (J. Staadt, s. Wolle).

5La multiplicité des aspects étudiés dans l’ouvrage aboutit à un portrait précis d’une personnalité aux ressorts complexes et à l’influence durable, sur le monde de la presse allemande en général, et en particulier dans les facettes mises ici en avant. De nos jours, près de vingt ans après son décès, l’impératif d’un traitement journalistique bienveillant envers le judaïsme et Israël de la part des journalistes du groupe Springer demeure une réalité marquante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Fritz Backhaus, Dmitrij Belkin, Raphael Gross (hgg.), Bild dir dein Volk ! Axel Springer und die Juden »Diasporas, 20 | 2012, 179-181.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Fritz Backhaus, Dmitrij Belkin, Raphael Gross (hgg.), Bild dir dein Volk ! Axel Springer und die Juden »Diasporas [En ligne], 20 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.3185

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Chercheur associé, Centre de Recherche français à Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search