Navigation – Plan du site
Expulsions individuelles, expulsions collectives entre Europe et Amériques

Expulser les étrangers d’outre-mer : le cas de Cuba, 1840-1880

Expelling foreigners coming from overseas: The case of Cuba, 1840-1880
Romy Sánchez
p. 105-115

Résumés

Cet article analyse les raisons qui poussaient les autorités espagnoles de Cuba à expulser certains étrangers de l’île à l’époque où celle-ci était l’un des derniers bastions de l’empire dans la Caraïbe et en Amérique. Entre les années 1830 et la fin des années 1870, abolitionnistes, trafiquants d’esclaves, professeurs républicains et diplomates anti-espagnols sont chassés de Cuba car considérés comme potentiellement dangereux pour la tranquillité de l’île. Cette pratique met en lumière les circonstances particulières qui font régner dans la Cuba de cette époque une vigilance accrue vis-à-vis des étrangers, a fortiori s’ils sont soupçonnés d’activités politiques « séditieuses ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Manuel Moreno Fraginals, El ingenio : El complejo económico cubano del azúcar, La Havane, Comisión (...)
  • 2 Clément Thibaud, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques hispaniques : Col (...)
  • 3 Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Fabrice Le Goff, Atlas des esclavages : de l’Antiquité à nos jours, (...)

1À la fin des années 1830, l’île de Cuba produit 19 % du sucre de canne mondial1. Ce boom sucrier est servi par une «  tranquillité politique » précieuse aux yeux des autorités coloniales espagnoles, d’autant plus que la Couronne vient de perdre une longue guerre contre les insurgés indépendantistes sur le continent. En outre, la révolution qui a eu lieu à Saint-Domingue entre 1791 et 1804, jusqu’à l’indépendance d’Haïti, a fait de Cuba la nouvelle «  Perle des Antilles ». Havre de paix et de prospérité à première vue, l’île est aussi le bastion proclamé de la fidélité à la monarchie catholique dans un monde américain de plus en plus républicain2. L’abolitionnisme gagne également du terrain dans la région caribéenne depuis la fin du xviiie siècle : outre le cas unique d’Haïti, une nette recrudescence des soulèvements anti-esclavagistes est notable dans la Caraïbe à partir des années 1780, en particulier en Jamaïque et dans toutes les possessions britanniques, où la traite est abolie en 1807 et l’esclavage en 18333. À bien des égards, Cuba fait donc office d’exception avec sa voisine Porto Rico, restée elle aussi sous domination espagnole.

  • 4 Harold D Sims, La expulsión de los españoles de México, México, Fondo de Cultura Económica, 1985.
  • 5 Jesús Ruiz de Gordejuela Urquijo, La expulsión de los españoles de México y su destino incierto, 18 (...)
  • 6 Agnès Renault, D’une île rebelle à une île fidèle. Les Français de Santiago de Cuba (1791-1825), Mo (...)
  • 7 AGI, Cuba, 2225, «  Correspondencia de la Península ».

2Ainsi, son statut d’île fidèle dans une mer révolutionnaire fait de Cuba le refuge idéal pour tous les exilés loyalistes fuyant la chute de l’empire espagnol en «  Terre Ferme4 ». Ces derniers sont surtout des sujets de la Couronne qui trouvent à Cuba ou à Porto Rico un abri et un lieu où reprendre leurs activités après avoir été chassés des territoires devenus indépendants5. Avant eux, ce sont les «  réfugiés de Saint-Domingue », ces riches planteurs créoles mis à mal par la révolution des esclaves, qui partent à Cuba pour sauver leur vie dès l’été 1791. Ils s’installent en nombre dans la région orientale cubaine, où ils reprennent leurs activités caféières et sucrières en terre esclavagiste6. L’île reçoit par ailleurs des bannis du libéralisme espagnol dans les années 1820 : ceux que la Couronne considère comme politiquement dangereux sont envoyés à Cuba, jusqu’à ce que les circonstances politiques de l’île exigent qu’elle soit elle-même protégée de toute «  contagion révolutionnaire ou libérale7 ».

  • 8 Martin Biersack, «  Negotiating usefulness : The utilitarian approach to immigration in Bourbon Spa (...)
  • 9 Ibid.

3Pourtant, Cuba héberge également de nouveaux arrivants qui ne sont ni des voisins fuyant les révolutions ni des Espagnols bannis de la péninsule ou chassés d’Amérique indépendante. Tout au long du xixe siècle, ce sont aussi les intérêts commerciaux, la diplomatie, les conspirations politiques ou tout simplement le cours de la vie qui amènent nombre de non-Espagnols à s’y installer. De fait, depuis la conquête et a fortiori au xviiie siècle, l’installation d’étrangers dans l’empire espagnol était interdite par les lois des Indes. Considérés comme de potentielles menaces commerciales et politiques, les non-Espagnols devaient demander une permission expresse au roi pour pouvoir s’installer aux Indes8. Progressivement, les professions considérées comme «  utiles » et qui faisaient défaut aux populations locales furent tolérées puis ouvertement sollicitées, en particulier à partir des réformes bourboniennes, dans les dernières décennies du xviiie siècle. L’Amérique espagnole manque alors de bras et de métiers spécialisés, et il faut peupler ses frontières9. Les étrangers n’en demeurent pas moins des populations dont on se méfie souvent, en particulier au lendemain de l’indépendance des États-Unis et une fois la Révolution française parvenue à la connaissance des habitants du Nouveau Monde. De l’autre côté de la séquence révolutionnaire, le statut politique de l’île est l’objet de vifs débats à partir des années 1830 : statu quo bénéfique à l’empire sucrier, autonomie, annexion aux États-Unis, réformes coloniales à la manière de l’empire britannique ou indépendance par les armes et l’insurrection, comme au temps de Bolivar. Toutes ces options sont envisagées par les créoles, qui sont loin d’être tous d’accord, mais qui sont souvent aidés dans ces différentes entreprises politiques par des étrangers installés à Cuba dans des circonstances diverses.

