Navigation – Plan du site
Négocier, contester l’expulsion

« Éloigner les Barabbas »

Sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853
“Getting of the Barabbas”: About a campaign of expulsion of foreigners from Piedmont in 1853
Antonin Durand
p. 119-135

Résumés

Dans la période de répression qui suit les révolutions de 1848, le royaume de Piémont-Sardaigne apparaît comme un refuge pour les proscrits des autres États italiens. Il existe cependant une règle tacite selon laquelle les réfugiés se doivent de renoncer à toute activité politique pour être tolérés. La révolte mazzinienne qui éclate à Milan le 6 février 1853, avec la participation active de réfugiés en Piémont qui ont traversé la frontière, met à mal ce fragile équilibre : le gouvernement se trouve contraint de donner des gages à ses voisins lombards en expulsant massivement les réfugiés suspects. L’objet de l’article est de comprendre les modalités de cette répression en interrogeant les mécaniques de sélection des réfugiés expulsés, les modalités de la négociation de leur destination, les conditions pratiques de leur expulsion et les voies de recours dont ils disposent pour la contester.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Franco Catalano, I Barabba. La rivolta del 6 febbraio 1853 a Milano, Milan, Mastellone, 1953. Leo P (...)
  • 2 Karl Marx, «  The Milan Riot », New York Daily Tribune, 8 mars 1853, n°  3.
  • 3 Ester De Fort, «  La questione dei sequestri austriaci del 1853: Echi e reazioni nel regno sardo », (...)
  • 4 Sur le contexte politique du Piémont pré-unitaire, on consultera par exemple Silvia Cavicchioli, Sa (...)

1Le 6 février 1853, à Milan, éclatait une révolte d’ouvriers et de patriotes décidés à chasser l’occupant autrichien : quelques centaines de conspirateurs, mal préparés et sommairement armés – les Barabbas, selon l’expression reprise par Franco Catalano – s’en prenaient aux soldats autrichiens, faisant une dizaine de morts, avant d’être violemment réprimés1. Après les mouvements de 1848 et leur échec, ce nouveau revers apparaissait comme une réminiscence révolutionnaire mais illustrait aussi, selon Karl Marx, la vanité des «  révolutions improvisées2 ». Pourtant, dans une Italie encore marquée par les secousses du Printemps des peuples et de la guerre austro-piémontaise (23 mars 1848-24 mars 1849), cet épisode témoignait aussi de la persistance de velléités patriotiques. C’est pourquoi les Autrichiens se trouvaient dans l’obligation d’être intraitables – seize conspirateurs étaient alors exécutés et les biens de nombreux réfugiés en Piémont furent mis sous séquestre3 –, pour ne pas raviver les braises. Pour cette raison, le rôle prêté aux déserteurs et exilés politiques installés en Piémont dans l’insurrection était un sujet particulièrement sensible : les mettre en avant, c’était accuser implicitement le gouvernement piémontais de complaisance à leur égard. Victor-Emmanuel II, qui avait hérité du trône de son père après l’échec de la campagne contre l’Autriche, était parvenu jusqu’alors à normaliser ses relations avec l’empire de Vienne sans écorner son image de souverain libéral. Ce fragile équilibre menaçait d’être rompu par le franchissement de la frontière par des hommes armés décidés à renverser la domination impériale sur le Milanais4. Dans un contexte juridique et politique fragile, où l’obligation de solidarité à l’égard des réfugiés de la cause piémontaise le disputait à la peur du désordre et à la nécessité de ne pas froisser un voisin puissant, la réaction du gouvernement piémontais était particulièrement scrutée.

  • 5 Cette campagne d’expulsion a été identifiée par Gian Biagio Furiozzi, qui fut le premier à dresser (...)
  • 6 Gazzetta piemontese, 10 février 1853, n°  55, p. 1.

2De fait, l’insurrection milanaise provoque une importante série d’expulsions d’exilés, qui frappe quelque cent cinquante personnes qui s’étaient installées en Piémont au cours des cinq années précédentes5. Le motif, clairement affirmé dans la Gazzetta piemontese, qui fait office de journal officiel, est de sanctionner les émigrés qui ont «  abusé de l’hospitalité » du Royaume en violant le pacte tacite qui les contraignait à abandonner toute activité politique en contrepartie de l’asile6. Les enjeux diplomatiques et d’ordre public ne suffisent pourtant pas à épuiser la compréhension des enjeux de cette vague d’expulsions, d’abord parce que seule une partie des expulsés a effectivement pris part, ou voulu prendre part, à l’insurrection. Il y a donc un effet d’opportunité dans le décret qui lance cette première grande expulsion collective et plus encore dans les modalités de son application ; il s’agissait à la fois de donner des gages aux Autrichiens et de se débarrasser d’étrangers jugés oisifs ou indésirables.

  • 7 Esther De Fort, «  Esuli, migranti, vagabondi nello Stato sardo dopo il Quarantotto », in Maria-Lui (...)

3Les mécanismes de l’identification des exilés et de leur expulsion peuvent être restitués finement grâce à un riche dossier du cabinet du ministre de l’Intérieur, qui rassemble des échanges administratifs entre le ministère et ses représentants dans les provinces piémontaises, des comptes rendus d’interrogatoire ainsi que des suppliques adressées aux autorités par les exilés ou leurs familles pour échapper à l’expulsion. Ces documents ont permis l’établissement d’une base de données qui est loin d’avoir l’ampleur de celle constituée par Ester De Fort sur les émigrés à Turin, mais qui documente avec une grande précision les trajectoires des exilés avant et après leur passage par le Piémont7. Leur parcours peut ainsi être restitué de manière détaillée, des mécanismes de leur identification jusqu’aux modalités de leur expulsion et du choix de leur destination. Il convient enfin de s’intéresser aux arguments de la contestation des expulsions, et à son répertoire.

Des événements du 6 février 1853 à l’expulsion massive

4Le 10 février 1853, la Gazzetta piemontese se fait l’écho des événements survenus à Milan six jours plus tôt. Elle le fait sous une forme inattendue dans une publication officielle puisque le texte s’ouvre par un appel lancé par le Comitato nazionale italiano, organisme républicain créé à Londres par Giuseppe Mazzini en 1850, et signé par Mazzini lui-même et Aurelio Saffi. Il se termine par cet appel aux armes :

  • 8 Gazzetta piemontese, 10 février 1853, n°  55, p. 1.

«  La mission du Comité national est accomplie : la vôtre commence. Le dernier mot que vous adressent vos frères est : insurrection. Demain, au milieu du peuple, ils seront là pour y participer8. »

5Seul le commentaire laconique qui suit montre que les rédacteurs de la Gazzetta piemontese ne reprennent pas cet appel à leur compte :

  • 9 Ibid.

«  En conséquence de ce manifeste, dont le gouvernement de Sa Majesté a eu connaissance en temps utile, il a pris les dispositions nécessaires pour que soit arrêtée toute personne qui tenterait de quitter ses États pour leurs voisins afin de prendre part aux mouvements dont il est question dans ce manifeste. Aussi, après vérification, il a décrété aujourd’hui l’expulsion des quelques émigrés qui abusent de l’hospitalité qu’ils ont reçue. Dans le même temps, il a ordonné que tous les émigrés sans distinction qui se trouvent dans les provinces frontalières, à l’exception de ceux qui sont employés par le gouvernement, soient envoyés vers les provinces de l’intérieur9. »

  • 10 Extrait de l’Écho du Mont Blanc cité dans la Gazzetta piemontese, 15 février 1853, n°  59, p. 1.
  • 11 Catherine Brice, «  Le dilemme de la fraternité dans l’exil : fraternité, confiscation, patrimoine  (...)
  • 12 Lettre du ministère autrichien au ministre des Affaires étrangères piémontais, s.d. [février 1853], (...)

6La forme sous laquelle est diffusée cette double information ne manque pas de choquer les adversaires de Mazzini. Ainsi, l’Écho du Mont Blanc, organe du parti clérical à Annecy, s’insurge contre cette publication dans un journal officiel «  comme si la proclamation émanait d’un gouvernement régulier10 ». Et de s’indigner de l’imprévoyance des autorités qui ont laissé «  se réunir un corps armé de 400 hommes, qui se sont fait expédier des caisses de fusils, et ce sous les yeux de la douane et des carabiniers ». Dans le même temps, au moment où l’Autriche commence à durcir sa politique à l’égard des émigrés en généralisant les mises sous séquestre de leurs biens11, le ministère des Affaires étrangères autrichien s’adresse à son homologue turinois pour demander des comptes et des informations sur une quinzaine d’individus susceptibles de s’être réfugiés de l’autre côté de la frontière12.

  • 13 Lettre de l’intendant général de Novara au ministre de l’Intérieur, 12 février 1853, ASTo, Interno, (...)
  • 14 Lettre de l’intendant général de Nice au ministre de l’Intérieur, 10 mars 1853, ibid.

7La mise en question de l’attitude du souverain piémontais par l’opposition conservatrice comme par la diplomatie autrichienne et son évidente ambiguïté à l’égard d’émigrés qui ont été accueillis dans ses États menacent de mettre à mal son autorité. L’ampleur de la réponse du gouvernement a donc d’abord une fonction d’affichage : il s’agit de donner des gages à l’Autriche ainsi qu’aux conservateurs les plus hostiles à la politique d’accueil menée jusqu’alors, qui a essentiellement consisté à tolérer l’entrée des exilés italiens à condition qu’ils se tiennent tranquilles. Ce qui est surtout pointé, ce sont les limites du système de contrôle qui a laissé des comploteurs franchir la frontière dans les deux sens, parfois en armes. La première mesure du gouvernement consiste à ordonner l’arrestation d’un groupe de mazziniens repérés justement avec des armes dans une auberge de Mezzanino, à proximité de Stradella, et soupçonnés de vouloir rejoindre la frontière. Neuf sont arrêtés sur place dans la nuit du 7 février, mais en tout, ils sont quarante-deux à être finalement convaincus d’implication dans ce mouvement. Cependant, les lacunes du contrôle apparaissent suffisamment graves pour que des mesures plus générales soient prises : le ministère de l’Intérieur s’adresse ainsi dès le 12 février aux différentes autorités provinciales pour établir une liste des émigrés présents sur le territoire et sélectionner ceux d’entre eux qui, du fait de leur attitude ou de leur implication dans les événements du début février, doivent être expulsés. Cette circulaire ne semble pas avoir été conservée, mais on peut en deviner les contours à partir des réponses et des listes qui remontent des provinces : l’intendant général de Novara, par exemple, souligne qu’il a visé en premier lieu les émigrés sans domicile stable13. Quant à celui de Nice, il renvoie une liste d’émigrés «  oisifs ou suspects », dont il recommande l’expulsion14.

8Les échanges entre le ministère et les provinces montrent ainsi un glissement des motifs de surveillance voire d’expulsion des émigrés, des mobiles politiques et de droit commun (détention d’armes, participation à l’émeute de Milan) vers des causes économiques et morales (l’absence de domicile, l’oisiveté).

  • 15 «  Veramente in questa Divisione come già gli si era fatto conoscere non esiste alcun emigrato ozio (...)

9Dès cette étape, il apparaît surtout que les administrations provinciales jouent un rôle crucial non seulement dans l’identification mais aussi dans le traitement des émigrés. Certaines provinces, comme celles d’Aoste ou de Vercelli, envoient des listes réduites, accompagnées de lettres soulignant la bonne insertion de ces émigrés et invitant le ministère à la clémence à leur égard. Le régent de l’intendance d’Aoste répond ainsi que «  vraiment, dans cette division, il n’y a pas d’émigrés oisifs, vagabonds ou suspects de délits de droit commun qui devraient pour cela être expulsés des États du roi15 ». L’intendant de Lomellina est plus direct encore dans une lettre du 12 février 1853 :

  • 16 «  Oltre che, come si diceva, i suddetti individui tennero sempre una condotta regolare, lo scriven (...)

«  Outre que […] les individus en question ont toujours eu une conduite honnête, le soussigné assure à Votre Excellence qu’ils sont restés totalement à l’écart des derniers mouvements et qu’ils n’y ont pris aucune part. Aussi, puisque leurs familles se retrouvent privées d’appui par leur éloignement, il recommande à Votre Excellence que tous soient autorisés à revenir ici16. »

  • 17 Claire Zalc, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Le Seuil, 2016, en part. (...)

10Plus encore que les appels à la clémence collective, les observations portées en marge des listes permettent aux intendants, qui représentent le pouvoir central dans les provinces, d’incliner le ministère à l’indulgence. Celui de Novara envoie ainsi au ministère une liste de trente et un noms, en précisant pour treize d’entre eux que leur conduite est bonne. Seuls trois sont signalés comme suspects, ce qui explique un taux d’expulsion particulièrement bas pour cette province d’où un seul émigré, Giovanni Gorla, est finalement expulsé. L’importance des administrations provinciales dans la constitution des listes d’expulsés confirme une conclusion de Claire Zalc au sujet des dénaturalisés français sous Vichy : les processus d’exclusion se jouent dans une complémentarité entre les décisions politiques prises au sommet de la hiérarchie et leurs interprétations sur le terrain, entre application zélée et résistance passive17.

  • 18 Le même type de glissement a été mis en évidence dans le cas français par Delphine Diaz, Un asile p (...)
  • 19 «  Gli emigrati che hanno il loro domicilio in questa Provincia sono per la maggior parte addetti a (...)

11C’est pourtant bien au niveau des provinces que se joue un premier glissement depuis l’identification des participants aux troubles de Milan vers une répression plus large des émigrés oisifs, dangereux ou subversifs18. Ce glissement se lit par exemple dans le rapport envoyé par l’intendant de Novara le 6 mars 1853, qui commence par affirmer clairement que «  les émigrés qui ont leur domicile dans cette province sont pour la plupart assidus au travail, et ne semblent pas avoir pris part aux tentatives d’insurrection de Lombardie », mais c’est pour mieux ajouter qu’il y en a parmi eux dont la conduite suspecte justifie qu’on «  profite de l’occasion pour les retirer de la Province19 ». S’ensuit une liste de six noms d’individus décrits comme «  oisifs », «  libertins » ou «  d’opinion républicaine et partisans actifs de Mazzini ». Cependant, un seul d’entre eux figure sur la liste des expulsés de mars 1853.

12La confusion autour des critères de signalement et d’expulsion donne aussi prise à des protestations de la part de personnes et d’associations défendant les émigrés dans la société piémontaise, qui dénoncent le caractère de plus en plus extensif de la mesure. Ainsi le député libéral Antonio Giovanola écrit-il au ministère de l’Intérieur pour se porter garant de la bonne moralité des émigrés menacés dans sa circonscription :

  • 20 «  Qui nel mio paese di Cannobio, che a torto venne indicato come uno de’ centri dell’insurrezione, (...)

«  Ici dans ma région de Cannobio, dont on a dit à tort qu’elle était un des centres de l’insurrection alors qu’absolument aucun d’entre nous n’en avait le moindre pressentiment, il n’y a que des réfugiés, tous artisans, pauvres, déserteurs de l’armée autrichienne et rien de plus, qui sont restés ici après la retraite de 1848 et se livrent tranquillement à l’exercice de leur métier […]. La bonne conduite a permis à chacun d’entre eux d’obtenir la main [d’une de nos célibataires] avec qui ils ont eu un ou deux enfants. Eh bien ces pères de famille qui vivent tranquilles et contents à la sueur de leur front, étrangers à toute aspiration politique, se trouvent plongés au cœur de l’infortune sous prétexte d’une nécessité politique20. »

  • 21 Ibid.
  • 22 «  Lasciato in libertà il 22 marzo attesi i buoni resoconti sul di lui conto avuti », ibid.

13En effet, le ministère ne se contente pas de mettre en œuvre les recommandations des provinces : la comparaison des listes proposées par les intendants avec celles des expulsés effectifs montre d’importantes différences. La documentation en dit peu sur ceux qui échappent à l’expulsion. La liste des émigrés signalés mais non pas expulsés fait tout de même ressortir nettement trois critères protecteurs : disposer d’un travail, avoir femme et surtout enfants, et avoir bonne réputation dans le voisinage ; cela permet le plus souvent de rester dans les États de la maison de Savoie. Ainsi, Carlo Cavenago est laissé libre «  car il est marié et a une famille21 ». Quant à Giovanni Capietti, alors même qu’il est convaincu d’avoir pris part à la réunion mazzinienne de Mezzanino et semble prêt à partir pour l’Angleterre via la Suisse, il est finalement «  laissé en liberté en raison des bons rapports rendus sur lui22 ».

Figure 1. Les origines des expulsés de 1853.

Figure 1. Les origines des expulsés de 1853.
  • 23 «  Soggetto pericoloso e compromettente », lettre du ministre de l’Intérieur à l’intendant de Gênes (...)

14Si l’intervention du gouvernement peut conduire à atténuer les ardeurs des intendances provinciales, elle peut aussi bien déboucher sur des mesures à l’encontre d’individus non signalés par celles-ci. Par exemple, le journaliste Plutarco Pizzi, collaborateur du journal d’opposition Italia e Popolo, qui ne figurait pas dans la liste transmise au ministère de l’Intérieur par l’intendant de Gênes, y est ajouté au prétexte que c’est un «  sujet dangereux et compromettant23 ». Ce cas illustre la façon dont le gouvernement peut utiliser une mesure d’ordre public pour éloigner un opposant.

15Cependant, les conditions d’élaboration de la liste des émigrés finalement expulsés ne suffisent pas à comprendre les logiques qui y ont été à l’œuvre. Pour cela, il convient plutôt d’observer la liste elle-même, composée de cent cinquante-cinq noms, ce qui permet une mise en série éclairant le profil de ces expulsés.

Les expulsés de 1853 : un portrait de groupe

16Les personnes expulsées entre février et mars 1853 sont toutes des émigrés récents : leur arrivée en Piémont s’échelonne de 1848 jusqu’au début 1853, avec une ancienneté moyenne sur le territoire de 3,3 ans. Déserteurs de l’armée autrichienne, libéraux napolitains, républicains romains, tous ont quitté leur État d’origine pour le Piémont à la suite des échecs du Printemps des peuples. L’association systématique de leurs noms à leurs patries d’origine permet une cartographie (fig. 1).

17En grande majorité, ils proviennent des États italiens voisins et d’abord de Lombardie (95 des 155). Mais si les Lombards sont les premiers concernés, la liste fait clairement ressortir les solidarités nouées entre émigrés originaires de toute la péninsule italienne. Parmi les conjurés de Stradella comme parmi les autres victimes de la répression, on compte des ressortissants des États du pape (17), des Deux-Siciles (12) de Toscane (7) ainsi que des duchés de Parme (8) et Modène (2).

  • 24 Sur Stefano Türr, lire Pasquale Fornaro, István Türr: una biografia politica, Rubbettino, Soveria M (...)
  • 25 Sur Lemmi et sa trajectoire après son expulsion, voir Emilio Costa, «  L’espulsione di Adriano Lemm (...)
  • 26 Franco della Peruta, «  Italia e Ungheria nel Risorgimento », in collectif, Le relazioni italo-ungh (...)

18À ces émigrés venus de la péninsule, il faut ajouter un effectif non négligeable d’exilés de l’Empire autrichien hors Lombardie (11), qui viennent non seulement des territoires frontaliers de la Vénétie de langue italienne (Istrie, Frioul), mais aussi de Hongrie : 5 Hongrois font ainsi partie de l’effectif, tous proscrits après l’échec de l’insurrection de Budapest en 1848, comme les deux futurs garibaldiens, Stefano Türr et Luigi Winkler24, mais aussi Adriano Lemmi, qui fut brièvement secrétaire de Lajos Kossuth à Marseille25. Leur présence témoigne de la persistance d’un sentiment de solidarité entre les Italiens sous domination autrichienne et la minorité hongroise dans le rejet de l’impérialisme viennois26.

  • 27 Pour le point de vue policier, voir «  Copia di lettera del Sig. Comandante della compagna di carab (...)

19Les différentes listes permettent également de connaître pour la majorité des émigrés arrêtés le lieu de cette arrestation et parfois celui de leur résidence en Piémont (fig. 2). Il en ressort en premier lieu que les provinces proches de la Lombardie sont les plus touchées, ce qui n’empêche pas des arrestations à l’intérieur des terres, en particulier à Turin, et même une en Sardaigne. Le cœur de l’opération se déroule dans la province d’Alexandrie, foyer de plusieurs émeutes libérales depuis 1821. C’est de là qu’un groupe de quelques dizaines d’individus, pour la plupart émigrés, s’est mis en route pour porter secours aux insurgés de Milan. L’opération est essentiellement connue par les rapports et les interrogatoires de police, qui se concentrent sur l’identification des meneurs et le décompte des fusils des insurgés, mais peinent à comprendre la structuration du mouvement27. Il en ressort tout de même que le groupe avance sous la direction de Gaetano Sacchi, déjà bien rodé à la lutte armée puisqu’il a été compagnon d’armes de Garibaldi à Montevideo en 1843, puis de Mazzini à Rome en 1849.

  • 28 Sur les formes de la solidarité à l’égard des émigrés, voir Esther De Fort, «  Une fraternité diffi (...)

20D’un point de vue socioprofessionnel, les expulsés présentent une assez grande variété (fig. 3) : les catégories intermédiaires urbaines, artisans et commerçants, dominent mais ne sont pas absents les membres des classes plus aisées comme les propriétaires terriens et les professions libérales. La question des moyens de subsistance revient régulièrement dans les sources policières pour évaluer l’utilité sociale des émigrés. Les listes de suspects comportent généralement une colonne distinguant ceux qui assurent leur subsistance par leurs propres moyens (con mezzi propri) de ceux qui sont dépendants de leurs familles ou des associations d’entraide28. Même si les interrogatoires portent entre autres sur les revenus des exilés, ils donnent rarement lieu à des données chiffrées, ce qui fait que la profession reste le meilleur indicateur du niveau social. Or le niveau de revenus apparaît comme déterminant dans la destination d’expulsion. Cette destination est en effet l’objet d’une négociation à trois parties : les autorités piémontaises sont à l’origine de la décision, mais doivent composer avec les évolutions de la politique d’accueil de leurs voisins européens. Surtout, les exilés ne se contentent pas de se laisser ballotter par les arrangements administratifs : ils se trouvent parfois en situation de faire valoir leur préférence et leur pouvoir de négociation est souvent corrélé à leur statut social.

Figure 2. De l’arrestation à l’expulsion : itinéraires.

Figure 2. De l’arrestation à l’expulsion : itinéraires.

Figure 3. Les catégories professionnelles des expulsés de 1853.

Figure 3. Les catégories professionnelles des expulsés de 1853.

Négocier sa destination

21Pendant le Printemps des peuples, le Piémont a accueilli davantage d’exilés politiques qu’il n’en a expulsés. La campagne de 1853 a donc une dimension expérimentale aussi bien dans la phase des arrestations que dans celle des expulsions proprement dites. L’expulsion collective suppose en effet une logistique alors loin d’être en place et s’accompagne d’une négociation, tout à la fois à l’intérieur de l’administration, avec les pays de destination et avec les expulsés eux-mêmes.

Tableau 1

 

Destination souhaitée

Nombre de vœux satisfaits

Destination effective

États-Unis

18

13

81

Suisse

17

0

15

Angleterre

7

3

23

Malte

3

3

13

France

8

1

8

Tunisie

0

0

4

Turquie

0

0

1

Belgique

1

0

1

Lombardie

0

0

1

Argentine

4

0

0

 

58

20

147

  • 29 Lettre de B. Kinney au ministre des Affaires étrangères piémontais, 7 mars 1853, ASTo, Interno, Gab (...)

22Les quelques correspondances diplomatiques conservées par le ministère de l’Intérieur témoignent d’une certaine coordination avec le consulat suisse ou le ministère américain des Affaires étrangères qui recommande de diriger les bateaux d’expulsés vers le port de New York29. Quant aux interrogatoires de police, ils montrent que les émigrés sont souvent consultés sur leur destination : sur les 153 expulsés, celles de 147 d’entre eux ont été identifiées et 58 avaient exprimé une préférence lors de leur interrogatoire. 20 d’entre eux, soit un peu moins d’un tiers, sont effectivement envoyés là où ils avaient demandé (fig. 4). On ne peut certes exclure que les réponses aient été orientées au cours des interrogatoires, mais ce taux intermédiaire montre en tout cas que les policiers n’ont pas systématiquement réécrit les souhaits des émigrés pour les conformer à leurs décisions (Tableau 1).

23La surreprésentation de l’Amérique dans les destinations tout à la fois souhaitées et effectives s’explique largement par des raisons pratiques : contrairement aux destinations européennes, les frais de voyage sont pris en charge par le gouvernement piémontais, qui offre même un subside de 50 livres à ceux qui y partent. L’offre se révèle d’ailleurs suffisamment attractive pour que des émigrés peu satisfaits de leur situation en Piémont prennent l’initiative de demander à en profiter. Tel est le cas de Stefano Lovero, qui s’adresse au ministère de l’Intérieur en octobre 1853 en ces termes :

  • 30 «  Ora rattrovasi da molto tempo dissocupato [sic], senza sperare di potersi occupare non avendo co (...)

«  Je me retrouve sans emploi, sans espoir de pouvoir en trouver, n’ayant aucune profession puisque ma carrière a été celle des armes, dépourvu de moyens de subsistance, avili par l’angoisse des privations et du jeûne ; donc dans ces circonstances j’ai résolu de m’adresser à vous pour vous prier de me faire partir avec les autres émigrés pour l’étranger aux frais du gouvernement30. »

  • 31 Esther De Fort, «  Esuli, migranti, vagabondi… », art. cit., en part. p. 229.

24La générosité de l’État piémontais se révèle d’ailleurs onéreuse et il y renonce dès la fin 1853, ce qui fait de la vague d’expulsions de février une opportunité de départ vers l’Amérique sans équivalent31. Les expulsions vers le nouveau continent se font pour la plupart sur un navire qui semble spécialement affrété, le San Giovanni, qui part le 30 mars de Gênes pour New York en passant par Nice. Les quelques émigrés qui ne peuvent y monter, pour des raisons de date ou parce que la place manque à bord, doivent embarquer sur des bateaux marchands sous le contrôle de la police piémontaise.

  • 32 Cette politique de passeport est présentée dans la lettre de la questure de la province de Turin, 1 (...)
  • 33 Lettre de l’intendance générale de Gênes au ministre de l’Intérieur, 8 mars 1853, ibid.

25La Suisse semble elle aussi particulièrement prisée puisque dix-sept émigrés demandent à y être dirigés. Mais tous sont expulsés vers l’Amérique et aucun de ceux qui y sont effectivement envoyés n’en avait formulé la demande. Si l’attractivité de la Suisse peut s’expliquer par sa proximité, l’explication vient en partie de la réticence de cet État à accorder des passeports à des individus identifiés comme agitateurs32. Mais c’est surtout le critère pécuniaire qui apparaît déterminant : pour franchir la frontière suisse et s’ouvrir la voie de l’Angleterre, de la France ou de la Belgique, il faut pouvoir justifier d’un pécule de 50 lires. Dans une lettre du 19 mars 1853, l’intendant de la province de Nice évoque six cas, ceux de Carlo Bresciani, Giovanni Capietti, Andrea Legnani et Luigi Winkler, Angelo Bassini, Domenico Sorta et Luigi Barbini : tous souhaiteraient partir pour l’Angleterre via la Suisse, mais seuls les quatre premiers ont les 50 lires nécessaires. Les autres – l’un parce qu’il a refusé de partir sans ses effets personnels, les deux autres, faute de moyens pour le voyage – sont dirigés vers l’Amérique. Plus généralement, l’ensemble des destinations européennes nécessite un minimum de ressources : un certain Cesare Patrignano, par exemple, fait savoir qu’il voudrait aller en France et accepterait l’Angleterre, mais faute de disposer du pécule nécessaire, il est dirigé vers l’Amérique33.

  • 34 Lettre de l’intendance de Novara au ministère de l’Intérieur, 17 juin 1853, ibid.

26Il en résulte une forte corrélation entre le niveau social des émigrés et leur destination : plus un émigré est pauvre et plus il est jugé dangereux, plus il a de probabilités d’être dirigé vers l’Amérique. Ainsi, sur 34 artisans, 32 y sont envoyés alors que 3, seulement, l’avaient demandé. Au contraire, les vœux des propriétaires et rentiers sont mieux respectés, et leurs destinations sont beaucoup plus variées puisqu’ils se répartissent entre l’Angleterre (6), la Suisse (6), l’Amérique (5), la France (3), la Belgique et même la Tunisie et la Turquie (1). De même, on ne compte aucun médecin ou avocat parmi les expulsés envoyés en l’Amérique. Le caractère punitif de cette dernière destination se lit d’ailleurs dans la façon dont l’intendant de la division de Novara proteste contre l’indulgence dont ont bénéficié 2 émigrés, Ottavio Nazzari et Carlo Vallenzani, qui devaient y être envoyés mais sont finalement autorisés à se rendre en Suisse, ce qu’il semble considérer comme un désaveu34.

Figure 4. Destinations souhaitées et effectives.

Figure 4. Destinations souhaitées et effectives.

Contester l’expulsion

  • 35 Pour une réflexion sur les usages historiographiques des suppliques et pétitions, voir Yves-Marie (...)

27Ce qui fait l’originalité et la particulière richesse du fond turinois concernant les expulsés de 1853, c’est qu’il contient, en plus des listes et correspondances administratives, un ensemble de suppliques et de doléances destinées à contester ces expulsions. 27 pétitions individuelles ont ainsi été conservées, au sujet de 23 émigrés35. Une grande majorité (20) ont été écrites par ces émigrés eux-mêmes, mais les membres de la famille (parents, épouses, frères et sœurs, parfois) viennent parfois appuyer leur démarche sinon se substituer à eux. Ce corpus offre un observatoire privilégié de la perception par les émigrés de la condamnation qui les frappe et des moyens juridiques et rhétoriques qu’ils déploient pour la contester, qui vont de la réfutation des faits qui leur sont reprochés aux appels à la magnanimité.

  • 36 Gazzetta piemontese, 10 février 1853, n°  55, p. 1.

28Le flou de la circulaire qui lance les arrestations laisse une assez grande latitude aux autorités en charge de son exécution. Il offre aussi prise à la contestation : la Gazzetta piemontese prenait pour cible les émigrés «  qui ont abusé de l’hospitalité », formule aux contours juridiques imprécis mais à la charge symbolique forte36. Ainsi, le Milanais Mauro Macchi rappelle dans une lettre du 3 mars 1853 que sa seule activité politique a consisté à écrire dans le journal patriote Italia e Popolo, et conclut que «  ceci a suffi à m’assurer que j’étais sûr d’être laissé tranquille », avant d’ajouter :

  • 37 «  Abusare dell’ospitalità è sempre scelerata cosa ; tanto più scelerata, poi, quando tante circost (...)

«  Abuser de l’hospitalité est toujours une scélératesse et ce d’autant plus quand tant de choses concourent à la rendre plus grave. Songez que je pourrais être chassé du Piémont pour cette triste accusation, sans même avoir épuisé tous les recours d’une honnête défense37 ! »

  • 38 «  Di non aver mai insomma mancato ai doveri dell’ospitalità. » Lettre d’Antonio Zanchi [au ministr (...)
  • 39 Lettre de Carlo Antonio Buzzi à l’intendant [de Novara], s.d., ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 b (...)
  • 40 Lettre de Raimondo Pandini au ministre de l’Intérieur, 21 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart (...)

29Authentiquement surprises ou faussement naïves, les suppliques consistent bien souvent à contester les faits reprochés, ou du moins à en atténuer la portée et à refuser d’y voir une atteinte à l’hospitalité. Antonio Zanchi certifie ainsi s’être tenu à l’écart de toute activité politique, n’avoir jamais quitté Turin et «  ne pas avoir en somme manqué aux devoirs de l’hospitalité38 ». De même, Carlo Buzzi s’efforce de montrer que les accusations de contrebande portées contre lui proviennent d’un concurrent jaloux qui veut voir disparaître son commerce39. Arrêté à Mezzanino, Raimondo Pandini explique longuement avoir voulu s’informer et n’avoir cautionné aucun complot – il est d’ailleurs remis en liberté40. Umberto Bossi, lui aussi arrêté à Mezzanino, ne conteste pas sa présence mais tente maladroitement d’expliquer qu’il n’y venait que pour honorer un contrat, sans rien savoir initialement du contenu des caisses qu’il devait transporter :

  • 41 «  Ignorava affatto l’esponente cosa in quelle casse si contenesse, quando giunto sul sito e che in (...)

«  J’ignorais complètement la chose et ce que contenaient les caisses, et ce n’est qu’en arrivant sur place que je découvris qu’elles contenaient des fusils. J’étais obligé par contrat vis-à-vis de Cavali, sans savoir quelle était la destination des fusils, et je participai donc à leur acheminement jusqu’à Stradella accompagné de trois de ses compagnons, puis de nouveau jusqu’à Mezzanino où je me rendis sans en comprendre le but et en ignorant tout41. »

  • 42 À ce sujet, on consultera Anna Pellegrino, Les «  Fées machines ». Les ouvriers italiens aux Exposi (...)
  • 43 Attestation de l’avocat Ferrero, «  Spedizione di operai all’esposizione di Londra », 19 février 18 (...)

30De façon plus générale, la stratégie la plus fréquente consiste à se démarquer des agitateurs, en mettant en avant une bonne moralité et une insertion dans la vie locale. Cela passe souvent par la mise en valeur de l’activité professionnelle et s’appuie aussi parfois sur des témoins de moralité : Eugenio Vincenzi souligne ainsi ses efforts pour être intégré à la corporation des menuisiers puis sa participation à un groupe d’ouvriers envoyés à l’Exposition universelle de Londres en 185142. Il produit en outre des lettres de l’avocat Ferrero et du député Carlo Felice Scapini, responsables de ce voyage à Londres et qui, tous deux, attestent de son comportement exemplaire43. Ces interventions et les garanties qu’elles semblent offrir suffisent à obtenir la remise de l’arrêté d’expulsion.

  • 44 «  Sacrificava egli nel 48 et nel 49 una gran parte delle sue sostanze per la causa dell’Italia tut (...)
  • 45 «  In soccorso ai nostri fratelli italiani », compte rendu d’interrogatoire d’Enrico Amati, 1er mar (...)

31À l’inverse des stratégies de dénégation ou de soumission, on trouve aussi des individus qui assument leur engagement patriotique, non sans rappeler aux autorités piémontaises qu’ils ne font que poursuivre leur combat, abandonné avec l’armistice de Salasco du 9 août 1848. Marc’Antonio Borrisi rappelle ainsi qu’il s’est «  sacrifié en 48 et en 49 pour la cause de l’Italie unie44 ». Quant à Enrico Amati, au cours de son interrogatoire par la police il assume clairement sa volonté de se porter «  au secours de ses frères italiens45 ». La revendication la plus explicite d’un acte politique pensé dans l’intérêt de la monarchie, et qui devrait donc être soutenu par elle, se trouve sous la plume d’Annibale Ferrari, lui aussi arrêté à Mezzanino :

  • 46 «  L’umile sottoscritto Ferrari Annibale […] trovandosi in prigione in queste R. Carceri di Alessan (...)

«  L’humble soussigné Ferrari Annibale, qui se trouve emprisonné dans les geôles royales d’Alexandrie pour s’être rendu à la frontière avec des armes, confirme avoir pris les armes, mais seulement pour porter secours à ses frères et non pour porter préjudice, comme il en a résulté dans les faits, à un gouvernement si juste qu’il nous a toujours bien traité et continuera à le faire. Il n’a jamais pensé violer les lois sardes en prenant les armes, puisque même les carabiniers nous ont salué et souhaité bonne chance, et semblaient même regretter de ne pouvoir faire partie de l’opération46. »

  • 47 «  Tanto per far fronte alle spese di viaggio che per mitigare in parte le afflizioni di cui va inc (...)

32Certes, cette image de gendarmes encourageant les insurgés n’apparaît dans aucune autre source et s’insère trop bien dans la stratégie rhétorique de la supplique pour ne pas être questionnée. Elle n’en pointe pas moins l’incompréhension réelle d’exilés qui ont combattu pour le Piémont et s’en trouvent pourtant chassés. Le paradoxe n’est pas moins apparent dans une lettre de Gioacchino De Filippis au ministre de l’Intérieur pour demander que le solde du subside qu’il touche de la part de l’État piémontais pour avoir défendu Venise en 1848 lui soit versé avant son départ, «  autant pour faire face aux dépenses du voyage que pour atténuer les souffrances qui l’attendent dans ce second exil47 ».

  • 48 Joanne Bayley, «  “Think wot a mother must feel”: Parenting in English pauper letters », Family & C (...)

33Ce ne sont pourtant pas les arguments politiques qui dominent les suppliques et les pétitions. Dans l’univers très masculin des insurgés en armes, c’est en effet par cette unique source que la présence des femmes devient visible. Elles le sont certes comme compagnes des exilés, victimes collatérales de cet exil, mais aussi comme actrices des suppliques, selon un partage des rôles genrés bien connu des spécialistes de l’histoire des doléances48. Les informations sur le statut matrimonial des exilés sont très incomplètes et n’apparaissent ni dans les listes ni dans les interrogatoires. En recoupant les sources indirectes concernant un tiers de l’effectif, il apparaît qu’au moins 17 sont mariés, 2 veufs, 2 vivent en concubinage tandis que 22 sont considérés comme célibataires. Les informations sur les enfants ne sont pas moins lacunaires mais leur existence se manifeste incidemment, pour l’essentiel dans les lettres de doléances.

  • 49 «  Un lungo e penoso viaggio ad una donna la di cui salute, a motivo delle sofferte vicissitudini, (...)
  • 50 Lettre de Luigi Barbini [au ministre de l’Intérieur], 11 avril 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart (...)

34La présence des familles se lit d’abord dans les pétitions des hommes, selon un procédé rhétorique où ceux-ci demandent à échapper à l’exil non pour eux-mêmes mais pour leur épouse ou pour leurs enfants. Marc’Antonio Borisi supplie ainsi le ministre de l’Intérieur d’épargner «  un long et pénible voyage à une femme dont la santé, à cause des multiples peines subies, est assez fragile49 ». De même, Luigi Barbini met en avant sa propre faiblesse physique («  malade, incapable de travaux manuels ») mais souligne surtout combien ses sept enfants, déjà privés de leur mère décédée, souffriraient de l’exil de leur père50.

35Ce cas de mère absente démontre pourtant en creux combien rares sont les hommes qui prennent à leur compte des plaintes concernant leur propre santé. En effet, quand bien même c’est celle-ci qui est fragile, l’argument est le plus souvent relayé par une voix féminine, ce qui est révélateur d’une répartition genrée des catégories de doléances, la famille et la santé revenant aux femmes. Cela vaut d’ailleurs pour tous les collatéraux masculins de la famille dont la santé peut être mobilisée pour obtenir un sursis : par exemple, la sœur de Giovanni Battista Sessa s’adresse directement au roi Victor-Emmanuel II pour demander la libération de son frère emprisonné à Villefranche et menacé d’expulsion :

  • 51 «  Incalcolabile sarebbe il lutto di tutta la famiglia quando ciò si averasse, e tanto maggiore ave (...)

«  Le chagrin de toute la famille serait incalculable si cela devait arriver, d’autant plus que notre père est depuis peu frappé d’apoplexie, ce qui lui a fait perdre l’usage de la parole, et qu’il succomberait à coup sûr s’il connaissait la disgrâce de son fils51. »

36Cependant, la principale intervention des femmes et des familles dans les doléances porte sur l’impossibilité pour elles d’accompagner leurs maris en exil. Les dispositifs d’éloignement – subsides, moyens de transport – ont en effet été pensés pour des individus, sans que leur effet sur la vie de famille soit pris en compte. C’est pourquoi nombre de suppliques de femmes visent moins à faire gracier leurs maris qu’à être autorisées à les accompagner. Silvia Locatelli s’adresse ainsi au ministre pour demander à suivre son mari en Amérique :

  • 52 «  Supplica la S.V. a ben voler autorizzarla a seguire la sorte di suo marito nella deportazione, m (...)

«  Je vous supplie de bien vouloir m’autoriser à partager le sort de mon mari dans la déportation, sans quoi je me trouverais seule et sans ressources, que ce soit pour rester en Piémont ou pour suivre mon mari dans son long trajet52. »

  • 53 Lettre de l’intendance générale d’Alexandrie au ministère de l’Intérieur, 17 mars 1853, ASTo, Inter (...)

37La réponse portée en marge de la lettre est pourtant négative : il n’y a pas assez de place sur le San Giovanni pour y embarquer les familles. La même inflexibilité vaut pour les voyages en train : Carlo Buzzi, jugé dans la province d’Alexandrie et qui doit être transporté en train jusqu’à Gênes pour y être expulsé vers l’Amérique, demande à être accompagné de son épouse ; l’intendance d’Alexandrie ne voit pas d’inconvénient à ce que sa femme achète un billet pour le même train, mais réserve un wagon aux seuls expulsés accompagnés d’un policier en civil, et refuse net qu’une femme y prenne place53.

  • 54 «  Angelo Cagnolati, Emigrato, ditenuto in queste carceri sforzate fa conoscere a V.E. sig. Ministr (...)

38Rapidement, cependant, la situation devient intenable et le risque de rébellion préoccupant : Angelo Cagnolati, qui se dit «  disposé à partir avec plaisir selon les dispositions prises par le gouvernement », ajoute «  préférer mille fois mourir que de laisser sa femme dans la rue, sans aucun lieu où aller ou dormir, le pire étant qu’elle est enceinte de quatre mois54 ». L’intendant général à la sécurité publique ne tarde pas à alerter le ministère sur les conséquences de la séparation forcée des familles qui n’ont pas les moyens de se reformer à l’étranger :

  • 55 «  La notificazione fatta agli emigrati Francesco Giovanazzi e Luigi Petracchi della non possibile (...)

«  La notification faite aux émigrés Francesco Giovanazzi et Luigi Petracchi de l’impossibilité de céder à leurs instances de transporter leurs familles vers New York les a immensément peinés, de sorte que, dans l’angoisse extrême qui est la leur, ils se sont déclarés prêts à perdre la vie plutôt que de s’éloigner de leurs êtres chers qui, abandonnés, seraient réduits à une misère extrême. La même déclaration a été faite par les autres émigrants qui ont des familles […] qui ont été dirigés vers New York parce que sans ressources, et qui sont sûrs de laisser leurs familles dans la misère la plus sordide55. »

  • 56 Liste d’expulsés de 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9 bis

39Les autorités se trouvent ainsi contraintes d’adoucir leur position, sans toutefois prendre à leur charge les familles : elles acceptent de différer l’expulsion pour laisser à celles-ci le temps de s’organiser56 ou proposent aux expulsés d’embarquer à leurs frais sur des bateaux marchands en compagnie de leurs familles, sans que la répartition des frais qui en résulterait ressorte clairement des sources.

  • 57 Répertoire des expulsés, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

40Il n’en demeure pas moins que l’état d’homme marié paraît plutôt protecteur, surtout pour les émigrés qui ont épousé des Piémontaises. Les archives du ministère ont mieux conservé les doléances que les réponses données, mais les indices d’une plus grande mansuétude à l’égard des hommes mariés ont déjà été relevés ; le mariage et la fondation d’une famille semblent perçus comme autant de signes d’assimilation dans la société piémontaise. Un certain Giuseppe Bianchi, pourtant décrit comme «  oisif et vagabond », est ainsi relâché parce sa femme vient d’accoucher57. Même s’il est difficile de généraliser un constat qui porte sur un effectif restreint, l’indulgence à l’égard des hommes mariés se lit aussi dans la lettre que l’intendant de Chiavari adresse à celui de Gênes, qui la retranscrit pour le ministère, en réponse à la demande de recensement des émigrés suspects :

  • 58 «  Visto dal sottoscritto che i suddetti avevano moglie in Chiavari e figliolanza, replicava a quel (...)

«  Dans la mesure où nous avons constaté que les personnes en question avaient des femmes à Chiavari et des familles, nous recommandons à M. l’Intendant d’examiner avec soin les conditions de chacun afin que leur éloignement ne soit pas trop préjudiciable à leurs familles58. »

41La vague d’arrestations dans les provinces piémontaises à la suite des événements de Milan du 6 février 1853 constitue donc à la fois une rupture dans la politique d’accueil du Royaume et un laboratoire de l’organisation des expulsions vers l’étranger. Les tâtonnements que montre l’observation du processus de sélection des expulsés témoignent d’un glissement entre la volonté de donner des gages à l’Autriche en punissant des comploteurs et celle de profiter de l’occasion pour éloigner des oisifs, des vagabonds, voire des opposants. L’absence d’un cadre interétatique négocié pour déterminer la destination des expulsions donne tout son intérêt à l’étude des mécanismes conduisant à répartir les expulsés entre l’Amérique, l’Angleterre, la Suisse et d’autres destinations européennes. Parce que les décisions ne sont jamais automatiques et dépendent d’une négociation entre émigrés et autorités locales autant qu’entre ces dernières et ministère, ou entre celui-ci et les États étrangers concernés, elles ne peuvent être appréhendées et comprises qu’au cas par cas, ce qui est rendu possible par le nombre finalement réduit d’expulsions décidées alors. La conservation à côté des documents administratifs de lettres adressées par les expulsés et leurs familles aux autorités pour tenter de faire assouplir ou annuler la sentence permet enfin de situer cette histoire dans celle des interactions entre individus persécutés et administrations, et de reconstituer leurs répertoires d’action entre négociation et protestation.

Haut de page

Notes

1 Franco Catalano, I Barabba. La rivolta del 6 febbraio 1853 a Milano, Milan, Mastellone, 1953. Leo Pollini, La rivolta di Milano del 6 febbraio 1853. Edizione del centenario. 1853-1953, Milan, Ceschina, 1953.

2 Karl Marx, «  The Milan Riot », New York Daily Tribune, 8 mars 1853, n°  3.

3 Ester De Fort, «  La questione dei sequestri austriaci del 1853: Echi e reazioni nel regno sardo », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 2017, n°  129-2, dossier thématique «  Propriété et politique : exil, séquestres, confiscations dans l’Italie du xixe » sous la direction de Catherine Brice, p. 387-398.

4 Sur le contexte politique du Piémont pré-unitaire, on consultera par exemple Silvia Cavicchioli, Sabina Cerato, Silvano Montaldo, Fare l’italia. I dieci anni che preparono l’unificazione, Rome, Carocci, 2002.

5 Cette campagne d’expulsion a été identifiée par Gian Biagio Furiozzi, qui fut le premier à dresser la liste de ces expulsés : Gian Biagio Furiozzi, L’emigrazione politica in Piemonte nel decennio preunitario, Florence, L. S. Olschki, 1979, p. 245-249.

6 Gazzetta piemontese, 10 février 1853, n°  55, p. 1.

7 Esther De Fort, «  Esuli, migranti, vagabondi nello Stato sardo dopo il Quarantotto », in Maria-Luisa Betri (dir.), Rileggere l’Ottocento. Risorgimento e Nazione, Turin, Carocci, 2010, p. 227-250.

8 Gazzetta piemontese, 10 février 1853, n°  55, p. 1.

9 Ibid.

10 Extrait de l’Écho du Mont Blanc cité dans la Gazzetta piemontese, 15 février 1853, n°  59, p. 1.

11 Catherine Brice, «  Le dilemme de la fraternité dans l’exil : fraternité, confiscation, patrimoine », in Catherine Brice, Sylvie Aprile (dir.), Exil et fraternité au xixe siècle, Bordeaux, Bière, 2013, p. 31-41. Id., «  Confiscations et séquestres des biens des exilés politiques dans les États italiens au xixe siècle. Questions sur une pratique et projets de recherches », Diasporas, 2014, n°  23-24, p. 147-163.

12 Lettre du ministère autrichien au ministre des Affaires étrangères piémontais, s.d. [février 1853], Archivio di Stato di Torino (dorénavant ASTo), Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

13 Lettre de l’intendant général de Novara au ministre de l’Intérieur, 12 février 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

14 Lettre de l’intendant général de Nice au ministre de l’Intérieur, 10 mars 1853, ibid.

15 «  Veramente in questa Divisione come già gli si era fatto conoscere non esiste alcun emigrato ozioso, vagabondo o sospeti di reati communi il quale per tali cause, deba essere espulso dai R. Stati. » Lettre du régent de l’intendance générale d’Aoste au ministère de l’Intérieur, 9 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto cart. 9.

16 «  Oltre che, come si diceva, i suddetti individui tennero sempre una condotta regolare, lo scrivente assicura altresì VE che [asselee] su questi ultimi movimenti si conservino estranei affatto, né vi presserò alcun ingerenza. Quindi le loro famiglie restando prive d’ogni appoggio col loro allontanamento e per questo, che lo scrivente raccomanda tutti all’E.V. perché, se possibile, siano autorizzati a ritornare in questo luogo. » Lettre de l’intendant de Lomellina au ministre de l’Intérieur, 12 février 1853, ibid.

17 Claire Zalc, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Le Seuil, 2016, en part. chap. 4 «  Signaler les indignes : dénaturaliser au village », p. 123-152.

18 Le même type de glissement a été mis en évidence dans le cas français par Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France au cours du premier xixe siècle, Paris, Armand Colin, 2014.

19 «  Gli emigrati che hanno il loro domicilio in questa Provincia sono per la maggior parte addetti ai lavori della loro professione, e non risulta che abbiano preso parte ai tentativi d’insurrezione nella Lombardia sia cercando di varcare la frontiera sia con altri mezzi. Esistono però in questa provincia alcuni di detti emigrati i quali se non possibili di tutto il rigore sarebbe prudenziale internarli, cosi toglierli all’occasione in questa Provincia di frontiera, ove la loro condotta non fu esente di […]. » Lettre de l’intendance générale de la division administrative de Novara au ministère de l’Intérieur, 6 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

20 «  Qui nel mio paese di Cannobio, che a torto venne indicato come uno de’ centri dell’insurrezione, della quale nessuno affatto di noi ebbe il minimo presentimento, si trovano soltanto dei rifugiati, tutti artigiani, poveri, disertori dell’Austria e nulla più, che rimasti qui dopo la ritirata del 1848, si diedero tranquillamente all’esercizio del loro mestiere […]. La buona condotta fece ottenere a ciascuno di essi la mano di […] tante nostre […] zitelle, onde poi hanno dato chi uno, chi due figli. Ebbene queste [pervenne] famigliole che viveva tranquille e contento del frutto de’ loro sudori, aliene d’ogni e qualsiasi aspirazione politica, vennen all’istante precipitati al fondo della sventura, sotto il pretesto di una politica necessità. » Lettre d’Antonio Giovanola [au ministre de l’Intérieur], 15 février 1853, ibid.

21 Ibid.

22 «  Lasciato in libertà il 22 marzo attesi i buoni resoconti sul di lui conto avuti », ibid.

23 «  Soggetto pericoloso e compromettente », lettre du ministre de l’Intérieur à l’intendant de Gênes, 9 mars 1853, ibid. Sur Pizzi, voir Gilberto Scuderi, «  Plutarco Pizzi, garibaldino, esule in Inghilterra, corrispondente da Londra del giornale mantovano La Favilla : una breve biografia », Civiltà mantovana, 1986, n°  10, p. 125-137.

24 Sur Stefano Türr, lire Pasquale Fornaro, István Türr: una biografia politica, Rubbettino, Soveria Mannelli, 2004. Sur Winkler, cf. Magda Jaszay, «  La campagna del 1860 nel carteggio di due garibaldini ungheresi », Rassegna storica del Risorgimento, 1963, p. 57-90.

25 Sur Lemmi et sa trajectoire après son expulsion, voir Emilio Costa, «  L’espulsione di Adriano Lemmi dal Regno di Sardegna nel marzo del 1853 », in collectif, Mazzini e i repubblicani italiani. Studi in onore di Terenzio Grandi nel suo 92e compleanno, Turin, Palazzo Carignano, 1976, p. 239-259.

26 Franco della Peruta, «  Italia e Ungheria nel Risorgimento », in collectif, Le relazioni italo-ungheresi nel secolo XIX. Atti del Convegno di Studi, Budapest, 14-16 ottobre 1991, Rassegna Storica Toscana, XXXIX, 1993/2, p. 213-230. Andrea Carteny, «  Un secolo di storiografia. Il Risorgimento italiano e la Szabadságharc ungherese », Rivista di Studi Ungheresi, 2014, n°  13, p. 165-171.

27 Pour le point de vue policier, voir «  Copia di lettera del Sig. Comandante della compagna di carabinieri reali di Voghera in servizio straordinario a Broni diretta al Comandante la compagnia di Voghera in data 8 febbraio 1853 », 8 février 1853, ASTo, Interno, 9 bis. Le récit le plus complet fait par un insurgé est celui de Luigi Winkler devant la police «  Interrogatorio dell’emigrato Luigi Winkler », 7 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

28 Sur les formes de la solidarité à l’égard des émigrés, voir Esther De Fort, «  Une fraternité difficile. Exil et associationnisme dans le royaume de Sardaigne après 1848 », in Catherine Brice, Sylvie Aprile (dir.), Exil et fraternité au xixe siècle…, op. cit., p. 143-160.

29 Lettre de B. Kinney au ministre des Affaires étrangères piémontais, 7 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

30 «  Ora rattrovasi da molto tempo dissocupato [sic], senza sperare di potersi occupare non avendo con se nessuna professione attesocche la di lui carriera era quella delle armi, privo di mezzi di sussistenza, infine privazioni angosce e digiuni avviliscono all’infelice, quindi in simili frangenti ha risoluto l’oratore rivolgersi all’E.V. pregandola farle la grazia farlo partire assieme agli altri emigrati per l’Estero a spese del Governo. » Lettre de Stefano Lovero au ministre de l’Intérieur, 26 octobre 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

31 Esther De Fort, «  Esuli, migranti, vagabondi… », art. cit., en part. p. 229.

32 Cette politique de passeport est présentée dans la lettre de la questure de la province de Turin, 13 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

33 Lettre de l’intendance générale de Gênes au ministre de l’Intérieur, 8 mars 1853, ibid.

34 Lettre de l’intendance de Novara au ministère de l’Intérieur, 17 juin 1853, ibid.

35 Pour une réflexion sur les usages historiographiques des suppliques et pétitions, voir Yves-Marie Bercé, La dernière chance. Histoire des suppliques, Paris, Perrin, 2014  ; Frédéric Moret, «  Adresses et pétitions » in Michel Pigenet, Danielle Tartakowsky (ed.), Histoire des mouvements sociaux en France de 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2014, p. 152-159  ; Lex Heerma van Voss (dir.), Petitions in Social History, Cambridge University Press, 2002.

36 Gazzetta piemontese, 10 février 1853, n°  55, p. 1.

37 «  Abusare dell’ospitalità è sempre scelerata cosa ; tanto più scelerata, poi, quando tante circostanze concorrono a renderla più severa. Lascio pensare a V.E. ch’io possa esservi cacciato dal Piemonte sotto questa tristissima imputazione, senza aver prima esaurito ogni mezzo di onesta difesa. » Lettre de Mauro Macchi au ministre de l’Intérieur, 3 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9 bis.

38 «  Di non aver mai insomma mancato ai doveri dell’ospitalità. » Lettre d’Antonio Zanchi [au ministre de l’Intérieur], s.d., ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

39 Lettre de Carlo Antonio Buzzi à l’intendant [de Novara], s.d., ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

40 Lettre de Raimondo Pandini au ministre de l’Intérieur, 21 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

41 «  Ignorava affatto l’esponente cosa in quelle casse si contenesse, quando giunto sul sito e che invece di casse erano fucili, era obbligato dal contratto suddetto col Cavali e senza sapere a quall’esso i fucili stessi potessero essere destinati, presse aiuto nella premessa qualità a tre altri suoi compagni ad eseguirne il carico ed accompagnati fino a Stradela di nuovo accompagnarli fino a Mezzanino dove vi andò senza intenderne la mossa ed il tutto ignorato. » Lettre de Gaetano Bossi [au ministre de l’Intérieur], 8 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9 bis.

42 À ce sujet, on consultera Anna Pellegrino, Les «  Fées machines ». Les ouvriers italiens aux Expositions universelles (1851-1911), Paris, Garnier, 2017.

43 Attestation de l’avocat Ferrero, «  Spedizione di operai all’esposizione di Londra », 19 février 1853, et du député Scapini, 21 février 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

44 «  Sacrificava egli nel 48 et nel 49 una gran parte delle sue sostanze per la causa dell’Italia tutta. » Lettre de Borrisi au ministre de l’Intérieur, 26 avril 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9 bis.

45 «  In soccorso ai nostri fratelli italiani », compte rendu d’interrogatoire d’Enrico Amati, 1er mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

46 «  L’umile sottoscritto Ferrari Annibale […] trovandosi in prigione in queste R. Carceri di Alessandria per essersi recato ai confini armato, espone di avere bensì prese le armi, ma solo per soccorrere i propri fratelli, e non già per portare svantaggio, come ne risultata dal fatto, ad un Governo così giusto che fin’ora ci trattò, e sempre citratterà bene. Egli non credette di violare giammai le leggi sarde prendendo le armi, poiché gli stessi carabinieri reali salutandolo, ci auguravano buona fortuna, e quasi sembrava ne sentissero dispiacere di non poterne pur essi essere partipi della cosa. » Lettre d’Annibale Ferrari au ministre de l’Intérieur, s.d., ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9 bis.

47 «  Tanto per far fronte alle spese di viaggio che per mitigare in parte le afflizioni di cui va incontro, in questo secondo esilio. » Lettre de Gioacchino De Filippis au ministre de l’Intérieur, 31 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

48 Joanne Bayley, «  “Think wot a mother must feel”: Parenting in English pauper letters », Family & Community History, vol. 13, 2010, n° 1, p. 5‑19.

49 «  Un lungo e penoso viaggio ad una donna la di cui salute, a motivo delle sofferte vicissitudini, è assai cagionevole. » Lettre de Marc’Antonio Borrisi au ministre de l’Intérieur, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

50 Lettre de Luigi Barbini [au ministre de l’Intérieur], 11 avril 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9.

51 «  Incalcolabile sarebbe il lutto di tutta la famiglia quando ciò si averasse, e tanto maggiore avendo il padre da non molto colpito d’apoplessia per cui perdette l’uso della parola e che soccomberebbe certamente qualora nota gli fosse la disgrazia del figlio. » Lettre de la sœur de Giovanni Battista Sessa à Victor-Emmanuel II, 19 février 1853, ibid. Il est révélateur, bien sûr, que la suppliante ne signe pas la lettre de son nom et ne s’y présente que comme la sœur de l’exilé.

52 «  Supplica la S.V. a ben voler autorizzarla a seguire la sorte di suo marito nella deportazione, massime che sola si troverebbe senza mezzi, sia per dimorare nei R. Stati, che per seguire il marito nel lungo suo tragetto. » Lettre de Silvia Locatelli au ministre de l’Intérieur, 14 mars 1853, ibid.

53 Lettre de l’intendance générale d’Alexandrie au ministère de l’Intérieur, 17 mars 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

54 «  Angelo Cagnolati, Emigrato, ditenuto in queste carceri sforzate fa conoscere a V.E. sig. Ministro che egli è disposto con tutto piacere di partire, giusta di quanto il Governo ha disposto ; ma pero che la sua propria moglie venisse condotta assieme con lui, inoltre desira mille volte morire, che lasciare la sua propria moglie in mezzo di una strada senza avere nemmeno dove andare a dormire, e, quello che è peggio, che trovasi incinta di quattro mesi. » Lettre d’Angelo Cagnolati au ministre de l’Intérieur, 14 octobre 1853, ibid.

55 «  La notificazione fatta agli emigrati Francesco Giovanazzi e Luigi Petracchi della non possibile adesione alle istanze da essi inoltrate pel trasporto a Nuova York delle loro famiglie, li ha immensamente addolorati e per modo, che nell’estrema angozia dichiararono di esser pronti a perdere la vita anziché allontanarsi senza i loro cari che da essi abbandonati sarebbero ridotti alla estrema miseria : equali dichiarazioni sono state fatte dagli altri emigranti aventi famiglia, cioè Pietro Pepaglia, Luigi Barbini padre di sette gigli, Carlo Brescianini e Raimondo Bouchard, pure diretti a Nuova York perché senza mezzi e perciò certi di lasciare le proprie famiglie nella più squalida misera. » Lettre de l’intendant général à la sécurité publique au ministère de l’Intérieur du 14 mars 1853, ibid.

56 Liste d’expulsés de 1853, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 9 bis

57 Répertoire des expulsés, ASTo, Interno, Gabinetto, cart. 10 bis.

58 «  Visto dal sottoscritto che i suddetti avevano moglie in Chiavari e figliolanza, replicava a quel signor Intendente esaminasse bene le circostanze di ognuno affinché l’allontanamento dei suddetti non pregiudicasse troppo alle loro famiglie. » Lettre de l’intendant général de Gênes au ministre de l’Intérieur, 14 mars 1853, ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les origines des expulsés de 1853.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Figure 2. De l’arrestation à l’expulsion : itinéraires.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3682/img-2.png
Fichier image/png, 703k
Titre Figure 3. Les catégories professionnelles des expulsés de 1853.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3682/img-3.png
Fichier image/png, 479k
Titre Figure 4. Destinations souhaitées et effectives.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/3682/img-4.png
Fichier image/png, 331k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonin Durand, « « Éloigner les Barabbas » », Diasporas, 33 | 2019, 119-135.

Référence électronique

Antonin Durand, « « Éloigner les Barabbas » », Diasporas [En ligne], 33 | 2019, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/3682 ; DOI : 10.4000/diasporas.3682

Haut de page

Auteur

Antonin Durand

Antonin Durand est agrégé et docteur en histoire contemporaine et coordinateur scientifique du département Global de l’Institut Convergences Migrations. Après avoir travaillé sur les scientifiques dans la vie politique italienne au xixe siècle (La quadrature du cercle. Les mathématiciens italiens et la vie politique, 1848-1913, Paris, éditions Rue d’Ulm, 2018), il s’intéresse à l’accueil des exilés dans le Piémont pré-unitaire dans le cadre de l’ANR «  Jeunes chercheuses jeunes chercheurs » AsileuropeXIX.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals