Navigation – Plan du site

La caravane des animaux. Circulation des « orangs-outans » et des savoirs, reconfigurations des frontières de l’humain

The Caravan of Animals. Circulation of “Orangutans” and Knowledge, Reconfigurations of the Borders of Humanity
Silvia Sebastiani
p. 53-70

Résumés

L’article interroge la présence des animaux exotiques dans la Grande-Bretagne des Lumières, et en particulier des « orangs-outans ». Il retrace la mobilité de ces bêtes, met en lumière les réseaux au long cours de leur circulation, dessine les multiples espaces de sociabilité de leur mise en observation et le foisonnement des registres de discours dont ils font l’objet. Mis au cœur des travaux d’anatomie comparée dès la fin du xviie siècle, les orangs-outans deviennent l’une des grandes attractions de l’espace public en cours de constitution : les coffee-houses londoniens. La spectacularisation des primates offre à une audience élargie un nouvel objet de réflexion sur l’humanité et ses frontières.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de ce numéro sur circulations et innovations, je me propose d’aborder un dossier a priori marginal : celui du débat, propre au xviiie siècle européen, sur le développement de ce que les acteurs des Lumières ont appelé la « science de l’homme ». Je voudrais rouvrir ce dossier, abondamment traité depuis Foucault, sous un angle tout à fait particulier, qui concerne les effets de l’accélération de la circulation, à l’échelle du globe, d’une catégorie de vivants encore peu examinée à ce jour : les animaux.

2Le double mouvement d’expansion planétaire des routes du commerce et de classification savante du monde vivant, engagé par les Européens à partir du xvie siècle, favorise l’arrivée dans les ménageries princières, puis privées, d’espèces nouvelles d’animaux, qui contribuent au développement de nouveaux espaces de sociabilité et de mise en observation des bêtes. Le cas particulier des grands singes, appelés génériquement « orangs-outans », qui atteignent l’Europe à partir du milieu du xviie siècle, permet de prendre la mesure de ces changements. Mis au cœur des travaux d’anatomie comparée, les orangs-outans deviennent dans le siècle suivant l’une des grandes attractions de l’espace public en cours de constitution, et en particulier des coffee-houses londoniens, où ils sont exposés. Annoncés et promus par les journaux, ils offrent à une audience élargie d’amateurs et de spécialistes un nouvel objet de réflexion sur l’humanité et ses frontières. Autour d’eux convergent de nouvelles formes de curiosité et pratiques de savoirs, à travers la circulation, marchandisation et mise en spectacle de l’animal exotique. Ainsi, au cours du xviiie siècle, la circulation globalisée des orangs-outans transforme profondément les manières européennes de construire les savoirs sur l’humain et sur le genre : l’affaiblissement de la frontière avec l’animal contribue à renforcer la hiérarchie entre les êtres humains.

Animaux exotiques en métropole

  • 1 Parmi une littérature croissante, voir, pour la France et l’Angleterre du xviiie siècle : Louise E. (...)
  • 2 Erica Fudge, Perceiving Animals: Humans and Beasts in Early Modern England (1999), Urbana, Universi (...)
  • 3 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découve (...)

3Dans l’historiographie traditionnelle et jusqu’à récemment, les animaux exotiques ont été les grands absents des recherches en histoire économique, politique, intellectuelle, ou sur la culture matérielle de l’Europe du xviiie siècle, malgré le fait qu’ils relevaient d’une catégorie bien connue et repérée par les historiens, à savoir les produits de luxe. L’intérêt qu’ils suscitent depuis une quinzaine d’années a conduit à les analyser d’abord comme produits commerciaux, marqueurs de distinction sociale pour leurs propriétaires, symboles politiques, ou matériels de prédilection des enquêtes anatomiques : ils ont ainsi été intégrés dans l’histoire politique, culturelle et scientifique de l’Europe moderne. On a aussi prêté une certaine attention aux espaces de leurs circulations, aux contextes de leurs expositions, et aux interprétations de leur observation par des publics distincts, en même temps qu’on s’est intéressé à leurs modes de collection et d’exposition. On a commencé à interroger la manière dont les travaux des naturalistes et des anatomistes se sont mêlés aux gestes d’autres acteurs qui visaient à connaître et exposer les animaux exotiques, contribuant à la multiplication des sources sur leur présence dans la vie des Européens1. Les « animal studies » ont élargi nos réflexions épistémologiques sur les catégories de sujet historique et de historical agency2, et se sont rapprochées d’autres approches issues de l’histoire des sciences ou de l’anthropologie qui cherchent, de leur côté, à en finir avec les oppositions nature/culture ou sujet/objet3.

  • 4 Thierry Buquet, « Les animaux exotiques dans les ménageries médiévales », Trema. Société archéologi (...)
  • 5 Cf. l’article « exotique » de L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des (...)
  • 6 Miriam Claude Meijer, “ The Century of the Orangutan”, New Perspectives on the Eighteenth Century, (...)

4Les débats engendrés par l’arrivée en Europe des grands singes ont porté sur la définition même de l’humain et de ses frontières. Que leur étude ait eu une telle capacité ne peut surprendre si l’on rappelle qu’au Moyen Âge l’adjectif le plus fréquent pour désigner un animal « exotique » était peregrinus (plus rarement extranea ou ultramarinae), un terme désignant l’étranger et le voyage, le pèlerinage, le déplacement au loin4. Pendant l’époque moderne, en Angleterre comme en France, l’adjectif exotique s’applique plutôt aux plantes, fleurs ou objets de consommation de luxe, comme la porcelaine, alors que pour les animaux on préfère le terme foreign/étranger5. Pour un moment tel que le xviiie siècle européen, profondément marqué par la question de la rencontre avec l’Autre, on peut donc faire l’hypothèse que cet étranger-là est présent dans le débat sur les frontières de l’humain. Le xviiie siècle était, en effet, « le siècle de l’orang-outan6 ».

5La spectacularisation du primate s’inscrit dans des contextes multiples : celui de l’exposition des bêtes exotiques dans des lieux accessibles à différents publics ; celui de la science, en général, et de l’anatomie comparée en particulier ; et celui – encore tout à déployer – des grands circuits maritimes transcontinentaux de l’esclavagisme. C’est l’articulation de ces trois contextes – l’exposition publique, la controverse scientifique et le débat sur l’esclavage – qu’il me semble intéressant de tenter ici. Le biais de la circulation et de l’innovation invite à éclairer des dynamiques de productions de savoirs encore rarement observées : les animaux exotiques circulent entre contextes différents comme des marchandises ayant une signification politique et à ce titre, ils alimentent des débats novateurs.

  • 7 Anne Wohlcke, The “Perpetual Fair”. Gender, Disorder, and Urban Amusement in Eighteenth-Century Lon (...)
  • 8 Voir les travaux classiques de Neil McKendrick, John Brewer, J.H. Plumb, Birth of a Consumer Societ (...)

6En Grande-Bretagne, au xviiie siècle, il y a plusieurs types d’endroits où on expose des animaux exotiques, vivants ou morts, embaumés ou à l’état de squelette : foires, ménageries, coffee-houses, musées, collections anatomiques – des lieux très différents, à partir desquels sont énoncés des savoirs distincts. Tous font la publicité pour leurs animaux dans des termes qui résonnent dans la presse, à travers des expressions telles que « jamais vu », « à peine arrivé », « le seul de son espèce », « le plus grand », « le plus surprenant », « la nouveauté absolue », la « plus grande des curiosités dans le monde connu ». Il s’agit, à travers ces formules, d’attirer un vaste public urbain, celui de la capitale, Londres, considérée par les contemporains comme une « foire perpétuelle7 », où des formes de commerce concurrentielles se sont déjà établies à cette époque, dans des lieux de spectacle, de mode ou de consommation8.

  • 9 Sybil Rosenfeld, The Theatre of the London Fairs in the Eighteenth Century, Cambridge, Cambridge UP (...)
  • 10 At the office all the morning and did business; by and by we are called to Sir W. Batten’s [Willia (...)

7Le premier lieu qui est cité par les observateurs et par les journaux du xviiie siècle pour ce type de spectacles est la foire de saint Bartholomew, instituée au xiie siècle, et qui restera active jusqu’au milieu du xixe : événement annuel (autour du 24 août, le jour de la saint Barthélemy) qui dure quelques jours, la foire se développe avec le temps pour devenir l’un des événements les plus attractifs et internationaux de l’année. Elle accueille des spectacles forains, des musiciens, acrobates, marionnettes, « monstres », animaux sauvages, et autres curiosités9. Dans son journal devenu fameux, qui couvre dix ans, 1660-1669, Samuel Pepys décrit plusieurs spectacles de singes qui dansent, qui s’habillent, ainsi que d’autres animaux. Ses notes du 24 août 1661 rendent compte de ce qui semble avoir été le premier grand singe arrivé en Grande-Bretagne, probablement un chimpanzé, venu de Guinée sur le bateau de l’amiral de la Royal Navy10.

  • 11 Caroline Grigson, Menageries…, op. cit., p. 44-49. Plus généralement, voir Anthony Farrington, Trad (...)

8Quelques décennies plus tard, autour des années 1730 et 1740, plusieurs sites de « consommation » d’animaux exotiques avaient vu le jour à Londres. Ils étaient, en particulier, le résultat d’échanges avec les Provinces-Unies, qui s’étaient rapprochées commercialement de l’archipel britannique tout au long du xviie siècle. Des marchands anglais s’étaient établis dans les ports hollandais, et les liens s’étaient renforcés davantage encore avec l’arrivée sur le trône d’Angleterre de Guillaume III d’Orange, en 1688. Les interactions anglo-hollandaises ont contribué ainsi à la diffusion des manières d’exposer les animaux de part et d’autre de la mer du Nord. À la fin du xviie siècle, certaines des bêtes exotiques qui font leur apparition à Londres avaient été achetées auprès de la fameuse ménagerie de Jan Van Blauw à Amsterdam, animaux arrivés en Hollande depuis l’Extrême-Orient par les réseaux de la Compagnie des Indes orientales (VOC). La culture des collections de tavernes et des ménageries qui s’était épanouie à Amsterdam fit ensuite son apparition à Londres11.

  • 12 David Henry, An Historical Account of the Curiosities of London and Westminster, Londres, Printed f (...)

9Avant le développement des jardins zoologiques du xixe siècle, des entrepreneurs bâtissaient de petites fortunes grâce à leur commerce et exhibition d’animaux. La ménagerie de Joshua Brookes, à l’extrémité de Tottenham Court Road, était spécialisée en oiseaux exotiques, mais offrait aussi des antilopes, des lions, des singes et des porcs-épics. Richard Heppanstall exhibait une collection de chameaux au Talbot Inn sur le Strand. À la fin du siècle, il était possible d’acquérir un kangourou auprès de la ménagerie de Gilbert Pidcock, ou de caresser le rhinocéros indien, apparemment docile, de Thomas Clark, à Exeter Change. Mais on trouvait aussi des ménageries privées, moyen par lequel une personne à la mode manifestait son bon goût et sa civilité, ainsi que son pouvoir, son influence et sa richesse. De même que leurs jardins paysagers, plusieurs des grandes maisons aristocratiques d’Angleterre (les Goodwood, les Stowe, les Woburn…) avaient également leurs propres ménageries. L’Earl of Shelburne, avant de devenir Premier ministre, gardait un orang-outan et un léopard apprivoisé dans son orangerie à Bowood House. La reine Charlotte, femme de George III, était l’une des principales amatrices de la faune exotique : elle possédait un éléphant et un couple de zèbres dans les écuries de Buckingham Palace, et se vantait d’avoir, dans sa collection à Kew, les premiers kangourous qu’ait eus la Grande-Bretagne. Dès les années 1760, Miss Lucy la panthère, venue de Buenos Aires, était la grande attraction de la ménagerie de la Tour de Londres, notamment parce qu’elle avait récemment « déchiqueté le bras d’une femme d’une manière horrible12 ».

  • 13 When you write him, I beg you would tell him not to send me any Bears, Eagles, Leopards or Tygers, (...)

10En plus de ses vastes collections de livres et de manuscrits, de spécimens d’histoire naturelle, d’antiquités et d’autres curiosités, Hans Sloane, qui en 1727 succédait à Sir Isaac Newton comme président de la Royal Society, hébergeait un nombre surprenant de bêtes dans son jardin, à Bloomsbury Place à Londres, pendant qu’il jouait le rôle d’intermédiaire entre certains aristocrates et des marchands d’animaux exotiques. En 1735, le deuxième duc de Richmond, qui établit une célèbre ménagerie à Goodwood House, dans le Sussex, se plaignait auprès de Sloane de n’avoir reçu qu’un vulgaire ours brun en lieu et place du bien plus curieux ours lippu qu’il avait demandé. Puisqu’il possédait déjà cinq exemplaires d’ours brun, ce qui rendait le sixième inutile, il priait Sloane de prévenir le marchand de cesser de lui envoyer « des ours, des aigles, des léopards ou des tigres », car il en « avait déjà trop »13, montrant ainsi la variété et l’ampleur de sa collection.

  • 14 Peter Sahlins, “The Royal menageries of Louis XIV and the civilizing process revisited”, French His (...)
  • 15 Voir James Delbourgo, « Slavery in the cabinet of curiosities: Hans Sloane’s Atlantic World », 2007 (...)

11Plusieurs logiques de curiosité et d’intérêt se croisent autour des bêtes exotiques, en tant qu’objets de valeur, articles de commerce et de consommation, outils de savoir. Tout en contribuant, par leur rareté, au prestige social de leurs propriétaires, elles en partagent aussi le crédit et font, comme eux, l’objet d’une forme de distinction symbolique14. Leur « respectabilité » se trouve renforcée par la place qu’elles peuvent occuper dans les nouvelles classifications et expériences des anatomistes et philosophes des Lumières. En même temps, à travers un processus de divulgation de leur image et de vulgarisation des savoirs naturalistes, elles sont transformées en objets de curiosité publique. Deux significations du terme curiosité se croisent et rivalisent tout au long du xviiie siècle : l’une, moralement et épistémologiquement sûre, liée à la pratique de l’observation précise ; l’autre ambiguë, en tant qu’associée avec la fascination pour le prodige, l’exotisme, l’étrange, l’illicite même, ce qui pourrait menacer les systèmes de connaissance existants15.

  • 16 Simon Chaplin, « Nature dissected, or dissection naturalized? The case of John Hunter’s Museum », M (...)
  • 17 Christopher Plumb, The Georgian Menagerie…, op. cit.

12En plus des aristocrates désireux de peupler leurs parcs, un ensemble de naturalistes, d’anatomistes, de philosophes et spécialistes d’histoire naturelle étaient dans l’attente de ces animaux vivants, mais aussi morts, et un « ménagiste » astucieux pouvait récupérer ses investissements en recyclant peaux, cerveaux, squelettes auprès des grands hommes de science de la capitale. John Hunter, l’un des plus célèbres anatomistes londoniens de la seconde moitié du xviiie siècle, était également le principal dissecteur d’animaux. À ce titre, il entretenait des liens étroits avec les marchands animaliers de Londres, tout en disposant de sa propre ménagerie à Earl’s Court : au centre d’un réseau de praticiens, il préparait, collectionnait et exhibait, dans son musée, des milliers de préparations anatomiques de corps d’animaux et d’humains16. On mesure ici le caractère novateur, dans les dynamiques sociales comme du point de vue économique, de la circulation des bêtes exotiques : cela fait des marchands d’animaux et des ménageries des acteurs et des lieux de transactions commerciales de première importance pour la circulation des savoirs17.

  • 18 James Secord, « Knowledge in transit », Isis, vol. 95, 2004, n° 4, p. 654-672.

13Dans la Grande-Bretagne géorgienne, la géographie des bêtes exotiques mortes et vivantes, à travers un ensemble de sites incluant musées, ménageries, jardins privés, collections anatomiques, renvoie à ce que James Secord a identifié comme du « savoir en transit18 ». À travers cette expression, Secord propose un cadre narratif qui comprend la science comme une forme de communication caractérisée par le mouvement, la traduction, sans établir de distinction entre produire et communiquer le savoir. Savoir en transit, à travers lieux distincts et entre différents producteurs – incluant anatomistes, propriétaires de ménagerie, spectateurs, naturalistes, zoologistes et lecteurs d’histoires naturelles –, au fur et à mesure que la signification et le spectacle des animaux changeaient avec leur consommation et intégration dans différents systèmes de classification, de références culturelles et de compréhension.

  • 19 Glynis Ridley, Clara’s Grand Tour: Travels with a Rhinoceros in Eighteenth-Century Europe, Londres, (...)
  • 20 Dans les mots de Diderot : « Tout Paris, qui s’enivre assez aisément de petits objets, est maintena (...)

14L’importance de leur présence dans la culture des Lumières trouve aussi une expression symptomatique dans la multiplication des biographies « individuelles » de ces bêtes rapidement affublées d’un nom propre. Clara, le rhinocéros, capturé dans l’Assam (nord-est de l’Inde), fait le grand tour dans l’Europe du xviiie siècle pendant plus d’une décennie, entre 1740 et 1750, dans un véhicule spécial, qui semble avoir provoqué l’enthousiasme des foules19. Peinte par les plus grands artistes du temps, Jean-Baptiste Oudry ou Pietro Longhi, elle circule aussi à travers des « produits dérivés », rapidement commercialisés, tels que gravures, affiches ou médailles… Une véritable « rhinomania » qui s’empare de l’Europe – et qui se traduit même par la mode de la coiffure « à la rhinocéros » – atteste des effets de l’entrée dans une société de consommation de biens exotiques20. Clara n’est pas le premier rhinocéros qui débarque en Angleterre, mais elle n’est plus seulement le représentant d’une espèce : elle devient un individu unique, une singularité, par son nom propre et par son portrait, et cette simple personnification jette le trouble. Elle n’est pas non plus la première bête exotique à recevoir un nom ou à être peinte, mais ce qui change radicalement c’est la nouvelle société de la consommation et du spectacle qui configure à nouveaux frais le processus d’individualisation. D’autant que la liste des animaux-personnages s’allonge rapidement : il y a Jumbo l’éléphant, George et Timothy, les derniers représentants d’une sous-espèce de tortues des Galápagos ; Zarafa, la girafe des premières années du xixe siècle en France. Elle s’allongerait encore si on ajoutait à la liste des plantes et des fleurs, ou si on étendait la chronologie. Derrière ces singularités, c’est une même logique qui est à l’œuvre : le voyage, la circulation, la spectacularisation et la marchandisation des animaux exotiques sont porteurs d’innovation et produisent des savoirs différents.

  • 21 C’est le cas, par exemple, de l’esclave jamaïcain John Bobey, atteint de vitiligo (soit de dépigmen (...)

15Au-delà des récits singuliers et divertissants, qui posent à leur manière la question de liens et de frontières entre hommes et animaux ou végétaux, je voudrais insister sur le fait que ces histoires de bêtes sont aussi des histoires d’hommes. Elles le sont à plusieurs titres : parfois, dans les ménageries, on vend et achète côte à côte des animaux exotiques et des esclaves, qui sont employés pour s’occuper des bêtes. Un tel constat ouvre la voie à une analyse renouvelée des mobilités humaines en lien étroit avec celles des animaux, que je ne suivrai pas ici. Mais de la description des ménageries, il ressort que, dans certains cas, les humains sont également exposés aux côtés des animaux21. Dans cette mobilité partagée se joue une autre question : le sont-ils au même titre ? En observant plus particulièrement les grands singes, je souhaite me concentrer sur ce point, qui invite à poser la question des frontières de l’humain à l’aune de la circulation des animaux.

16Si les grands singes participent à la circulation à l’échelle globale et à la spectacularisation dans les métropoles européennes de la même manière que les autres animaux exotiques, leur statut demeure néanmoins unique, au moins pour deux raisons principales : leur proximité physique avec les humains, qui en fait un sujet de prédilection de l’anatomie comparée, puis des histoires naturelles des Lumières ; leurs liens directs avec les esclaves dans le cadre d’un marché devenu global. En me concentrant sur ce que l’on appelle « l’orang-outan », je voudrais montrer, dans les prochaines pages, le rôle qu’il joue dans les débats sur les frontières de l’humanité, aux plans politique, scientifique ou juridique, comme dans leurs croisements. Différents groupes sociaux, situés en différentes parties du globe, participent à la construction de la connaissance de l’orang-outan : médecins, philosophes, naturalistes, voyageurs, marchands, juristes et politiciens contribuent à la comparaison, qui envahit de plus en plus la sphère publique, entre les humains et les grands singes. Tel est le contexte général dans lequel s’insèrent aussi bien l’orang-outan disséqué par Edward Tyson en 1698, que Madame Chimpanzé, amenée à Londres en 1738 par le marchand d’esclaves Henry Flower.

Science et spectacle : la table de dissection de l’« orang-outan »

  • 22 Pour plus de détails, voir Robert Cribb, Helen Gilbert, Helen Tiffin, Wild Man from Borneo. A Cultu (...)

17Qu’entend-on par le mot « orang-outan » au xviiie siècle ? « Orang-outan » – expression dont l’orthographe n’est pas stabilisée dans la période qui nous concerne – est un terme d’origine malaisienne signifiant « homme des bois » (« oran » signifie « homme » et « outan » « bois »/« forêt »). Il est utilisé, jusqu’à la fin du xviiie siècle, comme un nom générique pour indiquer les grands singes : il désignait aussi bien l’« orang-outan » asiatique de Bornéo (qui est pour nous le « vrai » orang-outan), que le « chimpanzé » africain d’Angola (le gorille n’arrive en Europe qu’à la fin des années 1840)22.

  • 23 Giulio Barsanti, « Storia naturale delle scimmie, 1600-1800 », Nuncius, vol. 5, 1990, n° 2, p. 99-1 (...)

18Des routes commerciales différentes ont permis à l’orang-outan/chimpanzé d’arriver en Europe : celle des Indes orientales, où la VOC avait bâti son empire commercial ; celle de l’Afrique du Sud-Ouest, où la Royal African Company britannique opérait activement en parallèle avec Hollandais et Portugais. Cette diversité et cette amplitude géographique sont cruciales pour comprendre le débat du temps, un temps où d’autres termes tels que satyre, pygmée, quoias-morrou, barris, salvage, pongo, et à partir de la fin des années 1730 aussi chimpanzé, sont indifféremment utilisés. À cette époque et jusqu’à la fin du xviiie siècle, on ne sait presque rien des grands singes, jamais observés dans leur environnement naturel, mais décrits par des voyageurs ou par des sources anciennes de façon extravagante : les rares exemplaires arrivés en Europe vivants ne sont que des rejetons arrachés à leur mère abattue, et sur lesquels sont projetées toutes sortes de qualités23.

  • 24 Handbill for Moncreff’s Coffee House, juin 1698, British Library, 2026/25(9). Dans la presse de la (...)
  • 25 Écrit dans les années 1630 et publié de manière posthume en 1642, De Medicina Indorum de Jakob de B (...)
  • 26 Nicolas Tulp, Observationes Medicae libri tres, Amsterdam, Elsevier, [1641] 1672, livre 3, chap. 56

19La plus ancienne annonce publicitaire d’animaux vivants ou morts dans un coffee-house que j’ai pu identifier remonte à 1698 et concerne le coffee-house Moncrief. Ici, pour six pence on pouvait voir, entre 8 h et 20 h, un chat civet vivant taché comme un léopard, ainsi qu’un « monstre étrange », mi-humain mi-animal, mort depuis peu et préservé24. Ce « monstre étrange » pourrait être l’animal dont le célèbre anatomiste londonien Edward Tyson, membre de la Royal Society et du Royal College of Physicians, fait la dissection : un jeune chimpanzé, qu’il appelle « orang-outan ». Tyson reprend ici une terminologie inaugurée par ses collègues hollandais, et qui circulait dans la littérature médicale. Jacob de Bondt avait proposé la première description d’un orang-outan depuis Batavia, le siège de la VOC, où il se trouvait entre 1627 et 1631, date de sa mort25. Nicolas Tulp avait, quant à lui, observé ce qui a été identifié comme le premier primate vivant à avoir atteint le sol européen en 1630 : une femme « orang-outan », accueillie dans la ménagerie du prince d’Orange à La Haye26.

  • 27 Deux volumes, Londres, Bennett and Brown, 1699.
  • 28 On pourra, à titre d’exemple, s’appuyer sur la définition de « monkey », proposée par Samuel Johnso (...)

20À la fin du xviie siècle, les dissections de singes ne constituent pas une nouveauté en soi, mais elles s’inscrivent d’emblée dans des logiques circulatoires transatlantiques. Avec la reprise d’une telle pratique, Edward Tyson ouvre de nouvelles perspectives aux enjeux épistémologiques fondamentaux : la méticulosité de la comparaison avec le corps humain – et c’est la nouveauté de son geste – fait apparaître une proximité frappante entre les deux qui est signalée dès le titre de l’ouvrage : Orang-Outang, sive Homo Sylvestris: or, the Anatomy of a Pygmie compared with that of a Monkey, an Ape, and a Man. A Philological Essay Concerning the Pygmies, the Cynocephali, the Satyrs, and Sphinges of the Ancients wherein It Will Appear that They Are All either APES or MONKEYS, and not MEN, as Formerly Pretended27. Ce titre indique la double structure – et perspective – dans laquelle il s’inscrit, entre anatomie moderne et philologie ancienne. Tyson se concentre sur six termes : orang-outang est la traduction littérale du latin Homo sylvestris, qui est considéré comme un synonyme du pygmée, figure mythologique des Anciens ; son corps est comparé, d’un côté, à celui d’un monkey ou d’un ape – considérés comme équivalents, selon l’usage courant28 – et, de l’autre, à celui d’un homme. L’Essai philologique qui suit la partie anatomique annonce dès le sous-titre que les pygmées, cynocéphales, satyres ou sphinx sont des êtres réels, mais qu’ils ne sont pas des hommes, comme l’avaient cru les Anciens, trompés par leur ressemblance physique, mais des « apes or monkeys ».

  • 29 Voir Stephen Jay Gould, « To show an ape », in The Flamingo’s Smile. Reflections in Natural History(...)
  • 30 Je ne parlerai pas ici de la dissection de Tyson, qui a été considérée par une abondante historiogr (...)

21Son enquête, loin de s’apparenter à un projet précurseur de l’évolutionnisme darwinien comme l’ont suggéré jusqu’à récemment les historiens des sciences à l’affût d’un récit des origines, vise à reconstituer la « grande chaîne des êtres », principe organisateur de la nature, pour y trouver le chaînon manquant – entre l’animal et l’homme –, en conformité avec les objectifs de la science de son temps29. C’est dans cet esprit que Tyson développe une analyse précise du primate, qui n’est pas sans conséquence sur la définition de l’homme lui-même30.

22Or cette opération scientifique est d’emblée inscrite dans un paysage qui dépasse largement le monde savant, comme en atteste l’annonce du journal londonien Flying Post :

  • 31 The Monster, that was exposed at Moncrief’s Coffee-House, in Threadneedle-street, near the Royal-E (...)

« Le Monstre, exposé au coffehouse Moncrief, rue Threadneedle, près de la Bourse royale, mourut samedi dans la soirée, et fut disséqué par le savant Dr Tyson, lecteur en viscères auprès de la Surgeons Hall et médecin de Bridewell et Bedlam, qui a l’intention d’en publier un rapport, pour la satisfaction des curieux, accompagné de planches qui en décrivent l’anatomie. Tout cela, ainsi qu’une vue d’ensemble de son squelette et de sa peau embaumée de telle sorte que tous ses linéaments et proportions peuvent encore être observés, sera mis à la portée de ceux qui viendront le voir, comme ou même plus que quand il était vivant.
Le récit donné par ceux qui l’ont apporté est le suivant : qu’il est venu d’Angola en Afrique, et a été vendu au Capitaine au milieu d’un groupe d’esclaves31. »

  • 32 Simon Chaplin, « Anatomy and the “Museum oeconomy”: William and John Hunter as collectors », in Geo (...)
  • 33 Simon Schaffer, « Natural philosophy and public spectacle in the eighteenth century », History of S (...)

23L’annonce met en évidence quelques éléments intéressants : en partant par la fin, elle signale que l’orang-outan, venu d’Angola, a été vendu avec un groupe d’esclaves (« a parcel of slaves »), ce qui confirme l’idée d’une connexion directe entre le commerce des singes et des esclaves africains. En mettant l’accent sur les différents espaces de la circulation et monstration de l’orang-outan, elle illustre la mise en place d’une véritable « économie du musée32 » : l’exposition au coffee-house Moncrief ; puis la dissection par Tyson, qui en publiera les résultats « pour la satisfaction des curieux » dans un texte accompagné des planches, pour mieux en décrire l’anatomie, sous l’autorité de la Royal Society ; enfin, la conservation du squelette et de la peau embaumée – qui en reconstitue les linéaments et proportions réelles, comme s’il était vivant – en vue de leur exposition pour l’information du public. En effet, le squelette du chimpanzé disséqué par Tyson est encore conservé dans les collections du Musée d’histoire naturelle de Londres. Tout cela ensemble – l’observation scientifique, ainsi que l’affichage public, que ce soit de l’animal vivant ou en tant que corps embaumé – fait de l’orang-outan une curiosité, ainsi qu’une célébrité33. On voit donc ici un second processus de mobilité, à l’issue d’une circulation au long cours, qui s’inscrit dans les différents milieux de l’espace urbain et social d’une part, mais que l’imprimé rend ensuite disponible bien au-delà du site londonien.

  • 34 Edward Tyson, Orang-Outang…, op. cit., p. 7, 52, 57, 25.

24Le fait que Tyson, dans le sillage de Tulp, lui assigne des caractéristiques humaines et l’affecte d’émotions contribue à la « carrière » de l’orang-outan : capable et heureux de s’habiller, il se fait aider quand il n’y parvient pas tout seul ; il dort sous une couverture et utilise un coussin ; il s’exprime comme un enfant, en pleurant et en donnant des coups de pied ; il utilise des tasses pour boire et il mange dans une assiette tout ce qui lui est offert dans les plats34.

  • 35 From Minerals, to Plants; from Plants, to Animals; and from Animals, to Men; the Transition is so (...)

25Dans sa minutieuse comparaison, Tyson aboutit à la conclusion que l’orang-outan a plus de ressemblances physiques, internes et externes, avec l’être humain qu’avec le singe : il relève 48 points communs contre 34 de divergence. Les implications d’une telle description sont soulignées dans la dédicace à Lord Evesham, président de la Royal Society entre 1698 et 1703, et dans la courte préface de l’ouvrage : comme il y a des ressemblances frappantes entre certaines plantes et certains minéraux, il y en a aussi entre « le plus bas rang de l’humanité et le plus haut rang de l’animalité35 ». Dans ce passage qui semble purement descriptif, l’espèce humaine perd son unité et est divisée en hommes de rangs différents, supérieurs et inférieurs.

  • 36 Les planches sont gravées par Michael van der Gucht d’après des dessins de William Cowper, lui auss (...)

26À l’appui de sa démonstration, les planches qui accompagnent le texte contribuent à fixer la dimension anthropomorphe du pygmée. Elles jouent un rôle déterminant, en montrant l’orang-outan vivant en position verticale. Le bâton et la corde qui servent à le maintenir droit, quand il est représenté respectivement de face et de dos, disparaissent des dessins de son squelette et de sa musculature, qui deviennent ainsi plus semblables encore à ceux de l’être humain36. Ce qui permet de conclure que la « nature entendait qu’il fût un bipède » (“nature intended it a biped”) [Fig. 1].

Figure 1 : Edward Tyson, Orang-Outang (1699).

Figure 1 : Edward Tyson, Orang-Outang (1699).

À gauche : « Représente les parties antérieures de l’orang-outan et du Pygmée, dans une posture debout » ; à droite : « Représente le squelette ou les os ».

© From Wikimedia Commons, the free media repository.

  • 37 Robert Wokler, « Tyson and Buffon on the orang-utan », Studies on Voltaire and the Eighteenth Centu (...)

27C’est à ce stade de la comparaison que Tyson réintroduit, cependant, la distinction entre l’homme rationnel et l’animal sensible, permettant ainsi le retour de l’opposition entre âme et corps – reprise ensuite par Buffon37.

  • 38 Sans pouvoir ici reconstituer cette abondante historiographie, voir Frank Tinland, L’homme sauvage. (...)

28De la VOC à Java vers Amsterdam, puis vers Londres, de l’Angola aux métropoles européennes, via les réseaux de l’esclavage, en moins d’un siècle la circulation vers l’Europe des grands singes a provoqué le déplacement des questions sur la nature humaine du côté de l’anatomie et de l’Angleterre de Tyson. Mais son chimpanzé voyage également au-delà des frontières géographiques et disciplinaires. Il est cité de façon répétée et continue aussi bien par les histoires naturelles que par les traités philosophiques des Lumières, en s’imposant comme la source fondamentale de mesure, de classement et de définition de l’homme lui-même. On le trouve autant chez les naturalistes Linné et Buffon que chez les philosophes Jean-Jacques Rousseau et Lord Monboddo, ou encore chez le planteur Edward Long38. Sa dissection est elle aussi enregistrée comme un « événement » dans des genres totalement inattendus, comme c’est le cas, par exemple, de l’Histoire de France sous le règne de Louis XIV, écrite par l’historiographe protestant des États généraux de Hollande, Isaac de Larrey, qui se fait l’écho de la mort du « Monstre », dans ses annales :

  • 39 Histoire de France sous le règne de Louis XIV, par M. de Larrey, Conseiller de la Cour et des Ambas (...)

« Dans ces entrefaits [de 1698] il morut à Londres un Monstre singulier, qui y avoit été aporté d’Angola en Afrique. La description qu’on en fait est si étrange, qu’au risque d’être traitée d’Episode & de narration hors d’œuvre, je n’ai pu m’empêcher de la reporter. Ce Monstre étoit demi-Homme & demi-Bête. Il avoit du premier la tête & le dos, & ses gestes, & ses actions avoient quelque chose de fort humain : il articuloit même quelques paroles qu’on lui avoit aprises, & dont il savoit se servir dans le besoin : ce qui marquoit non seulement de la mémoire, mais encore de l’intelligence. Du reste on ne voioit rien en lui que d’animal : marchant tantôt à quatre pieds, et quelquefois à deux, et se nourrissant de toute sorte de viande cruë…39 »

  • 40 Ibid., p. 17.

29Selon cette Histoire de France, la relation du « Dr Tison » ne tranchait pas sur la nature de ce « Monstre », « laissant à chacun la liberté d’en croire ce qui lui plairoit » à propos de la question de savoir s’il s’agissait du pygmée des Anciens, d’un satyre, ou bien d’« une Race de Sauvages qu’on a de la peine à définir40 ». C’est sans doute une lecture partielle, mais elle dit beaucoup de la réception de la dissection de Tyson : les savoirs nouveaux sur l’orang-outan, issus de l’anatomie comparée, dans leur circulation, font vaciller les frontières de l’humain et refondent ainsi la « science de l’homme ».

Madame Chimpanzé et la société du spectacle

  • 41 Dans la nouvelle société de consommation que devient Londres à cette époque, le spectacle joue un r (...)

30Dans les années 1720 et 1730 s’intensifie l’attention pour les grands singes dans la littérature de voyage, de même que se multiplient les tentatives (souvent vaines et infructueuses) de capturer ces animaux et de les transporter vers l’Europe. Ils étaient devenus une source de revenus et de richesse indéniable, encore plus lucrative que la possession d’esclaves, comme la presse anglaise commence à le souligner. Le succès sensationnel de « Madame Chimpanzé », venue d’Angola et débarquée à Londres en 1738, buvant du thé et s’habillant à la « mode française », est l’illustration la plus aboutie de la mise en scène de l’humanité de l’orang-outan. Son cas illustre de manière exemplaire la relation complexe entre culture savante et marchandisation du grand singe, dans la nouvelle société du spectacle londonienne, où la dimension publique de divertissement et curiosité est un moteur décisif du développement de la science elle-même41.

31Les journaux de Londres restituent l’événement en détail : les informations sur son exposition auprès de la Randall’s coffee-house, qui à l’époque se présente comme un lieu de rencontre où voir des animaux exotiques pour un prix modique, étaient répandues à travers la publicité, les « news », les commentaires des visiteurs, plus ou moins célèbres, avec plus ou moins d’autorité scientifique. Pour un shilling, tous les Londoniens pouvaient bénéficier de ce nouveau spectacle, « jamais vu auparavant dans cette partie du monde ». Ainsi, à travers ces différents médias, on peut suivre un processus d’humanisation du singe, qui devient aussi rapidement un processus de féminisation, voire, pour certains observateurs, d’efféminement.

32Parmi beaucoup d’autres notices, toutes aussi emphatiques et pompeuses, le London Post annonçait :

  • 42 « There is lately arriv’d in the Ship Speaker, and to be seen at Randall’s Coffee-house against the (...)

« Arrivée, depuis peu, sur le vaisseau Speaker, on peut voir au coffee-house Randall, en face de la poste centrale de Lombard Street, la créature appelée par les Angolais Chimpanzé ou Mock-Man […]. Il s’agit peut-être de la plus grande curiosité du monde connu42. »

  • 43 Une relation qui est restée gravée dans les différentes langues européennes, comme le souligne du r (...)

33Les journaux adoptent immédiatement – et diffusent largement – le nouveau terme « chimpanzee », que le capitaine Henry Flower, marchand de la Compagnie des Indes occidentales, qui avait transporté cet animal à Londres et en était le propriétaire, avait introduit dans la langue anglaise comme un terme d’Angola ; l’alternative « Mock-Man » – « parodie d’homme », ou « moquerie par imitation de l’homme » – met en évidence la relation mimétique entre le singe et l’homme43. L’emploi du nouveau mot « chimpanzé » dans les langues européennes (la même année, il est aussi utilisé en français) ne conduit pas, jusqu’à la fin du xviiie siècle, à distinguer le grand singe africain de l’asiatique : il se superpose aux autres termes existants (orang-outan, pygmée, satyre, pongo, ou jocko…), dont il reste synonyme.

  • 44 London Magazine, jeudi 21 septembre 1738, p. 464-465. Voir Londa Schiebinger, « The gendered ape », (...)

34Le London Magazine enregistre que le chimpanzé femelle marche « naturellement debout » (« upright naturally »), est habillé d’une robe de soie fine et manifeste un grand mécontentement quand on soulève son vêtement pour vérifier son sexe, signe évident d’un sens inné de sa pudeur et de sa sensibilité44. Le contraste entre les commentaires portant sur les grands singes mâles, violeurs de femmes africaines et indiennes – l’un des topos qui se constitue dès les descriptions de Bondt et Tulp, puis de Tyson, repris par Linné et Buffon –, est ici particulièrement fort.

  • 45 London Daily Post and General Advertiser, mardi 28 novembre 1738. Voir aussi ibid., samedi 25 novem (...)

35La gravure réalisée par Louis-Gérard Scotin, d’après le dessin de Hubert-François Bourguignon Gravelot, est significative de ce processus d’humanisation par médiatisation. Tous deux présents à Londres dans cette période, les Français Scotin et Gravelot constituent deux des principaux représentants du style rococo en plein essor à l’époque et, à ce titre, leur célébrité est transférée sur l’objet de leur art. Madame Chimpanzé est représentée comme si elle « posait pour l’image » (« she hath sat for her Picture »). L’annonce du Daily Post souligne aussi que le portrait de Gravelot est fait d’après nature, et qu’il est le seul auquel le propriétaire a accordé le droit « de faire un portrait ou un dessin » (“to take a picture or make a drawing”)45 [Fig. 2].

Figure 2 : Madame Chimpanzé avec une tasse de thé, Scotin d’après Gravelot, 1738.

Figure 2 : Madame Chimpanzé avec une tasse de thé, Scotin d’après Gravelot, 1738.

© Cliché British Museum, Museum number: 1882,0311.1183.

  • 46 Katie Scott, The Rococo Interior: Decoration and Social Spaces in Early Eighteenth-Century Paris, N (...)
  • 47 Maxime Berg, Elizabeth Eger (eds.), Luxury in the Eighteenth Century: Debates, Desires and Delectab (...)

36Si le portrait de Gravelot se limite à esquisser la figure du chimpanzé, la gravure de Scotin l’enrichit de façon significative d’un décor rococo, le mouvement artistique qui fait de la question de la nature transformée par l’homme et de la frontière entre naturel et artificiel le cœur même de son esthétique46. L’image se déploie sur un fond : le chimpanzé n’est pas « montré » dans le coffee-house, mais dans son environnement supposé d’origine, ce qui accentue le contraste entre un personnage devenu poli, après et grâce à son arrivée dans la métropole londonienne, et son « milieu naturel ». On pourrait même lire l’arrière-plan de gauche à droite, comme une allégorie des étapes du processus d’humanisation du chimpanzé : à l’origine rampant sur un palmier, puis en famille s’appuyant sur une canne pour maintenir une position debout, pour arriver enfin à la posture du premier plan. Madame Chimpanzé, le bâton à terre, bipède, utilise sa main pour tenir une tasse de thé, symbole par excellence des meilleurs produits de luxe importés de la Chine et destinés à la consommation des élites47. Un autre élément de contraste, par rapport au monde sauvage des origines, est suggéré dans la présence, elle aussi à l’arrière-plan de cette gravure, d’un Africain, représenté dans l’acte de chasser le chimpanzé : manière de souligner la violence de ce type de « sauvage » par opposition à l’élégance et à la délicatesse de l’animal au centre du portrait. Cependant, choisir de représenter le chimpanzé nu, plutôt que vêtu d’un habit de soie tel qu’il est décrit dans la presse, c’est le réinsérer dans la nature, et faire de lui un objet d’étude anatomique.

  • 48 This Creature as brought over by Capt Henry Flower in the Ship Speaker from Angola on the Coast of (...)
  • 49 « Animalis Rarioris, Chimpanzee dicti, ex regno Angola Londinum advecti, brevior description », Nov (...)
  • 50 London Evening Post, 27 et 28 février 1739.

37Le texte qui accompagne l’image est une dédicace à Sir Hans Sloane, tentative classique de se mettre sous le patronage de la Royal Society, pour en capter l’autorité et le crédit. Il s’ouvre sur ces mots : « Cette créature a été ramenée d’Angola sur la côte de Guinée, en août 1738, par le Capitaine Henry Flower sur le vaisseau Speaker. Elle est d’un genre féminin, et mesure deux pieds et quatre pouces, elle marche en position verticale, boit du thé, mange sa nourriture et dort à la manière des humains48. » Cette image jouit d’un succès immédiat auprès du public londonien, avant d’entrer dans la presse et de circuler dans les journaux savants tels que les Nova acta eruditorum, ou les Amoenitates Academicae de Linné49. En deux semaines, les libraires de Londres et Westminster annoncent l’épuisement des copies disponibles. Décrite comme modeste, sensible, polie, avec des bonnes manières et amatrice de thé et des vêtements de soie, la « African Lady Mademoiselle Chimpanzee » est considérée comme « la créature la plus proche de l’espèce humaine », selon la parole d’autorité de Sloane, qui s’est rendu au coffee-house pour l’observer50.

  • 51 Thomas Boreman, A Description of Some Curious and Uncommon Creatures… for the Entertainment of Youn (...)
  • 52 Buffon, Histoire naturelle générale et particulière, 36 vol., Paris, Imprimerie royale, 1749-1789, (...)

38Entre monde savant et public plus large, la presse contribue à l’humanisation du chimpanzé. Son caractère aimable et affable est rapporté dans the « Account of the female chimpanzee », où Thomas Boreman, l’un des premiers éditeurs d’histoires naturelles destinées à l’enfance, invite à regarder les chimpanzés, particulièrement femelles, sous l’angle de la sensibilité. En piochant dans la presse disponible, il insiste sur les valeurs de modestie, de chasteté, ainsi que sur son raffinement dans les manières de table51. Buffon reprendra ces aspects vingt-cinq ans plus tard dans le volume xiv de son Histoire naturelle consacré aux singes, sur la base de sa propre observation d’un chimpanzé/orang-outan/jocko logé au jardin du roi à Paris52.

  • 53 Le thé se diffuse en Grande-Bretagne à partir de l’ouverture du commerce de Canton à la Chine par l (...)
  • 54 Brian Cowan, The Social Life of Coffee. The Emergence of the British Coffeehouse, New Haven, Yale U (...)
  • 55 London Daily Post and General Advertiser, samedi 23 décembre 1738.
  • 56 « As she increaseth in Stature, she also doth daily in human Capacity and Understanding, to the Gre (...)

39Le site d’exposition de Madame Chimpanzé, le coffee-house, ainsi que la boisson à laquelle elle est associée – il est utile de rappeler que le thé est une nouveauté qui commence à s’imposer sur le marché britannique à partir des années 172053 – sont aussi des éléments déterminants de sa « sociabilité ». Ses caractéristiques et qualités dans ce type nouveau de lieu que sont les coffee-houses renvoient aux pratiques sociales et culturelles d’une nouvelle société urbaine de la consommation, dont la politesse et les bonnes manières constituent la marque distinctive54. Durant son séjour dans la capitale britannique, le chimpanzé réalise une impressionnante ascension sociale, qui le conduit, « en suivant le désir de plusieurs personnes de qualité », de son premier coffee-house à bon marché à un autre plus élitiste, le White Peruke de M. Leflour, à Charing-Cross. « Elle » y dispose d’un « appartement séparé pour les dames », et s’habille de manière toujours plus élégante, à présent vêtue à la dernière mode de Paris (« now entirely dress’d after the newest Fashion à la mode à Paris »)55. C’est à partir de ce moment que le chimpanzé devient, dans la presse, « madame » ou « mademoiselle ». Les journaux rendent compte, en outre, d’une croissance de deux pouces, qui aurait correspondu à une croissance intellectuelle de ses « capacités humaines56 ».

  • 57 London Daily Post and General Advertiser, mardi 27 février 1739.

40La fabuleuse carrière de Madame Chimpanzé, minutieusement fabriquée et rapportée par les journaux britanniques, s’interrompt brutalement avec sa mort inattendue en février 1739, cinq mois après son arrivée triomphale à Londres. L’autopsie dont « elle » fait l’objet témoigne de l’importance sociale et économique acquise : Sloane y prend part aux côtés du chirurgien de la famille royale John Ramby. La cause de la mort est rapportée à l’addiction au thé, retrouvé en « quantité extravagante » dans son corps. Le London Daily Post souligne la grave perte économique que cette mort constitue pour le propriétaire, « puisqu’elle représentait, pour lui, l’équivalent d’un domaine [Estate] ». On fournit des détails sur la préparation des funérailles d’une telle célébrité, dans le respect du « rite angolais », tout en continuant à faire de la publicité pour l’exposition de son corps embaumé au White Peruke, en compagnie du corps, lui aussi embaumé, d’un chimpanzé mâle57.

  • 58 Ibid.
  • 59 Voir Londa Schiebinger, Nature’s Body…, op. cit.

41Ce qui compte, au-delà d’un compte-rendu médical appelé à faire sourire le lecteur d’aujourd’hui, est que les autorités scientifiques compétentes, relayées par la presse, concordent sur le fait que le chimpanzé femelle est « parfaitement humain » (« perfectly of a human Specie »)58. C’est pourquoi le cas de Madame Chimpanzé a des conséquences importantes dans les évolutions du débat des Lumières sur les frontières de l’humain, puisqu’il rend populaire, auprès d’un vaste public britannique et européen, l’image des grands singes intelligents et capables d’apprendre, éduqués et sensibles, naturellement dotés de sentiments, d’émotions et de compassion. L’insistance des physiciens sur la modestie, la pudeur et la chasteté des femelles reflète, d’un côté, les idéaux émergents de la femme de la middle-class européenne du xviiie siècle, tout en contribuant, de l’autre, à travers la naturalisation de ces caractéristiques, à créer un modèle prescriptif de féminité59.

  • 60 Jennifer L. Morgan, Laboring Women: Gender and Reproduction in the New World Slavery, Philadelphia, (...)

42Dans la réalité coloniale de l’époque, la conséquence immédiate d’une telle construction se traduit par une hiérarchisation des femmes à travers le globe. C’est précisément la « délicatesse naturelle » et l’élégance des femmes européennes qui les distinguent des autres femmes, construites parallèlement, et à travers d’autres circuits de l’information, comme immodestes, impudiques, insensibles, autrement dit – dans les termes du xviiie siècle – « sauvages » et « dégénérées » : principalement les Africaines et les Amérindiennes, qu’une moindre fragilité physique aurait rendues plus aptes aux travaux plus durs60.

  • 61 Il s’agit de la parodie du panégyrique d’Alured Clarke, An Essay Towards the Character of Her Late (...)
  • 62 John Sekora, Luxury: The Concept in Western Thought, Eden to Smollett, Baltimore, Johns Hopkins UP, (...)
  • 63 Voir Brian Cowan, The Social Life of Coffee…, op. cit., chap. 5.
  • 64 Barbara Taylor, « Enlightenment and the uses of woman », History Workshop Journal, vol. 74, 2012, p (...)

43Mais la question est encore plus complexe. La dépendance de Madame Chimpanzé vis-à-vis du thé et des vêtements de luxe – son style vestimentaire « à la mode française », dans un moment de crise de l’industrie manufacturière britannique, n’est pas apprécié de tous ses observateurs – constitue autant d’arguments utilisés pour disséquer et déplorer le caractère efféminé de la période : la société urbaine et avancée du xviiie siècle, marquée par la corruption et la dégénérescence. C’est ce que montre notamment un pamphlet satirique intitulé An Essay towards the Character of the Late Chimpanzee61, où le chimpanzé dégénère dans une femme sans morale et hypocrite : attaque en règle de la politique britannique du moment, l’essai vise rien moins que la reine Caroline d’Ansbach, épouse du roi Georges II, ciblée en tant que déiste et soutien de Walpole, en jouant de la remobilisation d’un lien ancien entre femme, luxe et faiblesse62. L’assaut politique est aussi une mise en garde féroce contre l’affaiblissement des nouvelles sociétés de consommation symbolisées par les coffee-houses63. La femme reflète tout particulièrement les vertus et les vices de la nouvelle société : célébrée pour sa politesse, elle est condamnée pour son hédonisme. Si ces antinomies ne sont pas nouvelles, le contexte de leur développement leur confère une acuité et un sens particuliers. Au xviiie siècle, le terme « commerce » désigne aussi bien l’échange économique et intellectuel que les relations entre les gens et les sexes. Les femmes symbolisent l’esprit de ces relations, en incarnant l’éthos de la « transaction » et de la « conversation » qui caractérise les sociétés commerciales. La féminité devient, en d’autres termes, l’emblème même de la modernité capitaliste, mais aussi de la dépravation qui y est associée64.

Conclusion en forme de question

  • 65 Voir Silvia Sebastiani, « Challenging Boundaries… », art. cit.
  • 66 Edward Long, The History of Jamaica, or, General Survey of the Ancient and Modern State of That Isl (...)

44Des hommes et des primates, une histoire de circulations conjointes ou une circulation d’histoires conjointes ? La valorisation de Madame Chimpanzé s’accompagne d’un processus d’animalisation d’une partie de l’humanité : on a eu l’occasion de l’indiquer à propos des pratiques anatomiques qui ont précédé son arrivée à Londres, comme à propos de son portrait, dont la circulation dépasse largement la capitale d’un empire britannique en pleine formation, en nourrissant les reconfigurations de la réflexion sur les frontières de l’humain. On en trouve les conséquences les plus extrêmes dans la rhétorique de la propagande antiabolitionniste des années 1770, à la suite du cas Somerset, où sont confrontés les mœurs « polies » et raffinés des grands singes – transformés en dames et gentilshommes – et les comportements grossiers des esclaves africains65. Le planteur anglais Edward Long ne perd pas l’occasion, par exemple, d’opposer les manières raffinées de table des orangs-outans à celles, brutales, des « nègres », en vue de prouver la bestialité de ces derniers66.

45L’humanisation du primate se construit alors en même temps que (et grâce à) l’animalisation de l’homme « sauvage » – catégorie qui inclut les Africains et les Amérindiens mais aussi, au cœur même de l’Europe, les enfants trouvés, les Irlandais, les paysans ou les pauvres. Dans un même mouvement sont opérées l’annulation du hiatus entre animalité et humanité et la fragmentation de l’unité de l’espèce humaine : c’est du moins une des lectures possibles du bref succès londonien de Madame Chimpanzé. À partir du moment où la distinction entre l’animal et l’humain se réduit, celle entre peuples « civilisés » et peuples « sauvages » (pour reprendre le langage des nouvelles « histoires de la civilisation » rédigées par les auteurs des Lumières) s’accroît.

  • 67 Cet article est issu d’un travail en cours sur l’orang-outan et les frontières de l’humain dans les (...)

46Aucun de ces processus intellectuels aux multiples facettes, imbriqués qu’ils sont dans des dynamiques politiques et économiques d’envergure globale, ne serait pensable et sans doute analysable sans la construction, par l’historien, des géographies particulières des circulations des êtres humains, des animaux, des savoirs, qui affectent profondément la pensée des Lumières sur les sciences humaines et sociales67.

Haut de page

Notes

1 Parmi une littérature croissante, voir, pour la France et l’Angleterre du xviiie siècle : Louise E. Robbins, Elephant Slaves and Pampered Parrots. Exotic Animals in Eighteenth-Century Paris, Baltimore, John Hopkins UP, 2002 ; Sue Ann Prince (ed.), Of Elephants and Roses. Encounters with French Natural History, 1790-1830, Philadelphia, APS Museum, American Philosophical Society, 2013 ; Christopher Plumb, Georgian Menagerie: Exotic Animals in Eighteenth-Century London, Londres, I.B. Tauris, 2015 ; Anita Guerrini, The Courtiers’ Anatomists. Animals and Humans in Louis XIV’s Paris, Chicago, Chicago UP, 2015 ; Caroline Grigson, Menagerie. The History of Exotic Animals in England, Oxford, Oxford UP, 2016. Sur le versant politique, voir L’animal en révolution, numéro thématique, Annales historiques de la Révolution française, vol. 377, 2014, n° 3 ; Pierre Serna, L’animal en République. 1789-1802, Genèse du droit des bêtes, Toulouse, Anacharsis éditions, 2016. Voir aussi le travail pionnier de Keith Thomas, Man and the Natural World: Changing Attitudes in England, 1500-1800, Londres, Allen Lane, 1983.

2 Erica Fudge, Perceiving Animals: Humans and Beasts in Early Modern England (1999), Urbana, University of Illinois Press, 2002, et les numéros thématiques : Sociétés. Revue de sciences humaines et sociales, vol. 108, 2010, Relations anthropozoologiques, et Revue dix-huitième siècle, vol. 42, 2010, L’animal des Lumières.

3 Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991 ; Donna J. Haraway, When Species Meet, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2007. Voir aussi Lorraine Daston, Gregg Mitman (eds.), Thinking with Animals: New perspectives on anthropomorphism, New York, Columbia UP, 2005.

4 Thierry Buquet, « Les animaux exotiques dans les ménageries médiévales », Trema. Société archéologique de Namur, 2013, p. 97-121, notamment p. 98.

5 Cf. l’article « exotique » de L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772), dirigée par Diderot et d’Alembert : « EXOTIQUE, (Jardin.) se dit d’une plante étrangère, d’un fruit. Cette plante est exotique. » Voir les introductions de Louise E. Robbins, Elephant Slaves and Pampered Parrots…, op. cit. et de Christopher Plumb, Georgian Menagerie…, op. cit. Plus généralement, voir George S. Rousseau, Roy Porter, Exoticism in the Enlightenment, Manchester, Manchester UP, 1994 ; Benjamin Schmidt, Inventing Exoticism: Geography, Globalism, and Europe’s Early Modern World, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2015.

6 Miriam Claude Meijer, “ The Century of the Orangutan”, New Perspectives on the Eighteenth Century, vol. 1, 2004, p. 62-78.

7 Anne Wohlcke, The “Perpetual Fair”. Gender, Disorder, and Urban Amusement in Eighteenth-Century London, Manchester, Manchester UP, 2014.

8 Voir les travaux classiques de Neil McKendrick, John Brewer, J.H. Plumb, Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eighteenth-Century England, Londres, Europa Publications, 1982 ; John Brewer, Roy Porter (eds.), Consumption and the World of Goods, Londres, Routledge, 1993 ; Ann Berminham, John Brewer (eds.), The Consumption of Culture, 1600-1800. Image, Object, Text, Londres, Routledge, 1995. Plus récemment, Frank Trentmann Empire of Things: How We Became a World of Consumers, from the Fifteenth Century to the Twenty-First, Londres, Allen Lane-Penguin, 2016.

9 Sybil Rosenfeld, The Theatre of the London Fairs in the Eighteenth Century, Cambridge, Cambridge UP, 1960 ; Richard D. Altick, Shows of London, Cambridge MA, Belknap Press of Harvard UP, 1978.

10 At the office all the morning and did business; by and by we are called to Sir W. Batten’s [William Batten (c. 1600-1667), officier de marine anglais et membre de la House of Commons] to see the strange creature that Captain Holmes [Robert Holmes (c. 1622-1692), amiral de la Royal Navy] hath brought with him from Guiny; it is a great baboon, but so much like a man in most things, that though they say there is a species of them, yet I cannot believe but that it is a monster got of a man and she-baboon. I do believe that it already understands much English, and I am of the mind it might be taught to speak or make signs”, Samuel Pepys, The Diary of Samuel Pepys: A New and Complete Transcription, R. Latham, M. Matthews (ed.), Londres, Bell & Hyman, 1985, vol. 2, p. 160.

11 Caroline Grigson, Menageries…, op. cit., p. 44-49. Plus généralement, voir Anthony Farrington, Trading Places: The East India Company and Asia 1600-1834, London, British Library, 2002 ; David Ormrod, The Rise of Commercial Empires: England and the Netherlands in the Age of Mercantilism, 1650-1770, Cambridge, Cambridge U.P., 2003 ; Lisa Jardine, Going Dutch: How England Plundered Holland’s Glory, New York, Harper Press, 2008.

12 David Henry, An Historical Account of the Curiosities of London and Westminster, Londres, Printed for J. Newbery, 1769, p. 20. Voir Christopher Plumb, The Georgian Menagerie…, op. cit. ; Daniel Hahn, The Tower Menagerie: Being the Amazing True Story of the Royal Collection of Wild Beasts, Londres, Simon & Schuster, 2003.

13 When you write him, I beg you would tell him not to send me any Bears, Eagles, Leopards or Tygers, for I am overstock’d with them already”. BL Sloane 4078, f. 66. Voir Timothy McCann, « Much trouble with very rude company: The 2nd Duke of Richmond’s menageries at Goodwood », Sussex Archeological Collection, vol. 132, 1994, p. 143-149 ; Caroline Grigson, Menageries…, op. cit., p. 60-74.

14 Peter Sahlins, “The Royal menageries of Louis XIV and the civilizing process revisited”, French Historical Studies, vol. 35, 2012, n° 2, p. 226-246.

15 Voir James Delbourgo, « Slavery in the cabinet of curiosities: Hans Sloane’s Atlantic World », 2007, http://www.britishmuseum.org/pdf/delbourgo%20essay.pdf

16 Simon Chaplin, « Nature dissected, or dissection naturalized? The case of John Hunter’s Museum », Museum and Society, vol. 6, 2008, n° 2, p. 135-151.

17 Christopher Plumb, The Georgian Menagerie…, op. cit.

18 James Secord, « Knowledge in transit », Isis, vol. 95, 2004, n° 4, p. 654-672.

19 Glynis Ridley, Clara’s Grand Tour: Travels with a Rhinoceros in Eighteenth-Century Europe, Londres, Atlantic Books, 2005. Voir aussi Juan Pimentel, The Rhinoceros and the Magatherium. An Essay in Natural History, Cambridge MA, Harvard UP, [2010] 2017.

20 Dans les mots de Diderot : « Tout Paris, qui s’enivre assez aisément de petits objets, est maintenant occupé d’une espèce d’animal appelé rhinocéros… » Voir Maurice Tourneux, Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, etc., vol. 1, Nouvelles littéraires, 1747-1755, Paris, Gernier frères, 1877, « Nouvelle XLIII », p. 272-273.

21 C’est le cas, par exemple, de l’esclave jamaïcain John Bobey, atteint de vitiligo (soit de dépigmentation de la peau qui le couvre de taches blanches) : il appartient à Thomas Clark et est amené à Londres, exposé, et finalement vendu, ensemble à la ménagerie, à Gilbert Pidcock en 1789 : voir Christopher Plumb, The Georgian Menageries…, op. cit., p. 38-39.

22 Pour plus de détails, voir Robert Cribb, Helen Gilbert, Helen Tiffin, Wild Man from Borneo. A Cultural History of the Orangutan, Honolulu, University of Hawayi’i Press, 2014.

23 Giulio Barsanti, « Storia naturale delle scimmie, 1600-1800 », Nuncius, vol. 5, 1990, n° 2, p. 99-165 ; Raymond Corbey, Bert Theunissen (eds.), Ape, Man, Apeman: Changing Views since 1600, Leiden, Leiden UP, 1995.

24 Handbill for Moncreff’s Coffee House, juin 1698, British Library, 2026/25(9). Dans la presse de la période, l’orthographe du nom du coffee-house peut changer, et on le trouve indifféremment cité comme Moncrief, Moncreff ou Moncrieff.

25 Écrit dans les années 1630 et publié de manière posthume en 1642, De Medicina Indorum de Jakob de Bondt est réimprimé dans Willem Piso, De Indiæ utriusque re naturali et medica, Amsterdam, Elsevier, 1658.

26 Nicolas Tulp, Observationes Medicae libri tres, Amsterdam, Elsevier, [1641] 1672, livre 3, chap. 56.

27 Deux volumes, Londres, Bennett and Brown, 1699.

28 On pourra, à titre d’exemple, s’appuyer sur la définition de « monkey », proposée par Samuel Johnson dans A Dictionary of the English Language (1re éd. 1755), 2 vols., Londres, A. Millar, 3e éd. 1766 : “An ape; a baboon; a jackanapes. An animal bearing some resemblance of man.” La seule différence généralement, mais non systématiquement, reconnue, de dérivation aristotélicienne, concerne la présence ou non de la queue.

29 Voir Stephen Jay Gould, « To show an ape », in The Flamingo’s Smile. Reflections in Natural History, New York, Norton, 1985, p. 263-280.

30 Je ne parlerai pas ici de la dissection de Tyson, qui a été considérée par une abondante historiographie comme un moment tournant de l’anatomie comparée et qui a un impact fondamental dans les débats naturalistes, philosophiques et politiques tout au long du xviiie siècle, en restant la référence principale au moins jusqu’à la publication de Petrus Camper à la fin des années 1770 : « Account of the organs of speech of the orang outang », Philosophical Transactions, vol. 69, 1779, p. 139-159.

31 The Monster, that was exposed at Moncrief’s Coffee-House, in Threadneedle-street, near the Royal-Exchange, died on Saturday in the Evening, and is dissected by the learned Dr Tyson, Lecturer for the Viscera in Surgeons-Hall and Physician for Bridewell and Bedlam, who designs to publish an Account of it, for the Satisfaction of the Curious; with Cuts, describing the Anatomy of it; Which, together with the view of its Skeleton, and the Skin stuffed, so as all its Lineaments and Proportion may still be seen, will tend as much or more to the information of those that come to see it, than when it was alive.

The Account given of it by those that brought it over is as allows; That it came from Angola in Africk, and was sold to the Captain amongst a parcel of Slaves”. Flying Post or The Post Master, 21-24 mai 1698.

32 Simon Chaplin, « Anatomy and the “Museum oeconomy”: William and John Hunter as collectors », in Geoffrey Hancock, Nick Pearce, Mungo Campbell (eds.), William Hunter’s World: The Art and Science of Eighteenth-Century Collecting, Farnham, Ashgate Publishing, Ltd., 2015, p. 29-44. Voir aussi Anita Guerrini, The Courtiers’ Anatomists…, op. cit.

33 Simon Schaffer, « Natural philosophy and public spectacle in the eighteenth century », History of Science, vol. 21, 1983, p. 1-43. Sur les développements des mécanismes de la célébrité dans l’Europe des Lumières avec l’essor de la presse et des nouvelles techniques publicitaires et de commercialisation des loisirs, voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Paris, Fayard, 2014.

34 Edward Tyson, Orang-Outang…, op. cit., p. 7, 52, 57, 25.

35 From Minerals, to Plants; from Plants, to Animals; and from Animals, to Men; the Transition is so gradual, that there appears a very great Similitude, as well between the meanest Plant, and some Minerals, as between the lowest Rank of Men, and the highest kind of Animals. The Animal of which I have given the Anatomy, coming nearest to Mankind; seems the Nexus of the Animal and Rational”. Ibid., “Epistle dedicatory”.

36 Les planches sont gravées par Michael van der Gucht d’après des dessins de William Cowper, lui aussi anatomiste et membre de la Royal Society. L’ouvrage de Tyson se compose de dix-sept figures qui représentent l’orang-outan vu devant, de dos, ses muscles, ses organes de reproduction, le thorax, le larynx, le cerveau. Les trois dernières images sont des copies des orangs-outans de Tulp, Bondt et du médecin suisse Conrad Gesner.

37 Robert Wokler, « Tyson and Buffon on the orang-utan », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, vol. 155, 1976, p. 2301-2319.

38 Sans pouvoir ici reconstituer cette abondante historiographie, voir Frank Tinland, L’homme sauvage. “Homo ferus” et “homo sylvestris”, de l’animal à l’homme, Paris, L’Harmattan, [1968] 2003 ; Christopher Fox, Roy Porter, Robert Wokler (eds.), Inventing Human Science, Berkeley, University of California Press, 1995, notamment les articles de Phillip Sloane et Robert Wokler ; Richard Nash, Wild Enlightenment. The Borders of Human Identity in the Eighteenth Century, Charlottesville, Virginia UP, 2003 ; Silvia Sebastiani, « Challenging boundaries. Apes and savages in Enlightenment », in Wulf D. Hund, Charles W. Mills, Silvia Sebastiani (eds.), Simianization. Apes, Gender, Class, and Race, Berlin, Lit Verlag, 2015, p. 105-137.

39 Histoire de France sous le règne de Louis XIV, par M. de Larrey, Conseiller de la Cour et des Ambassades de sa Majesté le Roi de Prusse, t. VII, Qui contient ce qui s’est passé depuis la Paix de Ryswick jusqu’à l’installation de Philippe V sur le trône d’Espagne, Rotterdam, Michel Bohm & Compagnie, 1722, « Description d’un Monstre », p. 15-16. Je remercie Danièle Closier pour sa curiosité intelligente qui m’a aussi conduite sur cette piste.

40 Ibid., p. 17.

41 Dans la nouvelle société de consommation que devient Londres à cette époque, le spectacle joue un rôle de plus en plus central. Voir Antoine Lilti, Figures publiques…, op. cit. ; Simon Schaffer, « Natural philosophy and public spectacle… », art. cit. Sur la société du spectacle en tant que « mode de reproduction », voir Guy Debord, La société du spectacle, Paris, Gallimard, [1967] 1992.

42 « There is lately arriv’d in the Ship Speaker, and to be seen at Randall’s Coffee-house against the General Post-Office in Lombard-street, the Creature by the Angolans call’s Chimpanzee or Mock-Man […], being perhaps the greatest Curiosity in the known world ». Voir London Post and General Advertiser, septembre 1738. Pour une analyse ponctuelle de sa réception dans la presse londonienne, cf. George S. Rousseau, « Madame Chimpanzee », in Enlightenment Crossings: Pre- and Post-Modern Discourses Anthropological, Manchester, Manchester UP, 1991, p. 191-209.

43 Une relation qui est restée gravée dans les différentes langues européennes, comme le souligne du reste le verbe anglais « to ape », en français « singer », ou en italien « scimmiottare ».

44 London Magazine, jeudi 21 septembre 1738, p. 464-465. Voir Londa Schiebinger, « The gendered ape », in Nature’s Body. Gender in the Making of Modern Science, Boston, Rutgers University Press, 1994, p. 75-114 ; Laura Brown, Homeless Dogs and Melancholy Apes: Humans and Other Animals in the Modern Literary Imagination, Ithaca, Cornell UP, 2010, p. 27-63.

45 London Daily Post and General Advertiser, mardi 28 novembre 1738. Voir aussi ibid., samedi 25 novembre 1738.

46 Katie Scott, The Rococo Interior: Decoration and Social Spaces in Early Eighteenth-Century Paris, New Haven-Londres, Yale UP, 1995.

47 Maxime Berg, Elizabeth Eger (eds.), Luxury in the Eighteenth Century: Debates, Desires and Delectable Goods, Basingstoke, Palgrave-Macmillan, 2002. Voir aussi le frontispice du livre, qui reproduit la peinture de Joseph Van Aken, « English family at tea » (1725), avec des tasses à thé tout à fait similaires à celle de la gravure de Scotin.

48 This Creature as brought over by Capt Henry Flower in the Ship Speaker from Angola on the Coast of Guinea in August 1738. It is of the Female kind & is two foot four Inches high, walks erect, drinks tea, eats her food & sleeps in a human way.”

49 « Animalis Rarioris, Chimpanzee dicti, ex regno Angola Londinum advecti, brevior description », Nova acta eruditorum, Lipsiae, apud Maurit. Georg. Weidemannum et coll., 1739, p. 564-565 ; Christian Emmanuel Hoppius, Anthropomorpha, in Carolus Linneaus, Amoenitates academicae, seu, Dissertationes variae physicae, medicae, botanicae…, 7 tomes, Holmiae et Lipsiae, Apud Godofredum Kiesewetter, 1749-1769, t. 6, 1763, p. 63-76 (image p. 76).

50 London Evening Post, 27 et 28 février 1739.

51 Thomas Boreman, A Description of Some Curious and Uncommon Creatures… for the Entertainment of Young People, Londres, Richard Ware, 1739. Le volume s’ouvre sur la description d’un pygmée/chimpanzé mâle, celui de Tyson, dont Boreman reprend des passages entiers, ainsi que la gravure ; il est suivi par la présentation d’une femelle de la même espèce, la « madame » célèbre de la presse, représentée, à travers une gravure originale, comme parfaitement bipède et en mouvement, marchant avec un bâton : cf. ibid., p. 22.

52 Buffon, Histoire naturelle générale et particulière, 36 vol., Paris, Imprimerie royale, 1749-1789, vol. XIV, 1766, p. 53 sq.

53 Le thé se diffuse en Grande-Bretagne à partir de l’ouverture du commerce de Canton à la Chine par l’East India Company en 1717. Voir K.N. Chaudhuri, The Trading World of Asia and the English East India Company, 1660-1760, Cambridge, Cambridge UP, 1978, p. 388.

54 Brian Cowan, The Social Life of Coffee. The Emergence of the British Coffeehouse, New Haven, Yale UP, 2005 ; Markman Ellis, Richard Coulton, Matthew Mauger, Empire of Tea: The Asian Leaf that Conquered the World, Londres, Reaktion, 2014.

55 London Daily Post and General Advertiser, samedi 23 décembre 1738.

56 « As she increaseth in Stature, she also doth daily in human Capacity and Understanding, to the Great Surprise and Satisfaction of those curious Gentlemen and Ladies… » London Daily Post and General Advertiser, mardi 30 janvier 1739.

57 London Daily Post and General Advertiser, mardi 27 février 1739.

58 Ibid.

59 Voir Londa Schiebinger, Nature’s Body…, op. cit.

60 Jennifer L. Morgan, Laboring Women: Gender and Reproduction in the New World Slavery, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2004.

61 Il s’agit de la parodie du panégyrique d’Alured Clarke, An Essay Towards the Character of Her Late Majesty Caroline, Londres, J. and P. Knapton, 1738. Voir George S. Rousseau, « Madame Chimpanzee », art. cit. ; Richard Nash, Wild Enlightenment…, op. cit., p. 34-41.

62 John Sekora, Luxury: The Concept in Western Thought, Eden to Smollett, Baltimore, Johns Hopkins UP, 1977.

63 Voir Brian Cowan, The Social Life of Coffee…, op. cit., chap. 5.

64 Barbara Taylor, « Enlightenment and the uses of woman », History Workshop Journal, vol. 74, 2012, p. 79-87.

65 Voir Silvia Sebastiani, « Challenging Boundaries… », art. cit.

66 Edward Long, The History of Jamaica, or, General Survey of the Ancient and Modern State of That Island. With Reflections on Its Situation, Settlements, Inhabitants, Climate, Products, Commerce, Laws, and Government, 3 vols., Londres, T. Lowndes, 1774, vol. 2, livre III, p. 383.

67 Cet article est issu d’un travail en cours sur l’orang-outan et les frontières de l’humain dans les débats des Lumières, que j’ai commencé à présenter dans plusieurs séminaires et journées d’étude. Je voudrais remercier tous ceux qui, dans ces différentes occasions, ont enrichi mon propos par leurs suggestions et critiques, et en particulier Catherine Busschaert, Gabriela Goldin, Charlotte Guichard, Anne Lafont, Antoine Lilti, Antonella Romano, Jean-Frédéric Schaub, Sylvie Steinberg et Stéphane Van Damme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Edward Tyson, Orang-Outang (1699).
Légende À gauche : « Représente les parties antérieures de l’orang-outan et du Pygmée, dans une posture debout » ; à droite : « Représente le squelette ou les os ».
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 2 : Madame Chimpanzé avec une tasse de thé, Scotin d’après Gravelot, 1738.
Crédits © Cliché British Museum, Museum number: 1882,0311.1183.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Sebastiani, « La caravane des animaux. Circulation des « orangs-outans » et des savoirs, reconfigurations des frontières de l’humain », Diasporas, 29 | 2017, 53-70.

Référence électronique

Silvia Sebastiani, « La caravane des animaux. Circulation des « orangs-outans » et des savoirs, reconfigurations des frontières de l’humain », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/735 ; DOI : 10.4000/diasporas.735

Haut de page

Auteur

Silvia Sebastiani

Silvia Sebastiani est maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales et responsable du Groupe d’études sur les historiographies modernes au sein du Centre de recherches historiques. Elle a publié plusieurs travaux sur l’écriture de l’histoire et les questions de race et de genre dans l’Écosse des Lumières. Elle est notamment l’auteure de The Scottish Enlightenment. Race, Gender, and the Limits of Progress (2013), lauréat du prix « István Hont » pour le meilleur livre d’histoire intellectuelle. Elle a coédité le « Forum » de Modern Intellectual History, sur « Closeness and distance in the age of Enlightenment » (2014), ainsi que les volumes collectifs : Negotiating Knowledge in Early Modern Empires (2014), Simianization. Apes, Gender, Class, and Race (2015), L’expérience historiographique et La forza delle incertezze (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals