Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« Quoique plusieurs d’entre elles...

« Quoique plusieurs d’entre elles fussent probablement très jolies, elles n’en ont pas moins été expulsées »

La Sûreté publique et l’exil au féminin en Belgique (1830-1870)
Although several of them were probably very pretty, they were nevertheless deported”. The Sûreté publique and female exile in Belgium (1830-1870)
Christophe Chevalier
p. 59-73

Résumés

La place et la situation des femmes parmi les populations étrangères résidant ou de passage en Belgique entre 1830 et 1870 sont encore largement méconnues. Comment ont-elles été accueillies par les autorités belges ? Quels facteurs influencent les modalités de cet accueil et quels motifs sont invoqués pour justifier leur éventuelle expulsion ? Quelles difficultés ont-elles pu rencontrer à leur arrivée en Belgique ? Des différences sont-elles perceptibles en fonction de l’origine socio-économique et de la nationalité de ces femmes ? En croisant les informations des dossiers constitués par la Police des étrangers avec la presse d’époque et divers témoignages, cet article se propose de dresser un portrait plus fidèle de l’exil au féminin en Belgique par le prisme des politiques qui furent adoptées par la Sûreté publique à son encontre.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Belgique
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du (...)
  • 2 Pour reprendre les mots de Georges-Henri Dumont, La vie quotidienne en Belgique sous le règne de L (...)
  • 3 Frank Caestecker, Alien Policy in Belgium, 1840-1940: The Creation of Guest Workers, Refugees and (...)
  • 4 « Situation du département de la sûreté publique – Rapport de M. Isidore Plaisant », 13 décembre 1 (...)
  • 5 Les débats accompagnant la présentation du rapport d’Isidore Plaisant devant le Congrès national e (...)
  • 6 Ce que n’a pas manqué de signaler Frank Caestecker, en concluant que « The liberal values to which (...)
  • 7 L’ouvrage de Saint-Ferréol en est un parfait exemple : Amédée Saint-Ferréol, Les proscrits françai (...)
  • 8 Nancy Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.
  • 9 Éliane Gubin, Anne Morelli, Pour une histoire européenne des femmes migrantes, Sextant, 21-22, 200 (...)

1La Belgique du xixe siècle, à l’instar de l’Angleterre ou de la Suisse, peut être considérée à bien des égards comme l’un des carrefours de l’exil en Europe1. Si le mythe, toujours bien vivace chez certains auteurs, d’une Belgique « accueillante aux bannis, aux exilés, aux proscrits, et à tous ceux que les malheurs de la vie jettent sur les routes de l’errance2 » est largement contestable, sa situation géopolitique exceptionnelle, au croisement de la France, de l’Allemagne et de l’Angleterre, les conditions matérielles avantageuses qu’elle offre – le coût de la vie y est très bas et les voies de communication nombreuses – en font un havre apprécié des voyageurs de passage et autres réfugiés politiques3. Pour encadrer et surveiller ces mouvements de populations, le gouvernement révolutionnaire belge crée dès le 25 septembre 1830 une administration de la Sûreté publique chargée, entre autres, de la police des étrangers4, ce qui est assez paradoxal dans un pays où la vaste majorité des élites culturelles et politiques, principalement libérales, se prétendent hostiles à l’idée même d’une police politique5 et très attachées à l’image d’une Belgique ouverte et accueillante aux étrangers6. L’expérience de l’exil en Belgique de ces populations est bien connue, eu égard à l’importante proportion de lettrés et d’intellectuels parmi celles-ci, qu’ils soient écrivains, journalistes ou publicistes, et par conséquent à la multiplication des témoignages, lettres et autres mémoires sur cette étape importante de leur vie7. Cette masse documentaire est néanmoins très masculine, ce qui a de quoi surprendre, car si l’exil est majoritairement une expérience masculine au xixe siècle, il est indéniable que parmi les nombreux migrants qui traversent la Belgique ou s’y établissent, se trouve malgré tout un nombre important de femmes. Qu’il s’agisse de « suiveuses » – pour reprendre les termes de l’historienne Nancy Green dans son ouvrage Repenser les migrations8 –, ayant choisi – ou non – d’accompagner leur époux, de travailleuses journalières ou d’exilées « proprement dites », ces femmes sont bel et bien présentes, mais les traces qu’elles ont pu laisser sont plus rares et plus difficiles à trouver. En somme, « leur participation a rarement été visible et encore moins mise en valeur par les historiens9 ».

  • 10 Ces limites chronologiques couvrent donc l’action des quatre premiers administrateurs de la Sûreté (...)

2La problématique adoptée dans cette contribution s’articule autour des relations entretenues entre, d’une part, la Sûreté publique, et d’autre part les réfugiées et exilées politiques arrivant en Belgique, entre 1830 et 187010. Dans un premier temps, l’attention sera donc portée sur la place exacte de ces femmes, non seulement parmi les populations étrangères résidant en Belgique, mais aussi au sein des dossiers constitués par la police des étrangers, afin d’analyser ce que la nature de ces archives peut nous apprendre du regard des autorités politiques belges sur ces réfugiées et exilées. Ceci fait, il sera alors possible de caractériser quelles furent les politiques adoptées par la Sûreté publique à l’égard de ces femmes : de quelle manière ont-elles été accueillies par les autorités administratives belges ? Quels facteurs ont influencé les modalités de cet accueil, et sont-elles toutes placées sur un pied d’égalité ? Quel rôle y ont joué les autorités locales, premiers relais de la Sûreté publique sur le terrain ? Quelles difficultés ont-elles pu rencontrer à leur arrivée et durant leur séjour en Belgique ? Des différences sont-elles perceptibles en fonction de l’origine socio-économique et de la nationalité de ces femmes ? Quelle fut l’argumentation développée pour expliquer et justifier leur éventuelle expulsion ? En somme, cet article a donc pour ambition de dresser un portrait plus fidèle de l’exil au féminin en Belgique par le prisme des politiques qui furent adoptées par la Sûreté publique à son encontre.

Invisibles, mais bien présentes

  • 11 L’auteur n’explique malheureusement pas cette importante différence, mais celle-ci pourrait trouve (...)
  • 12 Sophie de Schaepdrijver, Elites for the Capital? Foreign Migration to Mid-Nineteenth Century Bruss (...)

3Francis Sartorius, après avoir épluché les registres de population de la ville de Bruxelles, l’une des sources les plus importantes pour les études démographiques en Belgique, indique par exemple qu’en 1847, les femmes représentaient tout de même 4 % des réfugiés français arrivés à Bruxelles, pourcentage qui passe à 14 % chez les étrangers d’origine allemande11. Étudiant quant à elle l’intégralité du territoire belge, Sophie de Schaepdrijver a estimé qu’environ 25 % des immigrés en Belgique au milieu du xixe siècle sont des femmes. Elle observe toutefois que la majeure partie d’entre elles sont en fait des travailleuses du nord de la France ou du sud des Pays-Bas venues trouver du travail dans l’industrie textile belge, et non des exilées à proprement parler12. La proportion de femmes parmi les étrangers présents en Belgique semble donc varier fortement en fonction de leur nationalité d’origine et de leur origine socio-économique, augmentant sensiblement parmi les réfugiés économiques.

  • 13 Précision utile, si l’échantillon est bien aléatoire, il a toutefois été réalisé à partir des doss (...)
  • 14 François Saint-Amand, Un État en quête de sûreté: la surveillance exercée par la Sûreté publique (...)

4Il en va de même avec les archives laissées par les administrations en charge de leur contrôle et de leur surveillance. L’analyse des dossiers individuels des étrangers, que la Sûreté publique commence à établir à partir de 1835, donne en effet des résultats pour le moins décevants en ce qui concerne la proportion et le rôle des femmes dans ces mouvements migratoires, tant en ce qui concerne les exilées politiques que les « suiveuses ». Selon les registres officiels fournis par la police des étrangers, les femmes ne représenteraient qu’une part négligeable voire quasi nulle des réfugiés et exilés qui trouvent asile en Belgique entre 1830 et 1870. Thibaut Cornet observe ainsi que sur un échantillon aléatoire d’un peu moins de 120 dossiers analysés, seuls 5 concernent des femmes, ce qui se rapproche assez des chiffres fournis par Sartorius13. Dans une autre étude récente se concentrant plus spécifiquement sur les réfugiés politiques français arrivés en Belgique entre 1830 et 1850, François Saint-Amand propose des chiffres assez similaires. Sur les 190 exilés dont il a retrouvé la trace au sein des dossiers individuels de la police des étrangers, il n’a pu identifier que 9 femmes pour 181 hommes, et ajoute qu’aucune de ces 9 femmes ne dispose d’un dossier à son nom14.

  • 15 Thibaut Cornet, La Belgique face aux étrangers…, op. cit., p. 61.
  • 16 Anne Morelli, « Exhumer l’histoire des femmes exilées politiques », Sextant, 26, 2009, p. 7-16 (ci (...)

5La vérité des sources est ici tronquée : tout comme pour les passeports, la Sûreté publique belge a en effet décidé de ne pas attribuer aux femmes mariées et à leurs enfants leur propre dossier au sein de l’administration des étrangers, mais de les incorporer au dossier du père de famille, les invisibilisant ainsi de facto. Conçus par la police des étrangers à partir du début des années 1840, les bulletins de renseignements d’étranger que les administrations communales complètent et envoient à la Sûreté publique chaque fois qu’un étranger arrive dans leur juridiction indiquent également mentionner les femmes et enfants dans la même entrée que celle du père de famille15. Pour reprendre les mots d’Anne Morelli : « Les archives de la police des étrangers […] permettent en principe de retrouver la trace des exilées politiques. Mais ce n’est vrai que dans le cas de personnalités importantes, les autres sont à trouver dans l’ombre des hommes et de leurs dossiers16. » Cette invisibilisation de l’exil féminin par les sources elles-mêmes ne signifie pas que celui-ci n’a laissé aucune trace au sein des archives de la police des étrangers, mais implique de devoir mener des recherches plus minutieuses qu’à l’ordinaire afin d’en déceler la piste.

L’exemple des femmes proches du Comité d’Ostende

  • 17 La présence à Ostende de ces réfugiés espagnols n’est en rien surprenante, puisque la ville est de (...)
  • 18 Sur le Comité d’Ostende : Christophe Chevalier, « Acteurs non étatiques et relations international (...)
  • 19 Actualisées à cinq reprises entre la mi-octobre et la fin novembre 1866, ces listes identifient dé (...)
  • 20 Fiches de signalement des réfugiés espagnols, 1866-1867 (AGR, ASP-PEDg, n° 244).

6Afin d’illustrer les difficultés auxquelles peuvent être confrontés les chercheurs, il n’est pas inutile de s’attarder un instant sur le cas du « Comité d’Ostende ». Cette organisation, fondée le 16 août 1866 dans la cité balnéaire belge17 par des exilés politiques espagnols libéraux, démocrates et/ou républicains, a pour objectif de renverser la reine Isabelle II18. La Sûreté publique ne manque évidemment pas de surveiller ses activités, et dresse une série de listes des exilés espagnols séjournant à Ostende, Bruxelles et dans différentes villes du pays entre août 1866 et juin 186719. Au surplus, elle fait suivre les principaux leaders du Comité d’Ostende et établit des fiches de signalement très précises les concernant, en particulier les anciens officiers tels que les généraux Juan Prim, Milans del Bosch, Contreras, Pierrard Alcedar et De la Torre, l’ancien ministre Joaquín Aguirre de la Peña, ou encore le chef des services secrets de Prim, Salvador Damato y Phillips20. La lecture de ces listes et de ces fiches de signalement se révèle toutefois décevante dans le cadre d’une étude sur la place des femmes dans l’exil en Belgique, puisqu’aucune femme n’y est nommée. Ces différents documents n’indiquent pas non plus si les réfugiés espagnols sont arrivés en Belgique seuls ou accompagnés de leurs épouses, aucun encart n’étant même prévu à cet effet, au contraire des bulletins de renseignements plus classiques.

  • 21 Liste des dossiers des réfugiés espagnols, 1866-1867 (AGR, ASP-PEDg, n° 244).
  • 22 Juan Prim y Prats (Reus 1814 - Madrid 1870) est un général et homme politique espagnol qui a consi (...)
  • 23 Dossier du général Prim (AGR, ASP- Police des étrangers : dossiers individuels [ci-après : PEDi], (...)

7En dehors de cette question, ces listes se révèlent pourtant très complètes, et fournissent de nombreux détails sur ces réfugiés, tels que leur âge, leur origine, leur dernière étape avant leur arrivée en Belgique, l’adresse où ils y ont résidé ou encore leurs occupations professionnelles. Cette absence se confirme dans les registres de la police des étrangers, qui n’enregistre aucun nouveau dossier au nom d’une immigrée espagnole en 1866 ou en 186721. La couverture du volumineux dossier du général Prim22, président du Comité d’Ostende – malheureusement un des rares dossiers qui ait survécu – ne mentionne pas non plus la présence de son épouse Francisca Agüero y Gonzalez ou de ses deux enfants23. La vision qui résulte de cette communauté d’exilés espagnols est donc celle d’un groupe très masculin de conspirateurs, composé de vieux généraux et de quelques anciens ministres, accompagnés de jeunes politiciens libéraux et républicains et de nombreux militaires.

  • 24 Lettre de Van Iseghem à Verheyen, 28 août 1866 (AGR, ASP-PEDg, n° 244).

8Seul le dépouillement de la correspondance de l’administrateur de la Sûreté publique et des rapports des agents de la Sûreté en charge de leur surveillance permet de retrouver la trace d’une présence féminine parmi la communauté des exilés espagnols. Au détour d’une lettre adressée à Napoléon Verheyen, administrateur de la Sûreté publique, le bourgmestre d’Ostende Jean Van Iseghem signale par exemple que l’un des leaders du Comité d’Ostende, l’ancien ministre Joaquín Aguirre de la Peña, est arrivé en Belgique accompagné de son épouse, Doña Marcelina César, qui n’apparaît pourtant dans aucune des listes de réfugiés dressées par la Sûreté publique24. Plus intéressant encore, une autre lettre de Van Iseghem aborde le cas du général Prim, dans laquelle il explique à Verheyen pourquoi la dernière liste des Espagnols que la police lui a envoyée ne contient que 19 noms, alors qu’une lettre précédente parlait de l’arrivée de 37 Espagnols. Le bourgmestre détaille ainsi que :

  • 25 Lettre de Van Iseghem à Verheyen, 24 août 1866 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

« Quand le général Prim, comte de Reus, est arrivé ici à l’hôtel de France, on l’a inscrit avec sa famille, sa suite et ses domestiques formant ensemble 37 personnes. […] Lorsqu’on ajoute aux 19 personnes mentionnées ci-dessus : 7 personnes composant la famille du général à savoir : sa femme, deux enfants, deux femmes de chambre, un courrier et un domestique ; 3 dames épouses de 3 de ses compatriotes [et leurs familles], on obtiendra approximativement le nombre de 3725. »

  • 26 Rapports de surveillance de Prim, septembre 1866-octobre 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim (...)
  • 27 Rapport de police de la ville de Bruxelles, 21 août 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).
  • 28 Idesbald Goddeeris, La grande émigration polonaise en Belgique (1831-1870). Élites et masses en ex (...)

9Non contente d’accompagner son mari en exil, Francisca Agüero arrive donc en Belgique à la tête de toute sa maisonnée, enfants, dames de compagnie et serviteurs compris. Si la lettre ne mentionne ni l’identité ni la composition exacte des familles des trois autres épouses des exilés espagnols, une simple soustraction permet de savoir qu’elles comptaient au moins onze personnes en plus de la famille de Prim. Il ne s’agit en outre pas d’un passage par la Belgique de courte durée, puisqu’après quelques semaines à l’hôtel de France, Prim loue une imposante maison rue Royale à Bruxelles, signe que la colonie espagnole s’établit durablement en Belgique26. Un rapport de police mentionne même à propos d’un appartement de la rue des Arts occupé par l’un des généraux espagnols qu’il « y a là un va-et-vient continuel de femmes27 », sans qu’il ait été possible d’identifier l’identité ou l’origine de ces dernières. L’univers très masculin que laissaient entrevoir les listes d’exilés dressées par la Sûreté publique est donc loin de représenter fidèlement la communauté des exilés espagnols qui se sont réfugiés en Belgique entre 1866 et 1867. Il semble en effet que si les plus jeunes et les moins fortunés sont bien arrivés seuls en Belgique, les officiers et les hommes politiques sont quant à eux arrivés accompagnés de leur épouse et de leur famille. Idesbald Goddeeris, analysant l’émigration polonaise en Belgique entre 1830 et 1870, en est venu à des conclusions assez semblables : constatant que « seules quelques Polonaises habitant en Belgique ont pu être identifiées », il en avait déduit que « la présence en Belgique d’immigrées polonaises a donc été minime » et « exclusivement liée à un contexte familial et aristocratique », puisque « les réfugiés polonais d’origine modeste sont en effet arrivés seuls en Belgique28 ».

  • 29 Rapport de la Sûreté à Jules Bara, 26 août 1866 (AGR, Fonds Jules Bara, 26).
  • 30 Verheyen indique par exemple que « le 19 août 1867 un agent de la 4e division de police m’a dit qu (...)
  • 31 Rapport de surveillance de la rue Royale, 21 août 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

10Ce désintérêt de la Sûreté publique pour les femmes n’est toutefois pas systématique, car même en tant que « suiveuses », les exilées politiques jouent un rôle dans le combat de leurs époux. À son arrivée à Ostende en 1866, Joaquín Aguirre déclare ainsi à l’une de ses connaissances, qui le répète ensuite à un agent de la Sûreté, qu’il « avait laissé sa femme à la frontière pour recevoir ses correspondances, mais qu’il irait la chercher sous peu de jours29 ». Francisca Agüero reçoit elle aussi la correspondance de Prim, et distribue ses ordres aux Espagnols de passage lorsque ce dernier se rend en Catalogne au mois d’août 1867 pour y lancer un pronunciamiento. Les agents de la Sûreté publique en sont d’ailleurs tout à fait conscients et maintiennent par conséquent une surveillance étroite sur sa maison de la rue Royale, consignant les allées et venues, les arrivées de courriers, mais aussi tous les déplacements de Francisca Agüero pendant l’absence de son mari30. La maison de Prim est ainsi toujours surveillée même après le départ de Francisca Agüero, et si un agent remarque le 21 août que, depuis lors, les deux domestiques laissés sur place « semblent vivre dans une insouciance complète », il insiste également sur le fait qu’un blanchisseur « est venu chercher une grande quantité de linge sale et que ce matin encore on y a introduit un tonneau de bière ; ce qui semblerait faire croire que malgré tout ce qu’on a dit, cette famille n’est pas partie sans esprit de retour31 ». Si une telle surveillance est mise en place, c’est en effet moins pour la personne de Francisca Agüero que pour percer les intentions de Prim sur un éventuel retour en Belgique en cas d’échec de son pronunciamiento.

Qui a droit à un dossier ?

  • 32 Lettre du commandant de brigade Legros à Hody, 1er août 1851 (AGR, ASP-PEDi, n° 36486 : Victor Con (...)
  • 33 François Saint-Amand, Un État en quête de sûreté…, op. cit., p. 88.

11La majorité des femmes étrangères arrivant en Belgique appartiennent en effet à la catégorie des « suiveuses » qui, si elles font également l’expérience de l’exil tout comme leurs sœurs exilées politiques – dans le sens premier du terme –, n’ont en revanche aucune activité politique ou menaçante pour le pays qu’elles ont dû fuir. De là, peut-être, une négligence certaine dans le chef de la Sûreté publique dans leur surveillance et leur enregistrement. Cette négligence peut bien évidemment être préjudiciable. La belle-mère de Victor Considérant, Clarisse Vigoureux, qui l’accompagne en exil en Belgique32, ne fait ainsi – au contraire de son beau-fils – l’objet d’aucune surveillance de la part de la Sûreté publique, alors même qu’elle est pourtant elle aussi une adepte du fouriérisme33.

  • 34 Jacques Gillen, « La “transparence’’ des femmes migrantes dans les archives », Sextant, 21-22, 200 (...)
  • 35 Lola Gonzalez-Quijano, « Migrations internationales et prostituées étrangères à Bruxelles au milie (...)
  • 36 Nicolas Coupain, « L’expulsion des étrangers en Belgique (1830-1914), Journal of Belgian History, (...)
  • 37 Dossiers généraux consacrés à la traite des blanches au xixesiècle (AGR, ASP-PEDg, 711, 723, 725- (...)
  • 38 Dossiers généraux consacrés aux proxénètes et aux prostituées étrangères au xixesiècle (AGR, ASP- (...)

12Conséquence directe de cette situation, que n’a pas manqué de signaler Jacques Gillen, les dossiers de la Sûreté publique se concentrent presque exclusivement sur deux catégories de femmes en particulier : les religieuses et les prostituées. Celles-ci n’étant que très rarement accompagnées par des hommes de leur famille, elles se voient en effet attribuer un dossier à leur nom dans les fichiers de la police des étrangers, et sont par conséquent souvent surreprésentées dans les échantillonnages réalisés par les historiens34. En outre, la prostitution étant un sujet relativement tabou dans la société belge du xixe siècle, elle fait l’objet d’une intense surveillance, notamment de la part des autorités communales, principales sources d’information de la Sûreté publique35. À partir des données statistiques fournies par la Sûreté publique, Nicolas Coupain ne manque pas de signaler que dès le début des années 1840, « quelques tendances se démarquent dans l’action de la Sûreté publique : la lutte contre la prostitution clandestine et la répression sévère du proxénétisme ; la répression des étrangers attentant aux mœurs ou troublant la paix des familles36 ». La police des étrangers consacre ainsi plus d’une cinquantaine de « dossiers généraux » à la police des mœurs, s’attaquant principalement à la traite des blanches37, mais aussi aux maisons de prostitution employant des prostituées étrangères, aux « étrangères aux mœurs dépravées » et à leurs proxénètes38.

Les exilées confrontées à la police des étrangers

  • 39 Rapports d’espionnage à Verheyen, août-septembre 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).
  • 40 Nous avons déjà eu l’occasion d’insister sur l’importance de cette culture politique commune aux é (...)

13Si ces femmes sont invisibilisées dans les dossiers de la Sûreté publique, il est légitime de s’interroger sur le traitement qui leur est réservé par cette administration, sur les facteurs qui influencent les modalités de leur accueil, et sur l’argumentaire développé pour expliquer et justifier leur éventuelle expulsion. Sans surprise, la situation diffère radicalement selon le milieu socio-économique dont proviennent ces femmes, celles qui viennent de milieux aisés ou culturellement favorisés bénéficiant indubitablement d’un traitement de faveur. Ainsi, lorsque Victor Hugo est expulsé du territoire belge le 30 mai 1871 après avoir provoqué une émeute en critiquant la politique d’accueil du gouvernement belge à l’égard des communards, sa maîtresse Juliette Drouet se voit accorder le droit de rester en Belgique, afin d’organiser le déménagement de leurs affaires. Il en va de même avec Francisca Agüero, l’épouse du général Prim, qui demeure plusieurs mois à Bruxelles avec ses enfants lorsque son mari est finalement forcé de quitter le territoire belge, après avoir échoué dans sa tentative de coup d’État de juin 186739. Il y a là une influence certaine de la culture politique commune aux élites politiques et économiques européennes au xixe siècle, qui n’est bien évidemment pas propre à l’exil féminin40.

  • 41 Nicolas Coupain, « L’expulsion des étrangers en Belgique… », art. cit.
  • 42 Le dossier de Souillard n’a malheureusement pas survécu aux différents tris opérés dans les archiv (...)
  • 43 Le Lynx, 27 septembre 1838 ; Le Messager de Gand, 28 septembre 1838.

14La Sûreté publique est en revanche loin d’être aussi conciliante avec les femmes issues de couches moins aisées de la population, comme le démontrent les chiffres fournis par Nicolas Coupain sur les motifs présidant à l’expulsion ou au refoulement des étrangers présents en Belgique : les indigents, vagabonds et personnes dénuées de moyens de subsistance représentent l’écrasante majorité des étrangers visés par ces mesures41. Ainsi, dans la soirée du 25 septembre 1838, lorsque les agents de la Sûreté publique se rendent au domicile d’un réfugié français du nom de Souillard, surnommé Chirett, et constatent son absence, ils arrêtent immédiatement sa jeune femme de 18 ans, Joséphine-Françoise Pornin. Dépourvue de papiers d’identité, celle-ci subit un interrogatoire avant d’être incarcérée à la prison des Petits-Carmes pendant cinq jours, puis d’être finalement expulsée et reconduite à la frontière42. Cette affaire serait sans nul doute restée dans l’oubli, comme tant d’autres, si certaines circonstances n’avaient pas attiré l’attention de la presse d’opposition orangiste, qui ne perd jamais une occasion de critiquer la Sûreté publique et son chef de l’époque, Emmanuel François. Le Lynx, immédiatement reproduit par Le Messager de Gand, insiste lourdement sur le fait que bien qu’elle n’ait rien eu à lui reprocher, la police avait « fait appréhender et conduire aux Petits-Carmes, sans autre forme, Mad. Chirett, jeune femme de 18 ans et enceinte. Nous le demandons à tous, quelle âme honnête ne sera révoltée de l’odieux procédé de la police ? », et de conclure par un provocateur : « Ô Belgique ! Qu’est donc devenue ta terre hospitalière43 ? » La jeune femme ne reste pas pour autant spectatrice de ses déboires, puisqu’elle adresse une lettre à l’administrateur de la Sûreté publique afin de protester contre son incarcération, et en envoie une copie au Lynx, qui la publie in extenso :

  • 44 Le Lynx, 29 septembre 1838 ; Le Messager de Gand, 30 septembre 1838 ; L’Observateur, 1er octobre 1 (...)

« M. l’administrateur, Sans m’étonner des procédés dont vous vous êtes servi sans scrupule envers une femme, je viens protester avec indignation contre l’extradition dont vous me menacez ; en supposant que la monstrueuse législation de votre pays vous donne le droit exorbitant de mettre hors de la Belgique qui bon vous semble, sans aucun motif plausible, vous ne pouvez prolonger ma détention ni m’imposer ce voyage avec escorte de vos séides. Ne pouvant résister, car je n’ai pas la force d’un homme, je confie à l’opinion publique le soin de punir cette infamie44. »

  • 45 L’Observateur, 8 octobre 1838.
  • 46 L’Indépendant, 9 octobre 1838.
  • 47 Le Belge, 11 octobre 1838.

15Les journaux d’opposition orangistes n’étant plus, à cette époque, lus que dans des cercles relativement restreints, il faut toutefois attendre quelques jours avant que le reste de la presse ne s’empare de l’affaire, suite à un long article réquisitoire de L’Observateur, qui reprend les accusations formulées par les époux Chirett à l’encontre de la Sûreté publique : la jeune réfugiée était en effet non seulement enceinte lors de son arrestation, mais elle aurait également été victime de chantage pendant son incarcération, son interrogatoire aurait duré plusieurs heures sans raison apparente, elle aurait été privée de visites et sa correspondance interceptée, avant de finalement être renvoyée en France à l’arrière d’une charrette grillagée où étaient également enfermés plusieurs hommes45. Après ces révélations, il n’y a qu’une voix dans la presse pour réclamer de François des explications, L’Indépendant concluant que « son silence ne pourrait qu’être défavorablement interprété46 » ; alors que Le Belge dénonce « aux chambres un scandale aussi révoltant » et se fait même menaçant : « Les tyrannies policières sont toujours pour beaucoup dans les mécontentements qui se traduisent en émeutes puis en insurrection. Si ce n’est justice, que, du moins, par prudence, nos représentants avisent à mettre un terme à tant d’abus47. »

  • 48 Le Moniteur, 11 octobre 1838.
  • 49 L’Observateur, 12 octobre 1838.

16Un démenti officiel de la Sûreté publique ne tarde donc pas à être publié au sein même du Moniteur belge. Ce document est intéressant à plus d’un titre, car si François se défend de la plupart des accusations que lui adressent les époux Chirett, déclarant notamment que « son prétendu état de grossesse n’a pas été remarqué ; elle ne l’a pas invoqué », et qu’il « n’est pas vrai que l’interrogatoire de la dame Chirett ait duré trois heures ; il a tout au plus duré trois quarts d’heure », il ne trouve pas utile de se justifier quant à l’expulsion en elle-même, déclarant que « dépourvue de papiers et n’ayant aucun moyen d’existence, cette personne ne pouvait demeurer en Belgique. L’administration a dû faire avec elle ce qu’elle a fait avec toutes les autres qui se sont trouvées dans ce même cas48 ». L’absence de moyens de subsistance est en effet, pour la Sûreté publique, un motif suffisant pour justifier une expulsion. Si L’Observateur conteste encore le fait que les époux Chirett aient été dépourvus de tout moyen d’existence49, l’affaire ne suscite plus après les explications de François aucune nouvelle attaque de la presse, qui se contente de reproduire le démenti de la Sûreté publique sans le commenter.

Le cas des prostituées

  • 50 Mlle Jones ne dispose pas d’un dossier individuel à son nom dans les archives de la Sûreté publiqu (...)

17Mais si l’absence de moyens d’existence est un motif d’expulsion suffisant touchant tous les réfugiés quel que soit leur sexe, il en est un autre qui affecte plus particulièrement les femmes, celui de mener une vie « peu régulière », à savoir de recourir à la prostitution. Ce motif s’invite même à la Chambre des représentants, où lors d’un débat, en 1847, le ministre de la Justice Jules d’Anethan justifie, non sans faire preuve d’une misogynie certaine, l’expulsion d’une émigrée anglaise, MlleJones50, par ces mots :

  • 51 Intervention de Jules d’Anethan, 23 janvier 1847 (Annales parlementaires de Belgique, session 1846 (...)

« Ce qui a eu lieu à Anvers, a eu lieu également dans beaucoup d’autres villes, sans réclamation. Les bourgmestres n’hésitent jamais à demander de semblables expulsions à l’égard des personnes de la catégorie de celle dont a parlé l’honorable M. Verhaegen, et quoique plusieurs d’entre elles fussent probablement très jolies, elles n’en ont pas moins été expulsées51. »

  • 52 Intervention de Pierre-Théodore Verhaegen, 23 janvier 1847 (Annales parlementaires de Belgique, se (...)
  • 53 Luc Keunings, « Les grandes étapes de l’évolution de la police secrète en Belgique au xixe siècle  (...)
  • 54 Ces libertés prises avec la loi et son autoritarisme l’opposent fréquemment aux magistrats et aux (...)

18Plusieurs cas attestent en outre que ces étrangères sont bien souvent privées de leurs droits et que la police des étrangers emploie à leur encontre des procédures pour le moins douteuses et, dans tous les cas, expéditives. Alexis Hody, catholique conservateur et intransigeant à la tête de la Sûreté publique de 1839 à 1852, ordonne par exemple l’expulsion de ladite Mlle Jones en mai 1845. Celle-ci étant parvenue à démontrer qu’elle résidait à Anvers depuis plusieurs années, rendant dès lors illégale une simple expulsion administrative, elle obtient du tribunal d’Anvers de suspendre son expulsion. Mais Hody ne s’arrête pourtant pas là et ordonne une nouvelle fois à la gendarmerie d’arrêter Mlle Jones, en dépit de la décision du tribunal, et de l’emmener sur le premier bateau qui partirait pour l’Angleterre. L’ordre, exécuté en pleine nuit, n’est empêché au dernier moment que par une intervention expresse du président du tribunal d’Anvers, qui ordonne sa remise en liberté, ayant une nouvelle fois constaté l’illégalité de la mesure d’expulsion prise à son encontre52. Hody, à qui est généralement attribuée la professionnalisation de la Sûreté publique et de ses méthodes53, se révèle en effet peu soucieux du respect des droits des étrangers présents en Belgique, et il est de notoriété publique qu’il s’accorde beaucoup de libertés avec la loi dans l’exercice de ses fonctions, alors même qu’il occupait pourtant auparavant le poste de procureur du roi à Bruxelles54.

  • 55 Lettre de la famille Oldfield au procureur du roi à Bruxelles, 1er août 1839 ; de ce dernier à Ale (...)
  • 56 Lettre de Hody au bourgmestre d’Ixelles, 19 août 1839 ; interrogatoire de Marguerite Henken, 25 ao (...)

19Cette sévérité extrême à l’égard des réfugiés arrivant en Belgique est plus rigoureuse encore avec les étrangères recourant à la prostitution, au point même d’être en certaines occasions instrumentalisée par des particuliers dans des affaires privées. Le cas de Marguerite Henken est, de ce point de vue, exemplaire. Début août 1839, une lettre adressée au procureur du roi de la part de la famille Oldfield, famille d’émigrés anglais résidant à Bruxelles, réclame l’expulsion de la jeune femme. Cette dernière, repasseuse anglaise âgée de 29 ans arrivée en Belgique pour y trouver du travail quelques années plus tôt, est présentée en des termes peu reluisants, la lettre rappelant notamment qu’elle aurait fait de la prison pour divers petits délits, aussi le procureur du roi la transfère-t-il à Hody55. Dans un premier temps, Hody cherche des renseignements complémentaires auprès du bourgmestre d’Ixelles, où réside ladite Marguerite Henken, mais finit par la convoquer afin de l’interroger, avant d’ordonner son expulsion dès le lendemain, sans attendre de réponse des autorités communales56. Mais si l’affaire est en soi représentative de la célérité avec laquelle procède l’administration de la Sûreté publique dans ce genre de cas, elle est également intéressante en ce qu’elle reflète l’utilisation qui peut être faite de la police des étrangers par les étrangères elles-mêmes, et ce afin de nuire à leurs rivales.

  • 57 Lettre du bourgmestre d’Ixelles à Hody, 6 septembre 1839 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Hen (...)
  • 58 Lettre de Hody à De Theux de Meylandt, 25 octobre 1839 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Henke (...)
  • 59 Officiellement, elle y occupe le poste de gouvernante… Feuille de route de Marguerite Henken, 19 m (...)

20En effet, l’enquête commandée par le bourgmestre d’Ixelles éclaire l’affaire sous un jour nouveau. Elle révèle non seulement que M. Oldfield a eu recours aux services de Marguerite Henken, dont on apprend qu’elle est une prostituée d’assez mauvaise réputation, qu’il entretient à présent une véritable liaison extraconjugale avec celle-ci, mais aussi que c’est Mme Oldfield qui est à l’origine de la plainte ayant amené Marguerite Henken à faire de la prison57. La lettre adressée au procureur du roi n’est donc en réalité qu’une nouvelle tentative de Mme Oldfield pour nuire à la maîtresse de son mari et l’en écarter définitivement. L’affaire ne s’arrête pas là, puisqu’après que Marguerite Henken a contesté son expulsion auprès de la justice, Hody s’adresse directement à Barthélemy de Theux de Meylandt, ministre de l’Intérieur et chef du gouvernement belge, pour justifier sa décision. Hody y montre toute sa répugnance pour les prostituées, évoque la conduite « vraiment scandaleuse » de ces dernières, et critique Marguerite Henken pour avoir en outre « commencé à s’adonner à des penchants vicieux » et « vécu déjà depuis quatre ans avec différents hommes avec lesquels elle aurait des enfants58 ». Finalement expulsée, Marguerite Henken revient malgré tout à Bruxelles peu de temps après et, en dépit d’une nouvelle expulsion, finit par s’établir définitivement, peu rancunière, chez les Oldfield59… S’étant retirée du milieu de la prostitution et disposant de moyens d’existence, Marguerite Henken n’est semble-t-il plus inquiétée par la police des étrangers par la suite, en dépit de ses antécédents.

Quelle vie mener en exil ?

  • 60 Le cas d’Éléna Rosetti est particulièrement intéressant, puisqu’avant de connaître cet exil forcé (...)
  • 61 Lettre de Benoît Vrambout, gouverneur de Flandre-Occidentale, à Verheyen, 8 septembre 1866 (AGR, A (...)

21Aspect plus difficile à cerner, et certainement moins perceptible dans les dossiers de la police des étrangers, l’adaptation de ces femmes à leur nouvel environnement ne fait l’objet que de peu d’attention de la part des agents de la Sûreté. Qu’il leur soit permis de rester à Bruxelles ou qu’elles soient forcées de s’établir en province, la manière dont elles ont vécu le déracinement et affronté l’épreuve de l’exil est une question centrale. Pour reprendre l’exemple du Comité d’Ostende, qui fait l’objet d’une surveillance attentive de la Sûreté publique, il est certain que les exilés espagnols mènent une vie mondaine très active à Ostende puis à Bruxelles, y fréquentant le casino, les restaurants et cafés, allant à la chasse ou au théâtre, bien souvent en compagnie de leurs épouses. Au Kursaal, luxueux casino d’Ostende où se côtoie tout le gratin européen durant la période estivale, ils croisent d’autres réfugiés tels que le prince Alexandre Cuza et sa femme Éléna Rosetti60, ex-souverains de Roumanie, en exil depuis le coup d’État du 22 février 1866 et qui occupent eux aussi une suite à l’hôtel de France ; mais aussi la reine de Wurtemberg qui y passe ses vacances61.

  • 62 Il s’agit là d’un trait de caractère qui se retrouve fréquemment dans les sociétés habituées au co (...)
  • 63 Judith L. Cromwell, Dorothea Lieven: A Russian Princess in London and Paris, 1785-1857, Jefferson, (...)
  • 64 Ce qui ne les empêche bien évidemment pas de se plaindre de leur exil en Belgique et de ses conséq (...)

22En outre, la noblesse et la bourgeoisie libérales belges se montrent très ouvertes à l’intégration de ces exilées, qui sont fréquemment accueillies dans les salons et autres dîners mondains62. Plusieurs salons bruxellois sont d’ailleurs tenus par des personnalités étrangères, ce qui facilite d’autant leur perméabilité aux exilées politiques et autres réfugiées. L’exemple de la princesse de Lieven, Dorothea von Benckendorff, une aristocrate germano-russe dont le mari était ambassadeur de Russie à Berlin puis à Londres, est particulièrement frappant. Déjà renommée pour les salons qu’elle tient à Londres de 1811 à 1834, puis à Paris de 1834 à 1853, la « sibylle diplomatique de l’Europe » est contrainte de se réfugier à Bruxelles au début de 1854 en raison du déclenchement de la guerre de Crimée. Elle y tient pendant toute la durée de la guerre un salon très en vue, qui réunit bientôt toute la communauté des Russes exilés de France, d’Angleterre et de Sardaigne63. Certains hauts lieux de Bruxelles tels que les galeries Saint-Hubert, le Mille-Colonnes ou le Café des Trois Suisses sont également réputés accueillir nombre d’exilés, qui y côtoient les élites belges, mais il est beaucoup plus rare d’y croiser des dames. La culture politique libérale, favorable au cosmopolitisme, règne alors en Belgique et permet dans une certaine mesure à ces exilées de rompre l’isolement dont elles peuvent se plaindre ailleurs en Europe64.

  • 65 Sur l’importance des débits de boissons comme lieux de sociabilité chez les exilés à Bruxelles au (...)
  • 66 Ibid., p. 123.
  • 67 Amédée Saint-Ferréol, Les proscrits français en Belgique…, op. cit., p. 110-112.
  • 68 Bulletins de renseignements de Catherine Vanham, 29 mars et 5 avril 1845, 21 janvier et 14 octobre (...)

23Dans les milieux moins aisés, la situation est malheureusement moins bien connue, particulièrement en dehors de Bruxelles. Dans cette dernière, femmes et hommes se réunissent souvent dans les cabarets et estaminets65 en fonction de leur nationalité : les Allemands à La Cour de Cologne, les Polonais à L’estaminet de Varsovie, les Français chez La Mère Moreau; ou de leurs opinions politiques, Le Cygne regroupant les socialistes et communistes, tandis que La Mouche rassemble les anarchistes. Or, au contraire des cafés, les estaminets et cabarets belges sont réputés accueillir tant les femmes que les hommes, ce que ne manque pas de signaler Hans Vandevoorde : « À chaque occasion […], on y vient boire et fumer, même en présence des dames. Des familles entières s’y rendent66. » Saint-Ferréol lui-même précise que : « Là on mange, chante et danse, on fait des discours, de la musique […] La jeunesse y vient, en partie carrée, rafraîchir ses amours67. » Si les femmes qui ont migré en Belgique pour y trouver du travail ou qui ont suivi leurs maris en exil n’ont que rarement laissé de témoignages ou de traces écrites de leur séjour en Belgique, il est raisonnable de supposer que, à l’instar des femmes belges, elles fréquentent elles aussi ce genre d’établissements. Ces femmes expérimentent également une mobilité au sein même du territoire belge : Catherine Vanham, jeune domestique néerlandaise, s’établit ainsi successivement à Anvers, Wilmardonck, Bruxelles puis Vilvoorde entre 1845 et 1848 au gré de ses différents engagements68. En dehors de ces quelques bribes d’information, les dossiers de la police des étrangers ne permettent pas toutefois de retracer la vie de ces diverses migrantes une fois arrivées en Belgique.

Conclusions

  • 69 Éliane Gubin, Valérie Piette, « Sur la singularité de l’exil politique féminin dans une perspectiv (...)

24« Invisible donc négligeable » ? Tel était initialement le titre de cette contribution, qui se voulait volontairement provocateur. « Invisible » est en effet le qualificatif qui décrit le mieux le traitement de l’exil au féminin par la Sûreté publique belge. Dans les dossiers individuels de la police des étrangers, dans les listes d’exilés dressées par la Sûreté publique, parfois même jusque sur les couvertures des dossiers individuels de leurs époux, ces femmes en exil en Belgique semblent absentes, ne faisant l’objet que d’une attention toute relative de la part de la Sûreté publique. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Si elles sont certes indéniablement moins nombreuses que les hommes, les femmes en exil, qu’elles soient exilées politiques, « suiveuses » ou réfugiées économiques, ne peuvent en effet pas être considérées comme une population marginale et anecdotique. D’où vient donc qu’elles aient été à ce point mises de côté par les sources ? Pour les administrateurs de la Sûreté publique, il y a bien entendu une explication logique : les exilés politiques étant pour une vaste majorité des hommes, et la Sûreté étant avant tout chargée d’assurer le maintien de la sûreté publique sur le territoire belge, elle s’est ainsi désintéressée des femmes, qui n’étaient pas considérées comme une menace sérieuse, les reléguant à une simple case dans le dossier de leur époux. Pour l’administration de la Sûreté publique, « la femme politique demeure un impensé69», aussi leur surveillance ne semble donc présenter qu’un intérêt négligeable : même lorsque leurs maris sont expulsés du territoire belge, plusieurs exilées se voient ainsi accorder le droit de rester en Belgique, et il n’est pas rare que les arrêtés d’expulsion ne les citent pas nominalement.

25La situation est radicalement différente dès lors que ces femmes représentent une menace pour l’ordre public tel que les mentalités du xixe siècle le conçoivent. De là vient le traitement particulier qui est notamment réservé aux prostituées, qui ne font l’objet que de bien peu d’égards de la part des autorités politiques belges, et se voient souvent expulsées avant même que les enquêtes les concernant soient clôturées. À l’inverse, les exilées appartenant à la noblesse ou à la bourgeoisie ne se voient que rarement concernées par des mesures d’éloignement ou par des expulsions, révélant un biais de classe auquel la culture politique libérale et bourgeoise de l’époque n’est pas étrangère. Dans la Belgique du xixe siècle, toutes les étrangères ne sont donc pas égales devant la loi, en tout cas en ce qui concerne son application par la Sûreté publique.

  • 70 Jacques Gillen, « La “transparence’’ des femmes migrantes… », art. cit., p. 33.

26Pour autant, toutes ces femmes ont connu l’expérience de l’exil. Et si les dossiers de la police des étrangers ne permettent pas de retracer cette expérience aussi bien qu’ils peuvent le faire pour les hommes, il s’agit là d’une première étape pour la documenter et mieux la connaître, à condition bien sûr de ne pas se limiter à un dépouillement sommaire. En ce sens, si Jacques Gillen affirme avec raison que « retrouver les femmes migrantes dans les sources oblige à adapter les méthodes utilisées généralement pour écrire l’histoire de l’immigration », il nous semble, du moins en ce qui concerne le xixe siècle, erroné de considérer que « la transparence des femmes migrantes ne résulte donc que du regard de l’historien70 ». Cette transparence, cette invisibilisation, est en effet avant tout la conséquence d’un processus mené sur les sources elles-mêmes par les autorités en charge de leur enregistrement. En revenant sur les relations qui ont régi les rapports entre la Sûreté publique et ces femmes en exil en Belgique au xixe siècle, cette contribution a donc essayé de rendre compte de l’expérience différente de l’exil qu’ont pu vivre ces dernières, des histoires qu’elles ont à raconter, et qu’il faut encore dans bien des cas écrire.

Haut de page

Notes

1 Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier xixesiècle, Paris, Armand Colin, 2014, p. 176-191.

2 Pour reprendre les mots de Georges-Henri Dumont, La vie quotidienne en Belgique sous le règne de Léopold II (1865-1909), Bruxelles, Le Cri, 1996, p. 307.

3 Frank Caestecker, Alien Policy in Belgium, 1840-1940: The Creation of Guest Workers, Refugees and Illegal Aliens, New York, Berghahn, 2000, p. 4-9.

4 « Situation du département de la sûreté publique – Rapport de M. Isidore Plaisant », 13 décembre 1830 (Émile Huyttens, Discussions du Congrès, t. 4, n° 216, p. 387).

5 Les débats accompagnant la présentation du rapport d’Isidore Plaisant devant le Congrès national en fournissent une illustration parfaite, plusieurs congressistes se montrant particulièrement incisifs à l’égard de la Sûreté publique. Jean Raïkem, futur ministre de la Justice, y déclare notamment qu’il est important de savoir « si le gouvernement a prétendu recréer un ministère de la police, institution frappée de réprobation depuis longtemps, et dont l’immoralité, sous l’ancien gouvernement, était un fléau », et se voit rejoint par une majorité des élus du Congrès. Intervention de Jean Raïkem, 11 décembre 1830 (Émile Huyttens, Discussions du Congrès, t. 4, n° 216, p. 387). Le gouvernement se voit ainsi contraint de diminuer les prérogatives de la Sûreté publique et de la placer sous le contrôle du ministère de la Justice. « Arrêté qui supprime le département de la sûreté publique », 3 mars 1831 (Pasinomie, t. 12, 1830-1831, p. 242-243). Cela ne suffit pas à apaiser les réclamations à l’encontre de la Sûreté publique, qui resurgissent annuellement lors du vote des budgets qui lui sont confiés.

6 Ce que n’a pas manqué de signaler Frank Caestecker, en concluant que « The liberal values to which the Belgian regime adhered attenuated in fact very diverse elements of the brutal alien policy » ; Frank Caestecker, Alien Policy in Belgium, 1840-1940…, op. cit., p. 17.

7 L’ouvrage de Saint-Ferréol en est un parfait exemple : Amédée Saint-Ferréol, Les proscrits français en Belgique ou la Belgique contemporaine vue à travers l’exil, Paris, Libraire universelle, 1875. Baudelaire, lui aussi réfugié en Belgique dans les années 1860, en a laissé un portrait beaucoup plus critique dans Pauvre Belgique!, un ouvrage qu’il n’a pas eu l’occasion de publier, mais pour lequel il a laissé d’abondantes notes préparatoires : Jean-Baptiste Baronian, Baudelaire au pays des singes, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2017.

8 Nancy Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.

9 Éliane Gubin, Anne Morelli, Pour une histoire européenne des femmes migrantes, Sextant, 21-22, 2004, p. 7.

10 Ces limites chronologiques couvrent donc l’action des quatre premiers administrateurs de la Sûreté publique : Isidore Plaisant, Emmanuel François, Alexis Hody et Napoléon Verheyen. De ce fait, cet article n’aborde pas le cas des réfugiées de la Commune de Paris qui, de par leur nombre important et leur implication dans les événements révolutionnaires parisiens, amènent la Sûreté publique à revoir quelque peu sa prise en compte des femmes dans son travail.

11 L’auteur n’explique malheureusement pas cette importante différence, mais celle-ci pourrait trouver son origine dans les profils socio-économiques de ces deux diasporas, qui présentent plus d’une dissemblance. Francis Sartorius, « Les Français en Belgique » et « Les Allemands en Belgique », in Anne Morelli (dir.), Histoire des étrangers et de l’immigration en Belgique de la préhistoire à nos jours, Bruxelles, Couleur Livres, 2004, p. 148, 177-178.

12 Sophie de Schaepdrijver, Elites for the Capital? Foreign Migration to Mid-Nineteenth Century Brussels, Amsterdam, 1990, p. 64.

13 Précision utile, si l’échantillon est bien aléatoire, il a toutefois été réalisé à partir des dossiers qui ont survécu aux divers tris effectués au début du xxe siècle, et non sur la totalité des dossiers ouverts par la Sûreté publique. Thibaut Cornet, La Belgique face aux étrangers. Analyse du fonctionnement de la police des étrangers à partir des dossiers individuels de la Sûreté publique de l’indépendance jusqu’à 1850, Louvain-la-Neuve, UCLouvain, mémoire de maîtrise, 2020, p. 128-134.

14 François Saint-Amand, Un État en quête de sûreté: la surveillance exercée par la Sûreté publique sur les réfugiés politiques français en Belgique, de la Belgique indépendante à la veille du coup d’État du 2décembre 1851, Louvain-la-Neuve, UCLouvain, mémoire de maîtrise, 2017, p. 85.

15 Thibaut Cornet, La Belgique face aux étrangers…, op. cit., p. 61.

16 Anne Morelli, « Exhumer l’histoire des femmes exilées politiques », Sextant, 26, 2009, p. 7-16 (cit. p. 9).

17 La présence à Ostende de ces réfugiés espagnols n’est en rien surprenante, puisque la ville est devenue, depuis le milieu des années 1840 et plus encore après le début du règne de Léopold II en 1865, une destination touristique prisée de tout le gratin européen. Torsten Feys, « From queen of seaside resorts to expulsion corridor: Monitoring the entry, stay, and expulsion of foreigners in Ostend (1838-1914) », Journal of Tourism History, 12, 2020, n° 3, p. 218-222.

18 Sur le Comité d’Ostende : Christophe Chevalier, « Acteurs non étatiques et relations internationales au xixesiècle : le cas du Comité d’Ostende (1866-1870) », Relations internationales, 174, 2018, p. 7-22.

19 Actualisées à cinq reprises entre la mi-octobre et la fin novembre 1866, ces listes identifient déjà plus d’une cinquantaine de réfugiés espagnols résidant en Belgique, nombre qui augmente encore en 1867 pour culminer jusqu’à 130 noms. Listes des réfugiés espagnols séjournant en Belgique, octobre-novembre 1866 (AGR, Fonds Jules Bara, n° 26) ; Listes nominatives des réfugiés politiques espagnols ayant résidé en Belgique en 1866 et 1867 ; liste des Espagnols séjournant à Bruxelles, Spa, Gand et Ostende, 1866-1867 (Archives générales du Royaume à Bruxelles [ci-après : AGR], Archives de la Sûreté publique [ci-après : ASP] - Police des étrangers : dossiers généraux [ci-après : PEDg], n° 244).

20 Fiches de signalement des réfugiés espagnols, 1866-1867 (AGR, ASP-PEDg, n° 244).

21 Liste des dossiers des réfugiés espagnols, 1866-1867 (AGR, ASP-PEDg, n° 244).

22 Juan Prim y Prats (Reus 1814 - Madrid 1870) est un général et homme politique espagnol qui a considérablement influencé l’histoire de son pays. Général de renom et homme fort du Parti progressiste, il s’oppose au gouvernement conservateur et dirige la révolution de 1868 qui renverse Isabelle II. Il est ensuite ministre de la Guerre, président du Conseil des ministres et régent à partir de 1869, et contribue à faire élire Amédée de Savoie-Aoste roi des Espagnols. Il est assassiné en pleine rue avant que ce dernier ne monte sur le trône. Émilio de Diego Garcia, Prim. Mucho más que una espada, Madrid, Actas, 2014 ; Pere Anguera, El general Prim. Biografía de un conspirador, Barcelone, Edhasa, 2003.

23 Dossier du général Prim (AGR, ASP- Police des étrangers : dossiers individuels [ci-après : PEDi], n° 72772 : Juan Prim).

24 Lettre de Van Iseghem à Verheyen, 28 août 1866 (AGR, ASP-PEDg, n° 244).

25 Lettre de Van Iseghem à Verheyen, 24 août 1866 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

26 Rapports de surveillance de Prim, septembre 1866-octobre 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

27 Rapport de police de la ville de Bruxelles, 21 août 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

28 Idesbald Goddeeris, La grande émigration polonaise en Belgique (1831-1870). Élites et masses en exil à l’époque romantique, Bruxelles, Peter Lang, 2013, p. 136-138.

29 Rapport de la Sûreté à Jules Bara, 26 août 1866 (AGR, Fonds Jules Bara, 26).

30 Verheyen indique par exemple que « le 19 août 1867 un agent de la 4e division de police m’a dit que Mme Prim était partie de cette ville pour Paris, le même jour, à 2 h et ½ de relevée, accompagnée de ses domestiques, dont le maître d’hôtel qui continue à demeurer dans la maison que la famille Prim a occupée jusqu’ici, rue Royale 49 ». Note de Verheyen, août 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

31 Rapport de surveillance de la rue Royale, 21 août 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

32 Lettre du commandant de brigade Legros à Hody, 1er août 1851 (AGR, ASP-PEDi, n° 36486 : Victor Considérant).

33 François Saint-Amand, Un État en quête de sûreté…, op. cit., p. 88.

34 Jacques Gillen, « La “transparence’’ des femmes migrantes dans les archives », Sextant, 21-22, 2004, p. 17-18.

35 Lola Gonzalez-Quijano, « Migrations internationales et prostituées étrangères à Bruxelles au milieu du xixesiècle », Revue d’histoire du xixesiècle, 57, 2018, p. 153-170 ; Sophie de Schaepdrijver, « Regulated prostitution in Brussels, 1844-1877: A policy and its implementation », Historical Social Research, 11, 1986, n° 1, p. 89-108.

36 Nicolas Coupain, « L’expulsion des étrangers en Belgique (1830-1914), Journal of Belgian History, 33, 2003, n° 1-2, p. 25.

37 Dossiers généraux consacrés à la traite des blanches au xixesiècle (AGR, ASP-PEDg, 711, 723, 725-730, 745, 747, 762).

38 Dossiers généraux consacrés aux proxénètes et aux prostituées étrangères au xixesiècle (AGR, ASP-PEDg, 712-713, 716-721, 744, 753).

39 Rapports d’espionnage à Verheyen, août-septembre 1867 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim).

40 Nous avons déjà eu l’occasion d’insister sur l’importance de cette culture politique commune aux élites libérales européennes dans deux articles consacrés aux réfugiés français et espagnols en Belgique : Christophe Chevalier, « Acteurs non étatiques… », art. cit., p. 10-11 ; id., « Des étrangers indésirables ? Les proscrits du Second Empire en Belgique (1851-1870) », Annales de l’Est, 22, 2019, n° 3, p. 199-215.

41 Nicolas Coupain, « L’expulsion des étrangers en Belgique… », art. cit.

42 Le dossier de Souillard n’a malheureusement pas survécu aux différents tris opérés dans les archives de la Sûreté publique en1888-1889 et en 1902-1904, aussi faut-il se tourner vers les articles et indications contraires du Lynx (27, 29 septembre et 10 octobre 1838), du Messager de Gand (28, 30 septembre et 13 octobre 1838), de L’Observateur (1er et 8 octobre 1838), de L’Indépendant (9 et 12 octobre 1838) et du Belge (11, 12 et 13 octobre 1838).

43 Le Lynx, 27 septembre 1838 ; Le Messager de Gand, 28 septembre 1838.

44 Le Lynx, 29 septembre 1838 ; Le Messager de Gand, 30 septembre 1838 ; L’Observateur, 1er octobre 1838.

45 L’Observateur, 8 octobre 1838.

46 L’Indépendant, 9 octobre 1838.

47 Le Belge, 11 octobre 1838.

48 Le Moniteur, 11 octobre 1838.

49 L’Observateur, 12 octobre 1838.

50 Mlle Jones ne dispose pas d’un dossier individuel à son nom dans les archives de la Sûreté publique, car elle est arrivée en Belgique en tant que femme de chambre d’une famille dont le nom nous est inconnu, et a été incorporée dans le dossier de celle-ci.

51 Intervention de Jules d’Anethan, 23 janvier 1847 (Annales parlementaires de Belgique, session 1846-1847, p. 573).

52 Intervention de Pierre-Théodore Verhaegen, 23 janvier 1847 (Annales parlementaires de Belgique, session 1846-1847, p. 571).

53 Luc Keunings, « Les grandes étapes de l’évolution de la police secrète en Belgique au xixe siècle », Revue trimestrielle du Crédit communal, 43, 1989, n° 3, p. 141-160.

54 Ces libertés prises avec la loi et son autoritarisme l’opposent fréquemment aux magistrats et aux bourgmestres libéraux, avec qui il est forcé de collaborer dans le cadre de la surveillance des étrangers, et lui coûtent finalement son poste en 1852, après une énième confrontation avec Charles de Brouckère, bourgmestre de Bruxelles. Luc Keunings, « Alexis Hody », Biographie nationale, 1985, t. 44, p. 630.

55 Lettre de la famille Oldfield au procureur du roi à Bruxelles, 1er août 1839 ; de ce dernier à Alexis Hody, 6 août 1839 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Henken). Ce cas est analysé plus longuement par Thibaut Cornet, La Belgique face aux étrangers…, op. cit., p. 130-131.

56 Lettre de Hody au bourgmestre d’Ixelles, 19 août 1839 ; interrogatoire de Marguerite Henken, 25 août 1839 ; feuille de route de Marguerite Henken, 26 août 1839 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Henken).

57 Lettre du bourgmestre d’Ixelles à Hody, 6 septembre 1839 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Henken).

58 Lettre de Hody à De Theux de Meylandt, 25 octobre 1839 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Henken).

59 Officiellement, elle y occupe le poste de gouvernante… Feuille de route de Marguerite Henken, 19 mars 1842 ; Rapport de police de Saint-Gilles à Hody, 11 février 1843 (AGR, ASP-PEDi, n° 39916 – Marguerite Henken).

60 Le cas d’Éléna Rosetti est particulièrement intéressant, puisqu’avant de connaître cet exil forcé en compagnie de son époux, elle était d’elle-même volontairement partie en exil à Paris en réaction au comportement libertin de celui-ci, et ce à plusieurs reprises entre 1856 et 1862. Très impliquée dans la vie sociale et culturelle à Bucarest, elle revient finalement en Roumanie après la mort d’Alexandre Cuza. « Éléna Cuza », Enciclopedia Romăniei, http://enciclopediaromaniei.ro/wiki/Elena_Cuza, consulté le 30 mars 2020.

61 Lettre de Benoît Vrambout, gouverneur de Flandre-Occidentale, à Verheyen, 8 septembre 1866 (AGR, ASP-PEDi, n° 72772 : Juan Prim) ; Louis Piérard et Marc-Antoine Pierson, Belgique, terre d’exil, Bruxelles, Labor, 1932, p. 99-100

62 Il s’agit là d’un trait de caractère qui se retrouve fréquemment dans les sociétés habituées au cosmopolitisme, comme n’a pas manqué de le démontrer Janet Polasky dans le cas des villes de Hambourg et d’Altona, soulignant qu’à la fin du xviiie siècle, « être un bon citoyen de Hambourg ou d’Altona impliquait d’ouvrir les portes de la ville au reste du monde, et celle de leur maison aux nouveaux venus, du moins à ceux qui leur ressemblaient ». Janet Polasky, « Un grand nombre d’étrangers s’y sont établis : émigrés et exilés dans les ports d’Altona et de Hambourg au tournant du xixesiècle », Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, p. 27-49.

63 Judith L. Cromwell, Dorothea Lieven: A Russian Princess in London and Paris, 1785-1857, Jefferson, Mc Farland, 2007.

64 Ce qui ne les empêche bien évidemment pas de se plaindre de leur exil en Belgique et de ses conséquences. Marguerite Marsais-La Coste, qui accompagne dans les années 1840 son mari Pierre Marsais en exil avec leurs enfants, se plaint ainsi beaucoup de la vie à Bruxelles. Marguerite Van de Wiele, Bruxelles, refuge des conspirateurs, Bruxelles, Office de Publicité, 1939, p. 83-87.

65 Sur l’importance des débits de boissons comme lieux de sociabilité chez les exilés à Bruxelles au xixe siècle : Hans Vandevoorde, « Lieux de conspiration : les débits de boissons révolutionnaires au xixe siècle », in Anne Morelli (dir.), Le Bruxelles des révolutionnaires de 1830 à nos jours, Bruxelles, CFC Éditions, 2016, p. 114-129.

66 Ibid., p. 123.

67 Amédée Saint-Ferréol, Les proscrits français en Belgique…, op. cit., p. 110-112.

68 Bulletins de renseignements de Catherine Vanham, 29 mars et 5 avril 1845, 21 janvier et 14 octobre 1848 (AGR, ASP-PEDi, n° 74458 : Catherine Vanham).

69 Éliane Gubin, Valérie Piette, « Sur la singularité de l’exil politique féminin dans une perspective historique », Sextant, 26, 2009, p. 161.

70 Jacques Gillen, « La “transparence’’ des femmes migrantes… », art. cit., p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Chevalier, « « Quoique plusieurs d’entre elles fussent probablement très jolies, elles n’en ont pas moins été expulsées » »Diasporas, 38 | 2021, 59-73.

Référence électronique

Christophe Chevalier, « « Quoique plusieurs d’entre elles fussent probablement très jolies, elles n’en ont pas moins été expulsées » »Diasporas [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 06 juillet 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/6890 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.6890

Haut de page

Auteur

Christophe Chevalier

Christophe Chevalier est chercheur FSR et docteur en histoire contemporaine à l’Université catholique de Louvain, où il a défendu une thèse intitulée Histoire, enjeux et instrumentalisations des questions de sécurité nationale dans la Belgique neutralisée (1839-1866), sous la direction du professeur Vincent Dujardin. Ses travaux portent sur la politique étrangère, le développement des institutions sécuritaires et l’importance des questions migratoires en Belgique au xixe siècle. Il a notamment publié : « Des étrangers indésirables ? Les proscrits du Second Empire en Belgique (1851-1870) » (Annales de l’Est, vol. 22, 2019, n° 3, p. 199-215) et « Acteurs non étatiques et relations internationales au xixe siècle : le cas du Comité d’Ostende (1866-1870) » (Relations internationales, 2018, n° 174, p. 7-22).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search