Navigation – Plan du site
Expulsions individuelles, expulsions collectives entre Europe et Amériques

«  À bas les Anglais ! »

Mobilisations collectives contre des Britanniques, de la monarchie de Juillet à la révolution de 1848
“Down with the English!” Collective mobilisations against Britons, from the July monarchy to the 1848 revolution
Fabrice Bensimon
p. 33-90

Résumés

Sous la monarchie de Juillet, des ouvriers britanniques venus travailler dans le textile, le fer ou la construction ferroviaire sont parfois la cible de mobilisations collectives. Celles-ci se multiplient en 1848, dans les semaines qui suivent la chute de la monarchie. Des ouvrières écossaises dans le coton, dans l’Eure, et des ouvrières écossaises et irlandaises dans le lin à Petit-Quevilly (Seine-Inférieure) sont prises pour cible et doivent partir. À Calais, des dentelliers anglais évoquent aussi une éruption de xénophobie. On s’intéresse ici aux logiques présidant à ces mobilisations, alors que la République vient d’être proclamée et célèbre la fraternité.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Grande-Bretagne, France, Calais, Petit-Quevilly, Eure
Haut de page

Texte intégral

Merci pour leur relecture et leurs commentaires à Pierre-Jacques Derainne, Delphine Diaz, Laurent Dornel et Hugo Vermeren.

  • 1 Michelle Perrot, «  Les rapports entre ouvriers français et étrangers (1871-1893) », Bulletin de la (...)
  • 2 Pierre-Jacques Derainne, Le travail, les migrations et les conflits en France. Représentations et a (...)
  • 3 Fabrice Bensimon, «  British workers in France, 1815-1848 », Past and Present, 2011, n°  213, p. 14 (...)

1Dans les études sur les mobilisations collectives contre des étrangers en France, celles ciblant des Britanniques occupent une place un peu marginale, à la mesure de leur faible place dans l’histoire de l’immigration du pays. Les travaux de Michelle Perrot, de Gérard Noiriel, de Laurent Dornel et de Bastien Cabot se concentrent sur la période de plus forte intensité, les années 1880 et 18901. Or l’âge d’or de l’immigration de travail britannique remonte à la Restauration et surtout à la monarchie de Juillet, période pour laquelle nous disposons notamment de la thèse inédite de Pierre-Jacques Derainne2. En outre, l’immigration britannique a alors des caractères spécifiques, en comparaison avec les flux en provenance de Belgique, d’Italie ou d’Allemagne : il s’agit en grande partie d’une immigration de travailleurs qualifiés, parfois bien payés, notamment dans la métallurgie, qui jouent sur la supériorité technique acquise par leur pays au cours de la révolution industrielle et viennent sur le continent à titre temporaire3. Néanmoins, les Britanniques n’échappent pas à des manifestations d’hostilité voire à des émeutes, en particulier en 1848.

2Ces mobilisations, sans lien apparent entre elles, laissent perplexe. Comment comprendre que ces ouvrières, ces ouvriers soient ainsi pris pour cible par d’autres, dont ils ont partagé le travail et le voisinage ? Quelles logiques sont à l’œuvre, alors que la République vient d’être proclamée et qu’on célèbre la fraternité des peuples ? Ces manifestations doivent être inscrites dans la longue durée, comme l’ont fait les travaux cités. Elles peuvent aussi être comprises dans le temps court de la crise industrielle et de la révolution. Les études de cas révèlent des modalités et des stratégies discursives partagées, mais également des singularités. Nous allons ici nous attacher à quelques cas documentés, en tentant de donner du sens à ces manifestations d’hostilité. Les sources semblent contradictoires, comme derrière un verre opaque à travers lequel l’historien tente de saisir le passé. Elles sont relativement abondantes, ces émeutes ayant inquiété les autorités, parfois des deux côtés de la Manche. Outre la presse locale, souvent prolixe, les archives de police et de justice, ainsi que les archives consulaires, rapportent ces mobilisations, dans les registres et avec les problèmes qui leur sont propres.

Les migrants britanniques sous la monarchie de Juillet

3Sous la monarchie de Juillet, des milliers d’ouvriers et de techniciens britanniques travaillent en France, principalement dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de Picardie, de Normandie, et aussi un peu en Bretagne. Ils appartiennent à différents secteurs où la Grande-Bretagne, alors pleinement engagée dans la Révolution industrielle, dispose d’une avance technique. Par divers canaux, ils ont été recrutés par des entrepreneurs, français ou britanniques, ou encore ils se sont établis comme artisans.

  • 4 Archives nationales, Bulletin de Paris, F/7/3884, 5 et 7 septembre 1830.
  • 5 Pobecheim, émigré autrichien, s’était associé au contremaître anglais James White pour exploiter la (...)
  • 6 Archives départementales (AD) de la Nièvre. Rapport du procureur du roi, 27 août 1837, cote 3 U5 16 (...)
  • 7 AD de la Nièvre, 22 F 6, fonds Dufaud-Martin, Journal de Georges Dufaud.
  • 8 Rainer Fremdling, «  The Puddler. A Craftsman’s skill and the spread of a new technology in Belgium (...)

4Pierre-Jacques Derainne relève de nombreuses manifestations de xénophobie à l’encontre des étrangers, italiens, allemands, belges, britanniques, même si, au total, il ne compte que six manifestations de plus de cent personnes contre des étrangers entre 1819 et 1847. Après la révolution de 1830, les compositeurs parisiens se mobilisent contre la présence de typographes britanniques4. Une mobilisation similaire a lieu en 1833 dans une filature de soie près d’Itteville en Seine-et-Oise5. À Fourchambault, dans la Nièvre, une émeute a lieu les 15, 19 et 20 août 1837 contre des forgerons britanniques. D’après le patron, Dufaud, comme d’après les rapports du procureur du roi à Nevers, les ouvriers français sont convaincus qu’on leur préfère les Anglais. Une rixe commence à la fonderie, reprend dans une taverne, et deux Anglais sont bientôt menacés et poursuivis, l’hostilité à leur encontre s’étendant à «  ceux qui ont refusé de les livrer sans défense à leurs ennemis ; témoin encore la femme Gardiennent qu’on a menacée, elle et son mari, de saigner comme des cochons s’ils s’avisaient de recevoir des loups (des Anglais) ». Le 19 août, rapportent les autorités, «  l’exaspération a été portée à son comble » et, d’un groupe d’ouvriers, «  s’échappaient des propos tels que ceux-ci : “Moi, je tuerai un anglais, moi j’en tuerai deux”6 ». «  Deux maisons habitées par les étrangers ont été assiégées, rapporte le directeur de la forge, toutes les fenêtres ont été brisées et l’un des ouvriers anglais a été blessé d’un coup de couteau au bras. Ils annonçaient même l’intention de tuer l’autre7… » Les «  Anglais » de Fourchambault viennent en fait de l’industrie métallurgique du sud du pays de Galles et ce sont alors les meilleurs ouvriers du fer d’Europe. Ils protègent jalousement leur savoir-faire, qu’ils vendent dans des forges françaises, belges et allemandes8. Pour une tonne de fer affinée, un puddleur français gagne 9 francs, le Gallois 13 francs ; pour une tonne de fer étirée, le Français 5 francs, le Gallois 7 francs. Et les inégalités de salaire sont des motifs fréquents d’hostilité envers les étrangers.

  • 9 «  Turn out of working men at Maromme, etc. in the early part of the week a number of the hands who (...)
  • 10 Journal du Havre, 17 octobre 1844, cité in Jean Le Guen, «  1847, l’arrivée du chemin de fer au Hav (...)

