Navigation – Plan du site

L’administration vénitienne et l’évolution des techniques d’enregistrement des étrangers dans le contexte de la Révolution française (1789-1797)

Venetian Administration and the Evolution of Registration Techniques for Foreigners in Revolutionary Context (1789-1797)
Gilles Bertrand
p. 105-129

Résumés

Quel impact eut, en temps de Révolution, l’afflux des Français et de leurs voisins sur la manière de consigner à Venise les mouvements d’étrangers arrivés d’Italie ou du reste de l’Europe ? Continuant de préférer les annotations aux passeports, les inquisiteurs d’État rassemblèrent fébrilement les informations délivrées par les hôteliers, logeurs et monastères, mais aussi curés de paroisse, courriers et voiturins, magistratures chargées du contrôle des entrées et sorties à Venise, maîtres des postes et agents des villes de Terre ferme. La surveillance se renforça en dressant des listes, en multipliant les relevés et répertoires, en guettant les transferts d’étrangers d’une résidence à l’autre afin d’inscrire leurs allées et venues dans un maillage territorial le plus serré possible. Sans forcément garantir l’efficacité des nouveaux moyens mis en œuvre…

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vincent Denis, Une histoire de l’identité, France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 102-1 (...)
  • 2 Par « forestiere », l’administration vénitienne dénomme tous les sujets qui ne font pas partie de l (...)

1En examinant l’exemple vénitien à la fin du xviiie siècle, on peut comprendre comment l’évolution des mobilités étrangères sous la pression des événements de la Révolution française a pu amener à inventer de nouveaux types de procédures de contrôle et d’identification. Le désir d’un maillage plus serré dans le contrôle des individus en déplacement relève certes d’une obsession générale dans l’Europe d’Ancien Régime. Comme l’a montré Vincent Denis pour la France de Louis XV et Louis XVI, il y eut depuis la Régence débat entre les partisans d’une volonté d’identification générale des populations, dépassant les seuls groupes à risques de déserteurs, vagabonds et mendiants, et les défenseurs de la liberté d’aller et venir qui prônaient le droit de se dissimuler1. À Venise, la question du contrôle des étrangers, ou forestieri, taraude l’administration depuis de longues décennies quand éclate la Révolution française2. Mais comment les Vénitiens, habitués à consigner les noms d’étrangers à leur arrivée dans la Sérénissime, s’adaptèrent-ils à des flux imprévus et aux peurs engendrées par la dissémination des présences françaises à partir de 1789 ? Comment les autorités en arrivèrent-elles à concevoir un mode de saisie inédit des étrangers, culminant dans un registre qui tenta de rassembler par paroisses en 1795-1796 les informations relatives à tous les étrangers arrivés récemment et susceptibles de s’installer de manière un tant soit peu durable ?

Une spécificité vénitienne dans les modalités d’enregistrement des étrangers de passage ?

  • 3 Une note du 8 mai 1792 précise que le bollettone n’est pas nécessaire pour les voyageurs désirant e (...)
  • 4 Les archives du secrétariat et ministère des Affaires étrangères du grand-duché de Toscane tinrent (...)
  • 5 À Naples, les archives de la Casa Reale Antica ont gardé de la période où cette administration s’oc (...)
  • 6 Sur la première moitié du xviiie siècle, voir Vincent Denis, op. cit., p. 303-308 ; sur les registr (...)
  • 7 Ordeni, delli clariss. signori Sette Sauij. In materia di quelli che alloggiano forestieri [Venise] (...)

2Il ne semble pas qu’à Venise on se soit beaucoup préoccupé au xviiie siècle d’enregistrer les demandes, délivrances ou visas de passeports si l’on excepte des mentions de laissez-passer, ou bollettoni, examinés à l’entrée des États vénitiens et dans les villes de la Terre ferme3. Cela fait contraste avec la tenue systématique de registres de passeports à Florence de 1758 à 17894 et plus épisodiquement à Naples entre 1752 et 17755. On ne trouve pas à Venise de listes ou registres de passeports comparables à ceux qui apparurent en France dans les provinces frontalières en temps de guerre tout au long du xviiie siècle6. Et pourtant, on cultiva aussi à Venise l’entassement des fiches et l’accumulation de données concernant les arrivées et départs d’étrangers. Déjà les capisestieri, chefs de quartiers chargés de la police et de la surveillance de l’ordre public entre le début du xive siècle et 1545, avaient pour fonction d’extrader les bannis étrangers, de surveiller la contrebande et l’exportation de marchandises interdites, de recueillir les plaintes des pèlerins contre les aubergistes (osti) et bateliers (barcaroli), d’enregistrer le mouvement des étrangers sur la base des annotations transmises par les aubergistes et les hôteliers (albergatori). Tandis que le Conseil des Pregadi, ou Sénat, surveillait au xvie siècle les interventions d’étrangers dans les activités économiques, il pouvait déléguer aux sept Sages ou Savii, ces sortes de ministres formant le Collège, le contrôle de ceux qui logeaient des étrangers7.

  • 8 De cette magistrature émanent en 1612 et 1617 des Ordini « In materia della biastema, di forestieri (...)
  • 9 Sur les communautés d’étrangers durablement installées à Venise à l’époque moderne, on se reportera (...)

3Bientôt, ce fut au tour de la magistrature des Esecutori contro la bestemmia, créée par le Conseil des Dix en 1537, de s’occuper d’enquêter sur les étrangers à côté des juifs et des protestants, du monde de l’édition, des parieurs et des théâtres, générant une multiplicité d’édits tout au long du xviie siècle en matière d’étrangers et d’hôteliers8. La catégorie des forestieri était suffisamment présente à l’esprit de l’administration vénitienne pour que la magistrature des Provveditori e Sopraprovveditori alla Sanità, instituée en 1486 afin de protéger la ville contre la peste, leur réserve une place dans certains recensements de la population au xviie (1633, 1642, 1670) et au xviiie siècle (1761), posant le problème lancinant d’une distinction entre les étrangers séjournant pour une longue durée, intégrés dans le nombre des habitants, inclus dans les recensements du milieu du xviie siècle, et les étrangers de passage auxquels les hôteliers, albergatori, locandieri ou simples personnes privées louaient une chambre pour des durées plus brèves9. À leur tour, les inquisiteurs d’État, magistrats institués par le Conseil des Dix en 1539 et élus annuellement, s’occupèrent de recueillir les « Annotations sur les étrangers » (Note di forestieri), c’est-à-dire relatives à leurs arrivées et départs de Venise. Attestées depuis 1619, ces indications transcrites à partir des notes d’hôteliers sur les mouvements d’étrangers ont été conservées de façon lacunaire jusqu’aux séries hebdomadaires dont nous disposons à partir du milieu du xviiie siècle.

4C’est sur ces annotations que nous allons nous arrêter, car elles caractérisent Venise par rapport à l’usage des registres de passeports. Elles se distinguent de la simple correspondance dans la mesure où, à côté du geste de la cueillette, elles manifestent un effort de regroupement des données qui dépasse le stade du pur empilement chronologique des courriers. Outre la volonté de saisir des identités, des noms, des provenances et des destinations géographiques, elles nous posent deux questions. D’abord celle de savoir si l’on peut y repérer des traces d’interprétation par les agents chargés de les recueillir, aptes à nous indiquer comment elles furent utilisées. Ensuite, celle de déterminer si les documents isolés qui nous sont parvenus témoignent d’efforts sporadiques, accomplis seulement à certains moments, ou s’ils sont au contraire la pointe d’un iceberg, formant les restes épars d’un immense puzzle dont on aurait perdu les autres pièces. En cas de destruction ou de perte, on pourrait imaginer la constance d’une politique et enquêter sur les raisons d’une conservation sélective.

  • 10 ASV, Inq. St., 758, 759 et 760. Il est possible que Giovanni et Zuanne, équivalent vénitien de Giov (...)
  • 11 Avant 1790, nous ne disposons que des synthèses réalisées dans les bureaux des inquisiteurs, jamais (...)
  • 12 ASV, Inq. St., 760, répertoire se trouvant en début de liasse, intitulé Albergatori. 1784. Venezia. (...)
  • 13 C’est ce que l’on peut présumer entre 1713 et 1750, de 1752 à 1755, de 1758 à 1760 et pour divers m (...)

5Que nous apprend l’histoire de ces annotations depuis la fin du xviie siècle ? Comme on le voit dans les feuillets doubles remplis au moins jusqu’en 1790 par l’agent des inquisiteurs en poste depuis 1765, Giovanni Somazzi, devenu (ou remplacé) à partir d’avril 1775 (par) Zuanne Somazzi et qui signait certaines feuilles en sa qualité de « délégué à l’annotation des Étrangers » (deputato a notar li Forastieri)10, ce système reposait sur des synthèses officiellement hebdomadaires : tant dans les épaves isolées de 1713 et 1716 que dans les séries par groupes de plusieurs mois à partir de 1751, le titre apposé en tête de chaque feuillet évoque invariablement une collecte d’informations « dans la semaine écoulée » (nella scaduta settimana) (fig. 1). Celle-ci était réalisée à partir de données en principe quotidiennes, mais en fait irrégulières, que transmettaient les cameranti, littéralement les loueurs de chambres, en réalité surtout les hôteliers11. Le rôle clé dévolu à ces derniers dans le signalement des étrangers impliquait pour l’administration de les connaître avec précision, ce qui explique le soin avec lequel étaient périodiquement dressées des listes comportant leurs noms et adresses : tel le répertoire alphabétique des hôteliers (Albergatori) établi en 1784 et où apparaissent les noms de 1 681 individus, hommes ou femmes, de A à Z12. Les données sur les étrangers reprises par les inquisiteurs avaient longtemps distingué les arrivées des départs avant de se limiter dans la décennie 1780 à la seule mention des présences. Outre que la périodicité de ces listes n’était pas toujours hebdomadaire, il arrive qu’elles manquent, suggérant soit une négligence de l’administration – comme c’est possible en 1764 à la veille de la prise de fonction de Somazzi –, soit de moindres flux – comme on peine cependant à l’imaginer entre mars et octobre 1791 –, soit carrément une perte des documents13. En fait, si l’on excepte l’année 1762, il faut attendre 1766 pour que les archives des inquisiteurs nous livrent des séries continues jusqu’à la Révolution.

  • 14 Le système d’annotation des étrangers en deux colonnes présence/départ apparaît clairement dans une (...)

6Le système antérieur à l’automne 1790 correspond à un flux moyen d’étrangers où les Italiens dominaient, y compris en mai malgré le pic des présences d’Européens non péninsulaires. Cette situation à l’ancienne avait fini par se caractériser par un signalement des étrangers au fil des jours, sans préoccupation des moments d’arrivée et de départ. Un mode d’enregistrement hebdomadaire sur deux colonnes avait pourtant longtemps prévalu : dès 1713 et de façon certaine entre 1751 et 1779 (fig. 1), les feuillets distinguaient à gauche les présences d’étrangers signalées quotidiennement par les hôteliers et logeurs pour la semaine écoulée (Forastieri annotati riferiti da Cameranti nella scaduta settimana come siegue) et à droite les départs signalés jour après jour par les hôteliers et logeurs pour la semaine écoulée (Forastieri partiti riferiti da Cameranti nella scaduta settimana come siegue)14. Cette habitude s’était cependant épuisée d’elle-même. À partir du 2 août 1779 ne figura plus en première page des relevés hebdomadaires que l’« annotation des étrangers signalés » (Forastieri annotati riferiti…) par les cameranti. Le rédacteur Zuanne Somazzi réserva encore jusqu’au 26 janvier 1780 (1779 m.v.) une page suivante de son feuillet au signalement des étrangers partis (Forastieri partiti…). Puis celle-ci disparut à partir de février 1780, comme si elle était devenue inutile.

Figure 1 : Annotation hebdomadaire des étrangers par les inquisiteurs d’État au 13 janvier 1772 (ASV, Inq. St., 759).

Figure 1 : Annotation hebdomadaire des étrangers par les inquisiteurs d’État au 13 janvier 1772 (ASV, Inq. St., 759).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

  • 15 Les feuillets tendirent en outre à s’espacer au cours des années 1780, jusqu’à atteindre un rythme (...)
  • 16 Une réflexion à propos des événements de 1848 à Venise est actuellement menée par Piero Brunello su (...)

7Ainsi, du début 1780 à l’année 1790, les inquisiteurs s’étaient contentés du report des présences d’étrangers signalés (Forastieri annotati riferiti…) quotidiennement par les cameranti, sans autre indication temporelle que celle de la date de transmission de l’information15. Sur chaque ligne figuraient le prénom ou la titulature puis le nom lui-même de l’étranger, suivi de la nation pour les non-Italiens (Tedesco, Inglese, Svizzeri, Polacchi…) ou de la ville natale pour les Italiens (Verona, Trento, Trieste, Bologna, Macerata, Ferrara…). Ce dernier paramètre, élément incontournable avant comme après 1789 dans toute l’Italie, de Naples à Turin, était le mieux mis en évidence au niveau graphique. Aux yeux des inquisiteurs d’État et des hôteliers vénitiens, la catégorie d’étranger (foresto, forestiero ou forastiero) s’appliquait dès la Terre ferme, à peu de distance de la capitale. Elle désignait celui qui venait de Comacchio, de Padoue, de Vicence, de Brescia ou de Bergame tout autant que d’un autre État de la péninsule, comme le royaume de Naples, les États pontificaux ou la République de Gênes16. En l’absence d’autre précision sur les métiers ou les activités, le positionnement social ne se déduisait que du nom propre, de la présence ou non d’une titulature nobiliaire, militaire ou ecclésiastique (Il Principe, La Marcha, Il Co:, La Conta, il Ke, Li Baroni, Il Comendatore, Monsr, Don, Il Capno, L’Abbate…), et de l’indication du nombre des domestiques. Les individus étaient regroupés au jour de leur signalement et selon leur lieu d’hébergement, indiqué à la suite de chaque série de noms. La transmission d’informations détaillées sur les dates d’arrivée et surtout de départ l’emporta cependant dès novembre 1790 sur le primat du nom individuel et de la nation d’origine chez des hôteliers comme Petrillo ou le Scudo di Francia, précédant en cela les agents des inquisiteurs.

8On ne dispose pas avant mars 1790 des notes d’hôteliers dont se servaient les agents des inquisiteurs pour leurs synthèses. Ont-elles été perdues ? Quand elles surgissent dans les archives, plus nombreuses que les listes produites par l’administration, elles n’indiquent d’abord que les présences au jour du relevé adressé aux inquisiteurs et ne mentionnent ni les dates d’arrivée, ni celles de départ. Pourtant, l’hôtel du Scudo di Francia se met au cours de l’été 1790 à opposer l’étranger qui depuis un moment y « loge » (Alloggia) à ceux qui y « sont arrivés » (Sono arrivati) peu avant la date de la note. Après une phase d’imprécision sur les dates de séjour, les hôteliers les plus actifs généralisèrent à partir de 1791 la distinction entre les arrivées, les séjours en cours et les départs.

  • 17 Vincent Denis, op. cit., p. 44-65 ; Gérard Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’ (...)

9Dans ce mode d’enregistrement en évolution qui marquait le triomphe de l’écrit sur la communication orale, rien ne prévoyait le signalement physique des individus. On s’écartait par là des procédures d’identification élaborées au long du xviiie siècle pour les certificats et passeports de mendiants, ouvriers, soldats, voyageurs et migrants de toutes sortes, à commencer par les plus pauvres17. L’approche chronologique des annotations continuait en outre de l’emporter sur une vision spatiale interne à Venise. En transcrivant les données des hôteliers, l’administration plaçait les noms d’hôtels ou de logeurs en bas des listes de noms, preuve qu’ils revêtaient moins d’importance que la mise en ordre des informations selon leur date de transmission.

Les régularités du système à l’ancienne et la multiplication des sources d’information dans les premières années de la Révolution

10La pression révolutionnaire devait peu à peu bouleverser ce vieux système d’annotation des étrangers en augmentant la masse des documents conservés et en faisant évoluer sensiblement les techniques d’enregistrement. À partir de mars 1790, le classement proposé par l’administration vénitienne suggère ainsi un nouvel emboîtement d’échelles chronologiques dans la collecte des informations : la prise quotidienne de notes, les synthèses hebdomadaires, le regroupement dans des chemises mensuelles, elles-mêmes assemblées par grandes périodes de quatre ou cinq mois, à l’exception de 1791 où l’année forma pour la dernière fois un tout. Cette scansion était plus fine que celle de l’Ancien Régime, où l’on empilait les feuillets hebdomadaires par année, voire par groupes de deux ou trois ans. Par-delà la stabilité des catégories d’identification et les bouffées d’annotations dues aux événements, l’administration se mit en quête de données plus précises sur les personnes de passage : nom et prénom, nation d’appartenance, lieu de provenance, date d’arrivée et de départ de Venise ou de transit dans d’autres localités de la Vénétie, nom de l’hôtel ou adresse du logeur, destination annoncée lors du départ. La lenteur à intégrer ouvertement des données sur la condition ou profession témoigne cependant de la régularité d’un mode de saisie et de la difficulté à améliorer les procédures jusque-là en vigueur, malgré l’afflux brutal de présences étrangères et le sentiment d’une menace venue de France.

  • 18 Ainsi flotte de manière totalement isolée, à la fin de la liasse des annotations d’étrangers de 177 (...)
  • 19 ASV, Inq. St., 764, 765, 766.
  • 20 ASV, Inq. St., 781.

11Le système repose au début de la Révolution sur les notes transmises par les hôteliers et loueurs de chambres meublées, mais il s’enrichit à partir de 1791 d’informations ayant plusieurs autres origines, des courriers transportant les voyageurs aux maîtres de poste de Terre ferme, et des couvents aux magistratures surveillant les arrivées par mer comme par terre et délivrant des laissez-passer à valeur de visas (bollettoni con vaglia). Précieuses pour les inquisiteurs, ces multiples sources d’information ne furent sans doute pas ignorées avant 1789, mais elles demeurent invisibles dans le paysage des archives des inquisiteurs jusqu’à la fin de 1790 avant de s’imposer peu à peu au printemps 1791. Rien ne dit, répétons-le, qu’elles soient alors nouvelles18 : ce qui l’est, en revanche, est de bénéficier de leur juxtaposition dans les mêmes liasses mensuelles, avec un progressif renforcement entre le printemps 1792 et l’hiver 179319. Perdurant jusqu’à la fin avril 1797, à la veille de la chute de la République20, cette abondance documentaire traduit la tentative d’élaboration d’un système convergent d’informations qui avait pour but de permettre aux inquisiteurs d’État d’opérer des recoupements : l’idée était bien de faire se croiser et remonter auprès de l’administration centrale le maximum de données provenant de divers points du territoire, en ville comme dans la Terre ferme, afin d’en tirer des connaissances fines à exploiter.

Les hôteliers

  • 21 Sur ce type de surveillance policière relayée par les hôtels et garnis, voir Jean-François Dubost, (...)

12Tout au long de l’époque révolutionnaire, la collecte privilégie les registres d’hôteliers (locandieri et albergatori), selon le modèle qui à Paris aussi contribuait depuis longtemps à surveiller les étrangers susceptibles de servir une puissance ennemie21. Chaque hôtelier était censé remettre quotidiennement aux agents des inquisiteurs une liste de pensionnaires que quelques-uns d’entre eux consignaient fréquemment, du moins les jours où un mouvement d’étrangers était à signaler. Rejoignant en décembre 1790 le Petrillo et le Regina d’Inghilterra, le Scudo di Francia allait s’avérer le plus soigneux, produisant des listes quotidiennes ou parfois hebdomadaires qui distribuaient les noms en trois colonnes : à gauche, ceux accueillis dans la semaine avec leurs dates d’« arrivées » (Arrivati) ; au milieu, ceux « subsistant » ou qui « demeure(nt) » dans l’hôtel au moment du relevé (Dimora ou Dimorano) ; et à droite, ceux « partis » (Partiti) (fig. 2). Les mêmes noms se retrouvaient ainsi sur une même feuille et d’une semaine à l’autre quand ils restaient dans l’hôtel. Par-delà les fréquentes variations orthographiques, aggravées lors du recopiage, la nation d’origine et les dates d’arrivée d’une même personne n’étaient pas toujours identiques d’une fiche à l’autre.

Figure 2 : Fiche quotidienne de l’hôtel du Scudo di Francia transmise aux inquisiteurs d’État le 8 juin 1793 (ASV, Inq. St., 768).

Figure 2 : Fiche quotidienne de l’hôtel du Scudo di Francia transmise aux inquisiteurs d’État le 8 juin 1793 (ASV, Inq. St., 768).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

  • 22 La concurrence entre les deux systèmes d’annotation, voire entre deux agents, est attestée par la c (...)
  • 23 Les titres signalent alors souvent la provenance d’autres lieux, informateurs ou magistratures : ai (...)
  • 24 La datation à l’ancienne (more veneto), qui faisait commencer l’année le 1er mars, explique certain (...)
  • 25 C’est le cas le 10 novembre et les 1er et 11 décembre 1790 (ASV, Inq. St., 762). L’absence de maîtr (...)

13Un ensemble régulier de listes, d’abord hebdomadaires puis plus tard quasiment quotidiennes, était ensuite dressé par l’administration afin de recueillir et de mettre en forme les informations en provenance des hôtels. Encore intitulés « Étrangers annotés signalés par les logeurs… » (Forastieri annotati riferiti da Cameranti…) jusqu’à la fin de 1791, et signés de Zuanne Somazzi, ces feuillets prirent une première fois le 19 novembre 1791, puis de façon régulière à partir de janvier 1792, le titre « Étrangers existant dans cette capitale » (Forastieri esistenti in questa Dominante)22. Ils furent dès lors subdivisés en deux colonnes qui différaient de celles adoptées jusqu’en 1779 : à savoir à gauche les « Français » (Francesi) et à droite les étrangers « d’autres nations » (D’altre nazioni). Mais que ce soit dans le système ancien en une colonne faisant se succéder de façon chronologique les jours de la semaine ou dans le système plus moderne en deux colonnes qui mettait en évidence les hôtels, le tableau ne fut jamais complet et le nouvel ordonnancement s’effaça rapidement au profit de pages de synthèse rassemblant sans plus aucun souci de colonnes et de manière souvent hâtive les notes fournies par les divers hôteliers : chaque semaine en 1794 (Nota settimanale degli esistenti nelle Locande), puis au jour le jour de 1795 à 1797, en les associant souvent à d’autres sources d’information (fig. 3)23. La comparaison entre les annotations quotidiennes des hôteliers et celles hebdomadaires puis plus rapprochées de l’administration suffit à prouver que les agents des inquisiteurs avaient du mal à effectuer des synthèses vraiment exhaustives. Il leur arrivait, on l’a dit, d’être gagnés par la lassitude et de commettre des erreurs dans les relevés ou dans l’année de datation d’un document24. Ils ne reprenaient d’ailleurs pas toutes les données transmises par les hôteliers, laissant dans certains cas tomber la profession ou le nom des serviteurs, voire celui de l’un des maîtres. Dès 1790, les notes quotidiennes de Petrillo enregistrent scrupuleusement des noms de domestiques que ne reprennent pas les agents des inquisiteurs25. Plus généralement, l’absence d’un nom d’étranger dans les fiches hebdomadaires des inquisiteurs ne signifiait pas qu’une personne ne se trouvait pas dans l’hôtel. Les notes quotidiennes fournies par les hôteliers s’avèrent plus fiables, étant issues d’une saisie plus immédiate, non encore déformée par des recopiages.

Figure 3 : Feuille de synthèse des inquisiteurs sur les arrivées d’étrangers à Venise au 29 mai 1794 à partir de sources diverses (ASV, Inq. St., 770).

Figure 3 : Feuille de synthèse des inquisiteurs sur les arrivées d’étrangers à Venise au 29 mai 1794 à partir de sources diverses (ASV, Inq. St., 770).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

  • 26 ASV, Inq. St., 763, 765 et 762.

14Ces listes et notifications individuelles transmises par les hôteliers et mises en forme par les agents des inquisiteurs constituent au cours de la période révolutionnaire un document du plus grand intérêt. Mieux encore que sous l’Ancien Régime, elles permettent de saisir les populations étrangères qui y élisaient domicile, de repérer les familles nobles accompagnées d’une véritable suite comprenant jusqu’à une dizaine de domestiques, mais aussi de riches négociants ou autres membres des élites remarquables par leur nombre de serviteurs. Elles nous aident à apercevoir dès 1791 les caractérisations propres à certains hôtels qui accueillaient plutôt des Italiens (Leon d’Oro, Alla Speranza) ou plutôt des étrangers d’autres nations, comme les Allemands au Ponte della Panada. Le Scudo di Francia était sans doute l’hôtel le plus fréquenté et le Regina d’Inghilterra continua de s’imposer comme le lieu d’accueil des familles princières ou de la haute aristocratie européennes. Dans d’autres hôtels s’agglutinaient les membres de certaines professions, comme près du théâtre de S. Moise les musiciens et danseurs au Tre Re e Visi et à l’Aquila d’oro. Les femmes, les enfants et les serviteurs étaient en revanche considérés comme des quantités négligeables et le plus souvent réduits au statut d’accompagnateurs anonymes sous une série de vocables récurrents : « et sa femme » (e sua moglie), « et son épouse » (e consorte), « et sa fille » (sua figlia), « et son neveu » (suo nipote), « avec cinq serviteurs » (con 5 servitori), etc. Il arrive que la femme prévale sur l’homme chez quelques nobles et personnes aisées (benestanti), comme « la Siga Cssa Gavazzi di Parma, con suo marito » le 3 janvier 1792 ou « M. et Madame la Comtesse » (M. e Madma la Contessa) en août 1792 au Scudo di Francia, ou encore chez des artistes comme la cantatrice Teresa Arrighetti nommée avant son mari « il Sigr Michele Bartilotti suo marito » le 24 novembre 1790 chez Petrillo26. Ces exemples néanmoins nous frappent en raison même de leur rareté.

Les courriers et les magistratures chargées de surveiller les entrées et sorties de Venise

  • 27 Il l’est par exemple en août 1796 avec la formule : si rileva da viglietto del Segretario del prov. (...)
  • 28 ASV, Inq. St., 772. Si leur texte du 22 avril 1794 se référait à toute une série de décrets du Cons (...)
  • 29 « Le note del Magto sono inesattissime, e servono più a confondere, che a inchiavare. Non è opera f (...)
  • 30 Ces listes commencent souvent ainsi : Nota de Passgri che vennero a ricever la Pratica alle Rive de (...)

15D’autres listes étaient remises aux inquisiteurs à chacun de leurs arrivées ou départs de Venise par les courriers (corrieri ou procacci) transportant des passagers depuis ou vers une ville extérieure, Florence, Ferrare ou Bologne. Absentes en 1790 et rares au printemps 1791 dans les dossiers des inquisiteurs d’État, ces listes abondèrent les années suivantes. Elles précisaient le nom et la nation d’origine d’un nombre variable de passagers, y ajoutant parfois l’activité, mais jamais le lieu où ils allaient élire domicile. Les inquisiteurs bénéficièrent aussi des informations de trois magistratures. Si le Provveditore ou délégué aux lagunes fut peu sollicité27, les Esecutori contro la bestemmia devinrent incontournables après avoir durci le ton en avril 1794 avec les hôteliers et logeurs en leur rappelant la contrainte d’indiquer « sur un livre alphabétique » le nom, la patrie, la condition, la profession et le lieu de provenance des étrangers28 : à partir de l’été 1794 et jusqu’au début de 1797, ils fournirent de nombreuses notes sur les étrangers présents dans les hôtels ou logés chez des particuliers. Les inquisiteurs se plaignaient certes de leur caractère désordonné, les jugeant « parfaitement inexactes, et [qui] servent plus à confondre les idées qu’à les fixer. Il n’est pas facile de suivre tant de noms différents »29. De son côté, la magistrature des Provveditori alla sanità contrôlait le flux des passagers arrivant par voie de mer, autant dire d’un grand nombre de voyageurs contraints de passer par elle pour se faire délivrer un document autorisant le séjour à Venise. Par-delà quelques traces à l’automne 1792, c’est surtout de l’été 1795 à la mi-mars 1797 qu’on trouve dans les dossiers des inquisiteurs des listes substantielles de noms de personnes arrivées en barque (Colla barca) soit de Fusina ou Mestre, soit des ports de l’Adriatique tels qu’Ancône, Senigallia, Fano, Pesaro, Rimini, Cesenatico, Cortelazzo, Portogruaro, Caorle, Grado, Trieste, Capo d’Istria, Piran, Cittanova, Parenzo, Rovigno ou Corfou30.

Les maîtres de poste et agents des villes de Terre ferme

  • 31 Suzanne Rau, Olivier Zeller, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xviie(...)

16Une troisième source était constituée par les notes hebdomadaires qu’adressaient à Venise les maîtres de poste de la Terre ferme, en l’occurrence depuis Rovigo, Bassano, Brescia, Castelfranco ou Primolano. Absentes en 1790, rares au printemps 1791 mais devenues courantes en 1792 dans les dossiers des inquisiteurs, celles-ci indiquèrent au moins jusqu’à l’été 1796 les noms des voyageurs à cheval ou en voiture qui passaient dans les États vénitiens, leur fonction, le nombre des serviteurs et celui des chevaux à changer – deux, quatre ou six en général –, ce qui complétait l’information sur leur statut social. À partir du printemps 1795 l’emporta cependant la collecte des mentions de passages d’étrangers par les hôteliers, maîtres de poste, voiturins et gardiens des portes des principales villes de la Terre ferme : Crema, Bergame, Brescia, Vérone, Vicence, Padoue, Bassano, Udine, Rovigo. Cela nous rappelle l’ancien système de contrôle aux entrées de deux portes de la ville de Lyon, celles du Rhône et de Vaise, tel qu’il a pu être reconstitué à partir de deux registres de la fin du xviie siècle31.

Les monastères et couvents

  • 32 Marco Meriggi, « Come procurarsi un passaporto. Il caso di Napoli a metà Settecento », in Claudia M (...)
  • 33 Ainsi le 6 mars 1796 à propos de deux laïcs du Tiers ordre de saint François accueillis aux Frari e (...)

17Les monastères et les couvents constituaient une variante des hôtels et l’occasion de marquer la sujétion du monde religieux à l’ordre étatique laïc, comme dans le cas d’un religieux français que le provincial des minimes rattache le 19 novembre 1792 « à notre ordre de nation française » (del nostro ordine di nazione francese). On ne peut s’empêcher de penser aux observations de Marco Meriggi sur les ecclésiastiques définis par leur seule congrégation d’appartenance dans le registre de passeport napolitain de 1752-1753, témoignant de ce que la citoyenneté ecclésiastique l’emportait sur la nationalité, tandis que dix ans plus tard, dans le registre de passeport de 1762-1766, ce critère d’appartenance par l’habit religieux, sans disparaître, ne suffisait plus à les laisser franchir la frontière puisqu’il leur fallait désormais exhiber un document écrit prouvant aux yeux de l’État leur qualité, fût-elle celle de clerc32. On a trace dès janvier 1791 et tout au long des années révolutionnaires de ce qu’à Venise les portiers de couvents comme celui des Frari transmettaient scrupuleusement aux autorités des missives où ils indiquaient les noms des pères qu’ils accueillaient, quitte à éviter de se prononcer sur l’authenticité des patentes et passeports exhibés33. Dans les dernières années, notamment en 1795 et 1796, s’ajoutèrent les informations il est vrai non datées de la Chancellerie patriarcale sur les mouvements de prêtres.

Les curés de paroisses

  • 34 ASV, Inq. St., respectivement 762, 763 et 765.
  • 35 En écho au répertoire de 1784, on peut citer la Notta de Cameranti e Locandieri non datée mais de l (...)
  • 36 Voir plus loin, ASV, Inq. St., 776.

18À côté de ces catégories pourvoyeuses d’une documentation qui gonfla à partir de la fin de 1792 et du début de 1793, les curés de paroisses ou pievani des églises paroissiales et collégiales étaient eux aussi chargés de signaler les présences d’étrangers dont ils avaient connaissance dans leurs paroisses, là où les autorités n’exerçaient qu’avec difficulté une surveillance. Des questionnaires leur étaient périodiquement adressés, manifestant une volonté d’élargir le périmètre de la traque des présences étrangères en jouant sur la circulation d’informations orales transmises par les voisins. Ainsi trouve-t-on dès fin décembre 1790 et au début du mois de janvier 1791, puis en mai 1791 et en septembre 1792 les notes issues de trois enquêtes menées sur les étrangers présents dans chaque paroisse34. Il semble que le but au moins de la deuxième enquête était davantage d’individualiser les personnes qui louaient des chambres que les étrangers eux-mêmes, selon une logique de rassemblement des données des logeurs à l’œuvre avant comme après 178935. Des Français étaient alors installés depuis une, plusieurs, voire de nombreuses années à Venise, au même titre que des Italiens ou que d’autres étrangers. Les résultats de ces enquêtes ne paraissent pas avoir été probants : « Si pour le moment il y a des étrangers, il n’est pas facile de le savoir » (Se al presente abbia forestieri, non è cosa facile il saperlo), répond le curé de la paroisse de Santa Maria Nova le 19 mai 1791. Il leur arrivait néanmoins de faire sortir de leur cachette des identités dissimulées, comme celle d’un couple prétendument de Raguse déniché à San Pietro di Castello en septembre 1792. Même si les frontières du connaissable n’étaient pas évidentes à dessiner, les réponses données permettent d’esquisser une géographie plus complexe que celle des seuls hôtels, à savoir celle de paroisses et de quartiers (contrade) susceptibles d’être marqués par des présences étrangères capillaires. Cette sensibilité des agents des inquisiteurs préfigure le registre de 1795-1796 Esteri 1795/6, où les inquisiteurs allaient tenter de rassembler par paroisses les noms de tous les étrangers présents dans la Sérénissime36.

L’exigence progressive d’une surveillance plus serrée dans un climat de peur grandissante des autorités vis-à-vis des risques de déstabilisation

19Des modes de saisie nouveaux firent irruption sous la pression des événements dans une forme de désordre et d’affolement des autorités. La veine scripturaire intense qu’ils déclenchèrent se manifesta dans les listes de noms d’étrangers attirés à Vérone par le comte de Provence qu’un agent recopiait inlassablement de semaine en semaine, dans les nouveaux formulaires proposés aux hôteliers, dans les méthodes de classement adoptées par les agents des inquisiteurs, parfois génératrices de conflits entre eux, enfin dans les répertoires organisés par paroisses selon la logique des six sestieri. On décèle ici comme un d’aveu d’impuissance car les autorités soit fondèrent leurs soupçons sur le seul critère de l’appartenance nationale, soit cherchèrent souvent en vain à cerner des individus qui devenaient vite suspects s’ils disparaissaient d’une liste où ils avaient figuré précédemment.

Les Français stigmatisés

  • 37 Ces listes hebdomadaires n’étaient pas, à la différence de celles générales sur les étrangers, cons (...)
  • 38 Notta de’ soli forestieri francesi, Notta de’ Forastieri Francesi ou Note delli forestieri francesi(...)

20Héritière de l’ancienne habitude de noter la patrie du voyageur, la sélection d’après la provenance nationale prit une nouvelle vigueur. Certes, on avait déjà individualisé certains étrangers par rapport à l’ensemble des forestieri en majorité italiens, mais cela concernait les « étrangers Juifs » (Forastieri Ebrei). Dans des documents de 1716 et 1735, puis dans les synthèses hebdomadaires plus complètes conservées à partir de 1751, des listes consignèrent de façon séparée leurs arrivées et départs jusqu’au début de 177637. On n’en a plus trace dans les quinze années suivantes, ce qui traduit un relâchement de la surveillance des juifs. Dans le contexte de la Révolution, la crainte de la contagion révolutionnaire déboucha sur une forme de stigmatisation de nature très différente : dès la fin mars 1790 s’installa dans le paysage des synthèses hebdomadaires des inquisiteurs une fiche intitulée « Notes des seuls étrangers français » (Notta de’ soli Forastieri francesi), devenue en mai 1790 plus régulière avec des titres variables38. Le nombre des Français, jusque-là assez réduit, s’accrut d’ailleurs à partir d’octobre 1790, avec de quatre à dix nouveaux groupes familiaux chaque semaine, avant une hausse brutale en janvier et février 1791 en raison du séjour à Venise du comte d’Artois sous le nom de marquis de Maison. Une véritable cour se répandit alors dans les hôtels de la ville. Assez vite, les notes de Français n’indiquèrent plus seulement leur lieu d’hébergement mais aussi leur statut au regard de l’ambassade de France.

  • 39 De cette tentative d’un début de quadrillage systématique témoigne la Nota di Francesi, Svizzeri, T (...)
  • 40 ASV, Inq. St., 779, 780.

21Certes, l’abondance des fiches journalières d’hôteliers conservées par les inquisiteurs ne correspondit pas toujours à un afflux de Français, comme on l’observe au printemps 1792, lorsque l’Europe du Grand Tour se précipita pour la fête de l’Ascension, mais sans les Français. On n’en aboutit pas moins le 19 novembre 1791 à une fusion entre la synthèse à l’ancienne mode et celle consacrée aux Français : une fiche unique de synthèse hebdomadaire présenta désormais à gauche les Français (Francesi) et à droite les étrangers « D’autres pays » (D’Altri Paesi ou D’altri Luoghi). Après une brève phase de coexistence des deux types de feuillets en décembre 1791, cette présentation s’imposa en janvier 1792 et perdura les années suivantes. À partir de mai 1794 commencèrent d’être associés aux Français les Suisses et Turinois, dont on s’attacha à repérer les noms par ordre alphabétique (fig. 4)39. Ce mode de classement distinguant les Français ou leurs voisins des forestieri d’altre nazioni était spécifique des inquisiteurs, les hôteliers continuant durablement à privilégier la trilogie « Arrivés/Présents/Partis ». Des listes de plus en plus nombreuses de Français présents à Venise furent dressées jusqu’à l’automne 179640, avant que ces derniers ne rejoignent les autres étrangers et qu’assez curieusement les traces d’une attention spécifique à leur égard disparaissent des dossiers à partir de novembre 1796.

Figure 4 : Note en forme de répertoire alphabétique des Français, Suisses, Turinois, etc., logés autant dans les maisons privées que dans les hôtels au 15 juin 1795, lettre A (ASV, Inq. St., 770).

Figure 4 : Note en forme de répertoire alphabétique des Français, Suisses, Turinois, etc., logés autant dans les maisons privées que dans les hôtels au 15 juin 1795, lettre A (ASV, Inq. St., 770).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

  • 41 ASV, Inq. St., 761.
  • 42 Les archives conservent les minutes d’interrogatoires des 13 mars 1790, 16, 23 et 31 décembre 1791, (...)

22En continuité avec la mise en place de ce type de document propre à souligner d’emblée la part des Français parmi les étrangers, l’administration déclencha une vague d’interrogatoires auprès des principaux hôteliers de Venise, dont il nous reste les minutes dans les dossiers d’annotations sur les étrangers. Ce questionnaire apparaît le 13 mars 1790 alors que le patron du Scudo di Francia, Antonio Ercolini, convoqué par les inquisiteurs, croyait encore que ceux-ci recherchaient les étrangers sans distinction et qu’il ne s’était pas muni des noms de ses hôtes pourtant transcrits dans son registre41. Le but était d’habituer les hôteliers à prêter attention aux Français présents dans leur établissement. On les faisait venir chez les inquisiteurs en les questionnant sur les Français qu’ils hébergeaient, que ceux-ci aient été là depuis longtemps ou à peine arrivés dans l’hôtel, qu’il s’agisse d’aventuriers supposés ou d’officiers, de nobles, de marchands ou d’architectes : selon un schéma récurrent, on demandait à l’hôtelier s’il savait d’où venait l’individu et pour combien de temps il s’arrêtait à Venise, ce qu’il y faisait, s’il avait des relations et avait parlé avec quelqu’un, puis à partir de la fin de 1791 on leur demanda également quel type d’attitude (contegno) le Français avait et quel discours il tenait. Les hôteliers restaient en général discrets dans leurs réponses, parlant peu des bagages et relations de leurs hôtes, sauf quand ils savaient qu’ils allaient chez leur ambassadeur. S’agissant des motifs de séjour, ils se contentaient de dire de ceux qu’on peut supposer avoir été des émigrés qu’ils étaient là « pour voir la ville » (per vedere la città), et pour les autres qu’ils étaient là pour se délasser (di diporto) ou pour des affaires de commerce (per affari di negozio). Ces interrogatoires visant les seuls Français se systématisèrent entre décembre 1791 et avril 1792, puis semblent avoir disparu42.

Les transferts d’une résidence à l’autre dans la ville

  • 43 ASV, Inq. St., 763.
  • 44 ASV, Inq. St., 766, 770. Les notes diverses du printemps 1794 et le répertoire du 15 juin 1794 (voi (...)
  • 45 « Cercando di ritrovarre (sic) una abitazione particolare per la minor spesa, che per anco non hann (...)
  • 46 C’est ce qu’attestent des formules telles que « buone persone per giudizio d’Entraigues » ou « cogn (...)

23L’inquiétude sur les changements de lieux de séjour au sein même de la ville de Venise accompagna le flux grossissant des Français « chassés » par la Révolution. Dès la mi-mai 1791, une note suivait à la trace le baron di Castel Novo Alberti de la locanda del Carmine vers une habitation privée43. Des transferts d’un hôtel à l’autre étaient notés en août 1792 et le mouvement vers des maisons particulières (case private) s’accentua à partir de l’hiver 179344. Les autorités pouvaient ainsi reconstituer des allers et retours dans la péninsule : une note rappelle le 16 novembre 1792 que le marquis et la marquise de Chambray étaient arrivés à Venise à l’Ascension 1791, avaient séjourné quatre mois au Scudo di Francia, puis étaient partis pour Naples avant de revenir au Scudo di Francia, cherchant cependant « une habitation privée pour réduire la dépense mais sans l’avoir encore trouvée45 ». Aux Français émigrés, nobles ou ecclésiastiques, s’ajoutaient parfois des Anglais ou des Polonais. Ce transfert d’un hôtel à un meublé ou à une maison privée non déclarée était redouté des autorités qui, à défaut de réussir à les identifier, craignaient de perdre la trace de personnes à risques46. C’est dans ce contexte que furent envisagées de nouvelles procédures d’enregistrement.

  • 47 ASV, Inq. St., 770.
  • 48 ASV, Inq. St., 771, 772.
  • 49 ASV, Inq. St., 772, 774.

24L’attention aux transferts des voyageurs étrangers dans la ville entraîna une amélioration progressive des synthèses quotidiennes de mai 1794 à juin 1796, sans perdre de vue l’ancienne disposition des noms d’hôtels face à ceux des personnes accueillies. En juin 1794, alors que la Terreur faisait rage en France, trois types de feuilles virent le jour, remplies à intervalles rapprochés, souvent tous les jours ou tous les deux jours : la feuille des départs (Foglio Partenze), la feuille des hôtels (Foglio Locande) et celle des maisons privées (Foglio Case private)47. Ces relevés, dont nous n’avons pas trouvé trace au cours des années précédentes, se présentaient sous la forme de feuillets doubles remplis à l’intérieur et comportant, au mieux, un titre en page 1. Leurs contenus étaient organisés en une série de colonnes indiquant le quartier (Contrada), les noms d’hôtel ou d’hôtelier avec un numéro facilitant leur identification (Albergo come in Filza notifiche al numero), les noms des étrangers (Nomi de Forestieri), leur nation (Patria), leur condition et leur provenance (Provenienza) (fig. 5). Le secrétaire Antonio Cabrini semble avoir été le promoteur de ce mode d’enregistrement, qui complétait les listes plus désordonnées dressées chaque jour, en regroupant les noms d’étrangers par des accolades en face des noms d’hôtels et en y ajoutant de façon aléatoire la nation d’origine et la profession. La feuille des départs s’enrichit en outre à partir du 25 août 1794 de la précision des éventuels transferts dans Venise (Foglio Partenze e trasferenze di alloggio in alloggio)48. À son tour, à la fin de septembre 1794, le titre des feuilles de synthèse réalisées à partir des notes d’hôtels et de maisons privées fut précisé par le mot « arrivées » (Venute). Du coup, en plus de la feuille des départs il y avait deux autres feuilles : Foglio locande-Venute et Foglio Case Private-Venute. Ces trois types de feuilles, qui s’installèrent dans le paysage à l’automne 1794 et dans les premiers mois de l’hiver 179549, complétèrent les autres annotations ou riferti, souvent lacunaires : les mailles du réseau se resserraient.

Figure 5 : Pages intérieures de la feuille Maisons privées (Foglio Case private) du 30 juin 1794 (ASV, Inq. St., 770).

Figure 5 : Pages intérieures de la feuille Maisons privées (Foglio Case private) du 30 juin 1794 (ASV, Inq. St., 770).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

  • 50 On distinguait ainsi un Foglio Complessivo dei Esteri Forestieri Francesi-Genovesi-Svizzeri-Piemont (...)

25L’obsession du relevé systématique des « étrangers de l’étranger » (Esteri Forestieri), extérieurs à la République de Venise, donna aussi naissance au cours de l’année 1795 à des feuilles de synthèse fondées sur la distinction entre étrangers en général et Français en particulier, grossis de quelques nations limitrophes : Génois, Suisses et Piémontais. Si bien que jusqu’à la fin de l’été 1796 les inquisiteurs utilisèrent de façon irrégulière un modèle de feuille quotidienne dite de synthèse (Foglio Complessivo) parce qu’elle rassemblait en une même page les arrivées, départs et transferts. Celle-ci se subdivisa en deux séries, l’une réservée aux Français et assimilés, l’autre à l’ensemble des étrangers, ainsi qu’on le constate encore dans la première moitié de juin 179650.

  • 51 ASV, Inq. St., 777 à 781.

26Un système quotidien en trois feuilles distinctes resurgit néanmoins à partir de février 1796, finit par l’emporter sur le précédent et perdura jusqu’à la fin de la République : il reposait sur la distinction entre la feuille des arrivées (Foglio Venute), celle des départs (Foglio Partenze) et celle précisément des transferts (Foglio Trasferenze)51. Ces feuillets doubles présentaient comme en 1794 chacun une page de titre et deux pages intérieures disposées en colonnes, avec la possibilité de feuillets complémentaires. Ils étaient insérés ou placés entre les feuillets de synthèse quotidiens des « locande et autres » (Dalle note delle Locande, ed altre), devenus eux-mêmes plus irréguliers et enrichis à partir de 1796 de relevés hebdomadaires d’« étrangers aujourd’hui présents dans les hôtels » (Forastieri oggidi esistenti alle Locande). Aucun de ces trois types de documents ne séparait les Français des autres étrangers. Correspondant à une période plus calme où les flux d’étrangers, notamment ceux liés à la France, s’étaient réduits, cette structure marquait un point d’équilibre dans l’organisation de la collecte d’informations sur les étrangers par les agents des inquisiteurs d’État. La feuille des arrivées indiquait l’« hôtel ou maison où il loge » (Locanda o Casa dove allogia), celle des départs l’« hôtel ou maison où il logeait » (Locanda o Casa dove allogiava) et celle des transferts l’« hôtel ou maison où ils se sont transférés » (Locanda o Casa dove Alloggiava / Giorno della Trasferenza / Locanda o casa dove si sono trasferiti).

27On peut en conclure qu’une approche fine s’est imposée pour parvenir à saisir les mouvements quotidiens des étrangers dans la ville. Mais on mesure aussi, par les changements successifs intervenus au fil des années, combien chaque système d’annotation était soumis aux aléas de la conjoncture et résistait mal en cas de changement brutal de rythme dans les mouvements d’étrangers.

Les documents préimprimés

  • 52 ASV, Inq. St., 766. On note dans le titre Forastieri di Esteri Paesi (où dans les premiers exemplai (...)
  • 53 Les premières feuilles tant quotidiennes qu’hebdomadaires préimprimées remplies par des hôteliers p (...)

28L’introduction de documents préimprimés traduit à son tour une tentative de systématisation. On trouve en novembre 1792 une feuille hebdomadaire d’enregistrement des « étrangers de pays étrangers » (Forastieri di Esteri Paesi)52 à six colonnes, remplie à une date indéterminée par un cafetier logeur. Sauf à avoir été déplacée par erreur et à être plus tardive, elle préfigure les feuilles préimprimées apparues en octobre 179553. La présentation de ce type d’imprimé ne bouleversait guère la méthodologie antérieure. Une première fiche, quotidienne (Foglio Giornaliero), consistait en une demi-page où l’hôtelier avait quatre colonnes à remplir : nom et prénom, nation d’appartenance (Patria), condition ou éventuellement profession (Condizione), localité de provenance (Da dove provengono). Du second type de fiche, de plus grand format, à produire chaque semaine (Foglio Settimanale), il ne nous reste que très peu d’exemplaires en 1796 et 1797 (fig. 6). Sous un titre indiquant la date de rédaction de la fiche et les noms de l’hôtel, de l’hôtelier et de la paroisse, figuraient six colonnes où à côté de la « date d’arrivée » (Data dell’arrivo), des nom et prénom, de la nation d’appartenance et de la condition des hôtes figuraient non plus le lieu de provenance mais la « date du départ de l’hôtel » (Data della partenza dalla Locanda) et « s’il y a eu transfert dans d’autres hôtels ou maisons privées » (Se trasportato in altre Locande o Case private).

Figure 6 : Feuille quotidienne et feuille hebdomadaire préimprimée de l’Albergo Real, datée du 22 avril 1797 (ASV, Inq. St., 781).

Figure 6 : Feuille quotidienne et feuille hebdomadaire préimprimée de l’Albergo Real, datée du 22 avril 1797 (ASV, Inq. St., 781).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

29Il ne subsiste qu’un faible nombre de ces formulaires, en fait calqués sur les pratiques antérieures, dans les chemises quotidiennes de synthèse des relevés d’hôtels du printemps 1796 au printemps 1797. Il se peut qu’ils aient été perdus ou éliminés, ou n’aient pas été remis par les hôteliers, peu enclins à s’astreindre à des exigences de consigne quotidienne à l’exception du Scudo di Francia, des Tre Re, de l’Albergo Reale et de rares autres enseignes comme le Principe Carlo di Lorena, le Regina d’Inghilterra, le Leon Bianco ou le Castellezzo. Cette tentative de normalisation des fiches de notification d’étrangers remises par les hôteliers aux agents des inquisiteurs semble néanmoins être restée précaire. D’une part, le modèle apparut aussitôt imparfait, comme le révèlent dans plusieurs fiches de la première moitié de juin 1796 la rature à la main du mot du titre arrivati (arrivés) et son remplacement par sono partiti (sont partis). D’autre part, les hôtels ne se mirent que progressivement et de façon balbutiante à adopter le préimprimé. Si le passage de la liste au tableau avait été achevé à la chute de la République, on aurait gardé davantage de feuillets préimprimés quotidiens et a fortiori hebdomadaires par rapport aux noms d’hôtels et d’individus enregistrés dans les synthèses quotidiennes que les inquisiteurs faisaient rédiger à partir des informations reçues des hôteliers.

  • 54 Ces relevés hebdomadaires préimprimés sont attestés jusqu’à la fin février 1797 (ASV Inq. St., 776 (...)

30Des documents préimprimés furent aussi mis en œuvre à partir de novembre 1795 pour que les correspondants des inquisiteurs dans les villes de la Terre ferme transmettent leurs observations sur les passages d’étrangers54. Mais cette formalisation ne se concrétisa qu’à Crema et Padoue et demeurait si partielle avant la chute de la République que les titres imprimés s’inscrivaient entre des lignes verticales encore tracées à la main au moyen d’un crayon à papier.

Les opérations de comptage statistique

  • 55 Il s’agissait en novembre 1792, dans l’ordre, des hôtels suivants : Scudo di Francia, Tre Re tre vi (...)
  • 56 ASV, Inq. St., 768 et 770 (pour le répertoire du 15 juin 1794, dispersé dans deux dossiers), 772 (p (...)
  • 57 ASV, Inq. St., 770, 774.
  • 58 Ce Registro de’ Francesi in Venezia, anni 1794, e 1795, selon le titre original placé au milieu de (...)

31Alors qu’à la fin de 1792 ou en 1793 les agents des inquisiteurs laissaient à leur lecteur le soin de repérer les hôtels qui accueillaient le plus grand nombre d’étrangers55, ils passèrent en 1794 du stade de la simple notification des individus à une volonté de les compter. C’est ainsi qu’apparurent des répertoires alphabétiques de plusieurs centaines de noms chacun : celui du 15 juin 1794 (fig. 4) comprenait des Français et des Suisses mais aussi des Italiens et quelques Allemands, puis celui du 9 octobre 1794 les seuls « Français demeurant encore dans les maisons privées à ce jour et dont on n’a pas eu notification du départ56 ». On recueillait avec soin les données sur le nombre d’émigrés dans les villes de la Terre ferme. Ébauchés en 1794 (fig. 7), des relevés statistiques mensuels furent dressés au printemps 1795 pour tenter d’évaluer le nombre des Français, Génois, Suisses et Piémontais présents à Venise en récapitulant les données cumulées des mois précédents et en soustrayant à la fin de chaque mois les étrangers partis relevant de ces groupes nationaux57. Un grand registre fut dressé des « Français, Corses, Suisses, Piémontais et Savoyards arrivés à Venise et dans la Terre ferme de 1794 à 1795 », intégrant plus de 2 000 noms58.

Figure 7 : Pages intérieures de la feuille de synthèse (Foglio complessivo) calculant le nombre de Français, Génois, Suisses et Piémontais présents à Venise du 26 mai au 30 juin 1794 (ASV, Inq. St., 770).

Figure 7 : Pages intérieures de la feuille de synthèse (Foglio complessivo) calculant le nombre de Français, Génois, Suisses et Piémontais présents à Venise du 26 mai au 30 juin 1794 (ASV, Inq. St., 770).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

  • 59 ASV, Inq. St., 776. Sur le séjour du comte de Provence à Vérone, voir Valentina Dal Cin, « Un ospit (...)
  • 60 Nota dei Forestieri che dal giorno… corte fecero passaggio per questa Città, ed alloggiarono, ed es (...)

32De l’arrivée du comte de Provence à Vérone en mai 1794 à son départ près de deux ans plus tard, la logique comptable s’affina dans un tableau récapitulatif hebdomadaire des forestieri qui passaient par Vérone, offrant la possibilité de construire une typologie par nation59. À Vérone, point de jonction situé à la croisée entre les routes menant d’Allemagne vers Venise, Mantoue ou Milan, on rencontrait des marchands, des officiers, des nobles ou encore des Anglais du Grand Tour, par contraste avec les Français qui y résidaient pour faire leur cour au comte de Provence. Peu de temps avant que la campagne d’Italie ne débute mais alors que le comte de Provence tardait à quitter Vérone, l’agent de l’administration vénitienne en poste dans cette ville comptabilisait toutes ces présences dans des tableaux hebdomadaires intitulés « Note des Étrangers qui depuis le jour… courant passèrent par cette ville, et y logèrent, et se trouvent encore dans les hôtels publics, et les habitations privées : extraite des rapports quotidiens de tous les hôteliers, de tous les chefs de portes, du ministre délégué à l’arrivée des embarcations, et de la Garde principale60 ». Ces feuilles de très grand format étaient plus complexes que les notes envoyées des autres villes de Terre ferme en raison à la fois du nombre plus important d’étrangers, de la situation créée par la présence du comte de Provence et peut-être aussi sous l’effet d’une personnalité qui, au mépris de la commodité de maniement, prenait à cœur de les réaliser. Elles comportaient toujours sept colonnes en soi peu originales, dont les deux extrêmes portaient les dates d’arrivée et de départ : « Date d’arrivée » (Loro arrivo), « Prénom et nom » (Nomi, e Cognomi), « Patrie et condition » (Patria, e Condizione), « Lieu de provenance » (Luogo di Provenienza), « Où ils ont élu domicile » (Dove presero alloggio), « Quelle destination ils ont annoncée à leur arrivée » (Per dove al loro arrivo dicono esser diretti), « Date de départ » (Loro partenza).

  • 61 ASV, Inq. St., 774.
  • 62 Le titre Esteri 1795-1796 figure en couverture de ce volume de 102 pages, dont 77 remplies, avant d (...)

33L’effort statistique de l’administration vénitienne en matière d’étrangers aboutit enfin au registre vénitien de 1795-1796 en forme de répertoire à six entrées, une par quartier ou sestiere. Ébauché à la faveur d’un premier registre des présences d’étrangers « domiciliés » par paroisse (contrada) et par hôtel ou maison (albergo) en juin 179561, ce beau volume relié est nettement plus achevé. Daté de novembre 1795 à février 1796, bien qu’il intègre des données allant jusqu’à la fin de l’année 1796, il est intitulé « Étrangers qui grâce aux soins vigilants de la Magistrature des Esecutori contro la Bestemmia se révèlent être présents à Venise à la date du 22 janvier 1796, y étant arrivés à partir du 1er janvier 1794 jusqu’au jour susdit62 ». L’intérêt et la nouveauté de ce répertoire des étrangers distribués dans les six sestieri et soixante-douze paroisses de la ville de Venise tiennent moins à sa forme en elle-même, qui rappelle les recensements consignés au milieu du xviie siècle par les Provveditori e Sopraprovveditori alla Sanità, qu’à son intégration dans le dispositif de contrôle que géraient les inquisiteurs d’État en 1795-1796. À côté des notes quotidiennes délivrées par les aubergistes et logeurs et rassemblées par les inquisiteurs dans de confuses et empiriques synthèses, il manifeste une volonté de mise en ordre et de visualisation des étrangers qu’un index aide à retrouver (fig. 8), les figeant en une photographie supposée pouvoir dépasser le vertige du mouvement perpétuel. Grâce au classement par paroisse, ce répertoire permet de compter le nombre des individus et familles d’étrangers ayant une « existence fixe » dans la ville, et d’analyser leur distribution spatiale en tenant compte de leur nom, nation d’appartenance, qualité ou profession et enfin adresse précise de résidence en hôtel ou dans une maison particulière (fig. 9). À peu de mois de la chute de la République, il tente de dresser une carte des domiciliations étrangères à Venise selon les origines nationales et les activités. Certes, tous les étrangers n’y figuraient pas, la notion de séjour prolongé y demeurait incertaine et, en raison même des multiples transferts d’habitation dont ce répertoire ne peut tenir compte, les chiffres probablement ne sont pas fiables.

Figure 8 : Index des noms d’étrangers répertoriés dans le registre des Étrangers Esteri 1795/6, lettres A-C (ASV, Inq. St., 776).

Figure 8 : Index des noms d’étrangers répertoriés dans le registre des Étrangers Esteri 1795/6, lettres A-C (ASV, Inq. St., 776).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

Figure 9 : Pages du registre des Étrangers Esteri 1795/6, paroisse San Giovanni Grisostomo, quartier de Cannaregio (ASV, Inq. St., 776).

Figure 9 : Pages du registre des Étrangers Esteri 1795/6, paroisse San Giovanni Grisostomo, quartier de Cannaregio (ASV, Inq. St., 776).

© Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017

34Surtout, malgré tous leurs efforts pour saisir une présence diffuse, les administrateurs faisaient parallèlement triompher en 1796 et 1797 une logique de la quotidienneté des annotations qui mettait en péril la capacité de synthèse et la précision des données relatives à la durée des séjours. Ils notaient fébrilement chaque jour des noms, enregistrant de façon analytique les arrivées, les départs et les transferts d’individus sur des feuillets dont on peine à reporter les informations.

*

35De l’évolution que nous avons examinée ressort une véritable obsession de la traque des étrangers qui est moins celle des arrivées que des départs. Non point ceux des Vénitiens vers d’autres destinées, mais bien les départs de ceux qui étaient arrivés dans la ville, population instable et inquiétante qui, même aisée, pouvait, à l’écart des hôtels où on l’identifiait facilement, s’être disséminée au point de constituer une menace. Où allait une personne qui ne figurait plus dans une liste d’hôtelier ? La disparition de son nom signifiait-elle qu’elle ait vraiment quitté la ville ?

36L’examen des dossiers des inquisiteurs sur les présences étrangères à l’époque révolutionnaire révèle un affinement de la démarche administrative : sur fond d’une inquiétude croissante vis-à-vis des Français, l’approche spatiale s’est consolidée et l’attention s’est précisée quant à la durée des séjours et aux mouvements des individus au sein de l’espace urbain. Par-delà le registre de 1795-1796, la plus grande source de perplexité concerne cependant l’usage qui fut fait de la masse considérable des informations recueillies. Bien que nombreuses et multiformes, et sans nul doute issues d’une grande tradition bureaucratique, ont-elles permis de surveiller de façon efficace les allées et venues d’étrangers dans la République de Venise, et en particulier dans sa capitale à la veille de sa chute ? Rien n’est moins sûr. La traque était incontestable, comme le démontre la fièvre d’inscription de noms, mais les inquisiteurs peinèrent tout comme les Esecutori contro la bestemmia à passer au stade d’une statistique qui eut permis d’organiser un quadrillage aussi efficace que celui des recensements de la Milan napoléonienne.

Haut de page

Notes

1 Vincent Denis, Une histoire de l’identité, France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 102-114.

2 Par « forestiere », l’administration vénitienne dénomme tous les sujets qui ne font pas partie de la communauté civique locale, ce qui inclut autant les étrangers à la République de Venise, Italiens ou non, que des personnes provenant de l’État vénitien. Le même sens est repris pour Naples par Roberto Zaugg, Stranieri di antico regime. Mercanti, giudici e consoli nella Napoli del Settecento, Rome, Viella, 2011, p. 13.

3 Une note du 8 mai 1792 précise que le bollettone n’est pas nécessaire pour les voyageurs désirant entrer dans Venise mais qu’il l’est pour entrer dans les villes de la Terre ferme (Archivio di Stato di Venezia [désormais ASV], inquisiteurs d’État [désormais Inq. St.], 764).

4 Les archives du secrétariat et ministère des Affaires étrangères du grand-duché de Toscane tinrent des registres précis de 1758 à 1765, qui ensuite s’appauvrirent, surtout à partir de 1771 et jusqu’en 1789 (Registro dei Passaporti e Visti dal 1758 al 1789, Archivio di Stato di Firenze [ASF], Segreteria e Ministero degli Esteri [SME], 2741). De nouveaux registres apparurent à Florence sous la forme du répertoire alphabétique entre 1796 et 1808, préludant à la politique plus systématique qui s’enclencha alors dans toute l’Europe (Registro dei Passaporti e visti dal 1796 al 1805 [en fait 1796-1799 et 1808], ASF, SME, 2742 ; Registro dei Passaporti e Visti dal 1806 al 1808 [en fait septembre 1801-décembre 1807], ASF, SME, 2743).

5 À Naples, les archives de la Casa Reale Antica ont gardé de la période où cette administration s’occupait des affaires étrangères de grands registres de passeports couvrant les années 1752-1753, 1762-1766 et 1771-1775 (Archivio di Stato di Napoli [ASN], Casa Reale Antica, 1257, 1258 et 1259). On y trouve aussi un riche ensemble de documents sur les passages dans les deux sens par Capoue pendant six ans, les Relazioni sui viaggiatori passati per Capua da e per Roma [du 28 décembre 1760 au 30 décembre 1766], ASN, Casa Reale Antica 1277. Plus tardivement, on conserve aussi des passeports délivrés par les autorités napolitaines depuis Livourne et Rome pour autoriser l’entrée dans le royaume en 1797 (Roma passaporti, 1792-1805, ASN, Affari Esteri 6184 bis).

6 Sur la première moitié du xviiie siècle, voir Vincent Denis, op. cit., p. 303-308 ; sur les registres de 1740-1743 et 1764-1765 en Dauphiné, voir Gilles Bertrand, « Pour une approche comparée des modes de contrôle exercés aux frontières des anciens États italiens », in Claudia Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Rome, École française de Rome, 2004, p. 253-303.

7 Ordeni, delli clariss. signori Sette Sauij. In materia di quelli che alloggiano forestieri [Venise], stampata in calle dalle Rasse [Francesco Rampazzetto il vecchio ?], pas avant 1553 [?].

8 De cette magistrature émanent en 1612 et 1617 des Ordini « In materia della biastema, di forestieri, camere locante, ridutti, bettole, & altro », puis « In materia de forestieri, braui, e vagabondi » en 1626. Un même édit, ou Proclama, est sans cesse repris dans la seconde moitié du xviie siècle, « In materia de forestieri & albergatori », dont on conserve à la Marciana ou à la Querini Stampalia les exemplaires de 1651, 1658, 1666, 1669, 1671, 1675, 1676, 1677, 1678, 1679, 1680, 1681, 1682, 1683, 1685, 1689, 1690 et 1693.

9 Sur les communautés d’étrangers durablement installées à Venise à l’époque moderne, on se reportera aux travaux de Donatella Calabi, Giorgio Fedalto et, plus récemment, Benjamin Ravid et Mathieu Grenet.

10 ASV, Inq. St., 758, 759 et 760. Il est possible que Giovanni et Zuanne, équivalent vénitien de Giovanni, soient la même personne, en tout cas leur écriture et les choix de mode d’inscription sont identiques. On rencontre Zuanne Somazzi au-delà de 1790, mais en tant que défenseur d’un système ancien d’annotations des étrangers qui se trouve désormais doublé, comme on va le voir, par une autre façon de concevoir le travail.

11 Avant 1790, nous ne disposons que des synthèses réalisées dans les bureaux des inquisiteurs, jamais des notes quotidiennes des hôteliers. Ces annotations dites hebdomadaires sont elles-mêmes irrégulières pendant la seconde moitié du xviiie siècle, parfois espacées de seulement quatre ou cinq jours, parfois de dix ou onze jours, voire d’un mois ou jusqu’à six semaines en juin-juillet ou en octobre-novembre, périodes de flux plus faibles. Ce type de variations persiste sous la Révolution : ainsi en juin 1790 les quatre synthèses toujours qualifiées d’« hebdomadaires » sont-elles effectuées les 1er, 10, 19 et 30 juin (ASV, Inq. St., 761).

12 ASV, Inq. St., 760, répertoire se trouvant en début de liasse, intitulé Albergatori. 1784. Venezia. Les listes d’hôteliers ou de loueurs de chambres continuent à être produites régulièrement pendant l’époque révolutionnaire, par exemple en octobre 1792 (ASV, Inq. St., 765).

13 C’est ce que l’on peut présumer entre 1713 et 1750, de 1752 à 1755, de 1758 à 1760 et pour divers mois des années 1751, 1756, 1757, 1761, 1763 et 1765.

14 Le système d’annotation des étrangers en deux colonnes présence/départ apparaît clairement dans une feuille isolée du 11 décembre 1713 et dans une autre du 27 avril 1716, mais les archives n’en conservent de traces systématiques qu’à partir du 1er février 1751. La graphie et la signature de Giovanni Somazzi ne sont attestées qu’à partir du 9 septembre 1765 mais en adoptant les deux colonnes alors déjà en vigueur et en distinguant la liste des étrangers en général de celle des juifs, traités à part.

15 Les feuillets tendirent en outre à s’espacer au cours des années 1780, jusqu’à atteindre un rythme plus mensuel qu’hebdomadaire, ce qui donne à penser qu’ils ne reflètent pas exactement, notamment au mois de mai, la réalité des flux d’étrangers dans les hôtels.

16 Une réflexion à propos des événements de 1848 à Venise est actuellement menée par Piero Brunello sur la différence entre le foresto ou forestiero, celui qui vient d’ailleurs, « d’un pays éloigné et étranger » (Boerio, Dizionario del dialetto veneziano, 1856, p. 281) et que l’on accueille, et le straniero, étranger considéré en tant qu’il est susceptible d’être rejeté.

17 Vincent Denis, op. cit., p. 44-65 ; Gérard Noiriel (dir.), L’identification. Genèse d’un travail d’État, Paris, Belin, 2007.

18 Ainsi flotte de manière totalement isolée, à la fin de la liasse des annotations d’étrangers de 1777, une note des forastieri passés par la ville de Brescia et présents dans les locande, ed altri luoghi entre le 6 et le 12 juillet 1777 : or, cette note a été consignée à partir des rapports d’hôteliers, maîtres de poste et voiturins (Rifferte giornaliere rassegnate dagli albergatori, mastro di posta, e dai Vetturini, ASV, Inq. St., 760).

19 ASV, Inq. St., 764, 765, 766.

20 ASV, Inq. St., 781.

21 Sur ce type de surveillance policière relayée par les hôtels et garnis, voir Jean-François Dubost, « Les étrangers à Paris au siècle des Lumières », in Daniel Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe siècle), Paris, Fayard, 2000, p. 221-288. Le rôle clé des logeurs est également souligné par Vincent Denis, op. cit., p. 320.

22 La concurrence entre les deux systèmes d’annotation, voire entre deux agents, est attestée par la coexistence d’un feuillet à deux colonnes doté du nouveau titre le 21 avril 1792, et d’un feuillet à l’ancienne à une colonne, signé Zuanne Somazzi, le 25 avril 1792, avec une même période couverte mais peu d’hôtes nommés en commun. Un feuillet à l’ancienne à une colonne signé Somazzi pointe encore le 13 août 1792, dans une liasse cette fois-ci dépourvue d’autres feuilles hebdomadaires de synthèse (ASV, Inq. St., 764 et 765).

23 Les titres signalent alors souvent la provenance d’autres lieux, informateurs ou magistratures : ainsi en 1795 a-t-on la Nota di tutti li Forastieri che esistono oggi nelle locande, e Case private. Par-delà les feuilles homogènes (Dalle note delle Locande ou Forestieri attualmente – ou oggidì – esistenti alle Locande), on en trouve fréquemment de plus variées de mars 1796 à la fin avril 1797 : Dalle Note delle Locande, ed altre ; Dalle note delle Locande, ed altri alloggi ; Dalle note delle Locande, e Corriere, etc (ASV, Inq. St., 777 à 781).

24 La datation à l’ancienne (more veneto), qui faisait commencer l’année le 1er mars, explique certaines confusions de classement. Ainsi les synthèses hebdomadaires et notes d’hôteliers de janvier et février 1791 (indiqués 1790 m.v.) se trouvent-elles par erreur dans les liasses de janvier et février 1792 (indiqués 1791 m.v.) (ASV, Inq. St., 763). Cinq ans plus tard, les relevés hebdomadaires des passages d’étrangers à Vérone du 24 et 31 janvier 1796 (indiqué 1795 m.v.) ont eux aussi été rangés par erreur dans la liasse de janvier 1797 (indiqué 1796 m.v.), donc l’année suivante (ASV, Inq. St., 780).

25 C’est le cas le 10 novembre et les 1er et 11 décembre 1790 (ASV, Inq. St., 762). L’absence de maître justifie parfois cette prise en considération. On retrouve en Piémont le même écart entre la notation scrupuleuse des noms de chaque membre d’un groupe, domestiques compris, par un informateur de première main, et leur absence dans les permis officiels : ainsi pour trois familles provençales dont les Mazenod, quand elles furent autorisées à séjourner à Pianezza, près de Turin, en octobre 1792 (Archivio di Stato di Torino [AST], Materie politiche relative all’interno in genere, mazzo 2, filza 7, f. 68).

26 ASV, Inq. St., 763, 765 et 762.

27 Il l’est par exemple en août 1796 avec la formule : si rileva da viglietto del Segretario del prov. alle lagune (ASV, Inq. St., 779).

28 ASV, Inq. St., 772. Si leur texte du 22 avril 1794 se référait à toute une série de décrets du Conseil des Dix ou de Proclami des Esecutori contro la bestemmia de 1583 à 1732, un autre édit, ou Proclama, en réitéra la substance le 8 mai 1795 mais en y ajoutant la nécessité d’indiquer l’âge (ASV, Inq. St., 919).

29 « Le note del Magto sono inesattissime, e servono più a confondere, che a inchiavare. Non è opera facile il tener dietro a nomi tanto diversi », remarque apposée en conclusion d’une liste de six pages intitulée « Francesi esistenti alla Dominante tratti dal generale Registro », insérée à la fin de la liasse de janvier 1795. Cette défiance avait déjà été exprimée par l’agent des inquisiteurs le 9 octobre 1794 (ASV, Inq. St., 772).

30 Ces listes commencent souvent ainsi : Nota de Passgri che vennero a ricever la Pratica alle Rive del magto alla Sanità, con li seguenti padroni di Barca.

31 Suzanne Rau, Olivier Zeller, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xviie siècle », in Albrecht Burkardt (dir.), Commerce, voyage et expérience religieuse, xvie-xviiie siècle, Rennes, PUR, p. 113-143.

32 Marco Meriggi, « Come procurarsi un passaporto. Il caso di Napoli a metà Settecento », in Claudia Moatti, Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris-Aix, Maisonneuve & Larose et MMSH, 2007, p. 399-412.

33 Ainsi le 6 mars 1796 à propos de deux laïcs du Tiers ordre de saint François accueillis aux Frari en exhibant une patente où on les disait chargés de faire l’aumône pour libérer cinq religieux capturés comme esclaves par les Algériens (ADV, Inq. St., 777).

34 ASV, Inq. St., respectivement 762, 763 et 765.

35 En écho au répertoire de 1784, on peut citer la Notta de Cameranti e Locandieri non datée mais de la mi-mars 1790, comportant par ordre alphabétique des prénoms des propriétaires quarante noms et adresses des hôtels et logeurs les plus fréquentés par les étrangers, ou encore la liste de trente-sept logeurs datée d’octobre 1792 (ASV, Inq. St., 761, 765).

36 Voir plus loin, ASV, Inq. St., 776.

37 Ces listes hebdomadaires n’étaient pas, à la différence de celles générales sur les étrangers, constituées à partir des données des hôteliers ou logeurs (cameranti) mais à partir de celles remises aux inquisiteurs par un « préposé juif aux étrangers » (deputato Ebreo alli Forestieri), selon la formule explicitée en avril 1716. Intitulées « Étrangers Juifs annotés signalés par le Préposé pour la semaine écoulée comme suit » (Forastieri Ebrei annotati riferiti dal Deputato nella scada settimana come siegue), elles sont bien conservées à partir de 1751, distinguant les « étrangers Juifs annotés signalés » (annotati rifferiti) de ceux « partis signalés » (partiti rifferiti). Elles figurent d’abord en quatrième page, puis à partir de la prise en main des annotations par Giovanni Somazzi en 1765 elles sont en général dans la troisième page des feuillets doubles en deux colonnes jusqu’en 1772. Selon les semaines ou quinzaines, certaines feuilles donnent ensuite les présences et les départs, d’autres seulement les présences jusqu’à leur dernière apparition le 29 janvier 1776 (ASV, Inq. St., 758, 759 et 760).

38 Notta de’ soli forestieri francesi, Notta de’ Forastieri Francesi ou Note delli forestieri francesi, etc., avec des fréquences variant en 1790 et 1791 de une à cinq fois par mois.

39 De cette tentative d’un début de quadrillage systématique témoigne la Nota di Francesi, Svizzeri, Torinesi etc. esistenti tanto in case private, che nelle locande della Dominante alfabeticamente disposta, datée du 15 juin 1794 et qui comprend aussi des Génois, Napolitains, Allemands ou Irlandais (ASV, Inq. St., 770).

40 ASV, Inq. St., 779, 780.

41 ASV, Inq. St., 761.

42 Les archives conservent les minutes d’interrogatoires des 13 mars 1790, 16, 23 et 31 décembre 1791, 18 janvier, 25 février, 3, 20 et 23 mars, 2 et 3 avril 1792 auprès des hôteliers du Scudo di Francia, du Regina d’Inghilterra, de la Locanda Croce di Malta, du Petrillo et de la Locanda Bons Darij (ASV, Inq. St., 761, 763, 764).

43 ASV, Inq. St., 763.

44 ASV, Inq. St., 766, 770. Les notes diverses du printemps 1794 et le répertoire du 15 juin 1794 (voir note 39) témoignent d’une fragmentation des lieux de résidence des Français en de multiples maisons privées.

45 « Cercando di ritrovarre (sic) una abitazione particolare per la minor spesa, che per anco non hanno fissata », ASV, Inq. St., 766.

46 C’est ce qu’attestent des formules telles que « buone persone per giudizio d’Entraigues » ou « cognito da… », ASV, Inq. St., 770.

47 ASV, Inq. St., 770.

48 ASV, Inq. St., 771, 772.

49 ASV, Inq. St., 772, 774.

50 On distinguait ainsi un Foglio Complessivo dei Esteri Forestieri Francesi-Genovesi-Svizzeri-Piemontesi dal giorno… al giorno (en général d’un jour au lendemain) et un Foglio complessivo dei Esteri Forestieri dal giorno… al giorno, fonctionnant en couple pour chaque date. Ce mode d’enregistrement perdura non sans quelque faille de mars 1795 à février 1796 (ASV, Inq. St., 774 à 776), puis resurgit brièvement au début d’avril 1796 (ASV, Inq. St., 777) et dans la première moitié de juin 1796 (ASV, Inq. St., 778).

51 ASV, Inq. St., 777 à 781.

52 ASV, Inq. St., 766. On note dans le titre Forastieri di Esteri Paesi (où dans les premiers exemplaires de 1795 figure l’ajout arrivati in quest’oggi) la juxtaposition de deux substantifs : Forastieri (étrangers à Venise) et Esteri Paesi (relevant d’autres souverainetés que la République de Venise).

53 Les premières feuilles tant quotidiennes qu’hebdomadaires préimprimées remplies par des hôteliers pour signaler les arrivées d’étrangers apparaissent entre le 6 et le 8 octobre 1795 (ASV, Inq. St., 775). On en retrouve une le 15 mai 1796 (ASV, Inq. St., 777) puis quelques-unes émanant de trois ou quatre hôtels en juin 1796 et les mois suivants (ASV, Inq. St., 778 à 781). Leur production, ou au moins leur conservation, semble s’être amplifiée en avril 1797, juste avant la chute de la République (ASV, Inq. St., 781).

54 Ces relevés hebdomadaires préimprimés sont attestés jusqu’à la fin février 1797 (ASV Inq. St., 776 à 781).

55 Il s’agissait en novembre 1792, dans l’ordre, des hôtels suivants : Scudo di Francia, Tre Re tre visi, Petrillo, Ponte della panada, Regina d’Inghilterra, Albergo reale.

56 ASV, Inq. St., 768 et 770 (pour le répertoire du 15 juin 1794, dispersé dans deux dossiers), 772 (pour la liste du 9 octobre 1794). D’autres du même type suivirent. Usant d’une technique analogue à Turin, un répertoire alphabétique enregistrait par leurs noms les personnes ayant obtenu d’août 1794 à décembre 1795 la permission de quitter les États sardes, mais en se limitant principalement aux sujets du royaume (AST, Materie politiche interne in generale, mazzo 5, n° 1/3, « Concessione di passaporti »).

57 ASV, Inq. St., 770, 774.

58 Ce Registro de’ Francesi in Venezia, anni 1794, e 1795, selon le titre original placé au milieu de la page de couverture, fut enrichi d’un second titre plus précis en haut de la même page : Registro de’ francesi, Corsi, Svizzeri, Piemontesi, Savojardi etc arrivati a Venezia e nella Terra ferma dal 1794 al 1795. Allant en fait du printemps 1794 au printemps 1796, il occupe à lui seul tout un carton et a les dimensions 30 x 40 cm (ASV, Inq. St., 773). Il se présente sous la forme de cinq répertoires successifs : Français (1 155 noms) ; prêtres français, corses, etc. (636 noms) ; Suisses et habitants des Grisons (119 noms) ; Piémontais et Savoyards (125 noms).

59 ASV, Inq. St., 776. Sur le séjour du comte de Provence à Vérone, voir Valentina Dal Cin, « Un ospite illustre ma scomodo: l’esilio veronese del futuro Luigi XVIII tra il 1794 e il 1796 », Studi Veneziani, vol. LXVIII, 2013, p. 211-236.

60 Nota dei Forestieri che dal giorno… corte fecero passaggio per questa Città, ed alloggiarono, ed esistono nei Pubci alberghi, e Private abitazni : tratta dalle giornaliere rifferte di tutti gli albergatori, di tutti li capi posti alle Porte, del ministro all’arrivo delle Zattere, e della Granguardia. ASV, Inq. St., 770 à 778.

61 ASV, Inq. St., 774.

62 Le titre Esteri 1795-1796 figure en couverture de ce volume de 102 pages, dont 77 remplies, avant d’être développé en page intérieure : Esteri che per le diligenze usate dal Magto Ecc.mo contro la Bestemmia, appariscono esistere in Venezia nel giorno 22 Geno 1796. Venutivi dal p.mo Geno 1794 fino il giorno sopradetto (ASV, Inq. St., 776).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Annotation hebdomadaire des étrangers par les inquisiteurs d’État au 13 janvier 1772 (ASV, Inq. St., 759).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 2 : Fiche quotidienne de l’hôtel du Scudo di Francia transmise aux inquisiteurs d’État le 8 juin 1793 (ASV, Inq. St., 768).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 3 : Feuille de synthèse des inquisiteurs sur les arrivées d’étrangers à Venise au 29 mai 1794 à partir de sources diverses (ASV, Inq. St., 770).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 4 : Note en forme de répertoire alphabétique des Français, Suisses, Turinois, etc., logés autant dans les maisons privées que dans les hôtels au 15 juin 1795, lettre A (ASV, Inq. St., 770).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 5 : Pages intérieures de la feuille Maisons privées (Foglio Case private) du 30 juin 1794 (ASV, Inq. St., 770).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 6 : Feuille quotidienne et feuille hebdomadaire préimprimée de l’Albergo Real, datée du 22 avril 1797 (ASV, Inq. St., 781).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 7 : Pages intérieures de la feuille de synthèse (Foglio complessivo) calculant le nombre de Français, Génois, Suisses et Piémontais présents à Venise du 26 mai au 30 juin 1794 (ASV, Inq. St., 770).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 8 : Index des noms d’étrangers répertoriés dans le registre des Étrangers Esteri 1795/6, lettres A-C (ASV, Inq. St., 776).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 9 : Pages du registre des Étrangers Esteri 1795/6, paroisse San Giovanni Grisostomo, quartier de Cannaregio (ASV, Inq. St., 776).
Crédits © Cliché Gilles Bertrand.- Archivio di Stato di Venezia, Atto di concessione n. 53/2017
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/778/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bertrand, « L’administration vénitienne et l’évolution des techniques d’enregistrement des étrangers dans le contexte de la Révolution française (1789-1797) », Diasporas, 29 | 2017, 105-129.

Référence électronique

Gilles Bertrand, « L’administration vénitienne et l’évolution des techniques d’enregistrement des étrangers dans le contexte de la Révolution française (1789-1797) », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/778 ; DOI : 10.4000/diasporas.778

Haut de page

Auteur

Gilles Bertrand

Gilles Bertrand est professeur d’histoire moderne à l’université Grenoble Alpes et membre de l’Institut universitaire de France. Il s’intéresse à l’histoire de Venise et aux rapports entre l’Italie et la France, des Lumières à Napoléon. Spécialiste de l’histoire du voyage en Europe au xviiie siècle, il croise les aspects matériels et de contrôle des mobilités avec l’histoire des savoirs et des représentations sur le monde. Parmi ses livres : Le Grand Tour revisité : le voyage des Français en Italie, milieu xviiie-début xixe siècle (Rome, EFR, 2008) ; Histoire du carnaval de Venise, xie-xxie siècle (Paris, Pygmalion, 2013 ; en poche « Texto », Paris, Tallandier, 2017). En collaboration avec J.-Y. Frétigné et A. Giacone : La France et l’Italie. Histoire de deux nations sœurs de 1660 à nos jours (Paris, Colin, 2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals