Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38L’exil de Ranavalona III, dernièr...

L’exil de Ranavalona III, dernière reine de Madagascar

The exile of Ranavalona III, the last Queen of Madagascar
Frédéric Garan
p. 91-112

Résumés

Ranavalona, la dernière reine de Madagascar, est contrainte à l’exil en 1897 : d’abord à La Réunion, elle est ensuite envoyée à Alger. Son exil sera entrecoupé de quelques voyages en France. Grâce à la presse, son histoire et celle de la petite princesse Marie-Louise, qui l’accompagne, touchent les Français. Mais si elle gagne en popularité, son image de reine s’estompe au profit de celle de la femme et de la mère. L’exil de Ranavalona a été le fait du général Gallieni, qui n’aura eu de cesse de contrôler et d’isoler la reine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Madagascar, La Réunion, Algérie, Paris
Haut de page

Texte intégral

1Joseph Gallieni, constructeur de l’État moderne à Madagascar, a voulu en être l’acteur unique, au détriment de Ranavalona III qui ne pouvait avoir de place dans la geste du gouverneur général. En imposant que Madagascar devienne une colonie et non plus un protectorat, il scelle le sort de la reine, qui ne pouvait être que l’exil.

  • 1 Le Premier ministre Rainilaiarivony prit le pas sur la Reine et devint le personnage le plus puiss (...)

2Le règne de Ranavalona III se déroule intégralement dans le contexte de la conquête de Madagascar par la France. Elle est couronnée en 1883, après la mort de sa tante Ranavalona II en pleine guerre, alors qu’elle n’a que 22 ans. Le Premier ministre, Rainilaiarivony1, à la tête du pays depuis 1865, la choisit parmi les princesses royales, et l’épouse pour pérenniser son pouvoir. En décembre 1885, le traité qui met fin à la guerre franco-malgache est un chef-d’œuvre d’ambiguïté, pour reprendre l’expression de Guy Jacob :

  • 2 Guy Jacob, La France et Madagascar de1880 à1894. Aux origines d’une conquête coloniale, thèse de (...)

« Chaque partie trouve des avantages immédiats et clairement définis : pour la France le droit d’occuper la baie de Diego-Suarez […] (art. 15), une indemnité de 10 millions […] (art. 7) ; pour Madagascar le droit de ne consentir aux étrangers que des baux emphytéotiques (art. 6) et surtout la reconnaissance de la souveraineté sans partage de Ranavalona III sur l’ensemble de l’île (art. 11 et 12)2. »

  • 3 Hubert Deschamps, Histoire de Madagascar, Paris, Berger-Levrault, 1960, p. 182-189. Bien que la ré (...)

3Dans la pratique, le traité instaure un « protectorat fantôme3 » où les tensions perpétuelles entre le Premier ministre et les résidents généraux français portent en germe une nouvelle expédition française. Tananarive est prise le 30 septembre 1895. La France impose alors un nouveau traité de protectorat, « réel » cette fois, et Rainilaiarivony est exilé à Alger, où il meurt en juillet 1896.

  • 4 Voir Stephen Ellis, L’insurrection des Menalamba, une révolte à Madagascar (1895-1896), Paris, Kar (...)

4À Tananarive, Hippolyte Laroche, le résident général, est confronté à la révolte menalamba4. Les militaires lui reprochent son indulgence envers Ranavalona III en qui ils voient à tort l’âme de la révolte. C’est dans ce contexte que Gallieni est nommé en remplacement de Laroche. En violation du traité de protectorat, il impose la loi d’annexion du 6 août 1896, qui fait de Madagascar une colonie. La monarchie est dès lors en sursis. Craignant que l’insurrection ne cristallise ses revendications en s’appuyant sur le nom de la reine, et bien que celle-ci n’y joue aucun rôle, Gallieni estime que son départ est nécessaire. Elle doit quitter nuitamment Tananarive le 28 février 1897. Le sous-lieutenant Alfred Durand a ordre de la prendre en charge pour un départ à 2 heures du matin, à l’abri des regards.

5L’exil de la reine de Madagascar dure une vingtaine d’années. Pour couvrir cette période, les sources que nous avons utilisées sont des documents produits par l’administration coloniale, et des articles de la presse métropolitaine. Des sources uniquement françaises certes, mais qui présentent une réelle diversité de points de vue. Ainsi, les gouverneurs d’Algérie ont toujours eu une bonne opinion de la reine et les avis qu’ils émettent sont souvent en contradiction avec l’image que le gouvernement général à Tananarive veut imposer. Il en est de même pour les journaux qui, sans s’affranchir des stéréotypes coloniaux de l’époque, présentent indéniablement celle qu’ils appellent simplement « Ranavalo » sous un jour qui lui est assez favorable, mais qui, au fil du temps, voit la reine s’effacer au profit de la femme.

6L’exil se structure petit à petit, d’abord géographiquement, de La Réunion à l’Algérie, selon la volonté de Gallieni. Les séjours en métropole, coupant la monotonie de l’exil et donnant une visibilité à la reine auprès des Français, sont vite un enjeu majeur pour le pouvoir colonial à Tananarive. Lors de ces voyages, la figure de la reine laisse petit à petit la place à celle de la femme au « visage triste » (comme la décrit la presse française de l’époque). Une figure plus humaine d’où disparaît la dimension politique du personnage, qui n’est plus que « l’ex-reine de Madagascar ».

  • 5 Joseph Gallieni, Neuf ans à Madagascar, Paris, Hachette, 1908.

7Nous nous interrogerons enfin sur le sens à donner à l’acharnement de Gallieni pour isoler celle qu’il ne nomme même pas dans son ouvrage Neuf ans à Madagascar5 mais qui l’a obsédé pendant de nombreuses années. L’exil et surtout les conditions de l’exil ne relèvent pas seulement de la stratégie politique, mais d’une volonté personnelle de Gallieni de plonger la reine dans l’oubli, alors qu’elle ne représente plus aucun danger, et qu’elle a même un comportement laissant penser que la France peut s’appuyer sur elle.

Un exil toujours plus lointain : Madagascar, La Réunion, Alger

  • 6 Les deux hommes ont été exécutés en octobre 1896, une machination montée par Gallieni. Voir Stephe (...)
  • 7 Pour quelques éléments biographiques concernant Joseph Andrianaivoravelona (1835-1897), voir le si (...)

8Après une semaine de voyage éprouvant (ill. 1) en filanzana (chaise à porteurs), la reine arrive le 6 mars 1897 à Tamatave, sur la côte est de Madagascar. Elle est rejointe par sa sœur Rasendranoro et sa nièce Razafinandriamanitra, enceinte de huit mois. Avant de partir pour La Réunion, le La Peyrouse fait escale sur l’île de Sainte-Marie où la tante de la reine, Ramasindrazana, est retenue depuis quelques mois, ayant été exilée au moment de l’arrestation de Rainandriamampandry et de Ratsimamanga6. Gallieni, bien que tout à son complot pour éliminer les personnalités les plus fortes du palais, avait renoncé à faire exécuter une femme. Ce sont donc ces quatre princesses royales, qui partent pour La Réunion, accompagnées dans leur exil du pasteur Andrianaivoravelona7, que Gallieni a également voulu éloigner, le jugeant trop lié aux intérêts anglais. Une petite dizaine de personnes suivent à leurs côtés : secrétaires, cuisinier et domestiques.

Fig. 1. L’enlèvement de la reine en 1897. (source : L’Illustration, 1er juin 1901)

Fig. 1. L’enlèvement de la reine en 1897. (source : L’Illustration, 1er juin 1901)
  • 8 Gustave Babin, « L’enlèvement de Ranavalo », L’Illustration, n° 3040, 1er juin 1901. Cet article, (...)
  • 9 Si les Anglais se sont appuyés sur les protestants, et les Français sur les catholiques, il a été (...)
  • 10 Jean Ajalbert (« À propos de Paris et d’ailleurs. Les reines en exil », L’Humanité, 9 avril 1905, (...)
  • 11 Jean Carol, Chez les Hova. Au pays rouge, Paris, P Ollendorff, 1898. Jean Carol est le nom de plum (...)
  • 12 Voir Pierre-Éric Fageol, « Entre assimilation et sous-impérialisme, la participation des volontair (...)

9Le 14 mars, l’arrivée à La Réunion est un choc. La reine doit faire face à l’hostilité de la population qui la considère « comme responsable de tout le sang versé […] la guerre malgache [ayant] coûté la vie à nombre de volontaires de La Réunion8 ». Le lendemain, à Saint-Denis, naît la princesse Marie-Louise, dont la mère, la nièce de la reine, décède dans les jours qui suivent. Loin d’être anecdotique, cet événement est au contraire très important dans le déroulement de l’exil. La reine y voit l’opportunité d’un geste de bonne volonté envers la France, d’un rapprochement symbolique. En effet, bien que protestante9, elle accepte que la petite fille soit baptisée dans la foi catholique en la cathédrale de Saint-Denis. Alfred Durand, toujours aux côtés de la reine depuis Tananarive, est choisi – peut-être imposé10 – comme parrain. Il y a sans doute derrière cette décision le secret espoir que la France adoucira sa position, lui permettant peut-être de choisir le lieu de son exil. En effet, la reine a espéré lors de son départ de Tananarive que sa destination serait la France, et même Paris. Jean Carol, secrétaire particulier du résident général Laroche, présente cela comme un rêve de petite fille, marque de la frivolité de la jeune femme11. Tout porte à croire que Paris a fait rêver la reine. Depuis plus de dix ans, elle côtoie à Tananarive des résidents généraux qui lui ont longuement parlé de la vie parisienne, matérialisée par les cadeaux qu’elle reçoit, souvent des robes. De plus, elle sait qu’elle est en territoire hostile à La Réunion, la petite île ayant largement poussé à la conquête de Madagascar12. Il est enfin évident qu’à Paris elle serait proche du pouvoir, avec la capacité d’être entendue, d’autant qu’elle y retrouverait des personnages influents qu’elle a connus et appréciés à Tananarive, tels que l’ancien résident général Charles Le Myre de Vilers. Proche de Madagascar, La Réunion est cependant un moindre mal et peut laisser l’espoir d’un retour prochain. Ainsi la reine trouve-t-elle dans la petite maison de Saint-Denis une certaine sérénité.

  • 13 Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence (ANOM), Série géographique Réunion Série géograph (...)

10Ce n’est pas le cas de Gallieni qui continue de penser que Ranavalona peut représenter un danger, comme l’atteste la correspondance du gouverneur général de Madagascar avec le ministère des Colonies, et avec le gouverneur de La Réunion13. La seule solution pour que l’exil soit vraiment efficace est donc un éloignement définitif. Profitant de la crise de Fachoda en 1898, le gouverneur général reprend l’offensive et obtient du ministre des Colonies de faire envoyer la reine vers un autre territoire.

  • 14 Les écrits de l’époque utilisent indifféremment « Ranavalona » ou « Ranavalo ». Dans les citations (...)
  • 15 ANOM, 6 (2) d 9, Instructions du ministère datées du 21 février 1899, in Solofo Randrianja, Sociét (...)
  • 16 Ibidem.

11Ce sera l’Algérie, le pays des derniers jours de son mari Rainilaiarivony. Il ne pouvait sans doute y avoir pire nouvelle pour la reine. Ne « laisser Ranavalo14 communiquer aux diverses escales ni avec des Malgaches ni avec des personnalités de nationalité étrangère15 ». Telles sont les instructions communiquées au capitaine chargé de l’accompagner durant le voyage qui l’amène jusqu’à Marseille le 24 février 1899, très affaiblie physiquement et moralement, avant qu’elle ne rejoigne Alger. Hors-jeu politiquement, la reine est installée « dans les conditions les plus favorables et les plus économiques possibles16 ».

12Cette illustration du Petit Journal (ill. 2), qui représente la reine à Alger, peut donner l’impression d’un exil somptueux. Si la garde-robe de la reine est coquette, elle n’a rien du caractère luxueux affiché ici. L’ensemble des biens de la souveraine a été confisqué et Ranavalona vit d’une pension prélevée sur le budget du gouvernement de Madagascar.

Fig. 2. La reine Ranavalona à Alger, avec sa tante et la princesse Marie-Louise. (source : supplément du Petit Journal Illustré, 19 mars 1899)

Fig. 2. La reine Ranavalona à Alger, avec sa tante et la princesse Marie-Louise. (source : supplément du Petit Journal Illustré, 19 mars 1899)
  • 17 Amandine Dabat, Ham Nghi (1871-1944). Empereur en exil, artiste à Alger, Paris, Presses Université (...)
  • 18 ANOM, Gouvernement général Algérie (désormais : GGA), 20 H14, dossier « exil reine Ranavalo (1899- (...)

13Elle n’est pas la seule exilée de l’empire à Alger. L’empereur d’Annam, Ham Nghi17, y séjourne déjà depuis 1888. Les deux monarques se rencontrent en avril 1899, Ham Nghi étant introduit chez Ranavalona par le capitaine Drogue18. Le rapport de police rend compte d’un entretien de quinze minutes seulement. Une rencontre ponctuelle car les deux monarques ne se fréquentent pas. Il ne faut pas imaginer une communauté des exilés à Alger, contrairement à ce que laisse penser la carte postale ci-après, qui est avant tout une caricature reprenant et confortant des poncifs coloniaux (ill. 3).

Fig. 3. Ranavalona, Behanzin et Ham-Nghi. Dessin de Chagny (Carte postale collection privée)

Fig. 3. Ranavalona, Behanzin et Ham-Nghi. Dessin de Chagny (Carte postale collection privée)

14Les rapports de police des deux années suivantes ne font état d’aucune autre rencontre entre les deux monarques. Chacun est cependant au courant des affaires de l’autre, en particulier lorsqu’il s’agit de questions financières. Ainsi, lorsque la situation de l’un.e d’eux s’améliore, les réactions sont immédiates, comme le souligne cet échange entre le gouverneur général de l’Indochine, Paul Beau, le ministre des Colonies Étienne Clémentel, et Francis Laloë, président de la Chambre à la cour d’Alger, dont la fille a épousé Ham Nghi quelques mois plus tôt :

  • 19 Retranscription d’une conversation entre Paul Beau, Étienne Clémentel et Francis Laloë. LR 21.9, f (...)

« Mr Beau – Le Prince ne peut pas se plaindre avec la dotation que je lui ai fixé.
Pdt Laloë – Il vous en est reconnaissant.
Mr Beau – Cela a été de notre part une grande faute politique.
Mr Clémentel – Oui, car depuis je suis assailli des réclamations de Ranavalo et de Béhanzin, ce dernier est dans la misère noire. On ne s’explique pas le motif de la différence […]19. »

  • 20 Béhanzin est déporté en Martinique en mars 1894. En avril 1906, il vient pour la première fois en (...)

15La requête n’est cependant pas vaine puisque Clémentel fait passer l’allocation annuelle de la reine de 30 000 à 50 000 francs. Les exilés d’Alger ont été rejoints en avril 1906 par le roi du Dahomey Béhanzin20. Le regroupement facilite sans doute le travail de surveillance. C’est aussi une forme de pression psychologique supplémentaire, leur exil réciproque rappelant à chacun la toute-puissance de la France.

  • 21 Voir le compte-rendu (paraphé E.F.) « La mort de Béhanzin » dans L’Illustration, n° 3330, 22 décem (...)
  • 22 La sœur de Ranavalona, Rasendranoro, est la grand-mère de Marie-Louise.

16La mort de Béhanzin, le 10 décembre 190621, ne peut que conforter dans l’esprit de la reine de Madagascar le caractère irréversible de l’exil, auquel elle a déjà été confrontée à travers ses proches. À la mort de Rainilaiarivony, de sa nièce et du pasteur Andrianaivoravelona à Saint-Denis, est venue s’ajouter en 1901 la disparition de sa sœur qui repose au cimetière Saint-Eugène à Alger 22.

  • 23 ANOM, GGA, 20 h 14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) ».
  • 24 Ibid., Rapport du 6 mars 1899.
  • 25 Les rapports signalent qu’il reçoit du courrier de Madagascar : Ibid., Rapport du 27 mai 1899.

17Les rapports de surveillance de police, dont nous disposons pour ses deux premières années d’exil à Alger, nous donnent accès à la vie quotidienne de la reine23. Elle fait l’objet d’une attention très particulière. Deux inspecteurs se relaient et transmettent un rapport quotidien au Contrôleur général des services de police et de sûreté de l’Algérie. Ils notent tous ses déplacements, les visites qu’elle reçoit ou encore les faits et gestes de son personnel. Dans la villa « Bois de Boulogne », dans le quartier de Mustapha supérieur, habitent, en plus de la reine, de sa sœur, de sa tante et de la petite Marie-Louise, les auxiliaires malgaches, à savoir un secrétaire interprète, cinq domestiques (dont trois femmes) accompagnés de deux jeunes enfants24. Il faut ajouter à la maisonnée le personnel local : la cuisinière, le cocher et l’intendant Joseph Vassé, personnage trouble qui semble à la solde du gouvernement général de Madagascar25. La reine a également à ses côtés une sorte d’officier d’ordonnance, qui assure le lien direct avec le ministère, comme avec le gouverneur général de l’Algérie. Il n’est pas là en permanence mais visite quotidiennement la reine, l’accompagnant dans certaines de ses sorties.

18À la sortie quotidienne en calèche sur les hauteurs d’Alger, en général avec sa tante, parfois avec sa sœur, s’ajoutent des soirées au théâtre (souvent en compagnie de l’officier) et des réceptions chez les différents responsables de la colonie. Il existe des tensions entre les services de surveillance, dont les fonctions se chevauchent. Ainsi le capitaine Bonnefoy, qui se prépare à emmener la reine visiter Notre Dame d’Afrique, doit-il signifier qu’elle renoncera à sa sortie si la police persiste à vouloir les accompagner. Il obtient gain de cause.

  • 26 Ibid., Rapport du 3 avril 1899.
  • 27 Ibid., Rapport du 15 avril 1899.

19La vie à la maison est plus triste et monotone, les contraintes imposées par la surveillance constante étant nombreuses. Seules les personnes munies d’une autorisation peuvent rencontrer la reine. Les rares visites sont celles du médecin et de l’institutrice de la reine, avec qui elle travaille son français, et des enseignants de la petite Marie-Louise. Les « sujets malgaches » sont l’objet d’une attention particulière, leurs sorties et leurs fréquentations étant surveillées. Chacun dans la maison tisse son réseau d’alliances, jouant sur les oppositions entre les policiers, les officiers et M. Vassé. Ce dernier a la main sur la pension de la reine et, de fait, sur l’ensemble de la maison qu’il gère comme bon lui semble. Il oblige tous les Malgaches, « y compris la reine à l’appeler papa26 ». Il n’est donc pas surprenant que la reine soit indisposée par sa présence, sans avoir le loisir de pouvoir s’en débarrasser. Se pensant intouchable, l’homme dépasse vite les bornes, en organisant plusieurs soirées arrosées dans la villa même de la reine27. Faisant preuve de diplomatie en flattant la police, la reine a maintenant un argument pour renvoyer Joseph Vassé, et espérer par la même occasion retrouver un peu d’autonomie. Elle se confie ainsi à l’un des inspecteurs :

  • 28 Ibid., Rapport du 22 avril 1899.

« À La Réunion je disposais de mon argent et je n’avais pas d’intendant. Je prie M. Desclaux [le contrôleur général de la police] de vouloir bien exposer à M. Le Gouverneur Général que mon désir est de jouir en Algérie des mêmes faveurs qu’à La Réunion. Mon interprète remplacera M. Vassé dans la direction de la maison et moi-même je m’en occuperai. Pour la garde de la villa je prie M. le Gouverneur Général de me laisser les deux agents actuels qui m’accompagneront dans mes sorties. Je serais aussi très obligée à M. Desclaux de vouloir bien m’aider de ses conseils et de venir me voir le plus souvent qu’il pourra28. »

20De fait, le 23 avril 1899, Vassé est remercié.

  • 29 Jean de Bonnefon, « La misère d’une reine », Le Journal, 23 mars 1905 (source gallica.bnf.fr, http (...)
  • 30 Ibidem.

21Dans les rapports de police, il n’est presque pas question de la petite Marie-Louise, qui ne semble pas accompagner la reine dans ses sorties. Il faut dire que l’enfant a tout juste 2 ans. Elle passe son temps avec d’autres enfants malgaches, et n’est évoquée que lorsque le docteur vient pour lui apporter ses soins. Même si nous avons peu d’informations sur cette vie familiale, il n’en demeure pas moins que « l’affection pour Marie-Louise a tout fait oublier à la reine, veuve de son royaume. Cette tendresse a répandu une sereine lumière dans la nuit de son existence. Un pur flambeau s’est allumé au pied d’un berceau29 ». Cet article de Jean de Bonnefon est publié en 1905, alors que la reine a des difficultés à obtenir l’argent nécessaire à l’entretien de l’enfant. Il se poursuit ainsi : « La France doit faire que l’enfant adoptive soit une bonne Française : mais elle doit veiller aussi à ce que la vieillesse de la reine ne soit pas anxieuse du lendemain de l’enfant30. » Il souligne la volonté d’assimilation de la petite fille, ce qui apparaît déjà à travers les choix vestimentaires que les photographies révèlent (voir les figures 2, 5, et surtout la figure 6). Marie-Louise aura une éducation française, la reine choisissant de la placer en pension à ses 8 ans.

22Les relations avec les inspecteurs s’établissent également de manière plus détendue, au point que la reine se laisse aller à des confidences. Ainsi un policier assure-t-il avoir l’entière confiance de la reine :

  • 31 ANOM, GGA, 2014, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Rapport du 31 juillet 1899.

« Cette dernière m’a fait certaines confidences qui me font supposer que cette femme souffre d’avantage d’être privée d’un mari ou d’un amant que de l’ennui qu’elle peut ressentir de l’éloignement de son pays. L’ex souveraine semble avoir presque entièrement abandonné toute idée de retour à Madagascar. Son grand désir est de voir Paris et dans l’état d’esprit où elle se trouve, elle ne serait pas ennemie à mon avis d’une union avec un Français31. »

23Il y a sans doute surinterprétation de l’inspecteur en ce qui concerne le début de cette « confidence ». Le policier est libre de reproduire une conversation comme bon lui semble, et cherche à plaire à ses supérieurs, pour servir sa carrière. De plus, la manière de présenter les choses relève à la fois des stéréotypes de genre de l’époque et de la vision du colonisateur sur le colonisé. Ainsi, il est évident pour l’inspecteur qu’elle ne peut que vouloir un mari et reconnaître la supériorité de la France. En revanche, pour ce qui est de découvrir Paris, il y a sans doute plus de sincérité car c’est effectivement un souhait profond de la reine qui apparaît ici. Elle doit cependant attendre deux ans avant de franchir la Méditerranée car Gallieni est à la manœuvre, voulant empêcher à tout prix que l’ancienne reine puisse aller en France, et ce, nous semble-t-il, bien au-delà des seules nécessités liées au contexte politique à Madagascar.

Les voyages en France : la construction de l’image d’une reine d’opérette

  • 32 Ibid., Lettre du Gouvernement général de l’Algérie au ministre, 3 mai 1900.
  • 33 Ibidem.

24Malgré une requête très précoce, l’attente est longue. Dès le mois de mai 1900, le gouverneur général de l’Algérie informe le ministère que « l’ex-reine de Madagascar Ranavalona […] a manifesté le désir de se rendre à Paris, dans le courant de l’année, à l’occasion de l’Exposition universelle et de visiter ensuite quelques-unes des plus grandes villes de France32 ». Le gouverneur soutient cette demande, rappelant pour l’occasion « l’attitude correcte à tous les points de vue [de la reine] qui n’a donné lieu depuis son arrivée à Alger, qu’à des remarques favorables33 ».

  • 34 Gallieni est absent de Madagascar de mai 1899 à juillet 1900, le général Pennequin assurant l’inté (...)

25Gallieni, en France depuis mai 1899, est venu négocier des prêts pour la construction du chemin de fer, entre Tananarive et la côte Est. Il se rend à plusieurs reprises à l’Exposition universelle, qui a ouvert ses portes le 14 avril 189934. Le stand de Madagascar, dont il a personnellement supervisé la conception, est l’un des éléments phares pour appuyer son travail de lobbying et obtenir les crédits dont il a besoin.

  • 35 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Gallieni au ministre, 6 m (...)
  • 36 Ibidem.

26Certainement pris de court lorsque le ministre le consulte sur l’opportunité de la visite de la reine, il ne voit d’abord « aucun inconvénient à l’accomplissement de ce voyage35 ». Il se contente de souligner qu’il faut plafonner les dépenses de la reine, et « s’assurer qu’elle ne cherche pas à entrer en relations avec des personnes de nationalité britannique36 ». L’obsession d’un complot anglais autour de Ranavalona est tenace chez lui, cet argument ayant déjà été avancé pour obtenir le départ de la reine de La Réunion.

  • 37 Ibid., Lettre de Gallieni au ministre, 14 mai 1900.
  • 38 Ibid., Télégramme du 20 mai 1901.

27Cependant, Gallieni regrette vite cette réponse trop rapidement rendue. Le 14 mai, il fait part de ses craintes sur d’éventuels troubles que ce voyage pourrait provoquer à Madagascar. Il souligne la nécessité d’une stricte surveillance et propose d’éviter toutes les « réceptions officielles qui pourraient faire croire aux Malgaches présents à l’Exposition que Ranavalo est de nouveau leur reine37 ». Crainte paradoxale quand on sait que les Malgaches présents à Paris ont été rigoureusement sélectionnés par les services du gouvernement à Tananarive. Clairement, pour Gallieni, il n’est pas envisageable qu’une autre personne que lui représente la Grande Île à l’exposition. Étant sur place à Paris, on imagine derrière les courriers officiels que le gouverneur général de Madagascar a pesé de tout son poids dans les cabinets du ministère pour obtenir que le voyage de la reine soit repoussé. Ainsi, malgré le soutien réaffirmé du gouverneur général de l’Algérie, la reine ne voit pas l’Exposition universelle qui ferme ses portes en novembre 1900. Pire, lorsque la demande est renouvelée au début de l’année 1901, Gallieni continue à faire blocage. Ainsi, par un télégramme du 20 mai 1901, il estime que le voyage peut présenter des inconvénients et que, au cas où il aurait lieu, la reine doit absolument être considérée comme une simple particulière. Il ne faut en aucun cas lui rendre des honneurs, comme par exemple une « réception par le président de la République, [qui] pourrait être exploitée par ses anciens partisans, faisant croire [à son] retour38 ». Cependant, le « danger » de l’Exposition universelle étant passé, et Gallieni n’étant plus à Paris, le ministère ne lui donne pas satisfaction.

28Ranavalona peut enfin se préparer à découvrir Paris.

29Elle débarque à Marseille le 29 mai avec sa tante et la petite Marie-Louise. On lui affecte comme traducteur Charles Ranaivo39, un proche de Gallieni, qui sera autant interprète qu’informateur. Cependant, même s’il dispose par l’intermédiaire de Ranaivo d’un moyen de contrôle sur la reine, ce voyage est une déconvenue pour le gouverneur général de Madagascar. En effet, c’est l’un des rares moments de l’exil où la souveraine est traitée selon son rang. Elle arrive en gare de Lyon à Paris le 30 mai aux cris de « vive Ranavalona ! ». Un mois plus tard, malgré les avertissements de Gallieni, elle est reçue à l’Élysée par le président de la République Émile Loubet. Durant son séjour parisien, elle visite Versailles, Fontainebleau, Notre-Dame et bien sûr la tour Eiffel… et est reçue à l’Hôtel de Ville. La petite Marie-Louise, qui est toujours à ses côtés, remporte un franc succès. La reine elle-même est vite très populaire. Le Tout-Paris, de la comédienne Cécile Sorel au poète François Coppée, lui offre des cadeaux, elle reçoit même un saphir du bijoutier Nitzel40.

  • 41 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Attestation du médecin, 4 mai 1901.
  • 42 L’expédition de Madagascar en 1895 a été très médiatisée. Un régiment métropolitain, le 200e d’inf (...)
  • 43 L’avenir d’Arcachon, n° 2538, dimanche 28 juillet 1901 (source gallica.bnf.fr, https://gallica.bnf (...)
  • 44 Nous n’avons trouvé des références et des images de ces albums que sur des sites de vente en ligne (...)

30Au lendemain de sa visite élyséenne, Ranavalona quitte la capitale pour Arcachon. Pour sa santé, la reine doit effectuer un séjour dans une station balnéaire, comme l’atteste le médecin qui la suit depuis son arrivée à Alger41. Pourquoi Arcachon ? La presse prétend que son choix s’était porté sur la ville de la côte atlantique car il s’y était joué en 1896 un petit spectacle la mettant en scène. L’anecdote est séduisante mais peu crédible. Plus vraisemblablement, ce n’est qu’une fois sur place que la reine découvre l’existence d’une saynète jouée par les élèves d’une école dont elle était l’un des personnages. Il s’agit d’un spectacle inspiré par le stationnement à Arcachon en décembre 1895 des soldats blessés du corps expéditionnaire à Madagascar, un contexte a priori peu favorable à la reine42. Toujours est-il que Ranavalona rencontre Mlle Roumagnac, la directrice d’école qui a imaginé cette petite pièce chantée par les enfants de l’école maternelle43. L’épisode du spectacle pour enfants contribue à installer dans l’esprit des Français l’image d’une reine d’opérette. Une image de futilité certes, mais tout autant une célébrité et une popularité qui se renforcent, par exemple avec l’apparition de la photographie de Ranavalona parmi les cartes à collectionner dans des boîtes de biscuits, pour vanter la saveur des petits gâteaux44 (ill. 4).

Fig. 4. Reine Ranavalo : Images des célébrités, collection petits beurres LU. « Tsara ny Petit Beurre Lulu » (« Il est bon le petit beurre Lu ») (collection privée). Plus d’une centaine d’images de « célébrités contemporaines » sont publiés, entre 1900 et 1910, pour remplir les albums de collection édités par Lefèvre Utile (LU). On y trouve des acteurs, des actrices, des poètes, des dramaturges, ainsi que les premiers héros de l’aviation.

Fig. 4. Reine Ranavalo : Images des célébrités, collection petits beurres LU. « Tsara ny Petit Beurre Lulu » (« Il est bon le petit beurre Lu ») (collection privée). Plus d’une centaine d’images de « célébrités contemporaines » sont publiés, entre 1900 et 1910, pour remplir les albums de collection édités par Lefèvre Utile (LU). On y trouve des acteurs, des actrices, des poètes, des dramaturges, ainsi que les premiers héros de l’aviation.
  • 45 In Solofo Randrianja, Société et luttes anticoloniales…, op. cit., p. 101.
  • 46 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Gallieni au ministre, 13  (...)

31Le sort de la reine a ému en France, au point que le conseil général de la Seine émet le 3 juillet 1901 la requête « que la Reine ait liberté de séjourner où elle voudra sur le territoire de la République45 », ce qui inclut Madagascar. Ceci irrite au plus haut point Gallieni, qui rejette catégoriquement l’idée. Pour lui, c’est un incident provoqué par la reine, sous-entendant qu’elle entretiendrait autour de sa personne une « curiosité malsaine46 ». Le séjour métropolitain, entre Paris et Arcachon, ne peut être qu’une parenthèse. C’est ainsi que le voyage se termine, en cette fin de mois de juillet 1901. La ville d’Arcachon lui fait ses adieux, préfigurant le retour à Alger :

  • 47 L’avenir d’Arcachon, 28 juillet 1901, op. cit.

« À peine est-elle dans le wagon, qu’il lui est apporté une corbeille de fleurs naturelles données par le Grand-Hôtel, et aussi des gerbes et bouquets offerts par les dames. Le train s’ébranle, la foule se découvre, on crie : Vive la reine ! Celle-ci répond : Au revoir ! Ranavalo se rend à Marseille où elle passera deux jours. Jusque-là seulement elle est accompagnée par MM. le lieutenant Bruyères et le docteur Ranaivo, interprète, qui la quitteront à Marseille pour retourner à Paris, leur mission ayant pris fin. Ranavalo s’embarquera le 28 pour Alger, où elle retourne habiter sa villa Le bois de Boulogne, située à Mustapha ; dans la même province, où nous détenons un autre prisonnier illustre, Ham-Nghi, le roi de l’Annam47. »

  • 48 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Ranavalona au ministre, 2 (...)

32À Marseille, juste avant de quitter la France, la reine envoie une lettre de remerciements au ministre des Colonies. L’exercice est certes convenu mais elle se dit « charmée de tout ce qu’[elle a] vu et reconnaissante du chaleureux accueil que le peuple français [lui a] fait48 » (ill. 5).

Fig. 5. La reine Ranavalona, sa tante Ramasindrazana et Marie-Louise, avec le lieutenant Bruyère et Charles Ranaivo, juillet 1901. (Photographie, collection privée)

Fig. 5. La reine Ranavalona, sa tante Ramasindrazana et Marie-Louise, avec le lieutenant Bruyère et Charles Ranaivo, juillet 1901. (Photographie, collection privée)
  • 49 Honoré Icard était sculpteur officiel de la ville de Saint-Germain-en-Laye. Il réalise ce buste à (...)
  • 50 Buste réalisé à Dieppe, en 1912, à l’occasion du passage de la reine. Le buste, qui était resté da (...)
  • 51 La Vie parisienne du 22 juin 1901 parle de « la pauvre reine » (carnet de la semaine signé WHIP, p (...)
  • 52 Jean de Bonnefon, « La misère d’une reine… », art. cit. : « Ce n’est rien, une reine détrônée, exi (...)

33La reine a ému, nous l’avons dit, elle a charmé également, comme on le voit sur les bustes qu’elle inspirera quelques années plus tard à Honoré Icard49 ainsi qu’à Ernest Dubois50. À ses côtés, la petite Marie-Louise est omniprésente sur les photos publiées par la presse. Dès lors, Ranavalona n’est plus seulement « l’ex-reine », elle apparaît aussi comme une mère pour la jeune princesse. S’occuper de cette enfant a certainement été un moyen de supporter les premières années de cet exil difficile. Mais, cela n’est pas sans conséquence d’un point de vue symbolique. Plus qu’une reine en exil, elle devient une mère. Il y a une sorte de normalisation de son image par la vie domestique, qui fait pratiquement disparaître toute référence à ses activités politiques passées. La reine se fond ainsi dans le moule de l’image genrée de l’époque où la société française nie la possibilité d’actions politiques de la part des femmes. Il serait exagéré de parler d’une propagande coloniale, mais il est indéniable que cette évolution sert les desseins de Gallieni. Aux yeux des Français, elle devient tout autant une reine d’opérette (presque au sens propre du terme, avec l’épisode d’Arcachon) qu’une femme courageuse accablée par le destin. La presse souligne constamment la tristesse et la mélancolie qui habitent la souveraine en exil51, renforçant le caractère romanesque du personnage. Car elle est aussi une femme dont la presse souligne la beauté. Certes, son teint de peau, que les journalistes trouvent trop mat ou trop sombre, fait l’objet de remarques, mais c’est là le seul stéréotype de la femme africaine qui est mis en avant, comme pour renforcer l’aspect exceptionnel de la finesse de ses traits. En même temps, plus on souligne sa beauté, plus on gomme le souvenir de son règne à Madagascar. Plus qu’une reine, elle est une femme de son temps selon les critères européens (ce que toutes les photographies publiées font apparaître à travers ses toilettes, robes et chapeaux), une « dame » de la bonne société, qui doit pouvoir tenir son rang. Dans ce cadre, si Gallieni a gagné politiquement, il perd moralement, la presse soulignant régulièrement la mesquinerie, particulièrement en matière financière, du gouverneur de Madagascar52.

 

34Dans les années qui suivent, la reine sollicite régulièrement le droit de se déplacer vers la métropole. Chaque fois, le scénario se répète : soutien des gouverneurs de l’Algérie, réticences de Madagascar, mise en avant de problèmes financiers et des négociations à n’en plus finir pour des broutilles, comme l’obtention de réductions sur les billets de train… Finalement, en comptant une petite escapade en Tunisie, c’est un total de dix voyages qu’effectue la reine en dix-neuf ans d’exil à Alger (ill. 6).

Fig. 6. La reine et la petite Marie-Louise à Saint Germain-en-Laye en 1905 (Photographie, collection privée)

Fig. 6. La reine et la petite Marie-Louise à Saint Germain-en-Laye en 1905 (Photographie, collection privée)

35Parmi ces voyages, celui de 1912 est particulier. Il présente exceptionnellement un caractère officiel, la reine étant invitée par Mme Faillières, l’épouse du président de la République, à assister au défilé du 14 juillet à Longchamp. Cependant, avant son départ, elle s’était vue opposer un refus catégorique, soulignant son statut d’« exilée politique », à la demande de se rendre chez une connaissance en Suisse :

  • 53 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre du ministre au Gouvernement (...)

« Tout d’abord, les références recueillies sur M. Lombard […] dont la nationalité même n’est pas connue paraissent insuffisantes pour permettre la venue chez lui d’une exilée politique. De plus sous aucun prétexte je ne saurais admettre le déplacement à l’étranger de personnalités indigènes de cette condition. En effet, la tolérance accordée à Ranavalona ne manquerait pas d’être invoquée comme précédent en faveur du Prince d’Annam Ham-Nghi. La France elle-même semble offrir un champ assez vaste et assez agréable pour les voyages de ces souverains déchus. Leur surveillance y est rendue plus aisée et y trouvent entre autres avantages, celui d’être plus facilement protégés contre des sollicitations et des spéculations de tout ordre qui, si elles étaient accueillies, se retourneraient en définitive contre eux […]53. »

36Pour les deux ultimes voyages, nous n’avons hélas que peu d’informations. C’est dommage car les circonstances font que la reine retrouve une dimension politique.

  • 54 Photographie anonyme intitulée « La reine Ranavalo visite nos blessés », rubrique « Petits faits d (...)

37D’abord, elle revient à Marseille le 15 juillet 1914 et séjourne dans le pays jusqu’en octobre, en plein dans la tourmente du début de la guerre. C’est l’occasion pour elle d’affirmer son soutien à la France et de se rendre auprès de blessés54 (ill. 7).

Fig. 7. « La reine Ranavalo visite nos blessés. L’ex-souveraine de Madagascar, qui fait un séjour en France, visite les ambulances et prodigue ses encouragements aux blessés ». (derrière la reine, sa tante) (source : Le Miroir, 25 octobre 1914)

Fig. 7. « La reine Ranavalo visite nos blessés. L’ex-souveraine de Madagascar, qui fait un séjour en France, visite les ambulances et prodigue ses encouragements aux blessés ». (derrière la reine, sa tante) (source : Le Miroir, 25 octobre 1914)

38Ensuite, en 1916, elle est de retour pour un mois à Saint-Germain-en-Laye. Il semble que, durant ce séjour, elle se rende à Fréjus pour visiter les soldats malgaches. C’est sans doute ce que veut rappeler bien des années plus tard Le Journal de Madagascar :

  • 55 ANOM, GGA, 6(2) D 8-11, dossier « Transfert des restes mortels de la reine Ranavalona III », Le Jo (...)

« Les survivants du 12e Bataillon Malgache demandent notamment à ce qu’on ne les oublie pas dans les délégations au cortège, car ils gardent vivace en eux le souvenir des paroles de Ranavalona à qui ils furent présentés au moment de monter au front : Allez mes enfants, marchez pour la France et que Madagascar soit fière de vous. C’est en obéissant à cet ordre que ce fameux bataillon se fit hacher héroïquement, accomplissant les prouesses que l’Histoire a enregistrées55. »

  • 56 Chantal Valensky, Le soldat occulté. Les Malgaches de l’Armée française. 1884-1920, Paris, L’Harma (...)
  • 57 C’est le cas de Joseph Ranaivo, le fils aîné du docteur Charles Ranaivo qui avait été l’interprète (...)

39La mémoire malgache de la Première Guerre mondiale s’est fixée sur le 12e bataillon, « seul bataillon qualifié de combattant […] constitué dans ce but en novembre 191656 ». Plutôt que des hommes du 12e, la reine a dû rencontrer des travailleurs, des soldats affectés dans les unités logistiques ou encore, s’il s’agissait de combattants, des Malgaches ayant la nationalité française, appelés avec leur classe d’âge57.

40Dans la tourmente de la guerre, très symboliquement et sans ambiguïté, Ranavalona apporte son soutien à la France. Peut-elle en espérer une clémence qui lui permettrait de revoir Madagascar ? L’interrogation est d’autant plus légitime que la reine est libérée depuis peu de la tutelle de Gallieni, décédé en mai 1916. Cette question reste cependant sans réponse. En effet, peu de temps après son retour à Alger, la dernière reine de Madagascar meurt d’une embolie, le 23 mai 1917. Elle est alors enterrée aux côtés de sa sœur, au cimetière Saint-Eugène d’Alger. Elle avait 55 ans.

41Nous avons pu suivre la reine, de Madagascar à l’Algérie en passant par La Réunion, dans son exil, entrecoupé de quelques voyages en France (dix séjours seulement en vingt ans). Un exil qui s’avère sans retour. Certes, la logique de l’exil répond aux modalités de la politique coloniale de la France. Cependant, il nous apparaît que le général Gallieni a joué un rôle particulier dans la mise en place des contraintes de l’exil. Responsable du contrôle des déplacements de la reine, il joue une partition personnelle contre la reine, allant au-delà des nécessités de la politique coloniale française à Madagascar.

L’acharnement de Gallieni : l’exercice de la contrainte

  • 58 Il revient pour une mission de la dernière chance en 1894-1895, sans pouvoir éviter une nouvelle g (...)

42Après avoir transformé Madagascar de protectorat en colonie, Gallieni écarte Ranavalona III, estimant que l’on ne peut pas lui faire confiance et que sa présence est dangereuse pour les intérêts de la France. Gallieni a tendance à considérer qu’il incarne la colonisation de Madagascar, qui ne commencerait vraiment qu’avec la loi d’annexion. Ce faisant, il occulte les résidents généraux qui l’ont précédé, et qui ont côtoyé la reine. En premier lieu, Charles Le Myre de Vilers qui exerce cette fonction d’avril 1886 à mars 188858. Si ses relations sont tendues avec le Premier ministre Rainilaiarivony, celles avec la reine sont bonnes.

  • 59 Guy Jacob, La France et Madagascar…, op. cit., p. 256-257.

43Comme l’a montré Guy Jacob, Le Myre de Vilers s’efforce de mettre dans son jeu Ranavalona III, qui manifeste quelque velléité d’indépendance face à Rainilaiarivony. Elle a pour elle la légitimité du pouvoir, et l’avantage de sa jeunesse face à un époux sexagénaire. Dès leurs premières entrevues, le résident général obtient sa confiance et son amitié. « Il comble la reine de prévenances et de présents somptueux. Après avoir exercé un véritable chantage à l’égard du Quai d’Orsay, il obtient pour elle le grand cordon de la Légion d’honneur qui avait été refusé à la reine Victoria elle-même. Il la consulte ostensiblement sur les problèmes de politique étrangère et sollicite fréquemment son intervention. Flattée par tous ces égards et désireuse de jouer un rôle politique, la reine interviendra à plusieurs reprises en faveur du résident général dans les conflits qui vont l’opposer au Premier ministre59. » Les successeurs de Le Myre continuent le même jeu. Ainsi Ranavalona, bien que sans pouvoir réel, est au cœur des enjeux politiques malgaches.

44Après la guerre de 1895, un nouveau protectorat est mis en place. Rainilaiarivony étant exilé, la situation est plus claire. Il n’y a plus que deux acteurs, le résident général Hippolyte Laroche et la reine Ranavalona III. Laroche joue la carte d’un vrai protectorat, où la reine a certes peu de pouvoir mais garde toute sa force symbolique. C’est sans compter la révolte menalamba, sans compter également que face à la dégradation de la situation, les militaires ont besoin de responsables. La politique de Laroche est critiquée, ce qui conduit à son remplacement par Gallieni.

  • 60 Roland Barraux, Ranavalo III, une reine malgache en exil, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 21.

45Le général Gallieni et la reine Ranavalona III doivent donc cohabiter. Cela ne dure que six mois. Ayant pu travailler avec Le Myre de Vilers et avec Laroche, la reine a déjà montré qu’elle pouvait s’entendre avec les représentants de la France. Il y a cependant un paradoxe : comment être reine dans un pays qui n’existe plus, pas même comme protectorat, Madagascar étant devenue une colonie ? Il faudrait de plus que Gallieni veuille cette cohabitation. Or, ce n’est pas le cas. Gallieni est-il un républicain intransigeant qui exècre toute forme de royauté ? Peut-être, mais il a surtout l’ambition d’être celui qui construit un pays, y compris en ayant recours à une grande violence, comme le montre l’exécution du vieux héros Rainandriamanpandy et de l’oncle de la reine Ratsimamanga, à l’issue d’une machination qu’il a montée de toutes pièces. Il a sans doute aussi peur de cette femme qui, malgré la tutelle pesante de Rainilaiarivony, a su se faire reconnaître comme reine et développer des stratégies politiques avec des personnages aussi différents que Le Myre et Laroche. Dès lors, son sort est scellé, il faut se débarrasser d’elle. Le ministre des Colonies André Lebon avait pourtant demandé à Gallieni de temporiser, de ne pas hâter la déposition de la reine60. Gallieni n’en tient pas compte et de sa propre initiative il ordonne le départ de la reine le 27 février 1897.

46On n’exécute pas une femme, mais la reine est elle aussi victime du même complot colonial. L’exécution de Ratsimamanga est une exécution de substitution, pour toucher directement la reine et lui faire comprendre que l’exil est un moindre mal mais qu’il ne faut rien espérer de mieux…

  • 61 ANOM, SG Réunion, carton 414 d 4008, Télégramme de Gallieni, 1er novembre 1898.

47Fachoda est l’occasion de reprendre l’offensive contre la reine. Le 1er novembre 1898, Gallieni contacte le ministère des Colonies : « Je demanderai, en cas de guerre, que Ranavalo soit immédiatement éloignée de La Réunion, car son retour à Madagascar serait [le] signal [d’un] soulèvement général61. » Certes la reine est encore populaire à Madagascar, mais la « pacification » a fait son œuvre et les révoltes ont été réprimées quasiment partout. Il n’y a jamais eu le moindre lien entre les insurgés et l’Angleterre. Il est tout autant illusoire d’imager les Anglais contribuant au retour de la reine à Madagascar. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, Gallieni obtient ainsi satisfaction : le 23 novembre 1898, le ministre informe le gouverneur de La Réunion que :

  • 62 Ibid., Lettre du ministre au gouverneur de La Réunion, 23 novembre 1898.

« le Général Gallieni ayant appelé son attention sur le danger que pourrait présenter en cas de guerre la présence à La Réunion de la reine Ranavalo, [il a] autorisé le gouverneur de Madagascar à faire envoyer celle-ci dans une de nos autres possessions, dans le cas où son séjour à Saint-Denis occasionnerait des inquiétudes pour la sérénité et la défense de la Grande Île62 ».

  • 63 Les cérémonies auront lieu au tombeau d’Isotry le 5 octobre ; JO de Madagascar, 29 septembre 1900, (...)
  • 64 Discours de Gallieni, JO de Madagascar, 6 octobre 1900, p. 4853.

48Dans les mois qui suivent l’installation de la reine à Alger, Gallieni réalise un coup de maître en organisant le retour des cendres de Rainilaiarivony à Tananarive. En septembre 1900, le gouverneur général vient de rentrer de métropole. Le calme règne à Madagascar. Dans le cadre de la « mission civilisatrice », il incarne pleinement la modernité que la France apporte à Madagascar, une France qui peut se montrer généreuse. Cette « générosité » aurait pu s’exprimer par un assouplissement de l’exil de la reine, ce sera par le retour des restes mortels de Rainilairivony63. L’ancien Premier ministre n’étant pas spécialement populaire, le rapatriement est sans danger mais permet au gouverneur général de s’installer dans la posture du père bienveillant, attentif aux traditions, et sachant pardonner à ses anciens ennemis. Le discours qu’il prononce lors de la cérémonie est révélateur de ce positionnement. Les choix politiques du Premier ministre sont vivement critiqués. La France n’a fait que défendre ses droits et, en exilant le vieux chef, s’est montrée « généreuse et clémente », lui offrant « une résidence princière » en Algérie, et le traitant « avec les plus grands égards64 ». La suite du discours consacre la posture choisie par le gouverneur général :

« Et maintenant que la paix règne complètement dans l’île, le Gouvernement de la République voulut que Rainilaiarivony dormît son dernier sommeil sur la terre où il est né […]. Et vous pouvez témoigner, Malgaches, des honneurs qui sont rendus à Rainilaiarivony, après sa mort.

  • 65 Ibidem.

Il n’est, du reste, pas un acte du Gouvernement de la République qui ne prouve que, si la France sait faire respecter ses droits quand il est nécessaire, elle sait également se montrer clémente après la victoire […]. Il y a un mois, vous assistiez à la mise en liberté des rebelles, auxquels leurs crimes eussent mérité la peine de mort. Nous nous étions contentés de les envoyer en exil à La Réunion, et nous venons de leur pardonner définitivement65. »

49Si les chefs menalamba exilés et maintenant libérés sont évoqués, pas un mot sur la reine. Ranavalona a compris qu’elle ne reverrait jamais Madagascar, du moins tant que Gallieni serait aux affaires. La mise en scène du retour des cendres de Rainilaiarivony contribue à marginaliser le souvenir de la souveraine à Madagascar, au moment où se construit en métropole l’image de la mère d’adoption de la petite Marie-Louise.

  • 66 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Gallieni au ministre, 13  (...)

50Les contradictions de Gallieni à propos de la reine sont multiples. Alors qu’elle n’a jamais exercé personnellement le pouvoir, il évoque dans une même lettre66, pour qualifier la reine, à la fois l’exercice d’un « pouvoir absolu » et la « faiblesse excessive de Ranavalona ». Il en va de même lorsqu’il affirme vouloir éviter à la reine qu’elle ne devienne qu’« une simple particulière », alors que justement il redoute qu’elle soit accueillie comme une reine, lorsqu’il prend acte que le voyage à Paris aura lieu en 1901. Dans le même registre, il évoque l’« exil confortable d’Alger », alors que la mesquinerie financière quant aux moyens alloués au quotidien de la reine est permanente. Tout cela ne l’empêche pas d’affirmer :

  • 67 Ibidem.

« La pratique des indigènes que j’ai acquise à Madagascar me permet d’affirmer que la demi-tutelle où vivent actuellement à Mustapha supérieur l’ex-reine et ses parents leur est non seulement nécessaire mais salutaire. C’est donc dans l’intérêt bien entendu de ces dernières autant que dans celui de la colonie que je conclus en me prononçant d’une manière très ferme pour le maintien du statu quo67. »

  • 68 Ibid., Lettre de Gallieni au ministre, 1902.

51La prétendue générosité du gouvernement de Madagascar est d’autant plus malvenue qu’au même moment, il refuse la prise en charge des frais médicaux, puis d’inhumation de Rasendranoro, la sœur de la reine, décédée en 190168. La presse métropolitaine s’irrite d’ailleurs de l’attitude du gouvernement colonial de Madagascar envers la reine. Ainsi, Le Journal rappelle-t-il :

  • 69 Le Journal, 23 mars 1905, art. cit.

« Le budget local de Madagascar lui donne 30 000 francs par an pour elle, pour les siens et pour le débris de cour que les reines traînent comme les loques poussiéreuses d’un manteau déchiré. Trente mille francs ! Ce serait beaucoup pour ceux qui n’eurent jamais rien. C’est peu pour celle qui fut une reine et doit vivre selon son ancien état moins dans son intérêt que dans celui du pays dont elle est la pensionnaire69. »

52En cette même année 1905, L’Humanité, sous un autre angle d’attaque, développe la même idée :

  • 70 L’Humanité, mars 1905, art. cit.

« Quand on sait à quel gaspillage d’argent le gouvernement de Madagascar s’est livré, on peut s’étonner qu’il chicane ainsi sur les chiffres avec l’exilée, qu’il a détrônée, spoliée et chassée. De la petite souveraine dans laquelle il ne faudrait pas oublier de voir une vaincue, on a fait une mendiante ; dans l’intimité, elle parle gentiment le français… En public, à toutes les amabilités, elle ne répond guère qu’un mot : merci, merci70. »

  • 71 Marc Michel, Gallieni, Paris, Fayard, 1989, p. 249.

53Le discours de Gallieni sur la reine a été ambivalent, la voyant tour à tour « incapable » ou « dangereuse ». Cela ne l’empêche pas, après avoir quitté ses fonctions de gouverneur général, de se donner le beau rôle dans ses relations avec la souveraine. À l’occasion d’une inspection en Algérie en 1910, il lui rend visite et note dans son journal qu’elle est « très émue, puis heureuse de me voir71 ». Ranavalona ne peut faire autrement que de recevoir celui dont elle sait qu’il tient son destin entre ses mains, mais on peine à imaginer que ce furent là ses sentiments véritables. Cette rencontre et le récit qu’en fait Gallieni ne sont-ils pas l’ultime preuve que le général a bien eu peur de cette « petite reine », ayant pris conscience, dès qu’il arriva à Tananarive, des capacités politiques de Ranavalona ?

54Gallieni n’a certainement pas réalisé qu’il n’avait pas face à lui « un » monarque, mais une femme, capable d’émouvoir une presse, qui se montre finalement conciliante, et même prévenante, a fortiori lorsqu’elle est accompagnée de sa nièce. D’un côté, Gallieni cherche à discréditer Ranavalona, la présentant comme un personnage sans envergure, justifiant ainsi que l’on puisse l’écarter, et d’un autre, il insiste pour que l’exil ait une extrême rigueur, comme on le ferait pour un monarque ayant eu un vrai pouvoir, qu’il faut contenir. L’exil fut donc la seule solution trouvée par Gallieni, hanté par la peur que la reine trouve un moyen de s’en soustraire.

*

  • 72 Bulletin municipal officiel de la ville d’Alger, 20 octobre 1926, p. 355.

55L’exil continue post mortem pour Ranavalona, avec les mêmes insuffisances financières de la part des successeurs de Gallieni. La tombe est négligée, poussant le gouverneur général de l’Algérie à intervenir pour que la sépulture de « SM Ranavalona, ex-reine de Madagascar, [soit] entretenue de façon permanente avec un soin tout particulier pour éviter que le souvenir de la défunte souveraine ne s’efface avec les ans72 ». Sans enthousiasme, la colonie de Madagascar finit par débloquer 300 francs par an.

  • 73 ANOM, Gouvernement général de Madagascar (désormais : GGM), L’Opinion de Tananarive du 12 juillet (...)
  • 74 Voir Frédéric Garan, « Le retour des cendres de la reine Ranavalona III à Madagascar », in Albrech (...)
  • 75 ANOM, GGM, Lettre du ministre des Colonies au Gouvernement général de Madagascar, 23 juin 1938.

56Si sa mort n’a pas provoqué de réaction à Madagascar, le maintien de la défunte dans une sépulture loin de la terre des ancêtres, en contradiction avec la tradition malgache, interpelle sur la Grande Île. Ainsi L’Opinion de Tananarive lance un appel : « Peuple malgache ! Qu’attendons-nous pour l’exhumation des restes mortels de notre ancienne souveraine pour les ré-inhumer à Madagascar73 ? » C’est finalement le ministre Georges Mandel qui est à l’initiative du retour des cendres de la reine en juin 193874, après avoir sollicité le gouverneur général Cayla75. Pour ce dernier qui dirige depuis des années la colonie d’une main ferme, rien ne s’y oppose.

57Contrairement aux habitudes de l’administration coloniale, l’opération est très rapidement menée. Elle est lancée par Georges Mandel le 2 septembre ; l’exhumation a lieu le 23 septembre 1938. Pour le trajet de la chapelle ardente au paquebot, le cercueil est couvert du drapeau tricolore. Ce n’est pas le moindre des paradoxes pour une reine exilée qui fut considérée comme « ennemie » de la France.

  • 76 Pierre Mille est un journaliste spécialiste des questions coloniales (il est l’un des fondateurs d (...)

58L’entreprise de réhabilitation se poursuit lors du passage en métropole de la dépouille royale, à l’image du long article de Pierre Mille dans Le Petit Marseillais du 22 octobre 193876. Il n’y a certes pas de remise en cause de la politique française, puisque « l’ordre de destitution et d’exil qu’avait pris Gallieni avait été sage », mais la reine est complètement blanchie de toute responsabilité dans la révolte des Menalamba. Pierre Mille souligne qu’elle se logeait « fort modestement » lorsqu’elle se rendait à Paris et qu’à Alger, si l’on continua « à ouvrir toutes les lettres qu’elle recevait de Madagascar. On n’y trouva jamais rien de compromettant […] Elle avait pris l’accoutumance de la soumission, et demeura soumise jusqu’à son dernier jour ». L’article se termine presque naturellement par une comparaison avec le retour des cendres de Napoléon :

  • 77 Le Petit Marseillais, 22 octobre 1938.

« Aujourd’hui ses cendres vont regagner le sol de ses ancêtres. Ceci n’aura pas les inconvénients du retour des dépouilles de Napoléon Ier pour Louis-Philippe. L’influence du souvenir de la dernière reine sur ses sujets n’a rien de comparable à celle qu’avait conservée celui du vainqueur d’Austerlitz. Elle est à cette heure absolument nulle77. »

59C’est bien une reine réhabilitée, intégrée au roman national de la construction de la plus Grande France, qui revient sur la terre de ses ancêtres, une terre maintenant française. Les cérémonies s’organisent donc à Madagascar autour de ce paradigme.

  • 78 ANOM, GGM, Tapuscrit de « La translation et la réinhumation des cendres de Ranavalona III ».
  • 79 Ibidem.

60Dans son discours, Cayla présente l’exil comme ayant été formateur, permettant à Ranavalona de s’ouvrir à la France, en lui faisant « connaître toutes les profondeurs de l’âme française et le génie créateur de la vieille nation qui avait résolu de faire de Madagascar une des plus belles provinces de son immense empire78 ». L’exil était nécessaire à la « mission civilisatrice » ; la reine avait vu croître et s’embellir Alger-la-Blanche […] et sans doute se plaisait-elle à imaginer l’œuvre qui se poursuivait, dans une atmosphère apaisée, à Tananarive-la-Rouge et jusqu’aux confins de son pays natal79 ».

  • 80 Ibidem.

61Le gouverneur insiste également sur le loyalisme des Malgaches : « Elle donne ainsi aux Malgaches, dont le loyalisme s’affirmait récemment encore d’une façon si émouvante, un nouveau témoignage de sa sollicitude maternelle80. » Il fait bien sûr référence à l’engagement des Malgaches durant la Grande Guerre, tout comme l’avait fait Le Journal de Madagascar en rappelant le dernier voyage en France de la reine. Les cérémonies devraient donc être le point de départ d’une nouvelle concorde, de l’unité entre Malgaches et Français :

  • 81 Ibidem.

« Jusqu’à 23 heures on vit défiler devant lui [le cercueil] plusieurs dizaines de milliers de Malgaches. C’est le jour suivant qu’eut lieu, dans l’après-midi, la cérémonie de la ré-inhumation. Devant la terrasse qui domine la cour du Palais et au bord de laquelle s’élèvent les tombeaux royaux, la bière, revêtue de son linceul pourpre, était placée sur un large socle entouré de gerbes de roses et d’œillets. Depuis plusieurs heures déjà le flot humain avait submergé les terre-pleins qui dominent la plaine de Mahamasina lorsque le chef de la Colonie, pénétrant à son tour dans le Rova, vint se placer au centre du carré que formaient les troupes. Et ce fut de nouveau la plainte émouvante des clairons, suivis d’une minute de recueillement81. »

  • 82 Ibidem.

62Après le discours de Cayla, au rythme de la marche funèbre de Chopin, « dix gardes indigènes, portant le cercueil sur leurs épaules, gravirent les degrés de l’escalier qui prolongeait le catafalque. Un instant après une salve de mousqueterie annonçait que Ranavalona III était entrée, comme disent les Malgaches, dans la maison froide et que le rite ancestral était accompli82. »

 

63Le retour d’exil des cendres de Ranavalona a finalement été le dernier acte politique d’une reine qui, après avoir hanté Gallieni, n’inquiétait plus les autorités françaises à Madagascar.

  • 83 Solofo Randrianja, « La notion de royauté dans le mouvement d’émancipation malgache (1920-1940) », (...)
  • 84 Voir l’analyse de la pièce (jouée en 1965) par Yvette Sylla, « Ranavalona III et le général Gallie (...)

64De fait, les références à Ranavalona III sont marginales au sein du mouvement nationaliste dans les années 1920-1930, les militants lui préférant les grands fondateurs, Andrianampoinimerina et Radama Ier83. Le souvenir de la dernière reine de Madagascar demeure cependant vif dans la mémoire populaire, comme l’atteste la pièce de théâtre Ranavalona III et le général Gallieni, écrite en 1963 par Victor Solo, qui montre une souveraine faisant preuve de courage face à Gallieni84.

Haut de page

Notes

1 Le Premier ministre Rainilaiarivony prit le pas sur la Reine et devint le personnage le plus puissant de l’État en prenant le commandement de l’armée nationale et en épousant la reine Rasoherina (1863-1868). Après la mort de celle-ci, il se marie avec la nouvelle reine Ranavalona II (1868-1883), puis avec Ranavalona III en 1883.

2 Guy Jacob, La France et Madagascar de1880 à1894. Aux origines d’une conquête coloniale, thèse de doctorat sous la direction de Jean Ganiage, université Paris IV, 1996, collection « Clio en @frique », p. 230.

3 Hubert Deschamps, Histoire de Madagascar, Paris, Berger-Levrault, 1960, p. 182-189. Bien que la référence soit ancienne, l’appellation nous apparaît toujours pertinente. Dans une synthèse récente (Sylvain Urfer [coord.], Histoire de Madagascar. La construction d’une nation, Paris, Maisonneuve et Larose/Hémisphères, 2021), les auteurs englobent cette période dans un cadre chronologique un peu plus large sous le titre « une atmosphère de fin de règne ».

4 Voir Stephen Ellis, L’insurrection des Menalamba, une révolte à Madagascar (1895-1896), Paris, Karthala, 1998.

5 Joseph Gallieni, Neuf ans à Madagascar, Paris, Hachette, 1908.

6 Les deux hommes ont été exécutés en octobre 1896, une machination montée par Gallieni. Voir Stephen Ellis, Un complot colonial à Madagascar, l’affaire Rainandriamampandry, Paris, Karthala, 1990.

7 Pour quelques éléments biographiques concernant Joseph Andrianaivoravelona (1835-1897), voir le site Dictionnaire biographique des chrétiens d’Afrique, article biographique écrit par Yvette Ranjeva Rabetafika, https://dacb.org/fr/stories/madagascar/andrianaivoravelona-j/, consulté le 27 septembre 2021.

8 Gustave Babin, « L’enlèvement de Ranavalo », L’Illustration, n° 3040, 1er juin 1901. Cet article, écrit à l’occasion de sa venue à Paris, présente la reine de manière plutôt positive, tout en validant l’analyse de Gallieni quant à la situation à Madagascar au moment du départ en exil. Si les Réunionnais ont effectivement participé aux opérations sur la Grande Île, ils sont loin d’en être l’élément principal. Les pertes furent très lourdes au sein du corps expéditionnaire, mais surtout du fait des maladies plutôt que des combats.

9 Si les Anglais se sont appuyés sur les protestants, et les Français sur les catholiques, il a été montré que la dynamique religieuse à Madagascar ne pouvait pas se réduire aux pressions impérialistes. Voir en particulier la conclusion du chapitre 14, « L’entre-deux-guerres franco-malgache (1883-1895) », in Bruno Hübsch (dir.), Madagascar et le christianisme (Histoire œcuménique), Antananarivo-Paris, éditions Ambozontany-Karthala, 1993, p. 321.

10 Jean Ajalbert (« À propos de Paris et d’ailleurs. Les reines en exil », L’Humanité, 9 avril 1905, gallica.bnf.fr, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2505428 consulté le 27 septembre 2021) donne une version différente, qui nous semble discutable et que nous n’avons pu étayer : « […] Quand Ranavalo, prisonnière, fut expédiée à La Réunion, l’officier chargé de la surveillance et les moines, là-bas, lui baptisèrent de force sa petite Marie-Louise ; Ranavalo avait gardé très vif le souvenir de ce rapt moral […]. » Si la première partie de l’article reprend les propos de Jean de Bonnefon publiés dans le Journal, l’extrait reproduit ici est bien une interprétation de Jean Ajalbert. Il est de notre point de vue plus en lien avec le contexte des débats autour de la loi de séparation de l’Église et de l’État qu’une analyse réelle des faits qui se sont déroulés huit ans plus tôt.

11 Jean Carol, Chez les Hova. Au pays rouge, Paris, P Ollendorff, 1898. Jean Carol est le nom de plume de Gabriel Laffaille. Ami d’Hyppolyte Laroche, il est très critique sur la politique de Gallieni, qui le relève de ses fonctions de directeur de l’Imprimerie nationale.

12 Voir Pierre-Éric Fageol, « Entre assimilation et sous-impérialisme, la participation des volontaires réunionnais aux expéditions militaires à Madagascar (1883-1895) », Outre-mers, Revue d’histoire, 402-403, 2019, p. 61-86.

13 Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence (ANOM), Série géographique Réunion Série géographique Réunion (désormais : SG Réunion), carton 414 d 4008, « Ranavalona à la Réunion », Télégramme de Gallieni du 1er novembre 1898. Voir les détails dans la troisième partie du présent article.

14 Les écrits de l’époque utilisent indifféremment « Ranavalona » ou « Ranavalo ». Dans les citations, nous laisserons la forme d’origine.

15 ANOM, 6 (2) d 9, Instructions du ministère datées du 21 février 1899, in Solofo Randrianja, Société et luttes anticoloniales à Madagascar (1896 à 1946), Paris, Karthala, 2001, p. 101.

16 Ibidem.

17 Amandine Dabat, Ham Nghi (1871-1944). Empereur en exil, artiste à Alger, Paris, Presses Université Paris-Sorbonne, 2019.

18 ANOM, Gouvernement général Algérie (désormais : GGA), 20 H14, dossier « exil reine Ranavalo (1899-1923) », Rapport du 21 avril 1899.

19 Retranscription d’une conversation entre Paul Beau, Étienne Clémentel et Francis Laloë. LR 21.9, fonds Ham Nghi, in Amandine Dabat, Exil d’empires: du trône de Huế aux collines d’Alger. Hàm Nghi (1871-1944), mémoire de master II, sous la direction d’Emmanuel Poisson, université Paris VII Diderot, 2014, p. 99.

20 Béhanzin est déporté en Martinique en mars 1894. En avril 1906, il vient pour la première fois en France. Il est ensuite envoyé à Alger, où il meurt en décembre 1906.

21 Voir le compte-rendu (paraphé E.F.) « La mort de Béhanzin » dans L’Illustration, n° 3330, 22 décembre 1906, p. 428.

22 La sœur de Ranavalona, Rasendranoro, est la grand-mère de Marie-Louise.

23 ANOM, GGA, 20 h 14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) ».

24 Ibid., Rapport du 6 mars 1899.

25 Les rapports signalent qu’il reçoit du courrier de Madagascar : Ibid., Rapport du 27 mai 1899.

26 Ibid., Rapport du 3 avril 1899.

27 Ibid., Rapport du 15 avril 1899.

28 Ibid., Rapport du 22 avril 1899.

29 Jean de Bonnefon, « La misère d’une reine », Le Journal, 23 mars 1905 (source gallica.bnf.fr, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7627387j, consulté le 27 septembre 2021).

30 Ibidem.

31 ANOM, GGA, 2014, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Rapport du 31 juillet 1899.

32 Ibid., Lettre du Gouvernement général de l’Algérie au ministre, 3 mai 1900.

33 Ibidem.

34 Gallieni est absent de Madagascar de mai 1899 à juillet 1900, le général Pennequin assurant l’intérim durant cette période.

35 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Gallieni au ministre, 6 mai 1900.

36 Ibidem.

37 Ibid., Lettre de Gallieni au ministre, 14 mai 1900.

38 Ibid., Télégramme du 20 mai 1901.

39 Charles Ranaivo fut étudiant à la Medical Missionary Academy (école de médecine fondée par les missionnaires protestants avant la conquête française) avant d’intégrer l’École de médecine fondée en 1897 sous l’impulsion de Gallieni. Il est ensuite au service particulier du gouverneur général, avant de le suivre en France en mai 1899 et d’être admis à la faculté de médecine de Paris. Il est l’un des premiers Malgaches à obtenir la nationalité française.

40 D’après le site « 7 lames la mer », www.7lameslamer.net/les-flamboyants-de-l-exil-3eme.html, consulté en mai 2017.

41 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Attestation du médecin, 4 mai 1901.

42 L’expédition de Madagascar en 1895 a été très médiatisée. Un régiment métropolitain, le 200e d’infanterie, est spécialement créé pour l’occasion, afin d’associer symboliquement la nation à cette conquête. Les pertes seront très importantes, essentiellement du fait des maladies et de l’impréparation de ce régiment à l’action outre-mer à Madagascar.

43 L’avenir d’Arcachon, n° 2538, dimanche 28 juillet 1901 (source gallica.bnf.fr, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6157997d, consulté le 27 septembre 2021). « L’ex-souveraine avait demandé la pièce dont elle faisait l’objet et qui fut jouée en 1896 au Grand-Théâtre, par l’École maternelle Eugrémy. Le manuscrit n’existant plus, on lui en avait remis une analyse qu’elle s’est fait lire plusieurs fois […]. Certaines scènes l’ont beaucoup amusée ; les vers de la fin l’ont même touchée. De vive voix elle a chaleureusement remercié l’auteur, Mlle Roumagnac, et lui a offert son portrait, au bas duquel elle a écrit quelques lignes aimables. »

44 Nous n’avons trouvé des références et des images de ces albums que sur des sites de vente en ligne pour collectionneurs, comme : https://www.balsanencheres.com/moa/vente/philatelie-numismatique-cartes-postales-et-papiers-chromos/lot/tres-exceptionnel-album-de-chromos-lu-album-des-celebrites-contemporaines-publie-par-lefevre-utile-nantes-1910-album-relie-neuf-

45 In Solofo Randrianja, Société et luttes anticoloniales…, op. cit., p. 101.

46 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Gallieni au ministre, 13 novembre 1901.

47 L’avenir d’Arcachon, 28 juillet 1901, op. cit.

48 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Ranavalona au ministre, 28 juillet 1901.

49 Honoré Icard était sculpteur officiel de la ville de Saint-Germain-en-Laye. Il réalise ce buste à l’occasion du séjour de la reine dans cette ville en 1905. Le buste sera présenté au salon de 1906. Il est encore aujourd’hui dans les collections de Saint-Germain-en-Laye, https://artsandculture.google.com/asset/buste-de-la-reine-ranavalona-iii/yQGt5sHNQDKFEQ, consulté le 29 septembre 2021.

50 Buste réalisé à Dieppe, en 1912, à l’occasion du passage de la reine. Le buste, qui était resté dans les collections de l’artiste, a été légué par Mme veuve Dubois à la ville, https://www.acbx41.com/2019/03/ernest-dubois-buste-de-la-reine-ranavalona.html, consulté le 29 septembre 2021.

51 La Vie parisienne du 22 juin 1901 parle de « la pauvre reine » (carnet de la semaine signé WHIP, p. 341, source gallica.bnf.fr, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1259975n?rk=21459;2 consulté le 27 septembre 2021). L’Avenir d’Arcachon, le 28 juillet 1901, évoque une « promenade que la reine a trouvée très agréable, d’autant plus qu’elle a pu l’effectuer dans l’incognito désiré… »

52 Jean de Bonnefon, « La misère d’une reine… », art. cit. : « Ce n’est rien, une reine détrônée, exilée et triste qui a un peu faim et qui a peur de la vraie misère pour une enfant, sa nièce, seul objet de son affection […]. Il semble qu’on oublie un peu dans les hauts conseils de l’île ce qu’elle fut et ce qu’elle doit rester aux yeux de l’Europe : une reine pensionnée par la démocratie française […]. »

53 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre du ministre au Gouvernement général de l’Algérie, 14 mars 1912.

54 Photographie anonyme intitulée « La reine Ranavalo visite nos blessés », rubrique « Petits faits d’actualité autour de la guerre », Le Miroir, 25 octobre 1914, p. 16.

55 ANOM, GGA, 6(2) D 8-11, dossier « Transfert des restes mortels de la reine Ranavalona III », Le Journal de Madagascar, « Le retour des cendres de la Reine Ranavalo III à Madagascar », 14 octobre 1938.

56 Chantal Valensky, Le soldat occulté. Les Malgaches de l’Armée française. 1884-1920, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 341.

57 C’est le cas de Joseph Ranaivo, le fils aîné du docteur Charles Ranaivo qui avait été l’interprète de la reine lors de son premier séjour en France. Joseph Ranaivo est tué au combat le 20 juillet 1916 (voir la reproduction des articles qui lui sont consacrés par la presse de l’époque sur le site « Tiraera, la Grande Île dans la Grande Guerre », https://tiraera.histegeo.org/maevatanana.html, consulté le 25 septembre 2021).

58 Il revient pour une mission de la dernière chance en 1894-1895, sans pouvoir éviter une nouvelle guerre.

59 Guy Jacob, La France et Madagascar…, op. cit., p. 256-257.

60 Roland Barraux, Ranavalo III, une reine malgache en exil, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 21.

61 ANOM, SG Réunion, carton 414 d 4008, Télégramme de Gallieni, 1er novembre 1898.

62 Ibid., Lettre du ministre au gouverneur de La Réunion, 23 novembre 1898.

63 Les cérémonies auront lieu au tombeau d’Isotry le 5 octobre ; JO de Madagascar, 29 septembre 1900, p. 4823.

64 Discours de Gallieni, JO de Madagascar, 6 octobre 1900, p. 4853.

65 Ibidem.

66 ANOM, GGA, 20H14, dossier « Exil reine Ranavalo (1899-1923) », Lettre de Gallieni au ministre, 13 novembre 1901.

67 Ibidem.

68 Ibid., Lettre de Gallieni au ministre, 1902.

69 Le Journal, 23 mars 1905, art. cit.

70 L’Humanité, mars 1905, art. cit.

71 Marc Michel, Gallieni, Paris, Fayard, 1989, p. 249.

72 Bulletin municipal officiel de la ville d’Alger, 20 octobre 1926, p. 355.

73 ANOM, Gouvernement général de Madagascar (désormais : GGM), L’Opinion de Tananarive du 12 juillet 1935, repris par Mongo du 6 septembre 1938.

74 Voir Frédéric Garan, « Le retour des cendres de la reine Ranavalona III à Madagascar », in Albrecht Burkardt, Jérôme Grévy (dir.), Reliques politiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, p. 299-310.

75 ANOM, GGM, Lettre du ministre des Colonies au Gouvernement général de Madagascar, 23 juin 1938.

76 Pierre Mille est un journaliste spécialiste des questions coloniales (il est l’un des fondateurs de l’Académie des sciences coloniales). Il connaît bien les problématiques concernant la Grande Île (il est l’auteur du fascicule sur Madagascar dans la série « La France lointaine », édité en 1929).

77 Le Petit Marseillais, 22 octobre 1938.

78 ANOM, GGM, Tapuscrit de « La translation et la réinhumation des cendres de Ranavalona III ».

79 Ibidem.

80 Ibidem.

81 Ibidem.

82 Ibidem.

83 Solofo Randrianja, « La notion de royauté dans le mouvement d’émancipation malgache (1920-1940) », in Françoise Raison-Jourde (dir.), Les souverains de Madagascar, Paris, Karthala, 1983, p. 409-426. Andrianampoinimerina (1794-1810) et son fils Radama Ier (1810-1828) sont les fondateurs du royaume merina, autour de Tananarive. Radama Ier est reconnu « roi de Madagascar » par les Anglais en 1817.

84 Voir l’analyse de la pièce (jouée en 1965) par Yvette Sylla, « Ranavalona III et le général Gallieni, vus par un homme de théâtre malgache, soixante ans après », Omaly sy Anio, 1-2, 1975, p. 271-278.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’enlèvement de la reine en 1897. (source : L’Illustration, 1er juin 1901)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 2. La reine Ranavalona à Alger, avec sa tante et la princesse Marie-Louise. (source : supplément du Petit Journal Illustré, 19 mars 1899)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 3. Ranavalona, Behanzin et Ham-Nghi. Dessin de Chagny (Carte postale collection privée)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4. Reine Ranavalo : Images des célébrités, collection petits beurres LU. « Tsara ny Petit Beurre Lulu » (« Il est bon le petit beurre Lu ») (collection privée). Plus d’une centaine d’images de « célébrités contemporaines » sont publiés, entre 1900 et 1910, pour remplir les albums de collection édités par Lefèvre Utile (LU). On y trouve des acteurs, des actrices, des poètes, des dramaturges, ainsi que les premiers héros de l’aviation.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Fig. 5. La reine Ranavalona, sa tante Ramasindrazana et Marie-Louise, avec le lieutenant Bruyère et Charles Ranaivo, juillet 1901. (Photographie, collection privée)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6. La reine et la petite Marie-Louise à Saint Germain-en-Laye en 1905 (Photographie, collection privée)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 7. « La reine Ranavalo visite nos blessés. L’ex-souveraine de Madagascar, qui fait un séjour en France, visite les ambulances et prodigue ses encouragements aux blessés ». (derrière la reine, sa tante) (source : Le Miroir, 25 octobre 1914)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7019/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Garan, « L’exil de Ranavalona III, dernière reine de Madagascar »Diasporas, 38 | 2021, 91-112.

Référence électronique

Frédéric Garan, « L’exil de Ranavalona III, dernière reine de Madagascar »Diasporas [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 12 septembre 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/7019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.7019

Haut de page

Auteur

Frédéric Garan

Frédéric Garan est agrégé et maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de La Réunion (OIES). Chercheur associé au CRHIA (Nantes) et à TEMOS (Bretagne Sud), il est également directeur de publication de la revue Tsingy : Revue de sciences humaines, sud-ouest de l’océan Indien. Après plusieurs travaux sur les anciens combattants de l’armée française au Maroc, au Sénégal, au Niger et à Madagascar, ses recherches sont maintenant centrées sur Madagascar durant la période coloniale. Il a publié Défendre l’Empire : des conflits oubliés à l’oubli des combattants (1945-2010) (Paris, Éditions Vendémiaire, 2013) et avec Pierre-Éric Fageol La Réunion-Madagascar : une histoire connectée dans l’océan Indien (années 1880-1970) (La Réunion, Presses universitaires indianocéaniques, 2021).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search