5Sur le chantier ferroviaire de la ligne Paris-Rouen-Le Havre (1841-1847), les entrepreneurs Mackenzie et Brassey et l’ingénieur Joseph Locke sont britanniques, et ils ont fait venir des milliers d’ouvriers d’outre-Manche, des terrassiers notamment. En mars 1844, à Maromme et Déville (Seine-Inférieure), des ouvriers licenciés par les fabriques des environs se rassemblent et «  exigent d’être embauchés sur les chantiers de chemin de fer […] Ils expriment un grand mécontentement que des Anglais soient employés alors qu’eux sont sans travail9 ». La presse havraise rapporte des rixes dans les communes rurales le long du chantier, entre jeunes ouvriers britanniques, qui s’affrontent entre Irlandais, Écossais et Anglais, mais «  savent faire l’union sacrée le dimanche pour aller en découdre avec les jeunes Normands du pays de Caux10 ». Dans ce cas comme dans d’autres, c’est la pénurie d’emplois qui est à l’origine d’un conflit. Dans ces mouvements sporadiques s’exprime donc une xénophobie qui semble latente, et prête à se manifester.

  • 11 François Jarrige, Au temps des «  tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industr (...)
  • 12 Service historique de la Défense, E5 100.
  • 13 Un dossier assez complet figure aux Archives nationales, BB 18/1442. Voir aussi Journal de Rouen, 2 (...)

6En d’autres circonstances, des mouvements visent des chefs d’entreprise, sous-traitants, ingénieurs, contremaîtres britanniques qu’on accuse d’introduire de nouvelles machines qui causent du chômage, selon des modalités qu’a bien étudiées François Jarrige11. À Montrouge, en 1842, aux travaux du mur d’enceinte de Paris, des terrassiers français cessent le travail quand deux sous-traitants britanniques utilisent quatre machines à poulie pour monter les brouettes de gravats ; et ils exhortent la vingtaine de terrassiers britanniques à les rejoindre12. À Elbeuf en mai 1846, l’arrivée d’un mécanicien anglais appelé par un fabricant de draps, afin d’installer une trieuse des laines, entraîne une vive réaction des femmes chargées d’opérer le triage des laines à domicile. Le mécanicien est agressé et la demeure du patron assiégée, avant que la troupe n’intervienne et ne procède à trente-trois arrestations13.

  • 14 Voir Pierre-Jacques Derainne, Le travail, les migrations…, op. cit. ; Fabrice Bensimon, «  British (...)

7Deux autres mobiles peuvent avoir joué contre les ouvriers britanniques. D’abord, comme l’a souligné David Todd, le «  nationalisme économique » est fort sous la monarchie de Juillet, avec des avocats influents tels qu’Adolphe Thiers, l’industriel roubaisien Auguste Mimerel, ou l’ingénieur et économiste Charles Dupin. Des journaux ouvriers comme L’Atelier défendent aussi l’anglophobie économique. La gauche républicaine est majoritairement protectionniste et anti-anglaise, à l’instar de Buchez, Louis Blanc, Proudhon, Pierre Leroux et des journaux de gauche, à l’exception du Populaire de Cabet14.

8Enfin, sous la monarchie de Juillet, l’emploi des femmes dans l’industrie suscite une certaine réprobation, qui peut s’ajouter à celle qui vise les étrangers. Ainsi, quand en 1847 des ouvrières écossaises sont embauchées par la Société linière du Finistère, située à Landerneau, le journal ouvrier L’Atelier, rédigé par des partisans du socialiste chrétien Philippe Buchez, s’indigne :

«  Nous n’avons point lu sans un profond sentiment de tristesse le fait suivant, publié par presque tous les journaux : “Le bateau à vapeur le Finistère a débarqué ces jours-ci à Morlaix trente-huit Écossaises à destination de la filature de Landerneau. Ces femmes sont destinées à former le noyau d’ouvrières de la Société linière du Finistère. Elles travaillent dans les manufactures depuis leur enfance, obéissent à la voix, au signe même, avec une précision qui ferait honte à un bataillon d’élite. À leur sortie du bateau à vapeur, elles se sont rangées sur le quai pour attendre l’ordre de marcher. Quoique on leur eût laissé la faculté de se promener pendant les deux ou trois heures qui séparaient leur arrivée de leur départ, aucune d’elles n’a eu la curiosité de visiter la ville de Morlaix, et toutes se sont embarquées dans les voitures qui doivent les emporter à Landerneau avec l’insouciance et le silence d’une machine qui obéit à un moteur.”

  • 15  L’Atelier, novembre 1847, p. 32.

Si nos anglomanes ont amené en France cet échantillon britannique dans le but de provoquer et de généraliser parmi nous un résultat semblable, il faudra qu’ils fassent singulièrement violence à notre esprit national. Pétrir la nature humaine au point de la réduire à l’état de machine et de l’abaisser au rôle passif d’une brute que l’on commande est une chose qui révolte l’esprit. L’on ne parle qu’avec pitié de la condition des ouvriers de la manufacture, sur lesquels nos modernes seigneurs du capital ont expérimenté, par une longue pratique, les désastreuses théories des économistes anglais. Voudrait-on pousser jusqu’à ses dernières conséquences un si abominable système15 ? »

9Plusieurs facteurs peuvent donc aider à décrypter les mobilisations collectives antibritanniques qui éclatent en 1848.

1848 : trois mobilisations contre les «  Anglais »

  • 16 «  Expulsion of Welsh workmen from France », North Wales Chronicle (Bangor, pays de Galles), 16 mai (...)
  • 17 «  Antipathy to English servants », Hull Packet, 17 mars 1848, p. 6.
  • 18 National Archives (Londres), FO 146 350. Lettre du consul de Granville, John Turnbull, à Lord Norma (...)
  • 19 «  Calais. Notre ville, si calme jusqu’ici, a été troublée mercredi dernier. Quelques groupes d’ouv (...)

10Les principales manifestations contre des Britanniques ont lieu après les journées de février et la chute de la monarchie de Juillet. À Decazeville (Aveyron), des ouvriers du fer gallois et leur famille, 38 personnes au total, sont contraints au départ16. À Paris, les domestiques français s’organisent contre l’emploi de Britanniques, les prenant à partie, et menaçant ceux qui les emploient de s’en prendre à leurs chevaux ; les cochers promettent de déloger les cochers anglais de leurs voitures17. Ailleurs, l’anglophobie s’exprime différemment ; par exemple, le consul britannique à Granville (Manche) rapporte que la «  populace », rassemblée sur le quai, a empêché l’embarquement de provisions vers l’Angleterre, convaincue que la cherté de la viande, en particulier, résultait de l’exportation de bestiaux18. Un incident similaire se produit en mai à Calais19.

11Pour trois cas au moins, nous disposons de plusieurs sources.

Les ouvrières du lin de La Foudre

  • 20 Fabrice Bensimon, Christopher A. Whatley, «  The thread of migration : A Scottish-French linen and (...)
  • 21 AD de la Seine-Inférieure, 10 M 324, «  Mouvement et émigration de la main-d’œuvre […] Renvoi d’ouv (...)
  • 22 «  Ce matin, le bateau à vapeur Louis-Philippe, qui a pris nom de Sésostris, est entré dans le port (...)

12La présence des Britanniques dans le textile normand remonte au xviiie siècle et, en 1848, quelque 2 000 d’entre eux vivent dans et autour de Rouen. L’usine La Foudre à Petit-Quevilly (Seine-Inférieure) est une des nombreuses usines de lin où, sous la monarchie de Juillet, les fabricants ont acheté des machines britanniques et, à défaut d’une main-d’œuvre qualifiée disponible localement, ont fait venir des mécaniciens et des ouvrières britanniques, à même de les faire fonctionner. En fait, dans ce secteur, la plupart de ceux qu’on appelle les «  Anglais » viennent de Dundee en Écosse, où une florissante industrie du lin et du jute attire des dizaines de milliers d’Écossais et d’Irlandais d’Ulster, et où le patronat linier se débarrasse souvent des fileuses quand elles atteignent 18 ans et qu’il faut relever leurs salaires20. Un certain nombre de ces ouvrières de Dundee proviennent d’une autre région linière, l’Ulster en Irlande, Belfast en particulier. Un dossier concernant 25 des ouvrières de l’usine La Foudre indique que 14 d’entre elles sont originaires de Belfast et 11 d’Écosse, dont 8 de Dundee21. La majorité de ces femmes ont donc migré au moins deux fois. Ainsi, le 28 février 1848, alors qu’une manifestation est dirigée contre ces ouvriers, des dizaines d’entre eux doivent partir dans la précipitation, laissant jusqu’à leurs effets personnels22. Le consul britannique au Havre les rencontre quelques jours plus tard :

  • 23 National Archives FO 146 350. Lettre du consul britannique au Havre, Featherstonehaugh, à l’ambassa (...)

«  J’ai dû me rendre ce matin à 7 heures sur la côte pour voir près de 300 sujets britanniques, hommes et femmes travaillant à l’usine de lin de Messieurs Le Bandy à Petit-Quevilly, près de Rouen, que j’ai trouvés dans une condition des plus déplorables. Les ouvriers français de cette usine les avaient brutalisés et conduits à bord d’un vapeur sans même leur laisser le temps de recevoir leurs salaires, de rentrer et de prendre leurs vêtements et leurs affaires ; et c’est dans cet état de privation qu’ils ont atteint ce lieu. J’en ai déjà dirigé certains vers l’Angleterre, et une délégation des leurs est allée à Rouen pour récupérer les vêtements des femmes23. »

  • 24 Lettre du maire de Portsmouth : « Sir - I have the honour to report that two vessels, the Brighton (...)

13Cet épisode est sans doute le plus violent des manifestations antibritanniques de 1848. Ses ressorts en sont complexes, et la parole des émeutiers nous échappe. On sait également peu de choses sur les trajectoires des ouvriers britanniques de La Foudre. La presse et les autorités britanniques évoquent le retour de certains d’entre eux. Le 13 mars, la question est soulevée au Parlement, et le ministre de l’Intérieur, George Grey, interpellé, évoque un échange avec le maire de Portsmouth, où sont arrivées «  quatre-vingt-dix-sept personnes, hommes, femmes et enfants, tous des travailleurs du lin, ou qui y sont rattachés de quelque façon ». «  Ils sont venus avec fort peu de vêtements, précise le maire, et il a été nécessaire de fournir à la majorité des femmes des bonnets, des châles, et des chaussures24. » Ces travailleurs s’apprêtent à quitter le port pour Dundee et Glasgow, et surtout pour Dublin et Belfast, ce qui confirme la provenance irlandaise et écossaise de la plupart des ouvrières du lin. Leurs trajectoires ultérieures demeurent néanmoins inconnues.

Les dentelliers de Calais

  • 25 Voir Fabrice Bensimon, «  The emigration of British lace makers to continental Europe (1816-1860s)  (...)

14À Calais, depuis 1817, des dentelliers britanniques s’installent pour travailler et vendre leur production sur le marché français. À la différence des travailleurs du lin ou des forgerons, ce sont d’abord des artisans, de petits entrepreneurs, des ouvriers qui travaillent pour eux et leurs familles. L’immense majorité vient des Midlands britanniques, et plus particulièrement de la région de Nottingham, la capitale britannique de la dentelle mécanique. S’ils émigrent vers le continent, c’est que le marché est saturé outre-Manche. En s’établissant à Calais, ils peuvent contourner les droits de douane élevés qui pèsent à l’entrée du marché français, le premier en Europe. En quelques décennies, une véritable filière migratoire s’est établie : les entrepreneurs établis à Calais publient des offres d’emploi dans la presse de Nottingham, où ils se rendent régulièrement pour recruter, acheter des pièces de machine et des filés de coton, ou encore s’informer sur les modèles et les techniques25. Avec les progrès de la dentelle mécanique, qui s’impose progressivement aux dépens de la dentelle à la main, les Britanniques sont plusieurs centaines. Lors du recensement de 1846, ils sont plus de 1 500 à Saint-Pierre-lès-Calais, la ville basse limitrophe de Calais, et où s’exerce l’essentiel de l’activité «  tulliste », selon le terme alors en usage.

15Le 21 mars 1848, le consul anglais rapporte à son autorité de tutelle, le Foreign Office :

  • 26 National Archives, FO 146 350. Lettre du consul de Calais à Palmerston, secrétaire au Foreign Offic (...)

«  Dimanche, on a entendu pour la première fois le cri de “À bas les Anglais” dans la ville basse ; ces cris ont redoublé hier et ont été accompagnés de nombreuses insultes envers des travailleurs anglais lancées par des individus issus du bas peuple. Des affiches ont été apposées appelant à une réunion hier pour réclamer du travail, du pain et l’expulsion des ouvriers anglais : 200 personnes, de la plus basse populace, y ont assisté26. »

16S’ajoutant à d’autres mobilisations anti-anglaises, celle visant les dentelliers calaisiens est relayée par la presse outre-Manche, sans doute informée par le gouvernement, qui s’empare de ces «  expulsions ». Le Times de Londres s’indigne ainsi :

  • 27  » Upwards of 500 English mechanics and workmen of different descriptions have arrived from France, (...)

«  Plus de 500 mécaniciens et ouvriers anglais de différentes catégories sont arrivés de France, depuis dimanche, nombre d’entre eux dans un état de grande pauvreté, presque sans argent ni vêtements, et après avoir perdu leurs outils, en conséquence des violences qu’ils ont subies des ouvriers français syndiqués, lesquels ont obligé leurs maîtres et contremaîtres à se soumettre à leur volonté et à leur cri “À bas les Anglais !” […] Chaque jour, d’autres quittent non seulement Paris mais chaque partie du pays, car les troubles les plus graves sont attendus dans les départements à l’approche des élections, de la part de parties de la populace, et il est à redouter que l’armée prenne une part de premier plan au mouvement, plusieurs régiments étant dans un état absolu de mutinerie27. »

17On fustige cette république qui clame sa fraternité et chasse les valeureux Britanniques, souvent représentés sous les traits des terrassiers du chemin de fer, plutôt que des ouvrières du lin ou des dentelliers (voir figures 1 et 2). Et le gouvernement crée un comité de soutien aux ouvriers britanniques, auquel la Reine Victoria et le prince Albert souscrivent 200 livres sterling. On se moque aussi des capacités techniques des Français, comparées à celles des Britanniques (voir figure 3). Ces dénonciations sont d’abord à usage domestique. La France et l’Europe sont en révolution et les autorités britanniques en redoutent les effets sur deux fronts. D’une part, le mouvement chartiste, revendiquant depuis 1838 le suffrage universel, s’est engagé dans une troisième pétition géante pour ses six points, et tente de s’appuyer sur la chute de la monarchie de Juillet. «  La République pour la France, et la Charte pour l’Angleterre », disent les chartistes dans les meetings de mars 1848, quand ce n’est pas : «  Nous aurons la Charte ; sinon, nous imposerons la République. » D’autre part, en Irlande, les nationalistes de la Confédération irlandaise donnent de la voix, en s’appuyant également sur l’élan créé par les révolutions du continent. En Grande-Bretagne, on vilipende donc d’autant plus vivement les «  expulsions », qui sont abordées par l’ambassadeur britannique dans ses discussions avec le gouvernement provisoire de Lamartine.

Figure 1 : « A Specimen of French “Fraternité”. English Labourers driven out of France », Punch, 11 March 1848, vol. 14, p. 120.

Figure 1 : « A Specimen of French “Fraternité”. English Labourers driven out of France », Punch, 11 March 1848, vol. 14, p. 120.

Figure 2 : « Liberté, Égalité, Fraternité. À bas les Anglais », The Man in the Moon, vol. 3, 1848, n° 16, p. 220.

Figure 2 : « Liberté, Égalité, Fraternité. À bas les Anglais », The Man in the Moon, vol. 3, 1848, n° 16, p. 220.

Figure 3 : «  Train on a French railway, constructed by themselves after the departure of English workmen », The Man in the Moon, vol. 3, 1848, p. 333.

Figure 3 : «  Train on a French railway, constructed by themselves after the departure of English workmen », The Man in the Moon, vol. 3, 1848, p. 333.

Les tisseuses de l’usine Waddington

18Pour son usine de coton de Saint-Rémy-sur-Avre (Eure), le patron d’origine britannique Waddington a fait venir en 1842 huit ouvrières écossaises «  pour instruire les ouvriers français dans le tissage mécanique qu’ils connaissaient alors très imparfaitement ». En juin 1848, il explique dans une lettre au préfet de l’Eure :

  • 28 AD Eure, 1 M 246 : Coalitions ouvrières, Lettre de Frédéric Waddington au préfet de l’Eure, 21 juin (...)

«  Les ouvriers de Mocquedieu (ou Mocdieu) [c’est-à-dire les tisserands] plus mal inspirés, découvrirent un nouveau prétexte pour m’imposer leur volonté : ils voulurent expulser huit ouvrières écossaises qui résident dans ce pays depuis six ans et dont une ou deux ont épousé des Français parce que l’une d’elles, insultée publiquement par un tisserand, aurait fait une réponse malhonnête. Sur mon refus de leur sacrifier les étrangères, ils abandonnèrent à nouveau leurs métiers et malgré mes promesses réitérées de faire faire une réparation par la coupable, si elle était due, ou de la renvoyer si elle ne voulait pas s’y soumettre, ils sont restés en grève permanente28. »

19Sans nier la réalité de cette mobilisation, le maire de la commune voisine de Nonancourt donne cependant une autre explication au préfet :

  • 29 AD Eure, 1 M 246 : Coalitions ouvrières, Lettre du maire de Nonancourt, Claude Gros-Fillay, au préf (...)

«  Non seulement ces Écossaises n’avaient pas apporté de perfectionnement dans le tissage mécanique de Mocquedieu mais que la plupart savaient à peine travailler. Et que M. Waddington les avait fait venir afin d’obtenir une baisse du prix du travail en les menaçant de les renvoyer tous pour leur substituer des étrangers29. »

20Nous reviendrons sur ce mobile, fréquemment évoqué, à propos de mouvements visant des ouvrières étrangères.

La crise industrielle, la révolution de 1848 et l’anglophobie

21Une partie des textes accréditent donc l’hypothèse d’une xénophobie latente, qui se serait exprimée dans la foulée de la chute de la monarchie de Juillet. Mais d’autres sources offrent un éclairage différent.

À La Foudre

22À Rouen, l’émeute de La Foudre est largement fustigée, notamment par les autorités. Plus tard, le militant républicain et socialiste rouennais Charles Cord’homme (1824-1906), que son neveu Maupassant a représenté dans Boule de Suif sous les traits de Cornudet, «  la terreur des gens respectables », écrira :

  • 30 Yannick Marec, 1848 à Rouen. Les Mémoires du Citoyen Cord’Homme, oncle de Maupassant, Luneray, Édit (...)

«  La filature de lin La Foudre […] était envahie pour chasser les travailleurs anglais qui y étaient occupés, oubliant que l’ouvrier doit être internationaliste, sa patrie n’est-elle pas où il trouve travail, vie et existence30 ? »

  • 31 André Dubuc, «  Les émeutes de Rouen et d’Elbeuf en 1848 (27, 28 et 29 avril 1848) », Études d’hist (...)

23André Dubuc, qui a étudié ce cas avec les sources françaises, note que par la suite une partie des ouvrières reviennent, et «  assistèrent au début d’avril, en groupe, à la plantation d’arbres de la Liberté, à Petit-Quevilly, où elles furent même à l’honneur, ce qui en dit long sur la modification de l’esprit public31 ».

24Au cours des troubles divers qui culminent dans les émeutes des 27, 28 et 29 avril 1848, on ne note plus de slogans anti-anglais, et l’anglophobie n’est plus mentionnée comme un des éléments de la mobilisation.

  • 32 AD Seine-Maritime, 10 M 330: Coalitions, grèves, manifestations, an XI-1848.
  • 33 AD Seine-Maritime, 10 M 330: Coalitions, grèves, manifestations, an XI-1848.

25Par ailleurs, le dépouillement de l’ensemble des pétitions d’ouvriers adressées en mars 1848 à Rouen au commissaire de la République et au gouvernement provisoire est instructif32. Ces dizaines de pétitions émanent d’ouvriers fileurs, de teinturiers, de «  fabricants de draps, d’indiennes et de Rouenneries33 », de tisserands, mais aussi de menuisiers, d’ébénistes, de boulangers, de plâtriers, de maçons ou d’ouvriers fabriquant du savon. Parmi les revendications les plus fréquemment exprimées, figurent les garanties d’emploi, les prix, les salaires, la suppression des amendes, la durée du travail ; certains demandent «  que, vu la disette, les fermiers les fournissent, et soient ensuite payés par le gouvernement », d’autres que les industriels respectent leurs engagements ; cinquante-sept ouvriers menuisiers des établissements Buddicom à Sotteville (une usine fabriquant des voitures pour le chemin de fer et employant des Britanniques) demandent la journée de 10 heures ; les ouvriers plâtriers et maçons demandent également la journée de 10 heures, fondées «  sur ce que tous les jours ils sont exposés à quelque accident et à la mort même ; car tel qui part le matin bien portant de chez lui, n’y rentre quelquefois pas, ou y revient avec quelques membres fracturés ». Mais aucune des pétitions ne mentionne les machines, les ouvriers ou les industriels britanniques, pourtant nombreux dans la région. Dans ce contexte, l’hostilité anti-anglaise apparaît comme un élément du discours, une stratégie rhétorique éphémère, liée au manque de travail et à la disette : depuis fin 1847, tout le textile rouennais est en crise, on ne travaille que quelques jours par semaine. Ces stratégies liées au travail, parfois exclusives, ne doivent pas être confondues avec les attitudes sociales plus générales.

  • 34 Charles Tilly, «  Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en G (...)

26L’historien américain Charles Tilly distingue un répertoire ancien de l’action collective (charivari, blocage, saisie de grains, coalitions, émeutes, destruction de machines…) et un répertoire moderne, façonné au xixe siècle (réunion électorale, réunion publique, manifestation, mouvement social…). Il montre qu’en Grande-Bretagne, où plusieurs libertés essentielles s’imposent avant 1830, le répertoire moderne s’installe plus tôt qu’en France. À Rouen, en 1848, les deux répertoires coexistent en quelque sorte ; l’émeute de La Foudre relevant d’un répertoire ancien, tandis que les pétitions ou les plantations d’arbres de la liberté relèvent d’un répertoire plus moderne.34

À Calais

  • 35 «  […] un de nos compatriotes, à la lecture de cette lettre, crut devoir se présenter chez le consu (...)

27Les sources ne sont pas concordantes. Le journal L’Industriel calaisien ne mentionne pas de manifestations contre les Britanniques et s’indigne de ce que rapporte la presse outre-Manche35. De façon curieuse, dans les archives municipales et départementales, aucun document ne vient non plus attester les manifestations de xénophobie évoquées par le consul. L’explication est peut-être à chercher non dans ce qui précède l’événement supposé, mais dans ce qui suit. En effet, le 21 mars, le consul britannique transmet à son gouvernement la demande de plusieurs centaines de dentelliers de Calais de les aider à partir vers l’Australie. Ces voyages sont alors coûteux, et l’assistance à l’émigration est essentiellement financée par les colonies australiennes, demandeuses de fermiers ou d’artisans de certains métiers, mais pas de dentelliers. En outre, ces colonies, encore peu peuplées d’Européens et marquées par leur image de colonies pénitentiaires, ne bénéficient pas d’une image favorable. Dans ce contexte, alors que rester à Calais n’est plus possible et que retourner dans les Midlands ne l’est pas non plus, partir en Australie est un pis-aller, un crève-cœur pour ces dentelliers, des migrants qui gardent des liens étroits avec leur région d’origine.

28À Londres, le Colonial Land and Emigration Commission est chargé de statuer sur l’éligibilité des dentelliers anglo-calaisiens à l’émigration assistée et d’organiser leur départ. Il a dépêché un agent sur place pour les «  inspecter ». Celui-ci rend compte à son administration, qui informe le gouvernement, le 27 avril :

  • 36 « It appears that for more than a year there has been great distress among the lace-makers in that (...)

«  Il apparaît que depuis plus d’un an, il y a eu une grande détresse parmi les dentelliers de cette ville, et les événements récents ont conduit à l’arrêt du métier de la dentelle, comme de presque tous les autres métiers en France. Mais il n’y a pas eu de tentative de chasser les gens concernés de leur emploi, ou de les chasser de France, parce qu’ils sont anglais ; et leurs employeurs n’ont pas été ennuyés pour cette raison36. »

  • 37 National Archives, FO 27/817. Letter to the members of the British Government, 21 March 1848 : «  F (...)

29Qu’en penser ? La parole des dentelliers est rare. Cependant, quand ils s’adressent au gouvernement pour appuyer leur demande d’aide à l’émigration, ils rapportent «  des sentiments hostiles de la part des Français envers les Anglais, dont [ils] espéraient qu’ils avaient cessé d’exister depuis longtemps, les plaçant ainsi dans une position d’insécurité et de pauvreté37 ». Ils savent que le retour dans les Midlands, qu’ils ont parfois quittés depuis des années, serait difficile, car l’industrie de la dentelle y est elle-même déprimée. Alors, s’agit-il d’une stratégie, mise en place par le consul, qui consiste à politiser la cause des dentelliers anglo-calaisiens, afin d’obtenir une aide à laquelle ils ne pourraient prétendre au seul motif de leur détresse économique ? Cette démarche aboutit en tout cas. Dans les jours qui suivent, le gouvernement britannique accepte la demande, formulée par plusieurs centaines d’entre eux. Pour 642 Britanniques de Calais, le financement est acquis et ils quittent l’Europe pour un voyage sans retour.

  • 38 Recensements de population, AD du Pas-de-Calais. Pour 1841, les Britanniques ont été comptés par An (...)

30L’hostilité à l’égard des Britanniques, si elle s’est exprimée en 1848, ne dure pas. Au cours des années 1850, la population anglo-calaisienne augmente de nouveau, quoique leur proportion dans la population locale soit désormais moindre.38

  • 39 Magali Domain, «  Jaurès et la grève des tullistes calaisiens (12 novembre 1900-7 février 1901) », (...)

31L’artisanat cède la place à l’usine et les syndicats de dentelliers français et britanniques nouent, à partir des années 1890, des relations permettant par exemple un soutien mutuel en cas de grève39.

Ailleurs

32En tout cas, il semble manifeste que la crise économique ait été le facteur principal de nombreux départs. Ainsi, à propos de quelque 200 salariés du chemin de fer Rouen-Dieppe également obligés de partir, l’ambassadeur britannique à Paris écrit :

  • 40 «  It does not appear that in this instance there was any injustice or cruelty, the railroad works (...)

«  Il ne semble pas qu’il y ait dans ce cas injustice ou cruauté, les travaux du chemin de fer ayant été interrompus depuis quelque temps faute de fonds, et tous les travailleurs ayant été renvoyés40. »

33Les ouvrières écossaises de l’usine de lin Colombier, Thiebault & Bonpain à Haubourdin, dans le Nord, sont licenciées par leur patron qui refuse de les rembourser. Le 21 mars 1848, sollicitant une aide pour pouvoir rentrer chez elles, elles écrivent à l’ambassadeur britannique à Paris :

  • 41 National Archives, FO 146 350, lettre du 21 mars 1848 à l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, L (...)

«  Nous sommes environ 140 ou 150 hommes, femmes et enfants et pas un d’entre nous […] n’est capable de parler plus de quelques mots de la langue [le français], pas un n’est capable de faire une requête contre cette compagnie injuste ; de nombreuses filles, en raison des amendes qu’on leur a imposées et des réductions sur leur salaire [leurs horaires sont passés de 12 à 9 heures, et leur salaire a été réduit en proportion], se trouvent dans la misère, on leur a donné congé en leur disant de se rendre à Boulogne où le consul britannique les renverra chez elles, tandis que la compagnie garde les 50 francs qu’elle leur doit41. »

34Après avoir été engagées en raison de leurs compétences, ces ouvrières ont formé des ouvrières flamandes avec lesquelles elles sont maintenant mises en concurrence. Et, ayant obtenu un peu d’argent, elles partent, sans qu’une manifestation d’hostilité ait eu lieu.

*

  • 42 Liverpool Mercury, 14 mars 1848, p. 6.
  • 43 David Brooke, The Railway Navvy. «  That despicable Race of Men », Londres, David and Charles, 1983 (...)

35Pour conclure, on peut émettre quelques hypothèses. Avant tout, on ne saurait occulter la xénophobie dans plusieurs de ces épisodes. Au xixe siècle, les mobilisations collectives contre les étrangers sont le lot de tous les pays d’immigration. On connaît les émeutes antichinoises en Californie, mais le «  nativisme » américain prend aussi des formes violentes et structurées politiquement sur la côte Est, notamment contre les catholiques irlandais au cours de la période 1830-1860. À la fin du siècle, les colonies australiennes sont également le théâtre de mobilisations violentes contre les Chinois, les Fidjiens ou encore les Mélanésiens, prélude à la politique de l’«  Australie blanche » qui s’impose lors de la constitution de la fédération en 1901. Cependant, dans ce cas comme dans celui des Chinois aux États-Unis, il s’agit en quelque sorte de situations coloniales, avec toutes leurs différences par rapport au cas français. Plus près de nous, la Grande-Bretagne. Celle-ci n’est pas au xixe siècle un grand pays d’immigration ; en 1851, alors que la France compte 370 000 étrangers, la Grande-Bretagne n’en recense que 50 000. Cependant, les Anglais ont leurs «  étrangers de l’intérieur », les Irlandais, victimes d’une xénophobie largement répandue, exacerbée lors de la Grande Famine (1845-1851) et de l’arrivée en Grande-Bretagne de dizaines de milliers d’entre eux. En 1848, certains invitent d’ailleurs les contempteurs de la France à balayer devant chez eux : «  Ni en Angleterre ni en Écosse, ne sont les “terrassiers irlandais” du tout populaires », rappelle un journal de Liverpool42. Cette hostilité anti-irlandaise prend parfois des formes violentes. Les terrassiers anglais du chemin de fer s’opposent quelquefois violemment à leurs homologues irlandais : en février 1846, sur le chantier d’une ligne au nord-ouest de l’Angleterre, 1 500 à 2 000 Anglais s’arment, détruisent les cabanes des travailleurs irlandais ; en Écosse, toujours en 1846, 1 000 Écossais et Anglais s’en prennent aux Irlandais et tuent un policier qui s’interpose43. Les causes de ces émeutes sont peu claires, en partie religieuses, en partie liées à l’emploi d’Irlandais comme briseurs de grève. Au cours des années 1860, de nouveau, à la suite des diatribes anticatholiques d’un pasteur protestant, de violentes émeutes ciblent les Irlandais dans le Lancashire.

