Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Ceux qui partent et celles qui re...

Ceux qui partent et celles qui restent

Les femmes et l’exil, entre gestion économique et intercession politique dans la péninsule italienne (1821-1860)
After exile. Men who leave and women who stay : an agency between economic management and political intercession in the Italian peninsula (1821-1860)
Catherine Brice
p. 129-144

Résumés

Cet article interroge le rôle des femmes, que ce soit les épouses, les mères, les sœurs ou les filles, dans les liens économiques établis entre les exilés et ceux qui restent dans le pays d’origine. Se met en place entre le proscrit et sa famille un système de gestion « à distance » des biens patrimoniaux, et parfois des biens confisqués ou séquestrés, dont elles tentent de reprendre possession. Dans cette configuration, les femmes sont particulièrement actives car amenées à récupérer et administrer les biens, et spécifiquement leurs dots. On voit donc les femmes restées sur place faire preuve d’une autonomie accrue, prendre seules des décisions touchant aux patrimoines, et jouer de leur supposée « incapacité » politique pour se faire les intermédiaires avec le pouvoir.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

exil, femmes, patrimoines

Keywords:

exile, women, estates, politics

Index géographique :

Italie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir pour un premier bilan plus général, Maria Pia Casalena, « Femmes et Risorgimento : un bilan h (...)
  • 2 Karoline Rörig, Cristina Trivulzio di Belgiojoso. Storiografia e politica nel Risorgimento, Milano (...)
  • 3 Silvia Cavicchioli, Anita. Storia e mito di Anita Garibaldi, Torino, Einaudi, 2017.

1L’histoire du Risorgimento s’est longtemps davantage intéressée aux parcours des hommes, sans doute car ils furent les plus nombreux, mais aussi car les sources restent souvent peu disertes quant aux femmes et enfants qui les accompagnèrent1. Pourtant, des personnages féminins ont émergé, certains depuis longtemps, comme la princesse de Belgiojoso, aristocrate lombarde qui finança les révolutions italiennes, participa au siège de Rome en 1849, créant un corps d’infirmières, puis s’établit dans l’Empire ottoman en fondant une colonie d’exilés2, ou encore Anita Garibaldi, qui resta aux côtés du Condottiere et mourut au cours de leur fuite, après la chute de la République romaine3. D’autres personnages féminins en exil ont pu également retenir l’attention des historiens, comme Teresa Arconati qui, avec son époux, Giuseppe Arconati, prit la route de l’exil après la répression de 1821 en Lombardie et s’établit en Belgique, dans le château de Gaesbeck. Légué par l’oncle de Giuseppe, Paolo Arconati Visconti, Gaesbeck devint, sous l’influence de Teresa, le havre de très nombreux réfugiés de cette première saison de l’exil, dont Giovanni Berchet, Francesco Confalonieri ou encore Terenzio Mamiani.

  • 4 Archivio Apostolico Vaticano (désormais : AAV), Segreteria di Stato (désormais : SS), 1846, rubric (...)
  • 5 Ibid., 1847, Amnistia, rubrica 86, busta 15, fasc. 4, f° 41.

2Toutefois, aux côtés de ces personnages de tout premier plan, aristocrates, fortunés et insérés dans les réseaux transnationaux de la sociabilité d’élite du siècle, combien de femmes anonymes dont on ne retrouve la trace qu’au détour d’une supplique ou d’un document de police ? Ainsi on apprend qu’un certain Giuseppe Montanari de Bagnocavallo, établi à Patras, s’est marié en exil : il demande en 1846 à revenir avec sa femme et ses trois enfants ; mais le gouvernement pontifical doit s’assurer que son mariage est valide, puisqu’il a épousé une femme schismatique de l’Ionie4. Parfois, c’est un peu par hasard qu’on découvre une épouse au détour d’un dossier : ainsi Giovanni Zavoli, de Rimini, envoyé au Brésil en 1837 pour un délit politique commis en 1834 y exerça la profession de tailleur pendant dix ans. De retour, en mauvaise santé, il implore la clémence pontificale, en octobre 1847, et mentionne la présence de sa femme et de son fils dans la supplique5. Ce sont ces présences ténues et indirectes, mais plus nombreuses qu’on ne l’a longtemps pensé, qui attestent de la présence de femmes dans l’exil ou en exil.

  • 6 Ce travail s’appuie sur les travaux de Laura Guidi, la thèse récente de Giacomo Girardi sur la Vén (...)
  • 7 Voir Catherine Brice, « L’exil politique d’élite dans l’âge des luttes unitaires italiennes (1821- (...)
  • 8 Cette recherche sera élargie dans le cadre du projet PATMOB financé par l’Institut Convergences Mi (...)

3Ici, on s’intéressera, dans l’histoire de l’exil politique du xixe siècle, à la manière dont l’exilé restait lié à sa famille d’origine et aux groupes qu’il laissait derrière lui6. Ces liens que des correspondances nombreuses mettent au jour se tissent, souvent, avec des femmes, et c’est cette configuration particulière qui nous occupera. Par ailleurs, l’étude des liens entretenus entre les exilés et ces femmes restées dans le pays de départ ne s’intéressera pas aux relations intimes, affectueuses ou amoureuses, mais aux relations économiques ou patrimoniales, les « affects matériels », le patrimoine constituant un objet qui peut susciter des émotions profondes. Ce travail s’inscrit dans une réflexion sur les aspects économiques de l’exil politique au xixe siècle, et plus spécifiquement de l’exil italien. On commence à bien comprendre les conséquences de l’exil sur les statuts économiques des exilés, qu’il agisse comme déclassement ou comme virage social et professionnel7. Toutefois, dans ces parcours, les sorts des exilés et de ceux qui restent demeurent inextricablement entremêlés, et ce travail conduit à s’interroger sur les liens économiques établis entre eux en s’appuyant, entre autres, sur le biais des confiscations et séquestres des biens exécutés par les autorités des pays de départ et dont ceux restés sur place subissent les conséquences8.

4Si l’attention portée aux femmes en exil s’est renforcée, rares sont, pour le xixe siècle, les travaux sur les femmes qui sont restées de manière « active » dans le pays de départ. La manière de prendre conscience de ces rôles apparemment nouveaux assumés par les femmes repose sur trois grands types de sources. D’abord les correspondances familiales, ensuite les sources des administrations liées aux séquestres et enfin les lettres échangées par ces femmes avec les administrations, qu’il s’agisse de recours ou de protestations par exemple.

  • 9 Luigi Carlo Farini, né en 1812, médecin de formation, patriote d’abord proche de Mazzini, exilé, p (...)
  • 10  Luigi Carlo Farini, Epistolario, per cura di Luigi Rava, con lettere inedite di uomini illustri al (...)
  • 11 Sans que ses biens soient confisqués. Mais ayant perdu son emploi de medico condotto, médecin de v (...)
  • 12 Luigi Carlo Farini, Epistolario…, op. cit., t. I, p. 202, 4 janvier 1844.
  • 13 Ibid., p. 242, 4 septembre 1844.

5Que ce soit dans les correspondances non publiées, ou dans des entreprises de publications épistolaires complètes, on voit émerger une masse considérable de lettres familières qui parlent peu de politique, mais surtout d’affaires, entre autres choses de ce que l’on pourrait appeler les gestions de patrimoine à distance. Par exemple, les lettres de Luigi Carlo Farini, acteur politique de tout premier plan9, publiées intégralement en 191110. En 1843, Farini est obligé de fuir en exil depuis Ravenne11 : dans sa première lettre qui s’intitule « Disposizioni per la mia famiglia», il s’attache à donner des instructions pour gérer à distance son patrimoine. Dans cette correspondance, la cheville ouvrière de la gestion domestique, c’est sa mère. Or, il s’agit d’un cas assez rare de gestion conflictuelle. En effet, la mère de Farini ne cesse de lui demander de gagner sa vie en exil et refuse de vendre sa maison de Russi12 pour l’aider et le rejoindre : la résistance de sa mère est liée à son attachement aux biens matériels, ce qui exaspère Farini13.

  • 14 Notons toutefois que les séquestres peuvent ne pas toucher directement des jeunes gens qui n’ont p (...)
  • 15 Voir l’article de Paolo Conte dans le présent dossier.

6Ainsi, et c’est une limite de ce travail, ce biais implique de se concentrer sur les exilés qui ont des biens, donc propriétaires et, par conséquent, représentant les classes sociales les plus aisées (aristocratie, bourgeoisie commerçante, artisans aisés et aussi, dans une certaine mesure, les militaires qui sont officiers), ceux qui ont des biens, désormais confisqués ou gérés « à distance »14. Si les révolutions italiennes de 1821 et 1831 sont surtout des révolutions menées par des élites et des militaires, c’est moins vrai de celles de 1848-1849 et des mouvements plus sporadiques qui ont pu prendre place dans le royaume des Deux-Siciles ou en Lombardie-Vénétie dans les années suivantes. Malgré cela, on retrouve des traces de « celles qui restent » sur l’ensemble de la période. Sans que cela constitue le cœur du sujet, on peut mentionner aussi une autre catégorie, celle des femmes moins fortunées dont on peut retrouver la trace dans les suppliques envoyées aux dirigeants pour obtenir grâce, atténuation de peine, ou pour dénoncer les conséquences du maintien en exil de leur conjoint ou de leur père15. Ainsi, on décèle ces situations économiques de manière indirecte dans les demandes d’amnisties ou d’aides financières d’exilés qui, souvent anciens militaires, continuaient de recevoir une pension. Mais étant à l’étranger, cette pension restait versée à leur épouse demeurée dans le pays de départ.

  • 16 On voit là une certaine discordance ou du moins une plus grande complexité par rapport à l’image d (...)

7Quoi qu’il en soit, pour les plus fortunés, le séquestre des biens donne pleinement à voir ce nouveau rôle des femmes. En effet, lorsque cette mesure existe, les biens séquestrés et ceux maintenus en propriété doivent continuer à être gérés sur place, et les sources, qu’elles soient officielles ou qu’elles relèvent du for privé, font alors apparaître des épouses, des mères, des sœurs, des tantes, des filles aux côtés des hommes, qu’ils soient dans la famille ou administrateurs… Restées dans le pays de départ, les femmes prennent soudain un relief particulier, deviennent des actrices à part entière, plus autonomes, plus indépendantes aussi, prenant des initiatives sans forcément consulter les chefs de famille exilés ou les hommes restés sur place. Même lorsqu’il n’y a ni confiscation partielle ni séquestre des biens, le rôle des femmes gérant les patrimoines devient également plus visible. Dans le même temps – et c’est là très lié à la composition sociale des exils –, ces mêmes femmes vont, par leur position souvent aristocratique, venant de familles très bien insérées dans les milieux du pouvoir et de la cour, et considérées, à cause de leur sexe, comme dénuées d’opinions politiques, en profiter pour remplir un rôle traditionnel d’intercession en faveur de leurs époux, frères ou oncles, jouant sur des valeurs d’Ancien Régime (alliances, lignages, sentiment religieux), et usant aussi d’arguments juridiques dans des négociations avec les autorités. Pour cela, elles exploiteront un large éventail de méthodes telles que les lettres, les suppliques, voire les visites aux souverains ou à leur entourage. D’une certaine manière, elles capitalisent sur leur statut de « mineures politiques » pour intervenir et supplier à des degrés différents de l’administration16.

8La condition de celles qui restent semble ainsi évoluer sur un double registre : celui de la transformation d’abord, dans le domaine économique ; celui de la conservation ensuite, dans le domaine politique. Ce sont ces aspects que l’on essaiera de présenter, avec quelques interrogations qui restent ouvertes : en quoi ces qualités économiques, de gestionnaire, sont-elles vraiment nouvelles et générées par l’exil des hommes ? Le caractère traditionnel des intercessions politiques nous dit-il quelque chose des convictions de ces femmes, ou est-ce simplement un moyen d’action supplémentaire qu’elles utilisent ?

Les femmes, chevilles ouvrières de la gestion « à distance » des patrimoines

  • 17 Anna Maria Monti, « La confiscation des biens dans les codes pénaux européens (xixe-xxe siècles) » (...)
  • 18 C. Inn. Ridamas, Saggio storico-critico sulla nuova pubblicazione dell’onorevole G.E. Gladstone re (...)

9Les séquestres qui nous intéressent ici visent à entraver le réfugié en lui retirant la gestion de ses biens et les revenus de son patrimoine. Il ne s’agit pas de la confiscation générale telle qu’elle a été menée sous l’Ancien Régime17 : l’ensemble des biens familiaux étaient alors frappés, les enfants déshérités, les femmes également dépouillées. Cette peine « globale » concernait donc non seulement le coupable, mais aussi des « innocents », ce que Beccaria avait dénoncé dans Des délits et des peines, amenant petit à petit à l’extinction de cette mesure. Notre point de départ est autre. Il s’agit soit de la confiscation partielle qui touche uniquement les biens du condamné, soit des séquestres – mesure policière ou administrative – qui touchent les revenus des biens du condamné, et non leur substance. La peine est individuelle, n’affecte que le condamné et, en théorie, écrit un juriste légitimiste des Deux-Siciles, « en aucun cas les familles des exilés ne devraient en pâtir18 ».

  • 19 Les administrateurs sont des personnages clés. Ils pouvaient être des membres de la famille de l’e (...)
  • 20 Francesca de Rosa, Ludovico Maremonti, « Sequestro e confisca nella reazione borbonica al 1848. La (...)
  • 21 Ainsi, dans les demandes des compensations présentées après 1860 en Italie méridionale, la surveil (...)
  • 22 Catherine Brice (dir.), Propriété et politique…, op. cit.
  • 23 Cette dénonciation des « confiscations » allant souvent de pair avec la condamnation des emprisonn (...)
  • 24 Catherine Brice, « L’amnistie comme mode d’administration de l’exil ? (États pontificaux, 1831-185 (...)
  • 25 Ainsi, dans les États pontificaux, pour certains cardinaux, l’avantage d’une amnistie large consis (...)
  • 26 En témoignent, après 1848, les listes produites par la police sicilienne examinant les demandes de (...)

10La gestion du patrimoine pouvait être confiée soit à des membres et alliés de la famille, soit à des administrateurs nommés par le gouvernement19. Enfin, notons que dans le royaume des Deux-Siciles, après 1849, se mêlent des mesures judiciaires et des mesures de police, frappant les biens des condamnés, qui ne s’appuient sur aucun texte comme cela a été montré pour la famille de Riso par F. de Rosa et Maremonti20. Concrètement, même sans séquestre, les frais de justice, de prison et enfin la mise sous surveillance politique après la libération suffisaient à ruiner une famille même assez aisée21. Donc, ce qu’on a appelé au xixe siècle les « confiscations » ne recouvre plus les confiscations générales, mais des confiscations partielles ou des séquestres – qui constituent toutefois, bien sûr, des atteintes au droit de propriété22. Elles relèvent donc d’une généralisation souvent instrumentale, destinée à condamner le caractère liberticide des États de la Restauration aux yeux de l’opinion publique23. Ces mesures sont justifiées par deux principaux arguments : la volonté de compenser les dégâts matériels des révolutions, de ne pas laisser aux exilés des revenus trop élevés leur permettant de poursuivre la lutte à distance, logique assortie par une constante volonté de faire revenir les exilés, de les ré-agréger par des séries d’amnisties assorties de la réintégration dans leurs biens24. Moins qu’une mesure de punition, les séquestres doivent, nous semble-t-il, davantage être compris comme des mesures de « containment », de régulation de l’opposition politique – à quelques exceptions près comme en 1853 en Lombardie-Vénétie ou à la fin des années 1850 dans les provinces méridionales des Deux-Siciles. Les gouvernements semblent en effet avoir oscillé entre une volonté de réintégration des exilés pour mieux les surveiller25 et un maintien à distance durable pour éviter les formations d’oppositions internes, dangereuses pour les États26.

  • 27 Catherine Brice, « Confiscations et séquestres des biens des exilés politiques dans les États ital (...)

11Dans le cas des séquestres, même si les mesures prises sont assez différentes d’un État italien à l’autre, ils obéissent en général à une même, et importante, règle : la préservation des biens transmis par la dot de l’épouse. La place et le rôle de l’épouse deviennent donc essentiels même si, en réalité, dans de nombreux cas comme les Deux-Siciles, cette règle n’est pas totalement respectée, et il faut du temps pour que l’épouse puisse récupérer sa dot27 .

  • 28 Maria Rosa Di Simone, « Le Code civil autrichien en Italie », Revue historique de droit français e (...)
  • 29 Voir S. Cavallo, « Che cosa trasmettono le donne? Proprietà domestiche e confini del “personale” t (...)

12Si la nature des atteintes à la propriété peut varier d’un État à l’autre, un autre élément doit être noté, à défaut d’être approfondi dans cet article : la marge de manœuvre juridique laissée aux femmes qui, elle aussi, varie selon les codes appliqués. De manière générale, une différence notable existe entre la Lombardie-Vénétie et le reste de la péninsule. Dans les terres des Habsbourg est appliqué le Code civil autrichien, qui laisse aux femmes une plus grande liberté quant à la gestion des patrimoines, avec, en particulier, l’absence d’autorisation maritale obligatoire pour agir28. Partout ailleurs, le Code civil français de 1804 a influencé les législateurs. En effet, les femmes ne peuvent, seules, donner, vendre des biens immobiliers, les hypothéquer ou encore emprunter. Quant à leur dot, elle est entièrement gérée par le mari. De nombreux travaux portant sur l’époque moderne ont insisté sur l’écart qu’il y avait entre la loi et la pratique, constatant une grande capacité des femmes ou des veuves à gérer au mieux leurs biens malgré ces écueils29.

  • 30 Chiara Pulvirenti, Biografia di una rivoluzione. Nicola Fabrizi, l’esilio e la costruzione dello S (...)

13Il peut arriver que les femmes soient nommées administratrices des propriétés séquestrées et elles doivent alors reverser une partie de leurs produits aux caisses de l’État. Ce fut le cas de la mère de Nicola Fabrizi, Barbara Piretti, après la révolution de 1831 à Modène : les biens des frères Fabrizi avaient été séquestrés et la mère en était administratrice30. Elles s’entourent souvent de conseillers, mais elles n’en demeurent pas moins décisionnaires, avec une double contrainte : gérer les domaines correctement car la somme à reverser, fixée d’avance, n’est pas forcément proportionnelle aux revenus annuels, soumis aux aléas climatiques et économiques ; et il leur faut également continuer à vivre, élever les enfants et subvenir aux familles élargies, tout en étant soumises à la surveillance des autorités qui cherchent à éviter à tout prix une gestion trop bénéficiaire, de peur que les exilés ne reçoivent de l’argent de leurs familles et ne puissent ainsi continuer la lutte politique.

Le dénuement de celles qui restent

  • 31 Archivio di Stato di Torino (désormais : ASTo), Materie criminali, Polizia, Mazzo 14. « Una simile (...)

14Quelle que soit leur position sociale, après le départ en exil, la position matérielle de ces femmes est difficile, parfois très difficile. Les situations les plus douloureuses sont celles des épouses qui, leur mari exilé, puis condamné, se retrouvent à la tête de patrimoines qui avaient été mal gérés et donc grevés de dettes. Même si les biens ne sont pas menacés par l’État, la situation est périlleuse. Pire encore, si le séquestre est prononcé, cela provoque immédiatement les demandes des créditeurs qui se présentent et exigent leur dû. Dans ces situations, il arrive que l’État lève la confiscation pour payer les créditeurs, sans que la famille récupère quoi que ce soit. Ainsi à Turin, encore, en 1826, le secrétaire d’État à l’Intérieur précise : « Une telle mesure [la levée de la Mano Regia du patrimoine confisqué] n’inclut aucune forme d’abandon de la confiscation, puisque la remise des avoirs n’est pas faite aux proches du condamné, mais uniquement dans l’intérêt des créanciers, qui doivent toujours être satisfaits sur les avoirs du patrimoine confisqué31. »

15Dans ces cas, seule la dot de l’épouse, si elle n’a pas été engloutie dans la mauvaise gestion des biens, peut permettre à la famille de tenir son rang, ou alors il faut implorer la bienveillance du souverain.

  • 32 Archivio di Stato di Venezia (désormais : ASVe), Presidenza della Luogotenenza della provincia ven (...)

16Mais contre toute attente, c’est parfois l’exilé qui continue à pourvoir aux besoins de sa famille. À Venise, en 1853, l’épouse de l’exilé Pietro Zerman – qui est à Constantinople –, Giuditta Bajani, est également administratrice du patrimoine de son mari. Lorsqu’elle se présente devant l’Intendance pour présenter les justificatifs, il s’avère que non seulement il est notoire qu’elle n’envoie aucun argent à l’exilé, mais que c’est lui qui envoie l’argent nécessaire à l’éducation de leur fils aîné à l’université de Padoue32 ! Cette situation est possible si l’exilé gagne correctement sa vie à l’étranger, ou s’il a des biens dans des États voisins, non soumis au séquestre.

  • 33 Archivio di Stato di Napoli (désormais : ASNa), Alta Polizia, 42/310.
  • 34 À Turin, en 1825, Adelaide Buonsignore, maîtresse du comte Bianco de Saint Jorioz, adresse une sup (...)
  • 35 Archivio di Stato di Mantova (désormais : ASMa), Intendenza di Finanza, busta 163.
  • 36 Les cautions matrimoniales étaient des revenus « bloqués » pour garantir aux épouses des ressource (...)
  • 37 ASMa, Intendenza di finanza, busta 163.

17Pour autant, la pratique consistant à conserver pour l’épouse, les enfants ou la famille proche soit une somme dont le montant est décidé par les autorités, soit une pension établie précédemment, est en général respectée. En outre, du montant des revenus des séquestres sont en général conservés les biens réservés au paiement des pensions. Par exemple, lorsque les biens du marquis Ottavio Tuputti sont séquestrés après les événements de 1848 dans les Deux-Siciles, il est bien indiqué que sont réservés 45 ducats mensuels pour la mère du marquis et… 4 000 francs par an à une certaine Madame Duval, de Paris33. Les maîtresses apparaissent ainsi dans les « ayant droits » à conserver leurs revenus, malgré le séquestre34. À Mantoue aussi, dans les dossiers de séquestres, les obligations de versements aux mères et sœurs sont clairement indiquées, même pour des familles modestes35. Pour autant, les autorités peuvent faire preuve d’une grande rigueur, et ce fut le cas en 1853 en Lombardie-Vénétie pour les officiers de l’armée impériale ayant déserté. En effet, la question se posa, après les mesures d’exception prises par Radetzky : comment traiter les cautions matrimoniales36 qui s’appuient sur des biens séquestrés (mariages ou contrats antérieurs aux événements) ? À Mantoue, le comte Saverio Tosca, exilé politique depuis 1835, assura en faveur de son épouse Elisa Taccani une rente annuelle de 300 lires, hypothéquant des domaines qu’il possédait dans deux communes de Torre di Rovere et Albano37. Or les biens sur lesquels s’appuient ces rentes sont confisqués. La réponse indique que les biens doivent être gérés par Vienne qui versera aux bénéficiaires les intérêts prévus. Dans les Deux-Siciles, à la même période, on trouverait la même inflexibilité – en particulier dans les provinces.

  • 38 ASNa, Alta Polizia, 42/313.

18Malgré tout, en général, les lettres de recours pour assurer aux femmes des moyens de subsistance, lorsqu’ils viennent à manquer, ou pour assurer l’éducation des enfants, sont suivies d’effets. Ainsi, dans le royaume des Deux-Siciles pourtant très répressif, le cas de l’épouse de Giovanni Andrea Romeo di Santo Stefano est éclairant38. Les revenus des biens de l’exilé étant séquestrés, sa femme et ses cinq enfants connaissent de grandes difficultés, d’autant qu’en 1850 leur maison est détruite par un incendie. L’intendant de Reggio Calabria écrit au chef de la police politique pour expliquer que les revenus des biens séquestrés s’élèvent à seulement 30 ducats, somme qui leur permettrait à peine de survivre. Or, explique-t-il, dans la mesure où les séquestres sont destinés à empêcher aux exilés de nuire au gouvernement depuis l’étranger, ce ne serait pas un problème de verser ces 30 ducats à la famille, mesure d’ailleurs approuvée en février 1851. Le principe selon lequel les subsides, pensions et aides étaient versés par l’exilé aux personnes dont il était légalement responsable fut, semble-t-il, en général respecté, même en 1853, lors des mesures très dures prises en Lombardie-Vénétie. Mais le fait de devoir passer par les commissions chargées de gérer les biens constituait un moyen de pression sur les familles restées sur place, et donc sur l’exilé, tout en contrôlant strictement les revenus.

La difficile question de la dot

  • 39 Ainsi l’exemple de Loreto Tortora, dans les Pouilles. L’émigré ne possédant aucun bien, l’intendan (...)

19Pour les femmes, un des ressorts de leur capacité à pouvoir agir résidait dans la possibilité de conserver leur dot, en théorie exclue des séquestres ou confiscations partielles. En réalité, les choses furent plus compliquées. Les mesures prises par les gouvernements furent souvent drastiques, incluant dans un premier temps les dots des épouses39 et elles durent alors se battre pour les récupérer. Certaines gèrent avec difficulté des patrimoines ruinés ou grevés de dettes et cherchent, essentiellement, à survivre avec leur famille lorsqu’elles n’ont aucune dot à sauver. D’autres en revanche prennent des dispositions et intentent des actions destinées non pas à survivre, mais bel et bien à exploiter les biens séquestrés tout en cherchant à se voir restituer leurs dots.

  • 40 ASVe, Commissione mista per il sequestro dei beni degli esiliati, 1853-1855, busta 2.
  • 41 ASNa, Alta Polizia, 42/310.

20Les femmes qui s’engagent dans une gestion parfois tumultueuse de ce qui reste des patrimoines, et demandent des subsides ou de l’argent pour élever leurs enfants, sont les plus nombreuses. C’est le cas de la mère du Vénitien Pietro Timoteo qui, ayant cédé à son fils sa maison sans usufruit, se retrouva à la rue lorsque les biens de l’exilé furent saisis, en 1854. La demande qu’elle formula de pouvoir user de l’habitation n’aurait sans doute pas posé problème si les biens n’avaient pas été hypothéqués. Finalement, elle obtint gain de cause et put rester chez son fils40. On trouve de nombreux autres cas, en particulier en Lombardie-Vénétie mais aussi dans le royaume des Deux-Siciles, où les séquestres de police ne firent que peu la différence entre les biens de l’exilé, les dots et les biens familiaux indivis. Ainsi la mère et l’épouse du marquis Tupputi exilé en 1848 en appellent à l’intendant de la Terra di Bari dans une supplique du 15 juillet 1850, la famille étant au bord de la ruine. Elles furent entendues41.

  • 42 Carteggio del Conte Federico Confalonieri ed altri documenti spettante alla sua biografia, Milano, (...)
  • 43 Giacomo Girardi, Les biens des exilés…, op. cit., et id., « Le famiglie degli esuli… », art. cit.

21De ces femmes qui défendent véritablement le patrimoine qu’elles doivent administrer, on a d’autres exemples, comme celui de Teresa Confalonieri, très connue, à qui son mari confie la gestion de tous ses biens en 182142, ou encore celui présenté par Giacomo Girardi dans sa thèse sur la Vénétie43, qui met bien en lumière le rôle actif de « conservation » du patrimoine joué en faveur des biens de Niccolò Giovanni Morosini, exilé en 1849 et dont les biens furent séquestrés en 1853, par Laura Girotto, tante paternelle de l’exilé qui mena une série de recours auprès des autorités autrichiennes en vue de reconstituer le patrimoine perdu.

  • 44 La pratique du fidéicommis était encore largement présente dans le sud de l’Italie, rendant compli (...)

22Certains cas peuvent s’avérer dramatiques. Ainsi la mère de l’exilé Michele Cito della Rocca, famille du patriciat napolitain, la marquise Anna Filomarino, se retrouve-t-elle en 1850, après le séquestre prononcé sur les biens de son fils, administratrice de très nombreux biens, tant à Naples et dans la province de Naples qu’en province de Bari ou dans la Terra di Lavoro et la province d’Avellino. Il s’agit d’un mélange de palais, de boutiques louées, d’une villa à Portici et d’un ensemble de terrains agricoles dans les provinces avec leurs bâtiments (casino, demeure fortifiée, etc.), ainsi que des capitaux placés au mont-de-piété de Barletta. Ce qui ne constitue qu’une petite portion des biens héréditaires indivisibles44 répartis dans l’ensemble du sud de l’Italie. Mais la marquise doit se battre pour obtenir qu’on libère du séquestre sa dot et les biens de l’héritage, indivisibles. Son fils, qui s’est installé à Paris en 1850, lui écrit :

  • 45 « Non potendo più tornare in Piemonte come sapete, ed essendo gia stanco di fare un vita errante, (...)

« Ne pouvant plus prétendre à revenir en Piémont, comme vous le savez, et étant déjà fatigué de mener une vie errante, j’ai pensé de venir ici attendre patiemment la fin de mon douloureux exil […] Je vis avec bien peu d’argent à Paris, mais ce qui véritablement m’ulcère en ce moment est de savoir que vos biens propres ont également été frappés du séquestre par la furie réactionnaire. Tant qu’il ne s’agissait que de mes biens, je me résignais. Mais les vôtres ! C’est le dernier excès d’une démagogie du gouvernement toujours plus débridée45. »

  • 46 ASNa, Alta Polizia 42/309, vol. I et II.

23Pour ce faire, Anna Filomarino va utiliser un argument qui n’est pas que juridique : elle va entrer dans la logique des séquestres et démontrer que son fils n’a pas besoin de ses revenus pour vivre en exil puisqu’il tire ses revenus de ses propriétés de Gênes. Donc, écrit-elle, on punit des innocents. Pour témoigner de sa bonne foi et du fait qu’elle n’envoie rien à son fils, elle propose de donner à l’administration un relevé semestriel détaillé de sa gestion. Mais tandis qu’elle se bat sur le front de la restitution des biens séquestrés qui viennent de sa dot et de ceux qui sont dans l’héritage indivisible, la marquise doit aussi faire face à ce qu’on pourrait appeler la gestion ordinaire de très grandes propriétés : en 1850, les prix sont bas, les blés se vendent mal, or les fermiers, insolvables, paient en nature. De ce fait, les revenus des biens séquestrés sont inférieurs à ceux calculés par l’administration et la marquise s’endette. Elle est conduite à vendre un grand nombre d’objets provenant des biens héréditaires. En outre, les créanciers réclament leur dû. De très longues tractations sont menées, débouchant en 1859 – dix ans plus tard, à la veille de l’écroulement du royaume des Deux-Siciles – sur un arrangement qui délie du séquestre une partie des biens de la dot d’Anna Filomarino, et statue de payer les créditeurs sur les sommes de la Cassa Ammortizzazione, soit la Caisse gérant les revenus du séquestre. Mais il est très tard et la famille della Rocca est quasiment ruinée… ou du moins se présente comme telle46.

  • 47 Laura Guidi, « I patrimoni degli emigrati politici e le pratiche repressive dei Borbone. 1848-1860 (...)

24On retrouverait un exemple proche avec la marquise Raffaella Mayda, qui mit en œuvre dans la gestion des biens de Stanislao Lupinacci les mêmes arguments entre le juridique, l’économique et le moral, et ce jusqu’en 185947.

Administratrices à distance et « femmes de paille »

  • 48 Voir Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud… », art. cit.

25Les femmes doivent assumer pleinement la gestion des conflits et, dans certains cas, également des patrimoines ; en effet, les difficultés de communication, la lenteur d’acheminement des lettres font qu’une femme qui, en théorie, prend les « instructions » de son mari exilé peut se retrouver à devoir, seule, gérer des urgences ou prendre des décisions importantes. Parfois, certaines reviennent même pour gérer le patrimoine alors qu’elles sont, dans un premier temps, parties en exil48. Ainsi, Rosa Imbriani, la nièce de Paolo Emilio Imbriani, partie rejoindre sa famille en exil, doit revenir en 1855 pour s’occuper de la restitution des biens, et constater que le patrimoine a été dilapidé par les « amis » de la famille qui s’en étaient chargés en leur absence. Elle parvient malgré tout à récupérer un certain nombre de terrains pour envoyer de l’argent en attendant le dissequestro, la restitution définitive des biens.

  • 49 Ibid.
  • 50 Voir Angela Russo, Nel desiderio delle tue care nuove…, op. cit., p. 14-15 pour le repérage des co (...)

26Comme l’a bien montré Laura Guidi au sujet des Deux-Siciles, la place des femmes dans la gestion des patrimoines est essentielle pour les familles Ricciardi et Imbriani49. Durant l’exil de Giuseppe Ricciardi, c’est Elisabetta, la sœur aînée, qui s’occupe de ses biens et qui constitue le lien principal qu’il a avec le royaume – condamné à mort, il a dû fuir en 1848. On a conservé plus de 500 lettres qui traitent de la défense des biens familiaux50. Pourtant, elle a des convictions éthiques et politiques très éloignées de son frère : c’est une catholique fervente et fidèle des Bourbons. En 1848, en quittant Naples, Ricciardi a confié à sa sœur le soin de récupérer les loyers des « coloni », les intérêts des dépôts à la Cassa Ammortizzazione et autres rentes. Nommée sa procuratrice légale et administratrice, Elisabetta, qui a eu une éducation comparable à celle de ses frères, fait des investissements de manière autonome (investissements en bons d’État, chemins de fer…). La stratégie de défense du patrimoine de la famille Imbriani présente beaucoup d’analogies avec celle des Ricciardi. À la fin de 1849, les mesures économiques d’urgence sont un thème récurrent des lettres envoyées par Paolo Emilio à sa femme Carlotta. Les Imbriani possèdent un patrimoine important. À sa femme, Paolo Emilio laisse pas mal de liberté dans les décisions à prendre, mais aussi bien Ricciardi que Paolo Emilio Imbriani donnent surtout des ordres pour ce qui touche aux aspects symboliques de la famille : sépulture familiale, vente des objets de famille, maintien des initiales ou des armes sur les objets vendus, etc. Cette attention portée à la lignée constitue un point tout à fait intéressant.

  • 51 Catherine Brice, « “L’affaire” de la Mano Regia de Carlo Armellini (1849-1851) », Mélanges de l’Éc (...)

27Jouant un rôle assez proche mais de manière plus détournée, celles qu’on peut appeler les « femmes de paille » constituent un cas singulier, difficile à repérer, leurs actions étant par nature « illicites ». Afin de préserver les biens des séquestres ou confiscations partielles, il était en effet courant de léguer l’ensemble de ses biens au reste de la famille non compromise – comme le fit Carlo Armellini à Rome en 1849 pour échapper à la Mano Regia51 – ou bien de « donner » par une vente fictive ses biens à une tierce personne avant l’arrestation ou le jugement, ou encore de faire de fausses reconnaissances de dette. Les mesures répressives se firent de plus en plus précises pour contrer ces stratégies et après 1849, tous les actes notariés passés après les ordonnances de condamnation furent déclarés non valides. Dans les États sous la domination de l’Autriche, les administrateurs privés furent refusés et des fonctionnaires ou administrateurs assermentés furent désignés.

  • 52 Silvia Cavicchioli, « I sequestri piemontesi del 1821 e il principe Emanuele Dal Pozzo della Ciste (...)
  • 53 ASTo, Materie criminali, Polizia, Mazzo 14.
  • 54 Memorie di Giorgio Pallavicino, pubblicate per cura della moglie, volume primo 1796 al 1848, tome  (...)

28Bien que ce soit rare, des exilés ont confié leurs biens à des femmes afin d’éviter le séquestre. La proximité familiale, la « solidarité » et la convergence des intérêts des époux rendaient ce choix plus rassurant pour l’exilé. Un exemple bien étudié est celui du prince Emanuele Pozzo della Cisterna, membre de la révolte de 1821 à Turin52. Le prince, dès le 9 août 1820 – il fut condamné le 10 août 1821 –, alors qu’il se préparait à « s’absenter sans savoir à quelle date serait le retour », s’attacha à préserver une partie de son patrimoine. À sa sœur, Barbara, il céda sa part d’héritage maternel53. Dans cette part héréditaire, on trouve sa collection de tableaux d’une très grande valeur, qu’il fit transporter à Paris où il les vendit, s’assurant un niveau de vie tout à fait acceptable. Lorsqu’en 1832 sa condamnation à mort fut commuée en exil par Charles Albert, désormais roi de Piémont-Sardaigne, il refusa de rentrer – et de signer l’acte de soumission – et il laissa alors à une autre sœur, Luigia, le soin de gérer son patrimoine restitué. Pallavicino aussi, confronté au séquestre de ses biens en Lombardie – alors qu’il est devenu piémontais, en 1853 – note qu’il n’a pas eu la sagesse du comte Gabrio Casati « qui avait eu la prudence de vendre depuis 1848 la plupart de ses biens à son épouse54 ».

  • 55 ASTo, Materie criminali, Polizia, Mazzo 14.
  • 56 Memorie di Giorgio Pallavicino…, op. cit., t. II, p. 127, 10 septembre 1849.

29Les stratégies pour préserver les patrimoines avec l’aide des femmes pouvaient aussi s’appuyer sur de fausses reconnaissances de dette. À Turin, toujours, après la révolution de 1821, la veuve de Santorre de Santarosa, parti en exil – où il mourut en 1825 –, put se présenter comme créditrice de son époux pour un total de 17 000 lires, afin de récupérer une partie du patrimoine confisqué. Mais les juges craignirent une « collusion » et estimèrent que la comtesse devait prouver qu’elle avait détenu cette somme avant le départ en exil de son époux et justifier également l’usage qu’il en avait fait55. Les exemples donnés par Laura Guidi montrent des manœuvres similaires : ainsi l’émigré Stanislao Lupinacci, dans un acte du 22 juin 1848, déclarait devoir 25 000 ducats à sa mère, Donna Orsola Ferrari, juste après l’échec de la révolution napolitaine. Les autorités furent toujours suspicieuses envers ces legs, prêts et ventes de propriétés dont le nombre s’accrut au cours des années, la nature des sanctions encourues par la lutte politique se précisant. Parfois, les obstacles étaient très concrets. Par exemple, le marquis Pallavicino, parti en exil en 1849, avait prévu de rencontrer à la frontière un ami qui devait s’occuper de la gestion de son patrimoine. Mais il écrit à sa femme que la police autrichienne a refusé de délivrer un passeport à cet ami, arguant du fait qu’il est possible de traiter des affaires en s’écrivant. Bien sûr, sa correspondance étant surveillée, Pallavicino se trouve fort embarrassé56.

  • 57 ASVe, Atti restituiti dall’Austria, busta 121, “Istruzioni n° 2556 del Ministro dell’Interno sulla (...)

30Que ces pratiques aient été assez courantes, on en trouve un indice dans les instructions données par les autorités autrichiennes en 185357. Face aux créditeurs qui se présentent, il est demandé d’examiner scrupuleusement ces demandes, avec une attention particulière pour les crédits provenant de l’étranger, de contrôler les liens de famille ou les liens politiques entre les parties, et d’examiner les dates des contrats. C’est in fine l’intime conviction des autorités qui inspire la décision.

Stratégies d’écritures féminines

31Ainsi, entre 1821 et 1860, dans les familles où les hommes sont partis en exil, on retrouve partout, dans les archives et dans les correspondances, la trace des écrits féminins. Toutefois, la nature de ces écrits peut être différente. On peut les classer en trois catégories : les lettres demandant la clémence aux autorités, celles cherchant à négocier et une troisième catégorie plus rare, qui indique des relations privilégiées des femmes de la maisonnée avec les autorités les plus hautes, famille régnante comprise. Il faut rappeler que les marges de manœuvre juridiques de ces femmes ne sont pas partout les mêmes. Lorsque le droit de gérer les biens leur est nié en l’absence de leur mari, la masse de suppliques et de correspondances s’accroît considérablement, car elles doivent à la fois passer par les tribunaux pour pouvoir gérer leurs biens, réclamer leurs dots, négocier leurs droits et, enfin, supplier les autorités.

  • 58 ASNa, Alta Polizia, 42/297.
  • 59 ASNa, Alta Polizia, 42/298.

32Dans la première catégorie, on l’a vu, c’est souvent au détour des dossiers individuels des exilés que l’on trouve la note d’une demande ou supplique présentée par une mère, une sœur, une épouse à l’administrateur des biens ou au responsable de la police. Ainsi, à Venise, en 1850, avec les demandes présentées par l’épouse du comte Gritti d’obtenir une portion des revenus du séquestre pour éduquer ses enfants ; en 1851 en Basilicate, la femme d’Emanuele Viggiani écrit à l’intendant de Basilicate pour récupérer les bêtes qui ont été séquestrées, et la demande est acceptée58. La même année, c’est la mère de Pasquale Amodei qui demande un aménagement des conditions du séquestre59. Les exemples abondent et rares sont les demandes dont les femmes sont absentes. Ce n’est pas étonnant car ce sont elles qui, après le départ de l’exilé, peuvent se retrouver dans la plus grande difficulté, surtout si le gouvernement, sans s’embarrasser des lois, s’est saisi de tous les biens, leurs dots ou pensions comprises. Et comme les recours et le traitement des réclamations traînent, leurs courriers se multiplient, à tous les niveaux.

  • 60 ASNa, Alta Polizia, 42/309 : « Dunque su puniranno 63 innocenti che non hanno nessuna colpa politi (...)

33On relève aussi des interventions plus complexes, non plus seulement de demande mais véritablement destinées à négocier avec les autorités. Ces lettres mêlent généralement un registre de la compassion à des arguments juridiques et économiques. La correspondance de la marquise Filomarino citée plus haut témoigne d’une évolution intéressante, passant de réclamations fondées en droit à une exaspération croissante, puis à une certaine incrédulité dans la découverte de la mauvaise foi des autorités, voire de leur acharnement. Et même lorsqu’elle en appelle à une forme de compassion, elle le fait sur un régime encore juridique, invoquant (volontairement ?) les thèses de Beccaria : « Ainsi, on punira 63 innocents qui n’ont commis aucune faute politique ? Ainsi on réduira une famille à la misère60 ? » Ce type d’écritures féminines est souvent le fait de familles aristocratiques, dont on peut penser que les femmes, habituées à gérer leurs biens propres, leurs dots ou des fidéicommis, ont en fait acquis une certaine habitude de ces tractations. On le retrouverait en 1822 à Turin aussi bien chez les Pozzo della Cisterna que chez les Santorre di Santarosa.

  • 61 Luigi Carlo Farini, Epistolario…, op. cit., 10 juillet 1845, p. 307.

34Enfin, il existe des suppliques au plus haut niveau implorant la grâce des souverains : ainsi l’épouse de Federico Confalonieri, Teresa, en 1824, se rendant jusqu’à Vienne pour implorer devant l’empereur la clémence pour son époux condamné à mort. Ensuite – et on a là une démarche originale – elle lança une pétition qui recueillit les signatures de l’aristocratie lombarde, ce qui semble avoir permis la grâce de Confalonieri et la commutation de la peine de mort en emprisonnement au Spielberg (d’où il sortit en 1835 gracié avant d’être envoyé aux États-Unis ; mais Teresa était morte en 1830). La mère de Luigi Carlo Farini, que l’on avait vue opposée à son fils en 1844, refusant de vendre les biens de famille à Russi pour le rejoindre en Toscane, s’y était finalement résignée. En 1845, lorsque Farini fait une demande auprès de la secrétairerie d’État pour pouvoir revenir dans les États pontificaux, c’est sa mère qui fait l’intermédiaire avec le légat du pape à Florence, témoignant ainsi de réseaux que son fils ne possède pas61.

  • 62 Catherine Brice, « “L’affaire” de la Mano Regia… », art. cit., et AAV, SS, 1852, rubrica 165, f° 2 (...)

35Enfin, la supplique de l’épouse de Carlo Armellini, Faustina, au pape Pie IX en 1851, visant à lever la Mano Regia qui frappait les biens de la famille, fut suivie de succès. L’affaire avait pris un tour international épineux pour la papauté et pour en finir sans perdre la face, accéder aux demandes de l’épouse de l’ex-triumvir permettait de mettre un point final à l’affaire Armellini62. Ainsi, les femmes peuvent opérer une médiation avec les autorités en fonction des stéréotypes concernant leur incapacité à être dans la lutte politique. Une réponse positive du souverain à leurs suppliques n’apparaîtra pas alors comme une manière de céder mais comme un acte de piété chrétienne confortant la hiérarchie et les représentations anciennes de la souveraineté.

 

36Peut-on étudier l’exil politique du xixe siècle dans ses dimensions économiques sans tenir compte de la place des femmes, en particulier de celles qui restent ? Il faut sans doute répondre par la négative. Toutefois, deux grandes questions demeurent à explorer.

37La première serait de savoir si la préservation et la gestion des biens à distance ont permis à ces femmes d’aider les réfugiés à survivre, mais au-delà, leur ont aussi donné les moyens de poursuivre la lutte politique par des envois d’argent. Il est difficile de trancher. On sait que Rosa Imbriani a pu continuer d’envoyer de l’argent aux exilés, et l’on découvre parfois que certaines familles, qui demandent des aménagements des séquestres, envoient de l’argent à l’étranger. La Belgiojoso a ruiné son patrimoine en achats d’armes. Autre exemple – mais dans ce cas, aucune femme n’intervient : Luigi Pianciani s’est servi de l’argent envoyé par son père depuis Spolète pour aider les exilés et il a ensuite utilisé sa part d’héritage pour financer le journal L’Homme, publié à Jersey. Qu’en est-il des circuits plus tortueux qu’ont pu prendre ces envois de sommes dégagées des patrimoines ou des dots ? On pourrait prendre l’exemple des frères Fabrizi, établis à Malte, qui montèrent en 1834 une maison de commerce opérant dans toute la Méditerranée :

  • 63 Chiara Pulvirenti, Biografia di una rivoluzione…, op. cit. , p. 100. « Dietro i commerci di Carlo (...)

« Derrière les affaires de Carlo et des autres, il y avait des intérêts économiques concrets, des investissements substantiels en capital, soutenus par le crédit qui était accordé à la mère par des hypothèques sur les fonds familiaux, et en trouvant des commissionnaires, par le système de relations que Mme Piretti Fabrizi s’était tissé pendant des années avec divers entrepreneurs toscans ; d’autre part, par le réseau d’amitiés que Nicola avait construit à travers l’activité politique […] Et puis il y avait les administrateurs des biens de la famille, des hommes de confiance de Barbara Piretti Fabrizi : Arcangelo Delle Sede à Livourne et Emilio Nardi à Modène63. »

38Si pour Chiara Pulvirenti, la maison d’import-export ne saurait se limiter à être une couverture pour des opérations politiques, il n’en demeure pas moins que l’entrelacs entre les mères gérant les biens familiaux à distance et l’activité politique semble intrigant.

39Un second axe, qui resterait également à approfondir, touche aux sorties de guerres ou de révolutions, et pour l’Italie, aux phases d’entrée dans le royaume unifié. Qu’est-il advenu de ces mères, sœurs et épouses qui avaient, contre vents et marées, tenu ces patrimoines familiaux, ou tenté de le faire ? Ont-elles pu faire fructifier les techniques de gestion expérimentées durant l’exil ? Ce n’est pas sûr tant le Code civil du royaume d’Italie, le code Pisanelli de 1865, choisit des solutions peu favorables aux femmes, instaurant l’autorisation matrimoniale (qui n’existait plus en Lombardie-Vénétie autrichienne).

  • 64 ASNa, Alta Polizia, Fondo Danneggiati politici et Archivio Centrale dello Stato, Ministero dell’in (...)

40Par ailleurs, quelle place les femmes ont-elles tenue dans ce moment de justice transitionnelle – en particulier dans l’ancien royaume des Deux-Siciles, où un mouvement de « compensation » des victimes politiques, les Danneggiati politici, a été lentement et difficilement mis en place, sous forme d’indemnités et de pensions ? Quelles femmes ont pu en bénéficier ? Pourquoi64 ? C’est là un chantier en cours d’exploration.

41Ainsi, les femmes et plus largement les familles qui restent « sur place » constituent bien la cheville ouvrière de la survie de l’exilé et, peut-être, dans certains cas, de la poursuite de la lutte politique depuis l’étranger. La place des femmes – comme défenseur ou gestionnaire des patrimoines confisqués, comme intermédiaire avec les autorités, comme organisatrice d’associations de secours aux émigrés – semble donc jouer sur un double registre : celui de la tradition, en apparaissant comme apolitiques, ce qui leur donne une certaine marge de manœuvre ; mais en même temps elles semblent s’affirmer dans des rôles de gestionnaire économique apparemment nouveaux. Or, à lire les correspondances – qui ne semblent pas dictées par un conseiller ou un intendant –, on a plutôt l’impression que nombre de ces femmes – surtout de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie, mais pas seulement – ont déjà une bonne connaissance juridique, technique aussi, de la gestion des biens. Les travaux sur les femmes et la propriété à la période moderne montrent que, déjà, elles sont d’habiles gestionnaires. L’exil des hommes les met en première ligne et donc en lumière – même un peu tamisée.

  • 65 Anne Verjus, Jennifer Heuer, « L’invention de la sphère domestique au sortir de la Révolution », A (...)

42Quant à leur implication politique, elle est en fait très diverse : certaines sont proches des idées de leur époux comme Teresa Confalonieri ; d’autres sont des conservatrices convaincues, fidèles à la monarchie – ou à la papauté –, mais elles s’investissent dans le combat contre les autorités, comme la sœur de Ricciardi, Elisabetta, ou l’épouse d’Armellini. Comme si la cellule familiale restait absolument cardinale, indépendamment des divisions politiques. Ce qui confirme les propositions d’Anne Verjus et de Jennifer Heuer sur la sphère domestique au sortir de la Révolution française, ou encore les travaux d’Ilaria Porciani et de Luisa Levi D’Ancona65 sur la famille comme structure essentielle du canone risorgimentale, même si elle a largement excédé un simple rôle symbolique.

Haut de page

Notes

1 Voir pour un premier bilan plus général, Maria Pia Casalena, « Femmes et Risorgimento : un bilan historiographique », Revue d’histoire du xixesiècle, 44, 2012, p. 115-125, https://doi.org/10.4000/rh19.4239 ; Simonetta Soldani, « Il risorgimento delle donne », in Alberto Mario Banti, Paul Ginsborg (dir.), Il Risorgimento, Torino, Einaudi, 2007, p. 183-224. Voir récemment le numéro spécial de la Revue d’histoire du xixesiècle (61, 2020, n° 2) intitulé « Dans l’intimité de l’exil », sous la direction de Delphine Diaz, Antonin Durand et Romy Sánchez.

2 Karoline Rörig, Cristina Trivulzio di Belgiojoso. Storiografia e politica nel Risorgimento, Milano, Scalpendi, 2021 ; Maria Chiara Fugazza, Karoline Rörig (dir.), La prima donna d’Italia: Cristina Trivulzio di Belgiojoso tra politica e giornalismo, Milano, Franco Angeli, 2010 ; Ginevra Conti Odorisio, Christina Giorgelli, Giuseppe Monsagrati (dir.), Cristina di Belgioioso: politica e cultura nell Europa dell’Ottocento, Casoria, Loffredo, 2011.

3 Silvia Cavicchioli, Anita. Storia e mito di Anita Garibaldi, Torino, Einaudi, 2017.

4 Archivio Apostolico Vaticano (désormais : AAV), Segreteria di Stato (désormais : SS), 1846, rubrica 86, fasc. 24, f° 99 (consulat d’Athènes).

5 Ibid., 1847, Amnistia, rubrica 86, busta 15, fasc. 4, f° 41.

6 Ce travail s’appuie sur les travaux de Laura Guidi, la thèse récente de Giacomo Girardi sur la Vénétie, les travaux publiés dans les Mélanges de l’École française de Rome, 129, 2017, no 2, sous la direction de Catherine Brice, Propriété et politique. Exil, séquestres, confiscations dans l’Italie du xixe siècle / Proprietà e politica: esilio sequestri e confische nel lungo Ottocento italiano, ainsi que sur les éléments tirés de recherches en archives. Laura Guidi (dir.), Scritture femminili e storia (sec. xix-xx), Napoli, Clio Press, 2004 ; ead., « Donne e uomini del Sud sulle vie dell’esilio », in Alberto Mario Banti, Paul Ginsborg (dir.), Il Risorgimento…, op. cit., p. 225-252. Voir également Angela Russo, Nel desiderio delle tue care nuove. Scritture private e relazioni di genere nell’ottocento risorgimentale, Milano, Franco Angeli, 2006 ; Nunzio Coppola (dir.), Voci di esuli politici meridionali. Lettere e documenti dal 1849 al 1861 con appendici varie, Carteggi di Vittorio Imbriani, Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 1965 ; Giacomo Girardi, Les biens des exilés. Les saisies autrichiennes en Vénétie entre contrôle politique et pratique bureaucratique (1848-1861), thèse de doctorat soutenue à Milan le 9 juillet 2019 ; Giacomo Girardi, « Le famiglie degli esuli veneziani e i sequestri dei beni 1848-1857 », Contemporanea, 24, 2021, n° 4, p. 569-591. Les recherches en archives ont été menées à Venise, Naples, Turin, Mantoue et Rome (Archivio Apostolico Vaticano et Archivio di Stato di Roma).

7 Voir Catherine Brice, « L’exil politique d’élite dans l’âge des luttes unitaires italiennes (1821-1870) », in Marianne Amar, Nancy L. Green (dir.), Migrations d’élite, Tours, Presses universitaires François Rabelais, à paraître, 2022.

8 Cette recherche sera élargie dans le cadre du projet PATMOB financé par l’Institut Convergences Migrations (Thibault Bechini, Antonin Durand, Nancy Green et Catherine Brice).

9 Luigi Carlo Farini, né en 1812, médecin de formation, patriote d’abord proche de Mazzini, exilé, puis élu député sans interruption de 1849 à 1864 au Parlement, fut nommé en 1859 dictateur des duchés et des légations, brièvement ministre de l’Intérieur de Cavour puis lieutenant des provinces napolitaines en 1860, et président du Conseil en 1862-1863.

10  Luigi Carlo Farini, Epistolario, per cura di Luigi Rava, con lettere inedite di uomini illustri al Farini e documenti, 3 vol., Bologna, Zanichelli, 1911.

11 Sans que ses biens soient confisqués. Mais ayant perdu son emploi de medico condotto, médecin de village à Russi, sa situation financière est délicate.

12 Luigi Carlo Farini, Epistolario…, op. cit., t. I, p. 202, 4 janvier 1844.

13 Ibid., p. 242, 4 septembre 1844.

14 Notons toutefois que les séquestres peuvent ne pas toucher directement des jeunes gens qui n’ont pas encore hérité, mais qui restent des représentants de ces classes aisées. Il existe deux catégories nombreuses et à ce jour peu étudiées : celle des militaires, souvent des déserteurs, dont les officiers sont aussi propriétaires, ainsi que celle des fonctionnaires (les impiegati).

15 Voir l’article de Paolo Conte dans le présent dossier.

16 On voit là une certaine discordance ou du moins une plus grande complexité par rapport à l’image des femmes au centre du laboratoire des valeurs civiques du Risorgimento, telle qu’elle a pu être développée dans les travaux de Marina d’Amelia ou Ilaria Porciani (cf. Maria Pia Casalena, « Femmes et Risorgimento… », art. cit., p. 117sq).

17 Anna Maria Monti, « La confiscation des biens dans les codes pénaux européens (xixe-xxe siècles) », in Chantal Aboucaya, René Martinage (dir.), Le Code pénal. Les métamorphoses d’un modèle, 1810-2010, Lille, Centre d’histoire judiciaire, 2012, p. 39-49.

18 C. Inn. Ridamas, Saggio storico-critico sulla nuova pubblicazione dell’onorevole G.E. Gladstone relativa al governo delle Due Sicilie, Lugano, Napoli, Tip. Ruggia e comp., 1852, https://catalog.hathitrust.org/Record/011640646, p. 109 : « In nessun caso le famiglie di esuli ebbero mai a sentire disagio. »

19 Les administrateurs sont des personnages clés. Ils pouvaient être des membres de la famille de l’exilé, voire les anciens intendants des domaines, mais les autorités décidèrent de les nommer elles-mêmes pour éviter les détournements ou les fraudes.

20 Francesca de Rosa, Ludovico Maremonti, « Sequestro e confisca nella reazione borbonica al 1848. La vicenda di Eugenio de Riso », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 129, 2017, no 2, https://doi.org/10.4000/mefrim.3133.

21 Ainsi, dans les demandes des compensations présentées après 1860 en Italie méridionale, la surveillance de l’Alta Polizia ou les arrêts domiciliaires (domicilio forzoso) sont indiqués comme causes de l’appauvrissement des familles.

22 Catherine Brice (dir.), Propriété et politique…, op. cit.

23 Cette dénonciation des « confiscations » allant souvent de pair avec la condamnation des emprisonnements pour raisons politiques ou des conditions de détention constitua un thème récurrent de la seconde moitié du siècle, surtout à l’encontre des États pontificaux, du royaume des Deux-Siciles ou du duché de Modène. Les lettres de Gladstone en montrent un bon exemple. Voir les travaux en cours d’Elena Bacchin sur la question, « Political prisoners of the Italian Mezzogiorno: A transnational question of the nineteenth century », European History Quarterly, 50, 2020, n° 4, p. 625-649.

24 Catherine Brice, « L’amnistie comme mode d’administration de l’exil ? (États pontificaux, 1831-1850) », dans Gilles Bertrand, Catherine Brice, Mario Infelise (dir.), Asile-exil. Du droit aux pratiques (xvie-xixe siècle), Rome, École française de Rome, à paraître, 2022.

25 Ainsi, dans les États pontificaux, pour certains cardinaux, l’avantage d’une amnistie large consisterait à pouvoir mieux surveiller les opposants qui, depuis l’exil, ne cessent de fomenter en s’alliant aux autres exilés de toute l’Europe : «I fuorusciti poi essere l’istrumento di continue comunicazioni fra i malcontenti dello Stato ecclesiastico e gli agitatori di tutto il resto d’Europa: laddove quando si richiamassero e si tenessero sotto la vigilanza della polizia, potrebbero nuocere assai meno» ; Ibid.

26 En témoignent, après 1848, les listes produites par la police sicilienne examinant les demandes de retour. Archivio di Stato di Palermo, Ministero e segreteria di Stato presso il luogotenente generale, Dipartimento di Polizia, vol. 735, 1851 ; vol. 819, 1852 ; vol. 916, 1853

27 Catherine Brice, « Confiscations et séquestres des biens des exilés politiques dans les États italiens au xixe siècle. Questions sur une pratique et projets de recherches », Diasporas. Circulations, migrations, histoire, 23-24, 2014, p. 147-163, https://doi.org/10.4000/diasporas.313 ; ead., « Politique et propriété : confiscation et séquestre des biens des exilés politiques au xixe siècle. Les bases d’un projet », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 129, 2017, no 2, https://doi.org/10.4000/mefrim.3095.

28 Maria Rosa Di Simone, « Le Code civil autrichien en Italie », Revue historique de droit français et étranger, 89, 2011, n° 1, p. 115-125 ; Giulia Galeotti, « L’autorizzazione maritale nel primo codice civile unitario: un istituto “estraneo” alla tradizione italiana? », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 2005, n° 2, p. 155.

29 Voir S. Cavallo, « Che cosa trasmettono le donne? Proprietà domestiche e confini del “personale” tra Sei e Settecento », in Identità e appartenenze. Donne e relazioni di genere dal mondo classico all’età contemporanea, Bologna, 1996 ; Giulia Calvi, Isabelle Chabot (dir.), Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri familiari in Italia (xii-xix secc.), Torino, Rosenberg & Sellier, 1998 ; Angiolina Arru, Laura Di Michele, Maria Stella (dir.), Proprietarie. Avere, non avere, ereditare, industriarsi, Napoli, Liguori, 2001 ; Simona Feci, Pesci fuor d’acqua. Donne a Roma in età moderna: diritti e patrimoni, Roma, Viella, 2004.

30 Chiara Pulvirenti, Biografia di una rivoluzione. Nicola Fabrizi, l’esilio e la costruzione dello Stato italiano, Rome, Bonnano, 2013, p. 88.

31 Archivio di Stato di Torino (désormais : ASTo), Materie criminali, Polizia, Mazzo 14. « Una simile provvidenza [la levée de la Mano Regia du patrimoine confisqué] non racchiude alcuna specie di condono della confisca, giacché il rilascio dei beni non vien fatto agli parenti dei condannati, ma unicamente nell’interesse dei creditori, li quali sempre debbono essere soddisfatti sul patrimonio cadente in confisca. »

32 Archivio di Stato di Venezia (désormais : ASVe), Presidenza della Luogotenenza della provincia veneta 1852-1857, Atti, busta 108.

33 Archivio di Stato di Napoli (désormais : ASNa), Alta Polizia, 42/310.

34 À Turin, en 1825, Adelaide Buonsignore, maîtresse du comte Bianco de Saint Jorioz, adresse une supplique pour obtenir un peu d’argent : le comte lui avait promis de l’épouser, lui a fait un fils et des jumelles puis a été condamné en 1821… Mais on n’a pas la réponse du secrétaire d’État à l’Intérieur : ASTo, Materie criminali, Polizia, Mazzo 14.

35 Archivio di Stato di Mantova (désormais : ASMa), Intendenza di Finanza, busta 163.

36 Les cautions matrimoniales étaient des revenus « bloqués » pour garantir aux épouses des ressources, mais ces revenus pouvaient provenir de biens désormais séquestrés.

37 ASMa, Intendenza di finanza, busta 163.

38 ASNa, Alta Polizia, 42/313.

39 Ainsi l’exemple de Loreto Tortora, dans les Pouilles. L’émigré ne possédant aucun bien, l’intendant de Bari avait saisi les biens de son épouse qui furent restitués après quelques années (AS Napoli, Alta Polizia, busta 38).

40 ASVe, Commissione mista per il sequestro dei beni degli esiliati, 1853-1855, busta 2.

41 ASNa, Alta Polizia, 42/310.

42 Carteggio del Conte Federico Confalonieri ed altri documenti spettante alla sua biografia, Milano, da Giuseppe Gallavresi, 1911.

43 Giacomo Girardi, Les biens des exilés…, op. cit., et id., « Le famiglie degli esuli… », art. cit.

44 La pratique du fidéicommis était encore largement présente dans le sud de l’Italie, rendant compliqués les séquestres de ces biens juridiquement indivisibles.

45 « Non potendo più tornare in Piemonte come sapete, ed essendo gia stanco di fare un vita errante, ho pensato di venirmene qui dove pazientemente aspettero la fine del mio doloroso esilio. […] Vivo ben con pochi soldi a Parigi, ma cio che veramente mi martoria adesso è il sapere anche i vostri beni particolari colpiti da sequestro dalla furia reazionaria. Finché si è trattato dei miei soltanto, mi rassegnavo. Ma i vostri! E questo l’ultimo eccesso di ogno piu sfrenata demagogia governativa» (lettre confisquée).

46 ASNa, Alta Polizia 42/309, vol. I et II.

47 Laura Guidi, « I patrimoni degli emigrati politici e le pratiche repressive dei Borbone. 1848-1860 », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 129, 2017, n° 2, mis en ligne le 3 avril 2018, consulté le 26 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mefrim/3123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mefrim.3123.

48 Voir Laura Guidi, « Donne e uomini del Sud… », art. cit.

49 Ibid.

50 Voir Angela Russo, Nel desiderio delle tue care nuove…, op. cit., p. 14-15 pour le repérage des correspondances.

51 Catherine Brice, « “L’affaire” de la Mano Regia de Carlo Armellini (1849-1851) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 129, 2017, n° 2, https://doi.org/10.4000/mefrim.3284.

52 Silvia Cavicchioli, « I sequestri piemontesi del 1821 e il principe Emanuele Dal Pozzo della Cisterna », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 129, 2017, n° 2, https://doi.org/10.4000/mefrim.3219.

53 ASTo, Materie criminali, Polizia, Mazzo 14.

54 Memorie di Giorgio Pallavicino, pubblicate per cura della moglie, volume primo 1796 al 1848, tome 3, Torino, Roux, s.d., p. 16.

55 ASTo, Materie criminali, Polizia, Mazzo 14.

56 Memorie di Giorgio Pallavicino…, op. cit., t. II, p. 127, 10 septembre 1849.

57 ASVe, Atti restituiti dall’Austria, busta 121, “Istruzioni n° 2556 del Ministro dell’Interno sulla liquidazione delle pretese verso le sostanze dei profughi politici”, Vienne, 21 avril 1853.

58 ASNa, Alta Polizia, 42/297.

59 ASNa, Alta Polizia, 42/298.

60 ASNa, Alta Polizia, 42/309 : « Dunque su puniranno 63 innocenti che non hanno nessuna colpa politica? […] Dunque si ridurrà una famiglia alla miseria? »

61 Luigi Carlo Farini, Epistolario…, op. cit., 10 juillet 1845, p. 307.

62 Catherine Brice, « “L’affaire” de la Mano Regia… », art. cit., et AAV, SS, 1852, rubrica 165, f° 25660.

63 Chiara Pulvirenti, Biografia di una rivoluzione…, op. cit. , p. 100. « Dietro i commerci di Carlo e degli altri c’erano degli interessi economici concreti, degli investimenti di capitali consistenti, supportati dal credito che veniva concesso alla madre attraverso delle ipoteche sui fondi di famiglia, e nel reperimento dei commissionari, dal sistema di relazioni che la signora Piretti Fabrizi aveva intessuto per anni con diversi imprenditori toscani e, d’altra parte, dalla rete di amicizie che Nicola aveva costruito attraverso l’attività politica […] E poi c’erano gli amministratori dei beni della famiglia, uomini di fiducia di Barbara Piretti Fabrizi: Arcangelo Delle Sedie a Livorno ed Emilio Nardi a Modena ».

64 ASNa, Alta Polizia, Fondo Danneggiati politici et Archivio Centrale dello Stato, Ministero dell’interno, Divisione prima, Archivio generale, Danneggiati politici delle provincie napoletane e siciliane.

65 Anne Verjus, Jennifer Heuer, « L’invention de la sphère domestique au sortir de la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, 327, 2002, p. 1-28 ; Ilaria Porciani, Famiglia e nazione nel lungo Ottocento italiano. Modelli, strategie, reti di relazioni, Roma, Viella, 2006 ; Luisa Levi D’Ancona, « Padri e figli nel Risorgimento », in Alberto M. Banti, Paul Ginsborg (dir.), Il Risorgimento…, Annali 22, op. cit., p. 155-178.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Brice, « Ceux qui partent et celles qui restent »Diasporas, 38 | 2021, 129-144.

Référence électronique

Catherine Brice, « Ceux qui partent et celles qui restent »Diasporas [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/7090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.7090

Haut de page

Auteur

Catherine Brice

Catherine Brice est professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil, membre honoraire de l'IUF. Rattachée au CRHEC (Centre de recherche en histoire européenne comparée) et à l’Institut Convergences Migrations (département GLOBAL), elle est spécialiste du Risorgimento et de l’Italie libérale, et a notamment publié : Histoire de l’Italie (Paris, Perrin, 2003, rééd. 2019) ; Monumentalité publique et politique à Rome : le Vittoriano (Rome, Collection de l’EFR, 1998) ; Histoire de Rome et des Romains de Napoléon Ier à nos jours (Paris, Perrin, 2007, rééd. 2019) et Monarchie et identité nationale en Italie, 1861-1900 (Paris, Éditions de l’EHESS, 2010), et a dirigé Exile and the Circulation of Political Practices (19th Century) (Cambridge Scholars, 2020). Elle travaille sur les aspects économiques de l’exil politique, les confiscations au xixe siècle ainsi que sur les réparations. Elle a créé le master d’histoire publique de l’UPEC en 2015.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search