  • 10 Josep Maria Fradera, Gobernar colonias, Barcelona, Ed. Península, 1999 ; Ada Ferrer, La guerre d’in (...)
  • 11 Cette collecte archivistique a été menée grâce au financement du programme ANR AsileuropeXIX, en oc (...)
  • 12 Le fonds Ultramar de l’Archivo Histórico de Madrid n’est sûrement pas le seul à abriter des dossier (...)
  • 13 Ces chiffres sont compilés et analysés dans Ismael Sarmiento Ramírez, «  Cuba : Una sociedad formad (...)

4Quels étrangers sont expulsés de Cuba, et pour quelles raisons ? Lesquels sont au contraire autorisés à rester, voire à revenir après avoir été expulsés ? Quels sont les critères des autorités coloniales en la matière et le poids des circonstances politiques cubaines dans ces expulsions à une telle époque ? Le présent article entend éclairer ces interrogations à travers l’analyse d’une série de portraits d’étrangers expulsés de Cuba pour raisons politiques entre 1837 et 1878. Cette période va de la décision de donner aux territoires d’outre-mer espagnols des «  lois spéciales » qui les rendraient gouvernables par un régime d’exception, jusqu’à la fin de la guerre des Dix Ans, qui oppose les autorités espagnoles de Cuba aux «  rebelles » séparatistes10. Ces cas d’expulsés sont pour la plupart issus d’une collecte dans le fonds Ultramar (outre-mer) de l’Archivo Histórico de Madrid11. Un tel échantillon est loin de prétendre à l’exhaustivité et ne peut donc pas être considéré comme représentatif de la situation cubaine au milieu du xixe siècle. Il s’agit seulement des cas d’étrangers expulsés de Cuba pour raisons politiques à cette période de milieu de siècle qui figurent dans ce fonds et qui ont donc fait l’objet d’un traitement par les autorités coloniales12. S’il est difficile de savoir à travers les sources explorées combien d’étrangers ont été expulsés de Cuba dans les décennies médianes du xixe siècle, on peut toutefois contextualiser ces départs forcés à l’aide des estimations du nombre d’étrangers présents à Cuba selon les recensements – certes tâtonnants – de l’époque : d’après celui de 1846, ils seraient 8 437, et celui de 1862 indique 11 826 ressortissants étrangers installés dans l’île13. Ces chiffres qui émanent de l’État colonial ne prennent en compte que les étrangers recensés par un système de comptage qui en est à ses débuts, et se heurtent à une définition bien floue de l’idée de «  nationalité » : les naturalisations, les changements d’appartenance, l’absence de «  papiers d’identité » et plus généralement la porosité des catégories pour les acteurs contemporains eux-mêmes empêchent d’avoir une vision nette de cette population dans la Cuba de l’époque.

  • 14 Ces thèmes ont été explorés pour la période moderne. On peut citer Frédérique Langue, «  Los extran (...)

5Malgré ces limites méthodologiques et documentaires, cet aperçu de l’expulsion politique pour le cas de Cuba insiste en particulier sur deux aspects de la question : les activités des expulsés et les circonstances de l’expulsion. Ces portraits d’étrangers chassés de Cuba vus à travers les sources des autorités coloniales permettent d’analyser ce qui représente un danger pour Cuba : un Noir libre jamaïcain détenteur d’ouvrages abolitionnistes, un professeur normand soupçonné d’avoir emmené ses étudiants cubains observer la révolution de 1848 à Paris, un précepteur vénézuélien athée et républicain répandant ses «  doctrines pernicieuses » dans sa ville d’adoption et des consuls états-uniens et européens accusés d’«  intelligence » avec les indépendantistes. Ces cas relativement exceptionnels se mêlent à ceux des «  criminels » et autres «  marginaux » que le pouvoir relègue en les assimilant à une forme de déviance politique. Enfin, les questions récurrentes de naturalisation, d’identification et de diplomatie internationale traversent ce bref panorama de l’expulsion d’étrangers «  séditieux » en situation impériale14.

Le «  danger abolitionniste » et le trafic illégal d’esclaves

  • 15 Romy Sánchez, «  Enjeux politiques d’une circulation américaine des savoirs : la bibliothèque aboli (...)

6Le premier des cas d’expulsion présenté ici est le seul à ne pas être tiré du fonds Ultramar de l’Archivo Histórico de Madrid. Il s’agit d’un cas étudié il y a quelques années déjà sous l’angle des circulations d’idées et non depuis la question de l’expulsion des étrangers de Cuba15. Le dossier judiciaire de Jorge Davidson se trouve aux Archives nationales cubaines à La Havane, dans le fonds Comisión Militar, ce qui signifie qu’il a été jugé par un tribunal militaire extraordinaire pour une affaire grave, ou du moins que le pouvoir colonial considérait comme telle. Davidson est arrêté dans son lieu de résidence, la ville de Matanzas, sur la côte nord-est de Cuba en 1837.

  • 16 Eric Paul, The Circulation of Transatlantic Ideas and People in Cuban Slave Society, 1791-1844, Dav (...)
  • 17 Par exemple : The Speeches delivered at the soiree in honour of George Thompson, Esq., in the Renfr (...)
  • 18 Selon Jane Landers, il quitte Cuba pour sa Jamaïque natale et l’intervention des autorités consulai (...)
  • 19 Davidson est en effet loin d’être un inconnu des archives. Voir sur son cas : Pedro Deschamps Chape (...)

7Jorge Davidson est probablement né vers 1809 en Jamaïque. Difficile de savoir avec certitude s’il était libre ou esclave à la naissance16. En 1832, il arrive à La Havane en provenance de la Nouvelle-Orléans : il y demeure moins d’un an et regagne ensuite la Jamaïque pour quelque temps. C’est en 1835 qu’il arrive à Matanzas, où il s’établit en tant que tailleur. Il explique lors de ses interrogatoires qu’il est venu à Cuba pour trouver du travail, après avoir échoué dans cette quête aux États-Unis. Dénoncé par le voisinage, il est arrêté à son atelier car on le soupçonne d’y cacher des documents abolitionnistes. En effet, son dossier comporte une vingtaine d’exemplaires de journaux et d’opuscules anti-esclavagistes états-uniens, ainsi que des discours abolitionnistes publiés en feuillets17. Après son procès devant la commission militaire, le capitaine général Miguel Tacón ordonne pour Davidson la peine capitale, et c’est seulement l’intervention du consul britannique de La Havane auprès du Foreign Secretary, Lord Palmerston, qui permet au tailleur de quitter Cuba vivant18. Il s’agit donc dans ce cas d’une expulsion d’étranger qui remplace une condamnation à mort : une situation d’autant plus exceptionnelle qu’elle accompagne ici une affaire qui a été très médiatisée à l’époque et très étudiée par les historiens a posteriori19.

  • 20 100 718 individus contre 45 648 Blancs selon Laird W Bergad, Cuban Rural Society in the Nineteenth (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Manuel Barcia, Seeds of Insurrection : Domination and Slave Resistance on Cuban Plantations, Baton (...)
  • 23 Laird W. Bergad, Cuban Rural Society…, op. cit., p. 239.
  • 24 Ibid.

8Dans toute la province sucrière de Matanzas, les non-Blancs sont majoritaires, qu’ils soient libres ou esclaves20. La plupart des Noirs libres sont installés dans la ville de Matanzas, tandis que les esclaves sont regroupés près des ingenios, disséminés dans la campagne21. En 1825, l’insurrection de Guacamaro est un soulèvement d’esclaves d’envergure dans la zone de Matanzas : la surveillance et l’inquiétude des autorités dans la zone augmentent de façon significative après cet événement22. Les rapports locaux transmis au capitaine général font état de la «  dangereuse africanisation de la zone23 », tout en mentionnant la présence dans la région de militants abolitionnistes britanniques qui encourageraient les révoltes24.

  • 25 ANC, Comisión Militar, Leg. 17, n°  1, Circular 1835, folio 10.

9De fait, les dirigeants de toute l’île de Cuba développent à cette époque une anglophobie liée à la pression britannique pour l’arrêt de la traite illégale et de l’esclavage dans l’île caribéenne. En 1835, une circulaire émise par le capitaine général Tacón cherche à renforcer des mesures de 1832 : celles-ci avaient pour but d’éviter l’arrivée à Cuba de «  cette dangereuse classe de Noirs et mulâtres contaminés par les fausses doctrines inventées par les révolutionnaires des deux mondes25 » ; le document précise qu’en 1832, l’ancien capitaine général Mariano Ricafort avait été particulièrement attentif à «  l’introduction dans cette île de Noirs criminels de la Jamaïque […] » que lui avaient signalée certains rapports. Cette double circulaire rénovée est incluse dans le dossier de Davidson et, suite au Slavery Abolition Act de 1833 par l’empire britannique, il n’est pas surprenant que tout ce qui a trait à l’abolitionnisme britannique fasse l’objet d’une vigilance accrue.

  • 26 Archivo Provincial de Matanzas, Esclavos – Bozales, Leg. 21 n° 22.

10À la même époque, un groupe d’hommes est détenu à Matanzas «  pour avoir fait débarquer sur la côte cubaine cinq mille Noirs venus de Jamaïque26 ». Au cœur de la plaine sucrière cubaine, l’ambiance est à l’inquiétude : depuis la révolution haïtienne, tout ce qui vient du dehors est un potentiel danger. Le contexte antillais et nord-américain est effectivement tout sauf rassurant pour les saccharocrates cubains, partisans affirmés de la traite et du maintien de l’esclavage. En 1831, une grande révolte d’esclaves éclate à la Jamaïque, suivie d’une sévère répression et, la même année, la Virginie états-unienne voit se multiplier les foyers de rébellion. À Matanzas même, en 1835, les esclaves de Macuriges entrent en rébellion, ce qui confirme que le danger ne vient pas seulement de l’extérieur. Face à tant de menaces potentielles et de craintes réelles, Cuba ferme ses frontières aux Noirs libres en 1837, quel que soit leur lieu d’origine.

  • 27 À son arrivée aux États-Unis après son expulsion, le frère de Jorge Davidson le compare dans une tr (...)

11Tous ces éléments confirment que l’expulsion in extremis de Jorge Davidson pour possession d’une véritable bibliothèque abolitionniste à son domicile est le résultat d’un raidissement du pouvoir impérial espagnol à Cuba dans un contexte particulièrement tendu. Le Noir libre jamaïcain est loin d’être le seul expulsé de la période, mais il est l’un de ceux dont le cas a le plus d’ampleur, à n’en pas douter par la taille de son dossier d’instruction, ainsi que par sa notoriété une fois expulsé de Cuba27. Davidson est chassé de Cuba pour trois raisons conjuguées : c’est un Noir libre, étranger, et abolitionniste assumé de surcroît. Les mesures d’exception en vigueur dans l’île à la date de son procès sont à ce titre triplement enfreintes.

  • 28 AHN, Ultramar, 4686/52.
  • 29 AHN, Ultramar, 4686/52.
  • 30 AHN, Ultramar, 4686/80.
  • 31 Il s’agit des traités de 1835 : Karim Ghorbal, Réformisme et esclavage à Cuba (1835-1845), Paris, É (...)
  • 32 Selon D. Murray, le dernier navire emmenant des esclaves de façon illégale à Cuba y aurait débarqué (...)

12Trente ans après le cas Davidson, en 1863, le représentant plénipotentiaire du Portugal en Espagne s’enquiert auprès du ministère de l’Intérieur à Madrid du sort d’un groupe de sujets portugais sommés de quitter l’île de Cuba. Selon les autorités locales, ils auraient aidé à «  l’introduction de Noirs28 » dans l’île, autrement dit, ils auraient participé au trafic illégal d’esclaves sur les côtes cubaines. De fait, un décret royal du capitaine général de Cuba daté du 27 novembre 1863 confirme leur expulsion, malgré la demande de vérification du diplomate29. Un dossier de la même année signale que «  des sujets portugais » – probablement les mêmes individus – auraient caché un groupe de «  Noirs d’Afrique (bozales) » près des côtes cubaines30. Abolie officiellement en 1866, la traite d’esclaves est cependant considérée comme illégale depuis que l’Espagne a signé des traités avec le Royaume-Uni, précisément dans les années 1830, l’obligeant à lutter contre le trafic négrier31. Pendant de nombreuses années, les autorités ont fermé les yeux sur cette obligation pour favoriser l’entrée clandestine d’esclaves à Cuba. Dans les années 1860, le vent a tourné : l’abolitionnisme a pris de l’envergure à l’échelle mondiale et régionale, mais c’est surtout la crainte d’un «  déséquilibre racial » menaçant Cuba d’une grande révolte d’esclaves qui pousse les autorités cubaines à condamner ceux qui s’obstinent à vivre du commerce lucratif des Noirs captifs32. Ainsi, à trente ans d’intervalle, on expulse de l’île des étrangers pour des raisons diamétralement opposées : la détention de papiers abolitionnistes, ou la participation à un trafic désormais considéré comme hautement répréhensible, alors même que Cuba vit toujours de sa rente sucrière basée sur le travail forcé des esclaves.

Les professeurs et le séparatisme

13Les expulsions d’étrangers hors de Cuba suivent la chronologie des préoccupations des autorités coloniales de l’île : après la peur de la contagion abolitionniste et la répression de la traite dans les années 1830-1840, c’est au tour du séparatisme d’être à l’origine d’expulsions d’ennemis potentiels de la Couronne. Quiconque est soupçonné d’encourager le fait que Cuba ne soit plus espagnole devient persona non grata dans l’île. En 1852, Carlos Adolfo Demieux – qui est en fait né Charles Adolphe Demieux – est ainsi suspecté de mauvaises fréquentations, de sympathies annexionnistes (partisan de l’annexion de Cuba par les États-Unis), de conversations contre la nation espagnole et, selon les termes de son dossier judiciaire, d’être «  un révolutionnaire ».

  • 33 Son acte de naissance, conservé aux archives départementales du Calvados, confirme que Charles Adol (...)
  • 34 AHN, Ultramar, 4637/43.
  • 35 AHN, Ultramar, 4637/43.
  • 36 Là encore, il s’agit de propos rapportés par les témoins, prêtés à Demieux. AHN, Ultramar, 4637/43.
  • 37 AHN, Ultramar, 4637/43.

14Dans son instruction, on apprend que Charles Adolphe Demieux est né à Caen, dans le Calvados, et qu’il a 45 ans au moment de son arrestation33. Il est professeur de sciences, catholique et célibataire. Il dit avoir vécu à Paris, et être ensuite parti à Bordeaux, après avoir échoué à trouver un emploi d’enseignant dans la capitale. N’ayant pas plus de chance en Gironde, il s’y embarque à l’été 1837 pour les Antilles. C’est une rencontre avec un Cubain à Paris qui aurait selon lui déterminé son choix : Demieux lui aurait prêté de l’argent et, reconnaissant, le créole l’aurait recommandé à sa famille dans la ville cubaine de Puerto Príncipe. Il s’y établit comme professeur chez les Esculapes, puis dans un établissement nommé El Siglo. En 1843, il obtient une licence pour ouvrir un établissement avec un collègue : celui-ci porte le nom de Collège de la Société patriotique. Il déclare ensuite être rentré en France à cause de problèmes de santé, mais ses détracteurs confient aux autorités qu’il serait parti en France avec sept de ses étudiants du Collège dans un but pour le moins spécifique. Demieux se serait en effet rendu à Paris en pleine révolution de 1848, pour que ses jeunes élèves cubains «  pussent être éduqués dans la véritable école de la liberté34 ». Selon le témoin qui donne ces informations, c’est ce que murmure toute la ville. Selon les mêmes rumeurs, Demieux serait revenu de Paris en proclamant que «  la France avait instauré le meilleur gouvernement possible, à l’avant-garde des Nations, et qu’il fallait à présent parfaire l’éducation de ces jeunes à ce nouveau système et instaurer ce régime à Cuba35 ». On lui prête aussi des propos insultants envers l’Espagne et les Espagnols, ces derniers étant selon lui «  tous éduqués par des religieux et donc incapables d’aimer la liberté car habitués à vivre en esclaves36 ». Demieux, lui, se défend auprès des autorités cubaines en expliquant qu’il est parti à Paris à la fin de 1847 (avant le déclenchement de l’insurrection parisienne) pour raisons de santé mais aussi pour acheter de nouveaux instruments de physique pour son collège cubain. Des étudiants l’y auraient en effet accompagné, mais pour parfaire leur éducation générale avec l’accord de leurs familles et non à des fins politiques, prétend l’accusé37.

15Pour aller plus loin dans l’examen de son cas, les autorités demandent à Demieux s’il est en possession de documents officiels pouvant attester de sa situation d’étranger résidant à Cuba. Il répond avoir une licencia de tránsito (un permis de séjour), et dit aussi être officiellement considéré comme résidant à Puerto Príncipe grâce à sa carta de domicilio, un justificatif de domicile. Il ajoute ne pas être naturalisé mais détenir une autorisation d’enseigner délivrée par le gouverneur de la ville38. Inséré dans le dossier, son permis de séjour le définit comme transeúnte, une catégorie espagnole qui signifie littéralement «  de passage ». Interrogés un à un comme témoins, les étudiants de Demieux ne disent rien de négatif sur leur professeur ni ne confirment les visées politiques du séjour en France. Faute de preuves, c’est finalement la date de péremption et le non-renouvellement de ce permis de résidence, alliés à la fréquentation – supputée, et non avérée – de conspirateurs annexionnistes notoires, qui scellent le sort de Charles Adolphe Demieux39. Ce dernier est condamné à être expulsé «  car sa présence s’avère très néfaste à l’île », selon le gouverneur de Santiago de Cuba. Le capitaine général de Cuba approuve : Demieux quitte l’île en juillet 1852. La sentence finale est formulée comme suit : «  S’il n’existe pas de preuves justifiées d’actes graves commis par Demieux, la nature et l’importance de ce qui lui est reproché ainsi que les forts indices contre lui, auxquels s’ajoutent les confirmations de ses idées politiques, font qu’il serait très dangereux de l’autoriser à demeurer à Cuba40. » En 1863, un peu plus de dix ans après son expulsion de Cuba, Charles Adolphe Demieux fait partie du deuxième bataillon de la réserve des vétérans de l’armée unioniste pendant la guerre de Sécession41 : cette indication prouve qu’il n’a rien perdu de ses convictions républicaines et qu’il poursuit son combat politique sur le continent américain.

  • 42 AHN, Ultramar, 4357/32.

16Le Normand Charles Adolphe Demieux n’est pas le seul professeur étranger à être expulsé de Cuba pour ses idées républicaines considérées comme dangereuses pour l’île. Le cas de Gonzalo Peoli, qui intervient vingt ans après l’affaire Demieux, appartient à un autre moment de l’histoire de l’île, tout en éclairant des dynamiques politiques régionales de longue durée. Originaire de ce qui devient le Venezuela indépendant en 1811, Peoli est dans les années 1870 installé à Matanzas, où il exerce comme précepteur et professeur au collège La Empresa. À Matanzas, cet établissement est considéré par les autorités locales comme un vivier de traîtres à la Couronne. Dans le rapport de police de 1872 qui concerne Peoli, le collège est qualifié de «  lieu de haine des institutions monarchiques » et de «  diffusion de doctrines dangereuses destinées à alimenter les rangs de l’insurrection42 ».

  • 43 AHN, Ultramar, 4357/32.

17Cette «  insurrection » est le nom que donnent les autorités cubaines à ce qui devient pour la postérité la guerre des Dix Ans, commencée en 1868 avec le soulèvement de propriétaires terriens de l’est de l’île. La surveillance des habitants, qui était déjà étroite avant cette date, est à présent à son comble. À propos des étrangers, dont la présence est de plus en plus problématique aux yeux des autorités depuis le début du conflit ouvert, le rapport de surveillance dont fait l’objet Peoli précise que «  le droit international donne le pouvoir aux gouvernements d’admettre ou non les étrangers : ceux-ci doivent se soumettre sans aucune forme d’ingérence aux lois qui régissent le pays et si leur présence sur le territoire est jugée néfaste ou dangereuse, il est de leur droit de les en faire sortir aussitôt43 ».

  • 44 Alain Yacou, Essor des plantations et subversion anti-esclavagiste à Cuba, 1791-1845, Paris, Kartha (...)
  • 45 AHN, Ultramar, 4357/32.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.
  • 48 Cette pratique consistant à laisser le temps au condamné de «  régler ses affaires » est commune à (...)

18Dans ce même texte, Peoli est qualifié de «  républicain notoire » qui considère la monarchie comme un régime despotique et qui glorifie les insurgés et les anti-espagnols comme Plácido (un Noir libre poète exécuté par le pouvoir colonial en 1844 pour conspiration anti-esclavagiste44). Suite à ce rapport de l’Inspection de surveillance du district nord de Matanzas, les papiers personnels du professeur Peoli sont saisis et on en déduit que ses écrits «  en prose et en vers montrent bien ce qu’il pense en matière de politique et de religion45 ». Le rapport de surveillance souligne littéralement qu’il s’agit «  d’un étranger natif du Venezuela, où l’on conspire ouvertement contre l’Espagne et d’où l’on lance des expéditions contre l’Espagne et ses territoires américains46 ». Pour ne rien arranger, certains des habitants de son quartier assurent qu’il est athée. Ces arguments s’ajoutent au fait que Peoli a publié en 1869 un recueil de poèmes intitulé Aubes de la liberté et qu’il s’agit «  non pas d’un serrurier, ou d’un maçon, mais bien d’un professeur47 ». De fait, le texte du rapport insiste sur l’idée que «  l’insurrection » aurait ses racines dans les écoles. Peoli est finalement expulsé de Cuba après un temps de sursis accordé pour s’organiser avec sa famille48 : il s’installe à New York en février 1872.

  • 49 Martin Biersack, “Negotiating usefulness…”, art. cit.

19Ces deux cas soulignent l’importance de l’activité professorale et intellectuelle dans les décisions d’expulsion des étrangers considérés comme dangereux. Que ce soit avant ou pendant la guerre des Dix Ans, la peur de la contagion de la jeunesse par les idées «  pernicieuses » de l’extérieur est un argument assez lourd pour expulser des suspects sans preuves tangibles. De plus, si au xviiie siècle les professions intellectuelles étaient considérées comme justifiant les séjours d’étrangers triés sur le volet par la Couronne aux Indes49, un siècle plus tard, les circonstances politiques du continent en font les principales cibles de la suspicion publique.

Les diplomates et l’indépendantisme

  • 50 Sur l’évolution du rôle des consuls au xixe siècle, voir Silvia Marzagalli (dir.), Les consuls en M (...)

20Un dernier cas d’étrangers expulsés mérite d’être relevé au vu de sa récurrence dans le fonds consulté : ce sont les consuls étrangers qui sont chassés de Cuba – non sans créer de véritables scandales diplomatiques – pour soupçons d’intelligence avec la rébellion anti-espagnole qui débute en 1868. Le rôle des consuls dans ce dernier tiers du xixe siècle est non seulement de veiller au bon fonctionnement des relations commerciales entre États, mais aussi de protéger les ressortissants de la nation représentée résidant officiellement à Cuba50. Pourtant, depuis le début du conflit entre loyalistes et séparatistes, certains consuls semblent s’être trouvé un nouveau rôle politique : le soutien à la cause indépendantiste cubaine, au grand dam des autorités coloniales de l’île. Trois cas notables montrent que cette pratique devient une véritable tendance dans les années 1870.

  • 51 AHN, Ultramar, 4342/12.
  • 52 AHN, Ultramar, 4342/12.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 Miguel Angel Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, Madrid, Ministerio de Asuntos Exterior (...)

21Il s’agit d’abord de la famille Nenninger. Charles Nenninger est consul de Suède et de Norvège à Washington avant d’obtenir le même poste à La Havane. Au printemps 1873, il adresse une réclamation au capitaine général de Cuba pour protester contre son expulsion de l’île qui a eu lieu quelque temps auparavant51. La pression diplomatique augmente à mesure que les autorités coloniales peinent à fournir des preuves pour certifier que Nenninger a bien été en contact avec les insurgés séparatistes52. De plus, Nenninger et toute sa famille sont naturalisés états-uniens, ce qui les pousse à doubler leur réclamation d’une démarche similaire réalisée en tant que citoyens nord-américains53. Le fils Nenninger, expulsé lui aussi avec son père pour complicité avec la rébellion alors qu’il avait ouvert une maison de commerce à La Havane, fait également une réclamation pour obtenir le droit de revenir à Cuba54. Malgré le manque de preuves, le consul espagnol de New York López Roberts maintient que les Nenninger père et fils aident les insurgés à faire passer du courrier à Cuba à bord du navire Liberty55. Les requêtes du consul scandinave et de son fils finissent pourtant par être acceptées, faute d’éléments solides et pour éviter à l’Espagne de continuer à violer les traités diplomatiques qui datent de 1795, en se mettant ainsi en désaccord explicite avec une nation européenne amie56.

  • 57 AHN, Ultramar, 4738/7.
  • 58 AHN, Ultramar, 4738/7.

22L’année suivante, en 1874, c’est un certain Guillermo Lauten, vice-consul d’Allemagne à Manzanillo, dans le sud-est de l’île, qui est accusé d’échanger des informations avec les indépendantistes. On intercepte dans ses papiers de longues lettres du chef de l’insurrection, Carlos Manuel de Céspedes, qui sont insérées dans son dossier judiciaire57. Le vice-consul Lauten avait même un pseudonyme de combattant, mentionné dans sa correspondance reçue par les «  rebelles » : El Flaco, c’est-à-dire «  le maigre ». Face aux accusations dont il fait l’objet, Lauten ne dément pas, remerciant même le capitaine général de Cuba de ne pas le faire passer en cour martiale58. Il quitte l’île immédiatement après avoir reçu son ordre d’expulsion.

  • 59 AHN, Ultramar, 4725/65.
  • 60 AHN, Ultramar, 4725/65.

23Enfin, c’est avec le consul des États-Unis à Santiago de Cuba que les relations sont les plus tendues. En 1870, toujours au début de la guerre des Dix Ans, le consul Philipps écrit un rapport au State Department sur sa vision de la situation cubaine : le texte fuite dans la presse, les habitants de Santiago découvrent que le consul états-unien considère l’Espagne en pleine déroute, dévastée par la rébellion59. Les loyalistes sont outrés. Sa sympathie pour le soulèvement indépendantiste est selon eux manifeste. Il est contraint de quitter Cuba pour la Jamaïque, non sans clamer avoir fait l’objet d’une machination60. L’affaire a un retentissement considérable, intervenant précisément au moment où l’insurrection indépendantiste et son exil cherchent à obtenir le soutien explicite du gouvernement états-unien, au mépris des traités de diplomatie internationale.

24La forte proportion de cas de consuls «  pro-indépendantistes » dans l’échantillon d’archives consulté montre que l’insurrection commencée en 1868 donne lieu à des formes bien précises d’expulsions, qui sont de plus en plus nombreuses dans les années 1870. Ces expulsions d’étrangers particuliers que sont les diplomates et le fort retentissement politique de ces mesures dû à la guerre en cours contribuent à tendre le climat de l’île. Les séparatistes ne sont reconnus comme belligérants que par quelques nations latino-américaines, mais la multiplication d’expulsions d’étrangers sympathisant avec la cause indépendantiste contribue à sensibiliser l’opinion internationale (et surtout états-unienne) au combat des mambises.

Conclusion

  • 62 Josep María Fradera, Colonias para después de un imperio, Barcelone, Edicions Bellaterra, 2005.

25Les trois cas de figure de l’expulsion d’étrangers présentés ici sont loin d’être les seuls, même en restreignant l’échantillon aux dimensions purement politiques de ces mesures. Dans le même fonds, l’exemple d’un ingénieur français soupçonné de complicité avec l’insurrection séparatiste ou encore celui de généraux mexicains réfugiés à La Havane pour y préparer une expédition armée dans leur pays auraient pu illustrer d’autres facettes de cette pratique qui évolue au gré des circonstances politiques auxquelles fait face l’île espagnole. Cela étant, les trois catégories d’étrangers visés par l’expulsion exposées dans cet article permettent de dessiner certaines spécificités de la place de l’outre-mer dans l’empire espagnol, et précisément de Cuba. D’abord, tous ces étrangers expulsés de Cuba semblent plutôt des figures notables, des cas particuliers examinés de près par les autorités, et ne paraissent pas relever de l’histoire collective à petite échelle des expulsions plus massives. Ces expulsions apparaissent aussi comme l’indicateur d’une pratique largement indexée sur l’évolution de la politique impériale espagnole : dans les années 1860, expulser tous les étrangers qui mettent en péril le fragile équilibre cubain semble se faire pour des raisons somme toute similaires aux bannissements de «  naturels du pays », c’est-à-dire de Cubains. Ce que ces sources mettent au jour, a fortiori à partir de la guerre des Dix Ans, c’est la collaboration entre opposants étrangers et Cubains contre le pouvoir espagnol raidi des années du milieu du xixe siècle. Quant aux modalités et aux pratiques d’expulsion elles-mêmes, pour le cas de l’empire espagnol à Cuba, elles semblent ne pas répondre à des schémas fixes, mais bien s’adapter au cas par cas, citant çà et là des circulaires ou de façon très vague «  le droit international », mais s’appuyant surtout sur une forme de norme de l’exception permise par la situation impériale qui, à mesure que les décennies avancent, devient de plus en plus coloniale62.

Haut de page

Notes

1 Manuel Moreno Fraginals, El ingenio : El complejo económico cubano del azúcar, La Havane, Comisión Nacional Cubana de la Unesco, 1964.

2 Clément Thibaud, Libérer le Nouveau Monde. La fondation des premières républiques hispaniques : Colombie et Venezuela, 1780-1820, Bécherel, Les Perséides, 2017.

3 Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Fabrice Le Goff, Atlas des esclavages : de l’Antiquité à nos jours, Paris, Autrement, 2017.

4 Harold D Sims, La expulsión de los españoles de México, México, Fondo de Cultura Económica, 1985.

5 Jesús Ruiz de Gordejuela Urquijo, La expulsión de los españoles de México y su destino incierto, 1821-1836, Séville, CSIC, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 2006.

6 Agnès Renault, D’une île rebelle à une île fidèle. Les Français de Santiago de Cuba (1791-1825), Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2012.

7 AGI, Cuba, 2225, «  Correspondencia de la Península ».

8 Martin Biersack, «  Negotiating usefulness : The utilitarian approach to immigration in Bourbon Spanish-America », Viaggiatori. Circolazioni, scambi ed exilio, settembre 2017, Anno 1, n°  1.

9 Ibid.

10 Josep Maria Fradera, Gobernar colonias, Barcelona, Ed. Península, 1999 ; Ada Ferrer, La guerre d’indépendance cubaine : insurrection et émancipation à Cuba, 1868-1898, Bécherel, Les Perséides, 2010.

11 Cette collecte archivistique a été menée grâce au financement du programme ANR AsileuropeXIX, en octobre 2017.

12 Le fonds Ultramar de l’Archivo Histórico de Madrid n’est sûrement pas le seul à abriter des dossiers d’expulsion d’étrangers de Cuba à la période étudiée. L’Archivo de Indias de Séville ou l’Archivo Nacional de La Havane possèdent probablement le même type de sources pour ces mêmes années. Faute d’avoir pu élargir la recherche à ces autres centres d’archives, la présente étude s’appuie seulement sur la recherche par mots-clés sur PARES (Portal de Archivos Españoles, http://pares.mcu.es/), réalisée avec le filtre de l’Archivo Histórico Nacional (AHN), des dates 1830-1880, et avec le mot-clé «  expulsión ». Cette recherche donnait vingt-sept résultats, sachant qu’elle n’inclut pas les fonds de l’AHN qui ne sont pas (encore) catalogués sur le site PARES. Ces limites méthodologiques sont importantes à préciser pour replacer la portée de l’article dans un contexte documentaire plus large. L’enquête reste donc à poursuivre sur une question relativement peu étudiée à ce jour.

13 Ces chiffres sont compilés et analysés dans Ismael Sarmiento Ramírez, «  Cuba : Una sociedad formada por retazos. Composición y crecimiento de la población en los primeros 68 años del siglo XIX », Caravelle, vol. 81, 2003, n° 1, p. 111-146. Je remercie Mathieu Aguilera de m’avoir signalé cet article. Il a lui-même étudié le rôle et le statut des recensements coloniaux, entre autres dans «  Les administrateurs comme agents de la catégorisation des sociétés coloniales. Pratiques et usages des recensements de population », in Jean-Philippe Luis (dir.), L’État dans ses colonies. Les administrateurs de l’empire espagnol au xixe siècle, Madrid, Casa de Velazquez, 2015, p. 41-58.

14 Ces thèmes ont été explorés pour la période moderne. On peut citer Frédérique Langue, «  Los extranjeros en el Caribe hispano en vísperas de la independencia : Enemigos, héroes errantes y hombres de buena fe », Cuadernos de Historia Moderna, Anejos, 2011, n°  10, p. 195-222. Le travail de Rodrigo de J. García Estrada, Los extranjeros en Colombia : Su aporte a la construcción de la nación (1810-1920), Planeta, 2006, concerne pour sa part la Colombie indépendante. Je remercie Edgardo Pérez Morales de m’avoir signalé cet ouvrage.

15 Romy Sánchez, «  Enjeux politiques d’une circulation américaine des savoirs : la bibliothèque abolitionniste de Jorge Davidson », in Daniel Roche (dir.), Les Savoirs-Mondes. Mobilités et circulations des savoirs du Moyen-âge au xxie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 461-474.

16 Eric Paul, The Circulation of Transatlantic Ideas and People in Cuban Slave Society, 1791-1844, Davis University of California, 2009 ; Jane G. Landers, Atlantic Creoles in the Age of Revolutions, Cambridg-/London, Harvard University Press, 2010.

17 Par exemple : The Speeches delivered at the soiree in honour of George Thompson, Esq., in the Renfrewshire Tontin Inn, Paisley, on the evening of Wednesday, 25th January, 1837, with an Appendix, containing a remonstrance on the subject of Slavery, by the Paisley Emancipation Society, Paisley, Glasgow, mais surtout : Memoir of Phillis Wheatley, a Native African and a Slave, by B.B. Thatcher, Boston, Geo W. Light, 1834, autrement dit un ouvrage autobiographique sur la poétesse esclave nord-américaine Phillis Wheatley. Pour ce qui est des périodiques, on peut mentionner des exemplaires du New Yorker, du Daily Evening Transcript de Boston, ou encore de The Examiner, de New York. Tous les exemplaires sont de 1837 : E. Paul, The Circulation of Transatlantic Ideas…, op. cit., annexes.

18 Selon Jane Landers, il quitte Cuba pour sa Jamaïque natale et l’intervention des autorités consulaires britanniques lui permet de circuler librement, condition rarement acquise à d’autres expulsés, tenus de demeurer temporairement dans la destination assignée par les autorités qui les chassent : J. G. Landers, Atlantic Creoles in the Age…, op. cit., p. 219.

19 Davidson est en effet loin d’être un inconnu des archives. Voir sur son cas : Pedro Deschamps Chapeaux, El negro en la economía habanera del siglo xix, La Havane, UNEAC, 1971, puis E. Paul, The Circulation of Transatlantic Ideas…, op. cit., et J. G. Landers, Atlantic Creoles in the Age…, op. cit. Notons que la commutation de la peine de mort en expulsion, qui est aussi pratiquée dans l’Amérique latine indépendante sur le continent, rappelle la fonction du bannissement sous l’Ancien Régime, en France notamment. Voir la contribution d’Edward Blumenthal dans le présent dossier.

20 100 718 individus contre 45 648 Blancs selon Laird W Bergad, Cuban Rural Society in the Nineteenth Century : The Social and Economic History of Monoculture in Matanzas, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1990, p. 34.

21 Ibid.

22 Manuel Barcia, Seeds of Insurrection : Domination and Slave Resistance on Cuban Plantations, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2008.

23 Laird W. Bergad, Cuban Rural Society…, op. cit., p. 239.

24 Ibid.

25 ANC, Comisión Militar, Leg. 17, n°  1, Circular 1835, folio 10.

26 Archivo Provincial de Matanzas, Esclavos – Bozales, Leg. 21 n° 22.

27 À son arrivée aux États-Unis après son expulsion, le frère de Jorge Davidson le compare dans une tribune de la société anti-esclavagiste de New York à William Lloyd Garrison, J. Landers, Atlantic Creoles in the Age…, op. cit., p. 229.

28 AHN, Ultramar, 4686/52.

29 AHN, Ultramar, 4686/52.

30 AHN, Ultramar, 4686/80.

31 Il s’agit des traités de 1835 : Karim Ghorbal, Réformisme et esclavage à Cuba (1835-1845), Paris, Éditions Publibook, 2009, p. 509.

32 Selon D. Murray, le dernier navire emmenant des esclaves de façon illégale à Cuba y aurait débarqué en 1867 : David R Murray, Odious Commerce : Britain, Spain, and the Abolition of the Cuban Slave Trade, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1980.

33 Son acte de naissance, conservé aux archives départementales du Calvados, confirme que Charles Adolphe Demieux est né le 6 août 1806, AD14, 4E1388, État civil, Caen, 1806, naissances, n°  948. Je remercie Fabrice Langrognet pour son aide concernant ce document.

34 AHN, Ultramar, 4637/43.

35 AHN, Ultramar, 4637/43.

36 Là encore, il s’agit de propos rapportés par les témoins, prêtés à Demieux. AHN, Ultramar, 4637/43.

37 AHN, Ultramar, 4637/43.

38 AHN, Ultramar, 4632/43

39 Plus précisément, ce sont même des points de suspension considérés comme ambigus dans une lettre à l’un d’entre eux qui décident de l’expulsion de Demieux de Cuba. AHN, Ultramar, 4632/43.

40 AHN, Ultramar, 4632/43.

41 https://www.nps.gov/civilwar/search-soldiers.htm#q=Demieux. Ce groupe étant formé de soldats invalides, blessés ou malades, il semble que Demieux ait été diminué physiquement durant la décennie entre son expulsion de Cuba et son enrôlement dans ce bataillon.

42 AHN, Ultramar, 4357/32.

43 AHN, Ultramar, 4357/32.

44 Alain Yacou, Essor des plantations et subversion anti-esclavagiste à Cuba, 1791-1845, Paris, Karthala, 2010.

45 AHN, Ultramar, 4357/32.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Cette pratique consistant à laisser le temps au condamné de «  régler ses affaires » est commune à l’expulsion telle qu’elle est pratiquée en Europe.

49 Martin Biersack, “Negotiating usefulness…”, art. cit.

50 Sur l’évolution du rôle des consuls au xixe siècle, voir Silvia Marzagalli (dir.), Les consuls en Méditerranée, agents d’information : xvie-xxe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2015.

51 AHN, Ultramar, 4342/12.

52 AHN, Ultramar, 4342/12.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Miguel Angel Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, Madrid, Ministerio de Asuntos Exteriores, 1991.

57 AHN, Ultramar, 4738/7.

58 AHN, Ultramar, 4738/7.

59 AHN, Ultramar, 4725/65.

60 AHN, Ultramar, 4725/65.

61 Comme pour le cas de J. Davidson, la procédure d’expulsion comprend dans ces cas l’intervention de la diplomatie internationale, ce qui n’est pas le cas pour Demieux ou Peoli. Cette donnée ne semble toutefois pas modifier sensiblement le résultat des démarches, puisque la plupart des consuls sont bel et bien expulsés. Le contexte extraordinaire du conflit semble l’emporter sur un quelconque «  privilège diplomatique ».

62 Josep María Fradera, Colonias para después de un imperio, Barcelone, Edicions Bellaterra, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romy Sánchez, « Expulser les étrangers d’outre-mer : le cas de Cuba, 1840-1880 », Diasporas, 33 | 2019, 105-115.

Référence électronique

Romy Sánchez, « Expulser les étrangers d’outre-mer : le cas de Cuba, 1840-1880 », Diasporas [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3621 ; DOI : 10.4000/diasporas.3621

Haut de page

Auteur

Romy Sánchez

Romy Sánchez est chargée de recherche au CNRS au laboratoire IRHiS de l’Université de Lille, docteure en histoire contemporaine de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteure d’une thèse intitulée Quitter la Très Fidèle. Exilés et bannis au temps du séparatisme cubain, 1834-1879 (sous la direction d’Annick Lempérière), soutenue en décembre 2016 ; elle est spécialiste des migrations politiques dans l’empire espagnol au xixe siècle et des oppositions aux émancipations dans l’espace caribéen à la même époque.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals