Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Sur les pas des femmes en exil

Sur les pas des femmes en exil

Nouvelles questions, nouvelles sources
Antonin Durand, Alexandre Dupont et Delphine Diaz
p. 7-20

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Histoire d’un crime (1877), partie IV : «La victoire», chap. 12: «Les expatriés(...)

1Au crépuscule de sa vie, Victor Hugo reprend le récit du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte qu’il avait laissé inachevé au lendemain des événements de 1851. Dans le chapitre consacré au départ précipité des républicains vers l’Angleterre et la Belgique, l’écrivain retrace les stratégies parfois à la limite de l’absurde déployées par les fuyards pour échapper au contrôle. C’est ainsi qu’Edgar Quinet cherche à se faire passer pour un Valaque du nom de Grubesko. En guise de couverture, il n’a qu’un faux passeport et une compagne de voyage, la princesse Cantacuzène qui, elle, vient réellement de Valachie. À l’approche de la frontière, à Lille, le train qui les transporte est contrôlé par les gendarmes. Victor Hugo raconte la suite : « Madame Cantacuzène se pencha vivement vers les gendarmes et se hâta de présenter son passeport. Mais le brigadier repoussa le passeport de madame Cantacuzène en disant : – C’est inutile, madame. Nous n’avons que faire du passeport des femmes. Et il demanda rudement à Quinet : – Vos papiers ? – Quinet tenait son passeport tout déployé. Le gendarme lui dit : Descendez du wagon, qu’on compare votre signalement. Il descendit. Mais précisément le passeport valaque ne contenait aucun signalement. Le brigadier fronça le sourcil et dit aux argousins : – Passeport irrégulier ! Allez chercher le commissaire ! – Tout semblait perdu, mais madame Cantacuzène se mit alors à adresser à Quinet les paroles les plus valaques du monde avec un aplomb et une volubilité incroyables, si bien que le gendarme, convaincu qu’il avait affaire à la Valachie en personne et voyant le convoi prêt à partir, rendit son passeport à Quinet en lui disant : Bah ! Allez-vous-en ! Quelques heures après, Edgar Quinet était en Belgique1. »

Fig. 1. Portrait de la princesse Cantacuzène par Nadar, v. 1860, source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, PET FOL-EO-15 (2), Gallica.

Fig. 1. Portrait de la princesse Cantacuzène par Nadar, v. 1860, source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, PET FOL-EO-15 (2), Gallica.

2« Nous n’avons que faire du passeport des femmes. » Cette phrase porte en elle toutes les ambiguïtés de la présence féminine dans l’exil du xixe siècle. Les femmes n’en sont pas absentes, mais elles passent inaperçues. Cette invisibilité ne tient pas à une implication moindre dans la traversée des frontières ou dans l’action politique mais au désintérêt des autorités à leur égard. Or ce désintérêt a d’importantes conséquences pour les historiens, pour qui les sources de la surveillance sont si souvent fondamentales pour aborder l’exil. Si l’on ne contrôle pas le passeport d’une femme, cela implique qu’aucun procès-verbal n’est dressé, qu’aucune ligne n’est ajoutée aux listes pourtant nombreuses d’exilés qui franchissent les frontières… Tout au plus peut-on espérer la retrouver à côté du nom de son mari, transformée en accompagnatrice par la simple assignation d’une catégorie administrative, le plus souvent sans que son prénom, sa profession ou les motifs de son exil soient mentionnés. Dans le même temps, pourtant, l’épisode de la princesse Cantacuzène montre aussi comment l’invisibilité peut être une ressource : c’est précisément parce qu’elles éveillent moins la méfiance des autorités et qu’on les contrôle moins que les femmes sont des actrices essentielles des réseaux de passage, de contrebande, de circulation de la presse clandestine, etc.

  • 2 Anne Morelli, « Introduction. Exhumer l’histoire des femmes exilées politiques », Sextant, 26, 200 (...)
  • 3 Sylvie Aprile, Delphine Diaz, Alexandre Dupont, Antonin Durand, « Le genre de l’exil » in Delphine (...)

3Sortir les femmes exilées de l’invisibilité, « exhumer leur histoire » pour reprendre les termes d’un dossier pionnier en la matière dirigé par Anne Morelli2, suppose donc de dépasser un double aveuglement3. Celui des sources, d’abord, qui reflètent les constructions genrées d’une époque où les femmes sont minorisées, particulièrement dans le champ politique ; celui des historiens ensuite, héritiers de ces représentations et à qui il a fallu opérer un renversement de perspective pour retrouver les itinéraires féminins écrasés par la focalisation sur les hommes. Cela implique dans le même temps de reconsidérer les sources classiques de l’étude de l’exil – celles de la surveillance, celles de l’assistance – mais également d’en inventer de nouvelles, permettant de passer outre le silence des premières.

À l’intersection du genre et de l’exil

  • 4 Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », Clio. Femmes, genre, histoire, 51, 2020, p (...)
  • 5 Voir par exemple Milton Cantor, Bruce Laurie (eds.), Class, Sex, and the Woman Worker, Westport, G (...)

4Cette entreprise de désinvisibilisation est toutefois bien amorcée depuis que les années 1970 ont fait de l’histoire des femmes un objet pleinement légitime. Dans le champ de l’histoire des migrations, le mouvement s’est mis en route au cours de ce que Nancy L. Green appelle le « deuxième âge des études migratoires4 », où la présence des femmes est redécouverte en même temps que de nouvelles sources se font jour5. Si l’impulsion de ce mouvement doit beaucoup à la prise de conscience par les sociologues de la forte présence de femmes parmi les migrants qui arrivent aux États-Unis et en Europe, les historiens ne tardent pas à leur emboîter le pas.

  • 6 Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte (...)

5Cette ouverture des études migratoires aux sujets féminins permet de mettre en lumière, dans l’extrême diversité des flux, certains circuits migratoires où les femmes ne sont pas la minorité à laquelle elles ont longtemps été réduites, mais au contraire une part dominante des mobilités : dans les déplacements de population de l’Irlande vers les États-Unis au cours du xixe siècle, d’Amérique vers l’Europe occidentale dans les années 1930, ou plus récemment des Philippines vers le Moyen-Orient, la composante féminine est nettement majoritaire. Jusque dans les traversées de la Méditerranée qui ont monopolisé l’attention médiatique à partir de 2015 et où s’est imposée l’image de radeaux de fortune remplis d’hommes mal protégés par de dérisoires gilets de sauvetage, la géographe Camille Schmoll a montré combien la présence féminine méritait d’être dévoilée6.

  • 7 Donna R. Gabaccia, From Sicily to Elizabeth Street: Housing and Social Change among Italian Immigr (...)
  • 8 Donna R. Gabaccia, From the Other Side. Women, Gender and Immigrant Life in the US (1820-1990), Bl (...)
  • 9 Katharine M. Donato, Donna R. Gabaccia, Gender and International Migration: From the Slavery Era t (...)
  • 10 Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.

6De même, certaines activités, comme la confection étudiée par Nancy L. Green ou les diverses activités liées au care – de l’éducation des enfants au soin des personnes âgée  – qui font depuis longtemps un recours important à la main-d’œuvre migrante, sont essentiellement féminines. Parties le plus souvent d’études sectorielles ou situées géographiquement, les pionnières de ces études n’ont cessé depuis de préciser leur pensée et d’en étendre la portée. C’est ainsi que Donna R. Gabaccia, autrice des premiers travaux d’importance sur les travailleuses italiennes aux États-Unis7, a élargi sa réflexion à l’ensemble des migrations féminines en Amérique8 avant d’en proposer avec Katharine M. Donato une récente synthèse à l’échelle du monde9. Nancy L. Green a de même pris le temps d’élaborer les pistes dessinées dans son ouvrage séminal Repenser les migrations, dont le chapitre intitulé « de l’immigré à l’immigrée  reste, par les outils et les typologies qu’il propose, une référence incontournable10.

  • 11 « Et pourtant elles bougent ! À propos des mobilités des femmes », journée d’études organisée par (...)
  • 12 Linda Guerry, Françoise Thébaud (dir.), Femmes et genre en migration, numéro thématique de Clio. F (...)

7L’intérêt suscité par ces nouvelles questions ne s’est jamais tari. Tandis que les historiens des migrations se réappropriaient les problématiques issues de l’histoire des femmes, puis des études de genre et des réflexions sur l’intimité, la sexualité ou les transidentités, les pionnières de l’histoire du genre intégraient à leur tour les problématiques migratoires, à l’instar de Michelle Perrot, à l’origine d’une journée d’études organisée en 2000 et intitulée « Et pourtant elles bougent11  ! », ou de Françoise Thébaud, coordinatrice avec Linda Guerry du premier dossier de la revue Clio. Femmes, genre, histoire sur le thème « Femmes et genre en migration », vingt-cinq ans après la création de la revue12.

  • 13 Christine Catarino, Mirjana Morokvasic (dir.), Femmes, genre, migration et mobilités, numéro théma (...)
  • 14 Katharine M. Donato, Donna R. Gabaccia et al. (eds.), « Gender and migration revisited », Internat (...)
  • 15 Femmes, étrangers: des causes concurrentes ? dossier de Plein droit, la revue du Gisti, décembre (...)
  • 16 Mirjana Morokvasic (dir.), Femmes et migrations, dossier thématique de Hommes & migrations, 1311, (...)
  • 17  Isabelle Lacoue-Labarthe (dir.), Etrangères, numéro thématique de Diasporas, 11, 2008.

8Ce dossier, imposant par la couverture chronologique et géographique qui est la sienne, apparaît comme la réciproque de l’entrée fracassante de l’histoire du genre dans les revues d’histoire des migrations depuis les années 2000. Dès 2005, la Revue européenne des migrations internationales publiait un numéro sur ce thème13, quelques mois avant que l’International Migration Review ne propose une analyse de la rencontre entre ces deux champs14. Des revues académiques internationales aux publications plus spécialisées ou destinées à la diffusion au grand public, les dossiers et numéros thématiques n’ont cessé depuis de se multiplier, à l’instar des éditions récentes de la revue Plein droit15 ou de la publication du Musée national d’histoire de l’immigration, Hommes & Migrations16. Il était bien naturel qu'après avoir participé au mouvement pionnier des années 2000 avec un numéro thématique consacré aux étrangères, Diasporas apporte une nouvelle pierre à cet édifice à la lumière des renouvellements récents17.

  • 18 Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », art. cité.
  • 19 Xavière Gauthier, La Vierge rouge. Biographie de Louise Michel, Paris, Les Éditions de Paris, 2013 (...)
  • 20 Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud sulla via dell’esilio », in Alberto Mario Banti, Paul Ginsbo (...)
  • 21 Sylvie Aprile, « De l’exilé à l’exilée : une histoire sexuée de la proscription politique outre-Ma (...)

9En le faisant au prisme de l’exil politique, elle se propose cependant d’aborder le croisement entre histoire du genre et histoire des migrations avec des difficultés spécifiques. S’il a fallu près de quarante ans à la recherche américaine pour découvrir que les femmes étaient devenues majoritaires dans les populations émigrant vers les États-Unis18, aucun renversement de perspective, aucune opération de désinvisibilisation ne pourra changer le fait que l’exil politique féminin est minoritaire au siècle des révolutions. Il appartient certes aux historiens d’expliquer ce phénomène : si la mobilité transnationale des femmes est déjà forte alors, son croisement avec la sphère politique, dont les femmes demeurent explicitement exclues tout au long de la période, ne facilite pas leur prise en compte. Il y a certes de nombreuses exceptions, dont certaines bien connues comme la princesse Cristina Trivulzio di Belgiojoso ou la communarde Louise Michel19. L’étude de leur trajectoire demeure une entrée incontournable, ne serait-ce que parce qu’elle permet d’expliquer leur rareté par la multiplicité des obstacles à l’engagement politique des femmes. À côté de ces figures aussi saillantes qu’exceptionnelles, depuis les travaux pionniers d’Anne Morelli en Belgique, ou ceux de Laura Guidi en Italie20, les recherches se sont multipliées pour donner un visage aux milliers de femmes touchées par l’exil directement ou indirectement, soit qu’elles accompagnent leurs frères, leurs conjoints, leurs pères dans la migration, soit qu’elles partent seules, soit qu’elles restent au pays mais subissent indirectement l’exil de leur mari. Cette tripartition inspirée de la typologie élaborée par Nancy L. Green a été reprise et adaptée en 2008 par Sylvie Aprile dans son analyse du passage « de l’exilé à l’exilée », écho direct de la transition allant «de l’immigré à l’immigrée21». En explorant la proscription républicaine après le coup d’État du 2décembre 1851, elle distingue la « suiveuse » de « l’exilée proprement dite » et de la « femme qui reste ». Une telle typologie demeure fondamentale pour analyser les différentes fonctions remplies par les femmes dans l’exil, même si elle ne doit pas conduire à classer de façon trop rigide les individus. Il existe au contraire une grande fluidité de ces catégories qui fait qu’une femme restée au pays peut s’engager à son tour dans le combat politique jusqu’à devenir une exilée à part entière, ou rejoindre ensuite son mari et devenir une suiveuse. L’opposition entre «l’exilée» proprement dite et la «suiveuse» ne rend d’ailleurs pas complètement justice aux dynamiques de couple: le rôle de soutien apporté par l’épouse à l’engagement politique de son mari ne se limite que rarement à le suivre, mais adopte toute une palette de modalités.

  • 22 Ce programme, financé par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre du « Défi Flash Asile » (...)
  • 23 Delphine Diaz, « Femmes en exil, femmes réfugiées dans la France du premier xixe siècle. Vers la d (...)
  • 24 Heléna Tóth, An Exiled Generation: German and Hungarian Refugees of Revolution, 1848-1871, New Yor (...)
  • 25 Delphine Diaz, Antonin Durand, Romy Sánchez (dir.), Dans l’intimité de l’exil, dossier de la Revue (...)

10C’est dans cette veine que le programme de recherches AsileuropeXIX, dont l’ambition était d’aborder l’histoire de l’asile offert aux exilés au xixe siècle dans une perspective européenne22, a cherché à faire ressortir la place spécifique des femmes dans les migrations politiques23. Certes, les femmes étaient très minoritaires dans les listes de réfugiés européens en France bénéficiant de subsides, mais de nouvelles sources permettent de les faire apparaître. En font partie au premier chef les suppliques qu’elles adressent pour elles ou pour leurs familles aux autorités d’assistance et de surveillance, et dont Héléna Tóth a fait un usage innovant dans son étude des réfugiés du centre de l’Europe au lendemain du Printemps des peuples24. L’attention portée à la répartition genrée des interactions avec les autorités administratives a conduit à une focalisation plus résolue sur les effets de l’exil sur la cellule familiale, dans sa dimension politique comme dans ses ressorts intimes, qui a donné lieu à un dossier publié en 2020 dans la Revue d’histoire du xixesiècle25.

Des femmes actrices de leur exil

  • 26 Sylvie Aprile, Delphine Diaz, Alexandre Dupont, Antonin Durand, « Le genre de l’exil », op. cit.

11Avec le présent dossier, nous aspirons à prolonger et approfondir les pistes ouvertes par cette historiographie récente. Les articles proposés portent ainsi un regard neuf sur les effets de la séparation ou non du couple en termes de réagencement des rapports de genre et d’agentivité des femmes. En repartant de la tripartition évoquée plus haut entre celle qui reste, la suiveuse et l’exilée politique, on retrouve systématiquement le même paradoxe à ce sujet. D’un côté, les femmes sont cantonnées à des activités traditionnellement considérées comme féminines – les activités du care en particulier. De l’autre, le sens de ces activités se trouve en permanence subverti, dans un contexte de déracinement qui conduit les femmes à les politiser, mais leurs faits et gestes n’en continuent pas moins de passer sous les radars de la surveillance des autorités26.

  • 27 Carol Diethe, « Keeping busy in the waiting-room: German women writers in London following the 184 (...)
  • 28 Delphine Diaz, Antonin Durand, Romy Sánchez, « Introduction. L’exil intime. Familles, couples et e (...)
  • 29 Sara Sánchez Calvo, Jeanne Deroin, une voix pour les femmes. Vida, revolución y exilio, thèse sous (...)
  • 30 Marianne Walle, « “Le pain amer de l’exil”. L’émigration des Allemands révolutionnaires (1848-1850 (...)

12Les femmes qui ne suivent pas leurs maris ou leurs proches en exil se trouvent ainsi chargées de maintenir dans le pays de départ la situation économique et sociale de la famille. Celles qui restent constituent des relais indispensables pour les proscrits, sur le plan économique, mais aussi sur le plan politique puisqu’elles deviennent des intermédiaires entre les exilés et les militants demeurés au pays. Celles qui suivent les hommes en exil, souvent cantonnées à la tenue du foyer ou à l’éducation des enfants, deviennent pour cette raison même des pivots essentiels de l’activité politique de leurs maris : le foyer du proscrit est également, bien souvent, un lieu où se réunissent les militants pour élaborer de nouvelles stratégies et de nouveaux projets27 ; la famille est un cadre essentiel à la transmission intergénérationnelle des valeurs politiques, et les femmes jouent à ce titre un rôle prééminent28. Les exilées, contraintes de partir du fait de leurs activités politiques, sont dans une situation en apparence moins paradoxale, mais les recherches récentes ont montré combien cette tripartition et la politisation différenciée qu’elle impliquait devaient être sérieusement nuancées. À preuve l’exemple de Jeanne Deroin, longtemps réputée avoir abandonné toute activité politique après son départ en exil pour Londres en 1851, et qu’une thèse récente a retrouvée engagée d’une tout autre manière dans son quartier londonien d’adoption29. Dans d’autres cas de figure, c’est l’exil au contraire qui politise les femmes ou en fait des pionnières de l’engagement au féminin : Mathilde Franziska Anneke, qui a suivi son mari Fritz dans l’exil américain, est devenue par la suite le pilier économique et politique du couple30, lançant en 1852 depuis Milwaukee le premier journal féministe publié aux États-Unis, la Deutsche Frauen-Zeitung.

  • 31 Jonathan Sperber, Karl Marx, homme du xixesiècle [Karl Marx, A Nineteenth-Century Life], traduit (...)
  • 32 Karine Rance, « Mémoires de nobles français émigrés en Allemagne pendant la Révolution française : (...)

13Si variés que soient les modes d’entrée dans l’action politique de ces femmes proscrites ou non, un point commun réside dans l’usage intense qu’elles font de l’écrit. Joue bien sûr, en partie, un effet de sources : les traces dont nous disposons sont des traces manuscrites ou publiées ; les écrits du for privé constituent en effet une voie d’accès privilégiée à ces femmes, en même temps qu’ils invisibilisent en retour toutes celles qui n’ont pas pris la plume. Il n’en reste pas moins que l’on constate la variété des pratiques d’écriture de ces femmes en migration. Peu nombreuses sont celles qui publient des brochures ou des articles pour défendre leurs idées, même si l’on ne saurait minorer leur rôle dans un certain nombre de publications masculines – le cas de Jenny Marx est devenu paradigmatique de cette réalité31 – ou exclusivement féminines, comme l’a montré l’exemple déjà évoqué de Mathilde Franziska Anneke. Le moment de l’écriture et de la publication peut aussi être différé dans le temps, et la rédaction de mémoires et de souvenirs constitue un autre volet de ces écrits de femmes exilées32. Cependant, ce sont surtout les correspondances qui révèlent l’implication de ces femmes dans l’exil : correspondance entretenue avec l’époux parti à l’étranger, avec les réseaux familiaux et amicaux du pays de départ, avec les autorités administratives ou judiciaires.

  • 33 Sur le rôle des femmes pétitionnaires qui prennent la plume en Piémont pour défendre les exilés, v (...)
  • 34 Heléna Tóth, An Exiled Generation…, op. cit.
  • 35 Sylvie Aprile, « Exil et éloignement : la famille comme recours », in Jean-François Chauvard, Chri (...)

14La correspondance avec les autorités concerne bien souvent une question cruciale qui mêle étroitement intime et politique : celle du possible retour. De ce point de vue, les femmes jouent un rôle d’intermédiaire, d’intercesseur entre le mari exilé et les autorités, qu’elles l’aient suivi en exil ou qu’elles soient restées au pays33. Elles multiplient alors les démarches pour obtenir que leur père, leur mari, leur fils puisse rentrer34. Ce protagonisme féminin participe d’une reconfiguration plus large des rapports de genre au sein du couple et de la cellule familiale à la faveur de l’expérience de l’exil. Les femmes acquièrent en effet un poids plus important dans les décisions dans la proscription, qui constitue tout à la fois un déracinement et une rencontre avec l’ailleurs. Une question aussi politique que celle du retour – qui suppose a minima une mesure de clémence des autorités, individuelle ou collective, mais peut également impliquer une soumission en bonne et due forme de l’exilé – devient ainsi l’objet de négociations où se mêlent considérations intimes et politiques, sans d’ailleurs que les femmes soient systématiquement partisanes du retour. Les lettres échangées par Agricol Perdiguier et sa femme Lise, étudiées par Sylvie Aprile, constituent une bonne illustration de ce phénomène35.

  • 36 Luisa Sáenz de Viniegra, Vida del General D. José María de Torrijos y Uriarte, Madrid, Imprenta de (...)

15La reconfiguration des rapports de genre et de l’agentivité des femmes en situation d’exil peut aussi procéder des nouvelles mobilités de ces femmes, dont on peut remarquer que certaines, quoiqu’exilées, ne le sont pas dans le même pays que leur conjoint, à l’image de Luisa Saenz de Viniegra, femme du général libéral José María de Torrijos, qui reste en France après le départ de son mari pour le Royaume-Uni dans les années 182036. Aux trois catégories proposées par Nancy L. Green, on pourrait ainsi en ajouter une quatrième : celle des femmes qui vont et viennent, en particulier entre le pays de départ et le pays d’accueil, chargées des missions les plus diverses, souvent liées à l’entretien et à la conservation du patrimoine familial, circulations qui peuvent également en faire des agentes politiques discrètes.

Les États face à l’exil au féminin

  • 37 À ce titre, une étude de l’exil au féminin au xixe siècle n’est possible qu’au prisme d’une approc (...)
  • 38 Delphine Diaz, « Le passeport », in Pierre Singaravelou, Sylvain Venayre (dir.), Le magasin du mon (...)

16Si ces femmes circulent, au moins les plus aisées d’entre elles37, c’est parce qu’elles le peuvent, et si elles le peuvent, c’est parce que les États contrôlent moins leurs déplacements : le fait est connu et a été bien mis en évidence par l’historiographie. Les papiers d’identité en fournissent un exemple éclatant, puisque les femmes n’y apparaissent généralement pas nominativement, mais qu’elles sont les accompagnatrices d’un mari ou d’un père38. L’agentivité paradoxale des femmes exilées procède ainsi en partie de leur plus grande capacité d'échapper à la répression étatique en raison de leur identité de genre. Les politiques menées par les États face à l’exil féminin constituent une autre ligne problématique majeure du présent dossier.

  • 39 Nous reprenons ici la belle expression de James C. Scott, Weapons of the Weak. Everyday Forms of P (...)

17Une lecture un peu rapide consisterait à voir dans les marges de manœuvre de ces exilées une arme des faibles39 : les femmes profiteraient de l’incapacité des États de concevoir une action politique au féminin pour retourner ce stéréotype contre eux et agir avec une plus grande latitude dans l’ombre des dispositifs répressifs. Il y a bien sûr de cela : les agents des forces de l’ordre et les hommes au pouvoir ne sont pas incapables de voir que les exilées font aussi de la politique, mais les cadres intellectuels dans lesquels ils agissent rendent cette action politique difficilement pensable.

  • 40 Florence Loriaux, « Femmes et exil durant la Première Internationale », Carhop [En ligne], 8/2008, (...)

18Il leur est en outre – et l’explication est sans doute de plus de valeur – très difficile de contrôler cette action par les outils répressifs qu’ils emploient habituellement parce que ceux-ci ne sont pas adaptés à la situation. Bien sûr, la femme du douanier peut à l’occasion se charger de fouiller une femme qui souhaite traverser la frontière, mais de façon générale il est aisé pour les exilées de passer discrètement d’un pays à l’autre, en dissimulant sur elles telle ou telle lettre ou correspondance40. On voit ici combien l’histoire de la répression politique est travaillée par la question du genre : comment construire les marges de manœuvre et les instruments d’une répression de l’exil féminin ? Cela suppose de forger des outils qui tiennent compte de cette spécificité de l’action politique des femmes.

  • 41 Christelle Taraud, « Les bagnes de l’Empire au féminin. Ou comment déporter les opposantes polit (...)

19Une telle problématique de l’articulation entre genre, politique et répression est bien visible dans la question encore peu étudiée de la « transportation », terme employé au xixe siècle pour renvoyer à la peine de déportation des opposants politiques vers des destinations coloniales lointaines. Pratiquée par nombre de pays européens à l’époque, la transportation concerne aussi des femmes, qu’elles soient elles-mêmes condamnées ou qu’elles suivent – avec leurs enfants – leurs maris dans une peine bien souvent sans retour. Comment gérer la présence de ces femmes, dans les moyens de transport mobilisés, puis sur place, dans les confins des empires coloniaux vers lesquelles elles sont envoyées ? Les pistes suggérées par Christelle Taraud à propos de la déportation des communards sont suggestives41. Alors que le premier bateau transportant des communards vers la Nouvelle-Calédonie en 1872 comprend quatre immenses cages dans lesquelles hommes et femmes sont enfermés ensemble, le convoi suivant, en 1873, instaure la non-mixité des cages, signe de la nécessité de réétudier les dispositifs d'enfermement et de contrôle à l'aune du genre. Dès lors, comme expérience extrême de l’éloignement politique, la transportation constitue sans doute un observatoire fécond des dynamiques d’adaptation des dispositifs répressifs à la présence des femmes.

  • 42 Pour reprendre le néologisme de Stéphane Dufoix, Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécosl (...)
  • 43 Caroline Ibos, « Éthiques et politiques du care. Cartographie d’une catégorie critique », Clio. Fe (...)
  • 44 Alexandre Dupont, Rachel Renault, « Introduction. Les espaces alternatifs du politique (monde atla (...)

20La question ne ressortit pas seulement, pour autant, à la construction ou non de dispositifs étatiques idoines. La complexité de la répression de l’exil féminin par les États s’explique aussi par la nature de « l’exopolitie42 » féminine. Parce que ces exilées appartiennent à des cultures politiques qui reproduisent, avec des spécificités et des nuances notamment s’agissant du socialisme, la répartition des rôles genrés prévalant dans les sociétés de l’époque, elles sont la plupart du temps cantonnées à des activités considérées comme féminines, dans le domaine du care en particulier. Ces activités sont considérées comme non politiques, dans la mesure où elles relèvent au xixe siècle de pratiques sociales telles que la charité, le soin, l’assistance, qui ne sont politisées que dans certains contextes et dans certaines circonstances43. Cette politisation est en quelque sorte déguisée sous des dehors qui la rendent acceptable, mais d’autant plus difficile à identifier : comment repérer et réprimer le politique quand il se cache44 ?

  • 45 Natalia Tikhonov, « Les étudiantes de l’Empire des tsars en Europe occidentale : des exilées “po (...)
  • 46 Gérard Gengembre, « Et Madame de Staël prit le chemin de l’exil… », L’Histoire, 124, juillet-août (...)

21Ce que l’on peut dire, en l’état actuel de la recherche, c’est que les appareils étatiques prennent conscience de cette exopolitie féminine et en tiennent compte dans leur politique de lutte contre leurs opposants politiques au fil du siècle : les femmes socialistes et anarchistes exilées à la fin du xixe siècle sont beaucoup plus surveillées que les émigrées ou les proscrites libérales des débuts du siècle45 – même si les mesures prises par le pouvoir napoléonien contre Germaine de Staël constituent un exemple précoce de répression dirigée contre une femme, ce qui s’explique sans doute par la renommée de l’écrivaine dans l’Europe de l’époque : « Sa traversée de l’Europe est une aventure ponctuée de rencontres décisives, entrecoupée de brefs retours, tendue par l’attente anxieuse d’une grâce de l’Empereur et les drames – tant domestiques que sentimentaux –, enrichie par l’écriture et par l’initiation aux grandes questions de la philosophie allemande46. »

  • 47 Delphine Diaz, En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du xviiiesiècle à nos jours, Paris, Gal (...)

22Après la parution de son essai De l’Allemagne, en 1810, l’exil de Madame de Staël à Coppet, sur les bords du lac Léman, est en effet devenu sans appel et c’est seulement l’abdication de Napoléon en avril 1814 qui permet à l’écrivaine de rentrer à Paris. L’essor d’une politique de contrôle et de répression visant les exilées, qui prend de l’ampleur au lendemain des guerres napoléoniennes, s’inscrit à la croisée de trois phénomènes : la massification des exils en Europe ; la construction progressive d’appareils policiers plus efficaces et mieux coordonnés ; la plus grande place faite aux femmes dans les mouvements républicains, socialistes et anarchistes47.

  • 48 Delphine Diaz, « Mujeres de refugiados, mujeres refugiadas en la Francia del siglo XIX (años 1830- (...)

23On aurait tort, toutefois, de limiter la réflexion aux seules questions du contrôle et de la répression. Quel traitement les États réservent-ils à ces exilées en termes d’assistance et d’aide financière, en ce qui concerne les conditions de vie qui leur sont offertes en exil ? Les politiques diffèrent assurément selon les États et les moments, mais l’historiographie a bien montré que la prise en charge financière des femmes était globalement inférieure et différait en fonction de leur statut marital et de la famille éventuellement à leur charge48. Il y a matière à aller plus loin dans cette perspective, qui ouvre également des questionnements quant aux conditions de vie des femmes en exil, en particulier s’agissant de leur insertion professionnelle dans le pays d’accueil, une réalité qui reste mal connue.

Une économie domestique perturbée par l’exil

24Le dernier aspect que ce dossier entend explorer s’inscrit dans une approche large du fait migratoire qui ne le réduit pas à la mobilité : d’abord parce que le déplacement n’est souvent qu’un moment bref au regard d’une trajectoire migratoire qui en porte la marque bien au-delà de l’arrivée dans un lieu de migration, ensuite parce que le fait social total qu’est la migration touche un ensemble de personnes bien plus étendu que les seules personnes qui se meuvent. Or les femmes qui restaient au pays ont longtemps été les oubliées de l’histoire des migrations puisqu’elles ne se déplaçaient pas49. Ainsi, même lorsque les activités politiques d’un homme étaient à l’origine de son exil, sa famille et en premier lieu sa femme en subissaient directement les effets, qu’elle l’ait accompagné ou qu’elle soit restée au pays. Les effets de l’exil sur les femmes qui restent demeurent relativement méconnus alors même qu’ils produisent un ensemble de sources original et abondant.

  • 50 Catherine Brice, « Le dilemme de la fraternité dans l’exil : fraternité, confiscation, patrimoine  (...)

25En fuyant les persécutions de leur pays de départ, les exilés ne se mettent pas complètement à l’abri : s’ils laissent derrière eux famille et patrimoine, deux leviers de poursuite restent entre les mains des autorités. Les lois européennes ne permettent certes pas de s’en prendre directement à l’épouse pour les crimes reprochés à son mari. En revanche, les mesures de confiscation, de mise sous séquestre ou de taxation du patrimoine touchent mécaniquement tous les membres d’un foyer. Catherine Brice a ouvert sur ce sujet un vaste chantier dont elle livre ici de nouveaux résultats50. La séparation conduit surtout à une redistribution des fonctions genrées, les femmes devant prendre le relais des hommes pour les activités que l’éloignement les empêche désormais d’exercer. Ainsi, la gestion du patrimoine, domaine lié au maintien du rang des familles et traditionnellement dévolu aux hommes, du moins dans sa dimension publique, revient souvent à leurs épouses. Or ce type d’activité laisse de nombreuses traces archivistiques aussi bien publiques – documents fiscaux, lettres de demande de remise ou de levée de séquestre – que privées – correspondances entre époux. La séparation induite par l’exil a en effet l’avantage pour l’historien qu’elle contraint à mettre par écrit des échanges qui, en temps normal, n’auraient laissé aucune trace. Les stratégies de préservation du patrimoine comme le quotidien de la gestion se trouvent ainsi explicités dans les échanges épistolaires, qui permettent parfois de suivre avec minutie les évolutions dans la répartition genrée de la gestion du patrimoine.

 

26Pour explorer l’exil au féminin en levant ses zones d’ombre, le dossier revient d’abord sur l’émigration contre-révolutionnaire au temps de la Révolution française, longtemps présentée comme n’ayant concerné que le « second ordre » et conçue comme un mouvement migratoire éminemment masculin. Or Sydney Watts tord le cou à ces clichés et éclaire la part importante prise par les femmes françaises dans l’émigration vers les îles anglo-normandes. En étudiant un groupe de 800 émigrés à Jersey, elle tend aussi à renverser les poncifs sur le rôle effacé des émigrées : nombre d’entre elles étaient les chefs de famille, assumant l’éducation d’enfants avec l’aide d’une domesticité nombreuse et très féminisée, elle aussi trop longtemps restée dans l’ombre.

  • 51 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992

27La fin de cette décennie révolutionnaire si décisive dans la mise en mouvement des Européennes et Européens est éclairée par Paolo Conte dans son étude des exilés napolitains qui ont fui l’écrasement de la « République sœur » parthénopéenne en 1799. S’inscrivant dans le sillage des travaux d’Anna Maria Rao51, il éclaire la part prise par les femmes parmi les Napolitains officiellement reconnus comme « réfugiés » en France sous le Consulat et le Premier Empire. Là encore, les femmes en exil – en premier lieu, celles issues des élites – apparaissent comme d’authentiques protagonistes de la migration, capables de prendre la plume pour demander des secours et préparer leur retour à Naples, mais aussi d’aménager l’exil en France.

28L’entrée dans le xixe siècle se caractérise par un développement des appareils policier et répressif qui se perfectionnent pour suivre les traces des Européens en mouvement. Dans son analyse des politiques appliquées par l’administration de la Sûreté publique belge aux réfugiés dans les années 1830-1870, Christophe Chevalier montre que rares sont alors les femmes étrangères qui disposent d’un dossier individuel établi par la Police des étrangers. Pour autant, elles ne sont pas absentes des préoccupations des agents de la Sûreté qui scrutent leurs allées et venues, mais aussi et surtout leurs mœurs, les étrangères étant toujours suspectées de prostitution et menacées à ce titre d’expulsion hors du territoire. Dans la Suisse de la fin de siècle, étudiée par Faith Hillis, les émigrées russes, arrivés par centaines, souvent pour faire des études et pour protester silencieusement contre l’oppression du régime tsariste, font l’objet des préoccupations tant du pays d’accueil que du pays d’exil. La Russie constitue en effet une commission pour enquêter sur les étudiantes à Zurich, accusées de promouvoir des idées révolutionnaires, mais aussi de défendre l’égalité des droits des hommes et des femmes, menaçant ainsi la « base même de la famille ». Cependant, la question des réfugiées au féminin n’est pas qu’une affaire européenne d’États-nation, elle se déploie également en contexte colonial : l’article de Frédéric Garan étudie l’exil de la dernière reine de Madagascar, Ranavalona III, proscrite d’abord à La Réunion puis en Algérie par la volonté du général Gallieni en 1897, et rapidement associée à l’image d’une reine d’opérette dans l’imaginaire des Français de métropole.

29Tout autant que le rôle des États dans la proscription ou la contention administrative des femmes en exil, dans les métropoles comme dans les colonies, ce sont aussi les réagencements dans les rapports de genre que ce dossier veut interroger. Dans certains cas de figure, l’ordre patriarcal est explicitement visé par les exilées, comme en témoigne l’exemple des étudiantes russes socialistes et anarchistes. Mais même lorsque ce n’est pas le cas, l’émigration contrainte à l’étranger contribue à ébranler les normes de genre et à doter les femmes de nouveaux rôles. Guilhem Chauvet revient sur les traces de María de las Nieves, fille du roi déchu de Portugal Michel Ier, entrée par son mariage dans la « famille carliste », un courant contre-révolutionnaire qui s’est organisé autour de la figure du prétendant Carlos V au cours d’une première guerre survenue en Espagne entre 1833 et 1840. María de las Nieves joue le rôle de gardienne du carlisme espagnol depuis l’exil autrichien après la seconde guerre carliste (1872-1876). Dans le même temps, elle gère un patrimoine foncier considérable et suit de près l’éducation des infants. Si l’exil à l’étranger offre aux femmes des élites des opportunités de s’affirmer, le départ en solitaire des hommes leur ouvre également des possibles : c’est ce que montre l’étude de Catherine Brice sur leur participation dans la péninsule italienne à la gestion économique des patrimoines, qu’elles doivent préserver de la menace de l’étiolement, de la confiscation ou du séquestre, en négociant constamment avec les autorités administratives.

Haut de page

Notes

1 Victor Hugo, Histoire d’un crime (1877), partie IV : «La victoire», chap. 12: «Les expatriés», édition numérique de Jean-Marc Hovasse et Guy Rosa, p. 503 : http://www.groupugo.univ-paris-diderot.fr/Histoire_crime/Histoire%20d’un%20crime.pdf?Submit3=Texte+%C3%A9tabli.

2 Anne Morelli, « Introduction. Exhumer l’histoire des femmes exilées politiques », Sextant, 26, 2009, p. 7-16.

3 Sylvie Aprile, Delphine Diaz, Alexandre Dupont, Antonin Durand, « Le genre de l’exil » in Delphine Diaz, Sylvie Aprile (dir.), Les réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du xixesiècle, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, p. 223-260.

4 Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », Clio. Femmes, genre, histoire, 51, 2020, p. 185-206.

5 Voir par exemple Milton Cantor, Bruce Laurie (eds.), Class, Sex, and the Woman Worker, Westport, Greenwood Press, 1977 ; Annie Phizacklea (ed.), One Way Ticket: Migration and Female Labour, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1983. Voir également Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », art. cité.

6 Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte, 2020.

7 Donna R. Gabaccia, From Sicily to Elizabeth Street: Housing and Social Change among Italian Immigrants, (1880-1930), New York, State University of New York Press, 1984.

8 Donna R. Gabaccia, From the Other Side. Women, Gender and Immigrant Life in the US (1820-1990), Bloomington, Indiana University Press, 1996.

9 Katharine M. Donato, Donna R. Gabaccia, Gender and International Migration: From the Slavery Era to the Global Age, New York, Russell Sage Foundation, 2015.

10 Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.

11 « Et pourtant elles bougent ! À propos des mobilités des femmes », journée d’études organisée par Cécile Dauphin et Isabelle Bertaux-Wiame dans le cadre du groupement de recherches MAGE (Marché du travail et genre en Europe) placé sous la direction de Jacqueline Laufer et Christine Marry, 8 juin 2000, http://mage.recherche.parisdescartes.fr/wp-content/uploads/sites/17/2019/04/journe%CC%81e-8juin2000.pdf.

12 Linda Guerry, Françoise Thébaud (dir.), Femmes et genre en migration, numéro thématique de Clio. Femmes, genre, histoire, 51, 2020.

13 Christine Catarino, Mirjana Morokvasic (dir.), Femmes, genre, migration et mobilités, numéro thématique de la Revue européenne des migrations internationales, 21, 2005, n° 1.

14 Katharine M. Donato, Donna R. Gabaccia et al. (eds.), « Gender and migration revisited », International Migration Review, 40, printemps 2006, n° 1.

15 Femmes, étrangers: des causes concurrentes ? dossier de Plein droit, la revue du Gisti, décembre 2017.

16 Mirjana Morokvasic (dir.), Femmes et migrations, dossier thématique de Hommes & migrations, 1311, 2015.

17  Isabelle Lacoue-Labarthe (dir.), Etrangères, numéro thématique de Diasporas, 11, 2008.

18 Nancy L. Green, « Quatre âges des études migratoires », art. cité.

19 Xavière Gauthier, La Vierge rouge. Biographie de Louise Michel, Paris, Les Éditions de Paris, 2013. Mariachiara Fugazza, Karoline Rörig (dir.), La Prima donna d’Italia. Cristina Trivulzio di Belgiojoso tra politica e giornalismo, Milan, FrancoAngeli, 2010.

20 Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud sulla via dell’esilio », in Alberto Mario Banti, Paul Ginsborg (dir.), Storia d’Italia. Annali 22. Il Risorgimento, Turin, Einaudi, 2007, p. 225-252.

21 Sylvie Aprile, « De l’exilé à l’exilée : une histoire sexuée de la proscription politique outre-Manche et outre-Atlantique sous le Second Empire », Le Mouvement social, 225, 2008, p. 27-38.

22 Ce programme, financé par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre du « Défi Flash Asile », a été coordonné par Delphine Diaz entre 2016 et 2020 et hébergé par le Centre d’études et de recherche en histoire culturelle de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

23 Delphine Diaz, « Femmes en exil, femmes réfugiées dans la France du premier xixe siècle. Vers la difficile reconnaissance d’un statut », dans Nicolas Beaupré, Karine Rance (dir.), Arrachés et déplacés. Réfugiés politiques, prisonniers de guerre, déportés, 1789-1918, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2016, p. 47-62. Sylvie Aprile, Delphine Diaz, Alexandre Dupont, Antonin Durand, « Le genre de l’exil », op. cit.

24 Heléna Tóth, An Exiled Generation: German and Hungarian Refugees of Revolution, 1848-1871, New York, Cambridge University Press, 2014.

25 Delphine Diaz, Antonin Durand, Romy Sánchez (dir.), Dans l’intimité de l’exil, dossier de la Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, p. 8-149.

26 Sylvie Aprile, Delphine Diaz, Alexandre Dupont, Antonin Durand, « Le genre de l’exil », op. cit.

27 Carol Diethe, « Keeping busy in the waiting-room: German women writers in London following the 1848 Revolution », in Sabine Freitag (ed.), Exiles from European Revolutions. Refugees in Mid-Victorian England, New York, Oxford, Berghahn Books, 2003, p. 253-274.

28 Delphine Diaz, Antonin Durand, Romy Sánchez, « Introduction. L’exil intime. Familles, couples et enfants à l’épreuve de la migration contrainte au xixe siècle », Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, p. 8-26.

29 Sara Sánchez Calvo, Jeanne Deroin, une voix pour les femmes. Vida, revolución y exilio, thèse sous la direction de Christine Planté et Asunción Bernárdez Rodal, Universidad Complutense de Madrid, 2021.

30 Marianne Walle, « “Le pain amer de l’exil”. L’émigration des Allemands révolutionnaires (1848-1850) vers les États-Unis », in Themenportal Europäische Geschichte, 2007.

31 Jonathan Sperber, Karl Marx, homme du xixesiècle [Karl Marx, A Nineteenth-Century Life], traduit de l’américain par David Tuaillon, Paris, Piranha, 2017.

32 Karine Rance, « Mémoires de nobles français émigrés en Allemagne pendant la Révolution française : la vision rétrospective d’une expérience », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 46, 1999, n° 2, p. 245-262.

33 Sur le rôle des femmes pétitionnaires qui prennent la plume en Piémont pour défendre les exilés, voir Antonin Durand, « “Éloigner les Barabbas”. Sur une campagne d’expulsion d’étrangers en Piémont en 1853 », Diasporas. Circulations, migrations, histoire, 33, 2019, p. 119-135.

34 Heléna Tóth, An Exiled Generation…, op. cit.

35 Sylvie Aprile, « Exil et éloignement : la famille comme recours », in Jean-François Chauvard, Christine Lebeau (dir.), Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2006, p. 31-47.

36 Luisa Sáenz de Viniegra, Vida del General D. José María de Torrijos y Uriarte, Madrid, Imprenta de Manuel Minuesa, 1860.

37 À ce titre, une étude de l’exil au féminin au xixe siècle n’est possible qu’au prisme d’une approche intersectionnelle de la question, qui croise la question du genre et celle de la classe sociale, les répercussions de cette dernière sur l’agentivité des femmes en exil étant considérables.

38 Delphine Diaz, « Le passeport », in Pierre Singaravelou, Sylvain Venayre (dir.), Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du xviiiesiècle à nos jours, Paris, Fayard, 2020, p. 341-345.

39 Nous reprenons ici la belle expression de James C. Scott, Weapons of the Weak. Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, Yale University Press, 1985.

40 Florence Loriaux, « Femmes et exil durant la Première Internationale », Carhop [En ligne], 8/2008, mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 21 novembre 2021. URL : https://www.carhop.be/images/femmes_exil_premiere_internationale_f.loriaux_2008.pdf.

41 Christelle Taraud, « Les bagnes de l’Empire au féminin. Ou comment déporter les opposantes politiques de la métropole dans les colonies françaises au xixe siècle », Sextant, 26, 2009, p. 17-25.

42 Pour reprendre le néologisme de Stéphane Dufoix, Politiques d’exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris, PUF, 2002, p. 29.

43 Caroline Ibos, « Éthiques et politiques du care. Cartographie d’une catégorie critique », Clio. Femmes, genre, histoire, 49, 2019, p. 181-219.

44 Alexandre Dupont, Rachel Renault, « Introduction. Les espaces alternatifs du politique (monde atlantique, xviiie-xixe siècles) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 52, 2022, p. 9-24.

45 Natalia Tikhonov, « Les étudiantes de l’Empire des tsars en Europe occidentale : des exilées “politiques” ? », Sextant, 26, 2009, p. 27-37. Voir aussi, pour le xxe siècle, Maëlle Maugendre, « Lutter et résister dans les centres d’hébergement et les camps d’internement français : l’exemple des femmes espagnoles anarchistes (1939-1942) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 19/2017, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 22 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ccec/6732 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ccec.6732.

46 Gérard Gengembre, « Et Madame de Staël prit le chemin de l’exil… », L’Histoire, 124, juillet-août 1989.

47 Delphine Diaz, En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du xviiiesiècle à nos jours, Paris, Gallimard, 2021.

48 Delphine Diaz, « Mujeres de refugiados, mujeres refugiadas en la Francia del siglo XIX (años 1830-1870) », Arenal, 26, 2019, p. 343-365.

49 Geneviève Cortes, « Women and migrations: Those who stay », EchoGéo, 37, 2016, http://journals.openedition.org/echogeo/14892.

50 Catherine Brice, « Le dilemme de la fraternité dans l’exil : fraternité, confiscation, patrimoine », in ead., Sylvie Aprile (dir.), Exil et fraternité au xixesiècle, Bordeaux, Bière, 2013, p. 31-41. Catherine Brice, « Confiscations et séquestres des biens des exilés politiques dans les États italiens au xixe siècle. Questions sur une pratique et projets de recherches », Diasporas, 23-24, 2014, p. 147-163 ; Ead. (dir.), Propriété et politique: exil, séquestres, confiscations dans l’Italie du xixesiècle / Proprietà e politica : esilio sequestri e confische nel lungo Ottocento italiano, numéro thématique des Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 129, 2017, n° 2.

51 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Portrait de la princesse Cantacuzène par Nadar, v. 1860, source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, PET FOL-EO-15 (2), Gallica.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/6780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonin Durand, Alexandre Dupont et Delphine Diaz, « Sur les pas des femmes en exil »Diasporas, 38 | 2021, 7-20.

Référence électronique

Antonin Durand, Alexandre Dupont et Delphine Diaz, « Sur les pas des femmes en exil »Diasporas [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 12 septembre 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/6780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.6780

Haut de page

Auteurs

Antonin Durand

Antonin Durand est agrégé et docteur en histoire contemporaine. Il est coordinateur scientifique du département « Global » de l’Institut Convergence migrations. Après une thèse sur les mathématiciens italiens en politique dans l’Italie risorgimentale (La Quadrature du cercle. Les mathématiciens dans la vie parlementaire (1848-1913), Paris, Presses de la rue d’Ulm, 2018), il s’intéresse aux mobilités transnationales des étudiants et des réfugiés. Il a publié Les Voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) (Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2020) et co-dirigé avec Delphine Diaz et Romy Sánchez Dans l'intimité de l'exil, (Revue d'histoire du xixe siècle, n° 61, 2020-2)

Antonin Durand holds an agrégation and a PhD in history. He is currently scientific coordinator at the French Collaborative Institute on Migrations. After his first book on the place of mathematicians in nineteenth-century Italy’s political life (La Quadrature du cercle. Les mathématiciens dans la vie parlementaire (1848-1913), Paris, Presses de la rue d’Ulm, 2018), his work focuses on the transnational mobilities of European élite and refugees. He authored Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) (Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2020) and co-edited with Delphine Diaz et Romy Sánchez Dans l'intimité de l'exil, (Revue d'histoire du xixe siècle, n° 61, 2020-2)

Articles du même auteur

Alexandre Dupont

Alexandre Dupont est maître de conférences à l’Université de Strasbourg. Il a publié en 2020 un livre tiré de sa thèse, Une internationale blanche. Histoire d’une mobilisation royaliste entre France et Espagne dans les années 1870, paru aux Éditions de la Sorbonne, et a co-dirigé plusieurs dossiers de revue en France et en Espagne. Ses recherches portent sur les circulations contre-révolutionnaires transnationales, sur les résistances populaires au libéralisme en milieu rural, ainsi que sur une étude de la frontière au xixe siècle comme espace politique à part entière.

Alexandre Dupont is a lecturer at the University of Strasbourg. In 2020 he has published a book based on his PhD thesis, Une internationale blanche. Histoire d'une mobilisation royaliste entre France et Espagne dans les années 1870, edited by Éditions de la Sorbonne. He also has co-edited several journal dossiers in France and Spain. His research focuses on transnational counter-revolutionary circulations, on popular resistance to liberalism in rural areas, and on a study of the border in the 19th century as a proper political space.

Delphine Diaz

Delphine Diaz est maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre junior de l’Institut universitaire de France. En 2014, elle a publié un livre issu de sa thèse, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier xixe siècle (Paris, Armand Colin, 2014, prix Augustin Thierry du Comité d’histoire de la ville de Paris en 2015). Elle est l’autrice d’En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du xviiie siècle à nos jours (Paris, Gallimard, collection « Folio », 2021).

Delphine Diaz is a lecturer in contemporary history at the University of Reims, and a member of the Institut universitaire de France. In 2014 she published a book based on her PhD thesis, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier xixe siècle (Paris, Armand Colin, 2014). She is the author of a recent book on the history of refugees in contemporary Europe, En exil. Les réfugiés en Europe de la fin du xviiie siècle à nos jours (Gallimard, « Folio », 2021).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search