Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Le parcours de Denis Lambin (1519...

Le parcours de Denis Lambin (1519-1572), précurseur de la « Slow Science » ?

Denis Lambin’s trajectory (1519-1572) : A precursor of “Slow Science” ?
Astrid Quillien

Résumés

Denis Lambin (1519-1572) offre un parcours intéressant, et la méthode qu’il élabore patiemment, au service d’éditions très réputées, n’est pas sans rappeler les revendications actuelles des tenants de la Slow Science. Issu d’un milieu artisan, il connaît plusieurs périodes de formation en France et en Italie, aux cours desquelles il développe un large et précieux réseau, avant de devenir « lecteur royal » à Paris – à plus de 40 ans. Ses célèbres éditions (Horace, Cicéron, Lucrèce…) datent toutes des dix dernières années de sa vie et sont le fruit du travail patient d’un philologue soucieux d’offrir à ses étudiants et à ses lecteurs – quitte à « lambiner » – le meilleur du savoir de son temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous pouvons indiquer cette courte bibliographie lambinienne, par ordre chronologique : H. Potez, (...)
  • 2  L’étude de la postérité de l’œuvre de Lambin reste à faire, mais la plupart des leçons adoptées pa (...)
  • 3  Certaines de ses œuvres ont connu des rééditions, augmentées et corrigées de son vivant : Horace ( (...)
  • 4 Au verbe « lambiner », le dictionnaire Littré indique : « D’après Mercier, Lambin, célèbre comment (...)
  • 5  Joël Candau et Isabelle Gavillet, « La Slow Science, condition de la découverte ? », Découverte. R (...)

1Il existe peu d’études sur Denis Lambin1, éclipsé qu’il fut sans doute par d’autres humanistes et érudits de son époque aux carrières plus fulgurantes ou à la personnalité plus frappante, comme Dorat ou Muret par exemple. Pourtant, malgré une carrière particulièrement lente à démarrer, son savoir et ses talents de philologue sont loués très tôt, ses compétences comme traducteur et comme commentateur largement reconnues de son vivant et encore longtemps après. Ainsi, ses grandes éditions commentées des années 1560 sont restées très longtemps des références2 : Horace (1561), Lucrèce (1563), Cicéron (1565), Cornelius Nepos (1569) ; elles se caractérisent par un souci de traiter chaque auteur dans sa globalité (il édite à chaque fois les opera omnia), mais aussi d’établir un texte purgé de toute erreur – quitte à remettre l’ouvrage sur le métier3. Et aujourd’hui, n’utilise-t-on pas encore parfois le verbe « lambiner » ? Il viendrait de l’extrême soin – et du temps – que Lambin prenait à élaborer ses œuvres4… Ne devrait-on pas revoir, à la lumière du parcours de l’humaniste, les connotations péjoratives de ce verbe, associées à la seule lenteur ? En termes de recherche scientifique, « lambiner » ne serait-il pas plutôt gage d’un travail au long cours, réfléchi, aux résultats peut-être tardifs mais probants et honnêtes ? Dans ce sens, la méthode de Lambin pourrait rejoindre les préoccupations et les revendications des tenants de la Slow Science, qui défendent depuis quelques années « les valeurs d’un artisanat scientifique fondé sur l’honnêteté, la qualité, la créativité et le plaisir inhérent à la lenteur d’un travail bien fait5 ».

  • 6  P. de Nolhac, Ronsard et l’humanisme, Paris, Champion, 1966, p. 155 ; l’auteur précise en note : « (...)

2Dans cet article, nous nous proposons d’éclairer la trajectoire de Denis Lambin : issu d’une modeste famille picarde, après des études à Paris, à Toulouse et un détour de presque dix ans en Italie dans la suite du Cardinal de Tournon, il devint finalement lecteur royal de latin puis de grec (en 1561-1562), et traducteur royal de grec (1570). Nous pourrons voir ce qui, dans ses pérégrinations et ses rencontres, a façonné son personnage d’humaniste et sa manière de travailler – lui dont Pierre de Nolhac écrivait qu’il était « le plus “italianisé” de nos philologues6 » –, et ce qui a, enfin, permis à sa carrière de se déployer.

La période de formation en France (1519-1549)

  • 7  H. Potez, « La jeunesse de Denys Lambin », art. cit., p. 385, note 2.

3Entre 1519 (date supposée de sa naissance7) et la fin des années 1540, Lambin connaît une longue période d’études, en France, au cours de laquelle il s’émancipe de son milieu artisan et tisse un réseau riche et souvent prestigieux qu’il saura, le moment venu, réactiver au service de son travail de philologue et d’éditeur – et de sa carrière.

  • 8  C. Waddington, Ramus (Pierre de la Ramée). Sa vie, ses écrits, ses opinions, Paris, Meyrueis, 1855 (...)
  • 9Oratio habita in gymnasio cardinalitio anno 1567, Paris, I. Charroine, 1567, f° 5, cité par H. Pot (...)
  • 10  C’est le cas de Prévot de Thérouanne, qui fut toute sa vie un correspondant privilégié de Lambin, (...)
  • 11  Voir la correspondance de Lambin conservée à Paris, BnF, Latin 8647, f° 190 ; cité par H. Potez, « (...)
  • 12  Nous ne disposons pas de date précise concernant l’arrivée de Lambin à Paris, mais H. Potez suppos (...)
  • 13  Ibid., p. 406.
  • 14  C. Waddington, Ramus, op. cit., p. 20 et note 2.
  • 15  Dès sa jeunesse, Lambin entretint les meilleures relations avec N. Le Clerc : « Quoi de plus doux, (...)
  • 16  Lambin, après avoir quitté Toulouse, demande à son ami de l’assister en justice dans une affaire d (...)
  • 17  Les manuscrits d’Horace et de Lucrèce ont été fournis à Lambin en 1564, après la mort de Nicole Le (...)

4Contrairement à son ami Pierre Ramus, par exemple, qui, issu d’une famille d’artisans et de paysans, ne bénéficia pas d’un enseignement suffisant durant son enfance en Picardie et qui fuit tout jeune son village pour se rendre à Paris8, Lambin, dont le père était serrurier-horloger à Montreuil-sur-Mer, put quant à lui suivre les enseignements de Jean Dufour d’Abbeville. Dans un discours prononcé au Collège royal en 15679, il rend hommage à cet homme auprès de qui il rencontre des camarades qui lui restèrent fidèles toute sa vie10, et qui lui permit ensuite de poursuivre de brillantes études à Paris. Ainsi, pour fuir la pauvreté de sa famille, comme il le dit lui-même11, mais aussi étudier le droit, Lambin part à Paris, sans doute autour de 15 ans12. Issu du diocèse d’Amiens, il pouvait prétendre à une bourse au collège du cardinal Lemoine, mais, si nous savons qu’il y étudia pendant quatre ans, rien ne permet de dire s’il fut un moment boursier ou s’il dut d’emblée se mettre au service de la famille Le Clerc du Tremblay, chez qui il logea à Paris. Nous ignorons également la nature des services qu’il leur rendit ; H. Potez parle d’un « état fort voisin de la domesticité13 », ce qui n’est pas impossible quand on compare, là encore, l’arrivée de Ramus à Paris, qui dut se mettre au service d’un écolier plus riche que lui, le sieur de La Brosse, pour pouvoir vivre et étudier14. Chez les Le Clerc, Lambin s’attacha surtout à Nicole, conseiller au Parlement, dont il resta proche toute sa vie15 : le juriste, qui était aussi un lettré, entretint une riche correspondance avec son ancien protégé, à qui il rendit des services d’ordre matériel16, mais à qui il fournit surtout des manuscrits essentiels à l’élaboration de la deuxième édition de son Horace (1567), pour son Lucrèce (1563) et son Plaute (1576)17.

  • 18 Oratio…, 1567, op. cit., f° 8, cité par H. Potez, « La jeunesse… », art. cit., p. 410.
  • 19  Correspondance, décembre 1554, f° 189 ; cité par H. Potez, « Deux années… », art. cit., p. 248-250
  • 20  Dans une lettre de mai 1551, Maledent informe Lambin (à Rome) que Galland et Ramus sont « plus enn (...)

5Au collège du cardinal Lemoine, Lambin retrouva son ami montreuillois Prévot de Thérouanne, mais il rencontra également Nicolas Gautier, qui lui restera fidèle ; il fit surtout la connaissance de Pierre Galland, alors professeur de grammaire et de rhétorique en première18, qui devint ensuite lecteur royal (1545), favorisa le jeune homme et entretint avec lui une correspondance suivie : c’est grâce à la recommandation de son enseignant que Lambin put entrer au service du cardinal de Tournon (autour de 1548), c’est à lui que le jeune érudit confie son souhait d’accéder un jour au Collège royal pour pouvoir vivre librement et confortablement de ses Lettres19 et c’est visiblement bien affligé qu’il apprend ses prises de position à l’encontre de Ramus20.

  • 21  Voir Jean Dupebe, « Précisions sur la jeunesse de Dorat », in Christine de Buzon, Jean-Eudes Girod (...)
  • 22  Il devient principal du collège en 1547.
  • 23 Amicitiam […] ex optimis initiis ortam ; Lambin, Lucrèce, 1563, p. 99, sign. n2. Nous trouvons une (...)
  • 24 Jean Nicot (1530-1604) fut archiviste du roi jusqu’en 1559 puis, comme maître des requêtes et amba (...)
  • 25 Germain Vaillant de Guélis (1516-1587) est un homme d’Église et parlementaire connu pour son comme (...)
  • 26 Siméon Dubois (1536-1581) est un magistrat et commentateur des lettres de Cicéron (Limoges, H. Bar (...)
  • 27 Juriste, poète, Jean Passerat (1534-1602) devient professeur royal de latin à la mort de Ramus, en (...)

6Après quatre ans passés au collège du cardinal Lemoine, Lambin rejoint le collège de Coqueret, sans doute à la fin des années 1530. C’est à cette époque que Dorat arrive à Paris, en compagnie de son ami limousin Maledent, et qu’ils obtiennent tous les deux le droit d’enseigner (au printemps 1539)21. À Coqueret, Dorat22 compte donc Lambin parmi ses élèves, en même temps que plusieurs membres de la future Pléiade : Jean-Antoine de Baïf, Joachim Du Bellay et Pierre de Ronsard surtout, avec qui notre humaniste tisse des liens durables, comme en témoignent leur correspondance, nombre de pièces liminaires et de passages dans les œuvres de l’un et de l’autre. Dans la préface du deuxième livre de son Lucrèce (1563), par exemple, Lambin évoque cette « amitié, née sous les meilleurs auspices23 ». Après son retour d’Italie, devenu lecteur royal (1561), Lambin saura solliciter ces amitiés et élargir son réseau autour de Dorat (devenu également lecteur royal) et des poètes français : il rencontrera ainsi Jean Nicot24, Germain Vaillant de Guélis25, Siméon Dubois26 ou encore Jean Passerat27, qui signèrent des liminaires à ses œuvres, lui fournirent des manuscrits ou de l’aide pour établir ses éditions d’auteurs antiques.

  • 28   H. Potez date l’arrivée de Lambin à Toulouse de l’année 1548 (« La jeunesse… », art. cit., p. 413 (...)
  • 29 Voir par exemple la lettre de Lambin à Maledent datée du 5 juin 1551, à la fin de laquelle Lambin (...)
  • 30 Voir la lettre à Muret datée du printemps 1556, citée par J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret, des Isl (...)
  • 31Epistolae, op. cit., p. 433-434 : « Tum bene beateque uiuebam, cum horas antelucanas, & antemeridi (...)

7Lambin poursuit ses études à Toulouse, qu’il gagne à la fin des années 154028. Il suit des cours de droit, mais aussi ceux d’Adrien Turnèbe. Le brillant humaniste, appelé au Collège royal dès 1547 pour succéder à Jacques Toussaint en grec, reste ensuite proche de Lambin : depuis l’Italie, ce dernier prend et reçoit des nouvelles de son professeur29, qu’il croise lors d’un passage à Paris en 155530, avant de devenir son collègue en 1561 et d’entretenir ensuite avec lui une relation marquée par une admiration réciproque. À Toulouse, Lambin vit et étudie en compagnie de Jean Maledent, ainsi que de ses deux élèves, Henri de Mesmes et son jeune frère Jean-Jacques. Notre humaniste garde de cette période un souvenir doux et ému, qu’il aime à rappeler ; c’est le cas dans une lettre adressée à Henri de Mesmes et datée de février 156131 :

« À cette époque-là je vivais bien et j'étais heureux : dès l'aube et toute la matinée, je lisais sans relâche des ouvrages de droit et de philosophie, puis, l'après-midi, je me consacrais à la lecture et à l'étude des poètes et des orateurs grecs et latins. Toi et ton frère, tout jeunes adolescents de rang plus élevé, vous expliquiez le droit. Maledent dédiait également sa matinée entière à l'étude du droit civil : il se préparait et s'entraînait à répondre à des questions de droit, il écrivait des commentaires sur des questions très obscures portant sur tout le droit civil, et, à ses heures perdues, il lisait Plutarque – auteur qu'il aimait beaucoup. Nous déjeunions ensemble et, ce faisant, nous lisions les dialogues les plus spirituels de Lucien, Athénée, Xénophon, ou encore des épigrammes grecques. Après le dîner, si le temps le permettait, nous nous promenions dans les jardins des environs ; s'il faisait mauvais, nous restions à la maison à jouer à la petite balle deux par deux. Après le repas, nous menions une conversation plaisante pour nous détendre, puis nous regagnions nos bibliothèques où nous restions jusqu'à ce qu'il fût temps d'aller dormir. »

  • 32  Dans la correspondance très riche que Lambin entretient avec Maledent, les frères de Mesmes sont s (...)
  • 33  Voir l’échange de lettres entre Lambin et de Mesmes entre décembre 1560 et février 1561, Epistolae (...)
  • 34 Epistolae, op. cit. p. 354, lettre de Maledent à Lambin, Cahors, octobre 1549.
  • 35Epistolae, op. cit. p. 350, lettre de Maledent à Lambin, Cahors, juillet 1549 ; « Pridie quam Tolo (...)
  • 36 Epistolae, op. cit. p. 364 sq., lettre de Maledent à Lambin, Paris, mai 1551, où il apprend à son (...)
  • 37 Epistolae, op. cit., appendice, p. 20, lettre de Maledent à Lambin, Limoges, février 1561.
  • 38 Ibid., p. 21-22 : « Ut tu scrinia, ita ego, horrea ut plena sint, laboro. Vt tu libris, ita ego li (...)

8L’amitié de Lambin avec Henri de Mesmes, nourrie de leur proximité mutuelle avec Maledent32, s’épanouit encore au retour de Lambin en France33 et nous verrons que le premier, conseiller d’État mais aussi grand bibliophile, sut faire profiter son ami de sa situation et de sa bibliothèque. Maledent, quant à lui, fut le plus fidèle correspondant de Lambin, et le plus intime, pendant les années d’exil italien en particulier. Ses lettres, qui touchent aux sujets les plus variés, témoignent de la proximité et de l’affection sincère des deux érudits : Maledent demande l’avis de Lambin sur des questions de vocabulaire34, lui adresse des nouvelles d’ordre pratique (sur ses affaires restées en France notamment)35, informe son ami des événements littéraires et personnels affectant leur réseau relationnel et amical36, se réjouit de son retour, sain et sauf37, ou encore l’encourage à placer un portrait de lui en tête de son édition d’Horace – en insistant sur la divergence de leurs parcours38 :

« Quand toi tu travailles à remplir tes bibliothèques, moi, ce sont mes greniers. Quand toi, tu t'occupes sans relâche de tes livres, moi, c'est de mes enfants. Quand toi, tu œuvres à ta postérité, moi, c'est à la mienne, qui est déjà là : j'ai une fille de cinq ans et un fils de deux, auxquels vient de s'ajouter il y a quelques jours un autre petit garçon. »

  • 39 Epistolae, op. cit., p. 332, Petrus Castellanus, Matisconensis antistes D. Lambino suo ; ex regia (...)
  • 40 Pierre du Châtel avait dû être informé des talents de Lambin par son ami Pierre Galland.
  • 41 « Mihi uero etiam casus hic uidetur mirificus interuenisse, quod ab antistite Bliterensi ultro app (...)
  • 42 Voir la lettre de Maledent, Epistolae, op. cit., p. 345. Elle est datée du 1er juillet 1549 et ind (...)
  • 43 Les acteurs et la conversation de ce dîner (daté du 25 juin 1566) sont présentés par Lambin dans l (...)
  • 44 Le pape Paul III Farnèse meurt début novembre 1549 et la France n'est représentée en Italie que pa (...)

9C’est sans doute une fois à Toulouse que Lambin reçut la proposition d’entrer au service de Laurent Strozzi, évêque de Béziers. Par une lettre datée de fin janvier 154739, Pierre du Châtel, alors évêque de Mâcon et recteur du Collège royal40, conseillait à l’érudit de ne pas laisser passer l’occasion de s’attacher à cet homme – qui s’était visiblement intéressé à lui de son propre chef41, d’autant que la reine approuvait le projet. Nous ne disposons pas de la réponse de Lambin et c’est finalement auprès du cardinal de Tournon que nous le voyons partir en Italie fin juin 154942. Nous pouvons imaginer que le cardinal de Béziers et l’humaniste ont finalement renoncé à travailler ensemble, sans que cela nuise à la réputation de Lambin au sein de la famille Strozzi-Médicis : nous voyons en effet celui-ci dîner à Béziers, quelques années après, avec le cousin de son ancien protecteur – et successeur à l’évêché de cette ville –, Julien de Médicis43. Ainsi, après quelques années à Toulouse, Lambin rejoint Tournon à Rome. Le cardinal, récemment rappelé par Henri II après quelques années de disgrâce, a dû participer au conclave destiné à désigner le successeur de Paul III Farnèse44.

  • 45  Au collège du cardinal Lemoine, les élèves doivent, à la fin de leur cursus, parler le latin « com (...)
  • 46 Nous pensons bien sûr au poème de Ronsard (« Hymne de l’automne », éd. Laumonier, SFTM, t. XII, p. (...)

10Ainsi, au cours des trente années de sa première période de formation, Lambin développe un goût prononcé pour les auteurs classiques, étudiés à l’aide de grandes figures comme Pierre Galland ou Jean Dorat à Paris : auprès de ces professeurs, il acquiert non seulement une très solide connaissance des langues latine et grecque45, mais il apprend également à expliquer et interpréter les Anciens sur le plan grammatical, mais aussi rhétorique et allégorique46. À Paris, puis à Toulouse, il mène dans des cercles privilégiés une vie estudiantine et amicale qui le confirme dans son goût pour la littérature antique et la connaissance des poètes et des orateurs grecs et latins, dans un idéal d’otium litteratum.

  • 47 Voir notamment la lettre de Lambin à H. de Mesmes de février 1561, Epistolae, op. cit., p. 433-436 (...)

11C’est ensuite pour Lambin le début d’une période ambiguë : s’il déplore son manque de liberté, la fatigue (et le danger !)47 des nombreux trajets occasionnés par les missions diplomatiques de son protecteur le cardinal de Tournon (en Italie et entre l’Italie et la France), c’est également pour lui une période extrêmement riche du point de vue social et intellectuel. C’est en Italie qu’il publie son premier ouvrage, qu’il rencontre des savants de tous horizons, qu’il étudie des livres importants et met au point la méthode de travail qui fera de lui un véritable philologue, lui permettant de concevoir les grandes éditions qui le rendront célèbre.

Au service de Tournon (1549-1560) : une expérience italienne déterminante

  • 48 Le cardinal souhaitait revenir à Rome, où il avait déjà servi François Ier, depuis plusieurs année (...)
  • 49 Voir la lettre de Manuce à Lambin non datée, mais sans doute écrite en 1558 ou 1559, qui évoque ce (...)
  • 50 Sur le célèbre humaniste Romolo Amaseo (1489-1552), voir la notice de R. Avesani dans le Dizionari (...)
  • 51 Raphaële Mouren suppose qu’en 1540, le nom de Vettori est « inconnu certainement encore en France  (...)
  • 52 Voir P. de Nolhac, Bibliothèque de Fulvio Orsini, contributions à l'histoire des collections d'Ita (...)
  • 53 Sur Donato Giannotti, voir la notice de Sergio Marconi dans le Dizionario biografico degli Italian (...)
  • 54 Voir leur riche correspondance : Donato Giannotti, Lettere a Piero Vettori, pubblicate sopra gli o (...)
  • 55   P. de Nolhac, Bibliothèque de Fulvio Orsini, op. cit., p. 172.
  • 56 Horace, 1561, sign. B3 : « Donatus Iannoctius Florentinus unum, qui fuerat amplissimi, atque ornat (...)
  • 57 Le nom de Giannotti (Iannoctius) apparaît surtout dans les lettres échangées après 1558 entre Lamb (...)
  • 58 Voir la notice de Simona Foà dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 44, 1994
  • 59 Horace, 1561, sign. B3.
  • 60 . Voir la notice de Claudio Mutini dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 20, (...)
  • 61Horace, 1561, ibid. : « alter Lodouico Vrsino Farnesiorum consobrino, adolescenti pudenti, ac prob (...)

12Lambin ne rejoint Tournon qu’après la fin du conclave qui, le 22 février 1550, s’achève avec le couronnement de Jules III. En effet, le cardinal, qui avait favorisé l’élection du nouveau pape, se voit attribuer des terres et des titres et peut ainsi envisager de rester à Rome48. Il y reste jusqu’en juin 1551. Dès cette première année, Lambin rencontre Paul Manuce49, mais aussi Romolo Amaseo50, avec qui il échange sur Horace : cela semble indiquer que Lambin a commencé à travailler sur son édition. Ce savant a sans doute lui-même introduit Lambin auprès de Piero Vettori51, professeur au studio de Florence et philologue, avec qui notre humaniste aura par la suite bien des débats. Effectivement, Vettori et Amaseo furent tous deux chargés de l’éducation, à Rome, du jeune cardinal Alessandro Farnèse52. Dès son premier séjour à Rome, Lambin rencontre également Donato Giannotti53, qui entre en 1550 au service du cardinal de Tournon, après la mort du cardinal Ridolfi (janvier 1550). Giannotti, qui connaît déjà bien Vettori54, permet à Lambin d’approcher le cercle des érudits qui se réunissaient chez le cardinal décédé55 mais aussi d’accéder aux ouvrages de sa bibliothèque dont il a hérité : c’est le cas d’un manuscrit d’Horace auquel Lambin fait référence dans l’épître au lecteur de son édition du poète56. La proximité de Lambin et de Giannotti est sensible également dans la correspondance du Français, qui ne manque pas de citer son nom dès lors qu’il évoque son quotidien auprès de Tournon57. La rencontre de Gabriele Faerno58, qui devient correcteur à la Bibliothèque vaticane avant 1548, peut également dater de cette période ; il a fourni à Lambin un manuscrit d’Horace et un autre de Lucrèce59. Anibal Caro60, entré au service des Farnèse dès 1547, fait aussi bénéficier Lambin de l’intérêt de la famille pour les manuscrits : il lui transmet celui d’Horace dont dispose Ludovico Orsini, le cousin des Farnèse (le manuscrit Vrsinus)61.

13Ainsi, dès sa première année à Rome, Lambin fait des rencontres décisives, en particulier pour l’élaboration de son Horace, dont on voit qu’il l’occupe d’emblée : il accède aux premiers des neuf exemplaires italiens qu’il a utilisés et apprend à les confronter avec l’aide d’érudits plus expérimentés, comme c’est le cas d’Amaseo ; il fait également la rencontre de celui qui sera son premier éditeur : Paul Manuce.

  • 62 On trouvera le détail des raisons diplomatiques des déplacements de Tournon dans l’ouvrage de M. F (...)
  • 63 Jacques Amyot (1513-1593) est un homme d’Église et un des plus grands traducteurs de la Renaissanc (...)
  • 64 Henri Estienne (1528 ou 1531-1598) est un grand helléniste français et l’héritier d’une célèbre im (...)
  • 65 J.-A. Renouard, Annales de l’imprimerie des Estienne, Paris, Renouard, 1843, p. 374.
  • 66   H. Potez, « Deux années… », art. cit., p. 490-491.

14Avec Tournon, Lambin se déplace62 : ils séjournent à Venise (juillet 1551-janvier 1552), où Jacques Amyot63 les rejoint, puis ils repartent à Rome jusqu’en mai 1552, date à laquelle le cardinal entreprend un long voyage retour vers la France. Ils font étape à Padoue notamment, où Lambin rencontre Henri Estienne64 ; depuis 1547, le jeune homme vient régulièrement en Italie pour chasser des manuscrits et rencontrer des savants, comme c’est le cas de Manuce et Vettori à Venise en 155265. Lambin noue d’emblée avec ces deux Français des liens intimes et mutuellement bénéfiques ; ainsi, il donne notamment à Henri Estienne des nouvelles de son père Robert, qu’il a rencontré en Suisse où il a fait étape lors de son retour en France66.

  • 67 Voir M. François, Le cardinal…, op. cit., p. 492 sq.
  • 68 Bon (de) Broé (1524-1588), conseiller au parlement de Paris puis président de la Chambre des enquê (...)
  • 69 Pierre de Villars (1517-1592) fit des études à Paris et en Italie (à Padoue, avec Alciat), avant d (...)
  • 70 Ami de Rabelais, spécialiste des poissons, Guillaume Rondelet (1507-1566) devient le médecin perso (...)
  • 71 Jean Fontaine, valet de chambre et apothicaire du cardinal, meurt le 13 avril 1553 et lègue à cett (...)
  • 72 Sur le dominicain et inquisiteur Mathieu Ory, voir M. François, Le cardinal François de Tournon, o (...)
  • 73 Vincenzo Laureo (1523-1592), médecin napolitain ; il devint en 1576 archevêque de Vienne. Voir la (...)
  • 74 Giovanni Darcio (1510-1554 ? de Venouse), poète et aumônier du cardinal de Tournon. Voir Maria Ter (...)

15L’humaniste vit le quotidien du cardinal, ainsi que ses déplacements, aux côtés des quelque soixante-dix domestiques et secrétaires dont il s’entoure habituellement – principalement des Tournonais ou des Florentins67. Parmi ceux-ci, Lambin semble avoir été proche de quelques Français, comme Bon Broé68 et son oncle maternel Pierre de Villars69, Guillaume Rondelet70, Jean Fontaine71 ou encore le théologien Mathieu Ory72, mais aussi de plusieurs Italiens : Giannotti bien sûr, mais aussi Vincenzo Laureo73 et Giovanni Darcio74.

  • 75   H. Potez, « Deux années… », art. cit., p. 473 : une journée-type du cardinal à Madon.
  • 76 Joachim Périon (1498 ou 1499-1559), philologue et traducteur des œuvres d’Aristote en particulier.
  • 77 Dans sa praelectio de 1571, Lambin rapporte une conversation qu’il eut à Madon, sur la traduction (...)

16En France, de septembre 1552 à novembre 1555, Lambin suit les pérégrinations du cardinal à Lyon, au château de Roussillon, à Moulins, Paris, Saint-Denis, Écouen. Après un séjour à Madon de quelques mois entre l’automne 1553 et début avril 1554, Tournon et sa petite troupe repartent à Paris, Compiègne, Soissons, Laon, Reims… avant de regagner Madon de septembre 1554 à avril 1555, où le cardinal et Lambin prennent le temps d’étudier l’Éthique d’Aristote notamment75 ; l’érudit s’employait depuis quelque temps à retraduire cet ouvage qui, selon lui, avait été maltraité par Joachim Périon76, le traducteur attitré d’Aristote qu’il avait rencontré par le passé et eut l’occasion de revoir lors de ce séjour à Madon77. Puis Tournon et sa suite repartent pour Rome où le pape Jules III est mort : ils s’arrêtent à Bourges, rejoignent le roi à Fontainebleau (mai 1555) et continuent finalement vers l’Italie en passant par Anet, Avignon, Marseille, pour gagner Rome en novembre 1555.

  • 78   H. Potez, « Deux années… », art. cit., passim.
  • 79 Jean de Coras (1515-1572) est un humaniste et un juriste ; voir le Dictionnaire historique des jur (...)
  • 80 Clément Du Puy (1506-1594), avocat au Parlement, est le père de Claude Dupuy (1545-1594), qui sera (...)
  • 81   H. Potez et F. Préchac, Lettres galantes de Denys Lambin (1552-1554), op. cit. Comme l’indiquent (...)

17Pendant cette période française, Lambin échange de nombreuses lettres78 : avec ses amis intimes, d’enfance ou d’études, comme Jean de Coulomby, Prévot de Thérouanne, Nicolas Gautier, Paul le Gay, Maledent, Ronsard ; avec des personnalités issues des lettres ou du droit, comme Pierre Galland, Nicole Le Clerc, Jean de Coras79 ou Clément Dupuy80 ; avec des amis de fraîche date, comme Henri Estienne, ou encore avec quelques jeunes femmes. Dans ces lettres, Lambin rend compte du quotidien du cardinal et de son état de santé, traite à distance ses affaires personnelles (commandes de livres, vente d’un cheval, acquisition d’une cure, recherche de sa lettre de tonsure perdue, recrutement d’un domestique, transport de colis…), confie ses états d’âme – et notamment l’état de son cœur : c’est en effet une correspondance « galante » qu’il entretient, en latin et en grec, avec Simone (lingère à Blois, appelée aussi Sophronisque), Lucia (de Padoue) et Hélène Ménincourt81. Lambin traite aussi de poésie, d’actualité littéraire et de ses travaux : il loue les premiers écrits de Ronsard et les encourage, prend position au sujet de Ramus – qu’il condamne –, se tient informé des travaux de Turnèbe, promet à Nicole Le Clerc la traduction de Plutarque que son ami lui réclame.

18Cette vie ambulante ne convient pas à Lambin, qui souhaiterait rester auprès d’une bibliothèque et prendre le temps de converser avec les savants. Pendant ces quelques années passées en France, il a certes pu avancer sa traduction de l’Éthique d’Aristote, mais pas son travail portant sur Horace, dont il ne donne aucune nouvelle. Le retour en Italie, à l’automne 1555, donne l’occasion à Lambin de reprendre ses recherches de manuscrits.

19Jusqu’en juillet 1560, Tournon et son entourage restent en Italie : ils séjournent à Rome (novembre 1555-juillet 1556), puis à Venise (jusqu’en février 1557), avant de rejoindre Castedurante (jusqu’en septembre 1557), puis de revenir à Venise (jusqu’au printemps 1558). Pour des raisons de santé, le cardinal se déplace ensuite à Corneliano (jusqu’au printemps 1559), puis à Lucques (été 1559), avant de revenir à Rome pour un nouveau conclave (septembre 1559-fin juillet 1560).

  • 82 Sur Guglielmo Sirleto, voir la notice de Pio Paschini dans l’Enciclopedia italiana, Roma, Istituto (...)
  • 83 Il est désigné comme le bibliothecae Vaticanae custos dans le commentaire des Odes, I, 10, 13 (qui (...)
  • 84 Lambin, Horace, 1561, sign. B3.
  • 85 Voir la notice de Federica Matteini dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 7 (...)
  • 86 Pour une biographie de cet humaniste, voir Astrid Quillien, « Estaço, Aquiles – Statius Lusitanus, (...)
  • 87 Voir la lettre d’Estaço à Muret du 24 juillet 1555 dans J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret, des Isles (...)

20Cette période fut très riche pour notre érudit. Il rencontre à Rome les frères Guglielmo et Girolamo Sirleto82, chargés de la Bibliothèque vaticane depuis l’élection de Marcel II, ainsi que Federico Brutio83, qui en est le gardien ; tous trois favorisent son accès au lieu, où il trouve cinq manuscrits d’Horace et un de Lucrèce84. Lambin rencontre également Fulvio Orsini85, bibliothécaire et secrétaire de Ranuccio Farnèse depuis 1558 : il lui procure un autre manuscrit d’Horace – le Rainutus. En 1559, à Rome encore, Lambin rencontre le savant portugais Aquiles Estaço86. Cet humaniste portugais étudie chez Pieter Nanninck à Louvain, où il édite Cicéron et un commentaire à l’Art poétique d’Horace (1553). Puis il arrive en Italie vers 1555 : après quelques années à Padoue, où il rencontre notamment Marc-Antoine Muret87, il s’installe à Rome en 1559 comme secrétaire de la bibliothèque de Guido Ascanio Sforza. Les discussions de Lambin et d’Estaço autour d’Horace et la lecture du commentaire du Portugais jouèrent un rôle important dans l’élaboration de celui de Lambin.

  • 88 Sur la rencontre entre Muret et Lambin et leur correspondance, voir notamment J.-E. Girot, Marc-An (...)
  • 89 Jean Brinon (vers 1520-1555) est un bibliophile et un mécène proche des poètes de la Pléiade.
  • 90 Jean d’Avançon (1511-1564), personnalité politique, en charge des finances sous Henri II, proche d (...)
  • 91 J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret…, op. cit., p. 140-141 et 273-279.
  • 92 Ibid., p. 286-290.

21Dans le nord de l’Italie, où il se rend en 1556, Lambin rencontre lui aussi l’humaniste limousin Muret88. Si leur première entrevue effective n’a pas lieu avant 1558, les deux érudits se connaissent de réputation ; Lambin avait reçu de Jean Brinon89, juste avant sa mort (à Paris, en 1555), son exemplaire de Catulle publié à Venise par Muret, et il avait également eu connaissance de l’Horace publié par celui-ci en 1555. Quand le dédicataire de cet ouvrage, Jean d’Avançon90, reçoit une lettre de Muret mentionnant le nom de Lambin, celui-ci en est informé et décide de contacter lui-même le Limousin au printemps 155691 : s’ensuit une correspondance savante et amicale, mais aussi diplomatique – Muret a besoin que Lambin plaide sa cause auprès de Tournon, afin qu’il l’aide à rentrer au service du cardinal Hippolyte d’Este (ce qui arrive en septembre 1558). En échange, Muret peut, quant à lui, accélérer la publication de la traduction par Lambin de l’Éthique à Venise, chez Manuce, la même année92.

  • 93 Dans la préface de sa traduction de l'Éthique (sign.* iij à * iiij), Lambin mentionne de nombreuse (...)
  • 94 Voir la lettre de Lambin à Muret du 21 juillet 1558, citée par J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret…, o (...)
  • 95 J.-E. Girot, ibid., p. 141-144 et « Dorat et les humanistes », in Jean Dorat, poète humaniste de l (...)

22Cet ouvrage, qui lui vaudra la reconnaissance d’un traducteur aussi sévère qu’Amyot, ouvre de manière éclatante la carrière éditoriale de Lambin93. Malgré cela, des erreurs subsistent dans cette première édition et Lambin la renvoie, avec des corrections, pour qu’elle soit de nouveau imprimée à Paris, chez Jean Foucher94. Muret, qui avait prévu des liminaires pour cette édition parisienne, se voit finalement interdit de figurer sur l’ouvrage, suite à des rumeurs circulant, en France et en Italie, sur son comportement déplacé avec des étudiants. Dans cette épreuve psychologique, Lambin – qui espère que tout cela soit infondé – semble en apparence soutenir son ami ; mais J.-E. Girot a montré que Lambin avait finalement utilisé leurs lettres, en les corrigeant, les triant et les publiant de manière à nuire à son ami en 156195.

  • 96 Epistolae, op. cit., p. 409 à 427.

23Avant cela, en 1559, Muret avait publié ses Variae Lectiones : à la grande surprise de Lambin, elles comportaient plusieurs corrections d’Horace qui étaient, selon lui, de son fait. En réponse à une lettre où Muret lui annonce qu’il lui envoie un exemplaire et lui demande de corriger les éventuelles erreurs, Lambin répond de manière acerbe, en listant non seulement les nombreux points sur lesquels ils sont en désaccord, mais en énumérant également (arguments à l’appui) les passages corrigés dont il pense être l’auteur96. Ainsi, quand Lambin quitte l’Italie, en juillet 1560, leurs relations en sont à ce point d’animosité ; Lambin s’apprête à publier les fameuses lettres, mais aussi, malgré tout, son Horace.

24Ainsi les années 1550, et en particulier celles passées en Italie, ont permis à Lambin d’élargir son réseau et de compléter sa formation. Grâce à des philologues déjà expérimentés, comme Romolo Amaseo, il apprend à chercher et à comparer des manuscrits ; avec des érudits de toutes nationalités, comme le portugais Aquiles Estaço, il développe son goût pour la recherche de la leçon juste, pour les discussions érudites et philologiques – autour d’Horace, Lucrèce, Cicéron en particulier ; grâce à l’admiration et aux compliments que ses talents suscitent, il gagne en assurance. Au cours des années 1550, Lambin élabore une méthode systématique qu’il conservera ensuite et qui assurera le succès de ses éditions : en mobilisant toutes les ressources de son large réseau, il collecte le plus grand nombre de manuscrits ou d’imprimés de l’auteur qu’il souhaite étudier, de manière à disposer de ses œuvres complètes ; il compare ensuite ces ouvrages très scrupuleusement afin d’établir le texte le plus juste possible. Pour ce faire, Lambin « parie » sur la cohérence globale de l’auteur étudié (ce qui explique son intérêt pour les œuvres complètes) : il explique par exemple Horace par Horace lui-même. Enfin, il recourt à des sources latines et grecques très variées et érudites qui lui permettent de vérifier les usages des mots, les contextes d’emploi de ceux-ci, mais aussi les domaines auxquels ils s’appliquent.

25C’est sans doute cette méthode lente, rigoureuse et exigeante, appliquée à un auteur dans sa globalité, qui a permis à Lambin de se distinguer et d’obtenir en 1561, après la publication de son Horace, un poste de lecteur royal.

L'épanouissement de sa carrière en France et ses éditions (1561-1572)

  • 97 Voir sa lettre à Nicolas Ellain à ce propos, qui a été étudiée, en contexte, par M. François, « De (...)
  • 98 Epistolae, op. cit.
  • 99 Voir la lettre de Lambin à Maledent du 13 janvier 1561, Epistolae, op. cit., p. 438.
  • 100 Pietro Degli Angeli (1514-1596) est un poète italien. Voir leurs échanges dans Epistolae, op. cit.(...)
  • 101 Epistolae, op. cit., appendice, p. 9 : « De Horatio, res propemodum confecta est. De Lucretio, put (...)
  • 102 Ibid., p. 25.
  • 103 Oratio in gymnasio cardinalitio, a.d. VIII id. maias anno 1570, Paris, D. Dupré, 1570 : « petition (...)

26C’est déçu par l’échec de Tournon à l’élection du nouveau pape97 et après un nouveau voyage retour à étapes (Gênes, Nice, Marseille, Avignon, château Roussillon, Tournon, Vienne) que Lambin arrive à Lyon le 22 septembre 1560. Il s’occupe aussitôt de faire publier les lettres échangées avec Muret dans un recueil collectif paru chez Gryphe en 156198, mais aussi son Horace. L’impression et la relecture du texte prennent plusieurs mois, durant lesquels il loge chez Jean de Tournes, son éditeur99. Le 1er avril, il écrit à Pietro Degli Angeli100, qui se trouve à Pise, que « le sort d’Horace est presque réglé » et que : « concernant Lucrèce, je crois que je vais réserver l’édition pour Paris. Je n’ai pas encore assez achevé certains passages […] Mais je te promets que, grâce à mon travail, Lucrèce lui-même paraîtra au grand jour corrigé comme jamais il ne l’a été dans aucun imprimé101 ». Quand Lambin écrit à Maledent, en mars 1561, pour le remercier de son poème destiné aux pages liminaires de son Horace et qu’il doute de la réception de son ouvrage102, il ne sait pas encore que ce travail va lancer sa carrière de lecteur royal. En effet, comme il le reconnaît a posteriori dans son oratio de mai 1571 : « Horace, en outre, a sans doute aidé un peu ma candidature ! Tout juste rentré d'Italie, je l'avais édité, rehaussé de commentaires et corrigé en de nombreux passages103. »

  • 104 Oratio pridie quam Homeri Iliadis librum A explicare inciperet habita, Paris, A. Wechel, 1562, p.  (...)
  • 105 G.-H. Tucker, « Jean Dorat et Giovanni Matteo Toscano », in Christine de Buzon, Jean-Eudes Girod ( (...)

27En effet, grâce au soutien du roi Charles IX, dédicataire de l’œuvre, du cardinal de Lorraine, de Tournon et de Jacques Amyot, Lambin accède en 1561 à la chaire d’éloquence latine du Collège royal, laissée vacante par la mort de Pierre Galland deux ans auparavant. Dès 1562, sans que l’on sache quelle œuvre latine il a eu le temps d’étudier avec ses élèves, le roi lui confie finalement une chaire de grec ; il s’en explique dans une oratio104 dans laquelle il expose également son plan de cours, qui consiste à expliquer Homère et, en alternance, Démosthène et Aristote. Il existe des notes de cours d’un élève de Lambin (et de Dorat), Giovanni Matteo Toscano, portant sur l’Iliade et sur Démosthène (Sur la couronne), découvertes par G.-H. Tucker dans un recueil factice de la British Library105. L’exemplaire, qui comporte les seuls textes grecs, sortis des presses de Guillaume Morel et de sa veuve entre 1558 et 1564, a servi de support à des notes de nature variée : explications lexicales et rhétoriques, paraphrase du grec en latin, commentaires plus digressifs sur des sujets d’ordre moral, comme l'image du « bon roi », le destin ou l'athéisme de Paris. Lambin renvoie par ailleurs à d'autres auteurs, comme Cicéron, et, au moins une fois, propose une glose du grec en français.

  • 106 Oratio postridie idus decembris pridie quam Philippicarum Demosthenis explicationem orsus est anno (...)
  • 107 Voir C. Goujet, Mémoire historique et littéraire sur le Collège royal de France, Paris, 1758, p. 1 (...)
  • 108 Lambin, Horace, Paris, 1567, sign. iiij f° 4 : « Lutetiae uitae genus […] quietem otiosum, & tranq (...)

28En raison des premières guerres de Religion, qui commencent à secouer Paris, la tâche du lecteur royal n'est pas aisée. Il explique, dans ses orationes106, que les troubles civils chassent les étudiants des cours, que ses collègues et lui-même ont dû cesser d'enseigner quelques mois, mais aussi que leur salaire n'a pas été versé depuis de longs mois107. Cela s'ajoute à la précarité, si l'on peut dire, des lieux d'enseignement : le Collège royal n'a pas encore d'établissement dédié (il faudra attendre 1612) et les lecteurs royaux sont accueillis dans les collèges parisiens. Cela dit, Lambin trouve à Paris, avec ce poste « un style de vie, un repos studieux, tranquille, adapté et approprié à [ses] études et à [ses] habitudes » qui lui permet « bien plus librement que jamais auparavant [] [de se] plonger jour et nuit dans tous les auteurs grecs et latins, relire et retravailler en particulier, parmi les latins, Lucrèce, Cicéron et Horace et, parmi les Grecs, Homère, Euripide, Platon, Démosthène et Aristote108 ».

  • 109   H. Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, t. I. La librairie roya (...)
  • 110 Jean Hurault de Boistaillé (mort en 1572) était un diplomate, ambassadeur à Venise de 1561 à 1564. (...)
  • 111 Jean du Tillet (mort en 1570), frère du parlementaire du même nom, fut quant à lui évêque de Saint (...)
  • 112 Il fait l’éloge de ces bibliothèques dans l'épître au lecteur de son édition de Cornelius Nepos (1 (...)
  • 113 Jacques Cujas (1522-1590), célèbre juriste et humaniste ; voir la notice de L. Winkel dans le Dict (...)
  • 114 François Pithou (1543-1621), juriste et humaniste ; voir la notice de B. Basdevant-Gaudemet dans l (...)
  • 115 Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), homme d’État, grand bibliophile et auteur d’ouvrages en latin (...)
  • 116 Claude Dupuy (1545-1594), qui fut l’élève de Lambin, est surtout connu pour la vaste bibliothèque (...)

29Comme lecteur royal, Lambin peut également accéder à la Bibliothèque royale, qui se trouve alors à Fontainebleau et a déjà connu plusieurs enrichissements109. Son nouveau statut le rend en outre digne de confiance des propriétaires de belles bibliothèques privées, comme celles de Jean Hurault de Boistaillé110 ou de Jean du Tillet111, dont il fait l'éloge avec celle de son ami Henri de Mesmes112. Il y trouve notamment de précieux manuscrits, décisifs pour ses éditions. Ses amis de longue date, comme Jean de Coulomby, Nicole Le Clerc, Adrien Turnèbe ou Pierre Galland, se mobilisent aussi pour fournir au philologue les ouvrages nécessaires à son travail. Outre ces « fournisseurs » bien identifiés, Lambin part, pour chaque auteur, en quête de manuscrits complémentaires. Pour son Plaute par exemple, il sollicite également Jacques Cujas113 ainsi que de célèbres juristes humanistes et bibliophiles issus de son réseau, en particulier François Pithou114 (pour le manuscrit Pithoeanus), proche du parlementaire Jacques-Auguste de Thou115 et de Claude Dupuy116, qui fournit lui aussi un codex Puteanus de l’auteur latin.

  • 117 J.-E. Girot, « Dorat et les humanistes », art. cit., p. 431-432.
  • 118 Lambin, Horace, 1567, commentaire du v. 249, p. 370 C : « Vir ille doctissimus, quasi propinquam m (...)
  • 119 La mort de Turnèbe, en 1565, donna lieu à de nombreux éloges funèbres, dont celui de Lambin (qui c (...)
  • 120 J.-E. Girot, « Dorat et les humanistes », art. cit., p. 429-431.

30Ainsi, après l'Horace de 1561, le Lucrèce de 1563 et le Cicéron de 1565-1566 font date – mais aussi des jaloux. En tout cas, la question de la paternité des conjectures et des corrections se pose à nouveau, dans certains cas, et les érudits règlent leurs comptes à coup d'éditions interposées. Muret, depuis la publication de l'Horace de Lambin – dont le Limousin avait abondamment annoté et corrigé son propre exemplaire117, s'était réconcilié avec le lecteur royal et était même dédicataire du livre IV du Lucrèce. C'est du côté d'Adrien Turnèbe, également lecteur royal, qu'il faut se tourner pour évoquer les rivalités intellectuelles de Lambin au début des années 1560. Après avoir fourni à Lambin un manuscrit très précieux de Lucrèce, le Bertinianus, et avoir reçu en échange la dédicace du livre V, Turnèbe publie en 1564 ses Aduersaria. Selon Lambin, « cet homme très illustre, comme s'il sentait la mort approcher, se dépêcha de publier ces fameux Aduersaria de manière à pouvoir déclarer qu'il avait corrigé plusieurs passages d'auteurs antiques, alors qu'ils l'avaient été bien avant par Piero Vettori, par Paul Manuce, par moi-même et par d'autres118 ». C'est dans la deuxième édition d'Horace (1567) notamment, après avoir contribué comme il se doit au Tombeau collectif en faveur du lecteur royal décédé en 1565119, que Lambin répond à son collègue et rival. L'édition de Lucrèce, quant à elle, et la possession du Memmianus suscitent la jalousie de Hubert Van Giffen, qui prépare également une édition du poète (parue en 1565) : c'est en vain qu'il réclame à Lambin et à H. de Mesmes le précieux manuscrit ; le savant se rappellera cette déconvenue et prendra le parti de Claude Dupuy qui, en 1569, contestera à son tour la paternité de certaines leçons de Cornelius Nepos à son professeur, Lambin120.

  • 121 Voir ce que Lambin dit des corrections qu’il apporte à son Cicéron : « eam potissimum sequerer, ac (...)

31Les disputes et discussions entre savants, les découvertes de nouveaux imprimés et manuscrits, mais aussi le contexte intellectuel et politico-religieux jouent sur le travail d'édition de Lambin, qui sans cesse reprend ses œuvres et les corrige. Ainsi, l'Horace connaît une deuxième édition en 1567, et une autre, post mortem, en 1579 ; le Lucrèce est réédité en 1565 et en 1570. Dans les deux cas, le lecteur royal corrige largement ses ouvrages de manière à les rendre plus vrais, plus dignes de leurs auteurs, plus cohérents avec leur pensée121, mais aussi plus actuels.

  • 122 Sur ces lecteurs royaux (d'hébreu, de latin, médecine, grec et mathématiques), voir C.-P. Goujet, (...)
  • 123 Liste tirée de l’épître liminaire au roi de l’Horace de 1567, ij v°. Cette liste double et est lég (...)
  • 124 Voir P. de Nolhac, Ronsard et l’humanisme, op. cit., passim ; Christine de Buzon, Jean-Eudes Girod (...)

32Dans ses ouvrages, Lambin rend hommage à tous ceux qui contribuent à l'avancée de ses travaux, qui souvent, à leur tour, lui signifient leur reconnaissance et leur amitié. Ainsi, il mentionne ses collègues du Collège royal122 : Pierre Galland, Jacques Dubois, Jacques Goupil, Pierre Ramus, Adrien Turnèbe, François Vicomercato, Jean Dorat, Paschal du Hamel, Jean Caligny, Nicolas Pena, Jean le Mercier, Bertin le Comte, Raoul (ou Rodolphe) Mayne (ou Bayne), Jean Cinqarbres123. La relation qu'il entretient avec Dorat, en particulier, est privilégiée : la collaboration des deux lecteurs royaux ainsi que leur amitié se lisent aux seuils et aux détours de leurs œuvres, à travers les citations et les hommages mutuels qu'ils se rendent. Elles se manifestent aussi dans les références qu'ils sollicitent, qui montrent leur culture et leurs préoccupations communes, qui sont également le reflet de la vie intellectuelle des années 1560124.

  • 125 Lambin, Horace, 1567, commentaire du v. 141, p. 359 F. Le texte de Ronsard est assorti d’une tradu (...)
  • 126 Oratio ad VII. Id. Nouembr. habita, Paris, Bienné, 1570, p. 13 : « Amplissimorum, & clarissimorum (...)

33Ronsard, devenu poète royal, est resté très proche de Lambin, et leur amitié est marquée par une forme d'équilibre et de réciprocité : quand Lambin, par exemple, s'intéresse de près à la publication de la Franciade et la favorise en en publiant un extrait dans la deuxième édition de son Horace125, Ronsard, lui, intervient auprès du roi en faveur de son ami. C'est en effet grâce au Vendômois, notamment, que Lambin put accéder en 1570 à la charge de traducteur royal (interpres regius) ; il en rend compte dans une oratio126 :

« Des discours nombreux et pleins d'éloges à mon sujet, venus d'hommes très honorables et très illustres, avaient été prononcés auparavant, sortes d'avant-coureurs, comme des témoignages solides ou des votes authentiques : parmi eux, Jean de Morvillier, garde des Sceaux, Jacques Amyot, évêque d'Auxerre, François de Noailles, évêque de Dax, Jean de Boistaillé, Henri de Mesmes, conseiller privé du roi, Jérôme Burgensis, évêque de Châlons, aumônier ordinaire du roi, Germain Vaillant de Pimpont, Pierre de Ronsard, illustre poète, et beaucoup d'autres Si je voulais vous rapporter un par un tous les discours qu'ils ont tenus sur moi, j'aurais peur d'offenser vos oreilles – au demeurant bien patientes –, et de vous paraître puant et déplacé. »

  • 127 Lambin, Plaute, Paris, J. Macé, 1576, sign. iij f° 2.
  • 128 Jean de Morel (1511-1581), élève d’Érasme, s’installa à Paris à partir de 1540 et épousa une femme (...)
  • 129 Gul. Caluimontani in supremo Parisiensi senatu patroni Syluarum liber primus, Paris, 1571, p. 18, (...)
  • 130 Voir Endre Bach, Un humaniste hongrois en France : Jean Sambucus et ses relations littéraires (155 (...)
  • 131 Jacques Grévin (1538-1570) est un médecin, dramaturge et poète français, ami notamment de Ramus, D (...)

34Si nous comparons cette liste avec celle des hommes qui ont soutenu Lambin pour l'obtention de la chaire au Collège royal, nous voyons combien le réseau de Lambin s'est étendu et diversifié entre 1561 et 1570. Parmi ceux-ci, nous relevons notamment Germain Vaillant de Guélis, le poète et commentateur de Virgile qui, absent de la première édition d'Horace, apparaît comme dédicataire du livre III du Lucrèce, avant de composer un poème liminaire pour la deuxième édition d'Horace et d'être mentionné à la fois comme dédicataire et comme contributeur pour l'édition de Plaute, à côté de plusieurs lecteurs royaux et de Jean Passerat127. Ce dernier apparaît de même parmi les auteurs d'un poème liminaire du deuxième Horace, mais aussi dans les remerciements des éditions de Cornelius Nepos et de Plaute. Le poète Guillaume de Chaumont, avocat au parlement de Paris et habitué du réseau de Jean de Morel128, cite Lambin dans une épître, aux côtés de Dorat et Ronsard129, tandis que János Zsámboky, poète hongrois néo-latin130, rend hommage à notre érudit dans un poème intitulé Poetica ad Dionysium Lambinum et traduit en français par Jacques Grévin131, publié dans ses Emblemata en 1564.

  • 132 Lambin, Horace, 1567, commentaire du v. 345,
    p. 375 H.
  • 133 Ibid. : « ciuem Senensem, olim domi nobilem, & copiosum : nunc post res Senensium afflictas, ex re (...)

35Outre ce réseau de prélats français, de diplomates, de parlementaires, de lecteurs royaux et de poètes, Lambin cultive également son réseau italien en France, et en particulier son réseau florentin initié dans l'entourage du cardinal de Tournon. En effet, dans la deuxième édition de son Horace132, Lambin évoque un dîner qui eut lieu le 25 juin 1566 chez Julien de Médicis, évêque de Béziers, en compagnie du talentueux copiste Camillo Spannocchi, « citoyen de Sienne, autrefois noble et riche, mais qui, à présent, suite aux tristes événements de Sienne, dépend de notre roi et se maintient grâce à sa libéralité et sa générosité133 », ainsi que de « quelques nobles Florentins, parmi lesquels Baptista Alemano alors évêque de Mâcon, maintenant cénobiarque, *** et Nicolas Alemano, Alfonsio Gondio, Thoma Bousio, et Fransisco Corsinio, le fils de la sœur des Alemano, un jeune homme érudit et honnête ». Tous ces hommes, proches de Catherine de Médicis, admirent alors une excellente copie faite par Spannocchi des œuvres de Virgile.

  • 134 Voir sa dernière oratio prononcée le 22 octobre 1571, De utilitate linguae graecae et recta Graeco (...)
  • 135 Les notes, conjectures, corrections et restitutions du texte de Lambin sont recueillies par Jacque (...)
  • 136 La querelle entre Charpentier et Ramus au sujet de la succession de la chaire de mathématiques au (...)

36Ainsi Lambin, proche des cercles du pouvoir et des intellectuels les plus illustres, reconnu pour ses talents de philologue, mais aussi comme un des meilleurs traducteurs de grec de son temps, poursuit jusqu’à sa mort sa défense de la langue d’Homère134 ainsi que ses travaux érudits – qui paraissent après sa mort, grâce aux soins de ses amis et de sa famille : c’est le cas notamment de son Plaute, paru en 1576135. Jusqu’à sa mort, il semble également avoir défendu une conception de l’université opposée à celle, conservatrice, de Charpentier, dont la violence provoqua tant la mort de Ramus que celle de Lambin, la même année, en 1572136.

37Après une très longue et double période de formation (en Italie, puis en France), au cours de laquelle Lambin s’est constitué un double réseau franco-italien et forgé une méthode personnelle d’établissement et de commentaire des textes, la carrière du lecteur royal ne s’est épanouie que pendant les dix dernières années de sa vie. Ces dix années ont permis à Lambin, au sein d’un réseau toujours plus riche, fidèle, puissant, érudit et élogieux, de donner la mesure de ses qualités d’en seignant, de philologue, de traducteur et de commentateur.

  • 137 Lambin, Plaute, 1576, sign. iij. : « D. Lambini posteriores in Horatium & Lucretium commentarii pr (...)

38Sa réussite, même tardive, n’en fut pas moins solide : elle montre le succès d’un travail long et mûri, lié à l’élaboration lente mais sûre d’un cercle favorable. En précurseur de la Slow Science, Lambin fait dire à Jacques Hélie, qui achève son édition de Plaute137 :

« Les derniers commentaires de D. Lambin sur Horace et Lucrèce sont bien plus soignés et riches que les premiers. Car, comme l'écrivait Euripide dans Hippolyte [435-436] : “Chez les hommes,/la seconde pensée est la plus sage”. Il a généralement suivi la même méthode pour son explication de Plaute, puisqu'il a d'abord écrit sur toutes ses pièces des scholies, qu'il n'a pas publiées par crainte des reproches de ceux qui tiennent au précepte d'Horace [Ars, 388] : “garde-le neuf ans”. Il s'est ensuite mis à les améliorer et à les compléter pendant une période particulièrement longue. »

  • 138 Voir Raphaële Mouren, « La varietas des philologues au xvie siècle : entre varia lectio et variæ l (...)
  • 139 « We do need time to think. We do need time to digest. We do need time to misunderstand each other (...)

39Loin du publish or perish que déplorent les actuels défenseurs de la Slow Science et auquel purent souscrire certains humanistes pressés de publier avant les autres leurs trouvailles philologiques, Lambin prit en son temps le parti d’un travail au long cours, incarné dans les éditions des opera omnia d’auteurs antiques plutôt que dans des recueils composites appelés Variae Lectiones138. Ainsi, il me semble que le verbe « lambiner » pourrait aujourd’hui connaître un nouvel emploi, mélioratif, et suggérer en contexte scientifique le recours à une méthode de recherche exigeante, qui prend le temps de fouiller, de « digérer139 » les sources, d’élaborer une pensée originale et honnête, nourrie des discussions avec d’autres chercheurs ou intellectuels de tous horizons.

40Fidus interpres, philologue attentif et commentateur exigeant, Lambin représente la conception d’un savoir non pas figé, mais évolutif. De son vivant, il imprime à ses œuvres la marque des débats poétiques et intellectuels de son temps et d’un savoir continuellement renaissant ; au-delà de sa mort même, ses écrits continuent de vivre et de s’adapter à leur temps, puisque l’Horace de 1579 constitue une réponse aux Diatribae d’Estienne de 1575.

Haut de page

Notes

1  Nous pouvons indiquer cette courte bibliographie lambinienne, par ordre chronologique : H. Potez, « La jeunesse de Denys Lambin », Revue d'histoire littéraire de la France, t. III, 1902, p. 385-413 ; id., « Deux années de la Renaissance d'après une correspondance inédite », RHLF, 1906, p. 458 et 658 ; id., Lettres galantes de Denys Lambin (1552-1554), Paris, Vrin, 1941 ; L.T. Stevens, « Denis Lambin : Humanist, courtier, and lecteur royal », Studies in the Renaissance, IC, 1962, p. 234-241 ; Dictionnaire de biographie française, XIX, Paris, 1995, notice de J. Letrouit ; J. Chomarat, « Denis Lambin », in Prosateurs latins en France au xvie siècle, Paris, PU Sorbonne, 1987, p. 436-457 ; A. Quillien, « Les Orationes de Denis Lambin. La défense du grec dans l'oratio de utilitate graecae et recta graecorum latine interpretandorum ratione (22 octobre 1571) », Camenae, 1, janvier 2007 ; A. Quillien, « Denis Lambin : leçon inaugurale sur la défense du grec, 1571 » (introduction et traduction), in Jean-Christophe Saladin (dir.) Bibliothèque humaniste idéale, de Pétrarque à Montaigne, Paris, Les Belles Lettres, 2008 ; A. Quillien, « Un dialogue enchâssé dans l'oratio De utilitate linguae graecae de Denis Lambin (1571) », in Emmanuel Buron, Philippe Guérin, Claire Lesage (dir.) Les États du dialogue à l'âge de l'humanisme, Rennes, PUR, 2015, p. 177-186 ; N. Dauvois, « Le commentaire de Lambin, le discours et la méthode », in M. Laureys, N. Dauvois et D. Coppini (dir.) Non omnis moriar, Hildesheim-Zürich-New York, Georg Olms, 2019. Voir également le site de l'ANR « Renaissances d'Horace », qui offre une notice sur Lambin et une édition numérique de son commentaire sur Horace (travail en cours, qui fait notamment l'objet de ma thèse) : https://renaissance-horace.huma-num.fr

2  L’étude de la postérité de l’œuvre de Lambin reste à faire, mais la plupart des leçons adoptées par Lambin ont été conservées aujourd’hui dans les éditions modernes des poètes antiques (CUF, Teubner, etc.).

3  Certaines de ses œuvres ont connu des rééditions, augmentées et corrigées de son vivant : Horace (1561, Lyon, J. de Tournes ; 1567, Paris, J. Macé ; 1579, Paris, J. Macé), Lucrèce (1563, Paris et Lyon, Rouillé ; 1565, Paris, G. Rouillé ; 1570, Paris, J. Bienné).

4 Au verbe « lambiner », le dictionnaire Littré indique : « D’après Mercier, Lambin, célèbre commentateur de Lucrèce, de Cicéron, de Plaute, etc. ennuya même les savants par le soin minutieux qu’il a constamment de rapporter avec la plus scrupuleuse exactitude les diverses leçons des auteurs qu’il commente ; et fit naître le mot lambiner, dont on se sert encore quelquefois. » Louis-Sébastien Mercier écrit en effet cela dans son ouvrage Néologie, t. II, Paris, Moussard et Maradant, 1801, p. 86-87, et il ajoute : « quoique le règne des commentateurs soit passé ». Antoine Oudin, dans son Dictionnaire françois et italien, Paris (Antoine de Sommaville, 1663), suggère une autre étymologie et rattache « lambin » au mot « lambeaux » ; il donne comme équivalent italien à « lambin » : « da poco menchione », et il explique ainsi le verbe « lambiner » : « far le sue cose con lentezza e dapocaggine » (p. 203).

5  Joël Candau et Isabelle Gavillet, « La Slow Science, condition de la découverte ? », Découverte. Revue du Palais de la découverte, 39, 2014, p. 2. L’article fait notamment l’historique du mouvement de la Slow Science en remontant non seulement au Slow Science Manifesto lancé à Berlin en 2010 (http://slow-science.org/), mais aussi à un article publié dans la revue Nature (Fisher et al.) qui, dès 1989, « pointe certains atouts de la recherche soviétique […] et évoque dans sa conclusion l’intérêt d’une slower science », p. 2.

6  P. de Nolhac, Ronsard et l’humanisme, Paris, Champion, 1966, p. 155 ; l’auteur précise en note : « après Muret, bien entendu » (note 3).

7  H. Potez, « La jeunesse de Denys Lambin », art. cit., p. 385, note 2.

8  C. Waddington, Ramus (Pierre de la Ramée). Sa vie, ses écrits, ses opinions, Paris, Meyrueis, 1855, p. 19.

9Oratio habita in gymnasio cardinalitio anno 1567, Paris, I. Charroine, 1567, f° 5, cité par H. Potez, « La jeunesse… », art. cit., p. 401, note 2.

10  C’est le cas de Prévot de Thérouanne, qui fut toute sa vie un correspondant privilégié de Lambin, de Jean de Coulomby, qui resta proche de Lambin et lui fournit un manuscrit pour établir son Horace, et de Jean de Couppes, qui fut également un lettré et un correspondant.

11  Voir la correspondance de Lambin conservée à Paris, BnF, Latin 8647, f° 190 ; cité par H. Potez, « La jeunesse… », art. cit., p. 402 note 5.

12  Nous ne disposons pas de date précise concernant l’arrivée de Lambin à Paris, mais H. Potez suppose, en se fondant sur l’oratio de 1572 (De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, prononcé le 22 octobre 1571, Paris, J. Bienné, 1572), que c’est à l’âge auquel il dit avoir commencé le grec, soit 15 ans ; voir H. Potez, « La jeunesse… », art. cit., p. 403, note 4.

13  Ibid., p. 406.

14  C. Waddington, Ramus, op. cit., p. 20 et note 2.

15  Dès sa jeunesse, Lambin entretint les meilleures relations avec N. Le Clerc : « Quoi de plus doux, quoi de plus souhaitable peut-il me parvenir que des lettres de la part de cet homme chez qui j’ai passé presque toute ma jeunesse à cultiver les lettres, celui dont le commerce m’a rendu meilleur et qui m’a aimé comme un fils, m’a aidé de ses avis et m’a traité comme si j’avais eu son âge » (« Quid dulcius, Quid optabilius ad me peruenire potest eius hominis literis cuius domi adolescentiam fere meam in studio literarum traduxi, cuius consuetudine factus sum melior, qui denique me amauit ut filium, monuit ut minorem, complexus est ut aequalem ») ; lettre de février 1553, citée par H. Potez, « Deux années », art. cit., p. 218 et note 1 (j’ai complété la traduction).

16  Lambin, après avoir quitté Toulouse, demande à son ami de l’assister en justice dans une affaire de vente de cheval, mais surtout pour l’affaire de « la cure d’Estavaux » ; voir H. Potez, « Deux années », art. cit., p. 214-227.

17  Les manuscrits d’Horace et de Lucrèce ont été fournis à Lambin en 1564, après la mort de Nicole Le Clerc, par ses héritiers ; ces manuscrits sont désignés dans les éditions de Lambin par l’adjectif clericus ou clericanus.

18 Oratio…, 1567, op. cit., f° 8, cité par H. Potez, « La jeunesse… », art. cit., p. 410.

19  Correspondance, décembre 1554, f° 189 ; cité par H. Potez, « Deux années… », art. cit., p. 248-250.

20  Dans une lettre de mai 1551, Maledent informe Lambin (à Rome) que Galland et Ramus sont « plus ennemis que jamais » (magis sunt hostes, quam unquam antea) ; voir Giovanni Michele Bruto, Epistolae clarorum uirorum, quibus ueterum autorum loci complures explicantur, Lyon, Gryphe, 1561, p. 366. Lambin lui répond (lettre de juin 1551, ibid. p. 373) qu'en effet Galland lui a envoyé son discours, et qu'il n'a même pas eu le courage de le prendre dans les mains ni de le lire.

21  Voir Jean Dupebe, « Précisions sur la jeunesse de Dorat », in Christine de Buzon, Jean-Eudes Girod (dir.), Jean Dorat, poète humaniste de la Renaissance, Genève, Droz, 2007, p. 393 sq.

22  Il devient principal du collège en 1547.

23 Amicitiam […] ex optimis initiis ortam ; Lambin, Lucrèce, 1563, p. 99, sign. n2. Nous trouvons une transcription de cette épître complète dans P. de Nolhac, Ronsard et l’humanisme, op. cit., p. 159.

24 Jean Nicot (1530-1604) fut archiviste du roi jusqu’en 1559 puis, comme maître des requêtes et ambassadeur du roi, il fut envoyé au Portugal – d’où il rapporta une herbe aux vertus médicinales (contre les maux de tête), le tabac, qui rendit son nom célèbre (la « nicotiane »). C’est à son retour, en 1561, que Nicot se fit véritablement remarquer dans les milieux intellectuels français : dans sa nouvelle propriété de Villemain (77), près de Brie-Comte-Robert, obtenue de la famille royale en récompense de ses services, où il établit une riche bibliothèque, il poursuit son travail d’édition d’Aimoin commencé à Lisbonne et élabore son fameux Trésor de la langue française.

25 Germain Vaillant de Guélis (1516-1587) est un homme d’Église et parlementaire connu pour son commentaire de Virgile (Anvers, Plantin, 1575). Il est également l’auteur de poèmes néo-latins ; il en signe un notamment au seuil de la deuxième édition de l’Horace de Lambin (1567), qui lui avait dédié le livre trois de son Lucrèce (1563) et qui le remercie dans les préfaces de ses éditions de Cornelius Nepos (1569) et de Plaute (1576).

26 Siméon Dubois (1536-1581) est un magistrat et commentateur des lettres de Cicéron (Limoges, H. Barbou, 1580). Lambin le cite notamment dans le commentaire de son Horace (2e édition, v. 136-137). Voir Émile et Auguste Dubois, Un magistrat érudit du xvie siècle, Siméon Dubois (1536-1581), lettres inédites, Chartres, Durand, 1888.

27 Juriste, poète, Jean Passerat (1534-1602) devient professeur royal de latin à la mort de Ramus, en 1572. Comme Vaillant de Guélis, il signe un poème liminaire à la deuxième édition de l’Horace de Lambin et se voit cité dans les préfaces de ses éditions de Cornelius Nepos et de Plaute.

28   H. Potez date l’arrivée de Lambin à Toulouse de l’année 1548 (« La jeunesse… », art. cit., p. 413), mais cela paraît peu compatible avec le fait qu’il ait suivi à Toulouse les cours de Turnèbe, appelé comme lecteur royal à Paris dès 1547. Voir John Lewis, Adrian Turnebe (15112-1565), a Humanist Observed, Genève, Droz, 1998, p. 37.

29 Voir par exemple la lettre de Lambin à Maledent datée du 5 juin 1551, à la fin de laquelle Lambin demande à son ami, qui se trouve à Paris, de saluer pour lui leur ancien professeur (ainsi que Dorat et Henri de Mesmes) ; Epistolae, op. cit., p. 378.

30 Voir la lettre à Muret datée du printemps 1556, citée par J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret, des Isles fortunées au rivage romain, Genève, Droz, 2012, p. 273-279.

31Epistolae, op. cit., p. 433-434 : « Tum bene beateque uiuebam, cum horas antelucanas, & antemeridianas in peruolutandis Iurisconsultorum, & philosophorum libris : pomeridianas in poëtarum, & rhetorum tum Graecorum tum Latinorum monimentis cognoscendis, et perlegendis consumebam : tu, & frater tuus admodum adolescentes de loco superiore ius interpretabimini : Maludanus tempus item matutinum totum in iuris ciuilis studium conferebat : sese ad respondendum de iure praeparabat, atque instruebat : commentarios de quaestionibus totius iuris ciuilis obscurissimis conscribebat : horis subseciuis Plutarchum (quo auctore magnopere delectabatur) legendo conterebat. Pransi communiter, uel Luciani facetissimos dialogos, uel Athenaeum, uel Xenophontem, uel Graecorum Epigrammata legebamus : sub coenam, si diei tempestas ferebat, in hortis suburbanis ambulabamus : caelo caliginoso, ac turbulento, domi parua pila ludebamus bini : coenati facetum, & urbanum aliquem sermonem inducebamus, quo nostros animos oblectaremus : deinde bibliothecas nostras repetebamus, in eisque usque eo morabamur, donec nos ad somnum capiendum tempus hortaretur. » Voir également les souvenirs de H. De Mesmes sur cette période cités dans ses Mémoires, publiés par E. Frémy, Genève, 1886, p. 22-23.

32  Dans la correspondance très riche que Lambin entretient avec Maledent, les frères de Mesmes sont souvent mentionnés ; voir par exemple la lettre de Maledent à Lambin de mai 1551, Epistolae, op. cit., p. 365, ou celle de juillet 1549, ibid., p. 354.

33  Voir l’échange de lettres entre Lambin et de Mesmes entre décembre 1560 et février 1561, Epistolae, op. cit., p. 428 et 432. H. de Mesmes manifeste à Lambin la plus vive amitié et l’envie de le revoir.

34 Epistolae, op. cit. p. 354, lettre de Maledent à Lambin, Cahors, octobre 1549.

35Epistolae, op. cit. p. 350, lettre de Maledent à Lambin, Cahors, juillet 1549 ; « Pridie quam Tolosa discederem, litteras ad te dedi, quibus te certiorem faciebam, quemadmodum apud Solerium tuam arcam, & omnium rerum tuarum curam reliquerim » (La veille de mon départ de Toulouse, je t'ai donné des lettres pour t'informer que j'ai laissé à du Solier ta malle et le soin de toutes tes autres affaires).

36 Epistolae, op. cit. p. 364 sq., lettre de Maledent à Lambin, Paris, mai 1551, où il apprend à son ami que Dorat vient d’être père, que Turnèbe a été nommé imprimeur royal, que Dorat, Jean-Pierre de Mesmes, Ronsard, Du Bellay, Nicolas Denisot et Antoinette Deloynes (la femme de Jean de Morel) ont participé au tumulus de la reine de Navarre aux côtés des trois sœurs Seymour : « Tenentur omnium manibus Tumuli Reginae Navarrae : quos Latine scripserunt tres sorores Britannicae. In Graecam linguam transtulit Auratus : in Italam Io. Pet. Memmius meus familiaris : in Gallicam Ronsardus noster : id est, tuus & meus : Bellaïus, Baïfius, Comes Alsinous, Antoniona Deloina » (ibid., p. 366-367).

37 Epistolae, op. cit., appendice, p. 20, lettre de Maledent à Lambin, Limoges, février 1561.

38 Ibid., p. 21-22 : « Ut tu scrinia, ita ego, horrea ut plena sint, laboro. Vt tu libris, ita ego liberis operam dare non cesso. Vt tu tuae, ita ego posteritati iam intersum meae. Filia mihi quinquennis est, cum filiolo bimo. Eum numerum hisce diebus auxit alter filiolus. » Maledent est pourtant devenu avocat du roi.

39 Epistolae, op. cit., p. 332, Petrus Castellanus, Matisconensis antistes D. Lambino suo ; ex regia uilla, ante diem quintum Kal. Feb. anno 1547.

40 Pierre du Châtel avait dû être informé des talents de Lambin par son ami Pierre Galland.

41 « Mihi uero etiam casus hic uidetur mirificus interuenisse, quod ab antistite Bliterensi ultro appetitus es » (Quelle chance incroyable, à mon avis, que tu aies été approché par l’évêque de Béziers !), ibid.

42 Voir la lettre de Maledent, Epistolae, op. cit., p. 345. Elle est datée du 1er juillet 1549 et indique que Lambin est parti de Toulouse cinq jours auparavant. Dans une autre lettre, datée du 8 juillet 1549 (ibid., p. 346 sq.), Maledent espère que le chargement confié à la mule de Rondelet (le médecin de Tournon) pour son ami lui est bien parvenu et il l’informe que, déjà, les gens sont au courant de son départ dans la suite de Tournon : « ubi sis, multi sciunt […]. Audio (inquit) Lambinum esse apud Cardinalem Turnonium. id me scire negaui » (beaucoup de gens savent où tu es […]. « J’ai entendu dire (dit-il) que Lambin se trouve auprès du Cardinal Tournon ». J’ai dit que je n’en savais rien), p. 347.

43 Les acteurs et la conversation de ce dîner (daté du 25 juin 1566) sont présentés par Lambin dans la deuxième édition de son Horace, p. 375 H, commentaire du v. 345 (Sosiis).

44 Le pape Paul III Farnèse meurt début novembre 1549 et la France n'est représentée en Italie que par Georges d'Armagnac, Robert de Lenoncourt, le cardinal de Meudon et Hippolyte d'Este, cardinal de Ferrare. L'ensemble des cardinaux français est donc envoyé par le roi à Rome. Voir M. François, Le cardinal François de Tournon, homme d'état, diplomate, mécène et humaniste (1489-1562), Paris, E. de Boccard, 1951, p. 232-240.

45  Au collège du cardinal Lemoine, les élèves doivent, à la fin de leur cursus, parler le latin « comme une langue vivante » : N. Gorochov, « Le collège du cardinal Lemoine au xvie siècle », in Paris et Ile-de-France : mémoires, 1991, t. 42, p. 242.

46 Nous pensons bien sûr au poème de Ronsard (« Hymne de l’automne », éd. Laumonier, SFTM, t. XII, p. 50, v. 79-82), qui dit de Dorat : « M’apprist la Poësie et me monstra comment/On doit feindre et cacher les fables proprement,/Et à bien desguiser la vérité des choses/D’un fabuleux manteau dont elles sont encloses. »

47 Voir notamment la lettre de Lambin à H. de Mesmes de février 1561, Epistolae, op. cit., p. 433-436 : « Uita […] quae in molestissimis, periculosissimisque nauigationibus, in tot equitationibus, in tam longinquis, & diuturnis peregrinationibus traducta est » (j'ai passé ma vie […] à effectuer les traversées les plus ennuyeuses et les plus périlleuses qui soient, des déplacements à cheval, des voyages extrêmement longs).

48 Le cardinal souhaitait revenir à Rome, où il avait déjà servi François Ier, depuis plusieurs années, mais Henri II le lui refusait avant ce conclave. Voir M. François, Le cardinal, op. cit., p. 232, p. 242 et note 3.

49 Voir la lettre de Manuce à Lambin non datée, mais sans doute écrite en 1558 ou 1559, qui évoque cette rencontre : Epistolarum libri XII, Venise, Paul Manuce, 1580 ; livre IV, lettre 22, p. 203-204. Nous disposons également d'une lettre de Lambin à Manuce datée du 1er juillet 1571 et qui rappelle les débuts de leur amitié : Rome, Bibliothèque vaticane, Vat. Lat. 3435, p. 10 v°.

50 Sur le célèbre humaniste Romolo Amaseo (1489-1552), voir la notice de R. Avesani dans le Dizionario biografico degli Italiani, 2, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1960, p. 660-666. Lambin cite son nom dans la première édition de son Horace, Lyon, de Tournes, 1561, p. 528, dans le commentaire du v. 302, qui purgo bilem.

51 Raphaële Mouren suppose qu’en 1540, le nom de Vettori est « inconnu certainement encore en France » : « L'auteur, l'imprimeur et les autres : éditer les œuvres complètes de Cicéron (1533-1540) », in Alain Riffaud (dir.), L'écrivain et l’imprimeur, Rennes, PUR, 2010, p. 123-146 ; William McCuaig soutient au contraire que « Pier Vettori's international reputation commenced with the publication of the four-volume Giutine Cicero of 1534-1537 » (Carlo Sigonio, the Changing World of the Late Renaissance, Princeton, Princeton University Press, 1989, p. 8). Sur Piero Vettori, voir la thèse de R. Mouren : Édition et enseignement à Florence au temps du second humanisme : Piero Vettori et les auteurs classiques (1499-1585), thèse de doctorat en philologie grecque, sous la direction du professeur Jean Irigoin, Paris, École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, janvier 2002 ; et son ouvrage : Biographie et éloges funèbres de Piero Vettori : entre rhétorique et histoire, Paris, Classiques Garnier, 2014.

52 Voir P. de Nolhac, Bibliothèque de Fulvio Orsini, contributions à l'histoire des collections d'Italie et à l'étude de la Renaissance, Paris, E. Bouillon et E. Vieweg, 1887, p. 13.

53 Sur Donato Giannotti, voir la notice de Sergio Marconi dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 54, 2000. Voir également Randolph Starn, Donato Giannotti and his « epistolae », Biblioteca Universitaria Alessandrina, Rome, ms. 107, Genève, Droz (« Travaux d’Humanisme et Renaissance »), 1968, p. 56.

54 Voir leur riche correspondance : Donato Giannotti, Lettere a Piero Vettori, pubblicate sopra gli originali del British Museum da R. Ridolfi e C. Roth…, Florence, Vallecchi, 1932.

55   P. de Nolhac, Bibliothèque de Fulvio Orsini, op. cit., p. 172.

56 Horace, 1561, sign. B3 : « Donatus Iannoctius Florentinus unum, qui fuerat amplissimi, atque ornatissimi uiri Rodolphi Cardinalis, eoque mortuo cum aliquot aliis Graecis, ac Latinis ad ipsum testamento peruenerat, mihi commodauit » (Donato Giannotti le Florentin m’en a fourni un qui avait appartenu au très honorable et très illustre cardinal Ridolfi et qu’il avait reçu à sa mort, par testament, avec d’autres livres latins et grecs).

57 Le nom de Giannotti (Iannoctius) apparaît surtout dans les lettres échangées après 1558 entre Lambin et Muret – qui connaît également l’érudit florentin. Voir par exemple la lettre d’août 1558, de Muret à Lambin, Epistolae, op. cit., p. 405 (où Giannotti est appelé par son prénom, Donatus), celle de Muret de juillet 1559, ibid., p. 411, ou celle de Lambin datée du 1er août 1559, ibid., p. 417 (Giannotti est cité comme témoin en faveur d’une des leçons d’Horace dont Lambin affirme être l’auteur).

58 Voir la notice de Simona Foà dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 44, 1994.

59 Horace, 1561, sign. B3.

60 . Voir la notice de Claudio Mutini dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 20, 1997.

61Horace, 1561, ibid. : « alter Lodouico Vrsino Farnesiorum consobrino, adolescenti pudenti, ac probo, ab Annibale Caro donatus fuerat » (un autre m’avait été donné par Annibal Caro, de la part de Ludovico Orsini, un cousin des Farnèse, jeune homme réservé et honnête).

62 On trouvera le détail des raisons diplomatiques des déplacements de Tournon dans l’ouvrage de M. François, Le cardinal…, op. cit.

63 Jacques Amyot (1513-1593) est un homme d’Église et un des plus grands traducteurs de la Renaissance. Il favorise Lambin lorsque celui-ci prétend à la charge d’interpres regius (traducteur royal) ; voir Lambin, Oratio ad VII. Id. Nouembr. habita, Paris, J. Bienné, 1570, p. 13.

64 Henri Estienne (1528 ou 1531-1598) est un grand helléniste français et l’héritier d’une célèbre imprimerie familiale.

65 J.-A. Renouard, Annales de l’imprimerie des Estienne, Paris, Renouard, 1843, p. 374.

66   H. Potez, « Deux années… », art. cit., p. 490-491.

67 Voir M. François, Le cardinal…, op. cit., p. 492 sq.

68 Bon (de) Broé (1524-1588), conseiller au parlement de Paris puis président de la Chambre des enquêtes au parlement de Paris. Voir l'ouvrage d'A. Mazon, Bon Broé de Tournon, président de la Chambre des enquêtes au parlement de Paris, 1523-1588, Privas, 1904.

69 Pierre de Villars (1517-1592) fit des études à Paris et en Italie (à Padoue, avec Alciat), avant de devenir conseiller au parlement de Paris et auditeur du cardinal de Tournon. En 1561, il devint évêque de Mirepoix.

70 Ami de Rabelais, spécialiste des poissons, Guillaume Rondelet (1507-1566) devient le médecin personnel du cardinal de Tournon. Lambin l’évoque parfois dans sa correspondance, par exemple dans le ms. Paris, BnF, Latin 8647, fol. 10 v° : « Rondelettus te salutat qui mihi dixit se abs te accepisse libellum illum Graecum quem ego et Villarius tuo rogatu [surch. Venetiis] comparandum [surch. atque ad te mittendum] curaueramus » (Rondelet te salue ; il m’a dit qu’il avait reçu de ta part l’ouvrage grec que Villars et moi nous étions occupés de te procurer et de te faire envoyer [de Venise], suite à ta demande).

71 Jean Fontaine, valet de chambre et apothicaire du cardinal, meurt le 13 avril 1553 et lègue à cette occasion un anneau d’or à Lambin. Voir H. Potez « Deux années… », art. cit., p. 476 note 3.

72 Sur le dominicain et inquisiteur Mathieu Ory, voir M. François, Le cardinal François de Tournon, op. cit., p. 458 et 511 et N. Lemaître, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994, chap. III, p. 50 : « L’inquisiteur zélé ».

73 Vincenzo Laureo (1523-1592), médecin napolitain ; il devint en 1576 archevêque de Vienne. Voir la notice de Laura Ronchi De Michelis, Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 64, 2005.

74 Giovanni Darcio (1510-1554 ? de Venouse), poète et aumônier du cardinal de Tournon. Voir Maria Teresa Imbriani, « Rassegna di studi critici Su Giovanni Darcio Venusino », Critica Letteraria, 18, 1990, p. 599-611 ; « Giovanni Darcio Venosino », Basilicata Regione : Notizie, 6, 1993, p. 39-48.

75   H. Potez, « Deux années… », art. cit., p. 473 : une journée-type du cardinal à Madon.

76 Joachim Périon (1498 ou 1499-1559), philologue et traducteur des œuvres d’Aristote en particulier.

77 Dans sa praelectio de 1571, Lambin rapporte une conversation qu’il eut à Madon, sur la traduction d’Aristote, avec Périon, Ory, Villars, Rondelet, Giannotti et Darcès ; voir A. Quillien, « Un dialogue enchâssé dans l’Oratio de Vtilitate linguae Graecae de Denis Lambin (1571) », art. cit.

78   H. Potez, « Deux années… », art. cit., passim.

79 Jean de Coras (1515-1572) est un humaniste et un juriste ; voir le Dictionnaire historique des juristes français, xiie-xxe siècle, Paris, Puf, 2011, p. 203-204 et la notice d’A. Genetiot dans la Bibliotheca tholosana [En ligne], http://www.bibliotheca-tholosana.fr/index.htm. Voir également : Stéphane Geonget, « L'humanisme littéraire de Jean de Coras : un juriste lecteur de Budé et Rabelais », in L'humanisme à Toulouse (1480-1596), actes du colloque de Toulouse, mai 2004, réunis par Nathalie Dauvois, Paris, Champion, 2006, p. 272-287.

80 Clément Du Puy (1506-1594), avocat au Parlement, est le père de Claude Dupuy (1545-1594), qui sera l’élève de Lambin.

81   H. Potez et F. Préchac, Lettres galantes de Denys Lambin (1552-1554), op. cit. Comme l’indiquent les auteurs, « les femmes à qui elles étaient destinées ignoraient sûrement ces deux langues […]. Ajoutons qu’il mit même en latin des billets qu’il reçut de Simone, la lingère de Blois » (p. IX).

82 Sur Guglielmo Sirleto, voir la notice de Pio Paschini dans l’Enciclopedia italiana, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1936.

83 Il est désigné comme le bibliothecae Vaticanae custos dans le commentaire des Odes, I, 10, 13 (quid prius dicam) : Lambin, Horace, 1561, p. 59.

84 Lambin, Horace, 1561, sign. B3.

85 Voir la notice de Federica Matteini dans le Dizionario biografico degli Italiani, op. cit., vol. 79, 2013, ainsi que P. de Nolhac, La bibliothèque de Fulvio Orsini, op. cit.

86 Pour une biographie de cet humaniste, voir Astrid Quillien, « Estaço, Aquiles – Statius Lusitanus, Achilles », notice pour le site de l’ANR « Renaissances d’Horace » (Paris 3) ; Hispanorum Index Scriptorum Latinorum Medii Posterisque Aevi. Autores Latinos Peninsulares da época dos descobrimentos (1350-1560), Lisbonne, 1993, 35, p. 127-133. Sur Estaço en Italie, voir J. Ijsewijn, « Achilles Statius, a Portuguese Latin poet in late 16th century Rome », in Humanismo português na época dos descobrimentos. Congresso Internacional, Coimbra, 9 a 12 de Outubro de 1991, Actas, Coimbra, 1993, p. 109-123, et J. Gomes Branco, « Un umanista portoghese in Italia : Achilles Estaço », Relazioni storiche fra l’Italia e il Portogallo, Rome, 1940, p. 135-148. Lambin mentionne la rencontre du savant portugais à Rome dans la lettre-préface de son Horace, et il renvoie parfois explicitement à son commentaire de 1553. Avec J. Ijsewijn, nous pouvons dater l’arrivée d’Estaço à Rome durant le pontificat de Paul IV Farnèse (mai 1555-août 1559) ou même un peu avant la mort de Jules II (23 mars 1555), « Achilles Statius, a Portuguese Latin poet in late 16th century Rome », art. cit., p. 110-111.

87 Voir la lettre d’Estaço à Muret du 24 juillet 1555 dans J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret, des Isles fortunées au rivage romain, op. cit., p. 271-272.

88 Sur la rencontre entre Muret et Lambin et leur correspondance, voir notamment J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret…, op. cit., et les Epistolae, op. cit., p. 378-427.

89 Jean Brinon (vers 1520-1555) est un bibliophile et un mécène proche des poètes de la Pléiade.

90 Jean d’Avançon (1511-1564), personnalité politique, en charge des finances sous Henri II, proche des poètes de la Pléiade.

91 J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret…, op. cit., p. 140-141 et 273-279.

92 Ibid., p. 286-290.

93 Dans la préface de sa traduction de l'Éthique (sign.* iij à * iiij), Lambin mentionne de nombreuses personnalités italiennes et françaises à qui il souhaite rendre hommage : il cite notamment Hieronymo Fundulo, Pierre Danès, Arnaud du Ferrier, Nicolas Valla, Nicolas Binet, Mathieu Ory, François Rondelet. Mais aussi ses amis proches, de la suite du cardinal : Pierre de Villars, Bon Broé, Vincenzo Laureo, Donato Giannoti, Giovanni Darcio Ensuite, il adresse ses remerciements à ceux qui l'ont poussé à éditer cette traduction destinée au départ au seul usage du cardinal : Adrien Turnèbe, Louis Corrado de Mantoue, Vidi Baldi (mis en valeur en majuscules). Enfin, dans l'épître au lecteur, Lambin mentionne : Joachim Périon, Nicolas de Grouchy, Lazzaro Mocenigo.

94 Voir la lettre de Lambin à Muret du 21 juillet 1558, citée par J.-E. Girot, Marc-Antoine Muret…, op. cit., p. 304-306.

95 J.-E. Girot, ibid., p. 141-144 et « Dorat et les humanistes », in Jean Dorat, poète humaniste de la Renaissance, op. cit., p. 431.

96 Epistolae, op. cit., p. 409 à 427.

97 Voir sa lettre à Nicolas Ellain à ce propos, qui a été étudiée, en contexte, par M. François, « Denis Lambin et le conclave de 1559 », in Mélanges offerts à Abel Lefranc, Genève, Slatkine, 1972, p. 301-306.

98 Epistolae, op. cit.

99 Voir la lettre de Lambin à Maledent du 13 janvier 1561, Epistolae, op. cit., p. 438.

100 Pietro Degli Angeli (1514-1596) est un poète italien. Voir leurs échanges dans Epistolae, op. cit., p. 442 et appendice, p. 13.

101 Epistolae, op. cit., appendice, p. 9 : « De Horatio, res propemodum confecta est. De Lucretio, puto me eius editionem Lutetiae reseruaturum. Sunt enim quaedam nondum satis a me polita […]. Hoc tantum tibi spondeo, Lucretium ipsum longe omnium, qui unquam typis excusi fuerunt, emendatissimum in lucem mea opera proditurum. »

102 Ibid., p. 25.

103 Oratio in gymnasio cardinalitio, a.d. VIII id. maias anno 1570, Paris, D. Dupré, 1570 : « petitionem fortasse meam nonnihil etiam adiuuante Qu. Horatio Flacco, quem tum primum ex Italia reuersus commentariis illustratum, multisque locis emendatum in lucem edideram ».

104 Oratio pridie quam Homeri Iliadis librum A explicare inciperet habita, Paris, A. Wechel, 1562, p. 3-4

105 G.-H. Tucker, « Jean Dorat et Giovanni Matteo Toscano », in Christine de Buzon, Jean-Eudes Girod (dir.), Jean Dorat, poète humaniste de la Renaissance, op. cit., p. 199-236 et P. Ford, De Troie à Ithaque : réception des épopées homériques à la Renaissance, Genève, Droz, 2007, p. 228 sq.

106 Oratio postridie idus decembris pridie quam Philippicarum Demosthenis explicationem orsus est anno 1562, in aula gymnasii samarobrinensis habita, in qua primum publicam calamitatem deplorat, deinde priuatum suum incommodum casumque aduersum commemorat, postremo pauca de re et de Olynthiacis orationibus a quibus initium fecit, praefatur, et Oratio habita pridie quam libr.2. Arist. de arte dicendi explicaret, toutes deux parues à Paris, chez M. le Jeune, 1563.

107 Voir C. Goujet, Mémoire historique et littéraire sur le Collège royal de France, Paris, 1758, p. 143.

108 Lambin, Horace, Paris, 1567, sign. iiij f° 4 : « Lutetiae uitae genus […] quietem otiosum, & tranquillum, & meis studiis ac moribus appositum, & accomodatum, nactus, coepi multo liberius quam umquam antea […] cum in omnibus scriptoribus Graecis ac Latinis dies nocteisque uersari, tum uero ex Latinis quidem Lucretium, Ciceronem, Horatium : ex Graecis uero Homerum, Euripidem, Platonem, Demosthenem & Aristotelem relegere ac retractare. »

109   H. Omont, Anciens inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale, t. I. La librairie royale à Blois, Fontainebleau et Paris au xvie siècle, Leroux, 1908 ; A. Coron, « Collège royal et Bibliotheca regia. La bibliothèque savante de François Ier », in Marc Fumaroli (dir.), Les origines du Collège de France, Paris, Collège de France, 1998, p. 143-183.

110 Jean Hurault de Boistaillé (mort en 1572) était un diplomate, ambassadeur à Venise de 1561 à 1564. Dès son retour, Lambin put bénéficier des précieux ouvrages rapportés d’Italie, et notamment de manuscrits rares.

111 Jean du Tillet (mort en 1570), frère du parlementaire du même nom, fut quant à lui évêque de Saint-Brieuc puis de Meaux et bibliophile. Jean du Tillet le Jeune fut chargé par François Ier de rechercher des manuscrits (notamment grecs) dans les bibliothèques des monastères et il constitua une riche collection dont il sut faire profiter les savants de son époque.

112 Il fait l’éloge de ces bibliothèques dans l'épître au lecteur de son édition de Cornelius Nepos (1569).

113 Jacques Cujas (1522-1590), célèbre juriste et humaniste ; voir la notice de L. Winkel dans le Dictionnaire historique des juristes français, op. cit., p. 220-222.

114 François Pithou (1543-1621), juriste et humaniste ; voir la notice de B. Basdevant-Gaudemet dans le Dictionnaire historique des juristes français, op. cit., p. 627.

115 Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), homme d’État, grand bibliophile et auteur d’ouvrages en latin, notamment des Historiae sui temporis, publiées entre 1604 et 1608.

116 Claude Dupuy (1545-1594), qui fut l’élève de Lambin, est surtout connu pour la vaste bibliothèque qu’il a constituée et qui fut ensuite léguée à la Bibliothèque royale (le « fonds Dupuy » de la BnF). L’inventaire des manuscrits de Claude Dupuy a été effectué par un notaire un an après sa mort, le 20 janvier 1595, et publié par H. Omont dans « Inventaire des manuscrits de Claude Dupuy (1595) », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 76, 1915, p. 526-531. Il y apparaît que C. Dupuy possédait en effet « deux Plauti octo priores comœdiae, velin, 4°, p [archemin] », cotes : Latins 7892 et 8184 ; voir H. Omont, ibid., p. 530, et J. Delatour, Les livres de Claude Dupuy : d'après l’inventaire dressé par le libraire Denis Duval, 1595 : une bibliothèque humaniste au temps des guerres de Religion, Paris, ENSSIB-École des chartes, 1998.

117 J.-E. Girot, « Dorat et les humanistes », art. cit., p. 431-432.

118 Lambin, Horace, 1567, commentaire du v. 249, p. 370 C : « Vir ille doctissimus, quasi propinquam mortem sentiens, ita properauit aduersaria illa edere, ut quam plurimos antiquorum scriptorum locos se emendare professus sit, qui erant multo ante a Petro Victorio, a Paullo Manutio, a nobis, ab aliis emendati. »

119 La mort de Turnèbe, en 1565, donna lieu à de nombreux éloges funèbres, dont celui de Lambin (qui consiste en une prosopopée de la France éplorée : In Adr. Turnebi, regii philosophiae professoris clarissimi, obitum, naenia, D. Lambino… auctore, Paris, F. Morel, 1565), mais aussi à une polémique sur sa confession, qui est étudiée notamment par Geneviève Demerson dans son ouvrage Polémiques autour de la mort de Turnèbe, Clermont-Ferrand, université de Clermont, 1975.

120 J.-E. Girot, « Dorat et les humanistes », art. cit., p. 429-431.

121 Voir ce que Lambin dit des corrections qu’il apporte à son Cicéron : « eam potissimum sequerer, ac probarem, quae & M. Tullio esset dignissima, & eius sententiae maxime consentanea, & omnium uirorum doctorum consensu, nemineque repugnante, optima, ac uerissima » (ainsi, j’ai suivi et validé de préférence la leçon qui était la plus digne de Cicéron, qui convenait le mieux à sa pensée, qui faisait consensus chez tous les érudits, à laquelle personne ne s’opposait, la meilleure et la plus vraie), Lucrèce, 1565, sign.*ij.

122 Sur ces lecteurs royaux (d'hébreu, de latin, médecine, grec et mathématiques), voir C.-P. Goujet, Mémoire historique et littéraire sur le Collège royal de France, Paris, Lottin, 1758 : Galland (vol. 1 p. 438), Dubois (vol. 3 p. 9), Goupil (vol. 3 p. 19), Ramus (vol. 2 p. 24), Turnèbe (vol. 1 p. 447), Vicomercato (vol. 2 p. 187), Dorat (vol. 1 p. 454), du Hamel (vol. 2 p. 21), Pena (vol. 2 p. 58), Mercier (vol. 1 p. 266), Bertin (vol. 1 p. 279), Caligny (vol. 1 p. 279), Mayne (vol. 1 p. 281), Cinqarbres (vol. 1 p. 287).

123 Liste tirée de l’épître liminaire au roi de l’Horace de 1567, ij v°. Cette liste double et est légèrement remaniée entre la première et la deuxième édition.

124 Voir P. de Nolhac, Ronsard et l’humanisme, op. cit., passim ; Christine de Buzon, Jean-Eudes Girod (dir.), Jean Dorat…, op. cit., passim. Pour les échos qui existent dans leurs cours : G.-H. Tucker, « Jean Dorat et Giovanni Matteo Toscano », art. cit., et P. Ford, Mythologicum ou interprétation allégorique de l'« Odyssée » X-XII et de l'« Hymne à Aphrodite », Genève, Droz, 2000.

125 Lambin, Horace, 1567, commentaire du v. 141, p. 359 F. Le texte de Ronsard est assorti d’une traduction latine de Dorat.

126 Oratio ad VII. Id. Nouembr. habita, Paris, Bienné, 1570, p. 13 : « Amplissimorum, & clarissimorum uirorum antecesserant, & ueluti praecurrerant crebri de me, honorificique sermones, quasi solida quaedam testimonia, aut incorrupta suffragia : in his Io. Moruillerii, Procancellarii, Iac. Amioti Antistitis Altisiodurensis, Fr. Noallii Antistitis Aquensis, Io. Boëtallarii, Errici Memmii, in sanctiore Regis senatu senatorum, L. Burgensis, Antistitis Riuiensis, & supplicum libellorum in Regia Magistri, Germani Valentis Pimpuntii, P. Ronsardi, poëtae clarissimi multorumque aliorum : quorum si velim sermones, quos de me quisque habuerit, singillatim apud vos referre : verear, ne vestras, alioqui patientissimas aureis offendam, aut ne vobis putidus, atque ineptus videar. 

127 Lambin, Plaute, Paris, J. Macé, 1576, sign. iij f° 2.

128 Jean de Morel (1511-1581), élève d’Érasme, s’installa à Paris à partir de 1540 et épousa une femme de grande culture, Antoinette de Loynes. Sur son cercle, fréquenté par de grands personnages politiques et, surtout, par de nombreux poètes (les néo-latins Salmon Macrin et Nicolas Bourbon, Jean Dorat et les poètes de la Pléiade), voir P. Ford, « An early French Renaissance salon : The Morel Household », Renaissance and Reformation. Renaissance et Réforme, 28, 2004, p. 9-20.

129 Gul. Caluimontani in supremo Parisiensi senatu patroni Syluarum liber primus, Paris, 1571, p. 18, cité par P. de Nolhac, Ronsard et L’humanisme, op. cit., p. 157.

130 Voir Endre Bach, Un humaniste hongrois en France : Jean Sambucus et ses relations littéraires (1551-1584), Études françaises, Institut français de Zseged, 1932. Son recueil d’Emblemata est publié à Anvers chez Plantin en 1564. Cet ouvrage est dédié aux amis parisiens du poète qui, en plus de Lambin, sont Paschal Duhamel, Dorat, Turnèbe, Henri de Mesmes, Charles de l'Escluse, Muret et Ramus ; le poème dédié à Lambin se situe p. 50.

131 Jacques Grévin (1538-1570) est un médecin, dramaturge et poète français, ami notamment de Ramus, Du Bellay et Ronsard.

132 Lambin, Horace, 1567, commentaire du v. 345,
p. 375 H.

133 Ibid. : « ciuem Senensem, olim domi nobilem, & copiosum : nunc post res Senensium afflictas, ex rege nostro pendentem eiusque liberalitate, & munificentia se tolerantem […] praesentibus aliquot nobilibus Florentinis, in his, Baptista Alemano, tum episcopo Matisconensi, nunc coenobiarcha : *** & Nicolao Alemano, & Alfonsio Gondio, & Thoma Bousio, & Fransisco Corsinio, Alemanorum sororis filio, iuuene erudito, & probo. » Camillo Spannocchi, membre d'une famille de banquiers siennois victime d'une grave faillite au début du xvie siècle, fut le familier et le secrétaire du cardinal Cristoforo Madruzzo ; il existe à Sienne des archives de sa correspondance.

134 Voir sa dernière oratio prononcée le 22 octobre 1571, De utilitate linguae graecae et recta Graecorum latine interpretandorum ratione, oratio habita, Paris, Jean Bienné, 1572 ; A. Quillien, « Denis Lambin : leçon inaugurale sur la défense du grec, 1571 (introduction et traduction) », art. cit., et « Les orationes de Denis Lambin ; la défense du grec dans l’oratio de utilitate linguae graecae », art. cit.

135 Les notes, conjectures, corrections et restitutions du texte de Lambin sont recueillies par Jacques Hélie, lecteur de langue grecque, qui complète le travail de Lambin, ajoute une table et fait paraître l’édition chez Macé à Paris. L’épître dédicatoire est signée par Germain Lambin, fils de Denis, et adressée à Germain Vaillant de Guélis. Voir C. Goujet, Mémoire historique et littéraire, op. cit., p. 487 sq.

136 La querelle entre Charpentier et Ramus au sujet de la succession de la chaire de mathématiques au Collège royal – et qui conduisit sans doute à sa mort – a été bien étudiée par J.-E. Girot, « La notion de lecteur royal : le cas de René Guillon (1500-1570) », in Marc Fumaroli (dir.), Les origines du Collège de France, op. cit., p. 69-85. Sur le lien entre la mort de Ramus et celle de Lambin, voir G. Waddington, Ramus, op. cit., p. 281.

137 Lambin, Plaute, 1576, sign. iij. : « D. Lambini posteriores in Horatium & Lucretium commentarii prioribus longe accurationes sunt & copiosiores. Nam ut scribit Euripides Hippolito - κἀν βροτοῖς
αἱ δεύτεραί πως φροντίδες, σοφώτεραι.
Eandem fere ille rationem in interpretando Plauto secutus est, primum enim in omnes eius fabulas scripsit scholia, quae non edidit, ueritus reprehensionem eorum, qui hoc Horatii praeceptum tenendum esse existimant,
- nonumque prematur in annum,

deinde satis longo interuallo ea perpolire & augere coepit. »

138 Voir Raphaële Mouren, « La varietas des philologues au xvie siècle : entre varia lectio et variæ lectiones », in Dominique de Courcelles (dir.), La varietas à la Renaissance, Paris, École des chartes, 2001, p. 5-31 (« Études et rencontres de l’École des chartes », 9).

139 « We do need time to think. We do need time to digest. We do need time to misunderstand each other », The Slow Science manifesto, http://slow-science.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Astrid Quillien, « Le parcours de Denis Lambin (1519-1572), précurseur de la « Slow Science » ? »Diasporas [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 07 septembre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/5065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.5065

Haut de page

Auteur

Astrid Quillien

Astrid Quillien est professeure agrégée de lettres classiques, doctorante à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3 sous la direction de Nathalie Dauvois. Ses recherches portent sur la littérature et la langue néo-latines, en particulier sur la réception des auteurs classiques par les humanistes de la seconde moitié du xvie siècle, comme Denis Lambin, professeur au Collège royal de 1561 à 1572. Sa thèse consiste en une édition numérique augmentée (avec variantes et traduction) du commentaire de Denis Lambin sur l’Art poétique d’Horace (1561, 1567, 1579) et en une étude critique comparative de ce texte, dans un contexte de « fusion » entre les Poétiques horacienne et aristotélicienne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search