Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35BibliothèqueBenjamin Castets Fontaine, Maxime...

Bibliothèque

Benjamin Castets Fontaine, Maxime Kaci, Jérôme Loiseau et Alexandre Moine (dir.), Deux frontières aux destins croisés? Étude interdisciplinaire et comparative des délimitations territoriales entre la France et la Suisse, entre la Bourgogne et la Franche-Comté (xive-xxie siècle)

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Les Cahiers de la MSHE Ledoux », 2019.
Alexandre Ruelle
p. 135-139
Référence(s) :

Benjamin Castets Fontaine, Maxime Kaci, Jérôme Loiseau et Alexandre Moine (dir.), Deux frontières aux destins croisés? Étude interdisciplinaire et comparative des délimitations territoriales entre la France et la Suisse, entre la Bourgogne et la Franche-Comté (xive-xxie siècle), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Les Cahiers de la MSHE Ledoux », 2019.

Texte intégral

  • 1  Michel Foucher, Le retour des frontières, Paris, CNRS Éditions, 2016.
  • 2  Michel Foucher, Fronts et Frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1988.
  • 3  Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard (...)
  • 4  Peter Sahlins, Boundaries the Making of France and Spain in the Pyrenees, Los Angeles, University (...)
  • 5  Christian Bromberger, Alain Morel, Limites floues, frontières vives. Des variations culturelles en (...)
  • 6  Philippe Hamman, Sociologie des espaces frontières, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbou (...)
  • 7  Keith Head, Thierry Mayer, « Effet frontière, intégration économique et « Forteresse Europe », Éco (...)
  • 8  Jean-Louis Schlegel, « Territoires des religions », Hermès, 2012, n° 64, p. 35-42, mis en ligne le (...)
  • 9Cf les travaux de Clarisse Didelon-Loiseau.
  • 10  Voir l’historique du projet mis à jour le 16 octobre 2018, consulté le 9 novembre 2019. URL : http (...)

1Contrairement à ce que l’on peut parfois penser, les frontières sont loin de disparaître ! Elles semblent faire leur retour selon le titre d’un ouvrage récent de Michel Foucher1. Depuis trois décennies, l’accélération de la mondialisation a amené les universitaires à revoir leurs définitions et leurs problématiques de la frontière. Si le poids des auteurs incontournables sur le sujet tels que Michel Foucher2, Daniel Nordman3 ou encore Peter Sahlins4 amène à la considérer d’abord comme une ligne territoriale, politique et militaire, la frontière est de plus en plus étudiée dans ses dimensions culturelle5, sociale6, économique7, religieuse8, voire mentale9. C’est un regard pluridisciplinaire en adéquation avec la recherche actuelle que propose cet ouvrage dirigé par Benjamin Castets Fontaine, Maxime Kaci, Jérôme Loiseau et Alexandre Moine sur les « destins croisés » des frontières bourguignon-comtoise et franco-suisse, la première disparaissant au moment où la seconde se précise (p. 8). Cette publication présente les résultats d’un programme de recherches collectif qui a réuni seize historiens, géographes, politistes, sociologues et anthropologues lors de quatre ateliers de travail organisés à l’Université de Franche-Comté de juin 2015 à mars 201610. Leur objectif n’était pas seulement de faire une histoire de la (dé) construction de ces frontières. En effet, une question plus large traverse tout l’ouvrage : comment définir et comprendre les « effets de frontière » ‒ soit « l’ensemble des conséquences territoriales, sociales, symboliques et mentales induites par la délimitation d’une frontière » (p. 236) ‒, à travers les concepts de conflits, de mobilités, de collaborations ou encore d’identités ?

2L’ouvrage commence par une introduction générale de Benjamin Castets Fontaine et de Maxime Kaci (p. 7-15). Ces derniers exposent entre autres la triple ambition de ce projet : écrire une histoire commune à deux frontières géographiquement proches sur le temps long (sept siècles) par un regard pluridisciplinaire et par une démarche comparative. S’ensuivent quatorze contributions de belle fracture. Toutes s’accompagnent d’une bibliographie plutôt bien fournie, ainsi que d’une production graphique (l’ouvrage recense environ quarante cartes, tableaux, graphiques et images) illustrant leurs propos. Certaines s’appuient aussi sur des pièces d’archives indiquées en notes de bas de page. Ces articles s’articulent en trois parties, chacune introduite par un court texte : la première interroge l’impact des conflictualités sur la délimitation des territoires frontaliers ; la seconde s’intéresse aux opportunités que peuvent offrir les différentiations territoriales de part et d’autre de la limite ; la troisième revient sur les « effets frontières » contrastés entre une surveillance accrue de la frontière et une hausse des mobilités transfrontalières.

  • 11  Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières : l’espace politique français, 1380-1515, Seyssel (...)

3Le premier axe s’inscrit principalement dans une période antérieure au xixesiècle. Il est introduit par un texte d’Oscar Mazzoleni qui souligne l’importance de la conflictualité dans la formation des espaces-frontières en Europe occidentale (p. 19-22). S’ensuivent cinq chapitres. Dans le premier, Léonard Dauphant reprend l’analyse de pièces d’archives citées dans sa thèse11 pour proposer une microhistoire des « terres de surséance » entre Bourgogne, Franche-Comté et Champagne au xve siècle (p. 23-33). À travers une prosopographie de six « gens de la frontière » aux fidélités et aux statuts divers, l’historien analyse le rôle des riverains dans la construction de la frontière perçue et vécue­ différemment selon les points de vue. Aucune limite ne peut alors être clai­rement distinguée. Ensuite, Jérôme Loiseau met en lumière les destins divergents de la Bourgogne et de la Franche-Comté, cette dernière échappant à la domination française jusqu’à la fin du xviie siècle (p. 35-45). Adoptant une vision multiscalaire, l’auteur formule l’hypothèse d’un « synœcisme bourguignon » (p. 35) puisque ces deux régions restent étroitement liées malgré leurs différences et leurs contentieux. La fin de sa contribution laisse entrevoir une possible étude des deux Bourgognes vues d’en bas. Maxime Kaci, lui, expose la situation politique dans l’Arc jurassien particulièrement complexe au moment de la Révolution française (p. 47-51) : si les Comtois souhaitent préserver leur limite historique d’avec les Bourguignons, la ligne franco-suisse bouge, s’efface ou s’affirme en fonction de la mobilité des émigrés français comme des révolutionnaires, ainsi que de leurs idées. Puis, Dominique Jacques-Jouvenot offre une perspective originale de la frontière à travers une étude sur le rapport que les hommes ont avec l’élevage (p. 63-75). À partir de l’exemple de la vache montbéliarde issue de métissages de races suisses et comtoises, il part du postulat suivant : la sélection animale véhicule une dimension collective des savoirs et techniques qui forgent une identité territoriale et culturelle de part et d’autre de la frontière franco-suisse. Ainsi, l’animal « fait culture » (p. 63), il structure le collectif, façonne le territoire et « dessine des limites territoriales » (p. 74) en réaction à l’extérieur qui a adopté des procédés de production de vaches antinomiques. Enfin, la courte mais riche intervention de Laurent Tissot prend l’exemple genevois pour rendre compte d’un phénomène récent et contraire aux dynamiques impulsées par la mondialisation : la réapparition des frontières. En effet, le MCG (Mouvement Citoyen Genevois) rejette le projet de parcs frontaliers pour les tra­vailleurs français perçus comme des profiteurs (p. 77-92). En écho à une actualité brûlante, l’historien est amené à poser la question de la fermeture, ou plutôt de la réaffirmation de la frontière, au sein même de l’espace Schengen dont fait partie la Suisse.

4Axée sur la période contemporaine, la deuxième partie est présentée par Julien Chevillard et Stéphane Kronenberger qui reviennent sur l’idée d’« effets frontières », plus précisément sur l’explosion des mobilités facilitées par l’intégration européenne (p. 85-92). Elle se morcelle en quatre chapitres. D’abord, Bertrand Forclaz met en lumière la complexité des divisions politico-religieuses de l’arc jurassien particulièrement fluctuantes et donnant naissance à de multiples « identités éclatées » au cours de la première modernité (p. 93-101). En effet, aux conflits entre protestants et catholiques peuvent se substituer des « zones de coexistence » et des « solidarités confessionnelles » (p. 96-97) qui transcendent les limites interétatiques en fonction des enjeux géopolitiques opposant les puissances de la région : Suisse, France et Espagne. Ensuite, la contribution de Robert Chapuis interroge le poids de l’histoire dans les relations entre la Franche-Comté et la Bourgogne depuis la Révolution française (p. 103-117). En l’absence d’une délimitation politique bien visible, ces deux régions seraient séparées par une « frontière virtuelle » présente dans l’esprit des Comtois qui s’efforcent de se démarquer de leur voisin au nom de leur identité et de leur autonomie. En témoigne leur hostilité permanente face aux projets d’une grande Bourgogne-Franche-Comté (six d’entre eux font l’objet de cartes redessinées par l’auteur, p. 106-111) de peur d’être marginalisés, voire d’être vampirisés par les Dijonnais. En 2016, la refonte des régions ne fait pas exception puisque le mécontentement a été réel du côté de Besançon. Le chapitre suivant de Fabien Knittel aborde les savoirs et les réseaux agronomiques entre la France et la Suisse (p. 119-127). À l’appui d’une bibliographie bien fournie, il conclut sur des « effets frontières » assez faibles qui l’amènent à questionner le poids des frontières actuelles à l’échelle européenne, là aussi plus important qu’à première vue. Enfin, l’intervention de Julien Chevillard revient sur la hausse des mobilités professionnelles franco-suisses présentée ici comme une conséquence de l’intégration européenne (p. 129-142). Le sociologue n’hésite pas, à diverses reprises, à faire part de sa démarche de recherches dont les résultats sont illustrés sous forme de graphiques et de tableaux. Ainsi, il montre que le marché suisse est une réelle opportunité pour des Français menacés de « déclassement » (p. 130). La composition sociale des flux de travailleurs tout comme la nature de la frontière se retrouvent bouleversées.

5Structurée autour de cinq chapitres, la troisième partie est introduite par un texte d’Annie Bleton-Ruget qui décrit la frontière comme un lieu polarisant des dynamiques contradictoires entre af­fron­tement/rupture et négociation/coopération (p. 145-148). Dans le chapitre 10, Michelle Bubenicek aborde la production et la vente du sel dans les États bourguignons à la fin du xive siècle (p. 149-160). S’appuyant sur divers actes juridiques de l’époque, la Médiéviste montre comment la réglementation du commerce du sel variant d’une région à l’autre peut représenter de véritables frontières internes au duché de Philippe le Hardi. Ce dernier peine à uniformiser la vie économique de ces États qui lui échappe en partie. Stéphane Kronenberger souligne le rôle prescripteur de la guerre dans l’évolution de la frontière franco-suisse entre 1871 et 1918 (p. 161-180). À cette période, les deux États s’efforcent de mieux surveiller les mobilités de part et d’autre du Jura qui persistent, même en temps de restrictions comme lors de la Première Guerre mondiale. Cela s’explique par des intérêts économiques importants. Ensuite, Dominique Andolfatto aborde l’« Arc jurassien », Conseil syndical interrégional au sein duquel les travailleurs français et suisses ont tenté de collaborer pour défendre leurs droits (p. 181-193). Créée en 1995, cette structure supranationale témoignerait de l’existence d’une identité commune aux versants du Jura, tous deux confrontés à des défis similaires. Elle est paradoxalement mise en sommeil par l’intégration européenne, dynamique dont elle est issue, car l’adhésion de la Suisse à l’espace Schengen la rend inutile. Puis, la lecture que propose Annie Bleton-Ruget se concentre sur les politiques publiques d’aménagement du territoire et leurs effets contraires (p. 195-209). À l’appui de six cartes, l’historienne développe l’exemple de deux territoires frontaliers aux dynamiques contraires : la Bresse bourguignonne en difficultés et le pays lédonien particulièrement actif. Enfin, Alexandre Moine offre une dernière analyse de l’arc jurassien comme espace dynamique paradoxalement délaissé par les autorités régionales (p. 211-223). Malgré des potentialités évidentes, le développement transfrontalier n’est pas une priorité car les différentiels de part et d’autre de la frontière peuvent être handicapants. En témoigne l’échec de l’agglomération franco-suisse du Doubs créée en 2014.

  • 12  Construite par les intervenants des quatre ateliers, cette grille peut être consultée en ligne. UR (...)

6La conclusion générale de Jérôme Loiseau et d’Alexandre Moine expose les principales pistes explorées dans le livre (p. 225-227). Ils insistent notamment sur l’importance du temps long, donnée sans laquelle il est difficile de comprendre la formation et l’évolution des frontières qui dépendent d’abord de leur contexte. Ils rappellent aussi la diversité et la complexité des « effets frontières » qui résultent souvent de dynamiques contraires : ouverture ou fermeture, continuité ou discontinuité, coopération ou conflit. La conclusion s’ensuit de quatre annexes (p. 229-232) dont une grille d’analyse12 proposant de réfléchir sur la construction de ces deux frontières à partir des divers critères et questions soulevés par l’ensemble des contributions. Enfin, la présence d’un index des sigles et des acronymes (p. 233-234), d’un lexique (p. 235-237), ainsi que d’une table des illustrations (p.259-263) rend la lecture de l’ouvrage plus confortable en permettant de naviguer d’un article à l’autre sans grande difficulté.

7Tout compte fait, ces actes stimulants méritent d’être lus sur plus d’un point. D’abord, ils soulignent l’importance du jeu des échelles pour saisir la complexité des dynamiques propres à la frontière qui est constamment en mouvement. Ils laissent ainsi entrevoir de nouvelles approches en mesure de réviser des visions encore trop figées. De même, de thématiques larges comme la situation politique dans l’arc jurassien à des exemples plus précis comme la vache montbéliarde, tous ces articles émettent des pistes de réflexion susceptibles d’élargir les cas bourguignon et jurassien à celui d’autres frontières en Europe (et même au-delà) où peuvent s’observer des logiques et mécanismes similaires. Certes, on pourrait être amené à réinterroger les bornes chronologiques défendues par ces actes. Outre la coquille dans le titre figurant sur la couverture du livre (« xvie-xxie siècle » au lieu de « xive-xxie siècle » !), la période contemporaine est omniprésente : seules deux interventions portent sur la fin du Moyen-âge et l’époque moderne n’est guère mieux représentée avec trois articles. D’ailleurs, l’histoire commune de ces deux frontières ne trouverait-elle pas son origine plutôt au xvie siècle lorsque prend forme un équilibre, certes précaire et fluctuant, entre France, Suisse et Espagne ? Ces actes n’en demeurent pas moins précieux pour les problématiques qu’ils soulèvent et les schémas qu’ils suggèrent sur la (dé)construction des frontières. L’ouvrage intéressera donc l’ensemble des spécialistes des sciences sociales et politiques.

Haut de page

Notes

1  Michel Foucher, Le retour des frontières, Paris, CNRS Éditions, 2016.

2  Michel Foucher, Fronts et Frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1988.

3  Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, 1998.

4  Peter Sahlins, Boundaries the Making of France and Spain in the Pyrenees, Los Angeles, University of Califorinia Press, 1989.

5  Christian Bromberger, Alain Morel, Limites floues, frontières vives. Des variations culturelles en France et en Europe, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001.

6  Philippe Hamman, Sociologie des espaces frontières, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013.

7  Keith Head, Thierry Mayer, « Effet frontière, intégration économique et « Forteresse Europe », Économie & prévision, 2002, n° 152-153, p. 71-92, mis en ligne le 1er août 2007, consulté le 14 décembre 2019. URL : https ://www.cairn.info/revue-economie-et-prevision-2002-1-page-71.htm.

8  Jean-Louis Schlegel, « Territoires des religions », Hermès, 2012, n° 64, p. 35-42, mis en ligne le 2 novembre 2013, consulté le 18 décembre 2019. URL : https ://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2012-2-page-35.htm.

9Cf les travaux de Clarisse Didelon-Loiseau.

10  Voir l’historique du projet mis à jour le 16 octobre 2018, consulté le 9 novembre 2019. URL : https://mshe.univ-fcomte.fr/poles-de-recherche/dynamiques-territoriales/axe-1-construction-des-territoires-dans-la-longue-duree/35-frontieres.

11  Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières : l’espace politique français, 1380-1515, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

12  Construite par les intervenants des quatre ateliers, cette grille peut être consultée en ligne. URL : https://mshe.univ-fcomte.fr/documents/images/poles/Pole1/P1_A1_Deux-frontieres_grille.png

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Ruelle, « Benjamin Castets Fontaine, Maxime Kaci, Jérôme Loiseau et Alexandre Moine (dir.), Deux frontières aux destins croisés? Étude interdisciplinaire et comparative des délimitations territoriales entre la France et la Suisse, entre la Bourgogne et la Franche-Comté (xive-xxie siècle) »Diasporas, 35 | 2020, 135-139.

Référence électronique

Alexandre Ruelle, « Benjamin Castets Fontaine, Maxime Kaci, Jérôme Loiseau et Alexandre Moine (dir.), Deux frontières aux destins croisés? Étude interdisciplinaire et comparative des délimitations territoriales entre la France et la Suisse, entre la Bourgogne et la Franche-Comté (xive-xxie siècle) »Diasporas [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/5229 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.5229

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search