Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Un exil fort difficile, un retour...

Un exil fort difficile, un retour tant espéré

Les réfugiées napolitaines en France sous le Consulat et le Premier Empire
A very difficult exile, a much hoped-for return : Neapolitan refugees in France during the Consulate and the First Empire
Paolo Conte
p. 45-57

Résumés

En 1806, les réfugiés napolitains demeurant en France depuis 1799 peuvent finalement rentrer dans leur patrie et soumettent à cette fin au ministère de la Police des demandes concernant les frais de transport. L’article analyse ces dossiers, en enquêtant notamment sur la présence des femmes, lesquelles ont joué un rôle à part entière dans cet exil en ce début de siècle. Elles ont été amenées à agir dans des conditions d’extrême indigence, ce qui les a obligées à faire face à des problèmes nouveaux et à engager des trajectoires professionnelles inattendues.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives nationales (dorénavant AN), F7 6474, dossier Grégoire Cipriani, pétition à l’Empereur, Pa (...)

« Il y a longtemps que les Napolitains qui sont à Paris attendent un changement favorable pour le bonheur de leur patrie. Il est arrivé, Sire, vous avez fixé notre sort, vous avez surpassé nos espérances. Nous pouvons maintenant retourner avec joie au sein de notre patrie et vos consolantes promesses seront notre garantie. Retirés au centre du monde civilisé, nous y avons trouvé une généreuse hospitalité et nous avons goûté les douceurs des peuples soumis à vos lois. Agréez, Sire, les remerciements des Napolitains reconnaissants et permettez notre retour en Italie : nous irons raconter à nos amis ce que vous avez fait pour le bonheur des nations1. »

  • 2 Sur les événements de 1799, voir Antonino De Francesco, 1799. Una storia d’Italia, Milan, Guerini (...)

1Début mars 1806, les armées de l’Empire étant à nouveau dans les territoires de l’Italie méridionale, les exilés napolitains demeurant en France s’empressent d’écrire à Napoléon pour lui demander de faciliter leur retour dans la Péninsule. Ils avaient quitté leur patrie environ sept ans auparavant pour se soustraire aux arrestations déclenchées par les Bourbons lorsqu’à l’été 1799, la famille royale était revenue dans la capitale à la suite de l’échec de la République napolitaine, et qu’une dure répression avait eu lieu. Cette « république sœur » avait été installée dans les territoires du royaume de Naples quelques mois auparavant, quand en janvier l’armée d’Italie guidée par le général Championnet était entrée dans la ville parthénopéenne2.

  • 3 Sur l’exil des Italiens en France au début du xixe siècle, voir Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazio (...)

2Grâce à une nouvelle avancée française en Italie, au printemps 1806, le changement de contexte géopolitique à la suite de la bataille d’Austerlitz permet donc à ces exilés de 1799 d’envisager le retour longtemps espéré. De plus, puisqu’il s’agit d’individus qui ont été obligés de fuir leur pays à cause du soutien fourni à la faction républicaine et qui se sont montrés fidèles à la France même après le tournant impérial, ils ambitionnent également d’obtenir des charges administratives auprès du nouveau gouvernement qui doit s’installer à Naples sous la houlette de Joseph Bonaparte3.

  • 4 Plus généralement, sur les politiques de départ, la référence est Nancy L. Green, François Weil (d (...)

3Ainsi, l’exil de ces patriotes peut finalement s’achever. D’ailleurs, dès la mi-mars 1806, heureux de pouvoir favoriser le départ de ces réfugiés politiques dont la présence à Paris avait suscité nombre d’inquiétudes, l’empereur arrête que ces Napolitains ont droit de jouir de passeports délivrés gratuitement et de secours économiques pour le voyage4. Accordés par le ministère de la Police proportionnellement au nombre de membres de la famille et à la distance à parcourir pour rentrer au pays, ces financements, qui ne sont d’abord prévus que pour les réfugiés demeurant à Paris, seront par la suite élargis aux groupes d’exilés se trouvant dans d’autres villes françaises, notamment à Marseille et à Lyon.

4Dans ce cadre, tout au long des mois suivants, une véritable course visant à obtenir ces secours a lieu parmi ces nombreux Napolitains, lesquels avaient dû prolonger leur séjour en France même après la victoire des armées républicaines à Marengo, en juin 1800. Contrairement aux réfugiés de l’Italie septentrionale (notamment les Milanais et les Piémontais), ils n’avaient pu interrompre leur exil à la suite du retour des Français dans la Péninsule, parce que leur patrie demeurait sous le pouvoir des Bourbons. Du reste, même le traité de paix de Florence, signé en mars 1801 entre la République française et la cour de Naples, tout en rétablissant les relations diplomatiques entre ces deux pays, n’avait point rassuré ces exilés sur la possibilité de rentrer dans leur patrie, mais les avait en quelque sorte poussés à prolonger leur séjour en France.

  • 5 Benedetto Croce, « Tra gli esuli napoletani del Novantanove ancora in Francia nel 1806 », in id., (...)

5Conservées dans un carton volumineux du fonds F/7 aux Archives nationales, les demandes qu’en 1806 ces réfugiés napolitains ont adressées au ministère de la Police en vue d’obtenir des secours pour rentrer dans leur pays feront donc l’objet de notre attention. Et cela, après qu’une première enquête sur ces documents a été menée il y a plus d’un siècle par Benedetto Croce dans son article sur la suite de la carrière politique de ces patriotes de 17995. Ainsi, dans une optique d’histoire des mobilités qui s’efforce de dépasser les clivages entre l’histoire politique et l’histoire sociale, nous nous proposons d’utiliser des sources « classiques », comme le sont les rapports de police, pour enquêter sur la situation économique et les modes de vie en France de ces réfugiés.

  • 6 Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud sulle vie dell’esilio. 1848-1860 », in Alberto Mario Banti, (...)
  • 7 Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2011 ; Maurizio Isabella, Ris (...)
  • 8 Sur l’importance de cette période dans la construction de l’identité nationale italienne, voir Umb (...)

6Cette approche visera en particulier à prendre en compte les dossiers concernant ces femmes napolitaines qui se trouvent amenées à agir en France, soit seules, soit (plus souvent) aux côtés de leurs maris. Elles sont bien loin de n’être que de simples accompagnatrices et participent pleinement à l’évolution de ce monde méridional à l’étranger. Dans la lignée des travaux de Laura Guidi (qui peuvent être considérés, du moins du côté italien, comme les études pionnières sur la question des femmes en exil6), nous envisageons de réfléchir sur le rôle que la présence féminine a joué dans le contexte de l’exil italien en ce début de xixe siècle. En se proposant de remonter en amont de la période analysée par les travaux de Maurizio Isabella et Agostino Bistarelli sur les exilés italien7, cette étude ambitionne de réfléchir aux caractéristiques de la mobilité italienne en France à l’époque napoléonienne, période injustement oubliée dans les études sur l’exil au xixe siècle8.

  • 9 À ce propos voir aussi Angela Russo, Nel desiderio delle tue care nuove. Scritture private e relaz (...)

7Nous nous focaliserons davantage sur la présence concrète de ces femmes dans la vie en exil que sur leurs activités menées dans le pays natal en vue de défendre les intérêts des hommes ayant été obligés de partir. Seront analysées les fonctions qu’elles exerçaient en France, aux côtés de leurs époux, de leurs compagnons ou de leurs fils, laissant de côté le rôle que jouaient les femmes restées dans la péninsule italienne9. En interrogeant l’exil non seulement comme une migration politique, mais aussi comme un phénomène contribuant à former des nouvelles familles ou bien à changer la vie et les habitudes de ces foyers, nous essayerons donc de réfléchir également sur les conséquences sociales de ces trajectoires. Dans ce cadre, le rôle des femmes s’avère crucial, car il pose tant la question des rapports de couple en situation d’exil que le thème des stratégies professionnelles abordées par ces actrices à l’étranger.

8Concrètement, cela nous amènera à prendre en compte les demandes expressément soumises par des femmes (ce qui nous permettra de réfléchir sur leurs initiatives spécifiques et sur leur condition en exil), ainsi que les dossiers concernant les foyers familiaux caractérisés par la présence d’une ou plusieurs femmes. Il s’agit là de mieux évaluer les proportions quantitatives et les implications qualitatives de cette présence féminine pendant ce séjour forcé.

9De fait, après avoir en premier lieu esquissé les caractéristiques générales des différents itinéraires d’exil des « Italiennes » en France en ce début de siècle, force sera d’enquêter sur les parcours de ces Napolitaines qui, pendant ce séjour dans l’Hexagone, se sont vues contraintes de faire face à des problèmes économiques absolument nouveaux par rapport à leur condition sociale initiale. Dans un troisième temps, nous tenterons d’analyser les trajectoires professionnelles et personnelles de ces femmes qui, pour des raisons différentes, ont été amenées à vivre dans un autre pays et à changer radicalement leurs habitudes. Il s’agira donc de s’interroger sur la façon dont, en ce début de siècle, ces épouses, ces mères, ces patriotes se sont révélées des actrices à part entière de l’exil dans la France napoléonienne.

Les parcours différents des réfugiées « italiennes » sous le Premier Empire

  • 10 Elisa Strumia, « Rivoluzionare il bel sesso ». Donne e politica nel triennio repubblicano (1796-17 (...)
  • 11 Archives du ministère des Affaires étrangères (dorénavant AMAE), Mémoires et documents, Italie, bo (...)

10Dans son ouvrage sur le rôle des femmes dans la politique révolutionnaire du Triennio (c’est-à-dire la phase qui va de 1796 à 1799, au cours de laquelle la Péninsule entre en contact avec les armées républicaines françaises), Elisa Strumia a bien montré que ce moment crucial dans l’histoire de l’Italie a marqué un tournant important également quant à la participation des femmes dans le discours public et dans la vie de la cité10. L’historiographie révolutionnaire a cependant consacré moins d’attention à la suite des trajectoires de ces femmes sous Napoléon, à savoir l’exil éventuel qu’elles ont subi après l’échec des « républiques sœurs », lorsqu’elles ont été obligées de fuir leur patrie et de se réfugier en France. Néanmoins, les documents de la Commission française pour les secours à l’étranger des réfugiés italiens, qui s’est réunie à Paris de l’automne 1799 au printemps 1801, attestent une présence remarquable des femmes dans le monde de cette émigration politique. À titre d’exemple, dans la liste des Italiens demeurant à Marseille à l’été 1800 et qui furent exclus de l’arrêté du Premier Consul début mai imposant de rentrer dans la Péninsule, nous pouvons compter quelque soixante « femmes isolées » (auxquelles il faut fréquemment ajouter leurs « filles ») : elles ont souvent dû prolonger leur exil en France pendant que leurs maris étaient appelés à combattre dans la Légion italique visant à contribuer à la nouvelle campagne française dans la Péninsule11.

  • 12 AN, F15 3511, dossier Napolitains, attestation de Ignace Ciaia pour Rosa Dupré, Paris, 19 messidor (...)

11Ainsi, au bout d’un an de séjour en France, ces familles ont été de nouveau obligées – et cette fois pendant leur séjour à l’étranger – de faire face à des difficultés causées par des questions politico-militaires. Si les hommes étaient censés participer aux opérations militaires pour le retour des armées républicaines en Italie, les femmes devaient continuer leur séjour en France, ce qui fait que les députés de la Commission pour les secours des réfugiés ont concentré leurs efforts sur leur cas. Par exemple, le représentant pour les Napolitains au sein de cette commission, Francesco Ciaia, sollicite à plusieurs reprises des cartes d’hospitalité à Paris ou des aides économiques pour les femmes ressortissantes du royaume de Naples. Au printemps 1800, il demande que sa compatriote Rosa Dupré soit « inscrite sur la liste des secours » et dans ce but il certifie qu’étant « réfugiée en France avec trois enfants, [elle] a souffert pendant sept ans la persécution de la Cour de Naples et que dans les malheureux événements de son pays elle a fait des pertes bien considérables12 ».

12Les cas des Napolitaines et des Romaines sont à cet égard les plus significatifs, car la situation reste pour elles plutôt difficile même sous le Consulat, étant donné que leurs patries continuent de demeurer sous l’égide des anciens régimes, respectivement la monarchie des Bourbons et la papauté. Au contraire, après la victoire des Français à Marengo, en juin 1800, la formation de la seconde République cisalpine dans les territoires du Milanais, puis l’annexion du Piémont à la France ont permis à une grande partie des Cisalpines et des Piémontaises de rentrer dans leur pays d’origine. Ce n’est donc pas un hasard si la Piémontaise madame de Carigliano, après avoir longtemps aidé à Paris ses compatriotes, peut rentrer à Turin en 1804, alors qu’en 1808 encore, la Romaine madame Urbani, devenue veuve, se voit obligée de demander à l’État français des secours pour faire face à sa « situation pénible ». Quant à la première, nous nous bornons ici à reproduire le rapport que l’espion Auguste Hus, natif de Turin mais demeurant à Paris, rédige le 12 brumaire an XIII (3 novembre 1804) sur son compte pour la police française, car il montre bien l’engagement politique de cette femme ainsi que son activisme pendant l’exil :

  • 13 AN, F7 6359, dossier 788, rapport de Auguste Hus sur Madame de Carignan, ex-princesse piémontaise, (...)

« Mme de Carignan, ex-princesse, paraissait préparée par une éducation philosophique et par les orages révolutionnaires de la Pologne, auxquels on assure que son père et ses parents prirent part aux idées libérales. Ainsi elle cesse d’être princesse dès que la révolution piémontaise de l’an VII arrive, sans témoigner aucun regret, elle prend part à toutes les fêtes, comme si elle venait de remporter une victoire. Elle et son mari, ou plutôt elle seule, car son mari avait un bon cœur mais n’avait point d’idées, fait beaucoup d’offrandes volontaires sur l’autel de la patrie. Sa conduite lui mérita l’estime des Français et la haine du Roi de Sardaigne, qu’elle et son mari n’avaient pas voulu suivre, va lui faire séquestrer ses revenus. On les fait aller à Paris lors de la contre-révolution piémontaise, mais son mari (qui meurt à Paris) est inscrit au bureau central au rang des patriotes piémontais. Sa maison est ouverte à tous les réfugiés piémontais qui veulent y aller. Depuis son retour en Piémont, la sagesse a toujours accompagné ses pas au point que les anarchistes même ne l’ont jamais insultée : Stura et les liberali l’ont respectée13. »

  • 14 AMAE, Correspondance politique, Milanais, boîte 61, f. 509, lettre de Ferdinando Marescalchi au mi (...)
  • 15 Ibid.

13Madame Urbani, quant à elle, obtient en 1806 un secours annuel de 300 francs par le ministère de l’Intérieur pour avoir sauvé, lors de la République romaine de 1789-1799, plusieurs Français attachés à la commission qui avait été envoyée à Rome pour la recherche d’objets d’art. Néanmoins, elle doit faire face à nombre de difficultés économiques et deux ans plus tard est obligée de réitérer sa demande puisqu’elle se trouve toujours dans l’impossibilité de gagner sa vie et « dénuée de toute autre ressource14 ». La lettre par laquelle le ministre des Affaires étrangères du royaume d’Italie, Ferdinando Marescalchi, la recommande « avec un vif intérêt » auprès du ministre Jean-Baptiste Nompère de Champagny est fort emblématique, parce qu’elle montre bien l’incidence exercée par le cadre institutionnel dans la gestion de ces réfugiés. Ne pouvant pas fournir des secours à des citoyens ressortissants d’autres pays que le sien, Marescalchi rappelle à son homologue que Madame Urbani « a eu occasion de rendre d’éminents services à un grand nombre de Français pendant l’occupation de Rome » et que par la suite elle « a contribué à sauver la vie à plusieurs d’entre eux ». Il souligne également que sa « généreuse conduite » avait été la « cause de son expulsion de Rome, de la perte de sa fortune et des malheurs sans nombre qu’elle a éprouvés depuis ». De ce fait, il invite son interlocuteur à aider cette femme, convaincu qu’il serait opportun que le gouvernement français récompense désormais les secours qu’elle avait donnés aux Français. D’ailleurs, d’après les renseignements de Marescalchi, Madame Urbani se trouve à Paris dans la « plus extrême misère » au point qu’elle vient d’être « chassée de l’appartement qu’elle occupe parce qu’elle ne peut pas le payer15 ».

14Il s’agit de deux exemples de femmes en exil entamant des parcours qui, tout en ayant une origine commune (la participation à la révolution en Italie), ont des suites fort différentes. Ces exemples montrent que, dans le cas italien, l’émigration politique se caractérise par une grande hétérogénéité des situations, en fonction de la situation personnelle de chacune de ces protagonistes, mais aussi de l’évolution du cadre institutionnel du pays de départ. Surtout, le cas de Madame Urbani prouve que la prolongation de ce séjour forcé à l’étranger peut imposer à ces réfugiées des situations de plus en plus problématiques. Le cas des Napolitaines exilées en France de 1799 à 1806, depuis l’échec de la révolution républicaine jusqu’au retour des armées françaises dans le royaume de Naples, s’avère fort emblématique à cet égard. Certes, ces femmes ont réussi pour la plupart à rentrer dans leur patrie grâce au soutien de l’État français, mais ces sept années marquent fortement leurs existences, notamment quant à leur situation personnelle et à leur profil professionnel. L’étude des demandes que ces femmes ont soumises en 1806 au gouvernement napoléonien pour pouvoir retourner à Naples va le démontrer.

Nobles révolutionnaires à Naples, exilées infortunées à Paris

  • 16 AN, F7 6474, dossier Bonaventura Jovene, lettre de Bonaventura Jovene au ministre de la Police Jos (...)

15D’un point de vue numérique, parmi les 75 dossiers conservés par le ministère de la Police concernant les Napolitains qui désirent rentrer dans leur patrie, 10 sont explicitement consacrés à des demandes déposées par des femmes. Quatre d’entre elles sont issues de la vieille noblesse méridionale ayant participé au renouvellement culturel de la fin du siècle et ayant soutenu par la suite la République de 1799. Par exemple, concernant Bonaventura Jovene, âgée de 30 ans et demeurant à Paris rue de Sèvres, les renseignements de la police rapportent qu’elle « appartient à une des familles distinguées de ce pays » qui occupait la « place de Directeur en chef de la banque publique et royale du st. Esprit et d’autres établissements nationaux dès l’an 1545 ». Néanmoins, d’après sa demande, la « révolution de l’an VII, dont l’aînée de la famille a été l’une des victimes, a causé la perte de la place et les malheurs de la pétitionnaire et de toute la famille16 ».

  • 17 En juillet 1800, la Commission pour les secours des réfugiés italiens en France avait accordé à ma (...)
  • 18 AN, F7 6474, dossier Madame Sanseverino, lettre de Madame Sanseverino au ministre de l’Intérieur J (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 AN, F7 6474, Renseignements sur les Napolitains réfugiés.

16Même discours au sujet d’exilées plus âgées, madame de Sanseverino et la duchesse de Capracotta, bien que les rapports sur leur compte ne s’accordent pas entre eux. Arrivées toutes deux à Paris au début de l’année 1800, elles ont longtemps joui des secours accordés par l’État en raison de leur engagement politique à Naples pour la cause républicaine, mais aussi du fait de leur situation familiale en France, où elles avaient des enfants à leur charge17. Quant à la première, issue « d’une des familles les plus anciennes de Naples », fille du comte de Chiaromonte, les autorités soulignent le soutien convaincu qu’elle a fourni aux militaires français lors de la révolution napolitaine. De plus, la police indique qu’« après avoir eu deux enfants massacrées sous ses yeux et avoir été condamnée elle-même au supplice, [elle] s’est réfugiée en France avec les enfants qui lui restent ». Dans sa demande, madame de Sanseverino insiste également sur sa participation à la révolution napolitaine de 1799, en se décrivant comme l’« une des victimes choisies de la reine de Naples » pour avoir « caché dans son palais et sauvé de la rage de cette reine et de son peuple une masse de Français18 ». Elle ajoute aussi que, après le commencement de la contre-révolution, elle a été « chargée des fers et dépouillée trois fois par le pillage » et que, « jetée dans le plus terrible cachot, elle aurait même subi la peine de mort, si l’or n’aurait [sic] pas fait changé [sic] ce décret en celui d’un exil perpétuel19 ». Le départ pour la France lui a donc permis de se soustraire à un sort peut-être tragique, mais ne lui a sûrement pas évité toute souffrance, étant donné que pendant les six années qu’elle a passées à Paris avec son mari et ses quatre enfants, elle s’est vue contrainte de vivre dans une grande misère « faute d’économie20 ».

  • 21 Sur le concept de « suiveuses » et sur la porosité de cette catégorie, on renvoie à Nancy L. Green (...)
  • 22 AN, F7 6474, Renseignements sur les Napolitains réfugiés.
  • 23 Ibid., dossier Antoine Curcio, note de la Division de sûreté générale pour le ministre de la Polic (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

17Concernant Mariangela Rosa de Riso, duchesse de Capracotta, les informations sont en revanche moins favorables, et cela surtout à cause de ses habitudes privées, qui suscitent des doutes quant à ses mœurs. Il s’agit d’un cas de figure extrêmement intéressant parce qu’il soulève la question de la porosité des catégories de l’exil féminin, étant donné qu’elle peut être considérée tant comme une suiveuse que comme une exilée proprement dite, si l’on reprend la typologie établie par Nancy L. Green21. Son arrivée à Paris est en fait moins due à son engagement politique qu’à ses passions amoureuses, puisqu’elle a abandonné à Naples son mari (le très riche Carlo Capece Piscicelli) pour suivre un officier français connu pendant les mois de la république. De plus, dès son arrivée en France, malgré une rente de 60 000 francs, elle a tout dépensé et fait nombre de dettes, ce qui lui vaut la qualification de femme « inconséquente » et « légère » par les inspecteurs de la police, lesquels n’hésitent donc point à donner des jugements même sur le plan moral22. Pendant sa permanence à Paris, la duchesse de Capracotta interrompt toutefois sa relation avec l’officier français et se marie avec un autre Napolitain déporté en France pour « affaire d’opinion », le chirurgien Antonio Curcio. Ce dernier sollicite lui aussi des secours pour rentrer à Naples : néanmoins, le but du couple n’est pas de s’installer définitivement dans la ville parthénopéenne, mais tout simplement de s’y rendre pendant quelques semaines pour pouvoir réparer la mauvaise administration de l’homme d’affaires de ce chirurgien et régler ainsi les problèmes liés aux biens confisqués qui le mettent « dans la détresse au point qu’il lui est impossible de faire son voyage23 ». Les fonctionnaires du ministère écrivent en fait que l’époux de la duchesse « ne veut point retourner à Naples, mais seulement y faire un voyage pour régler quelques affaires et ensuite revenir ici24 ». Ce Napolitain convient d’ailleurs qu’il a des « propriétés considérables » et avoue également que s’il veut rentrer provisoirement, c’est « parce que la personne chargée dans son pays de ses intérêts ne lui rend aucun compte »25.

  • 26 Sur cette question, voir le numéro des Mélanges de l’École française de Rome dirigé par Catherine (...)
  • 27 AN, F7 6474, dossier Sébastien Guidi et Joachim Abate, lettre du préfet du département du Rhône au (...)

18Le but de la politique impériale étant de favoriser la sortie du territoire définitive de ces exilés, cette demande a été refusée, mais il est important de souligner ici qu’en 1806, les cas de réfugiés demandant à ne rentrer que temporairement dans leur patrie au motif d’aller gérer leurs affaires économiques n’étaient pas isolés : parmi les demandes identifiées, nous avons pu repérer quatre cas de demandes temporaires (qui sont d’ailleurs toutes refusées)26. Cela atteste la portée de la question de la confiscation des biens dans la vie de ces exilés et montre surtout que la volonté d’achever dès que possible leur séjour en France n’est pas automatique, étant donné que ces années à l’étranger ont souvent engendré des perspectives professionnelles nouvelles contribuant à transformer une présence initialement imposée par le contexte politique en une expérience de vie plus désirable. À titre d’exemple encore, Sebastiano Guidi, professeur de mathématiques dans un lycée de Lyon, précise dans sa demande que « satisfait de son état, reconnu pour citoyen français, il ne veut aller à Naples que momentanément pour y régler des affaires de famille et seulement pendant le temps des vacances, afin de ne pas perdre son emploi au Lycée, auquel il tient beaucoup27 ».

  • 28 Sur la carrière de ce savant napolitain, voir : Roberto Tufano, Michele Torcia: cultura e politic (...)
  • 29 AN, F7 6474, dossier Antonietta Federico, lettre de Michele Torcia à Pierre-Marie Desmarest, Paris (...)

19Comme la duchesse de Capracotta, la comtesse Antonietta Federico, née à Palerme mais établie à Naples depuis longtemps, est ressortissante d’une famille noble et se trouve en France après avoir suivi, pendant la retraite républicaine, un militaire français, Pierre Étienne Bosc. Néanmoins, contrairement à sa compatriote, elle se marie pendant son exil avec cet homme, qu’elle accompagne pour s’installer à Angers. Nous sommes là face à un cas typique de mariage en exil qui témoigne des opportunités que cette expérience à l’étranger peut ouvrir même d’un point de vue personnel, mais qui révèle en même temps toutes les difficultés que ce séjour peut causer. De fait, trois ans plus tard le couple divorce à la suite d’un violent litige qui obligera Madame Federico à quitter la ville natale de son ex-mari et à passer la seconde partie de son séjour en France entre Toulon, Marseille, Montpellier et Toulouse, avant de se rendre à Paris à l’automne 1805. Elle est alors aidée par ses anciens compatriotes demeurant dans la capitale, qui d’abord la logent dans une maison garnie située rive gauche, puis, au printemps, rédigent pour elle la demande visant à obtenir les secours. Ne sachant pas la langue française malgré son long séjour dans l’Hexagone, Madame Federico s’adresse à l’un des plus prestigieux exilés napolitains, le septuagénaire Michele Torcia, homme de lettres qui avait été l’un des protagonistes des Lumières napolitaines et que la police française décrit comme un « mauvais auteur fait pour servir tous les partis », un « individu très incommode à la société28 ». Grâce à son prestige littéraire, Torcia, qui auparavant avait été secrétaire d’ambassade en Hollande et qui à Paris s’est installé face au pont Neuf, s’avère très connu tant dans les bureaux du ministre de l’Intérieur que dans les salles de l’Institut national. Il arrive ainsi à obtenir pour Madame Federico les secours souhaités, en rédigeant plusieurs lettres de recommandation où il souligne que puisque cette dame avait été « considérée par le parti des enragés de la Cour de Naples comme impliquée dans le parti des rebelles […], elle ne peut tirer aucun parti de ses revenus restés confisqués par le parti de la Cour29 ».

  • 30 Ibid., dossier Grégoire Cipriani, lettre de la princesse de Santacroce, Paris, 12 avril 1806.

20Fort utile pour en savoir davantage sur les fréquentations de ces réfugiés et sur leur sort à l’étranger, la pratique des lettres de recommandation révèle ainsi que ces femmes sont inscrites à part entière dans les réseaux de l’émigration politique. Leur sociabilité en exil va donc bien au-delà de la seule dimension familiale, au point qu’il y a aussi des femmes qui écrivent des lettres pour appuyer les demandes formulées par les hommes. C’est le cas de la princesse de Santacroce qui, tout en n’étant pas demandeuse de secours gouvernementaux, s’adresse depuis sa résidence parisienne de la rue Saint-Honoré au ministre Fouché pour l’exhorter à permettre le retour à Naples du réfugié Grégoire Cipriani et de son fils Charles30.

Des problèmes économiques nouveaux, des trajectoires de vie imprévues

  • 31 Ibid., dossier Marie Santato, lettre de Marie Santato au ministre de la Police Joseph Fouché, s.d.

21Si la plupart de ces femmes napolitaines demeurant en France comme réfugiées politiques étaient issues de la vieille noblesse, d’autres, moins riches, étaient obligées de travailler pour vivre pendant leur exil. En 1799, Maria Santato demeurait à Rome au service de l’ambassadeur napolitain auprès de cette ville, le duc de Canzano, qu’elle a suivi en France à la suite de l’échec des « républiques sœurs ». Dans un premier temps, elle a continué à travailler pour ce diplomate, qui s’était entretemps installé dans la vallée de Montmorency, mais lorsqu’en 1801 celui-ci a été appelé en Espagne pour de nouvelles charges, Maria Santato a préféré rester en France et décidé de s’installer à Paris. Là, elle a dû se réinventer à maintes reprises face à l’adversité, au point que, selon la police, elle « se mit à travailler dans différents endroits pour gagner sa vie, en attendant de trouver une place qui lui fût plus convenable. Cette occasion ne tarda pas […] et depuis un an elle est placée dans la pension de Madame Vicogne31 ».

  • 32 Ibid., dossier Constance Valenti, lettre de Costanza Valenti au ministre de la Police Joseph Fouch (...)

22L’exil a amené les femmes à s’engager dans de nouveaux parcours professionnels et a en même temps été un moment de difficultés financières et de tensions familiales pour elles, car souvent leur condition dépendait du soutien, notamment économique, qui leur était accordé par des hommes. Par exemple, après avoir été obligée de quitter sa famille à Sora à la suite des événements amenant la chute de la République napolitaine de 1799, Costanza Valenti s’est réfugiée à Guéret avec son beau-frère, l’architecte Pietro Borrelli, qui se trouvait en exil pour avoir occupé des charges politiques dans la République romaine. Mais quand celui-ci a cessé de lui porter assistance, elle s’est vue forcée de rejoindre Paris pour aller loger chez un autre réfugié romain, Giuseppe Barberi. Depuis sa nouvelle résidence, elle a ainsi demandé des secours au ministre de la Police en se déclarant « abandonnée par son protecteur Borrelli et par son propre père, et sans ni moyens ni travaux pour gagner sa vie32 ».

  • 33 Ibid., dossiers Vincence Cadorna ; Marie Concepte Montavelli.

23Vincenza Cadorna et Maria Concetta Montavelli, quant à elles, ont dû faire face à davantage de problèmes, puisque leurs maris, après avoir obtenu les secours pour rentrer à Naples, les ont laissées en France sans ressources. En septembre 1807, la première se plaint auprès de la police de se trouver « dans la plus grande gêne » parce que son conjoint, « parti depuis onze mois environ », ne lui a laissé « aucun moyen d’existence », en la chargeant de l’éducation de leurs quatre enfants en bas âge. Même discours pour la seconde, dont le mari, le militaire Andrea Valiante, l’a abandonnée à Marseille, en la privant de toute ressource, si bien qu’elle a été obligée de faire des ouvrages de broderie afin de se procurer les moyens d’existence pour elle et pour ses deux enfants33.

  • 34 Ibid., dossier Ursula Bardezzi, lettre de Saverio Scrofani, Paris, 5 mai 1807.
  • 35 Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795), article n. 298.
  • 36 AN, F7 6474, dossier Ursula Bardezzi, note de la Division de sûreté générale pour le ministre de l (...)

24Si cette dernière est jugée susceptible de bénéficier des secours et arrive ainsi à retourner dans sa patrie, une autre femme qui a été laissée seule par son mari ne peut jouir de cette possibilité. Il s’agit d’Ursula Bardezzi, native des Abruzzes et épouse du militaire sicilien Giuseppe Anfossi. En 1805, celui-ci s’était rendu avec sa famille de l’autre côté des Alpes en tant que brigadier de la Garde impériale italienne, après s’être installé, dix ans auparavant, à Milan, où il avait servi la République cisalpine. Son arrivée en France comme femme accompagnant un militaire et non un exilé politique explique qu’elle n’ait pu profiter de ces secours, et cela malgré la lettre de recommandation adressée en sa faveur par un autre important exilé sicilien à Paris, Saverio Scrofani34. Ce dernier est à l’époque l’un des correspondants de l’Institut national, le très prestigieux établissement de savants installé à Paris en 1795 afin de « recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences35 ». En effet, en refusant sa demande, la police explique que Madame Bardezzi n’est en France que « pour accompagner le S. Anfossi, son mari, militaire », et « sous ce rapport, elle n’est pas susceptible, comme Napolitaine, du secours qu’elle réclame, puisque ces secours ne sont destinés qu’aux Napolitains réfugiés en France par suite des persécutions qu’ils ont éprouvées à Naples36 ».

  • 37 Ibid., dossier Joseph Anfossi, pétition de Joseph Anfossi, Paris, 6 mai 1806.

25À vrai dire, son mari ne l’a pas entièrement abandonnée, mais a dû la laisser temporairement pour partir auprès de la Grande Armée, et a d’ailleurs continué d’écrire au ministère pour obtenir des secours pour elle. Les vicissitudes connues par ce couple se sont avérées fort malheureuses : partis depuis Milan pour Paris avec leurs deux enfants (une fille de 3 ans et un fils de 1 an), ils ont été obligés de s’arrêter une première fois à Lyon et une seconde en Côte-d’Or à cause des problèmes de santé de Madame Bardezzi. Au bout de plusieurs mois, obligé de rejoindre son régiment et pressé par des nécessités économiques, Anfossi a décidé de laisser sa famille dans un hôtel de Saulieu, en Côte-d’Or, pour permettre à sa femme de se soigner. Néanmoins, une fois à Paris, il est tombé malade à son tour et a été hospitalisé pendant plusieurs semaines, durant lesquelles il reçoit des lettres de sa femme, qui, fort en colère et préoccupée par son silence prolongé, l’invite à lui envoyer des ressources pour les enfants. Il faut pourtant préciser qu’Anfossi – qui à Paris était surveillé par la police et décrit comme homme « sans fortune, sans influence, [ayant une] conduite non louable » – a fait tout son possible pour les membres de sa famille. Il arrive à obtenir pour eux une pension par le ministre des Affaires étrangères du royaume d’Italie siégeant dans la Ville Lumière, Ferdinando Marescalchi. Par la suite, convaincu que cette petite pension était « insuffisante pour retirer son épouse et ses enfants de l’embarras où ils [étaient] réduits à Saulieu et pour les reconduire à Naples, leur patrie37 », il a rédigé d’autres pétitions, dont une à l’empereur en personne. Certes, dans leurs demandes ces réfugiés tendent souvent à accentuer une vision misérabiliste de leur situation afin d’obtenir des secours, mais ces pétitions sont utiles pour esquisser sinon l’exactitude de leurs problèmes, du moins le tableau général de la condition matérielle dans laquelle ils se trouvent amenés à agir :

  • 38 Ibid., dossier Joseph Anfossi, pétition de Joseph Anfossi, Paris, 1806. C’est nous qui traduisons.

« Mon état misérable est le plus malheureux parmi celui de tous les hommes qui sont sur terre. Je n’ai presque point de chaussures à mes pieds, je n’ai pas du tout d’argent et je meurs de faim, car ça fait presque trente heures que je ne mange pas. Ma femme et mes enfants sont comme moi, en Bourgogne, à Saulieu, où le maître de l’hôtel leur donne un morceau de pain pour ne pas les laisser mourir38. »

  • 39 Ibid., dossier Antoine Curcio, note de la Division de sûreté générale pour le ministre de la Polic (...)

26Comme nous l’avons dit, malgré cette situation de pauvreté extrême, ce couple ne réussit pas à obtenir les aides souhaitées à cause du statut d’Anfossi, qui ne se trouvait pas en France comme exilé mais comme militaire. De ce point de vue, le ministère de la Police s’est avéré rigoureux dans la remise des secours, en refusant plusieurs demandes et en argumentant ce refus. Par exemple, à la famille de Domenico Martuscelli (lui aussi réfugié depuis 1799 et entretemps devenu professeur de latin à Manosque) les secours n’ont pas été accordés sous le prétexte que ce dernier, tout en se déclarant « chargé d’une femme et de six enfants » et « dépourvu de tout autre moyen », avait retardé la présentation de sa demande. Les indications du ministère sont d’ailleurs très claires à cet égard, puisque la direction de la Sûreté générale répond à toutes les demandes datées d’après l’été 1807 que « ceux qui jusqu’à présent ne se sont pas présentés paraissent devoir être considérés comme ayant renoncé à profiter de cette faveur et ne peuvent plus à l’avenir être admis à la réclamer39 ».

  • 40 Ibid., liste des Napolitains dans les Bouches-du-Rhône.
  • 41 Ibid., dossiers Joseph Parent ; Blaise Motta.

27Ainsi, en ce début de siècle, la présence féminine parmi ces réfugiés napolitains s’avère remarquable, et cela même au-delà des instances expressément avancées par les femmes. Si nous considérons tous les noms de femmes évoqués dans ces dossiers, cette présence concerne en fait un quart de la totalité des demandes étudiées par le ministère de la Police. On peut également enregistrer nombre de cas où les dossiers, tout en concernant des réclamations présentées par les hommes, décrivent un foyer familial composé par des femmes qui y jouent un rôle important. Par exemple, dans une liste de 22 Napolitains réfugiés à Marseille demandant des secours pour retourner à Naples, nous trouvons 9 noms de femmes pour 13 noms d’hommes40. Et si ces exilées s’avèrent pour la plupart les épouses ou les compagnes de patriotes réfugiés, elles peuvent avoir également d’autres rapports de parentèle avec eux : c’est le cas de Maria Motta, qui vivait à Marseille avec son frère Blaise, ancien curé de la paroisse de Sainte-Anne, ou bien des deux cousines de Joseph Parent, Marie Antoinette et Julie, elles aussi natives de Naples et arrivées en France après l’échec de la révolution41. Ces femmes ont donc suivi en France leurs maris ou parents et se sont trouvées par la suite obligées de partager leurs trajectoires ou bien de faire face toutes seules à des problèmes inattendus, en développant une parole autonome et des compétences professionnelles nouvelles.

Conclusion

28Bien loin de demeurer à l’étranger exclusivement en tant que conspirateurs, pendant l’exil ces hommes doivent se réinventer pour pouvoir faire face à leur situation familiale difficile. Ainsi, leur séjour dans cette France napoléonienne n’est pas entièrement dédié à la continuation de la lutte politique commencée dans leur patrie. Il ne peut par ailleurs être saisi dans une dimension purement individuelle, étant donné que les femmes qui les accompagnent et la famille qu’ils arrivent à construire finissent par influencer leurs choix et leurs actions. La pétition par laquelle Gioacchino Abate demande à pouvoir rentrer à Naples est fort emblématique de cette tension :

  • 42 Ibid., dossier Sébastien Guidi et Joachim Abate, pétition de Joachim Abate au préfet du départemen (...)

« Lors de la proscription des amis des Français, je fus proscrit, ma femme aussi. Nous mîmes le pied sur cette terre hospitalière, mais il fallait travailler et je n’avais point d’état, ayant été attaché à l’ancienne cour. Cependant, comme j’avais appris à peindre par agrément, je fis le métier de peintre ; ma famille grossit [sic] et cet état, que je ne possède pas à un assez haut degré, ne peut plus me suffire pour nourrir ma femme et quatre enfants, nés dans cette ville. J’ai, comme un bon père et en bon citoyen, épuisé toutes les ressources pour subvenir à leurs besoins, mais toutes ont été et sont encore trop faibles. Il ne me reste donc plus de moyens contre mes actuelles circonstances critiques que de me rendre dans ma patrie, où j’ai l’espoir de trouver des ressources pour soustraire ma famille à l’indigence et pour donner une éducation à mes enfants42. »

  • 43 À ce propos, voir surtout Anne Verjus, Le bon mari: une histoire politique des hommes et des femm (...)

29Ainsi, au-delà de son effectif, cette présence féminine dans le monde de l’exil napolitain en France en ce début de siècle se révèle comme susceptible de conditionner de manière importante les parcours de ces réfugiés. Dans cet exil qui se prolongeait, au début du xixe siècle, où les réfugiés révolutionnaires étaient obligés de faire face aux difficultés concrètes imposées par leur séjour à l’étranger, être « bon citoyen » ne suffisait plus, car il fallait être également « bon père ». Ou mieux : être « bon citoyen » signifiait aussi et surtout être « bon père43 ».

  • 44 Heléna Tóth, An Exiled Generation. German and Hungarian Refugees of Revolution, 1848-1871, Cambrid (...)

30Étant donné la pauvreté de sources qui concernent directement les femmes réfugiées de l’époque, enquêter sur l’exil moins comme une période limitée et exclusivement animée par des menées politiques que comme une phase pouvant se prolonger pendant plusieurs années et déclenchant de nouvelles perspectives de vie conduit à réévaluer leur rôle dans cette expérience. Et cela ne signifie pas que ces figures féminines se bornent à être de simples accompagnatrices, mais, au contraire, qu’elles vivent à part entière les problèmes mais aussi les opportunités engendrées par ce séjour forcé à l’étranger. Elles participent en fait à un contexte social plus vaste. Tout comme les exilées allemandes et hongroises de 1848 étudiées par Heléna Tóth44, elles s’inscrivent dans des réseaux professionnels et sociaux qui déterminent la suite de leur exil et qui sont en même temps conditionnés par leur présence et leurs choix.

  • 45 Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud… », art. cit., p. 225.

31Bref, ni héroïnes malheureuses ni salonnières cultivées (comme la plus célèbre parmi les proscrites italiennes qui ont trouvé refuge dans la France du xixe siècle, Cristina di Belgiojoso), ces femmes en exil en ce début de siècle, après avoir combattu dans leur patrie pour la cause de la révolution, contribuent, souvent dans les coulisses, à l’évolution d’un séjour à l’étranger qui n’est pas – comme pour les hommes – une simple parenthèse, mais qui marque de façon importante leur existence. L’exil qu’elles vivent dans la France napoléonienne confirme donc les paroles de Laura Guidi qui affirmait que « l’on peut saisir, dans l’histoire du patriotisme du Risorgimento, un grand “travail en équipe” où femmes et hommes furent également, même si sous des formes différentes, des acteurs à part entière45 ».

Haut de page

Notes

1 Archives nationales (dorénavant AN), F7 6474, dossier Grégoire Cipriani, pétition à l’Empereur, Paris, 6 mars 1806.

2 Sur les événements de 1799, voir Antonino De Francesco, 1799. Una storia d’Italia, Milan, Guerini e Associati, 2005. Pour une synthèse sur le processus de formation des « républiques sœurs » à l’échelle européenne, cf. Pierre Serna (dir.), Républiques sœurs. Le Directoire et la Révolution atlantique, Rennes, PUR, 2009.

3 Sur l’exil des Italiens en France au début du xixe siècle, voir Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992. Quant à la production culturelle des Italiens en France à cette époque, voir Mariasilvia Tatti, Le tempeste della vita. La letteratura degli esuli italiani in Francia nel 1799, Paris, Champion, 1999 ; ead., « Bohème letteraria italiana a Parigi all’inizio dell’Ottocento », in ead. (dir.), Italia e Italie. Immagini tra rivoluzione e Restaurazione, Rome, Bulzoni, 1999, p. 139-160. Concernant plus spécifiquement la présence des Napolitains, surtout hommes de science, voir Fabio D’Angelo, Dal Regno di Napoli alla Francia. Viaggi ed esilio fra Sette e Ottocento, Naples, Dante e Descartes, 2018.

4 Plus généralement, sur les politiques de départ, la référence est Nancy L. Green, François Weil (dir.), Citoyenneté et émigration : les politiques du départ, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006.

5 Benedetto Croce, « Tra gli esuli napoletani del Novantanove ancora in Francia nel 1806 », in id., Varietà di storia letteraria e civile, Bari, Laterza, 1935, p. 212-232.

6 Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud sulle vie dell’esilio. 1848-1860 », in Alberto Mario Banti, Paul Ginsborg (dir.), Il Risorgimento. Annali 22 della Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 2007, p. 225-252. Quant à la question du rôle des femmes dans le processus du Risorgimento italien, nous renvoyons à Maria Pia Casalena, « Femmes et Risorgimento : un bilan historiographique », Revue d’histoire du xixesiècle, 44, 2012, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/4239.

7 Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2011 ; Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni, Rome-Bari, Laterza, 2011. Sur l’exil dans le processus unitaire italien, cf. Francesca Sofia, « Esilio e Risorgimento », Contemporanea, 14, 2011, n° 3, p. 557-564.

8 Sur l’importance de cette période dans la construction de l’identité nationale italienne, voir Umberto Carpi, Patrioti e napoleonici: alle origini dell’identità nazionale, Pise, Edizioni della Normale, 2013 ; Antonino De Francesco, L’Italia di Bonaparte. Politica, statualità e nazione nella penisola tra due rivoluzioni. 1796-1821, Turin, Utet, 2011. Concernant le rôle de l’exil en France sous Napoléon, nous nous permettons de renvoyer à Paolo Conte, « Una mobilità che si stabilizza, un “esilio” che non si conclude : il caso degli italiani in Francia nella stagione napoleonica (ed oltre) », Storia e Futuro, 4, 2019, URL : http://storiaefuturo.eu/una-mobilita-che-si-stabilizza-un-esilio-che-non-si-conclude-il-caso-degli-italiani-in-francia-nella-stagione-napoleonica/ ; id., « Un periodico italiano nella Parigi napoleonica : il caso de La Domenica, fra classicismo letterario e rinnovamento politico », Rivista Storica Italiana, 130, 2018, p. 409-436.

9 À ce propos voir aussi Angela Russo, Nel desiderio delle tue care nuove. Scritture private e relazioni di genere nell’Ottocento risorgimentale, Milan, FrancoAngeli, 2006.

10 Elisa Strumia, « Rivoluzionare il bel sesso ». Donne e politica nel triennio repubblicano (1796-1799), Naples, Guida, 2011.

11 Archives du ministère des Affaires étrangères (dorénavant AMAE), Mémoires et documents, Italie, boîte 13, f. 184, état nominatif des réfugiés italiens existants à Marseille lesquels ne sont pas compris dans l’arrêté du départ.

12 AN, F15 3511, dossier Napolitains, attestation de Ignace Ciaia pour Rosa Dupré, Paris, 19 messidor an VIII (8 juillet 1800).

13 AN, F7 6359, dossier 788, rapport de Auguste Hus sur Madame de Carignan, ex-princesse piémontaise, Paris, 12 brumaire an XIII (3 novembre 1804).

14 AMAE, Correspondance politique, Milanais, boîte 61, f. 509, lettre de Ferdinando Marescalchi au ministre des Affaires étrangères Nompère de Champagny, Paris, 21 octobre 1808.

15 Ibid.

16 AN, F7 6474, dossier Bonaventura Jovene, lettre de Bonaventura Jovene au ministre de la Police Joseph Fouché, Paris, 15 avril 1806.

17 En juillet 1800, la Commission pour les secours des réfugiés italiens en France avait accordé à madame de Capracotta une aide de 50 francs par mois pour chacun de ses deux enfants, en expliquant qu’ainsi elle « se trouvera alors traitée comme Madame Sanseverino », cf. AMAE, Mémoires et documents, Italie, boîte 13, f. 104.

18 AN, F7 6474, dossier Madame Sanseverino, lettre de Madame Sanseverino au ministre de l’Intérieur Jean-Baptiste Nompère de Champagny, Paris, s.d.

19 Ibid.

20 AN, F7 6474, Renseignements sur les Napolitains réfugiés.

21 Sur le concept de « suiveuses » et sur la porosité de cette catégorie, on renvoie à Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.

22 AN, F7 6474, Renseignements sur les Napolitains réfugiés.

23 Ibid., dossier Antoine Curcio, note de la Division de sûreté générale pour le ministre de la Police Joseph Fouché, Paris, 10 juillet 1807.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Sur cette question, voir le numéro des Mélanges de l’École française de Rome dirigé par Catherine Brice, « Propriété et politique : exil, séquestres, confiscations dans l’Italie du xixe / Proprietà e politica : esilio sequestri e confische nel lungo Ottocento italiano », Mélanges de l’École française de Rome, 129, 2017, n° 2, consulté le 19 janvier 2021. URL : https://journals.openedition.org/mefrim/3090. Tout en étant fort intéressant, ce numéro, qui a le mérite d’aborder pour la première fois de façon systématique la question des séquestres et des confiscations dans la vie des exilés italien du xixe siècle, porte moins sur la période napoléonienne que sur les années de la Restauration et du Second Empire.

27 AN, F7 6474, dossier Sébastien Guidi et Joachim Abate, lettre du préfet du département du Rhône au ministre de la police Joseph Fouché, Lyon, 5 juin 1806.

28 Sur la carrière de ce savant napolitain, voir : Roberto Tufano, Michele Torcia: cultura e politica nel secondo Settecento napoletano, Naples, Jovene, 2000 ; Anna Maria Rao, « Tra riforme e rivoluzione : Michele Torcia (1736-1808) », in Paolo Macry, Angelo Massafra (dir.), Fra storia e storiografia. Scritti in onore di Pasquale Villani, Bologne, Il Mulino, 1994, p. 651-670.

29 AN, F7 6474, dossier Antonietta Federico, lettre de Michele Torcia à Pierre-Marie Desmarest, Paris, 25 juin 1806.

30 Ibid., dossier Grégoire Cipriani, lettre de la princesse de Santacroce, Paris, 12 avril 1806.

31 Ibid., dossier Marie Santato, lettre de Marie Santato au ministre de la Police Joseph Fouché, s.d.

32 Ibid., dossier Constance Valenti, lettre de Costanza Valenti au ministre de la Police Joseph Fouché, Paris, 1806.

33 Ibid., dossiers Vincence Cadorna ; Marie Concepte Montavelli.

34 Ibid., dossier Ursula Bardezzi, lettre de Saverio Scrofani, Paris, 5 mai 1807.

35 Constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795), article n. 298.

36 AN, F7 6474, dossier Ursula Bardezzi, note de la Division de sûreté générale pour le ministre de la Police, Paris, mai 1807.

37 Ibid., dossier Joseph Anfossi, pétition de Joseph Anfossi, Paris, 6 mai 1806.

38 Ibid., dossier Joseph Anfossi, pétition de Joseph Anfossi, Paris, 1806. C’est nous qui traduisons.

39 Ibid., dossier Antoine Curcio, note de la Division de sûreté générale pour le ministre de la Police Joseph Fouché, Paris, 10 juillet 1807.

40 Ibid., liste des Napolitains dans les Bouches-du-Rhône.

41 Ibid., dossiers Joseph Parent ; Blaise Motta.

42 Ibid., dossier Sébastien Guidi et Joachim Abate, pétition de Joachim Abate au préfet du département du Rhône, Lyon, 2 juin 1806.

43 À ce propos, voir surtout Anne Verjus, Le bon mari: une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010 ; Anne Verjus, Jennifer Heuer, Andrea Mansker, Meghan Roberts, « Regards croisés sur le mariage à l’époque révolutionnaire et impériale », Annales historiques de la Révolution française, 398, 2017, p. 144-171.

44 Heléna Tóth, An Exiled Generation. German and Hungarian Refugees of Revolution, 1848-1871, Cambridge University Press, 2014.

45 Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud… », art. cit., p. 225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Conte, « Un exil fort difficile, un retour tant espéré »Diasporas, 38 | 2021, 45-57.

Référence électronique

Paolo Conte, « Un exil fort difficile, un retour tant espéré »Diasporas [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 06 juillet 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/6840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.6840

Haut de page

Auteur

Paolo Conte

Paolo Conte est chercheur en histoire moderne à l’université de Basilicate (Italie). Il s’intéresse notamment aux conséquences de la Révolution française dans le processus unitaire italien. Dans ce cadre, après avoir obtenu son doctorat en 2013, il a publié une monographie intitulée Cesare Paribelli. Un giacobino d’Italia (1763-1847) (Milan, Guerini, 2013). En 2014, il a bénéficié d’une bourse postdoctorale Fernand-Braudel de la FMSH pour une recherche qu’il a menée au sein de l’IHRF-IHMC, à l’université Paris 1. Par la suite, il a été boursier post-doctorat de la Fondation Primoli, puis de l’université de Saint-Marin. Il travaille actuellement sur l’exil des Italiens en France à l’époque napoléonienne et vient de publier « Il più grande male dell’umanità ». Alexander von Humboldt nell’abolizionismo francese dei primi dell’800 (Milan, FrancoAngeli, 2021).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search