Skip to navigation – Site map

HomeNuméros20BibliothèqueSossie Andézian, Le sacré à l’épr...

Bibliothèque

Sossie Andézian, Le sacré à l’épreuve du politique – Noël à Bethléem

Paris, Riveneuve éditions, 2012, 237 p.
Dominique Trimbur
p. 181-183
Bibliographical reference

Sossie Andézian, Le sacré à l’épreuve du politique – Noël à Bethléem, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 237 p.

Full text

1Comme l’indique son titre, l’ouvrage de Sossie Andézian porte sur la confusion, habituelle en Terre Sainte/Palestine/Israël, entre religion et politique. La nouveauté ici porte sur l’instrumentalisation de la Noël – ou plutôt des Noëls – de Bethléem par l’Autorité palestinienne.

2L’ouvrage est varié : analyse anthropologique, il relate des observations effectuées par l’auteure sur une longue durée, accompagnées de photographies réalisées sur le terrain. Il reprend aussi l’historique et la complexité du lieu : la basilique de la Nativité, Bethléem et la constellation Jérusalem/Bethléem ; comme celle des pratiques festives qui l’entourent, avec de tout temps implication du politique, du pouvoir en place.

3Le but de l’ouvrage est de montrer la réappropriation nationale palestinienne depuis 1994, et le passage d’un lieu saint chrétien à un lieu de mémoire nationale dans une société majoritairement musulmane. Cela passe par la description du contexte historique des Eglises locales, faite de fragmentation continue, de séparation entre ethnies et territoires, de compétitions entre Latins (catholiques) et Églises locales à partir de 1099 (prise de Jérusalem par les Croisés). Avec au bout du compte la régulation incarnée par le statu quo de 1852, mis en place par les Ottomans et respecté depuis par les puissances souveraines, ou concurrentes, consécutives. Les soubresauts politiques depuis 1948 ont toutefois régulièrement pour conséquence une approche difficile aux lieux saints. Tandis qu’en dépit des difficultés politiques qui les unissent les chrétiens continuent de s’opposer entre eux à propos des Lieux saints : les « espaces en partage » entraînent une compétition dans des lieux identiques, guère atténuée par de maigres efforts œcuméniques.

4La basilique synthétise cette situation : dégradée, son architecture complexe correspond à la complexité du découpage religieux. Comme le montre l’auteure, le statu quo interne à l’église demeure fondamental pour des pratiques liturgiques qui se maintiennent (le toucher de l’étoile de la Nativité étant la plus notable). Le site n’est toutefois plus aussi accessible que par le passé : objectif final d’une déambulation débutant à Jérusalem, les conditions politiques compliquent largement l’accès, avec au vrai sens du terme rupture de l’engagement au libre accès aux Lieux saints par les autorités israéliennes depuis l’érection du mur (2005), et donc infraction au statu quo. La situation actuelle (avec déplacement des rites à la télévision) signifie une cassure par rapport à une évolution bimillénaire : les premiers débats christologiques aboutissant à trois fêtes de Noël différentes selon les Églises catholique, orthodoxe ou arménienne, chaque Église a sa propre procession et ses rituels mêlant religion et politique, les solennités étant dirigées par les Patriarches respectifs. Le politique pour sa part enregistre une place accrue : occasionnel du temps de l’Empire romain, il est omniprésent du temps du Royaume latin (inscription dans la filiation du Christ, donc du roi David) et retrouve sa fonction après 1847, date du rétablissement in situ du Patriarcat latin de Jérusalem. L’auteure aurait pu mentionner ici la place accordée aux consuls représentant les puissances dites catholiques, l’importance des messes dites de minuit célébrées lors des pèlerinages catholiques aux Lieux saints, ou l’importance religieuse et politique accordée par la France à la présence à Bethléem de son émissaire, le cardinal Dubois, lors de la Noël 1919, immortalisée par les opérateurs d’Albert Kahn. Si les processions respectives sont codées, inscrites dans le statu quo, avec des escortes bien établies (rôle des scouts depuis l’introduction du mouvement en Palestine mandataire, continué jusqu’à nos jours), une forte part demeure à la spontanéité et au sentiment dévot.

5Noël à Bethléem, c’est aujourd’hui une célébration en trois temps : latine (catholique), orthodoxe (avec facettes diverses), et arménienne, sur près de trois semaines. Ce sont à chaque reprise des célébrations religieuses, publiques, festives, populaires, officielles, protocolaires, en présence de fidèles, mais aussi de curieux. À la différence des fêtes chrétiennes de Jérusalem (Pâques, notamment), la nativité est devenue explicitement une fête nationale, de par la participation du président de l’Autorité palestinienne : elle est littéralement mise en scène à partir de 1995, avec force discours érigeant – carrément – le Christ en « premier révolutionnaire palestinien », et adoption d’un message christique, la souffrance du Christ devant illustrer la condition du peuple palestinien. Yasser Arafat a été le réinventeur de la fête de Noël à Bethléem, et son initiative a été reprise par M. Abbas. Les premiers temps ont été prometteurs et flamboyants, avec fusion de la population palestinienne derrière ses nouveaux chefs (décennie 1990), l’année 2000 devant passer pour la consécration du mouvement (millenium, Bethléem 2000, pèlerinage de Jean-Paul II). Les aléas du temps suivant immédiatement cette année faste ont conduit à une forte régression : c’est la deuxième intifada en 2000 ; l’épisode du siège de la basilique au printemps 2002 (avec un temps risque d’islamisation, et une quasi-fusion islamo-catholique à ce moment – les Franciscains étant à la pointe de la résistance) ; 2005 et la construction du Mur de séparation, très fort obstacle à la déambulation de Jérusalem à Bethléem, qui est un moment fort du rite. L’ensemble conduit progressivement à un changement : les pèlerins locaux n’ont guère plus accès aux festivités, tandis que reviennent les pèlerins étrangers. L’empêchement pratique mis à l’accès au lieu saint n’atténue toutefois pas l’ardeur religieuse et patriotique : en témoigne le souci ancien de faire passer la basilique et Bethléem au rang de patrimoine de l’UNESCO, ce qui est le cas depuis juin 2012.

6Affaire compliquée, les Noëls à Bethléem sont désormais décryptées grâce au travail de S. Andézian : son observation est à la fois érudite, exhaustive et vivante. Ouvrage analytique, il est également (parfois un peu trop) descriptif, avec ici le portrait de cérémonies ritualisées comme de leurs à-côtés plus intimes, moins médiatisés. On comprend désormais mieux l’importance du lien entre politique et religion cristallisé par ce qui est devenu un symbole national ; avec par-là, pour les chrétiens locaux, marquage, sinon renforcement de leur place dans la société palestinienne et fort attachement de leur part à un lieu, à un événement transnational.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Trimbur, “Sossie Andézian, Le sacré à l’épreuve du politique – Noël à BethléemDiasporas, 20 | 2012, 181-183.

Electronic reference

Dominique Trimbur, “Sossie Andézian, Le sacré à l’épreuve du politique – Noël à BethléemDiasporas [Online], 20 | 2012, Online since 01 November 2012, connection on 30 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/diasporas/3199; DOI: https://doi.org/10.4000/diasporas.3199

Top of page

About the author

Dominique Trimbur

Chercheur associé, Centre de Recherche français à Jérusalem

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search