36Pour revenir au cas français, chaque situation est particulière, et il est essentiel d’apprécier les structures de métier et les contextes locaux. Si la qualification professionnelle des forgerons ou des dentelliers est connue, les émeutes contre les «  Anglais » visent notamment des ouvriers censés être moins qualifiés, des fileuses et des tisseuses en particulier. On aura noté que dans plusieurs cas, ce sont des femmes qui ont été visées, ce qui renvoie aux observations faites sur l’opposition à leur emploi dans l’industrie. En même temps, en 1848, de nombreuses ouvrières britanniques travaillant dans d’autres fabriques ne sont pas ciblées, en particulier les Écossaises de la Société linière du Finistère de Landerneau qu’avait fustigées L’Atelier. Il est également possible que l’anglophobie économique entretenue sous la monarchie de Juillet se soit exprimée brutalement en 1848.

  • 44 Marquis of Normanby, A Year of revolution…, op. cit., p. 178.

37Les départs de Britanniques ne procèdent cependant pas d’expulsions administratives. Au contraire, les autorités s’opposent à ces mobilisations collectives : à Petit-Quevilly, par exemple, la garde nationale est envoyée contre les émeutiers. Interpellé par l’ambassadeur britannique à Paris, Lamartine, alors chef du gouvernement provisoire, et soucieux de bonnes relations avec la Grande-Bretagne, «  exprime sa plus vive inquiétude par rapport à ce qui s’est passé, dont il a dit que cela ne pouvait être plus vivement caractérisé ; mais il a ajouté espérer que le peuple anglais se souviendrait qu’il ne s’agissait que d’un conflit local entre ouvriers [et] qu’il était impossible pour le gouvernement, en considérant l’affrontement qui s’était produit si récemment entre le peuple et la troupe, d’essayer, du moins pour quelque temps, de maintenir l’ordre par le moyen de celle-ci44 ».

  • 45 Voir Jean Guiffan, Histoire de l’anglophobie en France. De Jeanne d’Arc à la vache folle, Dinan, Te (...)
  • 46 Laurent Colantonio, Daniel O’Connell : un Irlandais au cœur du débat politique français, des derniè (...)
  • 47 Philippe Darriulat, Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Le Seuil (...)
  • 48 Albert Vion, «  Aspects de la vie calaisienne au xixe siècle : la communauté britannique », Bulleti (...)

38Ces émeutes anti-anglaises traduisent-elles un atavisme de longue durée, hérité de Waterloo, voire des guerres d’Ancien Régime ou de Jeanne d’Arc, et qu’on retrouverait plus tard à l’époque de Fachoda puis sous Vichy45 ? Nous avons noté l’anglophobie de la gauche sous la monarchie de Juillet. Le parti légitimiste est aussi anglophobe, et Laurent Colantonio a bien montré comment la figure de Daniel O’Connell est ainsi appropriée par des tendances politiques très diverses46. Mais il est difficile de dire dans quelle mesure cette anglophobie est partagée dans les classes populaires. Elle n’est pas structurée et les guerres napoléoniennes s’éloignent47. Des tensions coloniales opposent les deux pays, mais au cours des années 1840, un rapprochement diplomatique s’est opéré et, en 1848, Lamartine, le nouveau chef du gouvernement provisoire, marié à une Anglaise, est anglophile. Surtout, on ne trouve pas dans les propos d’émeutiers, tels qu’ils sont rapportés par les autorités ou par la presse, de telles références. Le protestantisme des Britanniques, qui suscitait la méfiance des autorités de la Restauration, n’est pas non plus mentionné. Les Écossaises et les Irlandaises sont indistinctement ciblées par les émeutiers de Petit-Quevilly ou de Saint-Rémy-sur-Avre, alors que l’Écosse et surtout l’Irlande, traditionnellement vues comme des «  alliées » de la France, ne suscitent pas dans le discours républicain l’hostilité dont l’Angleterre fait l’objet. Enfin, à Calais, à Rouen et ailleurs, des Britanniques travaillent avec des Français, vivent dans leur voisinage, voire les épousent. Les unions binationales sont nombreuses, comme à Calais et Landerneau mais aussi dans de petites communautés ouvrières, comme à Saint-Rémy-sur-Avre ; à Pissy-Pôville (Seine-Inférieure), où des Britanniques construisent le chemin de fer Rouen-Le Havre, le 30 avril 1846, deux terrassiers anglais abjurent, se font baptiser catholiques et épousent deux jeunes femmes du village48. Quand des Britanniques sont ciblés par des mobilisations, ils sont également défendus par d’autres. Nombre de migrants britanniques, venus temporairement sur le continent, y restent. Bref, rien ne corrobore l’hypothèse d’une anglophobie profonde et structurée.

  • 49 Laurent Dornel, La France hostile…, op. cit. ; Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. (...)
  • 50 Gérard Noiriel, op. cit., p. 316.
  • 51 L’idée est résumée dans un texte accessible en ligne : Pierre-Jacques Derainne, «  Le travail, les (...)

39Plusieurs travaux ont souligné qu’être étranger sous la monarchie de Juillet, c’est d’abord être d’un autre pays, voire d’un autre village49. Martin Nadaud évoque dans ses mémoires les rixes qui opposent les maçons originaires de deux villages de la Creuse ; Agricole Perdiguier raconte dans les siennes la violence des affrontements entre les différentes sociétés de compagnonnage. Certes, comme le souligne Gérard Noiriel en se fondant sur la grande enquête publique entamée en 1846 sur le travail agricole et industriel, dans les régions frontalières, le «  vocabulaire national [est] régulièrement utilisé pour désigner le clivage entre “eux” et “nous”50 ». Pierre-Jacques Derainne a montré comment, sous la monarchie de Juillet et en 1848, les identités évoluent, l’étranger devenant d’abord celui qui relève d’une autre nationalité : les années 1830 et 1840 sont celles de migrations plus massives, et un mouvement d’unification nationale des intérêts ouvriers est à l’œuvre, alors qu’à l’inverse les protections offertes par les communautés locales (comme la restriction de l’accès au travail) s’affaiblissent. Alors que la classe ouvrière se nationalise, souligne-t-il, la conflictualité ouvrière se nationalise également51. En 1848, si en Normandie ou dans le Calaisis, les manifestations de colère liées à la grave crise économique et commerciale visent des «  Anglais », les Lillois s’en prennent aux Belges, les Lyonnais aux Savoyards, aux Dauphinois et aux Auvergnats, aux Italiens ou aux Belges. Dans un contexte de crise économique très dure, d’extrême pénurie et donc de concurrence pour l’emploi et les ressources, et alors que toutes les forces politiques exaltent la nation, inscrire une violence collective dans le cadre de la défense de la nationalité peut sembler lui donner une légitimité.

Population totale et population britannique à Saint-Pierre-lès-Calais38

1820

1831

1841

1851

1861

1872

1881

Saint-Pierre-lès-Calais

4 007

6 802

9 128

11 325

14 779

20 409

32 958

dont Britanniques

1 578

1 073

1 597

1 224

3 021

Proportion de Britanniques

17,3 %

9,5 %

10,8 %

6 %

9,3 %

Haut de page

Notes

1 Michelle Perrot, «  Les rapports entre ouvriers français et étrangers (1871-1893) », Bulletin de la Société d’histoire moderne, 1960, p. 4-9 ; Laurent Dornel, La France hostile. Sociohistoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette, 2004 ; Gérard Noiriel, État, nation, immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001 ; Gérard Noiriel, Le massacre des Italiens : Aigues-Mortes, 17 août 1893, Paris, Fayard, 2010 ; Bastien Cabot, «  À bas les Belges ! » L’expulsion des mineurs borains (Lens, août-septembre 1892), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.

2 Pierre-Jacques Derainne, Le travail, les migrations et les conflits en France. Représentations et attitudes sociales sous la monarchie de Juillet et la Seconde République, thèse sous la direction de Serge Wolikow, Université de Bourgogne, 1998-1999.

3 Fabrice Bensimon, «  British workers in France, 1815-1848 », Past and Present, 2011, n°  213, p. 147-189.

4 Archives nationales, Bulletin de Paris, F/7/3884, 5 et 7 septembre 1830.

5 Pobecheim, émigré autrichien, s’était associé au contremaître anglais James White pour exploiter la filature du moulin du Gué à Itteville, près de La Ferté-Alais ; Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, Mouton, EHESS, 1978, p. 211.

6 Archives départementales (AD) de la Nièvre. Rapport du procureur du roi, 27 août 1837, cote 3 U5 1633. Ce document et d’autres, relatifs à cette émeute, ont été publiés par Guy Thuillier (dir.), Les ouvriers des forges nivernaises. Vie quotidienne et pratiques sociales, Paris, Comité pour l’histoire de la sécurité sociale, 2002.

7 AD de la Nièvre, 22 F 6, fonds Dufaud-Martin, Journal de Georges Dufaud.

8 Rainer Fremdling, «  The Puddler. A Craftsman’s skill and the spread of a new technology in Belgium, France and Germany », Journal of European Economic History, vol. 20, 1991, n°  3, p. 529-567.

9 «  Turn out of working men at Maromme, etc. in the early part of the week a number of the hands who are thrown out of employment at the fabriques on the Deville, Maromme and Malaunay road assembled in groups in several places about Maromme and Deville, and demanded to be taken on to work at the railway works just commenced in that neighbourhood. They expressed much dissatisfaction that Englishmen should be employed while they were out of work. » Norman Times, 30 mars 1844, p. 1.

10 Journal du Havre, 17 octobre 1844, cité in Jean Le Guen, «  1847, l’arrivée du chemin de fer au Havre », Cahiers havrais de recherche historique, 1995, n°  54, p. 23.

11 François Jarrige, Au temps des «  tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

12 Service historique de la Défense, E5 100.

13 Un dossier assez complet figure aux Archives nationales, BB 18/1442. Voir aussi Journal de Rouen, 23 mai 1846.

14 Voir Pierre-Jacques Derainne, Le travail, les migrations…, op. cit. ; Fabrice Bensimon, «  British workers… », art. cit.

15  L’Atelier, novembre 1847, p. 32.

16 «  Expulsion of Welsh workmen from France », North Wales Chronicle (Bangor, pays de Galles), 16 mai 1848, n°  1105. Nous n’avons pas consulté les archives françaises sur cet événement.

17 «  Antipathy to English servants », Hull Packet, 17 mars 1848, p. 6.

18 National Archives (Londres), FO 146 350. Lettre du consul de Granville, John Turnbull, à Lord Normanby, ambassadeur de Grande-Bretagne, 4 mars 1848.

19 «  Calais. Notre ville, si calme jusqu’ici, a été troublée mercredi dernier. Quelques groupes d’ouvriers ont essayé de s’opposer à un embarquement de bestiaux sur le paquebot de Londres. » L’Industriel calaisien, 27 mai 1848, p. 3.

20 Fabrice Bensimon, Christopher A. Whatley, «  The thread of migration : A Scottish-French linen and jute works and its workers in France, c.1840-c.1870 », Journal of Migration History, 2016/2, p. 120-147.

21 AD de la Seine-Inférieure, 10 M 324, «  Mouvement et émigration de la main-d’œuvre […] Renvoi d’ouvriers étrangers, 1848 », notamment le tableau du 6 mars 1848 qui détaille les demandes de réparation adressées par certains des expulsés.

22 «  Ce matin, le bateau à vapeur Louis-Philippe, qui a pris nom de Sésostris, est entré dans le port, ayant à son bord 238 ouvriers irlandais, qui viennent prendre passage au Havre pour retourner dans leur pays. Ces hommes étaient employés dans la grande filature rouennaise La Foudre. » L’Impartial de Rouen, 5 mars 1848, p. 2, col. 3.

23 National Archives FO 146 350. Lettre du consul britannique au Havre, Featherstonehaugh, à l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, Normanby, 4 mars 1848 : «  I had to go at 7 O’Clock this morning to the shore to see near three hundred British Subjects male and female work people in the Flax manufactory of Messieurs Le Bandy of Petit-Quevilly near Rouen, whom I found in a most desolate condition. The French workmen in the same manufactory had bullied and driven them on board a steamer without giving them time to receive their wages, to go home and get clothes and effects and in this state of destitution they have reached this place. Some of them I have forwarded to England already, and a deputation of them has gone to Rouen to endeavour to recover the clothes of the Females. »

24 Lettre du maire de Portsmouth : « Sir - I have the honour to report that two vessels, the Brighton and the Dieppe, have arrived at this port, bringing together ninety-seven persons, men, women and children, all flax-workers, or somehow connected therewith. Have taken an account of their names, the places to which they belong, their trades – where they have been employed and by whom – what wages, if any, remain unpaid – what goods they have left behind – and where they desire to be sent to. They will all leave the ships this evening, and arrangements have been made for conveying them to their destination as early as possible. They will all leave Portsmouth tomorrow ; several for Dundee and Glasgow, but the greater number for Dublin and Belfast. They came here very bare of clothes, and it became necessary to provide the greater part of the women with bonnets, shawls and shoes. I am unable yet to state the cost that may be incurred. The arrangements have been made with a proper consideration for economy, and they have expressed themselves as very thankful for the attention which has been shown to them. – I have the honour to be Sir, your very obedient servant. T.E. Owen. » Banner of Ulster, 14 mars 1848, p. 4. Voir aussi Parliamentary Debates, House of Commons, 13 mars 1848, vol. 97, col. 458.

25 Voir Fabrice Bensimon, «  The emigration of British lace makers to continental Europe (1816-1860s) », Continuity and Change. A Journal of Social Structure, Law and Demography in Past Societies, n°  34.1, à paraître en mai 2019.

26 National Archives, FO 146 350. Lettre du consul de Calais à Palmerston, secrétaire au Foreign Office, 21 mars 1848 : «  On Sunday the cries of “À bas les Anglais” were first heard in the Basse ville, these were redoubled yesterday and accompanied by much occasional abuse towards English workmen in the streets on the part of the lowest rabble. Some placards were posted, calling a meeting for last night to petition for work, bread and the expulsion of the English workmen : this meeting was attended by about 200 of the lowest of the mob… »

27  » Upwards of 500 English mechanics and workmen of different descriptions have arrived from France, since Sunday, many of them in a destitute state, without money scarcely any clothing, and the loss of their tools, in consequence or the violence they have experienced from the combined French operatives who have made their masters and foremen completely submit to their will and cry “À bas les Anglais!” […] Others are quitting daily not only Paris but nearly every part of the country, as most serious disturbances are looked forward in the departments during the approaching elections from outbreaks of the populace and it is dreaded that the military may take a prominent part in the movement, several regiments being in an absolute state of mutiny. » «  Arrival or English operatives from France », The Times, 6 avril 1848.

28 AD Eure, 1 M 246 : Coalitions ouvrières, Lettre de Frédéric Waddington au préfet de l’Eure, 21 juin 1848. Voir aussi : Geneviève Dufresne-Seurre, Les Waddington, une dynastie de cotonniers en Eure-et-Loir, 1792-1961, Chartres, Société d’archéologie d’Eure-et-Loir, 2011, p. 316 ; Yannick Marec, «  Un républicain social, député, sénateur, président de la Chambre de commerce de Rouen. Richard Waddington (1838-1913) », Bulletin de la société libre d’émulation de la Seine-Maritime, 2002, p. 3-10.

29 AD Eure, 1 M 246 : Coalitions ouvrières, Lettre du maire de Nonancourt, Claude Gros-Fillay, au préfet de l’Eure, 5 juillet 1848.

30 Yannick Marec, 1848 à Rouen. Les Mémoires du Citoyen Cord’Homme, oncle de Maupassant, Luneray, Éditions Bertout, 1988, p. 55.

31 André Dubuc, «  Les émeutes de Rouen et d’Elbeuf en 1848 (27, 28 et 29 avril 1848) », Études d’histoire moderne et contemporaine, t. 2, 1948, p. 249.

32 AD Seine-Maritime, 10 M 330: Coalitions, grèves, manifestations, an XI-1848.

33 AD Seine-Maritime, 10 M 330: Coalitions, grèves, manifestations, an XI-1848.

34 Charles Tilly, «  Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième siècle, 1984, n° 4, p. 89-108.

35 «  […] un de nos compatriotes, à la lecture de cette lettre, crut devoir se présenter chez le consul anglais, lui donner sur les faits qui s’étaient passés à Saint-Pierre des détails bien circonstanciés, et desquels il résulte que loin de s’être montrés hostiles aux ouvriers anglais, les ouvriers français de Saint-Pierre sont allés les trouver et leur promettre aide et protection s’ils étaient inquiétés, et le prier de vouloir bien démentir les faits avancés par le Times. Le consul écouta les explications, les admit comme vraies, mais déclara ne pouvoir pas faire droit à la demande qu’on lui faisait. – Grande fut la surprise de notre compatriote, qui ne pouvait pas comprendre, qu’après avoir une fois reconnu l’injustice de l’attaque, on refusa de protester contre, et de rétablir les faits dans leur vérité. L’explication de ce refus nous semble toute simple : l’exagération et les grosses injures entrent dans les habitudes de la presse anglaise. » L’Industriel calaisien, 15 avril 1848, p. 3.

36 « It appears that for more than a year there has been great distress among the lace-makers in that town, and that recent events have brought the trade of lace-making, like almost every other trade in France, to a stand-still. But there has been no attempt to force the people in question out of employment, or out of France, because they are English, nor have the employers been exposed to any annoyance on that account. » Colonial Land and Emigration Office, 27 avril 1848, Papers relative to Emigration to Australian Colonies, vol. 47, 1847/8, p. 100.

37 National Archives, FO 27/817. Letter to the members of the British Government, 21 March 1848 : «  Feelings of an hostile character on the part of the French towards the English, which [they] hoped had long ceased to exist, thus rendering their position one of both insecurity and destitution. »

38 Recensements de population, AD du Pas-de-Calais. Pour 1841, les Britanniques ont été comptés par Anne V. Fewkes, «  Protestant families extracted from the 1841 Census of St Pierre, Calais, France », Nottinghamshire Family History Society, Records Series vol. 121, décembre 1998, Miscellany n° 12.

39 Magali Domain, «  Jaurès et la grève des tullistes calaisiens (12 novembre 1900-7 février 1901) », Cahiers Jaurès, 2014, n° 211, p. 68.

40 «  It does not appear that in this instance there was any injustice or cruelty, the railroad works having now been for some time stopped for want of funds, and all workmen having been alike discharged. » Normanby, Marquis of Normanby, A Year of Revolution. From a Journal Kept in Paris in 1848, Londres, Longman, Brown, Green, Longmans and Roberts, vol. 1, 1857, p. 266.

41 National Archives, FO 146 350, lettre du 21 mars 1848 à l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, Lord Normanby.

42 Liverpool Mercury, 14 mars 1848, p. 6.

43 David Brooke, The Railway Navvy. «  That despicable Race of Men », Londres, David and Charles, 1983, p. 113.

44 Marquis of Normanby, A Year of revolution…, op. cit., p. 178.

45 Voir Jean Guiffan, Histoire de l’anglophobie en France. De Jeanne d’Arc à la vache folle, Dinan, Terre de Brume, 2004.

46 Laurent Colantonio, Daniel O’Connell : un Irlandais au cœur du débat politique français, des dernières années de la Restauration à la Deuxième République, thèse sous la direction de Michèle Riot-Sarcey, Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis, 2001.

47 Philippe Darriulat, Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Le Seuil, 2001.

48 Albert Vion, «  Aspects de la vie calaisienne au xixe siècle : la communauté britannique », Bulletin historique et artistique du Calaisis, 1979, n°  80, p. 525 ; Yves Blavier, La société linière du Finistère. Ouvriers et entrepreneurs à Landerneau au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 96 ; Geneviève Dufresne-Seurre, Les Waddington, sept générations de cotonniers (1792-1961), thèse sous la direction de Louis Bergeron, Paris, EHESS, 1990, p. 316 ; archives municipales de Pissy-Pôville, registre des mariages, 30 avril 1848. Mariage de James Handforth, journalier, et Eugénie Fortunée Tougard, blanchisseuse ; mariage de John Middleton, contremaître terrassier, et Onésime Eugénie Marc, domestique.

49 Laurent Dornel, La France hostile…, op. cit. ; Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours, Marseille, Agone, 2018 ; Pierre-Jacques Derainne, Le travail, les migrations…, op. cit.

50 Gérard Noiriel, op. cit., p. 316.

51 L’idée est résumée dans un texte accessible en ligne : Pierre-Jacques Derainne, «  Le travail, les migrations et les conflits en France : représentations et attitudes sociales sous la Monarchie de Juillet et la Seconde République », mis en ligne en juin 2001 : http://barthes.enssib.fr/clio/revues/AHI/articles/volumes/derainn.html#fnB1

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « A Specimen of French “Fraternité”. English Labourers driven out of France », Punch, 11 March 1848, vol. 14, p. 120.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 2 : « Liberté, Égalité, Fraternité. À bas les Anglais », The Man in the Moon, vol. 3, 1848, n° 16, p. 220.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Figure 3 : «  Train on a French railway, constructed by themselves after the departure of English workmen », The Man in the Moon, vol. 3, 1848, p. 333.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « «  À bas les Anglais ! » », Diasporas, 33 | 2019, 33-90.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « «  À bas les Anglais ! » », Diasporas [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3376 ; DOI : 10.4000/diasporas.3376

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Fabrice Bensimon est enseignant-chercheur à Sorbonne Université, spécialiste d’histoire britannique. Il est l’auteur de travaux sur les migrants britanniques en Europe pendant la révolution industrielle et a édité les textes autobiographiques de certains d’entre eux (Les sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques [autobiographies, 1815-1850], Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals