Navigation – Plan du site

Un temps d’ingéniosité. Les missions politiques d’un dignitaire tunisien en Toscane dans les années 1870

An Era of Inventiveness. The Political Missions of a Tunisian Dignitary in 1870s Tuscany
M’hamed Oualdi
p. 91-103

Résumés

Tunis, Paris, la Toscane… En suivant, dans la seconde moitié du xixe siècle, les voyages et exils du général Husayn, dignitaire de la province ottomane de Tunis, cet article participe d’un effort historiographique récent pour concevoir une histoire de l’innovation qui ne se limite pas à l’Europe et prenne davantage en compte les circulations à un niveau global et local. L’expérience de Husayn montre que l’adoption de nouveaux arts de faire gouvernementaux, juridiques et financiers s’est produite en Toscane dans un territoire de fortes interactions méditerranéennes, et surtout que ces expérimentations n’ont été rendues possibles que par un apprentissage initial à Tunis de nouveaux registres argumentatifs et d’une nouvelle économie du litige autour du foncier. Dans ce cas, les relations entre mobilité et innovation se sont beaucoup moins nourries d’une discontinuité que d’une continuité entre des territoires nord-africains et européens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lissa Roberts, « Situating science in global history: Local exchanges and networks of circulation » (...)
  • 2 Ibid., p. 16, 18.

1Comment écrire une histoire de l’innovation qui ne se limite pas à l’Europe, qui ne conçoive pas ce continent comme un lieu central de diffusion de l’innovation à travers le monde à la période moderne et contemporaine ? Comment montrer que l’introduction de nouveautés en de multiples domaines est le produit de rencontres constantes entre des acteurs issus de « diverses cultures » et que ces mêmes innovations sont « acclimatées », « affinées » en plusieurs localités1 ? Face à de tels questionnements méthodologiques, l’une des réponses les plus récentes a consisté à prendre davantage en considération les négociations, les échanges et circulations entre « centres d’accumulation du savoir » à un niveau global et local, selon des itinéraires qui mettent en relation plusieurs points de contact2. Cette proposition méthodologique s’est traduite plus concrètement par une plus grande attention portée à des acteurs historiques jusque-là jugés secondaires, tous ces traducteurs et savants locaux qui ont permis la mise en relation des savoirs et des scientifiques dans une tension entre histoire locale et histoire globale.

  • 3 Francesca Trivellato, « Is there a future for Italian microhistory in the age of global history? », (...)
  • 4 Christian G. De Vito, « Verso una microstoria translocale », art. cit., p. 825 ; Sanjay Subrahmanya (...)

2Dans cette contribution, nous suivrons cette approche non pas en termes d’innovations scientifiques, mais pour des arts de faire gouvernementaux, juridiques et argumentatifs, à travers la trajectoire et les circulations d’un de ces personnages en apparence secondaire, un dignitaire de la province ottomane de Tunis dans la seconde moitié du xixe siècle, le général Husayn. La vie de ce dignitaire est en effet de bout en bout modelée par des voyages incessants. Elle peut être analysée à la manière des imperial et global lives, de ces vies menées entre les mondes et les langues3 qui révèlent, par toute une série de connexions, les dimensions insoupçonnées de phénomènes historiques4.

  • 5 Ahmad Tawīlī, Al-Jinirāl Husayn : hayātuhu wa-athāruhu, Tunis, Baladīyat Tūnis, 1994, p. 19, 24 ; J (...)

3Husayn est né dans le Caucase dans les années 1820. Comme nombre d’enfants asservis issus de cette région, il a été arraché à sa famille circassienne, avec laquelle il a rompu tout lien. Perdant tout souvenir de ses origines, Husayn est acheté en Anatolie en tant que mamelouk pour être amené à Tunis où il jouit d’une éducation de palais et d’une éducation militaire dans l’entourage des gouverneurs de cette province ottomane. En même temps qu’il est promu à de hautes charges administratives5, Husayn reprend la route pour représenter l’État tunisien à partir du début des années 1850, d’abord en France, dans l’ensemble de l’Europe, à Istanbul, en Égypte puis en Italie, en Toscane où il commence à séjourner à partir du début des années 1870 pour s’y éteindre en 1887, six ans après la conquête militaire de la Tunisie par la France.

4Chacune des étapes de cette vie vagabonde pourrait donc nourrir une réflexion sur les relations entre mobilité et innovation et sur la conception de ces innovations dans et hors de l’Europe, à des niveaux locaux et globaux. Dans cette contribution, nous nous focaliserons cependant sur les temps des missions politiques de Husayn en Toscane au cours des années 1870. Nous montrerons dans un premier temps que, passé le temps de découverte de l’Europe, c’est lors de son séjour prolongé en Toscane, à partir du début des années 1870, que Husayn et les agents qu’il emploie contribuent à des innovations dans un contexte de forts litiges autour de patrimoines et de successions. Nous verrons ensuite que la vigueur de ces innovations n’est pas simplement le résultat d’un déplacement de Tunis vers la Toscane, mais que de nouvelles expérimentations sont pour partie rendues possibles par un apprentissage initial à Tunis, d’une part, de nouveaux registres argumentatifs, et d’autre part, d’une économie du litige autour du foncier entre sujets musulmans, juifs et ressortissants européens. Les capacités d’innovation de Husayn et de son entourage se restreignent toutefois dans une troisième et dernière phase, lorsque Husayn et ses congénères perdent leur statut de représentants officiels de Tunis et se considèrent en exil : l’exil est alors fait à la fois d’adaptations et de perte de capacités d’action.

  • 6 E. Natalie Rothman, Brokering Empire Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul, Ithaca, C (...)

5Notre intention en suivant cette trajectoire singulière est de ne pas déterminer par avance les champs d’innovation que nous voulons explorer mais d’identifier ce qui, pour les acteurs de l’époque, constituait des domaines d’innovation, à travers la superposition de pratiques et perceptions nouvelles et anciennes. Nous souhaitons réinscrire les acteurs d’une société maghrébine dans une confrontation avec des puissances européennes et avec des forces coloniales et, dans le même temps, les envisager dans des enjeux plus globaux. De fait, si nous situons l’action de Husayn et de son entourage entre des terres ottomanes et européennes, nous ne préjugeons pas des continuités et discontinuités entre ces ensembles politiques6. Nous ne pensons pas d’emblée ces mondes comme antagoniques, irréconciliables, et par nature distincts. Selon les degrés de mobilité de Husayn, les territoires qu’il a parcourus, les innovations entre l’Europe et le Maghreb sont soit accueillies et redistribuées à Tunis, soit reformulées entre la Tunisie et la Toscane, soit encore adaptées dans une période d’exil.

Représenter des intérêts tunisiens en Toscane

  • 7 Ahmad Tawīlī, al-Jinirāl Husayn…, op. cit., p. 24 ; Husayn visite l’Allemagne, la Suède, le Danemar (...)
  • 8 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 196, Livourne, 26 octobre 1878, p. 188, recommandation au g (...)
  • 9 Omar Carlier, « L’espace et le temps dans la recomposition du lien social : l’Algérie de 1830 à 193 (...)

6Husayn, tout comme d’autres dignitaires du gouvernement tunisien, entame de longs périples vers l’Europe à partir des années 1850. Entre 1853 et 1856, il est envoyé en mission à Paris aux côtés de Khayr al-Din, un autre dignitaire qui partage le même statut de serviteur mamelouk7. Au début des années 1860, Husayn se rend jusqu’à la côte est des États-Unis8. Il parcourt la Méditerranée, d’Alger à Istanbul qu’il visite à de nombreuses reprises durant cette même période. Des moyens de locomotion plus rapides facilitent bien sûr ces déplacements croissants. Les relations avec la France ainsi qu’avec les puissances italienne et britannique se sont resserrées. L’ancienne province ottomane d’Alger, conquise à partir de 1830, fait partie intégrante de la France à partir de 18489. Parallèlement, les puissances européennes parviennent à mettre fin aux monopoles des souverains marocains et tunisiens sur les commerces locaux. Les négociants français, britanniques et italiens pénètrent ces économies rurales et s’y assurent une place prééminente.

  • 10 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 181.
  • 11 Ministero degli Affari Esteri, Archivio storico (Roma), II. registri copia lettere in partenza, dis (...)
  • 12 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 183.

7Les voyages de Husayn et d’autres de ses pairs sont toujours menés dans le cadre de missions politiques. À partir de 1853, aux côtés de son collègue Khayr al-Din, Husayn doit défendre les intérêts de l’État tunisien dans l’affaire de Mahmud Ibn Ayyad, fermier général et principal financier du pouvoir qui, l’année précédente, avait quitté Tunis avec une fortune considérable de 50 à 60 millions de francs de l’époque10. De la même manière, à partir du début des années 1870, parallèlement à des charges de ministre-conseiller, Husayn séjourne de plus en plus régulièrement en Italie et surtout en Toscane pour faire valoir les droits de son gouvernement dans toute une série de litiges financiers et fonciers. Il intervient contre une société italienne formée pour l’acquisition d’un grand domaine foncier, le domaine de la Djedeida11. Il représente ensuite les intérêts de l’État tunisien dans l’affaire de la succession de Nessim Scemama. Cet ancien chargé des finances publiques tunisiennes avait quitté Tunis en 1864 emportant avec lui « près de 20 millions de francs, produit de ses détournements sur le Trésor public ». Il meurt à Livourne en 187312… De fait, le déploiement d’un ensemble d’innovations – entendues dans le cadre de ce dossier comme de nouveaux arts techniques, financiers, commerciaux et politiques – est profondément lié à ces missions de représentation d’un État, dans des affaires de détournement de fonds publics et d’appropriations problématiques de domaines fonciers en Tunisie.

Régimes de la preuve

  • 13 Baber Johansen, « Formes de langage et fonctions publiques. Stéréotypes, témoins et offices dans la (...)
  • 14 Rachida Chich, Catherine Mayeur-Jaouen et Rüdiger Seeseman, « The nineteenth century: A Sufi Centur (...)

8Il serait malaisé d’inventorier un à un ces nouveaux arts de faire, d’administrer et d’interagir avec des institutions de justice et d’État en Europe, tant les missions de représentation de Husayn et d’autres représentants de l’État tunisien entremêlent le juridique, le financier, le matériel et le social. Mais il nous semble qu’au cœur de ces missions apparaissent de nouvelles manières de constituer des preuves et des témoignages pour corroborer les thèses de représentants tels que Husayn et affaiblir les arguments adverses. Ainsi, à Paris comme à Florence, Husayn et ceux qu’il emploie pour l’assister doivent prendre en compte plusieurs conceptions juridiques de la preuve et du témoignage dans les affaires qu’ils ont à traiter : des conceptions qui ont cours à Tunis selon diverses interprétations du droit musulman mais aussi selon des consultations rabbiniques ; d’autres conceptions de la preuve et du témoignage que nourrissent les consulats européens mais également les tribunaux italiens ou français… Husayn, ses alliés ou, à l’inverse, ses rivaux doivent ainsi composer avec le degré de valeur probante de plus en plus reconnue aux documents écrits, notamment au sein de l’Empire ottoman13, avec l’établissement entre 1869 et 1876 d’un Code civil ottoman promulgué en 187714.

  • 15 Brinkley Morris Messick, The Calligraphic State…, op. cit., p. 253.
  • 16 Rachida Chich, Catherine Mayeur-Jaouen et Rüdiger Seeseman, « The nineteenth century: A Sufi Centur (...)
  • 17 Didier Guignard, L’abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale, 1880-1914 : visibilité et singularité, (...)

9La valeur des preuves et des témoignages se transforme d’autant plus qu’à mesure que les administrations renforcent leur capacité à identifier des sujets, à les suivre dans leurs mobilités, à les contrôler ou à reconnaître leurs droits en les dotant de feuilles volantes (pièce d’identité, passeport, laissez-passer), la peur du témoin inconnu, l’incertitude face à l’honorabilité et l’origine d’un justiciable se dissipe, et devient un critère moins saillant dans la constitution d’un témoignage, dans la vérification de l’identité d’un témoin, dans le choix d’un mandataire, que son appartenance ou son exclusion d’un corps civique15. De surcroît, dans ces nouvelles manières de composer avec la preuve et le témoignage qui mobilisent une variété d’expertises juridiques, Husayn et ses contemporains ajoutent aux documents manuscrits de nouvelles techniques telles que l’imprimerie, qui permet la démultiplication des copies de documents judiciaires16, ou le télégraphe17, qui accélère la circulation de l’information sur ces procédures. En somme, ces hommes de la seconde moitié du xixe siècle superposent des normes et techniques anciennes et nouvelles, des droits européens et musulmans, afin de fournir et démultiplier des preuves, afin de nourrir des sociétés procédurières et paperassières de part et d’autre de la Méditerranée.

L’inventivité financière

  • 18 Note de Santillana sur l’affaire Santoni de Sio, 21 avril 1887, Archives nationales tunisiennes (AN (...)

10La forte implication de représentants de l’État tunisien dans des litiges financiers et fonciers suscite, en plus de nouvelles formes de manipulation des preuves et des témoignages, toute une série d’opérations financières aussi bien au sein de l’Empire ottoman qu’en Europe : le recours à des prête-noms et mandataires ; des montages financiers sophistiqués ; la constitution de sociétés factices ; des appropriations de chèques en blanc… Ainsi, afin de récupérer une partie des fonds détournés par Nessim Scemama, Husayn et ses agents cherchent à céder en 1879 à des investisseurs européens des créances du gouvernement tunisien sur la succession Scemama. Les actionnaires s’avéreront fictifs, Husayn tirant en réalité toutes les ficelles de cette affaire18.

  • 19 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 99 : « L’ad (...)
  • 20 1869 dans le cas de Tunis.
  • 21 Pierre-Cyrille Hautcœur, « Les transformations du crédit en France au xixe siècle », Romantisme, vo (...)
  • 22 Ibid.

11Mises bout à bout, toutes les opérations financières de Husayn et de son entourage infirment l’idée parfois véhiculée dans l’historiographie de cette région d’une incurie et d’une arriération dans le domaine des finances19. À partir de la fin des années 186020, l’ensemble des administrations ottomanes, qu’elles soient provinciales ou centrales, se retrouvent non seulement en situation de banqueroute mais doivent accepter que leurs finances publiques soient contrôlées et pour partie gérées par des commissaires ou experts européens. Ces faillites ne sont pas que le fruit de l’incompétence ou d’une « kleptocratie » dont on trouverait des indices en d’autres régions de la Méditerranée. Les niveaux inégalés d’endettement public, notamment à Tunis, sont fortement liés aux charges financières qu’a entraînées, ici comme dans d’autres contrées ottomanes, la mise en place de réformes de l’armée, de la justice et de l’administration (tanzīmāt) à partir des années 1830. Les gouvernants ottomans se retrouvent accusés de mauvaise gestion et de concussion alors même qu’en Europe le sens donné à l’endettement public s’est transformé et que des hommes comme Mahmud Ibn Ayyad ou Nessim Scemama, qui ont détourné des fonds publics, sont accueillis à bras ouverts à Paris ou à Livourne par des institutions bancaires en plein développement21. Dans toute une série de négociations et de litiges autour de ces fonds détournés, des représentants comme Husayn adaptent des pratiques déjà bien connues (celle du mandataire-wakīl, celle de la société-shirka…) à un environnement financier concurrentiel et à des techniques de crédit de plus en plus sophistiquées22.

Presse, imprimés et univers matériel

  • 23 Fathī Qāsimī, Al-Shaykh Muhammad Bayram al-Khāmis : hayātuhu wa-fikruhu al-islāhī, Carthage, Bayt a (...)
  • 24 Christiane Souriau-Hoebrechts, La presse maghrébine : Libye, Tunisie, Maroc, Algérie ; évolution hi (...)
  • 25 Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn. 29 octobre-novembre 1887, f.  (...)

12Afin d’asseoir sa version des faits et de diffuser une vision du monde qui lui sied, Husayn, comme nombre d’autres dignitaires de la province ottomane de Tunis, s’empare d’une dernière forme d’innovation : l’imprimerie et la presse, dont l’usage est alors récent parmi les élites musulmanes de l’Empire ottoman. En Italie, il finance la publication de brochures juridiques en italien, français et arabe, dont l’argumentaire est forgé avec l’aide d’avocats italiens23. En Europe et dans l’Empire ottoman, il sponsorise des éditeurs de journaux, dont trois figures majeures qui s’adressent à un public arabophone ou à des lecteurs de journaux en turc ottoman. Le premier est Faris al-Shidiyaq, ancien imprimeur à Malte, directeur du journal al-Jawā’ib (Les Nouvelles) qu’il fonde à Istanbul à partir de 1861 et qu’il dirige pendant plus de deux décennies24. Les deux autres sont les réformistes musulmans Jamal al-Din al-Aghani et Muhammad ‘Abduh qui, à partir de Paris, publient, entre mars et octobre 1884, al-‘Urwa al-Wuthqā25.

  • 26 Objets consignés par le chancelier du consulat de France à Florence à M. Negri, directeur de l’Hôte (...)
  • 27 Suite de l’inventaire des 29 octobre et de novembre 1887, f. 69, « enveloppe contenant quatre regis (...)
  • 28 Verbale di rimozione e apposizione sigilli via Fra Bartolomeo 40, 17 octobre 1887, Archives notaria (...)
  • 29 Objets consignés par le chancelier du consulat de France à Florence à M. Negri, directeur de l’Hôte (...)
  • 30 Arjun Appadurai (éd.), The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, C (...)
  • 31 Husayn, Rasā’il…, op. cit, 1992, t. 2, lettre 115, 23 janvier 1875, p. 50.
  • 32 Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn, 29 octobre-novembre 1887, MAE (...)

13Certes, le domaine des techniques et des arts qu’expérimente Husayn ne saurait être restreint à celui du droit, de la finance et de l’imprimé. Husayn prend place dans l’univers matériel européen de la fin du xixe siècle. En la matière, les meublés loués par Husayn à Florence ne se distinguent pas de ceux d’autres demeures toscanes de la fin du xixe siècle. Husayn détient et loue comme en d’autres foyers des objets d’usage : les ustensiles de cuisine, les meubles des chambres et salons, un pianoforte26. Sa cuisine, le paiement des loyers sont mis en ordre de manière bourgeoise : des comptes y sont tenus, mais en langue arabe27. Hors du foyer, il porte des tenues civiles, des chapeaux28, des vestes avec des cols en fourrure29. Husayn joue un rôle déterminant d’intermédiaire pour faire parvenir des objets d’Europe aux cercles dirigeants tunisois. Il reçoit des commandes en livres, en tissus, en armes de ses pairs. Il participe d’une transformation des cultures matérielles en Méditerranée en répondant aux désirs et besoins nouveaux d’une société de cour30. Il expédie à son protecteur Khayr al-Din deux chiens de Londres qu’il fait voyager par bateau31. Il transmet des bijoux pour une valeur de 600 000 francs au principal vizir, Mustafa Khaznadar, en 185432.

  • 33 Lissa Roberts, « Situating science in global history », op. cit., p. 22-23. Référence aux travaux d (...)
  • 34 Ibid., p. 22.

14Mais, d’une part, le rôle de convoyeur de biens matériels n’est pas neuf. La région fut traversée de nombreux courants d’échanges, animés notamment à partir de la Toscane depuis le xvie siècle. D’autre part, Husayn a accordé, semble-t-il, peu d’importance à cette culture matérielle. Il ne possède que deux chevaux, des malles et des livres en langue arabe et en langues européennes. L’essentiel de son patrimoine est constitué de biens immobiliers situés à Tunis et dans ses alentours. Ce qui nous semble de fait relever de l’innovation, c’est la mobilisation de tout un registre renouvelé, dans ses formes et dans son contenu, de la preuve, des finances et de l’information lorsque Husayn séjourne plus fréquemment en Italie à partir du début des années 1870 et qu’il agit alors dans un contexte de forts litiges. Si bien que dans ce cas précis, le rapport à l’innovation se nourrit moins d’une simple situation de mobilité, d’extraversion, de dépaysement et de découverte que d’un contexte de forts litiges autour de patrimoines et finances disputés devant des cours européennes. La Toscane dans laquelle Husayn séjourne au cours des années 1870 n’est pas un middle ground, un espace de forte créativité par absence d’autorité33. Ce n’est pas non plus un native ground, un espace déjà habité que Husayn aura latitude d’occuper et de transformer. C’est davantage un territoire empli de frontières, d’interactions anciennes et de négociations autour de litiges par lesquels certains types d’innovation prennent forme34.

Tunis, foyer de sensibilisation aux innovations

15L’appropriation de nouveaux registres argumentatifs et de pratiques financières n’aurait pas été rendue possible sans une sensibilisation et une formation initiale de Husayn, de ses pairs et de leur entourage dans leur région de départ, à Tunis, auprès du gouvernement qui les emploie. En ce sens, ce cas montre que les relations entre mobilité et innovation sont influencées non seulement par le degré et les formes de relation qu’entretient un voyageur tel que Husayn avec ses hôtes, mais aussi par les formes de ses expérimentations dans sa terre d’accueil, à Tunis.

L’apprentissage de langues et de nouveaux registres argumentatifs

  • 35 Mahmud ‘Abd al-Mula, Al-Madrasa al-harbiya bi-Bardu, Tunis, MTM, 2003 ; Ali Chenoufi, « Un rapport (...)

16Husayn et d’autres représentants gouvernementaux dépêchés en Europe n’ont pu accéder aux appréhensions diverses de l’argumentaire juridique, aux imprimés, que parce qu’ils cumulent, à partir du début des années 1830, au moins deux formes d’éducation : une éducation de palais dans laquelle les fondements de l’islam et notamment l’apprentissage du Coran occupent une place centrale, ainsi qu’une éducation militaire qui ajoute à la connaissance de l’arabe celle d’autres langues européennes, des savoirs scientifiques et de l’entretien physique. L’institution qui prodigue ce second type d’éducation militaire, l’École dite « polytechnique » (maktab al-ulūm al-harbiyya), est inaugurée en 1840 au Bardo, dans les alentours de Tunis, six ans après la création du même type d’institutions scolaires à Istanbul35. L’école du Bardo fut surtout déterminante en ce qu’elle a constitué un lieu d’apprentissage de techniques d’écriture et d’accès à de nouveaux registres narratifs et argumentatifs.

  • 36 Anne-Laure Dupont, “An expression of pan-islamism in Tunisia at the beginning of the French Protect (...)
  • 37 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 3, lettre 288, 8 décembre 1886, p. 192.
  • 38 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 1, lettre 1, 21 octobre 1856, p. 27-29 ; lettre 17, 27 février 1868, (...)
  • 39 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 1, 31 août 1872, p. 173.

17Dans sa jeunesse, au sein de l’École, Husayn travaille ainsi à des traductions de traités militaires du français à l’arabe avec deux autres camarades sous l’autorité du shaykh Mahmud Qabadu (1815-1871), haute figure du savoir à Tunis36. C’est certainement à partir de cette époque qu’il cultive un intérêt croissant pour l’apprentissage des langues. Sa connaissance du français et de l’italien est active et créative. S’il n’écrit pas ces deux langues, il peut lui arriver de dicter quelques lignes en français37. Entre 1856 et 1872, il translitère en arabe les termes suivants : carte de visite (kārta al-fīzīta), pommade (būmāda), Conseil d’État (kūnsīl dī Ātā), protocole, directeur, tribunal, projet, aviso, visite, camera38. Il utilise plus rarement en toutes lettres des expressions comme « il n’y a rien à perdre39 ».

  • 40 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 164, 4 septembre 1877, p. 134.
  • 41 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 1, lettre 3, 14 juillet 1859, p. 32-33 ; lettre 65, 19 juin 1872, p.  (...)
  • 42 L’exemplaire répertorié à la Bibliothèque nationale tunisienne est intitulé Rihla Tūnisī bi-Urūba b (...)
  • 43 Ahmad Tawīlī, al-Jinirāl husayn…, op. cit., p. 131 ; Muhammad al-Hādī al-Matwī, « al-Jinirāl Husayn (...)
  • 44 Christiane Souriau-Hoebrechts, La presse maghrébine…, op. cit., p. 35. Ahmad Tawīlī, al-Jinirāl hus (...)

18Il a une connaissance moins étendue du turc que de l’arabe. Quand il veut parler avec le dignitaire ottoman Midhat Pacha, lors d’une entrevue en septembre 1877, ce dernier lui répond en français40. A contrario de certains de ses pairs qui comme lui étaient des mamelouks, des serviteurs parfois d’origine servile, Husayn ne se contente pas de savoir signer et lire une correspondance administrative. Il peut composer lui même ses écrits en langue arabe et les signer sans toujours dépendre de scribes41. Parvenu à des charges administratives, Husayn réutilise des genres locaux (lettre ouverte ou risāla, récit de voyage ou rihla42) tout en s’essayant à des formes narratives européennes nouvelles pour les élites arabophones de la province de Tunis. Il signe ce qui est perçu comme le premier conte pour enfants « de la Tunisie moderne », dans lequel les personnages sont censés incarner des hommes de son temps43. Il participe aux côtés du commerçant britannique Richard Holt à la mise en place du premier journal officiel tunisien, al-Rā’id al-Tūnisī, dès 1859. Il finance sur ses propres deniers, pour 8 000 francs, l’importation d’Europe des caractères de ce journal tiré à 1 500 exemplaires, dont la moitié étaient destinés aux fonctionnaires tunisiens, obligés de s’y abonner44. Toutes ces expériences d’écriture montrent à quel point les années de formation et d’administration à Tunis modèlent les formes d’appropriation des techniques de l’imprimé et les formes d’argumentation juridique.

L’initiation aux litiges financiers et fonciers

  • 45 MAE (Courneuve), CPC, dossier 630, succession Husayn, lettre de Orsolina Cubisol à Husayn, 7 août 1 (...)
  • 46 Ces terres sont dites habūs, c’est-à-dire qu’elles ont été retirées du marché foncier afin que leur (...)
  • 47 Lié au régime de l’inzāl, forme de location perpétuelle (kirā’ mu’abbad) » liée à une propriété hab (...)

19D’un autre point de vue, l’agilité acquise dans la mise en place de montages financiers, dans l’appropriation de fonds publics tunisiens, peut aussi être liée à la fois à l’ingéniosité juridique qui se déploie à Tunis dans la constitution de patrimoines privés et d’un domaine public dans le courant des années 1860, et à une certaine expertise acquise face à la démultiplication de litiges entre musulmans, juifs de Tunis et ressortissants européens autour du foncier et de l’immobilier. Ainsi, au nord de Tunis, Husayn participe en tant que président de la municipalité à l’aménagement, à partir de 1864, d’une ville attenante au port de La Goulette, sur l’exact modèle du front de mer livournais45. La ville est aménagée sur des terrains qui, en raison de leur statut juridique particulier46, ne sont pas soumis au marché foncier. Ces terrains sont en fait valorisés par des locataires perpétuels européens ainsi que juifs et musulmans de Tunis47.

20Près du port de Tunis comme en d’autres contrées du pays, le marché foncier est ouvert aux juifs de Tunis et aux ressortissants européens en vertu de traités bilatéraux avec l’Italie et la Grande-Bretagne et au fil de réformes constitutionnelles entre la fin des années 1850 et le début des années 1860. L’ouverture du marché foncier nourrit à la fois une grande soif d’appropriation et, en retour, des réactions défensives parmi les sujets musulmans qui seuls avaient jusqu’ici droit d’accès à la propriété. Les représentants du gouvernement tunisien ont dû faire face à l’intensification de conflits autour du foncier selon une multiplicité de normes juridiques (consulaires, rabbiniques, musulmanes) et de perceptions de la propriété avant d’intervenir en Europe dans les affaires Ibn ‘Ayyad et Scemama. Qui plus est, aussi bien dans ces affaires que dans les rivalités autour du foncier et des finances publiques, l’on retrouve une partie des mêmes acteurs : Scemama est un ancien serviteur de Mahmud Ibn ‘Ayyad ; Husayn recrute Salomon, fil de Joseph Rosa, ancien serviteur du caïd Nessim Scemama… Ces hommes qui font de la médiation et du courtage leur métier se déplacent de surcroît sans difficulté de Tunis à Livourne, en Toscane.

21En ce sens, la Toscane, que Husayn investit à partir du début des années 1870, n’est pas un lieu neuf pour les gens de Tunis. La province de Tunis et la Toscane sont des territoires en très forte relation depuis la fin du xvie siècle. Ils sont reliés par les mêmes intermédiaires. Les arts de faire dont nous avons perçu l’appropriation dans la première partie ne sont donc pas que pures innovations. Ils se comprennent aussi par la prolongation d’expérimentations antérieures, par des circulations d’intermédiaires, par l’adaptation de ces nouvelles pratiques à de plus anciennes. Dans le cas présent, Tunis, son administration et sa société ne sont donc pas seulement transformées par des innovations venues du dehors, portées par des voyageurs ou des hommes revenus d’un exil européen. Tunis est également un lieu qui, à partir des années 1830, à la suite de réformes profondes, suscite l’appropriation par ses serviteurs de nouveaux registres d’argumentation juridique et de nouvelles pratiques judiciaires.

L’exil, une restriction des capacités d’innovation

  • 48 Charles Robert Ageron, « Les migrations des musulmans algériens et l’exode de Tlemcen (1830-1911) » (...)
  • 49 Allan Christelow, Algerians Without Borders: The Making of a Global Frontier Society, Gainesville, (...)

22Pour partie rendus possibles par des premières expérimentations à Tunis et pour partie modelés au fil des missions de Husayn en Toscane, les arts de composer des registres argumentatifs et des pratiques financières prennent un autre sens dans un troisième et dernier temps de la vie de Husayn et de son séjour en Toscane : lorsqu’à partir de 1881, à la suite de la conquête de la Tunisie par la France, Husayn cesse de représenter les intérêts tunisiens dans l’affaire Scemama et qu’il considère désormais être bel et bien un exilé. Comme d’autres hommes et femmes du Maghreb, comme les familles algériennes sous occupation française48 ainsi que les tribus du Sud tunisien après la conquête de 1881, Husayn ne reconnaît aucune légitimité aux occupants français. Il assimile son séjour prolongé hors de Tunis à une hijra, à une émigration qui peut recouvrir, sur le modèle de la vie du prophète Muhammad, le sens d’exil49.

  • 50 Andreas Tunger-Zanetti, La communication entre Tunis et Istanbul, 1860-1913 : province et métropole(...)
  • 51 André Raymond, « Tunisiens et Maghrébins au Caire au xviiie siècle », Cahiers de Tunisie, 1959, n° (...)
  • 52 Anne-Laure Dupont, « De la demeure du Califat aux “découvertes parisiennes”: Muhammad al-Sanûsî (18 (...)
  • 53 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 191, 26 septembre 1878, p. 180.
  • 54 Consulat de France au résident général Massicault, Florence, 30 décembre 1887, ANT, C. 11, d. 113, (...)

23Après la conquête française de 1881, certains de ses anciens collègues, anciens dignitaires de Tunis, se dirigent en premier lieu vers Istanbul, capitale impériale où ils disposent à la fois de liens avec des agents tunisois de la Sublime Porte et de relations étroites avec des commerçants tunisiens de la place50. Ces anciens dignitaires s’installent aussi au Caire, où ils peuvent compter là encore sur l’entregent de négociants musulmans en Égypte51. Dans une moindre mesure, ils accomplissent parfois leur pèlerinage à La Mecque, sans pour autant toujours s’y installer52. Florence devient pour ces exilés une halte, un lieu de retrouvailles. Husayn y accueille en 1878 un de ses camarades de l’école militaire du Bardo, Rustam, devenu tout comme lui ministre et réfugié en Égypte53. Une des plus hautes autorités religieuses de la province de Tunis, Bayram al-Khamis, également installé en Égypte, visite Husayn à trois reprises en Toscane, en 1875, 1881 et 188754.

Une série d’adaptations

24Le temps de l’exil n’est pas, dans le cas de Husayn, un moment d’innovation. Husayn vit sur des acquis antérieurs. Il continue à subventionner des rédacteurs de journaux qui promeuvent une solidarité entre musulmans et une allégeance à l’autorité ottomane. Mais en l’absence d’un statut de représentant officiel et de ressources financières publiques qui leur permettraient d’employer des avocats, des traducteurs et des journalistes, Husayn et les autres dignitaires tunisiens en exil en Europe et dans l’Empire ottoman doivent réorganiser leur mode d’échange d’informations et leurs réseaux financiers. De ce point de vue, ils doivent moins faire preuve d’innovation que d’adaptation de pratiques adoptées à Tunis et en Toscane à partir du milieu du xixe siècle. Lorsqu’ils sont éloignés les uns des autres, ces exilés doivent ainsi trouver des moyens pour correspondre et échanger sans pouvoir recourir aux infrastructures de l’administration provinciale de Tunis. Après 1881, ils ne peuvent plus compter sur des agents qui représenteraient leur pays à l’étranger : les traités établissant le protectorat français sur la Tunisie placent tout ressortissant de l’ancienne province ottomane de Tunis sous l’autorité française. En quittant leurs charges, ces anciens dignitaires perdent leur place dans les réseaux d’échanges de correspondances officielles centrés autour de Tunis et de son arrière-pays.

  • 55 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés : bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS, 2010, (...)
  • 56 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 191, 26 septembre 1878, p. 180.
  • 57 Lettre de Khayr al-Dīn, 19 octobre 1879, MAE (Courneuve), CPC, dossier 630, succession Husayn.

25Échanger des lettres est bien sûr crucial : leurs correspondances ne contiennent pas que des informations stratégiques ; elles donnent un sens au temps de l’attente, elles permettent une « mise en ordre de soi » avec l’exil55. La communication à distance entre ces dignitaires et savants musulmans est d’autant plus contrainte qu’elle est l’objet d’une surveillance à la fois des autorités coloniales françaises et de l’administration ottomane stipendiant certains de ces exilés. Husayn et ses proches se savent épiés aussi bien à Istanbul qu’en Italie56. Ce cercle d’exilés évite de nouveaux outils de communication tels que le télégraphe et les postes officielles. Les exilés n’ont d’autre choix que de recourir à des modes informels de transmission de l’information : ils font porter les lettres par des émissaires de confiance, c’est-à-dire par les membres mêmes de ce cercle lors de leurs nombreuses pérégrinations. Le savant musulman Bayram al-Khamis se voit ainsi remettre à Istanbul, le 19 octobre 1879, une missive que Khayr al-Din adresse à son ami Husayn pour lui annoncer le mariage de sa fille aînée57.

  • 58 Lettre de Sālim Bū Hājib ; « Le titre de propriété de la maison est resté entre les mains de Tonino (...)
  • 59 MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889, Inventaire des papiers, lettres et re (...)
  • 60 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés…, op. cit., p. 177.

26Les exilés perpétuent d’une autre manière leur expérimentation des systèmes bancaires et des crédits européens. Ils réorganisent la circulation de l’argent, fondamentale pour des dignitaires qui ont quitté leurs fonctions à Tunis. Cet argent peut provenir de subsides du sultan ottoman Abdülhamid II. Il est aussi pour partie le fruit des propriétés encore tenues à Tunis et administrées par des intendants58. Ces fonds circulent par chèques sur des comptes ouverts dans des banques européennes : le 24 mai 1883 (17 rajab 1300), un serviteur de Husayn fait parvenir 1 500 francs à Rustam par le Crédit lyonnais ; Rustam rembourse ce prêt le 10 juin 1885 (26 sha‘bān 1302)59. La semi-clandestinité, aussi bien dans l’échange de nouvelles que d’argent, restreint et redessine un espace d’action pour ces hommes60. Ils disposent de ressources désormais réduites pour innover ou pour amalgamer des registres revendicatifs, des pratiques financières et entretenir des organes de presse.

La perte d’intermédiaires qui ont contribué aux innovations

  • 61 Convention Elmilik-Santillana, Paris, 1er juillet 1888, ANT, C. 11, d. 113b, doc. 9233.
  • 62 Simon Schaffer et coll., The Brokered World: Go-Betweens and Global Intelligence, 1770-1820, Sagamo (...)

27Disgracié, à partir de 1881, Husayn ne dispose plus non plus des services d’employés juifs tunisiens et algériens. Ces intermédiaires avaient assisté Husayn tout au long des années 1870 dans l’affaire Scemama, en parvenant à lire des écrits et comptabilités formulés en judéo-arabe, en consultant des rabbins, en traitant avec des héritiers de la famille Scemama. Ils n’étaient pas seulement chargés de traduire, de transcrire, mais aussi et surtout de retrouver des papiers, des documents personnels, de possibles preuves à présenter devant la justice italienne61. Ils devaient entrer en contact avec des courtiers de la ville pour établir des arrangements financiers, racheter des parts de la succession Scemama, suppléer aux défaillances d’un État tunisien en faillite, pouvant difficilement financer la mission de Husayn en Toscane. Les intermédiaires sur lesquels Husayn s’appuyait ressemblent à tous ces personnages secondaires désormais étudiés en histoire des sciences pour leurs capacités à mettre en relation des savants et des savoirs, à contribuer ainsi à la production de sciences62.

  • 63 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 3, lettre 285, 9 août 1886, p. 189.
  • 64 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 3, lettre 290, 3 avril 1887, p. 197.
  • 65 Mustafa al-Murali à Eliahu Elmilik, 28 août 1868, ANT, C. 11, d. 105, doc. 7774.

28Des employés comme le Français d’Algérie Léon Elmilik ou le Tunisien Eugène Rosa ont quitté le service de Husayn entre la fin des années 1870 et le début des années 1880, lorsqu’ils ont compris que la France était devenue la puissance agissante à Tunis. Husayn en veut à ses hommes, il juge qu’ils l’ont trahi. À la fin de sa vie, les rares fois où Husayn trouve la force d’écrire et le plus souvent de dicter des lettres, c’est pour s’emporter contre les juifs qui « nous ont mangés », sous-entendu « nous » les musulmans (wa nahnu akalta-nā al-Yahūd)63. Il abreuve d’injures son ancien secrétaire Léon Elmilik/al-Liyahu al-Malih, ce « chien », « ce juif » qui lui « a volé [ses] biens64 ». Des intermédiaires tels que Rosa et Elmilik ont acquis trop d’importance au moment où l’autorité tunisienne passait sous autorité française. Leurs interventions dans l’affaire Scemama leur ont permis d’élargir leurs horizons sociaux et leurs réseaux d’affaires. Ils ont pris connaissance de documents et d’informations stratégiques (notamment de la production de faux) dans l’intimité de Husayn ainsi que de ses comptes personnels. Ainsi, Elmilik a accumulé trop de procurations et de mandats dans les affaires liées à la succession Scemama65.

29La disparition progressive de ces figures d’intermédiaire qui ont contribué à la mise en place de nouveaux régimes argumentatifs et de nouvelles pratiques financières ne s’explique pourtant pas que par un changement d’allégeance, d’une fidélité à Husayn à une reconnaissance de l’autorité coloniale. Déjà au temps des réformes ottomanes à partir des années 1830, mais plus encore avec la colonisation française de la Tunisie, le recours à ce type d’employés se restreint. Le recours aux intermédiaires (interprètes, courtiers, secrétaires particuliers), qui correspondait encore aux pratiques administratives tunisiennes en vigueur dans la première moitié du xixe siècle (écritures comptables combinant dépenses privées et publiques, appui sur des mandats et des procurations) et permettait d’administrer la succession Scemama dans une dissymétrie de moyens avec les parties adverses, ne paraît plus adapté aux nécessités du temps.

  • 66 S.E. il generale Heussein contro Salomone Cohen Rosa, Livorno, Zecchini, 1881, p. 68-69, BL (Biblio (...)
  • 67 In nome di sua Maesta Umberto 1, 1886, p. 40, BL.
  • 68 Déclaration d’Attia Guetta, Livourne, 5 juin 1890, ANT, C. 11, d. 98, doc. 32.
  • 69 The Brokered World…, op. cit., chapitre de Sanjay Subrahmanyam.

30Les formes de médiation auxquelles le gouvernement de Tunis avait eu recours dans le règlement de ses affaires ont perdu de leur intérêt et de leur efficacité. Rosa et Elmilik, comme bien d’autres serviteurs et employés du gouvernement tunisien, ne trouvaient pas place dans des hiérarchies formelles, ni n’étaient astreints à des clauses de confidentialité. Ces hommes étaient rémunérés par l’État tunisien mais par l’intermédiaire de Husayn et à son entière discrétion66 : en italien, ils étaient qualifiés d’« employés du gouvernement tunisien » sans plus de précision67. Ils étaient payés à crédit par une administration placée sous contrôle financier. Ils allaient jusqu’à régler leurs frais professionnels sur leurs deniers68 ou à consentir des crédits à Husayn, leur employeur. Leurs fonctions et tâches étaient de plus en plus institutionnalisées, occupées par des fonctionnaires69.

  • 70 Jocelyne Dakhlia et Bernard Vincent (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, Paris, Albin (...)

31Les voyages de Husayn, ses séjours en Toscane, ses retours vers Tunis démontrent que les relations entre mobilité et innovation se nourrissent dans ce cas beaucoup moins d’une discontinuité que d’une continuité entre des territoires nord-africains et européens. Husayn et son entourage agissent dans des territoires saturés de frontières et d’échanges selon ce que Jocelyne Dakhlia a qualifié de « continuum » : de « continuité » de part et d’autre de la Méditerranée « instaurée par les circulations croisées et l’expérience de l’autre », qui n’est pas synonyme d’indistinction, d’homogénéité ou de complémentarité, mais qui produit « des formes d’interconnaissance poussée »70. Ce « continuum » et cette capacité d’innovation et d’adaptation ont été pour partie minorés par le surgissement de la période coloniale et, par contrecoup, par des lectures historiographiques pleinement captives du « fait colonial ».

Haut de page

Notes

1 Lissa Roberts, « Situating science in global history: Local exchanges and networks of circulation », Itinerario, vol. 33, 2009, n° 1, p. 9-30.

2 Ibid., p. 16, 18.

3 Francesca Trivellato, « Is there a future for Italian microhistory in the age of global history? », California Italian Studies, vol. 2, 2011, n° 1, p. 1-24 ; John Paul A. Ghobrial, « The secret life of Elias of Babylon and the uses of global microhistory », Past & Present, 2014, n° 222, p. 51-93 ; Christian G. De Vito, « Verso una microstoria translocale », Quaderni storici, 2015, n° 3, p. 815-833.

4 Christian G. De Vito, « Verso una microstoria translocale », art. cit., p. 825 ; Sanjay Subrahmanyam, « Beyond incommensurability: Understanding inter-imperial dynamics », Department of Sociology, UCLA Theory and Research in Comparative Social Analysis, 2005, n° 32, p. 1-38.

5 Ahmad Tawīlī, Al-Jinirāl Husayn : hayātuhu wa-athāruhu, Tunis, Baladīyat Tūnis, 1994, p. 19, 24 ; Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881, Paris, Presses universitaires de France, 1959, p. 83 ; Husayn, Rasā’il Husayn ilā Khayr al-Dīn, Carthage, Bayt al-Hikma, 1991, p. 20. Il devint le premier président de la municipalité de Tunis en 1858, directeur des Affaires étrangères en 1860, président du tribunal civil et criminel de Tunis. La décennie suivante, en 1874, il est ministre de l’Éducation.

6 E. Natalie Rothman, Brokering Empire Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul, Ithaca, Cornell University Press, 2012, p. 7.

7 Ahmad Tawīlī, al-Jinirāl Husayn…, op. cit., p. 24 ; Husayn visite l’Allemagne, la Suède, le Danemark, la Belgique, la Hollande, la France, l’Italie, l’Angleterre et l’Espagne. Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 83.

8 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 196, Livourne, 26 octobre 1878, p. 188, recommandation au général Mott par Husayn à destination de Khayr al-Din en français : « J’ai fait connaissance de ce digne général en Amérique et, grâce à lui et à ses recommandations, mon séjour à Washington et à New York m’a été très agréable. »

9 Omar Carlier, « L’espace et le temps dans la recomposition du lien social : l’Algérie de 1830 à 1930 », in Jocelyne Dakhlia (dir.), Urbanité arabe : hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindbad, 1998, p. 165-173, 189-203.

10 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 181.

11 Ministero degli Affari Esteri, Archivio storico (Roma), II. registri copia lettere in partenza, dispacci inviati dal ministero alle varie legazioni e consolati, Tunisi, 1223 (127) – 10 février 1871 – 7 juin 1879, 1er-24 mars 1871 ; Serie Politica, Tunisi, n° 522, Rapporto in arrivo 1440 (198) – 30 décembre 1871 – 28 décembre 1875, 6-4 mars 1873 : paroles du général Husayn. Lorenzo Del Piano, La penetrazione italiana in Tunisi, 1861-1881, Padova, CEDAM, 1974, p. 115, 125-127.

12 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 183.

13 Baber Johansen, « Formes de langage et fonctions publiques. Stéréotypes, témoins et offices dans la preuve par l’écrit en droit musulman », Arabica, vol. 44, 1997, n° 3, p. 333-376 ; Robert Brunschvig, Études d’islamologie, Paris, Maisonneuve et Larose, 1976, p. 215 ; Boğaā A. Ergene, « Evidence in Ottoman courts: Oral and written documentation in early-modern courts of Islamic Law », Journal of the American Oriental Society, vol. 124, 2004, n° 3, p. 471-491.

14 Rachida Chich, Catherine Mayeur-Jaouen et Rüdiger Seeseman, « The nineteenth century: A Sufi Century? », in Sufism, Literary Production, and Printing in the Nineteenth Century, Würzburg, Ergon Verlag, 2015, p. 8 ; Brinkley Morris Messick, The Calligraphic State: Textual Domination and History in a Muslim society, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 54-55 ; Brinkley Morris Messick, « Evidence: From memory to archive », Islamic Law and Society, vol. 9, 2002, n° 2, p. 231-270.

15 Brinkley Morris Messick, The Calligraphic State…, op. cit., p. 253.

16 Rachida Chich, Catherine Mayeur-Jaouen et Rüdiger Seeseman, « The nineteenth century: A Sufi Century? », op. cit., p. 11.

17 Didier Guignard, L’abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale, 1880-1914 : visibilité et singularité, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 308.

18 Note de Santillana sur l’affaire Santoni de Sio, 21 avril 1887, Archives nationales tunisiennes (ANT), carton (C.) 11, dossier (d.) 109, document (doc.) 8304 ; Husayn au Premier ministre Mustafa b. Isma‘il, 19 décembre 1879, ANT, C. 11, d. 109, doc. 8047.

19 Jean Ganiage, Les origines du protectorat français en Tunisie, 1861-1881…, op. cit., p. 99 : « L’administration des finances tunisiennes permettait tous les désordres, toutes les prévarications. En dépit des promesses constitutionnelles, elle ne fut jamais soumise à aucun système sérieux d’enregistrement et de contrôle. » « L’improbité et l’incurie étaient de règle parmi les employés du Bardo. ».

20 1869 dans le cas de Tunis.

21 Pierre-Cyrille Hautcœur, « Les transformations du crédit en France au xixe siècle », Romantisme, vol. 151, 2011, n° 1, p. 23-38.

22 Ibid.

23 Fathī Qāsimī, Al-Shaykh Muhammad Bayram al-Khāmis : hayātuhu wa-fikruhu al-islāhī, Carthage, Bayt al-Hikmah, 1990.

24 Christiane Souriau-Hoebrechts, La presse maghrébine : Libye, Tunisie, Maroc, Algérie ; évolution historique, situation en 1965, organisation et problèmes actuels, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1969. Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn, 29 octobre-novembre 1887 : f. 19, sur l’envoi de livres en arabe pour un montant de 97 francs 70 centimes, le 13 septembre 1882, Ministère des Affaires étrangères (MAE) (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889.

25 Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn. 29 octobre-novembre 1887, f. 103 v., « Photographie d’engagement en date du 23 chaoual 1300, par lequel Hussein subventionne un journal arabe que fera publier Brahim Elmosselhi », MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889.

26 Objets consignés par le chancelier du consulat de France à Florence à M. Negri, directeur de l’Hôtel des ventes, Florence, 19 mai 1888, MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889.

27 Suite de l’inventaire des 29 octobre et de novembre 1887, f. 69, « enveloppe contenant quatre registres et portant en langue arabe ce qui suit : comptes de Madame Marianne Clarke : dépenses de cuisine et autres menues dépenses de 1882 à fin février 1885 y compris le loyer de la maison de Florence à la fin avril 1885, acquitté le 17 mars 1885 ». MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889, inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn.

28 Verbale di rimozione e apposizione sigilli via Fra Bartolomeo 40, 17 octobre 1887, Archives notariales de Florence, rep. 632, fasc. 2.

29 Objets consignés par le chancelier du consulat de France à Florence à M. Negri, directeur de l’Hôtel des ventes, Florence, 19 mai 1888, MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889.

30 Arjun Appadurai (éd.), The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 30, 37.

31 Husayn, Rasā’il…, op. cit, 1992, t. 2, lettre 115, 23 janvier 1875, p. 50.

32 Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn, 29 octobre-novembre 1887, MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889.

33 Lissa Roberts, « Situating science in global history », op. cit., p. 22-23. Référence aux travaux de Richard White et James Delbourgo.

34 Ibid., p. 22.

35 Mahmud ‘Abd al-Mula, Al-Madrasa al-harbiya bi-Bardu, Tunis, MTM, 2003 ; Ali Chenoufi, « Un rapport inédit en langue arabe sur l’école de guerre du Bardo », Cahiers de Tunisie, vol. 95, 1976, n° 6, p. 45-118 ; M’hamed Oualdi, « À l’école des palais : les maîtrises de l’écrit parmi les mamelouks des beys de Tunis, des années 1770 aux années 1860 », European Journal of Turkish Studies [En ligne], 6/2007, mis en ligne le 5 mars 2015, consulté le 24 septembre 2016. URL : http://ejts.revues.org/140 L’école ferme ses portes à la fin des années 1860 pour des raisons semble-t-il financières.

36 Anne-Laure Dupont, “An expression of pan-islamism in Tunisia at the beginning of the French Protectorate: The critique of the Tijāniyya in the Rihla al-hijāziyya by Muhammad b.‘Uthmān al-Sanūsī (d. 1900)”, in Rachida Chih, Catherine Mayeur-Jaouen, Rüdiger Seesemann (dir.), Sufism, Literary Production, and Printing in the Nineteenth Century, op. cit., p. 401-436 ; Umar Ibn Sālim, Qābādū, 1815-1871 : hayātuhu wa-ātāruhu wa-tafkīruhu al-islāhī, Tunis, université de Tunis, 1975, p. 24-47, 51-53.

37 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 3, lettre 288, 8 décembre 1886, p. 192.

38 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 1, lettre 1, 21 octobre 1856, p. 27-29 ; lettre 17, 27 février 1868, p. 59-60 ; lettre 21, 28 juillet 1868, p. 79-70 ; lettre 34, 22 février 1871, p. 102-105.

39 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 1, 31 août 1872, p. 173.

40 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 164, 4 septembre 1877, p. 134.

41 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 1, lettre 3, 14 juillet 1859, p. 32-33 ; lettre 65, 19 juin 1872, p. 149

42 L’exemplaire répertorié à la Bibliothèque nationale tunisienne est intitulé Rihla Tūnisī bi-Urūba bi-qalami al-farīq jinirāl husayn wazīr al-‘ulūm bi-Tūnis (Récit de voyage d’un Tunisien écrit par le général Husayn, ministre de l’Enseignement à Tunis). Il est malheureusement perdu.

43 Ahmad Tawīlī, al-Jinirāl husayn…, op. cit., p. 131 ; Muhammad al-Hādī al-Matwī, « al-Jinirāl Husayn yaktubu awwal qissa atfāl fī Tūnis », al-Masār, 1, 1988, p. 114-120.

44 Christiane Souriau-Hoebrechts, La presse maghrébine…, op. cit., p. 35. Ahmad Tawīlī, al-Jinirāl husayn…, op. cit., p. 22. Moncef Chenoufi, Le problème des origines de l’imprimerie et de la presse arabe en Tunisie dans sa relation avec la renaissance « Nahda » (1847-1887), Service de reproduction des thèses, Lille, 1974, p. 240, 325.

45 MAE (Courneuve), CPC, dossier 630, succession Husayn, lettre de Orsolina Cubisol à Husayn, 7 août 1869.

46 Ces terres sont dites habūs, c’est-à-dire qu’elles ont été retirées du marché foncier afin que leur fruit revienne soit à des personnes privées (ahlī), soit à des œuvres pieuses et à un intérêt public (khayrī).

47 Lié au régime de l’inzāl, forme de location perpétuelle (kirā’ mu’abbad) » liée à une propriété habūs : Abdelhamid Hénia, Propriété et stratégies sociales à Tunis, xvie-xixe siècle, Tunis, université Tunis I, 1999, p. 108.

48 Charles Robert Ageron, « Les migrations des musulmans algériens et l’exode de Tlemcen (1830-1911) », Annales, vol. 22, 1967, n° 5, p. 1047-1066.

49 Allan Christelow, Algerians Without Borders: The Making of a Global Frontier Society, Gainesville, University Press of Florida, 2012, p. 52. Le terme a été utilisé pour faire référence au départ du prophète Muhammad et de ses premiers compagnons de La Mecque vers Médine en 622.

50 Andreas Tunger-Zanetti, La communication entre Tunis et Istanbul, 1860-1913 : province et métropole, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Ali Zouari, Les relations commerciales entre Sfax et le Levant aux xviiie et xixe siècles, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art, 1990.

51 André Raymond, « Tunisiens et Maghrébins au Caire au xviiie siècle », Cahiers de Tunisie, 1959, n° 26‑27, p. 335-371.

52 Anne-Laure Dupont, « De la demeure du Califat aux “découvertes parisiennes”: Muhammad al-Sanûsî (1851-1900), un lettré réformiste tunisien à l’épreuve du protectorat français », in Nathalie Clayer, Erdal Kaynar (dir.), Penser, agir et vivre dans l’Empire ottoman et en Turquie. Études réunies pour François Georgeon, Louvain, Peeters, 2013, p. 47-65.

53 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 191, 26 septembre 1878, p. 180.

54 Consulat de France au résident général Massicault, Florence, 30 décembre 1887, ANT, C. 11, d. 113, doc. 8941 ; Andreas Tunger-Zanetti, La communication entre Tunis et Istanbul, 1860-1913…, op. cit., p. 56.

55 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés : bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS, 2010, p. 94.

56 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 2, lettre 191, 26 septembre 1878, p. 180.

57 Lettre de Khayr al-Dīn, 19 octobre 1879, MAE (Courneuve), CPC, dossier 630, succession Husayn.

58 Lettre de Sālim Bū Hājib ; « Le titre de propriété de la maison est resté entre les mains de Tonino, représentant de Si Rustem qui en a donné un récépissé à M. Santillana », MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889, Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn, 29 octobre-novembre 1887, f. 38 v.

59 MAE (Nantes), 227 PO/1/100 bis, succession Husayn, 1887-1889, Inventaire des papiers, lettres et registres de la succession Husayn, 29 octobre-novembre 1887, f. 40 r.

60 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés…, op. cit., p. 177.

61 Convention Elmilik-Santillana, Paris, 1er juillet 1888, ANT, C. 11, d. 113b, doc. 9233.

62 Simon Schaffer et coll., The Brokered World: Go-Betweens and Global Intelligence, 1770-1820, Sagamore Beach, Mass: Science History Publications, 2009.

63 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 3, lettre 285, 9 août 1886, p. 189.

64 Husayn, Rasā’il…, op. cit, t. 3, lettre 290, 3 avril 1887, p. 197.

65 Mustafa al-Murali à Eliahu Elmilik, 28 août 1868, ANT, C. 11, d. 105, doc. 7774.

66 S.E. il generale Heussein contro Salomone Cohen Rosa, Livorno, Zecchini, 1881, p. 68-69, BL (Biblioteca Labronica) : Salomone Cohen Rosa « avrebbe avuto una paga mensile di lire italiane centosettanta dal governo tunisino, du cui era modeste ed oscuro funzionario », « un soprassoldo di quattrocento cinquanta lire al mese dal Generale Heussein presso il quale per disposizione del suo governo era distaccato ».

67 In nome di sua Maesta Umberto 1, 1886, p. 40, BL.

68 Déclaration d’Attia Guetta, Livourne, 5 juin 1890, ANT, C. 11, d. 98, doc. 32.

69 The Brokered World…, op. cit., chapitre de Sanjay Subrahmanyam.

70 Jocelyne Dakhlia et Bernard Vincent (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, Paris, Albin Michel, 2011, p. 20, 23, 25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M’hamed Oualdi, « Un temps d’ingéniosité. Les missions politiques d’un dignitaire tunisien en Toscane dans les années 1870 », Diasporas, 29 | 2017, 91-103.

Référence électronique

M’hamed Oualdi, « Un temps d’ingéniosité. Les missions politiques d’un dignitaire tunisien en Toscane dans les années 1870 », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/768 ; DOI : 10.4000/diasporas.768

Haut de page

Auteur

M’hamed Oualdi

M’hamed Oualdi est assistant professeur à l’université de Princeton depuis 2013 au sein des départements d’histoire et de « Near Eastern Studies ». Il est également maître de conférences HDR en détachement de l’Institut national des langues et civilisations orientales. Son premier livre, Esclaves et maîtres. Les mamelouks au service des beys de Tunis du xviie siècle aux années 1880, est paru en 2011 (Publications de la Sorbonne). Il a récemment publié « Slave to modernity? General Husayn’s journey from Tunis to Tuscany (1830s-1880s) » dans le Journal of the Economic and Social History of the Orient (2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals