Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Nationalismes dans la patrie du s...

Nationalismes dans la patrie du socialisme. Mobilisations nationales des étudiants du tiers-monde en Union soviétique

Nationalism in the motherland of socialism: National mobilizations of third world students in the Soviet Union
Constantin Katsakioris
p. 91-108

Résumés

L’article revisite le mouvement politique des étudiants d’Afrique et du Moyen-Orient en URSS pendant la guerre froide. Il entend démontrer qu’à côté des idéologies anti-impérialiste et communiste, plusieurs groupes nationaux ou issus des minorités nationales s’engagèrent en premier lieu pour leur cause nationale. Les Kurdes quittèrent l’union irakienne pour fonder une union kurde, les Somaliens soutinrent l’annexion des territoires peuplés par des Somaliens au Kenya et en Éthiopie, et les Biafrais combattirent pour la sécession pendant la guerre civile au Nigeria. La cause nationale était souvent beaucoup plus importante que celle du socialisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1
  • 2 Le terme « diaspora » pour désigner ces communautés d’étudiants, déjà utilisé par Françoise Blum et (...)

1Pendant la guerre froide, l’Union soviétique était le troisième pays d’accueil d’étudiants des pays africains et arabes derrière la France et les États-Unis. Si, en 1965, il y avait en URSS 2 221 étudiants issus de ces deux « groupes », douze ans plus tard leur nombre était de 15 837, pour atteindre en 1989, l’année de la dissolution du bloc de l’Est, 44 5311. Les autres pays du bloc de l’Est, et notamment la République démocratique allemande, la Tchécoslovaquie, la Bulgarie, voire Cuba, offrirent aussi une aide remarquable en vue de former les « cadres nationaux », pour utiliser le terme de l’époque, de pays africains, asiatiques et latino-américains. La coopération éducative fit partie intégrante de la politique internationale lancée par Moscou au milieu des années 1950, sur fond de décolonisation et d’émergence du tiers-monde. Former des élites qui connaissaient la doctrine marxiste-léniniste et seraient favorables au rapprochement avec les pays socialistes était censé faciliter l’établissement de liens politiques, idéologiques et économiques. Quels qu’aient été les prémisses et les visées, le résultat immédiat a été la naissance d’une grande diaspora d’étudiants issus des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, en URSS en premier lieu, puis dans les autres pays du bloc de l’Est2. La majorité écrasante des étudiants bénéficiaient de bourses octroyées par les pays d’accueil. Parallèlement aux boursiers d’État, un nombre important d’entre eux, selon le pays d’origine et la période, étaient recrutés par le biais des partis communistes ou nationalistes-progressistes, des syndicats et d’organisations de jeunesse de gauche, voire des mouvements de libération nationale.

  • 3 Jean-Pierre N’Diaye, Enquête sur les étudiants noirs en France, Paris, Présence africaine, 1962. Pi (...)
  • 4 Bahru Zewde, The Quest for Socialist Utopia. The Ethiopian Student Movement c. 1960-1974, Oxford, J (...)
  • 5 Thomas Burgess, « A socialist diaspora. Ali Sultan Issa, the Soviet Union and the Zanzibari revolut (...)
  • 6 Quinn Slobodian, Foreign Front: Third World Politics in Sixties West Germany, Durham, Duke Universi (...)
  • 7 Le rôle des mouvements d’étudiants africains dans l’évolution politique et sociale de l’Afrique de (...)
  • 8 Stephen Ellis, Ttsepo Sechaba, Comrades against Apartheid: The ANC and the South African Communist (...)
  • 9 Klaas van Walraven, The Yearning for Relief: A History of the Sawaba Movement in Niger, Leyde, Bril (...)

2Les opinions et l’activité politique des étudiants du tiers-monde devinrent un objet d’étude, et ce dès le début des années 1960. Des sociologues, comme Jean-Pierre N’Diaye, Pierre Fougeyrollas, Philip Altbach et Seymour Lipset, tirèrent unanimement la conclusion que l’attrait du communisme et la fascination des étudiants pour les pays socialistes étaient très puissants3. Minutieusement retracée par Bahru Zewde, l’histoire du mouvement communiste des étudiants éthiopiens depuis les années 1960 et jusqu’à la révolution qui renversa l’empereur Haïlé Sélassié (1973-1974) corrobora ces conclusions4. Il en va de même pour la « diaspora socialiste » zanzibarite étudiée par Thomas Burgess5. D’autres travaux historiques récents ont mis l’accent sur les fronts anti-impérialistes que formèrent les étudiants du tiers-monde, cette fois en Europe occidentale, pour souligner comment ils ont anticipé et influencé les « années 686 ». Un grand nombre d’études ont également été consacrées aux organisations qui furent en première ligne dans le combat pour l’indépendance et l’unité africaines, comme la West African Students’ Union (WASU) en Angleterre et les organisations panafricaines en France – dont la plus importante fut la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF)7. Concernant la période qui suit la grande vague de la décolonisation (1960), la recherche historique s’est concentrée sur le combat anticolonialiste et anti-apartheid des diasporas sud-africaines et lusophones8, ainsi que sur le syndicalisme étudiant au sein des états postcoloniaux9. Dans l’ensemble, la recherche sur les étudiants africains à l’étranger a plutôt privilégié les dimensions anticolonialiste, panafricaine, communiste et anti-impérialiste. La dimension nationaliste, en revanche, qui se refléta dans la mobilisation de nombreux groupes pour la défense des intérêts de leur communauté, reste un sujet peu étudié.

  • 10 Je reprends ici le terme competing nationalisms proposé récemment par Miles Larmer et Baz Lecocq po (...)
  • 11 Voir l’introduction du présent numéro spécial.

3Cet article abordera le phénomène du nationalisme ethnique dans les milieux des étudiants de pays africains et arabes en URSS. À côté des mobilisations nationalistes panafricaine ou panarabe et des solidarités anti-impérialistes et internationalistes, de nombreux groupes nationaux, comme les Kurdes, les Somaliens ou les Biafrais, militèrent pour leur cause nationale, que ce soit la création d’un État national pour les Kurdes et les Biafrais ou l’élargissement de ses frontières dans une logique irrédentiste pour les Somaliens. D’autres, comme les Luo Kenyans, militèrent pour l’amélioration de leur position au sein de l’État-nation postcolonial. Dans leur cas, il s’agirait plutôt d’un « nationalisme en compétition » avec le nationalisme des Kikuyus, le groupe ethnique qui dominait le pays10. Comme plusieurs recherches l’ont déjà démontré, les diasporas jouent un rôle de premier plan dans les mouvements nationalistes, entre autres en leur conférant une dynamique transnationale et en internationalisant la cause qu’elles défendent11. À cet égard, les étudiants en URSS ne furent pas une exception. Contre la tendance à privilégier les dimensions anticolonialiste, panafricaine ou panarabe et à enquêter sur la radicalisation anti-impérialiste, il s’agit ici de montrer que le nationalisme postcolonial fut une partie intégrale, et parfois même la plus importante, de l’horizon politique des étudiants. L’épineuse question nationale était d’ailleurs à l’ordre du jour dans la plupart des de leurs congrès. La « solution léniniste » de la question nationale, que nous rappellerons brièvement, fut également débattue sans pour autant fournir toujours de solution viable.

  • 12 ÉLITAF s’est développé dans le cadre de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Voir Monique d (...)
  • 13 Amalia Dragani, « Étudiants touaregs dans l’ancien bloc soviétique. Entre Mali et Azawad », Cahiers (...)
  • 14 Carmen Gómez Martin, « La génération sahraoui de la guerre : des études à Cuba à la migration écono (...)

4Le présent article s’inscrit dans les travaux effectués dans le cadre du programme de recherche « Élites africaines formées dans les pays de l’ancien bloc soviétique » (ÉLITAF), qui déboucha notamment sur trois volumes collectifs12. Ceux-ci examinent en premier lieu les expériences des étudiants, leur formation académique et leurs parcours professionnels et sociaux une fois diplômés. Deux textes, pourtant, abordent aussi la question du nationalisme. Amalia Dragani a retracé les parcours d’une vingtaine d’étudiants touaregs maliens, dont certains s’engagèrent dans le mouvement national de l’Azawad dans les années 1990, pour en conclure cependant qu’ils n’avaient pas « adopté de posture unitaire en matière politique durant leurs années soviétiques13 ». Carmen Gómez Martin a revisité la formation des étudiants sahraouis à Cuba pendant la guerre sahraoui-marocaine (1975-1991) pour souligner qu’elle faisait partie intégrante du projet de libération et de création d’un État national14. Les pages qui suivent ajouteront les exemples d’autres communautés d’étudiants et analyseront leurs mobilisations à partir des documents d’archives soviétiques. Pour des raisons relatives aux sources et à l’ampleur des mobilisations, le cas analysé le plus longuement sera celui des étudiants biafrais en URSS pendant la guerre civile au Nigeria (1966-1970).

Les règles soviétiques et une exception : les Arméniens du Moyen-Orient

5Si l’objectif inavoué de l’aide soviétique à la formation de cadres nationaux était la création d’une intelligentsia prosoviétique et favorable au socialisme, sur le plan international cette aide « désintéressée » servait également de preuve de la solidarité internationaliste envers les pays victimes de l’impérialisme et entendait en premier lieu promouvoir les bonnes relations bilatérales avec les États postcoloniaux. Ainsi, à l’exception de l’aide octroyée aux mouvements qui luttaient pour la libération nationale dans les pays avec lesquels Moscou n’avait pas de relations diplomatiques, comme l’empire portugais, la Rhodésie du Nord (Zimbabwe) ou l’Afrique du Sud, cette aide n’était pas octroyée sur critère national. Sans doute Moscou utilisait-il des critères politiques et offrait son aide d’abord aux pays sous régime socialiste ou nationaliste-progressiste. Mais, dans l’ensemble, il s’agissait d’une aide pour le développement des pays faiblement développés [slabo razvitye strany], qui, dans la lignée des fameuses thèses de Lénine, représentaient des « nations opprimées ». C’est au titre d’avoir été exploités, de même que la classe ouvrière en Europe, que les pays du tiers-monde avaient droit au soutien. Les grands bénéficiaires de l’aide étaient donc les États postcoloniaux, qui représentaient les nations opprimées. Les gouvernements de ces pays sélectionnaient eux-mêmes les étudiants qui partaient en URSS en tant que boursiers d’État. Les boursiers des partis communistes et progressistes ou des syndicats, qui constituaient l’autre grand groupe de boursiers, étaient en l’occurrence recrutés sur critères politiques et sociaux. Si ensuite un gouvernement ou un parti politique privilégiait tel ou tel groupe national, cela n’était pas un objectif de la politique d’aide de Moscou.

  • 15 Voir la réglementation aux Archives d’histoire sociale et politique de la Russie (RGASPI), f. (fond (...)

6Une fois en URSS, les étudiants originaires de tel ou tel pays avaient le droit de se regrouper en une seule organisation, l’amicale nationale [zemljačestvo] comme on l’appelait, qui devait réunir tous les Nigérians, Soudanais ou Syriens. Une amicale existait dans tout établissement où étudiaient au moins trois ressortissants du même pays, et elle devait envoyer chaque année des délégués au congrès de l’Amicale panunionaise [obščesojuznoe zemljačestvo], qui existait à l’échelle de toute l’URSS. La création d’organisations à caractère national en dehors de l’amicale de l’État-nation était strictement interdite15. Le ministère soviétique de l’Enseignement ne rassemblait pas de données sur la composition nationale de chaque amicale.

  • 16 Terry Martin, The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939(...)

7Cette politique était aussi censée décourager le nationalisme ethnique et le séparatisme, ainsi que prévenir les conflits dans les milieux estudiantins, lesquels, qui plus est, risquaient de compromettre sérieusement les relations entre Moscou et les gouvernements des pays d’origine. Dans cette logique, les étudiants étaient également appelés à étudier la fameuse « solution léniniste » de la question nationale, à savoir la politique appliquée dans les années 1920 à l’intérieur de l’URSS par Lénine et Staline et dont l’aboutissement était la création de la fédération sui generis de l’Union soviétique, qui devait servir de modèle pour les pays étrangers16. D’après la solution léniniste incarnée par l’exemple même de l’URSS, au sein d’une fédération socialiste les conditions objectives qui favorisent le nationalisme, à savoir le capitalisme et l’oppression de classes ou de nations entières, seraient éliminées. Il en résulte que le nationalisme et le séparatisme seraient de même affaiblis et enfin supprimés. Ainsi, le devoir des étudiants issus de pays où le problème national se posait de manière aiguë était de militer pour l’application de cette solution léniniste et la transformation économique et politique de leur pays suivant le modèle de l’URSS. Le séparatisme, en revanche, ne faisait pas avancer la cause du socialisme et par conséquent ne servait pas les intérêts des groupes sociaux et nationaux opprimés. Ce schéma politique marxiste-léniniste légitimait le monopole des amicales et mettait l’accent sur l’antinationalisme, l’internationalisme et l’amitié entre les peuples.

  • 17 Rapport du Komsomol sur l’amicale libanaise à Erevan : RGASI, f. M-1, op. 46, d. 310. ll. 27-30.

8Il y avait pourtant un cas dans lequel l’approche « pays par pays » ne s’appliquait pas. C’était celui des étudiants arméniens du Moyen-Orient. En 1963, il y avait au total 90 étudiants libanais et 89 syriens en URSS. La majorité des Libanais étaient d’origine arménienne et recrutés soit par le biais de Parti communiste libanais et des organisations prosoviétiques, soit sur recommandation de l’ambassade soviétique à Beyrouth. À côté des Arméno-libanais, le nombre des Syriens d’origine arménienne était beaucoup plus limité. Mais en tout cas, la majorité des étudiants arméniens du Moyen-Orient faisaient leurs études dans la République socialiste soviétique d’Arménie (RSSA). L’École polytechnique, l’Institut de médecine, le Conservatoire et la faculté des lettres de l’université d’Erevan étaient les écoles les plus fréquentées par les Arméniens de la diaspora17. Si l’ouverture de l’URSS vers le tiers-monde permit aux Arméniens soviétiques de rétablir des contacts avec la diaspora, cette politique était aussi encouragée par Moscou qui entendait user de la diaspora arménienne, pourtant pro-américaine, pour augmenter son influence sur le Moyen-Orient. Les bourses d’études pour les Arméniens de cette région du monde étaient pratiquement les seules octroyées sur critère plutôt national que politique.

  • 18 Ibid., ll. 31-34.

9Le résultat de cette politique était, d’un côté, que l’amicale libanaise en RSSA était en réalité une amicale arménienne. En 1963, il y avait une centaine d’Arméniens du Moyen-Orient en RSSA, y compris les Syro-Arméniens. Dans le « foyer national » de la RSSA, les Arméniens de la diaspora bénéficiaient de certains privilèges par rapport aux autres étudiants. Voyager souvent à l’intérieur de l’URSS et à l’étranger, avoir accès au recteur, changer de filière d’études, voire louer au marché noir un logement à Erevan tout en gardant leur chambre dans la résidence universitaire, n’étaient pas impossibles. Les professeurs et les conseils d’amitié de chaque établissement les invitaient régulièrement aux manifestations nationales et culturelles. Les étudiants, enfin, découvraient la littérature, l’histoire et la musique de leur patrie. Le commerce illicite de livres et de disques entre RSSA, Liban et Syrie florissait. L’étudiant le plus actif envoyait toutes les semaines un colis de livres et de disques à Beyrouth. Les étudiants devinrent ainsi des acteurs importants qui relièrent l’Arménie soviétique à la diaspora arménienne au Moyen-Orient. D’un autre côté, la conséquence politique du recrutement sur critère national était que l’amicale n’était pas communiste, mais divisée entre communistes et anticommunistes. Les Soviétiques soupçonnaient certains Arméno-Libanais anticommunistes d’exercer des pressions sur les étudiants de gauche et d’adresser des rapports sur eux à l’ambassade du Liban à Moscou18.

10Le cas des Arméniens fut en tout cas unique. L’utilisation de la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan pour rétablir des contacts avec la minorité nationale azérie du nord de l’Iran fut rendue impossible par le refus systématique de l’Iran d’accepter une coopération avec Moscou dans le domaine de l’enseignement universitaire.

Minorités nationales issues de pays majoritairement arabes : Kurdes et Soudanais du Sud

11Si les étudiants arméniens du Moyen-Orient avaient en URSS un foyer national potentiel, cela n’était pas le cas pour les Kurdes. L’éphémère territoire autonome kurde au sein de la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan avait été éliminé en 1930 et les Kurdes du Caucase avaient été déportés au Kazakhstan pendant les purges staliniennes. Disséminés dans plusieurs universités, notamment en Russie et en Ukraine, les étudiants kurdes étaient toutefois plus nombreux que les Arméniens. Ce n’était pas le résultat d’une politique spécifique de recrutement des Kurdes par l’URSS, mais du fait que l’Irak, d’où venait une majorité écrasante des étudiants kurdes, avait été parmi tous les pays non communistes celui qui s’était engagé dans la coopération technique et éducative de plus grande ampleur avec l’Union soviétique.

  • 19 Rapport du 9 novembre 1960 sur « l’aide accordée à la République irakienne pour la formation des sp (...)
  • 20 Ukraine, f. 4621, op. 6, d. 33, l. 166.
  • 21 Rapport de 1968 intitulé « Les étudiants irakiens en URSS » : RGASPI, f. M-3, op. 39, d. 30, ll. 10 (...)

12Le rapprochement commença immédiatement après le coup d’État du colonel Abdel Karim Kassem en juillet 1958. Inspiré par le monde socialiste et soutenu par le puissant Parti communiste irakien (PCI) et par la communauté kurde, Kassem s’opposa au panarabisme de Gamal Abdel Nasser et s’engagea dans une alliance étroite avec le bloc de l’Est. Afin de nationaliser l’industrie du pétrole et de consolider son régime, Kassem fit former massivement des cadres nationaux dans les pays socialistes. Durant l’année universitaire 1959-1960, on comptait 784 étudiants irakiens en URSS. Deux ans plus tard, ils étaient 1 306 et représentaient le troisième groupe d’étudiants étrangers après les Chinois (1 559) et les Mongols (1 402)19. Selon les données du ministère ukrainien de l’Enseignement, le taux d’étudiants d’origine kurde au sein de l’amicale irakienne était d’environ 8 %20. Sur le plan politique, ces Kurdes étaient de gauche et en majorité membres des sections du PCI créées en URSS. Ce parti dominait complètement leur amicale, appelée Ligue des étudiants irakiens en URSS, qui soutenait le président Kassem et s’opposait aux partisans de Nasser et aux membres du parti panarabe Baath21.

  • 22 Sur ces événements, voir Yaniv Voller, The Kurdish Liberation Movement in Iraq: From Insurgency to (...)
  • 23 Rapport de 1968 sur « Les étudiants irakiens en URSS », op. cit., l. 109.
  • 24 Copie de la déclaration du 24 janvier 1966 : GARF, f. R-9609, op. 2, d. 214, l. 61.

13Cependant, la stabilité et la cohésion relatives au sein de la Ligue ne durèrent pas longtemps. En mars 1961, le Parti démocratique kurde (PDK) reprocha à Kassem de ne pas reconnaître les droits nationaux de la communauté kurde et de refuser de lui accorder son autonomie. Kassem répondit par la dissolution des syndicats, l’emprisonnement des dirigeants kurdes. Pendant l’été, une insurrection éclata au Kurdistan irakien et suscita l’intervention militaire de Bagdad22. Ces événements secouèrent profondément l’amicale en URSS. Lors d’une réunion extraordinaire au mois d’octobre à Moscou, les étudiants kurdes décidèrent de quitter la Ligue pour fonder leur propre organisation23. Celle-ci, appelée Association des étudiants kurdes (AEK), devint la première amicale représentant une minorité nationale en URSS. Des sections en furent créées dans plusieurs villes, les plus importantes étant celles de Moscou, Kharkov et Kiev. Leurs membres fêtaient le nouvel an kurde (Newroz), organisaient des soirées de poésie et représentaient la nation kurde dans les manifestations culturelles internationales. Si l’AEK-URSS était une amicale prosoviétique, elle était en même temps vouée avant tout à la défense de la culture kurde et à la cause nationale. Cependant, cette dernière n’impliquait pas une sécession, mais une autonomie au sein de l’Irak, revendiquée par le PDK. « Le combat de notre organisation, expliquait l’AEK de Kharkov en janvier 1966, fait partie du combat du peuple kurde qui se bat contre un ennemi aussi cruel que chauviniste face aux demandes que soulève notre peuple kurde dans les frontières de l’Irak24. »

14Au milieu des années 1960, avec son secrétaire général Hamit Barzani, membre de la famille du dirigeant historique du PDK, Mullah Mustapha Barzani, l’AEK-URSS coopéra avec le Komsomol (l’Union de la jeunesse communiste de l’URSS) pour faire venir plus d’étudiants kurdes en Union soviétique, et elle adhéra à l’Union des étudiants kurdes en Europe. Ses effectifs augmentèrent également du fait de l’arrivée de Kurdes syriens. Ces derniers demeurèrent membres de l’amicale syrienne et votèrent toujours avec les communistes syriens contre le Baath et les Frères musulmans, mais ils participaient en même temps aux congrès et aux activités de l’AEK-URSS au nom de leur appartenance nationale. L’organisation regroupait ainsi tous les Kurdes du Moyen-Orient en URSS et, en cette qualité, fit partie intégrale du mouvement étudiant kurde en Europe. Malgré la réglementation sur les organisations des étudiants étrangers, les autorités soviétiques la reconnurent de facto, recrutèrent des étudiants sur sa recommandation et ne s’opposèrent pas à la participation de ses dirigeants aux congrès étudiants en Europe.

  • 25 Voir les résolutions du 4e congrès de l’organisation, qui se tint en décembre 1968 : RGASPI, f. M-3 (...)
  • 26 René Gallissot (dir.), Mouvement ouvrier, communisme et nationalismes dans le monde arabe, Paris, L (...)

15L’autonomisation des Kurdes suscita des réactions diverses, aussi bien au sein de la Ligue des étudiants irakiens que, de façon plus générale, dans le milieu des étudiants de pays arabes. La Ligue regretta la sécession et s’opposa initialement à la fondation de l’AEK. Toutefois, quand Kassem fut renversé par le parti Baath en février 1963, Kurdes et communistes arabes se trouvèrent face à un ennemi commun. Dans ces conditions, leurs organisations se rapprochèrent pour dénoncer la répression exercée par le gouvernement de Bagdad et pour réclamer la fin des discriminations contre les Irakiens diplômés des écoles soviétiques. La question kurde fut également débattue dans les congrès du Conseil des organisations d’étudiants de pays arabes en Union soviétique. Fondée en décembre 1965 et rebaptisée « Union » en 1967, cette organisation dominée par les communistes vota des résolutions successives en faveur de l’autonomie politique du Kurdistan irakien25. Ces résolutions étaient fidèles à la ligne sur la question nationale que le secrétaire général du parti communiste syrien et grande figure du communisme arabe, Khaled Bagdash, lui-même d’origine kurde, avait longtemps défendue26. Lors de leurs congrès, les étudiants n’omirent jamais de souligner les mérites de l’approche léniniste pour résoudre le problème national dans les pays du Moyen-Orient.

  • 27 Scopas S. Poggo, The First Sudanese Civil War: Africans, Arabs, and Israelis in the Southern Sudan, (...)

16La question nationale se posait aussi de manière très aiguë au Soudan. Ayant accédé à l’indépendance en 1956, cet ancien condominium britannique et égyptien fit aussitôt l’épreuve d’un conflit sanglant entre le Nord arabe, dont les élites dominaient le pays, et la partie subsaharienne, qui revendiquait soit l’autonomie dans le cadre d’une fédération, soit carrément l’indépendance. Déjà en 1955, une révolte armée éclata dans le Sud entraînant la répression. La persécution des militants et civils et la politique d’arabisation qui s’ensuivirent apportèrent de l’eau au moulin du mouvement sécessionniste africain27. L’alternative au nationalisme arabe et au sécessionnisme africain était défendue, là encore, par le parti communiste soudanais. Sous la direction de son secrétaire général charismatique, Abdel Mahgoub, celui-ci était au début des années 1960 le parti communiste le mieux organisé et le plus puissant au Moyen-Orient. Il était aussi le seul parti qui entendait représenter et réunir tous les groupes nationaux et religieux du Soudan. Issu de la communauté du Sud, le vice-secrétaire général du parti, John Garang, avait pris parti pour l’unité du pays dans la lignée de la solution léniniste et en faisant directement référence à l’exemple fédéral de l’Union soviétique.

  • 28 « Information sur les amicales des étudiants africains en URSS », document « secret » de 1965 issu (...)
  • 29 « Information sur le 1er Congrès des étudiants soudanais en URSS », du 11 novembre 1964, par R. Mus (...)

17Telle était l’approche qui l’emportait au sein de l’amicale des étudiants soudanais en URSS. Cette dernière, qui en 1964 comptait 231 membres, était composée de boursiers d’État, partisans le plus souvent du panarabisme ou du panislamisme, et de boursiers recrutés par le biais du Parti communiste soudanais et de l’Union des étudiants de Khartoum, d’obédience communiste. Selon les estimations du Komsomol, les Soudanais africains ne dépassaient pas 5 % des effectifs de l’amicale et avaient tous été recrutés par les canaux communistes28. Une mise au point politique eut lieu lors du premier congrès de l’amicale qui se tint à Moscou en octobre 1964, juste au moment où, après des émeutes à Khartoum, un coup d’État venait de porter au pouvoir un gouvernement d’union nationale avec la participation du Parti communiste soudanais. Réunissant 180 étudiants soudanais présents en URSS, ainsi que des délégués venus de Pologne, de Hongrie, de Roumanie et de Bulgarie, le congrès salua l’évolution intervenue à Khartoum. S’agissant de la première question à l’ordre du jour, celle des rapports entre le nord et le sud du pays, le congrès adopta des résolutions en faveur d’une fédération, avec deux gouvernements distincts et un gouvernement fédéral, des forces militaires séparées mais un état-major commun. Sur la deuxième question, celle de la participation de l’amicale à une union panarabe ou à la Fédération des étudiants africains en Union soviétique, le congrès opta pour la seconde et affirma que le Soudan appartenait, d’abord, à l’Afrique29. La décision reflétait sans doute la méfiance des communistes soudanais face à l’Égypte anticommuniste de Nasser. En même temps, elle était imprégnée du marxisme-léninisme que le Parti communiste soudanais s’était approprié pour formuler sa vision socialiste et internationaliste de l’avenir du pays. Le petit nombre des étudiants africains, le fait qu’ils étaient recrutés par le biais de ce même parti, ainsi que le solide internationalisme de celui-ci firent que l’amicale soudanaise ne connut pas de sécession contrairement à son homologue irakienne.

La question nationale dans le milieu des étudiants africains

  • 30 Connue aussi comme FASSS, d’après l’acronyme russe pour Federacija afrikanskih studentov Sovetskogo (...)

18Fondée en mars 1962, la Fédération des étudiants africains en Union soviétique (FEAUS) fut aussi confrontée à la question nationale au sein des pays postcoloniaux30. Construite sur le modèle de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF), où chaque pays d’Afrique subsaharienne était représenté, sans pour autant exclure l’Afrique du Nord, la FEAUS prit parti pour la solution léniniste, défendit l’autonomie des groupes ethniques au sein des pays postcoloniaux et vota des résolutions en faveur de l’usage des langues africaines. Cette approche subit pourtant l’épreuve des conflits et des mobilisations identitaires et nationalistes qui se répercutèrent sur nombre d’amicales en URSS et les secouèrent profondément.

  • 31 Sur leurs disputes avec les Somaliens, voir « Information », du 11 juin 1964, de V. Il’čenko et V. (...)
  • 32 Pour cette résolution, voir op. 3, d. 274, l. 127.

19L’amicale des étudiants du Kenya devint le théâtre de conflits à la fois politiques et nationaux. En décembre 1963, l’indépendance du pays trouva les 106 étudiants, recrutés par le biais du parti KANU (Kenya African National Union), unis au sein de l’Union des étudiants kenyans. Mis à part les confrontations idéologiques, la question la plus importante était alors d’ordre national : il s’agissait de l’insurrection de la communauté somalienne du Nord-Est du pays, soutenue par l’État somalien, que les étudiants dénoncèrent comme une atteinte à la souveraineté de leur pays. L’opinion des étudiants somaliens était diamétralement opposée. Leur amicale, qui comptait 293 membres, exigea l’organisation d’un référendum avec comme objectif la sécession, voire l’intégration de la région dans la Somalie. Dès 1964, les disputes entre les deux groupes alarmèrent le conseil estudiantin de l’université d’État de Moscou31. Entre 1965 et 1966, elles préoccupèrent aussi la FEAUS. La question fut débattue pendant son 3e congrès, à Moscou, en janvier 1967. Rassurant l’amicale kenyane, celui-ci souscrit à la position de l’Organisation de l’union africaine, qui entendait maintenir intactes les frontières des États postcoloniaux. Pour aller en même temps dans le sens des Somaliens, le congrès soutint résolument la décolonisation de la Côte française des Somalis (Djibouti) et exigea « l’indépendance immédiate du peuple somalien et la reconnaissance de son droit à la liberté et l’autodétermination32 ».

  • 33 Tom Shachtman, Airlift to America: How Barack Obama, Sr., John F. Kennedy, Tom Mboya, and 800 East (...)
  • 34 Pour l’arrière-plan des relations soviéto-kenyanes, voir Christopher Stevens, The Soviet Union and (...)
  • 35 Dans le statut du « Kenya Students’ Discussion Body », créé en 1966, il est explicitement dit qu’il (...)

20Si le conflit entre Somalie et Kenya souda l’amicale kenyane, celui entre les Luo et les Kikuyus la divisa. Entre les années universitaires 1963-1964 et 1966-1967, le nombre des étudiants kenyans en URSS passa de 106 à 453. D’un côté, cette augmentation spectaculaire refléta l’intérêt de Moscou pour le pays et constitua une réponse soviétique au « pont aérien » du président John Kennedy, qui amena aux États-Unis un millier de Kenyans33. Mais les bourses soviétiques profitaient en premier lieu au groupe ethnique des Luo. Concentrés à l’université de l’amitié des peuples « Patrice Lumumba » à Moscou, ceux-ci avaient obtenu leurs bourses par l’intermédiaire d’Oginga Odinga, chef de l’aile gauche et vice-président de la KANU, lui-même Luo. Les Kikuyus en revanche étaient le plus souvent boursiers d’État et partisans du président du pays et du parti, Jomo Kenyatta, kikuyu et anticommuniste34. Si les Kikuyus devinrent minoritaires, l’amicale continuait malgré tout à fonctionner à travers des congrès démocratiques, à défendre l’unité nationale kenyane et à s’engager en faveur de projets pour l’unité africaine35.

  • 36 Daniel Branch, Kenya: Between Hope and Despair, 1963-2011, New Haven et Londres, Yale University Pr (...)
  • 37 Sur le conflit entre Luo et Kikuyus en Allemagne de l’Est, voir Sara Pugach, « Agents of dissent : (...)
  • 38 Daniel Branch, Kenya: Between Hope and Despair, op. cit., p. 81.
  • 39 Cf. la note du 28 octobre 1969, la discussion de l’ambassadeur kenyan, M. Kajanda, avec le ministre (...)

21L’équilibre fragile fut pourtant brisé en 1966. Sous l’impulsion de Kenyatta, qui accorda une place privilégiée aux Kikuyus, la vie politique kenyane prit un tournant ethnique, autoritaire et anticommuniste36. Odinga démissionna alors du gouvernement et de la KANU pour fonder la KPU (Kenya People’s Union). Accusés de servir les intérêts des pays communistes, la KPU et les Kenyans étudiant dans les pays de l’Est se trouvèrent désormais dans le collimateur du gouvernement. En URSS et en Allemagne de l’Est, le mécontentement de ces étudiants se traduisit par un conflit ouvert et une division entre, d’une part, les Luo socialistes et, de l’autre, les Kikuyus et autres boursiers d’État demeurant fidèles au gouvernement de la KANU37. En juillet 1969, l’assassinat du candidat à la succession de Kenyatta, Tom Mboya, par un ancien étudiant en Bulgarie, mais dont les instigateurs étaient les élites politiques kikuyus, consacra la rupture ethnique et politique38. À Nairobi, le gouvernement arrêta Odinga et mit la KPU hors la loi. À Moscou, le 27 octobre 1969, un groupe d’environ 40 étudiants majoritairement de l’université Lumumba envahit leur ambassade et provoqua des dégâts matériels. À travers une note diplomatique et une protestation orale, l’ambassadeur signala la responsabilité de la police qui n’arrêta pas les étudiants, et celle de l’université qui, selon lui, était au courant de ce que les étudiants projetaient. Les Soviétiques, bien entendu, réfutèrent ses allégations. Un mois plus tard, ils expulsèrent d’URSS quatre étudiants protagonistes de ces événements, chiffre qui ne satisfit pas l’ambassadeur39. En tout cas, la rupture entre étudiants luo et kikuyus était consommée. L’URSS et l’Europe de l’Est demeurèrent une destination pour les Luo et d’autres opposants à la KANU. Ancien étudiant en Allemagne de l’Est et fils d’Oginga Odinga, Raila Odinga devint dans l’après-guerre froide le leader politique des Luo.

  • 40 Fondée en 1962, la Ligue démocratique de la Somalie reprit le programme nationaliste pansomalien de (...)
  • 41 Il s’agissait des stennye gazety, les journaux muraux où les amicales affichaient leurs nouvelles : (...)
  • 42 Rapports annuels de deux universités pour l’année universitaire 1977-1978 : TsDAVO, f. 4621, op. 13 (...)
  • 43 Fafali Koudawo, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918. Des Nègres rouges (...)

22L’Union des étudiants somaliens était peut-être la plus nationaliste de toutes les amicales africaines en URSS. Pendant les années 1960, ses membres étaient majoritairement partisans de la Ligue de la Grande Somalie et de l’Union démocratique de la Somalie, deux partis dont le programme politique était celui du nationalisme pansomalien40. L’amicale, comme nous l’avons évoqué, fut en conflit avec celle des Kenyans, mais pas seulement avec elle. Les revendications territoriales somaliennes sur la région de l’Oromo envenimèrent aussi les relations avec les étudiants éthiopiens. Des tensions virent le jour dans plusieurs universités. À l’université d’État de Moscou, les Somaliens affichaient leurs revendications nationales en publiant des articles en russe, en anglais et en français sur le journal mural de l’amicale. « Le thème majeur de ces articles », notait un rapport du Komsomol, était « l’unification de la Somalie, c’est-à-dire des Somaliens qui vivent au Kenya, en Éthiopie et en Somalie française41 ». Pendant la guerre de 1976-1977 entre Somalie et Éthiopie, les conflits violents entre étudiants obligèrent les responsables de l’Académie d’agriculture et de l’université d’État de Kiev à les séparer dans les résidences42. La rupture entre l’URSS et la Somalie, la dénonciation du traité d’amitié par le général Syad Barre et le rapatriement de 370 étudiants somaliens en février 1978 mirent fin aux soucis des autorités soviétiques43.

  • 44 Rapport « secret » du ministère de l’Enseignement de l’URSS adressé au ministère des Affaires étran (...)
  • 45 Rapport du 24 janvier 1970 de l’ambassadeur E. Afanassenko : Administration centrale des archives d (...)

23Les divisions identitaires et sociopolitiques étaient extrêmement prononcées dans l’amicale du Rwanda. D’un côté, les boursiers sélectionnés par le gouvernement étaient apparemment des Hutus. De l’autre, ceux recrutés par les canaux politiques étaient des Tutsis et notamment des réfugiés de la guerre civile dans les pays voisins. Les Tutsis, qui venaient de la région de Kivu au Congo Kinshasa, étaient en général recommandés par le parti communiste belge et l’Association des étudiants rwandais à Kinshasa. Ceux réfugiés au Burundi, en Ouganda et en Tanzanie bénéficiaient le plus souvent de bourses à l’université Patrice Lumumba, dont la mission était, entre autres, de former des étudiants issus des milieux défavorisés. Les Hutus étant minoritaires, les Tutsis contrôlaient complètement l’amicale. Ils qualifiaient le régime rwandais de « création des impérialistes belges et américains », faisaient campagne pour « le droit des peuples africains à l’autodétermination » et soutenaient « la lutte armée pour le renversement des régimes pro-impérialistes en Afrique ». Membre du comité exécutif de la FEAUS, leur amicale fit voter au congrès panafricain en octobre 1965 une résolution dénonçant « la répression sanglante contre les patriotes rwandais » et demandant « à l’Organisation de l’Union africaine et aux Nations unies d’assister les 450 milliers de réfugiés rwandais44 ». Convaincu que l’URSS soutenait le séparatisme tutsi, le gouvernement rwandais convoqua l’ambassadeur soviétique à Kigali et protesta contre le recrutement de Tutsis, en particulier à l’université Lumumba45.

Les étudiants nigérians et la guerre du Biafra

  • 46 Maxim Matusevich, No Easy Row: for a Russian Hoe: Ideology and Pragmatism in Nigerian-Soviet Relati (...)
  • 47 GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1966.

24Dans une autre amicale encore, la question nationale donna lieu à des mobilisations séparatistes et suscita les réactions des gouvernements concernés. Il s’agissait de celle du Nigeria qui, à partir de 1967, année de la proclamation de la sécession de la région du Biafra à l’est du pays, et jusqu’en 1975, était l’amicale africaine ayant le plus d’adhérents. Déjà pendant la première moitié des années 1960, des centaines de Nigérians étaient arrivés en URSS, le plus souvent sur recommandation du parti marxiste-léniniste Socialist Workers and Farmers Party of Nigeria (SWAFP), des unions d’étudiants, ainsi que du syndicat Nigerian Trade Union Congress (NTUC), affilié à la Fédération mondiale des syndicats, l’internationale syndicale du bloc soviétique. Toutes ces organisations avaient leur base au Sud-Est du Nigeria où dominait le groupe ethnique des Igbo. Contrairement au Nord, musulman et plus conservateur, dans cette région, depuis l’indépendance du pays en 1960, les élites s’étaient exprimées en faveur de la coopération avec les pays socialistes. Enugu, sa capitale, et Calabar étaient le siège de branches très actives de la Société d’amitié Nigeria-URSS. Jusqu’à la veille de la proclamation de la sécession, le 30 mai 1967, les Soviétiques s’étaient engagés pour le développement de l’université de Nsukka et la création d’un hôpital à Enugu46. En conséquence, jusqu’en 1966, année du début de la guerre civile, la majorité des Nigérians étudiant en URSS venaient de la région de l’Est. Autre conséquence, contrairement à la plupart des boursiers d’État, ils adhéraient aux organisations de gauche, antibritanniques et anti-impérialistes, s’opposaient ouvertement au gouvernement fédéral et étaient en conflit avec l’ambassade du Nigeria à Moscou. Cette dernière adressa des protestations au gouvernement soviétique contre le recrutement d’étudiants par des canaux politiques et fustigea le fait que plusieurs parmi eux étaient arrivés en URSS avec des faux passeports fournis apparemment par le Ghana47.

  • 48 « L’amicale des étudiants du Nigeria », document de 1965 : RGASPI, f. M-1, op. 46, d. 406, ll. 3-4.

25L’université Patrice Lumumba, où le gouvernement nigérian n’acceptait pas d’envoyer des boursiers d’État, devint ainsi le bastion des boursiers politiques et des étudiants biafrais. En 1965, 149 des 287 étudiants nigérians en URSS y étaient inscrits. C’était aussi là que l’Union des étudiants nigérians en URSS avait été fondée en 1961. Ses statuts ne laissaient aucun doute sur son orientation politique : les partisans des partis « bourgeois » étaient d’emblée exclus du comité exécutif. Très irritée, l’ambassade s’appuya notamment sur les boursiers d’État, leur associa certains boursiers choisis par les organisations politiques, et provoqua une scission en créant une association loyaliste. Comme le prévoyait la réglementation soviétique, les deux organisations fusionnèrent en février 1963 pour n’en former qu’une seule, mais celle-ci demeura très divisée sur le plan idéologique48.

  • 49 Voir Ludmila V. Ponomarenko et Elena G. Zueva, L’URAP et l’Afrique, Moscou, Éditions de l’universit (...)
  • 50 D’après la lettre que le recteur de l’université Lumumba, Sergei Rumiantsev, adressa au ministère d (...)

26Cependant, la division la plus profonde s’avéra être celle entre membres de différents groupes nationaux. Elle couvait dès les origines, mais éclata de manière douloureuse pendant la guerre que mena l’État fédéral, soutenu à partir de 1967 par l’Union soviétique, contre la sécession du Biafra (1967-1970). Le cercle vicieux de la violence commença dans la seconde moitié de 1966 avec le massacre de milliers de Nigérians Igbo (Biafrais) résidant au Nord, d’où des représailles contre les Nigérians du Nord vivant dans le Sud-Est. Les événements eurent aussitôt un écho en URSS où des conflits entre les Biafrais et les autres Nigérians éclatèrent dans plusieurs universités et notamment à Patrice Lumumba49. La proclamation de la création de la République indépendante du Biafra en mai 1967 fut, dans ce contexte, saluée par les étudiants biafrais. Sur le modèle des Kurdes, ces derniers mirent en place l’Union des étudiants biafrais en URSS en dehors de l’amicale nigériane et militèrent pour l’indépendance. Étudiant à l’université Lumumba, Oketsukwu Emodi fut élu secrétaire général de l’Union et, selon les accusations de l’ambassade du Nigeria, contactait les missions diplomatiques des pays occidentaux à Moscou en tant que représentant en URSS de la République indépendante du Biafra50. Le fait que les étudiants biafrais figuraient parmi les partisans du courant progressiste et que le Biafra, comme nous l’avons souligné, entretenait des bons rapports avec l’URSS avant 1967 alimenta l’idée optimiste que l’URSS et le bloc de l’Est soutiendraient la cause biafraise.

  • 51 Voir l’appel intitulé « La voix du vrai Nigeria » : GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1087, l. 68.

27Toutefois, comme Maxim Matusevich l’a minutieusement démontré, ce calcul s’avéra erroné. Voyant là une occasion de remplacer la Grande-Bretagne et les États-Unis, qui maintenaient une position de non-ingérence dans la guerre civile, Moscou, en tant que partenaire privilégié du Nigeria, soutint le gouvernement fédéral du colonel Yakubu Gowon et lui fournit les armes qui lui permirent de combattre l’armée biafraise. Aussi bien au Biafra que dans le milieu des étudiants biafrais en URSS, cette « trahison » de l’URSS et du bloc soviétique, qui choisirent le côté d’habitude décrit comme « féodal » et « valet de l’impérialisme », provoqua de l’embarras, voire de l’indignation, en même temps qu’elle renforça le camp fédéraliste. Soutenus par l’ambassade, les partisans du gouvernement fédéral mirent en place leur propre association. Début septembre 1967, ils firent circuler un appel aux « frères nigérians », à « tous ceux qui étaient dévoués à la cause de la Patrie », à se rassembler à l’ambassade le 10 du mois. L’objectif était « de sauver le pays du fascisme [biafrais] » et « d’écraser les rebelles ». « Qui ne vient pas au rassemblement, continuait l’appel, sera considéré comme traître et allié des rebelles qui trahissent la Patrie51. » Les étudiants biafrais vinrent aussi, non pas pour participer à la réunion, mais pour protester devant l’ambassade. Des altercations eurent lieu et continuèrent dans les résidences universitaires, obligeant les Soviétiques à séparer les deux groupes. Accusés par l’ambassade d’avoir provoqué ces bagarres, dix étudiants biafrais de l’université Lumumba adressèrent une lettre au comité central du Parti communiste de l’Union soviétique et aux recteurs des universités pour réfuter ces accusations et demander la protection des autorités :

  • 52 Lettre du 14 septembre 1967 : GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1087, ll. 65-66.

« Comme les événements l’attestent, écrivaient-ils, nous nous trouvons dans les présentes conditions sans aucune protection. Nous demandons sincèrement au gouvernement soviétique et au peuple soviétique, qui se bat pour la liberté et la démocratie, de nous aider et de nous protéger. Nous pensons que c’est important que vous n’oubliez pas le fait que l’établissement des relations diplomatiques entre l’Union soviétique et la République fédérale du Nigeria eut lieu grâce aux efforts des députés et des acteurs de mouvements sociaux qui viennent de l’Est du Nigeria. Et il n’y a pas que ça. Les premiers étudiants nigérians qui sont venus dans votre pays étaient notamment des étudiants du Nigeria de l’Est, tandis que plus que la moitié des étudiants qui sont aujourd’hui en Union soviétique sont aussi originaires du Nigeria de l’Est. Tout cela démontre clairement les bonnes dispositions et les sentiments d’amitié envers le peuple de l’Union soviétique de la part de l’ancien Nigeria de l’Est et aujourd’hui de l’État du Biafra52. »

  • 53 Lettre « secrète » du 5 octobre 1967 : GARF, f. R-9606, op. 2, d. 263, ll. 253-254.
  • 54 Note du ministère des Affaires étrangères de l’URSS à l’ambassadeur du Nigeria, 3 octobre 1967 : GA (...)
  • 55 Voir le journal de Marian University Indianapolis, The Phoenix, 17 janvier 1969, 33/6, p. 3.
  • 56 On trouve les traces de sa tournée dans les journaux The Capital Times of Wisconsin du 11 janvier 1 (...)
  • 57 Lettre « secrète » du 5 octobre 1976, déjà citée, l. 254.

28Dans un rapport au ministère de l’Enseignement, le recteur de l’université Lumumba, Sergej Rumiantsev, prit la défense des étudiants biafrais, attribua la responsabilité des bagarres aux membres de l’organisation soutenue par l’ambassade, et confirma que les Biafrais recevaient diverses menaces53. L’université Lumumba ne céda pas à la demande de l’ambassade du Nigeria de renvoyer Oketsukwu Emodi, mais le protégea en le transférant à l’Institut d’Afrique en tant que doctorant54. Cependant, désillusionné par le rapprochement entre Moscou et Lagos, celui-ci partit aux États-Unis s’inscrire pour sa thèse en économie à l’université d’Indianapolis. Là, il s’engagea dans l’Union nationale des étudiants biafrais aux États-Unis (Biafran National Union of Students)55 et, en janvier 1969, donna une série de conférences dans plusieurs universités pour éclairer l’opinion américaine sur la tragédie du Biafra56. En URSS, en même temps, Rumiantsev et les professeurs réunirent les étudiants biafrais pour leur signifier que « l’université ne soutient pas et ne compte pas soutenir des personnes dont les actes vont à l’encontre des dispositions du Statut de l’Université de l’amitié des peuples57 ». Ce rappel à l’ordre ne visait pas seulement à prévenir des incidents violents. Si les professeurs soviétiques sympathisaient avec leurs étudiants biafrais, la Realpolitik de Moscou imposait de les convaincre de désavouer le séparatisme et le militantisme ainsi que de montrer de la loyauté envers le gouvernement fédéral.

  • 58 Rapport sur l’année universitaire 1967-1968. Voir TsDAVO, f. 3061, op. 13, d. 786, l. 13.

29Comme nombre de cas le suggèrent, rien n’était pourtant moins compliqué, ni moins douloureux pour certains étudiants biafrais. Steven Ojuchukwu, par exemple, était en 1968 étudiant en troisième année à l’institut de médecine de Kiev. « Avant le début de la guerre civile et la création du soi-disant État de Biafra, note un rapport du doyen de l’institut, son attitude vis-à-vis de l’Union soviétique et du peuple soviétique était très bonne. » Ojuchukwu s’intéressait alors à la biographie de Lénine, et lisait des textes de Karl Marx. Cependant, « avec le déclenchement de la guerre civile, il devint partisan du Biafra ». « Pendant cette période, continue le rapport, il changea sa position vis-à-vis de l’Union soviétique et du gouvernement soviétique, voulut perturber les cours de langue russe, se prononça contre la politique extérieure du gouvernement soviétique l’accusant de se mêler aux affaires intérieures du Nigeria, chercha des conflits » et s’abstint des cours à contenu idéologique. Ce fut seulement « après des longues discussions individuelles que Steven Ojuchukwu reprit tous les cours, arrêta d’attaquer l’Union soviétique » et « de chercher des conflits58 ».

  • 59 TsDAVO, f. 3061, op. 13, d. 1377, l. 107.

30La guerre du Biafra fut aussi la cause du comportement antisoviétique d’Egbowon Chuba qui, en 1970, était étudiant en cinquième année à l’institut de médecine de Kharkov. Lorsque la guerre éclata, rapporta le doyen de l’institut, « Chuba prit fermement partie pour ladite “Biafra”, s’opposa à l’unité du Nigeria, en même temps qu’il s’en prenait aux étudiants issus du Nigeria de l’Est qui maintenaient une position raisonnable. Quand l’étudiant de notre Institut, Clément Ugo, renonça à la politique des séparatistes et adhéra au camp des partisans de l’unité du pays, continuait le rapport, Chuba commença à l’attaquer et exigea qu’il soit puni. Egbowon Chuba fut toujours le partisan le plus criard et le plus démagogue du Biafra, celui qui mobilisait les autres étudiants africains et les incitait au désordre, alors qu’il osait accuser l’Union soviétique de soutenir “Lagos, l’agresseur” ». Mais, concluait le rapport, « en avril 1970, Chuba entama des discussions et se rapprocha des positions du gouvernement fédéral […] établit des liens avec l’ambassade du Nigeria et déclara officiellement sa rupture avec la soi-disant Biafra59 ».

  • 60 Marta Edith Holečková, « Konfliktní lekce z internacionalismu: Studenti z “třetihosvěta” a jejich k (...)
  • 61 Tereza Stejskalová, « Biafra of spirit: Third world students in Czechoslovakia » [En ligne], consul (...)
  • 62 Sara Pugach, « Agents of dissent », art. cit.

31Dans d’autres pays du bloc de l’Est également, les étudiants biafrais créèrent des unions nationales et militèrent. En Tchécoslovaquie, leur mobilisation eut lieu dans le contexte du Printemps de Prague et de l’invasion du pays par les troupes du Pacte de Varsovie en 1968. La majorité des étudiants du tiers-monde furent alors solidaires du mouvement libéral et soutinrent les comités démocratiques mis en place dans les universités par leurs camarades tchécoslovaques60. Les étudiants biafrais, en particulier, firent le parallèle entre la lutte tchécoslovaque contre la domination soviétique et le combat du Biafra pour l’indépendance nationale. « Pendant la commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance de la Tchécoslovaquie », en octobre 1968, « les étudiants biafrais exécutèrent une danse symbolique en portant des plumes, danse traditionnelle de guerre, et décorèrent avec des plumes le portrait de Dubček, qu’ils portèrent sur la scène pour les aider à emporter la victoire61 ». En dehors d’être une expression de soutien à la révolution tchécoslovaque, l’usage de l’image du Premier secrétaire du parti communiste du pays, figure de proue du mouvement de libéralisation, était censé susciter la sympathie des Tchécoslovaques pour la cause biafraise. En Allemagne de l’Est, les étudiants créèrent le Biafra Club et prirent position pour l’indépendance, mais furent confrontés à l’opposition des autorités allemandes, qui suivaient la ligne soviétique62. En URSS, enfin, le rapprochement avec le gouvernement fédéral nigérian eut aussi un grand impact sur la composition ethnique de l’amicale. Entre 1967 et 1968, Lagos envoya en URSS 237 nouveaux étudiants avec comme objectif de reprendre le contrôle de l’amicale. En 1970, cette mission était accomplie ; suite à la défaite du mouvement séparatiste, les étudiants biafrais bénéficièrent cependant du processus de réconciliation lancé par Gowon aussitôt après la fin de la guerre. Dans les années 1970, par-delà son activité à des fins corporatistes, telle l’augmentation des bourses, la dépolitisation de l’amicale était totale.

Conclusion

  • 63 Stephen Ellis, This Present Darkness: A History of Nigerian Organized Crime, Londres, Hurst and Com (...)
  • 64 Michiel Leezenberg, « Soviet kurdology and Kurdish Orientalism », in Michael Kemper, Stephan Kornem (...)

32Stephen Ellis a récemment noté que « les campus universitaires [africains] étaient des foyers non seulement d’idéaux égalitaires et radicaux, mais aussi de micro-nationalismes et de causes ethniques63 ». Comme cet article entend le suggérer, cette remarque est également valable pour le milieu des étudiants d’Afrique et du Moyen-Orient en URSS. Des groupes nationaux issus de pays plurinationaux et multiculturels contournèrent la réglementation soviétique et formèrent des unions séparées pour affirmer leur identité et défendre les causes de leur communauté. Si pour les Arméniens du Moyen-Orient, conformément à la politique culturelle de l’URSS, l’identité nationale fut un principe organisateur, pour les Kurdes l’initiative vint directement des étudiants, sans pour autant que les responsables soviétiques s’y opposent. C’est ainsi que, dès le début des années 1960, les Kurdes pouvaient se réunir en tant qu’union nationale, recommander d’autres candidats kurdes pour étudier en URSS, célébrer leurs fêtes et voyager en Europe pour rejoindre les congrès des étudiants kurdes. La légitimité de leur cause n’est pas une raison suffisante pour rendre compte de la tolérance soviétique. La cause biafraise, en l’occurrence, ne suscita pas la même sensibilité. Par rapport aux Kurdes pourtant, comme les sources attestent, il y avait dans les milieux académiques plus d’empathie ; ils étaient également plus conscients du fait que le gouvernement de l’URSS les considérait comme un acteur important qu’il ne fallait pas aliéner. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les grands philologues et historiens kurdes irakiens, comme Izzeddin Resul et Maruf Khaznadar, ont été formés en URSS pendant les années 1960 sous la direction des kurdologues soviétiques64.

33Dans le milieu des étudiants africains aussi, l’affirmation de l’identité nationale et la mobilisation politique de certains groupes répercutèrent les divisions au sein des États postcoloniaux et parfois même les conflits entre eux. Pour les étudiants rwandais qui se définissaient comme Tutsis, une résolution de la FEAUS qui soutenait « la lutte armée pour le renversement des régimes pro-impérialistes en Afrique » portait un message autant socio-économique qu’identitaire. Il en allait de même pour les Kenyans appartenant au groupe ethnique des Luo, qui ressentaient la domination des Kikuyus et réagissaient ainsi contre leur marginalisation politique et professionnelle. Le cas des étudiants somaliens éclaire également l’importance du facteur national. Si leur amicale était en principe prosoviétique et figurait toujours parmi celles qui votaient avec le groupe marxiste-léniniste au sein de la FEAUS, elle était avant tout préoccupée par la question nationale et défendait ouvertement le projet irrédentiste somalien. En mettant l’accent sur ces revendications et mobilisations, cet article entend attirer l’attention sur l’importance du facteur national dans la politisation des étudiants, un facteur qui a été négligé au profit des engagements anti-impérialistes, panafricains, voire communistes.

34Néanmoins, la mobilisation la plus importante, sur fond de drame, et qui ne laisse aucun doute sur l’importance du nationalisme, fut celle des étudiants biafrais. Si d’un côté la guerre au Nigeria porta à leur paroxysme les limites de la solution léniniste dans le contexte postcolonial, de l’autre elle montra comment le nationalisme pouvait très vite miner et envenimer les relations entre les Soviétiques et une communauté d’étudiants qui, au départ, leur était favorable. Qui plus est, les mobilisations des étudiants biafrais dans les pays socialistes illustrent le rôle des diasporas dans le mouvement nationaliste. Les prises de position et les manifestations des étudiants en Union soviétique, le combat qu’Oketsukwu Emodi porta de l’URSS dans les campus américains, la création du Biafra Club en Allemagne de l’Est, ainsi que l’effort des étudiants biafrais à Prague pour sensibiliser l’opinion tchécoslovaque, en dressant un parallèle entre le sort du Biafra et celui de la Tchécoslovaquie mise au pas par les armées du Pacte de Varsovie, constituent des chapitres importants dans l’histoire du mouvement pour l’indépendance du Biafra. Comme ils se déroulèrent dans les pays du marxisme et du socialisme et dans le contexte explosif du Printemps de Prague, ils passèrent inaperçus et furent ensuite négligés par les historiens. Les revisiter aujourd’hui permet de rendre compte des engagements nationalistes de la diaspora estudiantine dans les pays socialistes pendant la guerre froide. Un travail minutieux pour établir les réseaux, restituer leurs connexions, estimer l’impact direct ou indirect de la diaspora dans le déploiement des combats nationaux reste à faire.

Haut de page

Notes

1

Pour ces données pays par pays, voir Constantin Katsakioris, « Creating a socialist intelligentsia: Soviet educational aid and its impact on Africa », Cahiers d’études africaines, 226, 2017, n° 2, p. 259-287 ; id., « Les étudiants de pays arabes en Union soviétique pendant la guerre froide (1956-1991) », Revue européenne des migrations internationales, 32, 2016, n° 2, p. 13-38.

2 Le terme « diaspora » pour désigner ces communautés d’étudiants, déjà utilisé par Françoise Blum et coll., Thomas Burgess, Maxim Matusevich et d’autres auteurs cités dans cette contribution, nous a paru utile dans le sens où il renvoie aux nombreuses circulations des acteurs et agents des connexions entre le pays d’origine et celui d’accueil, voire entre l’Est et l’Ouest. Cette problématique est développée dans la partie intitulée « Diasporas : connexions et circulations » et dans l’« Introduction » de Françoise Blum, Pierre Guidi et Ophélie Rillon (dir.) dans le volume collectif, Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des « années 68 », Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 17-28, 265-313. Pour une discussion à partir d’une durée historique plus longue, voir Susanne Lachenicht et Kirsten Heinsohn (eds.), Diaspora Identities: Exile, Nationalism and Cosmopolitanism in Past and Present, Francfort, Campus Verlag, 2009.

3 Jean-Pierre N’Diaye, Enquête sur les étudiants noirs en France, Paris, Présence africaine, 1962. Pierre Fougeyrollas, « Phénomènes d’acculturation chez les étudiants de la cité universitaire de Dakar », Revue française de sociologie, 4, 1963, n° 4, p. 411-423 ; Philip Altbach, « Students and politics », Comparative Education Review, 10, 1966, n° 2, p. 175-187 ; Seymour Martin Lipset, « University students and politics in underdeveloped countries », Comparative Education Review, 10, 1966, n° 2, p. 132-162.

4 Bahru Zewde, The Quest for Socialist Utopia. The Ethiopian Student Movement c. 1960-1974, Oxford, James Currey, 2014.

5 Thomas Burgess, « A socialist diaspora. Ali Sultan Issa, the Soviet Union and the Zanzibari revolution », in Maxim Matusevich (ed.), Africa in Russia, Russia in Africa: Three Centuries of Encounters, Trenton, Africa World Press, 2006, p. 263-291.

6 Quinn Slobodian, Foreign Front: Third World Politics in Sixties West Germany, Durham, Duke University Press, 2012 ; Samantha Christiansen, Zachary Scarlett (eds.), The Third World in the Global Sixties, New York, Berghahn Books, 2012 ; Françoise Blum et al. (dir.), Étudiants africains en mouvements, op. cit.

7 Le rôle des mouvements d’étudiants africains dans l’évolution politique et sociale de l’Afrique de 1900 à 1975, Paris, Unesco, 1993 ; Fabienne Guimont, Les étudiants africains en France, 1950-1965, préface d’Odile Goerg, Paris, L’Harmattan, 1997 ; Amady Aly Dieng, Les premiers pas de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF), 1950-1955, de l’Union française à Bandoung, préface de Samir Amin, Paris, L’Harmattan, 2003 ; Hakim Adi, West Africans in Britain, 1900-1960: Nationalism, Pan-Africanism and Communism, Londres, Lawrence & Wishart, 1998 ; Françoise Blum, « L’indépendance sera révolutionnaire ou ne sera pas. Étudiants africains en France contre l’ordre colonial », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 126, 2015, p. 119-138.

8 Stephen Ellis, Ttsepo Sechaba, Comrades against Apartheid: The ANC and the South African Communist Party in Exile, Londres, James Currey, 1992 ; Dalila Cabrita Mateus, A Luta pela Independência: A Formação das Elites Fundadoras da FRELIMO, MPLA e PAIGC, Lisbonne, Inquérito, 1999.

9 Klaas van Walraven, The Yearning for Relief: A History of the Sawaba Movement in Niger, Leyde, Brill, 2013 ; Pascal Bianchini, « En guise de conclusion. Les trois âges du mouvement étudiant dans les pays d’Afrique subsaharienne francophone », in Françoise Blum et al. (dir.), Étudiants africains en mouvements, op. cit., p. 317-337.

10 Je reprends ici le terme competing nationalisms proposé récemment par Miles Larmer et Baz Lecocq pour rendre compte des conflits ou arrangements entre groupes ethniques. Voir « Historicising nationalism in Africa », Nations and Nationalism, 24, 2018, n° 4, p. 839-917. Dans le sillage de deux auteurs, j’évite le terme « ethnique » et opte pour la terminologie du nationalisme.

11 Voir l’introduction du présent numéro spécial.

12 ÉLITAF s’est développé dans le cadre de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Voir Monique de Saint-Martin et al. (dir.), Étudier à l’Est. Trajectoires d’étudiants africains et arabes en URSS et dans les pays d’Europe de l’Est, Paris, Karthala, 2015 ; Michèle Leclerc-Olive, Marie-Antoinette Hily (dir.), dossier « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste », Revue européenne des migrations internationales, 32, 2016, n° 2 ; Monique de Saint Martin, Patrice Yengo, « Quelles contributions des élites “rouges” au façonnement des États postcoloniaux ? », Cahiers d’études africaines, 226, 2017, n° 2, « Élites de retour de l’Est », p. 231-258. Il faut aussi noter les importants articles de Maxim Matusevich, « Journeys of hope: African diaspora and the Soviet society », African Diaspora, 1, 2008, p. 53-85 ; id. “Expanding the boundaries of the Black Atlantic: African students as Soviet moderns”, Ab Imperio, 2, 2012, p. 325-350.

13 Amalia Dragani, « Étudiants touaregs dans l’ancien bloc soviétique. Entre Mali et Azawad », Cahiers d’études africaines, 226, 2017, n° 2, p. 426.

14 Carmen Gómez Martin, « La génération sahraoui de la guerre : des études à Cuba à la migration économique en Espagne », Revue européenne des migrations internationales, 32, 2016, n° 2, p. 77-94.

15 Voir la réglementation aux Archives d’histoire sociale et politique de la Russie (RGASPI), f. (fonds) M-1, op. 46 (opis’, inventaire), d. 358 (delo, dossier), ll. 71-81 (list, feuille).

16 Terry Martin, The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca, Cornell University Press, 2001 ; sur la politique de l’URSS et de l’Internationale communiste en ce qui concerne les minorités nationales du Moyen-Orient, voir Taline Ter Minassian, Colporteurs du Komintern. L’Union soviétique et les minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sciences Po, 1997.

17 Rapport du Komsomol sur l’amicale libanaise à Erevan : RGASI, f. M-1, op. 46, d. 310. ll. 27-30.

18 Ibid., ll. 31-34.

19 Rapport du 9 novembre 1960 sur « l’aide accordée à la République irakienne pour la formation des spécialistes » : Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), f. (fonds) 9606, op. 1, d. 521, ll. 42-43. Voir aussi les dossiers : d. 522, l. 5 et d. 869, ll. 42-45.

20 Ukraine, f. 4621, op. 6, d. 33, l. 166.

21 Rapport de 1968 intitulé « Les étudiants irakiens en URSS » : RGASPI, f. M-3, op. 39, d. 30, ll. 104-120, ici l. 107.

22 Sur ces événements, voir Yaniv Voller, The Kurdish Liberation Movement in Iraq: From Insurgency to Statehood, Londres, Routledge, 2014, p. 47-50.

23 Rapport de 1968 sur « Les étudiants irakiens en URSS », op. cit., l. 109.

24 Copie de la déclaration du 24 janvier 1966 : GARF, f. R-9609, op. 2, d. 214, l. 61.

25 Voir les résolutions du 4e congrès de l’organisation, qui se tint en décembre 1968 : RGASPI, f. M-3, op. 3, d. 588, p. 86-91.

26 René Gallissot (dir.), Mouvement ouvrier, communisme et nationalismes dans le monde arabe, Paris, Les éditions ouvrières, 1978.

27 Scopas S. Poggo, The First Sudanese Civil War: Africans, Arabs, and Israelis in the Southern Sudan, 1955-1972, Londres, Palgrave Macmillan, 2009.

28 « Information sur les amicales des étudiants africains en URSS », document « secret » de 1965 issu du Conseil de l’URSS pour les affaires des étudiants étrangers : RGASPI, f. M-3, op. 3, d. 33, ll. 143-144 ; Voir également un rapport sur les organisations africaines en URSS du 29 mai 1965 : RGASPI, f. M-1, op. 46, d. 403, ll. 86-87.

29 « Information sur le 1er Congrès des étudiants soudanais en URSS », du 11 novembre 1964, par R. Mustafina et E. Abolin : RGASPI, f. M-3, op. 3, d. 38, feuilles non numérotées.

30 Connue aussi comme FASSS, d’après l’acronyme russe pour Federacija afrikanskih studentov Sovetskogo sojuza.

31 Sur leurs disputes avec les Somaliens, voir « Information », du 11 juin 1964, de V. Il’čenko et V. Kučerenko, RGASPI, f. M-1, op. 46, d. 354, l. 22.

32 Pour cette résolution, voir op. 3, d. 274, l. 127.

33 Tom Shachtman, Airlift to America: How Barack Obama, Sr., John F. Kennedy, Tom Mboya, and 800 East African Students Changed their World and Ours, New York, St Martin’s Press, 2009.

34 Pour l’arrière-plan des relations soviéto-kenyanes, voir Christopher Stevens, The Soviet Union and Black Africa, Londres, The Macmillan Press, 1976, p. 153-166.

35 Dans le statut du « Kenya Students’ Discussion Body », créé en 1966, il est explicitement dit qu’il faut « propager le sens de responsabilité et de conscience nationale au sein des étudiants kenyans, afin de s’opposer aux et d’éliminer les éléments réactionnaires au Kenya et parmi les étudiants mêmes » : RGASPI, f. M-1, op. 46, d. 344, l. 77.

36 Daniel Branch, Kenya: Between Hope and Despair, 1963-2011, New Haven et Londres, Yale University Press, 2011, p. 25-65.

37 Sur le conflit entre Luo et Kikuyus en Allemagne de l’Est, voir Sara Pugach, « Agents of dissent : African student organizations in the German Democratic Republic », Africa, 89, 2019, suppl. 1, p. 90-108.

38 Daniel Branch, Kenya: Between Hope and Despair, op. cit., p. 81.

39 Cf. la note du 28 octobre 1969, la discussion de l’ambassadeur kenyan, M. Kajanda, avec le ministre adjoint des Affaires étrangères de l’URSS L. Il’ičev le même jour et une discussion de Kajanda avec le diplomate du MID, D. Safonov (26 novembre 1969) : GARF, f. R-9606, op. 1, d. 3962, ll. 81-86.

40 Fondée en 1962, la Ligue démocratique de la Somalie reprit le programme nationaliste pansomalien de la Ligue de la Grande Somalie. Sur ces partis, voir Mohamed Haji Mukhtar, Historical Dictionary of Somalia, Lanham, Scarecrow Press, 2003, p. 227-228.

41 Il s’agissait des stennye gazety, les journaux muraux où les amicales affichaient leurs nouvelles : « Information », du 11 juin 1964, de V. Il’čenko et V. Kučerenko, document déjà cité : RGASPI, f. M-1, op. 46, d. 354, l. 20.

42 Rapports annuels de deux universités pour l’année universitaire 1977-1978 : TsDAVO, f. 4621, op. 13, d. 4745, l. 57 et d. 4758, l. 38.

43 Fafali Koudawo, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918. Des Nègres rouges aux Russotiques, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 116.

44 Rapport « secret » du ministère de l’Enseignement de l’URSS adressé au ministère des Affaires étrangères, novembre 1965 : GARF, f. R-9606, op. 2, d. 177, ll. 94-95.

45 Rapport du 24 janvier 1970 de l’ambassadeur E. Afanassenko : Administration centrale des archives de Moscou (GAUM), f. 3061 de l’université Patrice Lumumba, op. 1, d. 1404, ll. 71-72.

46 Maxim Matusevich, No Easy Row: for a Russian Hoe: Ideology and Pragmatism in Nigerian-Soviet Relations, 1960-1991, Trenton, Africa World Press, 2003, p. 60-73. Plus généralement, sur l’arrière-plan politique au Nigeria, voir Toyin Falola, Matthew Heaton, A History of Nigeria, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 158-180.

47 GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1966.

48 « L’amicale des étudiants du Nigeria », document de 1965 : RGASPI, f. M-1, op. 46, d. 406, ll. 3-4.

49 Voir Ludmila V. Ponomarenko et Elena G. Zueva, L’URAP et l’Afrique, Moscou, Éditions de l’université de Russie de l’amitié des peuples, 2010, p. 93-94.

50 D’après la lettre que le recteur de l’université Lumumba, Sergei Rumiantsev, adressa au ministère de l’Enseignement le 14 septembre 1967 : GARF, f. R-9606, op. 2, d. 267, ll. 169-170.

51 Voir l’appel intitulé « La voix du vrai Nigeria » : GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1087, l. 68.

52 Lettre du 14 septembre 1967 : GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1087, ll. 65-66.

53 Lettre « secrète » du 5 octobre 1967 : GARF, f. R-9606, op. 2, d. 263, ll. 253-254.

54 Note du ministère des Affaires étrangères de l’URSS à l’ambassadeur du Nigeria, 3 octobre 1967 : GAUM, f. 3061, op. 1, d. 1087, l. 72.

55 Voir le journal de Marian University Indianapolis, The Phoenix, 17 janvier 1969, 33/6, p. 3.

56 On trouve les traces de sa tournée dans les journaux The Capital Times of Wisconsin du 11 janvier 1969 et Observer of Notre Dame du 14 janvier 1969.

57 Lettre « secrète » du 5 octobre 1976, déjà citée, l. 254.

58 Rapport sur l’année universitaire 1967-1968. Voir TsDAVO, f. 3061, op. 13, d. 786, l. 13.

59 TsDAVO, f. 3061, op. 13, d. 1377, l. 107.

60 Marta Edith Holečková, « Konfliktní lekce z internacionalismu: Studenti z “třetihosvěta” a jejich konfrontace s českým prostředim (1961-1974) », Soudobé Dějiny, 20, v. 1-2, 2013, p. 175-176.

61 Tereza Stejskalová, « Biafra of spirit: Third world students in Czechoslovakia » [En ligne], consulté le 12 juin 2019. URL : http://www.zbynekbaladran.com/new/2016/08/04/biafra-of-spirit/

62 Sara Pugach, « Agents of dissent », art. cit.

63 Stephen Ellis, This Present Darkness: A History of Nigerian Organized Crime, Londres, Hurst and Company, 2016, p. 91.

64 Michiel Leezenberg, « Soviet kurdology and Kurdish Orientalism », in Michael Kemper, Stephan Kornemann (eds.), The Heritage of Soviet Oriental Studies, Londres, Routledge, 2011, p. 95-96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constantin Katsakioris, « Nationalismes dans la patrie du socialisme. Mobilisations nationales des étudiants du tiers-monde en Union soviétique »Diasporas, 34 | 2019, 91-108.

Référence électronique

Constantin Katsakioris, « Nationalismes dans la patrie du socialisme. Mobilisations nationales des étudiants du tiers-monde en Union soviétique »Diasporas [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 29 février 2020, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/4387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.4387

Haut de page

Auteur

Constantin Katsakioris

Constantin Katsakioris est chercheur post-doctorant à l’Institut allemand de l’Orient à Beyrouth et travaille sur l’histoire des relations entre les pays socialistes, l’Afrique et le Moyen-Orient. Il a soutenu sa thèse, intitulée Leçons soviétiques. La formation des étudiants africains et arabes en URSS pendant la guerre froide, à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et en prépare actuellement l’édition. Il a publié des articles notamment dans Cahiers du monde russe, Cahiers d’études africaines, Journal of Modern European History, Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, Journal of Global History.

Constantin Katsakioris is a post-doc research fellow at the German Orietnal Institute, Beyrouth, and currently works on the history of the relationships between socialist states, Africa and the Middle East. He completed his PhD thesis (Leçons soviétiques. La formation des étudiants africains et arabes en URSS pendant la guerre froide) at the EHESS (Paris), and is currently preparing it for publication. He more particularly published papers in the Cahiers du monde russe, Cahiers d’études africaines, Journal of Modern European History, Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, Journal of Global History.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search