Navigation – Plan du site

Le monde, la terre et l’Europe moderne. Retour sur les processus de production et de mobilité des savoirs dans les espaces de la catholicité entre xvie et xviie siècle

Entretien avec Catherine Brice et Guillaume Gaudin
The World, the Earth and Modern Europe. Producing and Circulating Knowledge in Catholic Spaces (16-17th Century): Some New Proposals
Antonella Romano, Catherine Brice et Guillaume Gaudin
p. 71-89

Résumés

Dans le cadre d’un dialogue avec plusieurs collègues venus d’horizons de recherche distincts, cet article vise à revenir sur les cadres historiographiques et méthodologiques du travail engagé dans le livre Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (xvie-xviie siècles) (Paris, Fayard, 2016). Les principaux éléments en sont l’horizon de l’histoire global et ses enjeux épistémologiques ; les savoirs de l’espace et les modalités de leur production entre observation du terrain, interactions avec les acteurs locaux et savoirs de cabinet ; le rôle des empires ibériques dans la réalisation matérielle et intellectuelle de l’englobement du monde par l’Europe dans la période considérée.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Espagne, Portugal, Rome, Chine, Japon
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antonella Romano, Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (xvie-xviie siècles), Pa (...)

1Permettez-moi avant tout de vous remercier pour votre proposition d’engager le dialogue autour des questions et problèmes que pose l’exposé, sous forme de livre1, des résultats d’une recherche étalée sur plusieurs années. Cette recherche a été accomplie, au fil des années, dans des conditions exceptionnelles d’échange et de discussion soutenus par des institutions publiques, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) aujourd’hui et l’Institut universitaire européen (IUE) entre 2005 et 2013, qui ont fait le choix de l’ouverture internationale comme condition sine qua non de la recherche et comme exigence scientifique et politique. C’est donc d’un livre pris dans les mille feuilletages de la réflexion collective et des débats historiographiques changeants et multiples que je voudrais rendre compte, à partir de vos lectures et des réflexions qui en sont issues. Manière heureuse et inattendue de poursuivre la démarche, et de l’enrichir.

Exercice de style historiographique

Catherine Brice et Guillaume Gaudin : Le « grand désenclavement » de Jean-Michel Sallmann, les « connected histories » de Sanjay Subrahmanyam, les « global connections » de Christopher A. Bayly, la « mondialisation ibérique » de Serge Gruzinski, « l’histoire à parts égales » de Romain Bertrand : entre qualificatif d’un moment de l’histoire universelle et nouveaux étendards historiographiques, les formules se succèdent pour exprimer les bouleversements historiques des xvie et xviie siècles en dehors de la geste européocentrée des « grandes découvertes » et de « l’expansion européenne ». Pour votre part, vous employez l’expression « englobement du monde ». Pourriez-vous préciser et définir ce choix et nous expliquer comment votre recherche s’intègre dans les différentes pistes historiographiques actuelles qui se proposent d’ouvrir les horizons ?

  • 2 Je renvoie ici aux travaux de Daniel Roche sur les académies de provinces, la sociabilité des milie (...)
  • 3 Steve Shapin, Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle, and the Experimental Life(...)

Antonella Romano : Quand j’ai commencé à travailler sur la mission jésuite comme « mission savante » notamment en Chine, au milieu des années 1990, les enjeux de la discussion et les conditions de l’exercice du métier d’historien n’étaient pas ceux dans lesquels ce livre apparaît. En France, les grands débats historiographiques commençaient à bruisser des propositions de l’histoire croisée ou de l’histoire connectée ; la percée de l’histoire atlantique encombrait peu les présentoirs des librairies ; l’histoire coloniale – surtout de la France – n’était pas à l’ordre du jour. L’histoire sociale des pratiques culturelles des sciences se développait dans le sillage des travaux d’historiens tels que Daniel Roche ou Roger Chartier, intéressés à des objets distincts, mais parfois convergents2. Elle se mettait à dialoguer avec une histoire des sciences qui commençait à peine à ressentir les effets salutaires de l’amorce de la pompe à air dans des milieux plus héritiers, jusque-là, de la philosophie des sciences que de la sociologie3.

  • 4 Pour un panorama complet du domaine, Dominique Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, (...)
  • 5 Cette liste fonctionne aussi, et de manière parfaitement claire, comme un excellent indicateur des (...)

Les spécialités dans la profession étaient fortement marquées : les historiens, les historiens des sciences, les historiens de l’art ou du religieux s’ordonnaient en sous-communautés distinctes, avec leurs revues, leurs totems et leurs fétiches. Ce n’est pas le lieu de faire ici un état de cette historiographie. Mais on pourra facilement établir une comparaison en confrontant les deux numéros que les éditions Autrement ont consacrés aux historiens : Passés recomposés. Champs et chantiers de l’Histoire, en 1995, dirigé par Jean Boutier et Dominique Julia ; À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle, dirigé, en 2013, par Christophe Granger. Cet exercice ne permettrait cependant pas de situer les évolutions de l’histoire des sciences, domaine à partir duquel j’ai développé ma recherche4. Il serait intéressant de disposer d’un comparateur équivalent pour d’autres historiographies, britannique, étasunienne, certes, mais aussi italienne, portugaise, espagnole, chinoise, mexicaine, pour ne citer que celles qui intéressent directement le projet de ce livre5. Tout cela pour dire que les propositions historiographiques auxquelles j’ai été amenée à me confronter sont en partie dessinées par les objets propres de cette recherche, qu’elles émanent de traditions distinctes, et qu’elles cherchent, à leur manière, à ouvrir de nouvelles fenêtres, comme vous le suggérez, spatiales comme méthodologiques.

  • 6 Parmi ceux-là, et par ordre de publication, Steven Shapin, Une histoire sociale de la vérité. Scien (...)

Les démarches sont en effet nombreuses, empiriques ou théoriques, dont l’objectif est de penser à nouveaux frais « les grands bouleversements historiques des xvie et xviie siècles en dehors de la geste européocentrée des “grandes découvertes” et de “l’expansion européenne” ». Au départ de ce livre, se trouvait aussi un grand bouleversement qu’il me semblait nécessaire de repenser, celui de la « révolution scientifique », tout à la fois queue de comète et pivot du récit de l’expansion. Le modèle européocentrique qu’elle supposait me conduisait à faire quelques pas de côté en termes de terrains d’enquêtes : le monde catholique, plutôt que le monde protestant ; les missionnaires, plutôt que les héros de la grande geste de l’avènement de la science moderne ; la Chine, mais aussi la Nouvelle Espagne, plutôt que l’Europe. Pour mener à bien ce travail, beaucoup de livres m’ont accompagnée, ceux que vous citez, mais aussi ceux qui relevaient plus directement de l’histoire des sciences engagée dans ses propres réflexions sur localité et globalité, et enfin beaucoup d’autres qui m’ont permis d’élargir l’horizon analytique de mon enquête6.

  • 7 À faire la liste des références historiographiques disponibles, nécessaires, découvertes dans le ca (...)
  • 8 Le travail de Jean-Marc Besse (voir supra note 6) et plus généralement ses réflexions sur l’espace (...)
  • 9 Stéphane Van Damme (dir.), De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 2015, introduction.
  • 10 J’ai essayé de problématiser cette question dans le cadre de « Produzione di saperi. Costruzione di (...)

L’expression « englobement du monde » vise à rendre compte des principaux résultats d’une recherche qui faisait cet ensemble de petits pas de côté. Souhaitant interroger ce que la mission catholique post-tridentine faisait dans et à la science, j’ai suivi les modes de son intervention dans un processus de déstabilisation des savoirs anciens. Travaillant avec des acteurs aux prises avec des espaces lointains, il m’a fallu les suivre dans leur confrontation avec le monde, devenu tout à la fois leur objet, leur échelle, dans un moment où, pour l’Europe, le monde et le globe se recouvraient. Ce faisant, je devais puiser dans un ensemble de répertoires historiographiques variés : l’histoire des circulations – dans laquelle la mission jésuite était déjà inscrite de longue date –, l’histoire des empires – dans la mesure où les chemins qui mènent les missionnaires de l’Europe à la Chine empruntent les grands axes de l’arpentage du monde par les puissances ibériques –, l’histoire coloniale – du fait de l’inscription de la dynamique missionnaire dans le Nouveau Monde au cœur de problématiques coloniales déjà très largement travaillées –, des histoires locales (une ville) ou régionales (les Amériques, du Japon ou de la Chine)7. Il s’agissait aussi de mobiliser, dans une perspective d’histoire des savoirs, des approches et des méthodologies différentes, de l’histoire connectée à la micro-histoire, de l’histoire globale à l’histoire sociale, avec lesquelles j’ai eu la possibilité de dialoguer tout au long de ma recherche. Après quoi, chaque travail a ses logiques propres : dans ce livre, j’ai souhaité étudier ce moment du recouvrement de la terre et du globe par les Européens, processus qui ne s’inscrit dans aucune téléologie a priori et auquel j’ai donné le nom d’englobement8. J’ai traqué un tel processus dans ses dimensions les plus concrètes et matérielles et en cherchant à saisir comment il a pu affecter les conceptions et représentations de l’ensemble terraqué et de ses parties comme les modes de production des savoirs. Je ne prétends pas qu’il s’agisse d’un phénomène propre à l’Europe, et n’ai pas la compétence pour en faire un objet d’histoire mondiale où il s’agirait de regarder, par exemple, ce processus à partir de différents milieux. Les missionnaires que j’étudie ne sont pas les acteurs exclusifs de ce processus ; ils ne sont pas choisis à l’appui d’un exceptionnalisme européen qui découlerait d’une supériorité a priori ou tout court. Ils sont ceux qu’il m’a semblé pertinent de suivre pour renouveler l’analyse de ce qui jusqu’à présent prenait le nom de révolution scientifique. Acteurs à part entière de cet ancien régime des savoirs qui caractérise alors l’Europe, ils font l’expérience troublante d’un monde étendu à ses quatre parties, qui déborde, par tous les bouts, celui que le récit biblique avait réussi à contenir jusque-là9. Ainsi, ce livre n’entend pas proposer le récit d’une première mondialisation ou établir une généalogie de la globalisation10.

La mission catholique a embrassé l’espace terraqué dans le sillage des circumnavigations qui se sont multipliées à partir de la fin du xve siècle : a priori rien de nouveau à cela, sinon la possibilité de prendre à bras le corps l’entreprise d’évangélisation, organisée à Rome par les ordres religieux et le Saint-Siège, dans la complexité de son lien avec l’expansion économique et politique de l’Espagne et du Portugal sur le monde. Sinon le constat de dynamiques spatiales qui font de l’Asie – et de la mer de Chine en particulier – le théâtre de la confrontation renouvelée des Espagnols et des Portugais. L’Asie et l’Amérique correspondent bien aux deux Indes de l’Europe et l’entreprise missionnaire à travers le monde, engagée à partir de l’Eurasie ou à partir de l’Amérique, atteint son terme spatial dans cette Asie extrême, nouvelle frontière de l’affrontement entre deux empires qui se disputent le globe. L’englobement décrit ainsi les dynamiques spatiales qui conduisent des groupes d’individus venus d’Europe à embrasser, pour des raisons d’ordre économique ou politique, l’espace circumterrestre, à partir de quoi, une fois déployée cette nouvelle mappemonde, s’engagent d’autres dynamiques spatiales, qui sont celles de la reconnaissance des nouveaux territoires ainsi étendus. Cette reconnaissance, destinée à les maîtriser, va au-delà de la géographie ou de la cartographie. Histoire naturelle, ethnographie, linguistique, histoire, philosophie se croisent ici en permanence, et offrent à l’histoire des savoirs un phénomène des plus intéressants à observer.

En interrogeant les conditions concrètes de ce processus d’englobement, ni univoque, ni linéaire, ni prédictible, j’ai été amenée à étudier ce que ce monde nouveau représente, c’est-à-dire à me concentrer sur ses confins, ces espaces qui se réduisent à une ligne, à un nom, sur les bords des mappemondes, comme celle de Saint-Dié, dans les Vosges, qui est la première, à l’aube du xvie siècle, à intégrer l’Amérique. La figuration d’un nouveau continent sur les cartes européennes conduit aussi au développement de l’enquête sur la Chine. Reconnaître la Chine au moment où se poursuit la connaissance des Amériques relève, me semble-t-il, d’individus qui sont au cœur de connexions de différents types. La concentration sur les missionnaires permet d’expliciter celles-ci : elles sont d’abord politiques, dans la mesure où ils sont membres d’institutions religieuses à l’assise territoriale propre, qui elles-mêmes sont engagées dans un faisceau de liens complexes avec les structures centrales de l’État pontifical et celles des deux monarchies qui se divisent le « patronage royal » sur le monde nouvellement découvert.

  • 11 Je pense à celles du Vatican, de l’Escorial ou des curies généralices des ordres réguliers, aussi b (...)

Avec la présence des missionnaires en Chine se nouent d’autres relations politiques qui ont longtemps été rapportées à la seule relation avec la cour impériale de Beijing, mais dont il faut rappeler qu’elles se développent d’abord à des échelles plus locales, où les représentants des pouvoirs municipaux et régionaux sont également les nouveaux « patrons » des religieux. Ils déterminent les conditions de la négociation avec les acteurs européens : où ils vont et peuvent aller, ce qu’ils font ou sont appelés à faire, comment ils s’habillent et à quels rituels ils se soumettent. C’est dans ce cadre que la production de savoirs intervient. Le temps des impressions de Chine commence : des ouvrages, en nombre considérable et croissant, viennent abonder les bibliothèques européennes en cours de formation, qui accueillent aussi des cartes ou des objets – des globes terrestres aux artefacts inclassables à nos yeux, naturalia ou artificialia – qui, pour la période qui est au cœur de ce livre, sont principalement envoyés par ces missionnaires11. Ces derniers sollicitent ou répondent à des auditoires différents. Les institutions curiales romaines, vis-à-vis desquelles il faut rendre compte régulièrement des « progrès de l’évangélisation », constituent leur premier interlocuteur. Pour répondre à ces attentes – qui sont d’ordre théologique et politique –, les ouvrages imprimés organisent des savoirs multiples sur ce qu’est cette Chine afin d’expliquer ce qu’ils en font. Ils mettent ainsi à la disposition d’auditeurs plus nombreux ces savoirs multiples qui sont intégrés aux grands chantiers intellectuels européens alors en pleine redéfinition : celui sur les langues qui se développe au moment où l’exégèse devient l’un des principaux outils de la lutte entre protestants et catholiques et met les traductions des langues vétéro-testamentaires au centre de travaux philologiques ; celui de la cartographie, associé à l’exigence de sécuriser les grandes routes commerciales et qui conduit marchands et cartographes à travailler ensemble, comme dans le cas des Provinces-Unies. Sans pouvoir développer ces différents points, je les indique pour souligner que ce livre contribue sans doute à une page d’histoire qui connecte différentes parties du monde.

Dans l’analyse de la production de savoirs issus de compte-rendu des progrès de la mission, la mise en lumière des asymétries a été elle aussi fondamentale : asymétries dont il faut ici également distinguer les niveaux. La première concerne les sources et se décompose elle-même en une cascade d’inégalités : entre sources européennes et sources chinoises ; entre sources jésuites et sources des ordres mendiants ; entre sources missionnaires et sources non missionnaires ; entre sources manuscrites et sources imprimées. Les connections que l’on peut établir en dépendent fortement, comme le suggère par exemple, tout au long du livre, la présence plus discrète de certains acteurs.

  • 12 Catherine Jami, Hubert Delahaye (dir.), L’Europe en Chine. Interactions scientifiques, religieuses (...)
  • 13 Daniel F. Lach, Asia and the Making of Europe, vol. 1, The Century of Discovery, 1965 ; vol. II, A (...)
  • 14 Nicolas Standaert (ed.), Handbook of Christianity in China, vol. I, 635-1800, Leiden, Brill, 2000 ; (...)
  • 15 Joseph Needham, La science chinoise et l’Occident. Le grand titrage, trad. par Eugène Jacob, Robert (...)

La deuxième asymétrie est de nature historiographique : travailler sur l’Europe en Chine, pour reprendre le titre d’une importante publication des années 199012, a quelque chose de presque arrogant si l’on pense à la quantité des travaux qui ont précédé celui-ci, si l’on pense à l’abondance des recherches produites chaque jour sur ce thème. Ici plusieurs remarques s’imposent. 1. Cette histoire est profondément marquée par la fascination que suscite une telle entité géopolitique, qui s’est rapidement imposée, aux premiers Européens qui l’ont abordée, comme un miroir, constamment réactivé et reconfiguré au fur et à mesure que changeait aussi l’Europe : de Matteo Ricci à Joseph Needham, la Chine n’a cessé de participer à la construction de l’Europe. Ceci me conduit à évoquer un travail considérable qui a abondamment accompagné l’avancement de ce livre : il s’agit des trois volumes (en plusieurs tomes) édités par Donald F. Lach, Asia and the Making of Europe, encore si rarement cité et qui, dès les années 1960, inaugure une enquête systématique sur la présence de l’Asie dans les sources imprimées européennes, offrant par là même un outil considérable de travail et de distanciation vis-à-vis de la Chine13. 2. Cette histoire est encore en partie aujourd’hui et sur son versant occidental, faite par des spécialistes de la Chine qui sont eux-mêmes des jésuites, héritiers d’une tradition de recherche dont ce livre établirait, en quelque sorte, l’archéologie14. 3. Une telle histoire ne se confond pas, loin s’en faut, avec les études sur la Chine, y compris quand elle porte sur la période qui m’intéresse ici, à savoir, et pour simplifier, la transition Ming-Qing : un rapide survol de l’historiographie nous permet immédiatement de provincialiser l’Europe tant la question des missionnaires européens, au regard de cette histoire-là, est mineure. La remarque vaut également pour les historiographies chinoise et occidentales et, comme certains de nos collègues nous l’ont bien montré, le cœur du débat, pour la période, porte notamment aujourd’hui sur l’apport des sources manchoues dans la compréhension de cette « transition ». 4. Du point de vue de l’histoire des sciences, on peut s’appuyer sur l’œuvre monumentale du promoteur de l’histoire des sciences en Chine, Joseph Needham15. Les volumes qui composent cette histoire, étalés sur un demi-siècle, n’ont pas d’équivalent pour le Japon, l’Inde, l’Iran ou d’autres entités géopolitiques existantes aux xvie et xviie siècles.

  • 16 Pour ne rester que dans le domaine français, Jacques Gernet, Chine et christianisme. Action et réac (...)
  • 17 Georges Métailié, Science and Civilisation in China, vol. 6/4, Traditional Botany : An Ethnobotanic (...)
  • 18 Voir supra note 8. Antonella Romano, « Fabriquer l’histoire des sciences modernes. Réflexions sur u (...)

En guise de conclusion synthétique de ces quelques remarques, deux points : les niveaux d’asymétrie historiographique sont abyssaux et les problèmes de commensurabilité des catégories d’analyse de part et d’autre de la grande muraille, immenses16. J’en veux pour preuve la difficulté des exercices de traduction et la source d’ambiguïtés historiques que cette difficulté a pu représenter, sans s’être dissipée depuis. Or cette difficulté renvoie à une question épistémologique de fond : pour les acteurs de ces histoires, les frontières entre le politique et le scientifique sont brouillées sur le versant occidental, mais aussi sur le versant chinois où, à l’époque des Ming ou des premiers Qing, astronomie, religion ou botanique trouvaient difficilement à s’inscrire de part ou d’autre d’une telle ligne de partage17. Ici, le recours à la notion de régime de savoirs, si utile pour le renouveau de l’histoire des sciences des vingt dernières années18, rencontre en partie ses limites dans la mesure où elle suppose la commensurabilité des mondes, question qui mérite d’être posée.

Les importants travaux qui ont récemment, en France comme dans le monde anglophone, invité à écrire l’histoire autrement ont donc été constamment mobilisés dans ce livre. Parmi ces propositions, toutes ne sont pas mues par les mêmes objectifs et ne font pas nécessairement de l’histoire globale leur référence. En ce qui me concerne, cette dernière, dans les indéterminations de ses expressions, m’intéresse pour réfléchir à la question de l’écriture d’une histoire non européocentrique de l’Europe, en particulier de l’âge moderne. Le coût de sa « provincialisation » est énorme, les défis méthodologiques et épistémologiques considérables, et la fin des asymétries lointaine.

Régimes de spatialité, spatial turn, savoirs géographiques

CB et GG : Dans votre ouvrage, la dimension spatiale semble jouer un grand rôle sur trois plans. Premièrement, parce que les premiers jésuites se présentent en Chine comme des spécialistes de cartographie. Deuxièmement, parce que les Européens qui se rendent en Chine circulent entre les quatre parties du monde. Troisièmement, parce que d’un point de vue heuristique, vous mettez beaucoup en avant les questions de distance, de géographie, de représentation de l’espace. Pensez-vous que votre travail s’insère dans le spatial turn – si tant est qu’il existe – en sciences humaines et sociales ? Comment cette approche s’empare-t-elle également de la microstoria, dans son attention aux lieux des étapes et des séjours ? Ces moments « d’immobilité » permettent-ils de faire une histoire sociale de ces élites « mondialisées » ?

  • 19 Rappelons que celle-ci s’exprime depuis plusieurs types de critiques, qui incluent autant celle de (...)

2AR : On pourrait longtemps discuter de ce que recouvre l’expression lancée par Dipesh Chakrabarty voici maintenant plus de dix ans, dans le sillage d’une critique de l’européocentrisme alimentée par différents courants subalternistes ; de ses effets directs ou indirects sur la recherche ici ou ailleurs19. S’il y a urgence à « provincialiser » l’Europe, cela signifie en particulier, dans mon travail, procéder tout à la fois à sa des-essentialisation et à sa localisation dans un ensemble d’emboîtements spatiaux dont elle n’est le centre ni de commandement ni de gravitation. En participant à l’histoire de la construction et de la diffusion des savoirs sur la Chine en Europe, mon travail contribue à « provincialiser l’Europe ». Il met en lumière les processus de construction et circulation dont les acteurs ne sont ni exclusivement ni principalement européens, mais qui ouvrent des fronts de conflits et des espaces de tensions au risque de faire échouer des entreprises « européennes ». Le terrain chinois révèle la difficulté des puissances européennes à imposer leur présence et leurs systèmes de savoirs à une partie du monde. Il montre la marginalité européenne dans certaines régions. Il la « remet à sa place ». La fragilité de la situation des missionnaires, depuis leur entrée sur le territoire chinois à la fin du xvie siècle, le fait bien comprendre, tout comme leur faible capacité de conversion, là comme ailleurs. Même dans la production des savoirs, ils ne sont pas les maîtres du jeu : spécialistes de cartographie, ils le deviennent parce que leurs interlocuteurs locaux leur demandent de dessiner des cartes, avant que la demande émane des puissances coloniales. Observateurs des astres, ils le sont dès lors qu’émergent des besoins spécifiques dans la lecture des mouvements des astres, à la cour de l’empereur.

3Autre élément de décentrement, ce travail contribue à rendre compte de la complexité du kaléidoscope européen. Premièrement, comme vous le suggérez, les Ibériques, plus spécialement les Castillans, jouent un rôle profond dans l’invention européenne de la Chine – notons d’emblée, au service de la monarchie catholique. Le dominicain Mendoza et l’évêque Palafox livrent deux descriptions à deux moments bien distincts (et distants d’un siècle) de l’Empire chinois. Tous deux n’ont jamais foulé le sol asiatique, mais ils ont tous deux vécus en Nouvelle Espagne. Tous deux sont viscéralement anti-jésuites. Je mesure à quel point le choix de ma chronologie conduit à mettre les Castillans en première ligne du monde ibérique ; je suggère néanmoins qu’il serait important de repenser la question chinoise dans le cadre d’une articulation beaucoup plus fine avec la question japonaise, comme le suggèrent les réflexions sur « l’ambassade japonaise ». Notre manière de faire de l’histoire conduit à introduire des barrières factices entre des zones travaillées à partir d’approches régionales distinctes : dans les dernières décennies du xvie siècle, du point de vue de Rome par exemple, la question chinoise et la question japonaise sont intimement liées et l’analyse de chaque zone par les agents de la papauté ou des ordres religieux n’est pas disjointe. Et je ne parle pas ici des relations, denses et de différentes natures, souvent conflictuelles, entre la Chine et le Japon, tous éléments qui jouent aussi sur la manière dont Espagne ou Portugal s’installent dans la zone.

  • 20 Manel Ollé, La empresa de China. De la Armada invencible al Galeón de Manila, Barcelone, Acantilado (...)
  • 21 Frederico Palomo (ed.), « Written Empires : Franciscans, texts and the making of early-modern Iberi (...)
  • 22 John Elliott, « A Europe of composite monarchies », Past and Present, 1992, n° 137, p. 48-71.

4Donc, oui l’Espagne et son empire jouent un rôle décisif dans le processus d’intégration de la Chine sur la carte européenne du monde et cette affirmation, qui a commencé à s’appuyer sur un ensemble de travaux menés notamment par les collègues de Barcelone, trouvera des confirmations ultérieures, à mesure que se multiplieront les enquêtes dans les archives de Séville, où je voudrais aussi poursuivre la mienne20. Mais, il me semble que la piste romaine et la piste portugaise sont aussi présentes, autant dans leur spécificité que dans les connexions qu’elles conduisent à établir : cette triangulation a été au centre de mon travail. Cela dit, la piste espagnole permet de renforcer plusieurs hypothèses de recherche : sur l’importance, dans ces processus de production de savoir, des agents qui ne connaissent pas la Chine, comme Mendoza ou Palafox. Il me semble que c’est une des caractéristiques de ces anciens régimes de savoir, qui mêlent indistinctement, dans la fabrique de la preuve, le cabinet et le terrain. Sur le rôle des anciens ordres mendiants dans de tels processus : le décentrement de cette histoire passe par celui de la Compagnie de Jésus et par l’étude systématique des archives franciscaines, dominicaines, augustiniennes, comme certains travaux tendent à le montrer21. Sur la nécessité de repenser les dynamiques géopolitiques régionales, qui mettent les Philippines au cœur de la réflexion, et avec elles, la Nouvelle Espagne, et par là même le projet impérial hispanique. À cet égard, les relations entre la monarchie espagnole et la Compagnie de Jésus sont particulièrement complexes, comme le suggèrent, depuis une vingtaine d’années, des publications principalement venues des universités espagnoles ; elles le sont d’autant plus si on les observe aux différentes échelles de la pratique quotidienne de l’exercice du pouvoir. Voilà aussi une manière de réfléchir autrement à l’Europe : le caractère composite de l’espace ibérique – qui ne se réduit pas à celui de la monarchie espagnole22 – offre un bon miroir de ce qu’est, au plan social, politique, juridique, religieux, linguistique, la mosaïque de cette partie extrême-occidentale du continent eurasien que constitue l’Europe. Il y devient difficile, pour l’historien, de réduire l’action des individus à l’expression d’une logique simple et unique. C’est ce que suggèrent les différentes personnalités de ce livre. Alonso Sanchez, l’Espagnol de Manille envoyé à Macao puis à Madrid par les autorités philippines, faisant la traversée vers l’Europe, depuis Le Calao, avec son coreligionnaire José de Acosta, incarne toutes les porosités, ambiguïtés et ambivalences des liens entre la Compagnie et la monarchie. Cependant, les trajectoires des acteurs que je suis ne se déploient pas entre les quatre parties du monde, comme vous le suggérez : je trace précisément leurs itinéraires pour comprendre quelles parties du monde ils relient et, ce faisant, comment ils les intègrent (ou pas) dans leurs propres cosmogonies, devenues (ou pas) cosmographies.

  • 23 Voir Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, OpenEdition Press, 2014, p. 43-57.
  • 24 Christian Jacob (dir.), Les lieux de savoir, Paris, Albin Michel, 2007-2011, 2 vol.
  • 25 Augustin Berque, Vivre l’espace au Japon, Paris, Puf, 1982 ; Michel de Certeau, L’invention du quot (...)
  • 26 Je dois insister ici sur l’importance qu’ont eue pour les historiens les programmes de recherche fr (...)
  • 27 Parmi les références qui, en histoire des sciences, jouent un rôle central dans la réflexion sur la (...)

5C’est ici que l’attention aux configurations spatiales prend tout son sens et qu’il convient encore de nuancer : le spatial turn renvoie à l’attention que nombre d’historiens ont portée aux questions d’espace dans leurs travaux, que ce fût pour faire de celui-ci l’objet de leur recherche, pour chercher à « situer » leurs objets ou à en suivre les circulations23. J’appartiens à une génération qui, en France, a lu Michel de Certeau et Bernard Lepetit, qui a pensé avec les jeux d’échelles et qui a été invitée à contribuer à l’entreprise des lieux de savoir dirigée par Christian Jacob24. En travaillant sur les jésuites, j’ai été amenée à réfléchir à la mission comme une manière d’habiter le monde, dans le sillage des géographes et historiens français qui ont fait de l’espace l’un des objets privilégiés de leurs réflexions25. Depuis quinze ans, je réfléchis aux rapports entre villes et savoirs26. S’agit-il de s’inscrire dans le tournant spatial de l’histoire, fût-elle des sciences et des savoirs ? À dire non, on prend le risque du malentendu car on semble ne pas vouloir reconnaître des lectures, des emprunts, toutes les formes de braconnage qui accompagnent l’exercice du métier ; à dire oui, on participe à la création de généalogies fictives parce que simplificatrices, ce à quoi contribue la réduction de l’analyse historiographique à l’identification d’une succession de « tours27 ».

  • 28 L’Atlante della Cina di Michele Ruggieri, a cura di Eugenio Lo Sardo, Rome, Istituto Poligrafico e (...)
  • 29 Matteo Ricci, Il mappamondo cinese del p. Matteo Ricci S.I. Conservato presso la Biblioteca Vatican (...)
  • 30 Lorraine Daston, Peter Galison, Objectivité [2007], trad. française, Paris, Presses du Réel, 2012.

6J’ai cherché à comprendre, dans ce livre, ce que l’englobement du monde comme processus concret, lié à la maîtrise par certains Européens des techniques de circumnavigation, provoquait comme effets de savoirs, principalement les savoirs légitimés et reconnus de l’Europe moderne (y compris en en modifiant les contours). Il faut ici croiser sans doute trois questions : comprendre la position des individus sur lesquels j’ai choisi de travailler, mais aussi les logiques qui président à leurs manières de rendre compte de leurs déplacements, par la carte ou d’autres moyens, tout en étant attentif aux lieux qu’ils traversent. Ayant choisi de le faire en travaillant avec des individus – j’y reviendrai sous peu –, j’ai appris à mes dépens que les questions de distance, de géographie, de représentation de l’espace jouaient un rôle fondamental dans ces processus. Premièrement, il ne s’agit pas uniquement pour les missionnaires de circuler d’un point à un autre, ce qui en soi nécessite la reconnaissance et la stabilisation d’itinéraires maritimes établis par d’autres acteurs de la mobilité (plutôt les marins et les marchands). Il faut aussi – surtout – s’enfoncer dans les terres : devant apprendre à maîtriser les espaces qu’ils découvrent, ils en produisent la connaissance qui se traduit en termes de multiples types de savoirs. Les savoirs cartographiques, en premier lieu : c’est ce dont rend compte « l’atlas » de Michel Ruggieri, publié voici seulement quelques années, ensemble hétéroclite de dessins à main levée, de tracés de routes et de croquis de villes28. Il est moins spectaculaire que les cartes de Matteo Ricci, et encore moins que celles de Martino Martini, qui visent les unes et les autres des interlocuteurs distincts. Les cartes de Ricci sont des cartes de crédit qui visent d’abord à satisfaire les lettrés de Chine que la curiosité pousse à demander où se trouve cet Extrême-Occident dont viennent ces savants, porte-parole d’une secte inconnue. Mais elles intéressent aussi les pouvoirs politiques européens, en train de mettre au point la nouvelle image du monde issue de la mise en perspective des Indes d’Orient comme d’Occident. La mappemonde qu’il dit réaliser à la demande des Chinois sert son entreprise de conviction des princes ibériques et des autorités pontificale et jésuite de l’intérêt de la conquête spirituelle de la Chine29. Dans cette mission cartographique à doubles récepteurs, il puise ses outils de travail des deux côtés : la mappemonde n’est réalisable que dans le cadre d’un travail d’équipe avec des lettrés chinois, où la représentation d’Ortelius qui sert de référence épistémologique est décentrée pour rendre l’idée d’un « empire du milieu ». La Chine installée au centre du dispositif, sa centralité est ensuite « traduite », comme l’indique la masse des informations écrites qui vient compléter l’image, produisant ainsi une représentation visuelle originale. Les opérations cartographiques de Martini sont elles aussi installées sur une frontière, européenne, dans un contexte totalement différent : la cartographie est devenue un outil d’empire, un enjeu économique, et un théâtre de science, dont l’épicentre se trouve encore à Amsterdam. C’est là que le jésuite négocie, pour l’Europe, une partie de sa stature savante. Et il le fait en fonction des critères du temps, qui instituent la référence aux sources indigènes comme outil de crédibilité. L’autre élément en est la précision, ce qui, en cartographie, passe par un changement d’échelle qui autorise l’observateur à rapprocher le regard. La Chine devient l’objet d’une mise en atlas, dans le cadre d’un projet d’atlas du monde orchestré par Johannes Blaeu, dont elle occupe le sixième livre. Dans cette nouvelle configuration, chaque province est établie comme nouvelle unité d’observation, et l’ajustement de la focale sur celles-ci, qui émergent comme nouveaux espaces de savoir, vaut comme garantie de précision, et par là même d’objectivité30. La réputation des cartes de Martini tient à sa capacité à avoir vu et lu (les cartes autochtones).

7Les images du monde qui découlent de leurs regards ne se réduisent pas à ce que laisse voir l’œil du cartographe, ne serait-ce que parce qu’elles sont inscrites dans des chronologies distinctes et dans des dispositifs intellectuels différents. Les méditations cartographiques de Ricci portent en elles l’écho des médiations des cartographes protestants ainsi que celles d’une expérience de la distance sans retour : elles se trouvent à la croisée de sa réflexion spirituelle et politique sur l’évangélisation entendue comme arpentage des vignes du Seigneur. L’unité du monde et la proximité fictive des terres d’où il vient (dont il n’a d’autre représentation et souvenir que l’atlas d’Ortelius, qui fait partie du petit nombre de livres qui arrivent en Chine avec lui) tiennent moins à la connaissance détaillée qu’il en a qu’à ce que lui offrent la théologie et la cartographie de la fin du xvie siècle : la possibilité de saisir l’humanité comme une, de l’embrasser d’un seul regard.

8Martini n’offre pas de méditations cartographiques, car il déploie ses réflexions sur le monde ailleurs, dans d’autres types de travaux savants. Car les savoirs sur l’espace relèvent aussi de mises en forme autres que la cartographie, comme l’indique l’abondant commentaire aux cartes des provinces qu’il publie. Dans ces pages, il mobilise des observations sur les caractères des Chinois – qui lui offrent l’occasion de noter d’importantes variations régionales –, sur la nature et ses richesses, sur les techniques, dans la lignée du genre des « histoires naturelles et morales » dont Acosta a offert le prototype un demi-siècle plus tôt. Par-delà nature et culture, il s’engage dans une grande recherche sur la chronologie chinoise et sur la langue : cette dernière circulera sous forme manuscrite sans connaître les effets accélérateurs de la publication ; la première nourrit le dossier de la crise de la conscience européenne en fournissant des arguments en faveur de la critique de la chronologie biblique. Premier geste de provincialisation de l’Europe ? Évidemment, répondre positivement à cette question caricaturale n’est pas utile ou pertinent. Mais comprendre que de telles réflexions ont contribué à la critique de l’universalisme européen peut avoir du sens et le rappeler n’est pas totalement inutile.

  • 31 Voir, outre Nicolas Standaert, Handbook of Christianity in China, op. cit. supra note 14, le premie (...)
  • 32 Peter C. Perdue, China Marches West. The Qing Conquest of Central Eurasia, Cambridge, Harvard UP, 2 (...)
  • 33 Un thème que j’avais pointé, pour la Compagnie de Jésus, est celui de la contradiction intrinsèque (...)
  • 34 José Ignacio Tellechea Idígoras (dir.), Martín Ignacio de Loyola. Viaje alrededor del mundo, Madrid (...)

9Pour terminer sur les questions spatiales et leur présence dans ce livre, je voudrais, à votre demande, préciser deux points : le premier concerne les implantations missionnaires sur le territoire chinois ; le deuxième concerne les représentations du monde par les missionnaires. D’un certain point de vue, elles sont liées : la présence inégale des missionnaires sur le territoire de la Chine (dont il convient de rappeler qu’il n’est pas stabilisé dans la période que j’étudie, marquée par une transformation profonde de ses frontières liée à l’invasion mandchoue et au passage de la dynastie des Ming à celle des Qing) témoigne de toutes ses difficultés d’une présence étrangère permanente, notamment d’évangélisation31. Les différents ordres religieux le mettent en œuvre selon des modalités diverses, en s’installant dans des zones de plus en plus éloignées du littoral et en s’adressant à des populations différentes : on le sait, c’est bien l’une des origines de la querelle des rites. En ce sens, à mesure que l’on avance dans le xviie siècle, la différence entre les expériences et présences en Chine des uns et des autres s’accroissent. Avec les Qing, les missionnaires de cour sont devenus des mandarins, soit, au sens strict, des fonctionnaires de l’administration mandchoue, et leur point de vue sur le monde se fonde sur cette position, notamment quand, à partir des années 1680, ils sont présents dans les négociations avec la Russie en vue de l’établissement de la frontière sino-russe32. Pour ceux qui sont ailleurs, dans les provinces intérieures, dont la voix se fait aussi plus faible dans la masse des sources qui restent, il est plus difficile de documenter ce point de vue, qui n’est pas nécessairement englobant. Ils ne sont pas dans un même rapport d’itinérance au long cours que leurs prédécesseurs de la fin du xvie siècle, notamment parce que la mission au sens de conversion implique également des formes de stabilisation territoriale que leur génération met en œuvre33. Un Martin Ignacio de Loyola, dont le récit au titre picaresque Viaje alrededor del mundo correspond à ce moment de la découverte de la Chine, n’a peut-être plus d’équivalent dans la seconde moitié du xviie siècle, chez les franciscains déchaux comme chez les jésuites34.

Mobilités/micro-histoire/histoire sociale/intermédiaires

  • 35 Juan Gonzalez de Mendoza, Historia de las cosas más notables, ritos y costumbres del gran reyno de (...)

10Cet exemple renvoie à une question importante que vous m’invitez à reprendre, celle des mobilités. Je voudrais le faire par un détour d’abord, sur un point que vous avez souligné à propos de ce livre et de son rapport aux sources, puisque vous indiquez, à juste titre, qu’il repose principalement sur l’imprimé. En effet, le livre est au cœur de ce travail comme le suggère le titre : le livre comme objet autant que comme source ; le livre comme résultat des processus de production de savoirs. Au cœur de ce travail se trouve ainsi analysé tout ce que le passage à l’imprimé a gommé, effacé, lissé des modes et des contraintes mêmes de cette production. Gonzalez de Mendoza, Ricci, Martini ou Palafox sont associés à des livres, mais j’espère avoir invité à réfléchir sur ce dont ces livres sont le résultat et sur les effets de savoirs qui en découlent. Les livres condensent une stratification complexe dont ils effacent les différents acteurs, intermédiaires et leurs négociations sous le nom unique de « l’auteur ». Un montage de rapports à destination du prince repris dans une compilation d’informations sur les zones côtières de la Chine ; un ensemble de notes accumulées tout au long de vingt années d’arpentage de terres hostiles et de rencontres de lettrés avec lesquels un dialogue compliqué mais fructueux ouvre les portes de la cour impériale, le tout nettoyé en vue d’une publication destinée à convaincre les cours européennes, potentielles donatrices de fonds, du succès de la mission de Chine ; un atlas ou une chronologie, une chronique ou l’histoire de la chute d’un empire35. Chacun de ces livres, avec son format, ses images, ses qualités et défauts d’imprimerie, ses langues et traductions, constitue le substrat dans lequel l’Europe des époques postérieures puisera, en fonction de ses propres cadres épistémologiques, les ressources nécessaires aux définitions d’orientalisme et de sinologie : le livre s’arrête, à dessein, sur le seuil de cette nouvelle entreprise.

  • 36 Matteo Ricci, Lettere (1580-1609), éditées sous la direction de Piero Corradini et Francesco D’Arel (...)

11Mais nombre de ces travaux sur la Chine n’ont pas été publiés de leur temps, Martin de Loyola, Michel Boym, ou Antonio de Gouvea, pour ne citer que les plus importants. Il ne s’agit donc pas seulement de rappeler que les archives, espagnoles, portugaises ou italiennes, sont pleines d’informations et de documents encore inédits, mais bien de prendre acte des processus historiquement situés par lesquels l’histoire des savoirs, rapportée à l’Europe, est d’abord une histoire d’impressions : des matérialités propres, des chaînes de production, des logiques de distribution, des horizons d’attente à travers lesquels les informations et les connaissances sont filtrées et notre connaissance des individus, marquée par des opérations éditoriales dont certaines sont récentes. Il suffit de penser aux lettres de Ricci restées dans les archives à l’état de manuscrit jusqu’en 2001 : leur édition récente leur confère un statut de source qu’elles n’ont pas eu pendant les quatre derniers siècles et propose, a posteriori, une impression d’unité sur le personnage qui a échappé à ses contemporains36. Je n’ai donc pas choisi dans ce livre l’imprimé contre les archives, mais j’ai voulu réfléchir à l’imprimé comme résultat de la production de savoirs.

  • 37 Il n’est pas possible d’entrer ici dans une analyse fine des différents débats autour desquels s’es (...)
  • 38 Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 199 (...)

12Je peux à présent revenir sur la question de la mobilité et de l’échelle individuelle qui permet de restituer à celle-ci toute sa densité et son épaisseur historique. C’est ici que les apports de la micro-histoire sont assurément importants, plutôt du côté du fromage et des vers que de celui du pouvoir au village37. Des deux ou trois choses que nous savons d’elle, c’est sans doute le commentaire dont elle a pu faire l’objet en France que je mobilise le plus, celle que l’expression « jeux d’échelles », reprise du titre du volume édité par Jacques Revel, a largement mise en circulation38. En effet, l’échelle des individus permet de procéder par vision rapprochée et, d’un point de vue d’histoire des savoirs, de saisir au plus près les mécanismes de leur production, en se libérant d’une perspective téléologique qui ferait des institutions les instances de programmation et de décision dont les agents ne seraient que les exécutants d’un plan préétabli. Faire le point sur les individus a moins pour objectif d’atomiser le social et d’exalter les vertus de l’individualisme que de rendre compte de la sédimentation et de l’intrication des liens – de toutes natures – qui tissent et articulent le social ; mais la saisie de telles sédimentations et intrications passe aussi par la possibilité de regarder au-delà de l’individu et de saisir ce que chaque échelle d’analyse permet de voir et que les autres échelles laissent dans l’ombre.

  • 39 À propos des trajectoires, il est sans doute inutile de revenir ici sur les quelques pages de Pierr (...)

13En pratiquant le jeu d’échelles, il me semble également possible de réfléchir aux mobilités individuelles à partir des différents segments qui en constituent les itinéraires39. Entre xvie et xviie siècle, la production des savoirs sur la Chine se situe à l’interface de projets d’institutions de natures différentes : des monarchies, une papauté, des ordres religieux dont les agents – qui peuvent travailler pour ces différentes institutions à la fois – mobilisent des ressources acquises avant leur départ, mais aussi accumulées tout au long de leurs longues vies de déplacement. C’est à travers leurs interactions permanentes qu’ils recomposent ces ressources et la saisie de ces interactions gagne à être observée à différentes échelles.

  • 40 Le voyage en Chine d’Adriano de Las Cortes (1625), Paris, Chandeigne, 2001 (traduction de l’espagno (...)
  • 41 Voir Nicolas Dodier, Janine Barbot, « La force des dispositifs », Annales, HSS, 2016/2, p. 421-450.

14Les missionnaires qui peuplent les pages de ce livre quittent l’Europe en suivant des routes maritimes tracées par des marchands portugais et des caravelles espagnoles. Le fait que ces routes soient tracées ne signifie ni qu’elles sont sûres ni qu’elles sont tracées jusqu’au bout. Il me paraît inutile de rappeler que la traversée de l’Atlantique de Séville à Vera Cruz ou le passage du cap de Bonne Espérance comportent des risques permanents que les récits de naufrage attestent à intervalles réguliers40. Il est inutile aussi de rappeler que la question de la piraterie en mer de Chine est l’un des fléaux majeurs de la dynastie des Ming. Quant au tracé, c’est ce qui est au cœur de la connaissance de la Chine. Dans des configurations où les distances sont considérables, la double instabilité de la sûreté et du tracé ouvre des interstices à la contingence et à l’immobilité. C’est ce qui m’a intéressée dans l’itinéraire de Martino Martini et dans celui, en contrepoint, de Boym. En faisant sa place à la contingence, on peut montrer que l’histoire des savoirs ne relève pas seulement de programmes d’institutions ou d’interventions de génies, mais également de dispositifs41. Ricci n’était pas un cartographe, Martini n’était pas un chroniqueur, Kircher n’était pas un sinologue ; ce n’est pas pour autant qu’ils n’aient pas pu l’être, au milieu d’autres choses, et cette possibilité nous conduit à penser à la constitution des savoirs européens sur le monde à l’aune de cette pluralité de contributions. Les uns et les autres renvoient à un mode de production marqué par les croisements de gestes, par des situations et des postures d’observation multiples, par des inscriptions dans des formes d’interlocution polyphoniques, tous processus renforcés par les dynamiques de la mobilité.

  • 42 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 9.
  • 43 François Hartog, « Le regard éloigné. Claude Lévi-Strauss et l’histoire », dans Évidence de l’histo (...)
  • 44 Michel de Certeau, Le lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, Gallimard-Le Seuil-H (...)

15Mais l’itinérance n’exclut pas des moments d’arrêt : ceux-ci peuvent être contraints, parce qu’il faut attendre le départ, parfois pendant plusieurs mois, d’un navire, ou parce que l’autorisation de se rendre d’une ville à une autre dépend des autorités locales ; ils peuvent relever de la routine, comme dans le cas du passage des missionnaires augustiniens d’Espagne, dont la route vers les Philippines prévoit l’arrêt à Mexico ; ils peuvent aussi être choisis, comme dans l’épisode hollandais de Martini. Dans tous les cas, ils sont propices au contact. De ces temps d’arrêt, de la manière dont le contact nourrit les savoirs, nous pouvons chercher des traces : elles ne sont pas systématiquement symétriques ; il nous revient ensuite d’analyser celles-ci avec nos instruments d’historiens, c’est-à-dire en portant sur elles un regard critique. Ainsi, pour revenir sur l’exemple de Martini, il est certain que, dans ses écrits, la valorisation des contacts s’inscrit dans une stratégie d’autolégitimation comme procureur de la mission et comme savant : c’est particulièrement net dès lors qu’il rejoint l’Europe, passant plusieurs mois, et sans doute plus que ce que le général de la Compagnie avait calculé, au milieu de lettrés installés de part et d’autre des frontières confessionnelles des Pays-Bas et Provinces-Unies. Dans la justification qu’il donne à ses supérieurs de ce temps d’arrêt, d’immobilité dans une petite zone géographique où les déplacements existent néanmoins, se mêlent des arguments de type politique et savants : développer et renforcer les liens avec la VOC (Compagnie néerlandaise des Indes orientales) permet de garantir des routes pour les objets à ramener vers la Chine, au-delà des conflits entre empires hollandais et portugais ; le renforcement des liens passe par la consolidation de l’échange savant dans lequel se joue la possibilité pour Martini de publier ses cartes de Chine auprès du meilleur imprimeur européen de l’époque, et pour l’imprimeur, d’offrir le meilleur catalogue de cartes de toute l’Europe. À propos de cette configuration, extrêmement intéressante pour l’histoire européenne, il est relativement aisé de disposer de sources des deux côtés ; ce n’est pas systématiquement le cas dès lors que l’on se trouve sur le territoire chinois, où le récit du contact est souvent univoque, sauf en cas de procès. Celui qui a été intenté à Schall, le premier des jésuites à occuper une fonction officielle dans l’administration chinoise, comme responsable du « bureau d’astronomie » ou « tribunal des mathématiques », est, de ce fait, particulièrement intéressant, mais non moins biaisé du point de vue des sources sur lesquelles il s’appuie. Reste que souvent les moments de l’immobilité sont recouverts par des silences qu’il est difficile de percer. Mais, il me semble possible de formuler, à partir de cet exemple et d’une bibliographie plus vaste, quelques réflexions plus générales sur les liens entre mobilité et production de savoirs. 1. Celle-ci stimule la production de ceux-là, comme l’indique, y compris sur un mode a priori négatif, l’ouverture de Tristes tropiques : la déclaration d’hostilité au voyage qui ouvre le livre – Je hais les voyages et les explorateurs42 » – est proposée ici, et c’est ce qui me paraît particulièrement intéressant, comme une des conditions de la production des savoirs ethnographiques, que Claude Lévi-Strauss thésaurise dans ce récit et théorise dans son œuvre43. Plus généralement, on peut reprendre ici la réflexion telle qu’elle a été menée par Michel de Certeau sur « le lieu de l’autre » pour approfondir la réflexion sur la structuration de l’altérité dans l’Europe moderne44.

  • 45 Une articulation évidente des deux thèmes, bien connue des historiens des sciences, se trouve sur l (...)
  • 46 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Préface, Pari (...)
  • 47 C’est ce que rappelle de manière magistrale l’œuvre de Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares. Les l (...)

16Dans une perspective plus classiquement rapportée à l’histoire des sciences, la mobilité a été, dans la longue durée, l’un des principaux moteurs du renouvellement des savoirs européens et ceci est sans doute articulé sur une vision du monde qui accorde au déplacement dans l’espace une valeur positive, au moins à partir des « grandes découvertes ». Leur mise en récit par les voyageurs, la littérature, la poésie ou le théâtre, mais aussi par les sciences, s’inscrit dans la culture de certains groupes sociaux dominants en Europe, qui ont également été les porte-parole de la « modernité45 ». Elle n’est pas représentative de tous les groupes sociaux, comme le rappellent les réflexions sur « l’histoire quasi immobile » de Fernand Braudel, ou les mobilités forcées, dont celle des esclaves est inscrite de plain-pied dans la période qui m’occupe46. Mais, contre un récit de l’émergence de la science moderne confortablement installé dans un périmètre européen arrimé à l’Antiquité gréco-romaine, il me semble nécessaire de réfléchir à une généalogie plus complexe, celle d’une autre Europe dont la définition instable et conflictuelle est profondément inscrite dans son rapport au monde et nourrie par celui-ci, dès l’Antiquité47.

  • 48 Il faut rappeler ici le lent déplacement des problématiques de l’histoire des sciences vers les sci (...)
  • 49 Dans le Codex de Tlaxcala, conservé à la bibliothèque universitaire de Glasgow, se trouve une illus (...)
  • 50 Alexandre Koyré, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Puf, 1962.

17Le détour par les sciences de terrain ou de plein air, qui caractérise l’histoire des sciences et des savoirs la plus récente, en est une preuve particulièrement éclatante : il montre notamment comment l’exploration des empires a transformé ces espaces en laboratoires expérimentaux pour les savoirs des métropoles48. La mobilité comme quête de savoirs est sans doute l’une des formes les plus valorisées de leur production. La possibilité d’aller chercher ailleurs des réponses à des questions posées ici a été au cœur des grandes expéditions scientifiques dont le xviiie siècle a fait sa marque de fabrique. Avant, des princes collectionneurs envoyaient des marchands ou des missionnaires chercher en Orient des manuscrits anciens, et des conquistadors brûlaient in situ des codex auxquels ils ne reconnaissaient aucune valeur : les destructions ont été décrites par certains missionnaires ; les acquisitions ont été mises dans des institutions de conservation des savoirs comme les bibliothèques créées à cet effet, et traduites par d’autres49. Donc, pour nous, la mobilité est source, vecteur, facteur, accélérateur de production de savoirs ; elle est peut-être aussi devenue un principe du monde globalisé dans lequel nous vivons. Pour autant, l’éloge de l’immobilité comme source de savoir appartient également aux configurations de l’époque moderne, dans les mondes extra-européens où différents lieux de savoir sont conçus sur ce principe, ou dans l’Europe elle-même où la querelle des Anciens et des Modernes rejoue, sur des mélodies diverses et des scènes variées, l’opposition d’une épistémologie de la continuité et de la rupture, de la conservation et du dépassement. La Chine a été longtemps saisie dans ce registre qui faisait osciller le jugement entre immobilité et immobilisme, avant de devenir aujourd’hui l’incarnation de l’accélération des temps, en mode global. Sur un autre plan et sur le seuil de la modernité, les historiens des sciences ont hérité depuis un demi-siècle de l’image puissante du passage du monde clos à l’univers infini, ne l’oublions pas50.

18La mobilité des individus est assurément propice à la production de savoirs, comme l’enquête sur le monde englobé dans le cadre d’un univers infini est génératrice de mobilités individuelles ou collectives. La saisie de ces processus complexes, si elle s’opère au ras du sol, conduit à procéder à une anatomie de la production des savoirs qui distingue tout à la fois la variété des acteurs, les ambiguïtés et malentendus de la transaction, les impasses et les asymétries de l’échange. Les travaux qui ont mis l’accent sur les figures de l’intermédiation, dans le cadre de tels processus, ont invité à la fois à faire des cultures vernaculaires l’un des nouveaux terrains de l’investigation scientifique, et des acteurs locaux des auteurs à part entière d’une partition en cours d’écriture. Que toute production de savoir s’inscrive dans des rapports de pouvoir est ensuite confirmé par l’analyse des dynamiques de mobilité au sein de l’enquête, que celle-ci s’effectue au lointain ou non. Car, pour reprendre une formule qui a fait fortune au sein de la Compagnie de Jésus, nos Indes commencent ici.

  • 51 Du travail au long cours sur Rome, j’ai cité Antonella Romano (dir.), Rome et la science moderne, s (...)

19Pour conclure, permettez-moi de soulever deux points de méthode, dès lors qu’il s’agit de discuter d’un livre. Un livre n’est qu’une étape sur un parcours de recherche et, même si c’est tentant, je préfèrerais éviter d’inscrire le mien dans une généalogie rétrospective. Son objectif n’a pas été déterminé a priori, avant la recherche elle-même, et il a changé en fonction du rapport établi avec les sources. Le temps du déploiement de la recherche a également été celui des inflexions du/des paysage/s historiographique/s, qui elles-mêmes participent au réaménagement constant de l’enquête et à la redéfinition de ses outils. Deuxièmement et par voie de conséquence, ce travail dialogue avec un ensemble de recherches collectives. Il y a les nombreux projets au sein desquels des segments de ce travail ont été élaborés et discutés51 ; il y a les séminaires de recherche qui ont eu pour environnement l’IUE, puis l’EHESS, ce qui a impliqué un dialogue permanent avec des collègues, des doctorants et étudiants venant de traditions académiques multiples. Moins académique mais tout aussi important, il y a eu les discussions formelles ou informelles avec la poignée d’amis et amies qui sont des compagnons de route : elles, ils appartiennent à différentes générations, ne sont pas nécessairement historiens, ne vivent pas tous où je vis. Que toutes et tous soient remerciés ici, ainsi que vous-mêmes, Catherine et Guillaume, comme les lectrices et lecteurs attentifs du comité éditorial de la revue, qui m’avez invitée à poursuivre ce dialogue.

Haut de page

Notes

1 Antonella Romano, Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (xvie-xviie siècles), Paris, Fayard, 2016.

2 Je renvoie ici aux travaux de Daniel Roche sur les académies de provinces, la sociabilité des milieux intellectuels, la culture matérielle et les questions de mobilité, sujets inégalement à la mode, mais auxquels il a consacré des livres importants et souvent pionniers. Quant à la contribution de Roger Chartier à l’histoire du livre et de la lecture, elle n’est pas à rappeler ici, sauf pour souligner qu’elle a en partie eu pour cadre le centre Alexandre Koyré, dont il a été le directeur dans les années 1990, au moment précisément où une nouvelle histoire des sciences se développait en France, comme dans le monde anglophone.

3 Steve Shapin, Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton, Princeton UP, 1985 ; trad. française Paris, La Découverte, 1993.

4 Pour un panorama complet du domaine, Dominique Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, Paris, Le Seuil, 2015, 3 vol.

5 Cette liste fonctionne aussi, et de manière parfaitement claire, comme un excellent indicateur des angles morts et des manques du livre : les historiographies sur le Japon ou sur la Hollande en sont les grandes absentes. Cette absence inviterait à développer une réflexion sur les formes rapides de l’internationalisation de nos propres pratiques de travail et sur ce que la globalisation contemporaine fait au travail des historiens, y compris quand ils ne s’intéressent pas à l’histoire globale : Jacques Revel, « Paysage par gros temps », dans Antonella Romano, Silvia Sebastiani (dir.), La forza delle incertezze. Dialoghi storiografici con Jacques Revel, Bologne, Il Mulino, 2016, p. 360-365 ; François Hartog, « Vers une nouvelle condition historique », Le Débat, 2016, n° 188, p. 177-180. Où il s’agit moins de faire de l’histoire globale l’unique horizon de la recherche, que de faire avec le monde.

6 Parmi ceux-là, et par ordre de publication, Steven Shapin, Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du xviie siècle, trad. par Samuel Coavoux et Alcime Steiger, Paris, La Découverte, [1994] 2014 ; Jean-Marc Besse, Les grandeurs de la terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, ENS Éditions, 2003 ; Juan Pimentel, Testigos del mundo. Ciencia, literatura y viajes en la Ilustracion, Marcial Pons Historia, 2003 ; id., El Rinoceronte y el Megaterio. Un ensayo de morfología histórica, Madrid, Abada Editores, 2010 ; Harold J. Cook, Matters of Exchange : Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age, New Haven, Yale University Press, 2007 ; Kapil Raj, Relocating Modern Science : Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007 ; Jorge Cañizares-Esguerra, Nature, Empire, and Nation : Explorations of the History of Science in the Iberian World, Stanford, Stanford University Press, 2006 ; Daniela Bleichmar et coll. (dir.), Science in the Spanish and Portuguese Empires, 1500-1800, Stanford, Stanford University Press, 2009 ; Stéphane Van Damme, À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Le Seuil, 2014 ; id., Histoire des sciences et des savoirs, t. 1, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 2015.

7 À faire la liste des références historiographiques disponibles, nécessaires, découvertes dans le cadre de cette recherche, ni une note ni un livre ne suffiraient.

8 Le travail de Jean-Marc Besse (voir supra note 6) et plus généralement ses réflexions sur l’espace au xvie siècle m’accompagnent depuis que nous avons commencé à travailler ensemble, voici une quinzaine d’années.

9 Stéphane Van Damme (dir.), De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 2015, introduction.

10 J’ai essayé de problématiser cette question dans le cadre de « Produzione di saperi. Costruzione di spazi », dossier thématique de Quaderni storici, 2013/1, n° 142, codirigé avec Sabina Brevaglieri.

11 Je pense à celles du Vatican, de l’Escorial ou des curies généralices des ordres réguliers, aussi bien que celles des grands princes ou des élites lettrées. Parmi les travaux les plus récents en histoire des sciences sur ce point, Elisa Andretta, « Presenze e esperienze mediche nello spazio della corte. Il Vaticano e l’Escorial a confronto (1560-1600) », dans Antonella Romano, Silvia Sebastiani, op. cit, p. 269-310.

12 Catherine Jami, Hubert Delahaye (dir.), L’Europe en Chine. Interactions scientifiques, religieuses et culturelles aux xviie et xviiie siècles, actes du colloque de la Fondation Hugot (14 au 17 octobre 1991), Paris, Collège de France (Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises, 34), 1993.

13 Daniel F. Lach, Asia and the Making of Europe, vol. 1, The Century of Discovery, 1965 ; vol. II, A Century of Wonder (3 t.), 1970-1977 ; vol. 3, A Century of Advance, 1993, co-édité avec Edwin J. Van Kley.

14 Nicolas Standaert (ed.), Handbook of Christianity in China, vol. I, 635-1800, Leiden, Brill, 2000 ; id., Methodology in View of Contact between Cultures : the China Case in the 17th Century, Hong Kong, Centre for the Study of Religion and Chinese Society, Chung Chi College, the Chinese University of Hong Kong, 2002 ; id., L’autre dans la mission : leçons à partir de la Chine, Bruxelles, Lessius, 2003 ; id., An Illustrated Life of Christ Presented to the Chinese Emperor : The History of Jincheng Shuxiang (1640), Sankt Augustin, Institut Monumenta Serica, 2007 ; id., The Interweaving of Rituals. Funerals in the Cultural Exchange between China and Europe, Seattle, University of Washington Press, 2008 ; Thierry Meynard, Religious Philosophy of Liang Shuming : The Hidden Buddhist, Boston, Brill, 2011 ; id., Confucius Sinarum Philosophus (1687) : The First Translation of the Confucian Classics, Rome, IHSI, 2011.

15 Joseph Needham, La science chinoise et l’Occident. Le grand titrage, trad. par Eugène Jacob, Robert Dessureault et Jean-Michel Rey, Paris, Le Seuil, [1969] 1973. Pour la description de l’œuvre complète, http://www.nri.cam.ac.uk/science.html.

16 Pour ne rester que dans le domaine français, Jacques Gernet, Chine et christianisme. Action et réaction, Paris, Gallimard, 1982 ; Étiemble, L’Europe chinoise, Paris, Gallimard, 2 vol., 1988-1989 ; Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Le Seuil, 1997 (rééd. 2002).

17 Georges Métailié, Science and Civilisation in China, vol. 6/4, Traditional Botany : An Ethnobotanical Approach, Cambridge University Press, 2015.

18 Voir supra note 8. Antonella Romano, « Fabriquer l’histoire des sciences modernes. Réflexions sur une discipline à l’ère de la mondialisation », Annales, HSS, 2015/2, p. 381-408.

19 Rappelons que celle-ci s’exprime depuis plusieurs types de critiques, qui incluent autant celle de l’orientalisme – dont la publication en 1978 du livre de Edward W. Saïd, Orientalisme, demeure la référence – que celles des subaltern studies et des études postcoloniales. La critique de l’européocentrisme épistémologique de l’histoire a récemment été formulée par Jorge Cañizares Esguerra, How to Write the History of the New World, Stanford, 2001 et Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe : Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton UP, 2001. Pour les commentaires en France des subaltern studies : Jacques Pouchepadass, « Les “subaltern studies” ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, octobre-décembre 2000, n° 156, p. 161-185 ; Isabelle Merle, « Les subaltern studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historiographique de l’Inde coloniale », Genèses, 2004, n° 56, p. 131-147 ; Michelle Zancarini-Fournel, « À propos du retard de la réception en France des subaltern studies », Actuel Marx, 2012, p. 150-164.

20 Manel Ollé, La empresa de China. De la Armada invencible al Galeón de Manila, Barcelone, Acantilado, 2002 ; Anna Busquets, « El imperio marítimo de la familia Zheng en el contexto del Japón Tokugawa y la China en transición Ming-Qing. Una aproximación a partir de los Hechos de Victorio Riccio », dans Pilar Garcés, Lourdes Terrón (dir.), Itinerarios, viajes y contactos Japón-Europa, Bern-Berlin, Peter Lang, 2012, p. 197-220 ; id., « La entrada de los manchús en China y su eco en España », dans Pedro San Ginés (dir.), Cruce de miradas, relaciones e intercambios, CEIAP, n° 3, Granada, Editorial Universidad de Granada, 2010, p. 455-474. Je dois ici exprimer toute ma gratitude à Fernando Bouza, pour les signaux qu’il m’adresse régulièrement sur la présence chinoise dans les archives espagnoles.

21 Frederico Palomo (ed.), « Written Empires : Franciscans, texts and the making of early-modern Iberian Empires », Culture & History, Digital Journal, 2016, 5/2 ; id. (dir.), « La memoria del mundo : clero, erudición y cultura escrita en el mundo ibérico (siglos xvi-xviii) », Cuadernos de historia, Universidad Complutense, 2014.

22 John Elliott, « A Europe of composite monarchies », Past and Present, 1992, n° 137, p. 48-71.

23 Voir Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, OpenEdition Press, 2014, p. 43-57.

24 Christian Jacob (dir.), Les lieux de savoir, Paris, Albin Michel, 2007-2011, 2 vol.

25 Augustin Berque, Vivre l’espace au Japon, Paris, Puf, 1982 ; Michel de Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1, Paris, Gallimard, 1990, dont les pages sur les lieux et les espaces sont fondamentales, p. 137-191 ; Bernard Lepetit, Carnets de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, 1999 ; Jean-Marc Besse, Habiter. Un monde à mon image, Paris, Flammarion, 2013. En relation avec la mission, Pierre-Antoine Fabre, Bernard Vincent (dir.), Missions religieuses modernes. « Notre lieu est le monde », Rome, École française de Rome, 2007.

26 Je dois insister ici sur l’importance qu’ont eue pour les historiens les programmes de recherche français sur les villes capitales, autour de Daniel Roche et de Christophe Charle. Avec Stéphane Van Damme, nous avons travaillé, ensemble et en parallèle sur la question des villes-mondes, ce qui nous a conduits à diriger le dossier thématique de la RHMC, « Sciences et villes-mondes : penser les savoirs au large (xvie-xviiie siècle) », t. 55, 2008. Sur Rome, Antonella Romano (dir.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 403), 2008. Sur Paris et Londres, Stéphane Van Damme, Métropoles de papier. Naissance de l’archéologie urbaine à Paris et à Londres, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

27 Parmi les références qui, en histoire des sciences, jouent un rôle central dans la réflexion sur la mise en espace de nos questionnaires, voir supra, note 6.

28 L’Atlante della Cina di Michele Ruggieri, a cura di Eugenio Lo Sardo, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1993.

29 Matteo Ricci, Il mappamondo cinese del p. Matteo Ricci S.I. Conservato presso la Biblioteca Vaticana, commentato tradotto e annotato dal p. Pasquale M. D’Elia S.I., Con XXX tavole geografiche e 16 illustrazioni fuori testo (3a edizione, Pechino 1602), Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, 1938.

30 Lorraine Daston, Peter Galison, Objectivité [2007], trad. française, Paris, Presses du Réel, 2012.

31 Voir, outre Nicolas Standaert, Handbook of Christianity in China, op. cit. supra note 14, le premier ouvrage qui porte sur les communautés de convertis : Nicolas Standaert, Chinese Voices in the Rites Controversy, Rome, IHSI, 2012.

32 Peter C. Perdue, China Marches West. The Qing Conquest of Central Eurasia, Cambridge, Harvard UP, 2005.

33 Un thème que j’avais pointé, pour la Compagnie de Jésus, est celui de la contradiction intrinsèque entre mobilité et conversion, comme entre enseignement qui suppose la sédentarité et mission qui implique le mouvement : « Modernité de la Ratio Studiorum (Plan raisonné des études). Genèse d’un texte normatif et engagement dans une pratique enseignante », dans Étienne Ganty, Michel Hermans, Pierre Sauvage (dir.), Tradition jésuite et pratique pédagogique. Histoire et actualité, Namur-Bruxelles, Presses universitaires de Namur-Éditions Lessius, 2002, p. 44-87.

34 José Ignacio Tellechea Idígoras (dir.), Martín Ignacio de Loyola. Viaje alrededor del mundo, Madrid, Historia, 1989.

35 Juan Gonzalez de Mendoza, Historia de las cosas más notables, ritos y costumbres del gran reyno de la China… hecha y ordenada por el muy R. p. maestro Fr. Joan González de Mendoça, Rome, Bartolomeo Grassi, 1585 ; Martino Martini, Opera Omnia, Università degli Studi di Trento, 1998-2013 : vol. I, Lettere e documenti, G. Bertuccioli (dir.) ; vol. II, Opere minori, G. Bertuccioli (dir.), Trento, Università degli Studi di Trento, 1998 ; vol. III, Novus Atlas Sinensis [1655], notes de G. Bertuccioli et vol. complémentaire de Tavole ; vol. IV, Sinicae Historiae Decas Prima, Frederico Masini, Luisa M. Paternicò (dir.), Trento ; vol. V, De Bello Tartarico Historia e altri scritti, Frederico Masini, Luisa M. Paternicò (dir.) ; Nicolas Trigault, Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine. Entreprinse par les PP. de la compagnie de Iesus. Comprinse en cinq livres. Esquels est traicté fort exactement et fidelement des mœurs, Loix et coutumes du pays, et des commencemens tres-difficiles de l’Eglise naissante en ce Royaume. Tirée des comentaires du p. Matthieu Riccius par le p. Nicolas Trigault de la mesme compagnie. Et nouvellement traduicte en françois parlé S.D.F. de Riquebourg-trigault. Avec privilege du Roy, Lyon, Horace Cardon, 1616 ; Juan de Palafox y Mendoça, Historia de la conquista de la China por el tartaro, escrita por… Juan de Palafox y Mendoça, siendo obispo de la Puebla de los Angeles y virrey de la Nueva-España y a su muerte obispo de Osma, Paris, A. Bethier, 1670.

36 Matteo Ricci, Lettere (1580-1609), éditées sous la direction de Piero Corradini et Francesco D’Arelli, Macerata, Quodlibet, 2001.

37 Il n’est pas possible d’entrer ici dans une analyse fine des différents débats autour desquels s’est construite la micro-histoire en Italie, et je ne voudrais citer ici que les titres des deux livres qui ont eu le plus d’influence en France : Carlo Ginzbourg, Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle (1976), Paris, Aubier, 1980 ; Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, [1985] 1989. Reste à développer une réflexion plus approfondie sur la question des espaces et des lieux qui est aussi au centre des débats de la microstoria, comme en témoigne le travail d’Angelo Torre, Luoghi. La produzione di località in età moderna e contemporanea, Rome, Donzelli, 2011. Il en est question dans le volume de Quaderni storici, que j’ai coédité en 2013 et qui porte sur production d’espaces et construction de savoirs : voir supra, note 10.

38 Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996 ; Antonella Romano, Silvia Sebastiani (dir.), La forza delle incertezze. Dialoghi storiografici con Jacques Revel, Bologne, Il Mulino, 2016.

39 À propos des trajectoires, il est sans doute inutile de revenir ici sur les quelques pages de Pierre Bourdieu sur la biographie ou sur le travail de Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

40 Le voyage en Chine d’Adriano de Las Cortes (1625), Paris, Chandeigne, 2001 (traduction de l’espagnol en français, introduction et notes).

41 Voir Nicolas Dodier, Janine Barbot, « La force des dispositifs », Annales, HSS, 2016/2, p. 421-450.

42 Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 9.

43 François Hartog, « Le regard éloigné. Claude Lévi-Strauss et l’histoire », dans Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Gallimard, 2007, p. 175-190.

44 Michel de Certeau, Le lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, Gallimard-Le Seuil-Hautes Études, 2005.

45 Une articulation évidente des deux thèmes, bien connue des historiens des sciences, se trouve sur le frontispice de l’œuvre de Francis Bacon, Instauratio Magna, Londres, 1620.

46 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Préface, Paris, Colin, 1949, p. 13 : « … une histoire quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapports avec le milieu qui l’entoure ; une histoire lente à couler et à se transformer, faite bien souvent de retours insistants, de cycles sans cesse recommencés […] cette histoire-là, presque hors du temps, au contact des choses inanimées. »

47 C’est ce que rappelle de manière magistrale l’œuvre de Arnaldo Momigliano, Sagesses barbares. Les limites de l’hellénisation, Paris, Maspero, 1979.

48 Il faut rappeler ici le lent déplacement des problématiques de l’histoire des sciences vers les sciences de la nature : Henrika Kuklick, Robert E. Kohler (ed.), « Science in the field », Osiris, vol. 11, 1996. Sur les empires coloniaux, les travaux de Kapil Raj, réunis dans le volume cité supra note 6 ; sur l’astronomie dans son rapport au monde, Simon Schaffer, « Newton à la plage. L’ordre de l’information dans les Principia Mathematica », dans La fabrique des sciences modernes, Paris, Le Seuil, 2014, p. 15-52 ; id., « Les cérémonies de la mesure. Repenser l’histoire mondiale des sciences », Annales, HSS, 2015/2, p. 409-435. Sur les voyages et la production des savoirs botaniques, Londa Schiebinger, Claudia Swan (ed.), Colonial Botany : Science, Commerce, and Politics, University of Pennsylvania Press, 2005 ; Paula Findlen, Pamela Smith (ed.), Merchants and Marvels : Commerce, Science, and Art in Early Modern Europe, New York, Routledge, 2002 ; sur les voyages et les instruments, le travail de Marie Noëlle Bourguet, Christian Licoppe, Otto Sibum, Instruments, Travel, and Science, The itineraries of precision from the seventeenth to the twentieth century, Londres, Routledge, 2002.

49 Dans le Codex de Tlaxcala, conservé à la bibliothèque universitaire de Glasgow, se trouve une illustration de ces destructions : http://special.lib.gla.ac.uk/exhibns/month/jan2003.html. Sur les campagnes de quête de manuscrits orientaux dans l’Italie du xvie siècle, Le vie delle lettere. La Tipografia Medicea tra Roma e l’Oriente, Florence, Mandragora, 2012.

50 Alexandre Koyré, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Puf, 1962.

51 Du travail au long cours sur Rome, j’ai cité Antonella Romano (dir.), Rome et la science moderne, supra note 26. Une nouvelle étape de ce travail est en cours de lancement, en collaboration avec Elisa Andretta, sous le titre de « Babel-Rome. La nature du monde et ses langues dans la Rome du xvie siècle » : elle est appuyée par l’École française de Rome. D’une recherche collective hors cadres de financements institutionnels, avec des collègues travaillant en et sur l’Europe de l’Est, est issu le volume László Kontler, Antonella Romano, Silvia Sebastiani, Zsuzsanna Török (eds.), Negociating Knowledge in Early Modern Empires : A Decentred View, New York, Palgrave-MacMillan, 2014. J’ai eu le plaisir d’être associée au projet de Susanna Burghartz, Lucas Burkart, Christine Göttler (ed.), Sites of Mediation : Connected Histories of Europe, 1350-1650, Leiden, Brill, 2016. Un projet appuyé par le NIAS, animé par Bert de Munck, porte sur la question de la ville et de la production des savoirs et nous travaillons actuellement au volume qui doit en être le résultat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonella Romano, Catherine Brice et Guillaume Gaudin, « Le monde, la terre et l’Europe moderne. Retour sur les processus de production et de mobilité des savoirs dans les espaces de la catholicité entre xvie et xviie siècle », Diasporas, 29 | 2017, 71-89.

Référence électronique

Antonella Romano, Catherine Brice et Guillaume Gaudin, « Le monde, la terre et l’Europe moderne. Retour sur les processus de production et de mobilité des savoirs dans les espaces de la catholicité entre xvie et xviie siècle », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/749 ; DOI : 10.4000/diasporas.749

Haut de page

Auteurs

Antonella Romano

Antonella Romano est directrice d’études à l’EHESS, directrice du centre Koyré d’histoire des sciences et des techniques. Ses recherches portent sur la production des sciences des savoirs dans le monde moderne. Après l’enseignement des sciences dans les collèges jésuites de l’Europe de la Renaissance, elle a travaillé sur la figure du savant missionnaire dans les espaces de la catholicité à partir des terrains romain, mexicain et chinois. Elle a abordé la question de la production des savoirs dans les empires ibériques entre xvie et xviie siècle dans Impressions de Chine. L’Europe et l’englobement du monde (xvie-xviie siècles) (Paris, Fayard, 2016). Elle y interroge, en pratiquant le jeu d’échelles, la mobilité des hommes, des objets et des savoirs constitutifs des relations entre l’Europe et les autres parties du monde.

Articles du même auteur

Catherine Brice

Articles du même auteur

Guillaume Gaudin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals