Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Gardiennes du carlisme

Gardiennes du carlisme

Fonctions familiales et politiques des femmes de la dynastie carliste en exil (années 1870-années 1900)
Keepers of Carlism. Family and political functions of women of the Carlist dynasty in the exile (1870s – 1900s)
Guilhem Chauvet
p. 113-128

Résumés

En s’intéressant à la façon dont les exils pluriels des membres de la dynastie carliste sont vécus et investis, cet article explore les limites de l’exil et met au jour sa dimension réflexive. Les rapports de force internes à la cellule familiale, dont la dimension genrée est mise en avant, sont à la racine d’une configuration familiale à même de gérer l’exil. L’article éclaire les différentes modalités de la politisation des femmes au sein de la cellule familiale en exil et les fonctions politiques essentielles qu’elles accomplissent, activement et passivement, pour la sauvegarde du carlisme.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Europe, Espagne, Autriche-Hongrie, Autriche
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de Caroline Muller, Au plus près des âmes et des corps: une histoire intime des catholi (...)

1Souvent présenté – à juste titre – comme rupture dans les biographies individuelles et collectives, l’expérience de l’exil est associée dans la littérature scientifique à un tournant, à une dégradation, à une épreuve. Désignant aussi bien le moment du départ que son étendue dans le temps, le terme d’exil est une étiquette commune qui recouvre des réalités très contrastées que l’historien doit prendre au sérieux, détailler et contextualiser. Dès lors que les sources le permettent, comprendre comment l’exil est vécu et investi, subi, revendiqué ou occulté peut se révéler très intéressant. L’analyse des marges de manœuvre des exilés vis-à-vis de cette étiquette gagne à considérer la réflexivité1 des acteurs comme un paramètre pertinent de la situation d’exil.

  • 2 Voir Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éd (...)

2Les travaux de Sylvie Aprile ont engagé depuis une décennie déjà une riche réflexion sur les modalités de la proscription politique en Europe au xixe siècle, en particulier dans ses dimensions genrées2. Dans la lignée de ces travaux, nous nous proposons de poursuivre l’analyse de l’exil et du genre, en nous focalisant sur l’étude des configurations familiales au sein desquelles, dans l’intimité de l’exil, se jouent des rapports de genre déterminants.

  • 3 On se concentre en particulier sur les sous-séries Alfonso Carlos de Borbón Austría-Este et María (...)

3L’exploration du cas de la famille carliste est à ce titre fructueuse ; les corollaires classiques de l’exil, à savoir la rupture et l’éloignement, y sont pris à revers. Les sources intimes de deux des membres de la cellule familiale3 permettent de mettre au jour tout un réseau de relations internes et externes à la famille ainsi que des assignations genrées précisant la façon dont l’exil est vécu, structuré et structurant pour les trajectoires des uns et des autres. Ces réseaux hiérarchisés donnent une vision de la configuration familiale comme communauté politique définissant les codes d’une véritable culture de l’exil.

  • 4 Qu’il s’agisse de la revivification idéologique opérée par la princesse de Beira dans les années 1 (...)
  • 5 Exilé une première fois à Valençay entre 1808 et 1814, il s’exile ensuite définitivement à Bourges (...)
  • 6 La Seconde Guerre carliste oppose entre 1872 et 1876 les armées carlistes, dirigées par Carlos VII (...)

4La dynastie carliste a, au début des années 1870, une longue expérience de l’exil, dans laquelle les femmes sont au premier plan, assurant des fonctions politiques vitales4. Aux exils de Carlos María Isidro de Borbón5, connu sous le nom de Carlos V, s’ajoutent ceux de ses descendants dont Carlos VII et son frère Alfonso Carlos qui ne regagnent l’Espagne que le temps d’une guerre civile6 suivie d’un nouvel exil. Ces derniers gravitent dans un monde d’exilés où ils trouvent à se marier : le premier avec Marguerite de Bourbon-Parme, fille de Louise d’Artois, et le second avec María de las Nieves, fille du roi déchu de Portugal Michel Ier. En plus de la mère des infants, Marie-Béatrice de Modène, et des descendants de Carlos, ces deux couples constituent la base de la cellule familiale que nous nous proposons d’étudier.

  • 7 Jordi Canal, El carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en España, Madrid, Alianza, 2004.

5La longévité du carlisme comme mouvement structurant la fraction contre-révolutionnaire du jeu politique espagnol est un phénomène qui a suscité l’intérêt des historiens, dont Jordi Canal qui l’expliquait en partie par le rôle des femmes dans le maintien et la reproduction de l’adhésion à la défense de la cause7. Ce courant né dans les années 1820 par l’association d’idéaux contre-révolutionnaires à la figure de Carlos V s’est véritablement organisé au cours de la Première Guerre carliste (1833-1839) et a su mobiliser dans les décennies suivantes une partie de la population espagnole, notamment au cours de la Seconde Guerre carliste (1872-1876) puis par le biais du jeu électoral. Au moment de la guerre civile espagnole de 1936, le carlisme avait encore une influence notable dans certaines provinces du nord de l’Espagne.

6Un siècle s’écoule entre ces trois guerres civiles et six prétendants au trône d’Espagne se succèdent, comme le figure cette généalogie (fig. 1). Le maintien d’une idéologie fidèle aux origines dans un monde changeant n’a rien d’évident, et nous faisons l’hypothèse qu’il se joue en partie au sein de l’intimité familiale de la dynastie carliste.

Fig. 1 : Généalogie simplifiée des prétendants carlistes.

Fig. 1 : Généalogie simplifiée des prétendants carlistes.
  • 8 AHN, Madrid, Famille Bourbon-Parme, fonds María de las Nieves de Braganza de Borbón. Ce fonds cont (...)

7C’est pour explorer cette piste que nous associons l’histoire politique des élites dynastiques à une histoire de l’intimité et de la famille qui permet de saisir les fonctions qu’ont occupées les femmes, souvent marginalisées dans le récit événementiel des péripéties carlistes. Dans le cadre de cet article, nous nous focalisons sur les sources du for privé permettant d’apprécier le vécu de l’exil, la façon dont il est investi, ressenti. Ces sources sont pour l’essentiel issues du fonds María de las Nieves8, qui constituera notre porte d’entrée sur ce microcosme carliste afin de comprendre la répartition genrée des compétences politiques à différents niveaux : celui de l’individu, du couple, de la famille au sens restreint et de la famille au sens large.

  • 9 La structure familiale est particulièrement affectée par les décès des prétendants, celui de Carlo (...)
  • 10 Le miguélisme est une culture politique contre-révolutionnaire propre au Portugal du xixe siècle, (...)
  • 11 Cette étude s’inscrit dans le cadre des recherches liées au concept d’Internationale blanche, prop (...)

8Ces sources donnent accès, essentiellement par l’intermédiaire de la correspondance et des journaux intimes, aux rapports de force inégaux internes à la cellule familiale où s’expriment et se confrontent différentes hiérarchies formelles et informelles. Appréhender les reconfigurations familiales par l’étude du couple formé avec Alfonso Carlos est pertinent car cela permet d’envisager une séquence temporelle large, courant des années 1870 aux années 1930, pour laquelle il constitue le dénominateur familial commun. Au fil des décennies et des décès se succèdent plusieurs régimes familiaux9. L’étude des réseaux de sociabilité et de la nébuleuse contre-révolutionnaire et légitimiste où ce binôme joue un rôle de pivot – notamment entre carlisme et miguélisme10 – est une autre raison de privilégier cette entrée11. Enfin, la focalisation sur ces acteurs permet une analyse fine des mécanismes genrés qui interviennent dans la gestion familiale de l’exil.

Fig. 2 : Portraits d’Alfonso Carlos de Borbón y Austria-Este et de María de las Nieves de Braganza de Borbón, issus du journal carliste El Estandarte Real, mai 1892. Madrid, AHN, DAC, 81, Exp.1.

Fig. 2 : Portraits d’Alfonso Carlos de Borbón y Austria-Este et de María de las Nieves de Braganza de Borbón, issus du journal carliste El Estandarte Real, mai 1892. Madrid, AHN, DAC, 81, Exp.1.
  • 12 Ses mémoires de guerre parus en trois volumes rendent compte de cette expérience : María de las Ni (...)
  • 13 Interprétation proposée dans Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices ? Femmes contre-révol (...)

9La trajectoire de María de las Nieves de Braganza de Borbón (fig. 2) est édifiante à ce titre, tant elle est imprégnée par l’exil. Née dans l’exil miguéliste, elle rejoint par son mariage en 1871 l’exil carliste. Dans l’un et l’autre des cas, elle ne subit pas l’expérience de l’exil en tant que départ mais le vit sous la forme d’une arrivée dans des familles déjà exilées. Cela marque les différentes étapes de sa socialisation, et notamment de sa socialisation politique, dont sa participation à la Seconde Guerre carliste est un moment crucial12. Le discours développé dans ses écrits intimes sur ces deux exils est l’occasion de saisir une politisation d’ordinaire invisibilisée. Le mariage et le transfert d’un exil à l’autre qu’il occasionne sont notamment l’opportunité d’observer les dynamiques de genre qui jouent dans l’appropriation différenciée des combats politiques par une femme. Reste à déterminer dans quelle mesure l’exil opère comme révélateur de cette politisation et dans quelle mesure il y participe, l’initie, en change le degré. Alexandre Dupont a proposé une interprétation de la fonction politique paradoxale des femmes de la noblesse contre-révolutionnaire à la fin du xixe siècle, qui sert de fondement à notre analyse des marges de manœuvre par le biais desquelles María de las Nieves se construit, au sein de cette communauté familiale forgée dans l’exil et qui produit une culture de l’exil, un espace politique à soi13.

  • 14 Sylvie Aprile, « Désordres et trahisons. La famille en exil », Revue d’histoire du xixesiècle, 61 (...)
  • 15 Jordi Canal, « La Gran Familia », in Banderas blancas, boinas rojas. Una historia política del car (...)

10À travers María de las Nieves et le couple qu’elle forme avec Alfonso Carlos, cet article vise essentiellement à comprendre le fonctionnement de la famille carliste en exil. Le couple et la famille sont deux instances qui appellent une analyse en termes de genre, dont Sylvie Aprile a montré la pertinence pour renouveler l’appréhension de l’exil14. La famille telle qu’on l’envisage ici est réduite au sens strict de la cellule de personnes qui reconnaissent réciproquement leurs liens familiaux et les orientent autour de la défense des intérêts du carlisme. L’étude de cette cellule familiale qui fonctionne comme une micro-communauté politique doit être envisagée en lien avec le caractère structurant de l’idée de famille dans le paysage idéologique ainsi que dans le fonctionnement global du carlisme dont le mouvement est calqué sur la cohésion – primordiale – de la cellule familiale dynastique15. Cela met en évidence la double importance de cette cellule, qui d’une part nourrit l’imaginaire carliste et d’autre part doit assurer, par sa cohésion, le maintien de la cause comme horizon politique. À l’interface entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule familiale doivent être gérées les tensions liées à cet impératif d’exemplarité, ainsi que le décalage entre l’image de la famille comme expression idéale du carlisme et la réalité des liens conflictuels internes à ladite cellule. Plusieurs logiques s’entremêlent – le rang, l’âge, le genre –, nouées autour d’un principe fondateur de respect public de l’autorité du chef de famille. La structuration familiale du carlisme en exil, orientée par la défense de la cause, impose un critère d’appartenance exclusif qui est d’ordre politique. C’est l’adhésion perçue à la cause qui fabrique la famille, or l’affiliation au carlisme oblige les membres de la cellule familiale à se penser et se définir comme exilés alors même qu’ils ont les moyens d’atténuer les contraintes de l’exil.

  • 16 Une approche générale de ces modèles est proposée dans María del Pilar Muñoz López, Sangre, amor e (...)

11La distribution genrée des rôles et attributions familiales assignés à chacun des membres de la famille est un objet particulièrement intéressant à aborder afin de comprendre ce qui, dans ces dynamiques familiales, est propre à l’exil. Cela implique toutefois de pouvoir, d’une part, rendre compte de la façon dont ces rôles varient et sont investis et, d’autre part, de comprendre la nature des modèles familiaux valorisés pour bien apprécier le décalage provoqué par la situation d’exil16.

12L’exil affecte les relations familiales et leurs configurations successives aussi bien que l’espace politique commun et l’espace politique propre à chacun. Il n’entrave cependant que peu la grande mobilité des carlistes, qui repose sur leur capacité à gérer l’éloignement, la distance, et sur leurs dispositions à se territorialiser aisément en différents points de l’Europe. Cette mobilité dessine un espace de vie transnational qui doit être envisagé dans son étendue appropriable et appropriée, et non comme une juxtaposition d’ancrages locaux. La maîtrise des langues, la capacité qu’offrent les réseaux aristocratiques européens à s’abstraire – dans une certaine mesure – des contextes nationaux et les importantes ressources financières dont disposent les carlistes rendent cette territorialisation possible et effective. Reste que cet espace de vie est tout de même structuré par l’exil, notamment du point de vue chronologique : polarisé autour de l’Espagne comme terre abandonnée et terre promise, il n’est que transitoire. L’Espagne, centre des regards, en constitue le passé mythique et le futur espéré.

13L’identification d’une première configuration de l’exil familial des carlistes, relativement stable de la fin des années 1870 aux années 1900, nous permet d’analyser rigoureusement ce que l’exil fait à la famille et ce que la famille fait de l’exil. Cette stabilité du paysage familial carliste ainsi que la relative homogénéité du corpus de sources pour cette période où Carlos VII est le prétendant et le chef de famille sont une opportunité précieuse pour l’observation des rapports de genre et de la politisation de l’intimité des femmes dans un exil qui brouille les limites du public et du privé. En se centrant sur l’évolution de María de las Nieves dans l’espace politique et familial, on espère mettre en évidence les modalités de la politisation des femmes de la dynastie carliste en exil dans le contexte particulier d’une cellule familiale qui est aussi une cellule politique.

Une famille en exil, un exil en famille

  • 17 Les exils carlistes ont fait l’objet de nombreuses études parmi lesquelles on peut retenir Alexand (...)

14L’expérience de l’exil informe la culture politique carliste dès la première moitié du xixe siècle. Selon des modalités variées, elle concerne des populations diverses, de la base des volontaires carlistes engagés dans les différents conflits qui jalonnent le siècle à leurs dirigeants17. La temporalité est une de ces modalités ; seules les élites à la tête du carlisme sont concernées par un exil durable et indéfini dans le temps. De sorte qu’au début des années 1870, au moment où María de las Nieves entre par son mariage dans la famille carliste, cette dernière a cumulé trois décennies et trois générations d’expérience de l’exil.

  • 18 Lettre de María de las Nieves à Alfonso Carlos, Hayd, 17 octobre 1870, Madrid, AHN, Diversos, Arch (...)
  • 19 Mónica Bolufer souligne l’intérêt qu’il y a à considérer la multiplicité des identités pour l’anal (...)

15La trajectoire de l’infante est révélatrice de la façon dont différentes formes d’exil cohabitent dans le temps et font l’objet d’investissements variables, tout en étant un bon observatoire de l’appropriation intime, familiale et politique de l’exil, à mesure que sa socialisation au carlisme avance. Cette appropriation se traduit notamment par l’apprentissage de la langue espagnole dès que la décision de son mariage est prise18, langue qui devient à l’issue de la Seconde Guerre carliste la langue exclusive de ses écrits intimes. Ces écrits permettent de saisir la façon dont le vocabulaire, le répertoire et l’histoire du carlisme sont progressivement mis au premier plan de sa conception du monde, en même temps, donc, que l’exil carliste devient un des traits principaux de la définition de son identité19.

  • 20 Journal d’Alfonso Carlos, 1870, Madrid, AHN, DAC, 93, Exp. 5.
  • 21 Si ce n’est des liens ténus avec le journal miguéliste A Nação, par la correspondance avec certain (...)
  • 22 Soit qu’elle la mette elle-même en avant ou qu’elle lui soit attribuée par d’autres. Les occurrenc (...)
  • 23 Traduit de l’espagnol. Carnet de voyage dans le sud de l’Afrique, janvier 1898, Madrid, AHN, DAC, (...)

16Il convient de souligner que María de las Nieves, au moment de son mariage, qui en lui-même constitue une forme d’exil dans l’exil, passe d’une famille à une autre et d’un exil à un autre. Du miguélisme au carlisme, d’un exil portugais à un exil espagnol, le degré de l’exil est comme démultiplié. La configuration familiale de la cellule miguéliste peut expliquer une partie de cette variation, et les attributions de genre en particulier. Lors de son mariage, María de las Nieves doit signer un renoncement au trône de Portugal20 ce qui marque son passage politique d’une famille à une autre. Son père, ancien roi, est décédé depuis cinq ans ; sa mère, Adélaïde de Löwenstein, vit en exil dans l’Empire allemand. María de las Nieves maintient peu de liens avec les luttes du miguélisme21 incarnées par son frère, le nouveau prétendant Miguel. L’appartenance portugaise de la princesse est bien réelle mais ses manifestations dans les sources montrent qu’elle est au second plan22, circonstancielle, mobilisée de façon anecdotique tel un attribut et non, telle l’appartenance espagnole, comme un trait caractéristique fondamental de son identité. Dans la plupart des cas, les manifestations de cette appartenance portugaise ne renvoient pas à l’exil comme expérience négative mais plutôt à la valorisation de ce trait d’identité, prenant parfois la forme de l’expression d’une fierté. Débarquant à Mozambique le 18 janvier 1898, elle se réjouit de se trouver sur le sol portugais et note : « Ici commande le Portugal, m’écriais-je intérieurement, notre amour-propre national. Nous aurions voulu que tout le bateau l’entende23 ».

  • 24 Isabelle Poutrin, Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe (...)
  • 25 Cette affirmation est démontrée dans Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices », art. cit. (...)
  • 26 Un conflit interne à la famille éclate lorsque María de las Nieves manifeste sa détermination à re (...)
  • 27 Dont les principales modalités sont détaillées dans Guilhem Chauvet, « Des souvenirs à la mémoire, (...)
  • 28 Elle est par exemple intégrée à un Almanaque Carlista para 1897 dedicado a los lectores de la Bibl (...)
  • 29 C’est ce qu’elle exprime dans une lettre au pape Pie IX, le 25 septembre 1872, Vatican, Archives a (...)

17À l’instar de l’exil, le mariage princier peut être conçu comme une mobilité contrainte donnant lieu à une transplantation de l’espace de vie individuel qui concerne, la plupart du temps, les femmes24. À ceci près que ces femmes, les princesses, y sont d’une certaine manière préparées et conditionnées. Ces dispositions sont autant d’outils permettant de gérer le déracinement et la re-territorialisation qui peuvent être mis à profit dans la gestion de l’exil. Le genre explique également probablement en partie l’adoption d’un combat politique au détriment d’un autre. L’intégration de María de las Nieves à la cellule et à la culture familiale carliste n’est néanmoins pas aussi fluide que ce que ces expériences et la proximité idéologique des causes carliste et miguéliste laisseraient prévoir. Passant à l’âge adulte, elle change de statut et de rang, devient une mère potentielle. Au sein d’une culture familiale qui affirme l’importance des femmes25, on craint qu’elle ne se conforme pas au modèle de la bonne épouse et qu’elle provoque une déviation politique d’Alfonso Carlos, qui serait particulièrement critique au moment où celui-ci est appelé à diriger les armées carlistes de Catalogne26. Sa participation à la campagne27 précipite néanmoins son adhésion à la cause carliste et son intégration à la cellule familiale ainsi qu’au panthéon des femmes carlistes28. Alors qu’elle y voit dans un premier temps une défense d’ordre international des intérêts menacés de la papauté29, elle y forge un véritable attachement envers l’Espagne, achevant la fabrique de son exil carliste.

  • 30 Sur la conflictualité autour de l’idée d’Espagne, voir José Álvarez Junco, Mater Dolorosa. La Idea (...)

18Pour elle comme pour chacun des membres de la cellule familiale carliste, l’exil est inséparable de la défense de la cause carliste, qui exprime une certaine idée de l’Espagne30, et vient se placer au cœur de la définition et du fonctionnement familiaux.

19Le décalage observé entre la façon dont les exils miguéliste et carliste sont vécus et investis met en lumière la dimension réflexive de l’exil, entendue comme la capacité d’un exilé à se définir ou non en tant que tel selon les situations. Pour aboutir à constater que la réflexivité est un paramètre notable de l’exil carliste, il faut d’abord démontrer que ces derniers ont la capacité matérielle à contourner les limitations qu’il induit communément. Il reste ensuite à évaluer la façon dont les carlistes jouent sur la représentation de soi en le mettant ou non au premier plan, produisant ainsi leur identité d’exilés.

  • 31 Liste des déplacements d’Alfonso Carlos et de María de las Nieves entre 1871 et 1919, Madrid, AHN, (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 Comptes des titres et obligations d’Alfonso Carlos entre 1874 et 1920, Madrid, AHN, DAC, 110, Exp. (...)
  • 34 Registre synthétique des dépenses d’Alfonso Carlos entre 1895 et 1910, Madrid, AHN, DAC, 112, Exp. (...)
  • 35 Dont de nombreux voyages à travers le monde documentés par 241 carnets de voyage, Madrid, AHN, DAC (...)
  • 36 Estimation donnée par Alfonso Carlos dans une lettre du 17 septembre 1920 au comte Attems, Landesa (...)
  • 37 Dans une lettre du 29 octobre 1928 à F. Serrat, ambassadeur d’Espagne en Autriche, Alfonso Carlos (...)
  • 38 Cela se manifeste par des connexions familiales multiples et par la fréquentation de membres de l’ (...)
  • 39 Une coupure de presse francophone reprend à ce sujet les propos d’un article du Cuartel Real du 3  (...)
  • 40 Parmi les 241 carnets de voyage précédemment cités, 26 sont des journaux de voyages en Espagne, da (...)

20Ces conditions sont réunies dans la configuration familiale telle qu’étudiée entre la fin de la Seconde Guerre carliste et le décès du prétendant Carlos VII. L’exil, intégré avec fluidité aux trajectoires de vie, ne suppose pour Alfonso Carlos et María de las Nieves ni précarité matérielle ni précarité relationnelle. À partir de la fin de l’année 1874, le couple fixe sa résidence en Autriche, à Graz, où il loue une villa achetée ensuite en 1878 pour 44 000 florins31. En 1886, Alfonso Carlos reçoit en héritage les palais de Puchheim et d’Ebenzweyer32, propriétés qu’il complète au fil du temps par l’achat d’un certain nombre de terrains et villas adjacents. Le couple possède également un hôtel particulier à Vienne, au 9 de la Theresianumgasse. En plus de cette fortune immobilière et foncière considérable, Alfonso Carlos détient un grand nombre de titres financiers. Son portefeuille est constitué de différentes devises, mais pour l’essentiel de devises autrichiennes, florins puis couronnes. Leur valeur culmine à 1 567 815 florins en 1898, et à 2 670 200 couronnes en 190933. À titre de comparaison, les dépenses engagées ces mêmes années s’élèvent à 49 812 florins et 96 872 couronnes34. Le détail des dépenses et différents éléments permettant d’évaluer le train de vie princier du couple tranchent avec l’image d’un exil précaire35. Alfonso Carlos affirme que sa gestion des terres à Puchheim et Ebenzweyer permet de nourrir ou loger 180 familles36, sans compter les nombreux domestiques et employés qui se trouvent directement à leur service, dont le nombre total est difficile à estimer et dont le cercle des plus proches est exclusivement constitué d’Espagnols37. Du point de vue relationnel, la maîtrise d’un certain nombre de langues (allemand, français, anglais, espagnol, italien, portugais) et le statut social maintenu notamment par la fréquentation des cercles impériaux permettent au couple de s’insérer dans de vastes réseaux de sociabilité tout aussi bien locaux que transnationaux38. À Graz, les infants ont par exemple pu compter sur le soutien du gouverneur de Styrie lorsqu’en 1875 une association libérale s’opposait à leur établissement dans la ville39. Les différentes ressources dont ils bénéficient leur permettent également de réaliser, de manière anonyme, différents voyages en Espagne40.

  • 41 Cuaderno de Viaje a Sudáfrica, Madrid, AHN, DAC, 25, L. 303. Traduit de l’espagnol par l’auteur. P (...)

21Le traitement de l’exil portugais dans la définition que produit constamment María de las Nieves de son identité témoigne du fait que cette capacité de s’affranchir de l’exil est réelle ; elle n’est pas une vue de l’esprit. Il faut néanmoins qu’individuellement et collectivement, l’idée du retour soit abandonnée pour que l’exil soit véritablement atténué. C’est en ce sens que l’on affirme que la réflexivité joue un rôle dans la fabrique de l’exil carliste, car celle-ci met en jeu un choix, une possibilité de se penser exilé ou non. María de las Nieves, dans un carnet de voyage, exprime toute la complexité de cette situation lorsqu’elle écrit : « Vivre en Espagne […], je considère cela comme le comble de la joie […] ; je ne dis pas que j’aimerais vivre […] à Pajarón ou à Pajaroncillo, alors peut-être le comble de la joie serait moins haut41. » Vivre en Espagne, mais pas à n’importe quel prix, pas au détriment du confort qui est le sien.

  • 42 Ce contrôle se manifeste néanmoins lorsque María de las Nieves exprime dans le cadre familial des (...)

22Avoir mis en avant la dimension réflexive de l’exil ne doit pas donner cependant l’impression d’un choix individuel libre qui serait celui d’être exilé ou non. Il y a au mieux des marges de manœuvre entre différentes contraintes permettant dans une situation relationnelle donnée d’adopter l’exil pour soi comme cause politique ou d’en desserrer l’étau réflexif. Ici, on suppose que c’est la configuration des liens familiaux qui imprimerait aux individus l’exil comme norme contraignante à travers l’adhésion au carlisme, critère d’appartenance à la famille. L’exil de María de las Nieves est d’abord fondamentalement lié à celui de son époux, Alfonso Carlos, vis-à-vis duquel les liens de dépendance sont multiples. Son autonomie est réduite au plus profond de son intimité, qui constitue tout de même la base de son espace politique propre, où le contrôle masculin est le plus faible42.

23La famille carliste agit comme une micro-communauté politique soudée par la défense d’une cause commune, au sein de laquelle se dégage une culture de l’exil. Conjuguée à la mobilité des élites aristocratiques, elle permet une gestion efficace de ces contraintes. Mais il ne s’agit pas simplement de gérer l’exil, il faut aussi gérer la famille à l’interface entre le public et le privé afin qu’elle conserve une image qui satisfasse au statut politique et moral du carlisme. La cohésion familiale est cruciale tant de l’intérieur pour ses membres que de l’extérieur pour le carlisme. L’entreprise de contrôle entre pairs de la conformité des relations familiales à l’idéal carliste est une donnée centrale de l’exil. Au sein d’une cellule familiale réduite, les femmes ont eu un rôle à jouer dans le maintien et la sauvegarde du carlisme comme cause politique crédible, en se situant à la limite entre le privé et le public. C’est par ces mécanismes de contrôle que se fabrique leur politisation. Ce qui est conçu comme un rôle familial est en fait une attribution éminemment politique, l’exil rendant capitaux les enjeux familiaux. Les femmes de la dynastie carliste restent dominées par les hommes et par la figure surplombante du prétendant, mais elles ont eu à certaines occasions un rôle de rempart, de gardiennes du carlisme.

  • 43 La théorie de la double légitimité, centrale pour les carlistes dans la seconde moitié du xixe siè (...)
  • 44 Sur cette tension inhérente notamment à l’éducation de Carlos, voir le chapitre 2 de Francisco Mel (...)
  • 45 Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve (...)

24Cette fonction politique des femmes est particulièrement visible dans les années 1860, moment de faiblesse du carlisme dont le prétendant d’alors, Juan III, ne partage pas les bases idéologiques contre-révolutionnaires. C’est la princesse de Beira qui se porte alors garante de l’idéologie carliste en publiant la fameuse « Carta a los Españoles » qui énonce la théorie de la double légitimité et disqualifie Juan III43. Ce dernier vit séparé de son épouse, Marie Béatrice de Modène, qui prend en charge l’éducation de leurs deux enfants en s’assurant qu’elle soit conforme à l’idéologie carliste sans pour autant transiger avec le principe de respect de l’autorité du prétendant44. Juan III finit par renoncer à ses droits en faveur de son fils, Carlos, et il est exclu de fait de l’exil familial, trouvant refuge en Angleterre. S’il reste père au sens de la lignée et transmet la légitimité dynastique, la cellule familiale fonctionne sur le modèle que Florence Weber désigne comme celui de la maisonnée : un groupe instable de vivants unis autour d’un principe de fonctionnement solidaire45.

  • 46 Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices », art. cit.
  • 47 Lettre de María de las Nieves à Margarita de Borbón Parma, 2 novembre 1874, Parme, archives de l’O (...)
  • 48 Parme, OCSG, Archivio Borbonico, 213, 21 octobre 1886.

25La distance avec l’Espagne soustrait les princes au contrôle de l’opinion carliste et les épouses se trouvent en première ligne, d’autant qu’elles ont acquis, chacune à leur manière, une valeur d’exemplarité pendant la guerre46. La hiérarchie au sein de la cellule familiale est certes forte et l’autorité de Carlos VII structurante ; comme le formule María de las Nieves lorsqu’elle écrit à Margarita que celle-ci ne saurait être bafouée publiquement « par amour pour la cause et pour la mission de la famille47 ». En revanche, cette autorité fait l’objet de nombreuses critiques dans l’intimité familiale. L’éducation et le mariage de Jaime, appelé à succéder à Carlos, sont des enjeux de taille. Ces deux instances doivent assurer sa double légitimité dynastique et politique. Elles font l’objet de nombreuses discussions entre María de las Nieves et Margarita, mais aussi avec Marie Béatrice de Modène. Les considérations affectives y ont peu de place, contrairement à la façon dont sont gérées les questions analogues pour les sœurs de Jaime. Dans une lettre adressée à Margarita au sujet de son fils Jaime, María de las Nieves écrit : « Je demande à Dieu qu’il change, ce serait une honte pour sa famille et une disgrâce pour le pauvre parti qui a tant sacrifié depuis un demi-siècle et mérite une autre récompense, et non la cruelle peine de voir que le fils unique de son Roi est nul en tout48. »

  • 49 À ce sujet, voir Jordi Canal, Banderas blancas, boinas rojas…, op. cit., p. 57-58.

26La sauvegarde du carlisme passe par une anticipation de son avenir mais aussi par la gestion dans l’urgence de son présent. C’est le cas avec l’épisode du vol de la toison d’or qui remet en cause la moralité du prétendant : des rumeurs affirment en 1877 que Carlos VII a vendu délibérément cette décoration pour entretenir son amante hongroise, Paula Samoggy. Cette affaire ébranle le carlisme dans ses bases morales et religieuses en mettant au grand jour la vie adultérine avérée et les mœurs légères du prétendant. Le carlisme en exil encaisse le coup, et le poids de Margarita dans la famille y est renforcé, car cela confirme son image de princesse vertueuse acceptant l’affront d’une vie séparée dans l’intérêt de la cause49.

27L’intrication du politique et du familial est importante dans la cellule familiale carliste, l’exil rendant nécessaire la cohésion politique d’un noyau familial qui doit figurer l’unité du carlisme, étendard des luttes contre-révolutionnaires menées en Espagne et en Europe. Indéniablement, l’exil politise. Et il politise à travers des dynamiques familiales dont la dimension genrée est prégnante.

Territoires de l’exil féminin et expérience politique

  • 50 Les différentes contributions du dossier coordonné par Delphine Diaz, Antonin Durand et Romy Sánch (...)

28Les sources du for privé permettent d’approcher le vécu de l’exil et notamment l’appropriation de territoires à différents niveaux et selon des réalités plurielles. La capacité des élites aristocratiques à se territorialiser de manière fluide en différents lieux repose en partie sur les réseaux de sociabilité transnationaux. Ces réseaux sont activés ou non selon des logiques relevant du rang, du genre et du politique. La politisation engendrée par l’exil prend d’autres voies que la dynamique collective la plus directement identifiable du maintien de la cause carliste. On observe d’autres formes de manifestations plus passives de la fonction politique des femmes, à travers les réseaux entretenus, les sociabilités, l’intime quotidien, autant de dimensions par lesquelles on perçoit que le privé est politique50.

  • 51 Dont le soutien est limité par la diplomatie espagnole d’autant plus influente à partir du mariage (...)
  • 52 Carte élaborée à partir du registre des déplacements d’Alfonso Carlos et de María de las Nieves, M (...)
  • 53 L’ensemble des espaces avec lesquels un individu est en relation. Cet espace n’est pas homogène ; (...)
  • 54 La thèse d’Alexandre Dupont met au jour la façon dont les carlistes ont apprivoisé les codes de la (...)
  • 55 « Notre Retour en Espagne le 18 juillet 1879 », carnet de voyage de María de las Nieves, juillet 1 (...)

29Le capital social et relationnel dont disposent les exilés carlistes est important et explique la fluidité avec laquelle ils se meuvent entre les frontières, qu’elles soient nationales, linguistiques, genrées, etc. Bien que proscrits, ils constituent tout de même, à la charnière entre le xixe et le xxe siècle, le sommet de la pyramide dynastique européenne, liant par les mariages les monarques déchus d’Espagne, France et Portugal, auxquels on peut ajouter le duché de Parme. Il faut rappeler également les nombreux liens avec la famille impériale autrichienne51. La conjonction de différentes branches des Bourbons au sein de la cellule familiale carliste n’est pas anodine lorsqu’on s’intéresse à leur espace de vie effectivement approprié ou potentiellement appropriable. Les liens établis offrent un nombre varié de points de chute et la mobilité des exilés carlistes est importante, comme en témoigne cette carte (fig. 3) recensant tous les lieux européens parcourus par Alfonso Carlos et María de las Nieves entre le mois de janvier 1871 et le mois d’avril 191952. Pour des raisons de lisibilité, nous excluons de cette carte les lieux extra-européens qui ne relèvent pas de pratiques quotidiennes mais de voyages exceptionnels. Les voyages à travers le monde, nombreux – Japon, Indes, sud de l’Afrique, Afrique centrale, Amériques, Océanie –, témoignent d’une autre facette de cette mobilité des exilés. En se centrant uniquement sur les lieux fréquentés au sein de ce qu’on définit comme l’espace de vie53, on peut formuler plusieurs observations. La première est que l’échelle de cet espace est peu commune ; l’exil n’est pas circonscrit à un réseau serré de localités et ne semble pas connaître de frontières. On remarque également que les lieux d’exil de la famille carliste sont assez rapprochés les uns des autres. Les temporalités observables dans cet espace ne sont pas non plus communes. Vienne, Graz et Ebenzweyer constituent les foyers de l’exil de María de las Nieves et Alfonso Carlos. L’exil des infants est organisé autour ce foyer multiple selon un rythme saisonnier. Ils pratiquent l’hivernage, consistant à passer l’hiver sous des climats plus doux que ceux de la Haute-Autriche. En pratique, cela se traduit par des séjours hors d’Autriche en général de novembre à avril. Alger est la destination privilégiée de cet hivernage – dix-sept hivers y sont passés entre 1875 et 1909 – lorsque le couple n’est pas en voyage. D’autres pôles sont identifiables – nord de l’Italie, côte méditerranéenne française – qui montrent que l’espace est territorialisé dans son étendue. Cette capacité à se mouvoir dans un espace européen a une dimension politique lorsqu’il s’agit d’aller en Espagne et de braver l’exil. En théorie, la frontière espagnole devrait résister mieux que les autres aux incursions des infants. Leur maîtrise de l’anonymat, les liens de sociabilité développés à la frontière avec l’Espagne au moment de la campagne les introduisant à l’expérience de la clandestinité54, et les relais dont ils disposent au sein de l’administration impériale austro-hongroise leur permettent de fait, munis de faux passeports, de la franchir. Les voyages qui y sont réalisés sont épisodiques – le premier en 187955 – mais revêtent tout de même une importance capitale par la découverte du patrimoine religieux et monarchique national qui y est mise en œuvre : cathédrales, monastères, palais, etc. Il n’en découle pas une territorialisation profonde, mais très certainement une appropriation symbolique, qui alimente la politisation carliste de María de las Nieves.

Fig. 3 : Carte de chaleur des lieux fréquentés par María de las Nieves et Alfonso Carlos entre 1875 et 1919. L’unité est d’une nuitée dans une localité donnée ; les valeurs vont d’une à 3 882 nuits (Graz) mais sont plafonnées par convention à 365 nuits, de sorte que l’intensité maximale de rouge correspond à « 365 nuits ou plus ». Cinq localités sont concernées par ce traitement : Graz, Ebenzweyer, Alger, Vienne (Autriche) et Paris. Crédit : Guilhem Chauvet, août 2020.

Fig. 3 : Carte de chaleur des lieux fréquentés par María de las Nieves et Alfonso Carlos entre 1875 et 1919. L’unité est d’une nuitée dans une localité donnée ; les valeurs vont d’une à 3 882 nuits (Graz) mais sont plafonnées par convention à 365 nuits, de sorte que l’intensité maximale de rouge correspond à « 365 nuits ou plus ». Cinq localités sont concernées par ce traitement : Graz, Ebenzweyer, Alger, Vienne (Autriche) et Paris. Crédit : Guilhem Chauvet, août 2020.

30L’appropriation d’un territoire vaste, au sein duquel les exilés carlistes comptent avec de nombreux relais, acquis par interconnaissance, par engagement politique ou bien par reconnaissance du rang aristocratique et des droits qui y sont attachés, témoigne du fait que l’espace de vie des carlistes ne subit pas un exil commun. Ces appropriations témoignent de la capacité des carlistes à gérer l’exil, à en amortir les contraintes et à en exploiter les possibles. Bien qu’elles y soient relativement passives, on observe qu’à l’appropriation du territoire contrôlée par les hommes, les femmes apportent du fait de leurs divers liens une réserve d’espaces appropriables.

31Même si les carlistes ne connaissent que des difficultés matérielles toutes relatives pour des exilés, la précarité politique du carlisme en exil est importante. Elle implique que les ressources relationnelles propres des femmes – les liens qu’elles apportent au réseau carliste – puissent être mobilisées. Dans ce contexte on observe que María de las Nieves se construit, à travers les écrits intimes, un espace politique, qui transparaît relativement implicitement dans la correspondance et de manière plus explicite dans les journaux intimes.

  • 56 Voir notamment sur ce point Guilhem Chauvet, « Des souvenirs à la mémoire… », art. cit.

32Épouse du frère du prétendant carliste, María de las Nieves est entre 1871 et 1909 au dernier rang hiérarchique de la cellule familiale carliste. Figure publique d’une importance relative pour la base populaire carliste après sa participation à la campagne entre 1872 et 1874, elle est associée à ce passé guerrier dans l’imaginaire carliste de la fin du xixe et du début du xxesiècle56. Sur la base de cette expérience fondatrice et de l’exil qui s’ensuit s’opère un décrochage entre sa trajectoire objective et la trajectoire de son double dans l’imaginaire carliste. Ce décrochage rend compte du fait que le contrôle qui est exercé sur elle par les carlistes hors de la cellule familiale est lâche. Sa visibilité publique est très réduite, ce qui lui permet de construire un champ de compétences sur des questions familiales d’ordre politique, d’autant plus que n’étant pas en charge de la perpétuation de la lignée, elle n’est pas soumise au scrutement de sa maternité.

  • 57 Alexandre Dupont, Une internationale blanche…, op. cit.
  • 58 Jordi Canal met en évidence ce glissement dans El carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en Esp (...)
  • 59 Voir Alexandre Dupont, « Contre-révolutionnaires de tous les pays… Bilan d’étape sur l’internation (...)
  • 60 Nous reprenons l’analyse de Mónica Bolufer selon laquelle les femmes ont tendance à s’identifier e (...)

33Par son mariage, María de las Nieves établit un lien entre les Bragance et les Bourbons d’Espagne, ou plutôt redouble ce lien et l’actualise. Elle le vivifie en étant un pivot entre les causes miguéliste et carliste. Elle joue également un rôle de pivot qui renforce la cohésion de la famille carliste et son unité politique lorsque deux de ses sœurs, Adelgunda et María Antonia, épousent en secondes noces deux des frères de Margarita de Borbón-Parma. Par ailleurs, les connexions qu’elle entretient avec certains particuliers, relevant de logiques qu’Alexandre Dupont a mises au cœur de la définition de l’Internationale blanche57, constituent des solidarités potentielles vitales dans la perspective d’un retour vers l’Espagne pour les carlistes, qu’il se fasse sur un terrain belliqueux ou sur le terrain électoral plus récemment investi58. Identifiée comme une des figures des espoirs des légitimistes européens, María de las Nieves entretient en ce sens un certain nombre de relations épistolaires ; le maintien, pour le carlisme, d’un horizon transnational de reconquête est primordial59. Cette dernière a une position surplombante sur l’essentiel de son réseau, cela obéissant à des logiques de rang davantage qu’à des logiques de genre. Néanmoins, le contenu des relations reste genré, María de las Nieves étant mobilisée sur des compétences particulières, notamment sa capacité à faire le lien vers des personnages masculins de rang supérieur60.

  • 61 L’exterritorialité est le terme repris des sources de l’époque qui désigne le droit par lequel un (...)

34Ces réseaux sont également une ressource permettant de gérer l’exil, notamment car une partie se recoupe avec les réseaux familiaux de l’empereur François Joseph qui leur accorde notamment le privilège de l’exterritorialité61. Cette proximité relationnelle est redoublée et accentuée par la proximité géographique entre Ebenzweyer et Bad Ischl, résidence impériale d’été.

35Cette position sociale est par ailleurs de nature à faire des carlistes exilés des ressources pour les populations locales au sein desquelles ils sont exilés. Les exemples sont nombreux qui montrent leur capacité à faire le lien entre ces populations et différentes administrations. C’est d’autant plus le cas à partir du mariage entre Zita de Bourbon-Parme, fille d’une des sœurs de María de las Nieves, et l’archiduc d’Autriche Charles en 1911, sacré empereur en 1916. Le couple semble être un point de référence des sociabilités locales, sans que celles-ci soient nécessairement investies d’une dimension politique et donc sans qu’elles fassent ressortir l’exil comme réalité contraignante. En ce sens, María de las Nieves a, sur cette période, un double statut, comme Alfonso Carlos : à la fois exilée et à la fois locale, sans que cela soit contradictoire. Elle s’identifie et est identifiée alternativement de deux façons, et selon la position sociale dans laquelle elle se trouve, elle mobilise l’une ou l’autre de ces identités multiples.

Conclusion. Une nouvelle donne

  • 62 Sur ce point, voir Delphine Diaz, Antonin Durand, Romy Sánchez, « Introduction. L’exil intime. Fam (...)

36L’exil carliste est favorable à la constitution d’un espace politique pour les femmes pour plusieurs raisons. La première et la plus évidente est que l’exil contribue à la politisation de leurs trajectoires62. Cette politisation emprunte différents chemins, plus ou moins visibles, directs et indirects. Le rôle critique de la cellule familiale carliste dans la gestion de la cause carliste en est une manifestation. Ce rôle féminin est essentiel au carlisme dans la gestion de l’interface entre le privé et le public. Mais on observe aussi à quel point la critique développée par María de las Nieves au plus profond de son intimité est un moteur de sa politisation et de la fabrique permanente de son espace politique propre. La deuxième raison identifiable est que l’exil, par la distance qu’il introduit entre la base populaire carliste et les exilés, suppose un abaissement du contrôle par les différentes institutions carlistes en Espagne de la conformité de leur comportement avec les rôles genrés qui leur sont attribués dans les imaginaires. La troisième raison tient au fait que la façon dont l’exil est vécu renforce les dynamiques de la politisation. Peu commun du fait de sa forte dimension réflexive, de la mobilité des exilés, de leur confort et de l’étendue de leurs réseaux, il permet aux femmes de déployer une activité politique qui, si elle reste contrôlée par les hommes, leur est propre. Elles contribuent à l’entretien de réseaux transnationaux et, dans la sphère intime, elles cherchent à assurer la conformité de l’image que dégagent les carlistes avec leur propre interprétation de leur idéologie.

  • 63 Lettre de Jaime Palau à Sauseng, août 1914, Madrid, AHN, DAC, 98, Exp. 7.
  • 64 Liste des déplacements d’Alfonso Carlos et María de las Nieves, Madrid, AHN, DAC, 103, Exp. 6.
  • 65 413 400 couronnes pour le seul hôpital selon les comptes d’Alfonso Carlos entre 1914 et 1919, Madr (...)

37Ce premier régime d’exil identifiable des années 1870 au décès du prétendant Carlos en 1909 est reconfiguré dans les décennies qui suivent. La fonction familiale des femmes de la dynastie est affectée par ces reconfigurations et partant, leur rôle politique change profondément. Il n’y a pas à proprement parler de figure féminine de référence après le décès de Carlos : Margarita est décédée, Marie-Berthe de Rohan, seconde épouse de Carlos, ne semble pas avoir adopté la cause carliste et Jaime, nouveau prétendant, n’a pas d’épouse. María de las Nieves demeure comme figure féminine carliste, mais Jaime associe moins que Carlos la famille à la gestion politique du carlisme. Cela résulte également du fait qu’il n’existe plus comme avant de cellule familiale cohésive à même de faire pression sur le prétendant. Alfonso Carlos conserve sur Jaime une certaine autorité morale, mais il faut bien admettre que dans cette configuration, María de las Nieves est marginalisée et voit son espace de compétence réduit. L’irruption de la Première Guerre mondiale dans le quotidien des infants accélère la métamorphose de leur exil. Dès le mois d’août 1914, ils mettent à disposition de la Croix-Rouge une de leurs villas à Graz63 et ouvrent un hôpital dans la villa Daheim à Ebenzweyer64. Outre qu’elle engendre des dépenses considérables65, la gestion de cet hôpital où María de las Nieves opère comme infirmière contraint les infants à rester à Ebenzweyer et à renoncer à leurs mobilités.

  • 66 Lettres échangées avec A.R. Zimmermann, commissaire général de la SDN, Madrid, AHN, DAC, 102, Exp. (...)
  • 67 Lettre de Charles de Walterskirchen à Alfonso Carlos, 19 novembre 1924, Madrid, AHN, DAC, 104, Exp (...)
  • 68 Comptes d’Alfonso Carlos pour la période 1915-1928, Madrid, AHN, DAC, 104, Exp. 4.

38À la fin du conflit, la conjonction de l’hyperinflation et des lois sociales de la République d’Autriche achève de déséquilibrer la première configuration d’exil identifiée. L’ordonnance sur la réquisition des demeures par les communes du 14 novembre 1918 ainsi que la loi dite de réinstallation – Wiederbesiedlung – du 31 mai 1919 se traduisent par la réquisition d’une grande partie de leurs biens immobiliers et fonciers dans les années 1920. Dans ce contexte, Alfonso Carlos sollicite l’intervention d’un grand nombre d’institutions, telle la Société des Nations66, mais c’est surtout auprès de l’ambassade d’Espagne qu’il trouve secours. Cette dernière, avec l’appui du roi Alfonso XIII – dont on sait opportunément se souvenir qu’il fait partie de la famille –, accepte de louer certaines propriétés afin qu’elles ne tombent pas sous la coupe du droit autrichien. Situation paradoxale, les infants refusent de fuir leur lieu d’exil pour pouvoir protéger leurs biens67. Leur situation financière ne leur permet pas de maintenir leur train de vie ; l’appui de certains carlistes comme le marquis de Vessolla leur permet de faire illusion et de financer quelques voyages en Espagne au cours des années 192068.

39Le décès de Jaime, en 1931, suppose un ultime changement. Alfonso Carlos se retrouve propulsé prétendant, à la tête du carlisme et d’une famille qui ne compte plus guère que lui et María de las Nieves. Leur situation relativement rétablie et l’appui financier des réseaux carlistes inaugurent, sous la Seconde République espagnole, une nouvelle étape de leur exil, qui se rapproche plus que toute autre de l’expérience de l’image d’un exil politique éprouvant.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage de Caroline Muller, Au plus près des âmes et des corps: une histoire intime des catholiques au xixesiècle, Paris, Presses universitaires de France, 2019, donne un exemple de l’intérêt heuristique de la notion de réflexivité, notamment dans le contexte de l’analyse de dynamiques de genre.

2 Voir Sylvie Aprile, Le siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010, et plus particulièrement, sur les questions de genre, Sylvie Aprile, « De l’exilé à l’exilée : une histoire sexuée de la proscription politique outre-Manche et outre-Atlantique sous le Second Empire », Le Mouvement social, 225, 2008, n° 4, p. 27-38.

3 On se concentre en particulier sur les sous-séries Alfonso Carlos de Borbón Austría-Este et María de las Nieves Braganza Borbón du fonds « Archivo de la familia de Borbón Parma » conservé à l’Archivo Histórico Nacional (AHN) de Madrid.

4 Qu’il s’agisse de la revivification idéologique opérée par la princesse de Beira dans les années 1860 ou bien de l’éducation carliste des princes prise en charge par leur mère Marie-Béatrice de Modène. Deux phénomènes qui répondent à la défaillance du prétendant Juan III.

5 Exilé une première fois à Valençay entre 1808 et 1814, il s’exile ensuite définitivement à Bourges puis à Trieste, à la suite de la Première Guerre carliste, de 1839 à la fin de sa vie. Voir notamment Alain Pauquet, L’exil français de Don Carlos, infant d’Espagne, Paris, L’Harmattan, 2015.

6 La Seconde Guerre carliste oppose entre 1872 et 1876 les armées carlistes, dirigées par Carlos VII, aux armées régulières des différents régimes qui se succèdent alors au pouvoir.

7 Jordi Canal, El carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en España, Madrid, Alianza, 2004.

8 AHN, Madrid, Famille Bourbon-Parme, fonds María de las Nieves de Braganza de Borbón. Ce fonds contient plus de 200 dossiers de correspondance et une centaine de dossiers de journaux intimes.

9 La structure familiale est particulièrement affectée par les décès des prétendants, celui de Carlos en 1909, de Jaime, fils unique de Carlos, en 1931 et d’Alfonso Carlos en 1936. Ces décès supposent des reconfigurations profondes incomparables avec l’impact des décès des femmes de la famille.

10 Le miguélisme est une culture politique contre-révolutionnaire propre au Portugal du xixe siècle, issue de la défense légitimiste des droits au trône de Michel Ier – déchu en 1834 – et de ses descendants. Sa proximité idéologique et relationnelle avec le carlisme est importante. Voir Maria Alexandre Lousada, Maria de Fátima Sá e Melo Ferreira, Don Miguel I, Lisbonne, Temas e Debates, 2009.

11 Cette étude s’inscrit dans le cadre des recherches liées au concept d’Internationale blanche, proposé par Jordi Canal et discuté par différents auteurs, dont Simon Sarlin et Alexandre Dupont. Pour une formalisation du concept, voir Jordi Canal, « Guerres civiles en Europe au xixe siècle, guerre civile européenne et Internationale blanche », in Jean-Paul Zúñiga (dir.), Pratiques du transnational. Terrain, preuves, limites, Paris, Centre de recherches historiques, 2011, p. 57-77.

12 Ses mémoires de guerre parus en trois volumes rendent compte de cette expérience : María de las Nieves de Brangaza de Borbón, Mis Memorias sobre nuestra campaña en Cataluña en 1872 y 1873 y en el Centro en 1874, tome 1, Madrid, Espasa-Calpe, 1934 ; tome 2, Madrid, Espasa-Calpe, 1938 ; tome 3, Madrid, Actas, 2002.

13 Interprétation proposée dans Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices ? Femmes contre-révolutionnaires dans la Seconde guerre carliste (Espagne, 1872-1876) », Genre & Histoire [En ligne], 19 / 2017, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 25 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2695. L’analyse des figures féminines de la contre-révolution est prolongée dans Alexandre Dupont, Arthur Hérisson, « L’internationale blanche au féminin : bilan et perspectives », à paraître dans les actes du colloque « Les femmes contre le changement », 12-13 mars 2020, université Rennes 2, organisé par Fanny Bugnon, Solenn Mabo, Valérie Dubslaff, Tauana Gomes Silva et Camille Cléret.

14 Sylvie Aprile, « Désordres et trahisons. La famille en exil », Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, n° 2, p. 51-64.

15 Jordi Canal, « La Gran Familia », in Banderas blancas, boinas rojas. Una historia política del carlismo (1876-1939), Madrid, Marcial Pons, 2006, p. 237-273.

16 Une approche générale de ces modèles est proposée dans María del Pilar Muñoz López, Sangre, amor e interés. La familia en la España de la Restauración, Madrid, Marcial Pons, 2001.

17 Les exils carlistes ont fait l’objet de nombreuses études parmi lesquelles on peut retenir Alexandre Dupont, « The political structures of the carlism in exile (1870’s). Politics from abroad, international solidarities and politics in the making », in Catherine Brice (ed.), Exile and the Circulation of Political Practices, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2020, p. 121-134.

18 Lettre de María de las Nieves à Alfonso Carlos, Hayd, 17 octobre 1870, Madrid, AHN, Diversos, Archivo Carlista (DAC), 93, Exp. 6.

19 Mónica Bolufer souligne l’intérêt qu’il y a à considérer la multiplicité des identités pour l’analyse historique dans Mónica Bolufer, « Multitudes del yo ; biografía e historia de las mujeres », Ayer, 93, 2014, p. 85-116.

20 Journal d’Alfonso Carlos, 1870, Madrid, AHN, DAC, 93, Exp. 5.

21 Si ce n’est des liens ténus avec le journal miguéliste A Nação, par la correspondance avec certains rédacteurs ou la lecture de certains numéros.

22 Soit qu’elle la mette elle-même en avant ou qu’elle lui soit attribuée par d’autres. Les occurrences sont nombreuses et ce trait d’identité est souvent activé lors des voyages, par le passage par des territoires de l’empire colonial portugais. Voir les « Cuadernos de viaje a Sudáfrica », Madrid, AHN, DAC et notamment infra.

23 Traduit de l’espagnol. Carnet de voyage dans le sud de l’Afrique, janvier 1898, Madrid, AHN, DAC, 4, L. 13.

24 Isabelle Poutrin, Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d’Europe, xve-xviiesiècle, Paris, Bréal, 2007.

25 Cette affirmation est démontrée dans Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices », art. cit. Il s’agit aussi bien de la princesse de Beira, de Marie Béatrice de Modène ou encore de Margarita, qui, par son action caritative durant la Seconde Guerre carliste, constitue un modèle de féminité important.

26 Un conflit interne à la famille éclate lorsque María de las Nieves manifeste sa détermination à rejoindre Alfonso Carlos en Catalogne. Plusieurs lettres échangées entre Carlos et son frère en témoignent.

27 Dont les principales modalités sont détaillées dans Guilhem Chauvet, « Des souvenirs à la mémoire, analyse de la composition du récit de la Seconde Guerre carliste par María de las Nieves de Braganza y de Borbón (1872-1941) », in Anne Rolland-Boulestreau, Bernard Michon (dir.), Des guerres civiles du xviesiècle à nos jours. Usages et enjeux des mémoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

28 Elle est par exemple intégrée à un Almanaque Carlista para 1897 dedicado a los lectores de la Biblióteca Popular Carlista, Barcelone, Bibliothèque populaire carliste, 1896, p. 9-20, cité dans Jordi Canal, Banderas blancas, boinas rojas…, op. cit., p. 267-268.

29 C’est ce qu’elle exprime dans une lettre au pape Pie IX, le 25 septembre 1872, Vatican, Archives apostoliques du Vatican (AAV), 1131, Archivio Particolare di Pio IX. Sovrani e particolari, pièce 1913.

30 Sur la conflictualité autour de l’idée d’Espagne, voir José Álvarez Junco, Mater Dolorosa. La Idea de España en el siglo XIX, Madrid, Taurus, 2001.

31 Liste des déplacements d’Alfonso Carlos et de María de las Nieves entre 1871 et 1919, Madrid, AHN, DAC, 103, Exp. 6.

32 Ibid.

33 Comptes des titres et obligations d’Alfonso Carlos entre 1874 et 1920, Madrid, AHN, DAC, 110, Exp. 2.

34 Registre synthétique des dépenses d’Alfonso Carlos entre 1895 et 1910, Madrid, AHN, DAC, 112, Exp. 2.

35 Dont de nombreux voyages à travers le monde documentés par 241 carnets de voyage, Madrid, AHN, DAC, María de las Nieves de Braganza de Borbón, Cuadernos de viajes.

36 Estimation donnée par Alfonso Carlos dans une lettre du 17 septembre 1920 au comte Attems, Landesamts Direktor à Linz, depuis Ebenzweyer, Madrid, AHN, DAC, 102, Exp. 2.

37 Dans une lettre du 29 octobre 1928 à F. Serrat, ambassadeur d’Espagne en Autriche, Alfonso Carlos affirme tout de même avoir eu quinze personnes à son service au début de l’année 1914 à Graz. Madrid, AHN, 104, Exp. 4.

38 Cela se manifeste par des connexions familiales multiples et par la fréquentation de membres de l’entourage familial impérial que documentent les journaux intimes de María de las Nieves. Le programme de la cérémonie funéraire montre notamment qu’ils font partie des quelques élus à assister aux obsèques de François Ferdinand à Vienne en juillet 1914. Madrid, AHN, DAC, 103, Exp. 1.

39 Une coupure de presse francophone reprend à ce sujet les propos d’un article du Cuartel Real du 3 avril 1875. Madrid, AHN, DAC, 96, Exp. 6.

40 Parmi les 241 carnets de voyage précédemment cités, 26 sont des journaux de voyages en Espagne, datés entre 1878 et les années 1930.

41 Cuaderno de Viaje a Sudáfrica, Madrid, AHN, DAC, 25, L. 303. Traduit de l’espagnol par l’auteur. Pajarón et Pajaroncillo sont deux localités rurales de la province de Cuenca traversées pendant la campagne carliste par les infants.

42 Ce contrôle se manifeste néanmoins lorsque María de las Nieves exprime dans le cadre familial des idées forgées dans ses écrits intimes qui sont discutées, critiquées, rejetées et plus rarement acceptées. Voir par exemple AHN, DAC, 27, L. 317, « Cuaderno de viaje a Japon ».

43 La théorie de la double légitimité, centrale pour les carlistes dans la seconde moitié du xixe siècle, découle d’une lettre-manifeste publiée en 1864 par la princesse de Beira, María Teresa de Braganza, veuve de Carlos V. Elle y affirme que le dirigeant naturel du carlisme doit concilier deux légitimités, la légitimité politique et la légitimité dynastique.

44 Sur cette tension inhérente notamment à l’éducation de Carlos, voir le chapitre 2 de Francisco Melgar, Veinte años con Don Carlos, Madrid, Espasa-Calpe, 1940.

45 Florence Weber, Le sang, le nom, le quotidien. Une sociologie de la parenté pratique, La Courneuve, Aux lieux d’être, 2005.

46 Alexandre Dupont, « Soignantes et consolatrices », art. cit.

47 Lettre de María de las Nieves à Margarita de Borbón Parma, 2 novembre 1874, Parme, archives de l’Ordine Costantiniano di San Giorgio (OCSG), Archivio Borbonico, 213.Traduit de l’espagnol par l’auteur.

48 Parme, OCSG, Archivio Borbonico, 213, 21 octobre 1886.

49 À ce sujet, voir Jordi Canal, Banderas blancas, boinas rojas…, op. cit., p. 57-58.

50 Les différentes contributions du dossier coordonné par Delphine Diaz, Antonin Durand et Romy Sánchez (« Dans l’intimité de l’exil », Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, n° 2) permettent d’apprécier la variété des contributions féminines à la gestion politique de l’exil dans le cadre familial.

51 Dont le soutien est limité par la diplomatie espagnole d’autant plus influente à partir du mariage d’Alfonso XII avec Marie-Christine, archiduchesse d’Autriche.

52 Carte élaborée à partir du registre des déplacements d’Alfonso Carlos et de María de las Nieves, Madrid, AHN, DAC, 103, Exp. 6 ; Alfonso Carlos y relève systématiquement les lieux par lesquels le couple passe sur plus de quarante ans.

53 L’ensemble des espaces avec lesquels un individu est en relation. Cet espace n’est pas homogène ; à chaque lieu est associée une intensité, liée à la récurrence de la fréquentation ou à l’importance symbolique de la relation qui s’y joue. De ces intensités différenciées se dégagent des pôles structurant l’espace de vie.

54 La thèse d’Alexandre Dupont met au jour la façon dont les carlistes ont apprivoisé les codes de la clandestinité à l’occasion de la Seconde Guerre carliste. Alexandre Dupont, Une internationale blanche: histoire d’une mobilisation royaliste entre France et Espagne dans les années 1870, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020.

55 « Notre Retour en Espagne le 18 juillet 1879 », carnet de voyage de María de las Nieves, juillet 1879, Madrid, AHN, DAC, 22, L. 261.

56 Voir notamment sur ce point Guilhem Chauvet, « Des souvenirs à la mémoire… », art. cit.

57 Alexandre Dupont, Une internationale blanche…, op. cit.

58 Jordi Canal met en évidence ce glissement dans El carlismo. Dos siglos de contrarrevolución en España, Madrid, Alianza Editorial, 2000.

59 Voir Alexandre Dupont, « Contre-révolutionnaires de tous les pays… Bilan d’étape sur l’internationale blanche », Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, n° 2, p. 195-212.

60 Nous reprenons l’analyse de Mónica Bolufer selon laquelle les femmes ont tendance à s’identifier et à être identifiées davantage que les hommes par les relations qu’elles ont avec autrui ; Mónica Bolufer, « Multitudes del yo… », art. cit.

61 L’exterritorialité est le terme repris des sources de l’époque qui désigne le droit par lequel un bien immobilier appartenant à une personne bénéficiant de ce privilège est placé hors de portée du droit s’exerçant sur le sol national.

62 Sur ce point, voir Delphine Diaz, Antonin Durand, Romy Sánchez, « Introduction. L’exil intime. Familles, couples et enfants à l’épreuve de la migration contrainte au xixe siècle », Revue d’histoire du xixesiècle, 61, 2020, n° 2, p. 9-27.

63 Lettre de Jaime Palau à Sauseng, août 1914, Madrid, AHN, DAC, 98, Exp. 7.

64 Liste des déplacements d’Alfonso Carlos et María de las Nieves, Madrid, AHN, DAC, 103, Exp. 6.

65 413 400 couronnes pour le seul hôpital selon les comptes d’Alfonso Carlos entre 1914 et 1919, Madrid, AHN, DAC, 110, Exp. 2.

66 Lettres échangées avec A.R. Zimmermann, commissaire général de la SDN, Madrid, AHN, DAC, 102, Exp. 2.

67 Lettre de Charles de Walterskirchen à Alfonso Carlos, 19 novembre 1924, Madrid, AHN, DAC, 104, Exp. 3.

68 Comptes d’Alfonso Carlos pour la période 1915-1928, Madrid, AHN, DAC, 104, Exp. 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Généalogie simplifiée des prétendants carlistes.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 2 : Portraits d’Alfonso Carlos de Borbón y Austria-Este et de María de las Nieves de Braganza de Borbón, issus du journal carliste El Estandarte Real, mai 1892. Madrid, AHN, DAC, 81, Exp.1.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 3 : Carte de chaleur des lieux fréquentés par María de las Nieves et Alfonso Carlos entre 1875 et 1919. L’unité est d’une nuitée dans une localité donnée ; les valeurs vont d’une à 3 882 nuits (Graz) mais sont plafonnées par convention à 365 nuits, de sorte que l’intensité maximale de rouge correspond à « 365 nuits ou plus ». Cinq localités sont concernées par ce traitement : Graz, Ebenzweyer, Alger, Vienne (Autriche) et Paris. Crédit : Guilhem Chauvet, août 2020.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/7049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Chauvet, « Gardiennes du carlisme »Diasporas, 38 | 2021, 113-128.

Référence électronique

Guilhem Chauvet, « Gardiennes du carlisme »Diasporas [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/7049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.7049

Haut de page

Auteur

Guilhem Chauvet

Guilhem Chauvet, doctorant, université Paris-Nanterre, UMR 7220 Institut des sciences sociales du politique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search