Navigation – Plan du site

La Commission des barricades de la République romaine (1848-1849) : une « technologie politique » ? Réflexion sur les contextes mouvants de l’innovation

On the Moving Contexts of Innovation. The Commission of the Barricades during the Roman Republic (1848-1849): a “Political Technology”?
Catherine Brice
p. 131-133

Résumés

Cet article propose une triple lecture des liens entre mobilité et innovation autour des barricades de la République romaine de 1849 et d’une organisation créée pour les édifier, la Commission des barricades. Une étude de la Commission des barricades permet de rendre compte de la complexité du lien établi entre les deux termes, mobilité et innovation. Trois types de cadrage seront proposés : la barricade comme un cadre de la mobilisation populaire, comme un type d’administration ou comme un instrument du contrôle social. On voit alors que cette innovation importée peut s’avérer techniquement contestée (entre le politique et le militaire), normativement ambiguë (une comptabilité vertueuse et transparente entre comptabilité publique et privée) ou enfin conflictuelle (entre des techniques de contrôle du territoire anciennes et modernes). La barricade apparaît comme une forme de technologie politique importée, adaptée, disputée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le 25 avril 1849, un corps expéditionnaire français de 7 000 hommes, sous le commandement du généra (...)
  • 2 Au sens de Ervin Goffman, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, Boston Mass, (...)

1Cet article propose une triple lecture des liens entre mobilité et innovation autour des barricades de la République romaine de 1849 et d’une organisation créée pour les édifier, la Commission des barricades. La Commission des barricades fut une réponse politique et militaire à l’attaque française menée par Oudinot le 29 avril 18491. Elle a été conçue à travers différents prismes et « importée » en fonction de visions différentes de la République romaine. Élément d’un « répertoire de l’action collective », d’une « organisation », d’une « technique », peu usité dans le paysage romain et importé d’un ailleurs multiforme (les Paris, Milan, Vienne ou Naples du Printemps des peuples…), son organisation participa d’une conception de l’administration en rupture avec celle de l’État pontifical de la Restauration et sa mise en place cristallisa des modalités de contrôle social concurrentes entre Romains de souche et « étrangers ». Une étude de la Commission des barricades permet de rendre compte de la complexité du lien établi entre les deux termes mobilité et innovation. Ce qui peut au fond banalement conforter le caractère indispensable de la contextualisation de ce binôme. Contextualisation chronologique bien sûr (le statut de la Commission des barricades évolue entre le 29 avril 1849 et la prise de Rome) ; mais aussi contextualisation au sens de cadrage2 : que l’on lise la barricade comme un cadre de la mobilisation populaire, comme un type d’administration ou comme un instrument du contrôle social, alors cette innovation peut s’avérer techniquement contestée (entre le politique et le militaire), normativement ambiguë (une comptabilité vertueuse et transparente entre comptabilité publique et privée) ou enfin conflictuelle (entre des techniques de contrôle du territoire anciennes et modernes).

2La période de la République romaine de 1848-1849 a constitué un épisode révolutionnaire au plan politique. Menés par une équipe comportant nombre d’exilés politiques des différents États italiens, rassemblant des leaders comme Giuseppe Garibaldi ou Giuseppe Mazzini, mais aussi des Romains plus modérés, les changements mis en œuvre relèvent de cultures différentes. Arrivant du Piémont-Sardaigne, de la Lombardie-Vénétie, du royaume des Deux-Siciles et aussi des États pontificaux, les dirigeants politiques tentèrent d’administrer l’Urbs durant une courte période fortement marquée par une volonté de rupture dans un contexte troublé. L’arrivée des troupes françaises, débarquées à Civitavecchia, et leur victoire sur les troupes républicaines mirent un terme à cette expérience.

3Avec la République romaine, on a un observatoire intéressant pour tenter de saisir le lien qu’il pourrait y avoir entre mobilités et innovations. En effet, cette brève période fut un moment d’intenses échanges, entre des individus venus d’États italiens – dont certains sous domination autrichienne depuis 1815 –, des étrangers (Français, Américains, Polonais, Russes), sur un fond de transformations politiques majeures (la déchéance du pouvoir temporel, l’instauration d’une République à Rome), sociales aussi avec la superposition rapide de principes empruntés à la culture politique de la Révolution – égalité, liberté… –, l’abrogation des juridictions d’exception, comme le Saint-Office, sur fond de révolution européenne, puis de guerre.

  • 3 Garibaldi cherchant à rejoindre Venise encore assiégée, entraînant avec lui Anita, son épouse, qui (...)
  • 4 Voir bien sûr Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallim (...)
  • 5 Antonella Romano, « Fabriquer l’histoire des sciences modernes. Réflexions sur une discipline à l’è (...)
  • 6 David Edgerton, Dominique Pestre, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoi (...)
  • 7 Le fonds Commissione delle Barricate conservé à la Società di storia patria de Naples se compose de (...)
  • 8 Mark Traugott, The Insurgent Barricade, Berkeley, University of California Press, 2010.

4Ainsi, dans un article s’inscrivant dans une réflexion sur les mobilités créatrices, on partira d’un point fixe, Rome, vers lequel convergent des individus en mouvement, fixés quelques mois et, pour beaucoup d’entre eux, repartant après la défaite de la République vers d’autres horizons3. Rome qui est le lieu fixe d’une « mobilité » politique majeure, celle d’un changement de régime, de pratiques politiques, de valeurs. Rome donc, ici, comme point d’observation de mobilités, immobilisées, arrêtées quelques mois et permettant alors de disséquer les facteurs qui permettent ou non de rendre les mobilités « créatrices4 ». Car, comme les historiens des sciences l’ont montré avec force, les sciences, comme les techniques, doivent se penser « en société », comme liées à des contextes à la fois culturels, politiques, économiques et intellectuels5. On aimerait ici prendre une « technique » importée dans Rome, la construction des barricades, comme objet d’une analyse s’inspirant à la fois de l’obligation de contextualiser son émergence et d’en étudier les usages6, et observer ces liens entre mobilités et transformations à travers la Commission des barricades, dirigée par un Milanais, Enrico Cernuschi7. Dans un contexte des plus troublés, dans une ville assiégée par les troupes françaises, la Commission des barricades constitue un point d’observation intéressant : à partir de l’introduction d’un mode de combat urbain peu utilisé à Rome, la barricade8, importée bien sûr de la France, mais ici, précisément, de Milan, on voit le gouvernement de la Constituante mettre en œuvre une méthode de pacification sociale empruntant aussi bien aux méthodes pontificales qu’aux ateliers généraux mis en place à Paris en 1848, tout en cherchant à donner à cette « commission » ad hoc les garanties administratives et comptables de ce que devrait être un État moderne. Objet hybride, donc : importé de l’étranger – qu’il soit français ou milanais – par des acteurs de la République romaine, novateur militairement, mettant en œuvre une administration financière et organisationnelle en rupture avec celle de la Rome des papes, mais socialement ambiguë et fondamentalement conservatrice. Cet exemple peut mettre en évidence la complexité des liens entre mobilité et « innovation », en pratiquant une série de cadrages (cadrage technique, administratif et social) autour d’un objet, la Commission des barricades, qui est durant les presque trois mois de son existence en constante évolution et recomposition, objet d’appropriation et de détournements constants.

Rome en 1849 : une ville cosmopolite ?

  • 9 AA.VV., Roma 1849. Gli stranieri nei giorni della Repubblica, Palerme, Sellerio, 2011. Voir égaleme (...)
  • 10 Gustav von Hoffstetter, Giornale delle cose di Roma nel 1849, Capolago, Tipografia Elvetica, 1851 ; (...)
  • 11 Bruno Gatta, « Le elezioni del 1849 », Archivio della Società romana di storia patria, 1949, p. 4-2 (...)

5L’idée première selon laquelle Rome serait le lieu où des étrangers se retrouveraient en nombre dès 1848, et donc susceptibles d’apporter avec eux des techniques, des savoirs générateurs de transformations, reste, d’emblée, un point à vérifier. Ainsi, si l’on connaît les principaux protagonistes politiques arrivés des États italiens, tels que Garibaldi, bien sûr, mais à sa suite, Goffredo Mameli, un Génois, les Milanais Enrico Cernuschi et Pietro Maestri, ou la Belgioioso, le Frioulan Francesco Dall’Ongaro, les Napolitains Saliceti et Pisacane, puis, le 5 mars, le Génois Mazzini, on trouve aussi, bien entendu, des non-Italiens : des Belges, des Hongrois, des Hollandais, des Bulgares, des Américains, Anglais, Suisses, Polonais ou Français9… Les journaux, mémoires et articles du Hollandais Koelman, de l’officier suisse Hoffstetter, de l’Américaine Margaret Fuller témoignent du caractère international de la ville en révolution10. Pourtant, la majorité des nouveaux venus, puis néo-députés de l’Assemblée, venaient des États pontificaux, des légations ou de l’Italie centrale, comme Aurelio Saffi, de Forlì ou Carlo Rusconi de Bologne. Parmi les députés, 65 étaient originaires d’Émilie et de Romagne, 50 des Marches, 25 de l’Ombrie et 32 du Latium – dont, originaire de Rome, Carlo Armellini, avocat consistorial qui avait déjà vécu la République de 1798-1799 et activement participé aux réformes des premières années du pontificat de Pie IX. Et dans l’Assemblée, les « étrangers » étaient peu nombreux. Ces décomptes ont été utilisés par les historiens pour démontrer qu’en réalité il n’y avait pas tant d’étrangers11 que cela et que la République romaine n’est donc pas née d’une importation « extérieure », étrangère (si l’on accepte de prendre la catégorie de sujet des États pontificaux comme dénominateur commun significatif). Ou bien, raisonnement opposé, que la relative modération de la période est due à l’absence d’esprit révolutionnaire d’une classe politique romaine plutôt timorée et circonspecte qui ne s’est battue qu’emmenée par les non-Romains…

6Pourtant, il convient de rappeler que Rome a toujours été une ville cosmopolite. Aussi bien la Curie que la ville sont des plaques tournantes de voyageurs, pèlerins, mendiants, travailleurs, dont bien peu sont nés sur place. Qu’il y ait donc toujours eu mobilité, passages, est un point qui se combine, en 1848-1849, avec de nouveaux facteurs : la position sociale des « étrangers » et bien sûr, leur projet politique. Il faut en effet noter que la mobilité des personnes dans l’Urbs coïncide avec l’arrivée des élites et classes moyennes provinciales dans le champ politique. De ce point de vue, si l’on lie mobilité des personnes et évolution des savoirs ou des techniques, il faut remarquer deux ou trois choses : d’abord que les différences culturelles entre Lombards, Vénitiens ou Romains existaient, mais qu’elles étaient également fortes entre Romains et Romagnols ou Émiliens, par exemple. Et qu’un des facteurs de différenciation qui pouvait jouer plus fortement encore était, par le biais de l’exil, le contact ou non avec des univers politiques étrangers, britanniques, français, espagnols, ottomans. On a donc dans cette ville en pleine révolution politique davantage de Romains et d’ex-sujets pontificaux que d’Italiens d’autres États et que de non-Italiens. Et un groupe d’acteurs ayant déjà vécu l’exil.

Ceci n’est pas une barricade ?

  • 12 Mark Traugott, The Insurgent Barricade, Los Angeles, UCLA, 2010, p. 141.

7Dans le contexte des révolutions de 1848, la barricade semble être un parfait objet transnational, tant elle semble fleurir, dans un continuum inexorable de Palerme à Paris, de Paris à Munich, à Vienne, à Budapest ou Prague. Les barricades sont loin d’être inconnues dans la péninsule italienne. Dès le mois de janvier 1848, la révolution éclate à Palerme et la présence de barricades en Sicile est largement rapportée par la presse française12. Elles sont présentes également à Venise le 18 mars et à Naples le 15 mai, au début de la révolution napolitaine. Pourtant, dans l’excellent ouvrage de Mark Traugott qui fournit une base complète et originale sur le sujet des barricades, on ne trouve pas Rome sur la carte (p. 141) qui illustre cette diffusion du phénomène durant le printemps des peuples. On ne saurait pourtant considérer qu’il s’agit là d’une lacune. En effet, les barricades romaines ne rentrent pas complètement dans le modèle de la barricade insurrectionnelle. Édifiées à partir de la fin du mois d’avril 1849, devant la menace des troupes françaises fraîchement débarquées et franchement menaçantes, les barricades romaines sont d’abord défensives avant d’être insurrectionnelles. On pourrait sans doute arguer qu’elles sont révolutionnairement défensives, et ce serait exact, mais leur typologie apparaît différente des modèles parisiens, napolitains ou viennois. On trouve donc bien, à Rome, durant la République romaine de 1849, un emprunt à une forme politique et militaire « importée » : la barricade, mais avec un premier glissement. Les barricades romaines sont des barricades « militaires » et elles sont tout sauf spontanées, on le verra. Ainsi, malgré la similitude morphologique des barricades entre elles, et la circulation de ce modèle en Europe, ce qui se passe à Rome semble bien constituer une innovation, mais une innovation d’une matrice différente car plus militaire que révolutionnaire. Et pourtant, la barricade romaine est aussi une forme d’action politique par laquelle les contemporains cherchèrent à lire l’enthousiasme et la mobilisation populaires.

  • 13 On rappellera ici pour mémoire, sur la question des transferts (culturels), les travaux de Michel E (...)

8Dans le cadre de notre réflexion sur ces mobilités créatrices, il est intéressant de dresser – ou de tenter de dresser – une généalogie de cette importation. Mark Traugott insiste dans son ouvrage sur les modalités de diffusion de la barricade en Europe : récits et savoir-faire pour ceux qui ont vécu les épisodes précédents (1830, 1834 en France), reproductions de tableaux fameux comme celui de Delacroix, bien sûr, par le biais de gravures, lithographies, journaux illustrés qui circulent en Italie et en italien (du moins en Piémont-Sardaigne). Il y a bien en Europe une connaissance de la barricade comme élément du répertoire de l’action collective, ou de ce que Traugott qualifie de « insurrectional routine ». Et, de fait, que ce soit à Venise ou à Vicence lors des mouvements de mai 1848, ou bien à Milan durant les Cinque giornate du 18 au 22 mars 1848, ou à Naples le 15 mai 1848, la barricade est un acteur central des combats et de leur récit postérieur. Il ne s’agit toutefois pas d’un simple « transfert » de la barricade qui serait importée à Rome13. Mais plutôt d’un constant bricolage (métissage ?) entre trois cadrages différents. D’abord, un cadrage politico-militaire qui donne à voir la mobilisation du peuple dans un contexte spécifique de défense de la ville et non d’insurrection ; ensuite, un cadrage administratif (soit une organisation nouvelle qui fonctionne selon les règles de l’efficacité et de la « transparence » financière) mis en œuvre dans un contexte d’urgence ; enfin, un cadrage social dans la mesure où la réalisation de ces barricades résulte d’une emprise disputée sur la population de l’Urbs, entre acteurs traditionnels de la Rome papale, organisations d’émigrés, et nouveau gouvernement et municipalité. Autrement dit, pas la déclinaison d’un modèle donné dans un contexte nouveau, mais véritablement l’invention d’un système technologique « en société » ou « en contexte », comparable mais irréductible aux barricades du reste de l’Europe.

  • 14 Voir Piero Pieri, Storia militare del Risorgimento. Guerre ed insurrezioni, Turin, Einaudi, 1962.
  • 15 Ibid., p. 427.

9À Rome, il fallut attendre le 29 avril 1849, à la suite de l’attaque française contre Rome, pour que le gouvernement crée la Commissione centrale delle Barricate, dont Enrico Cernuschi, un Milanais député de la Constituante, prit vite la responsabilité aux côté de Vincenzo Caldesi et Vincenzo Cattabene, tous deux rappresentanti del Popolo. La Commission des barricades fut instituée comme un corps intermédiaire entre le ministère de la Guerre et les capi di rione, c’est-à-dire les véritables « dirigeants » de l’Urbs au niveau des quartiers (rioni), et ce depuis plusieurs siècles. Profondément fidèles au pape, ils avaient sous l’influence du plus puissant d’entre eux, Angelo Brunetti, dit Cicerruacchio, chef du rione Monti, embrassé le nouveau pouvoir républicain par conviction ou parfois par opportunisme. La Commission des barricades devait donc être la courroie de transmission entre une population romaine qui répondait d’abord à ses chefs traditionnels et le nouveau gouvernement autour duquel gravitaient de nombreux étrangers. La Commission des barricades fut créée alors que les attaques françaises laissaient présager une possible prolongation des combats dans la ville, et dès lors une possible « guérilla » urbaine. La commission fut mise en place après la défaite de Charles-Albert face à l’Autriche, à Novare, lorsque des militaires comme Giuseppe Avezzana, Piémontais exilé de 1821, nommé ministre de la Guerre, prônaient une guerre « populaire » par opposition aux guerres des États14. Au moment où les 7 000 hommes du général Oudinot arrivaient à Civitavecchia – convaincus qu’ils seraient accueillis à bras ouverts par les Romains… –, il y avait dans l’Urbs à peu près le même nombre de soldats, ayant l’expérience des combats, mais assez mal encadrés. La défense de Rome ne se présentait pas bien, les murailles du Janicule étant anciennes et pas toujours bien entretenues, avec dans certains cas des villas plus hautes que les murailles – et donc non protégées. Il fallait ainsi d’abord porter la défense au-delà des murailles de la villa Pamphili ou du casino dei Quattro Venti, derrière le Janicule. Mais Rome pouvait être menacée également sur la rive gauche du Tibre, très étendue et faiblement défendue. Si Rome cédait sur ses contours, l’hypothèse d’une défense de Rome à l’intérieur des murailles, avec l’érection de barricades, restait une possibilité qui n’allait pas de soi et qui était portée par une vision plus politique que stratégique. En effet, pour Carlo Pisacane, il fallait que l’armée se retire vers Terni ou Viterbe pour préserver ses forces et continuer à combattre l’ennemi à revers, voire se porter vers Venise, toujours assiégée par les Autrichiens. En revanche, pour Mazzini, une défense à outrance de Rome, même si elle était en réalité vouée à l’échec, aurait constitué pour la ville et sa population une forme de « rédemption » la rendant digne de devenir, un jour, capitale de l’Italie, capitale du peuple tout entier. Cette guerre « populaire » aurait dû idéalement être appuyée par des attaques de revers sur les troupes françaises menées par des bandes insurrectionnelles depuis les campagnes15. Bien sûr, rien ne se déroula ainsi, mais la mise en place d’une Commission des barricades prend, dans ce contexte politique et militaire, une signification particulière, chargée à la fois d’une vision tactique et stratégique – comment défendre l’Urbs ? –, mais aussi d’une vision politique, sorte de « crash test » de la fidélité de la population romaine aux idées républicaines…

Les répertoires de l’action collective : du populaire au militaire

  • 16 Carlo Bianco di San Jorioz, Dalla guerra nazionale d’insurrezione alla guerra per bande, applicata (...)

10Ainsi, le premier niveau de repérage de « l’invention » de ces barricades de la République romaine se situe à la confluence entre deux types de mobilités en lien avec deux répertoires militaires : celui véhiculé par les images et les témoignages – ou expériences – venus de Paris, de Vienne, de Venise, de Milan, des barricades insurrectionnelles, fabriquées par le peuple avec les ressources disponibles, tonneaux, matelas, chaises, tables…, bref des barricades en apparence « spontanées » ; et cet autre filon encore puissant en 1849, né de l’expérience de l’occupation napoléonienne en Espagne et de la résistance des populations, celui des « petites guerres » ou « guerres insurrectionnelles » théorisées par Carlo Bianco di San Jorioz en 183016, qui auraient pris place dans Rome et avec l’action des « bandes » rurales.

11Mais dans la mise en œuvre de ces barricades « hybrides », il faut également, en changeant un peu de focale, rendre compte de l’expérience d’un des principaux organisateurs de la Commission des barricades, Enrico Cernuschi, et de ce qu’on pourrait appeler ici un transfert de compétence. Le jeune Milanais avait été fort actif durant les Cinque Giornate et aussi fort créatif. En révolte contre les Autrichiens, les Milanais, après avoir d’abord tenté une grève du tabac, finirent par se révolter. Le conseil de guerre, réunissant aux côtés de Carlo Cattaneo, Giulio Terzaghi, Giorgio Clerici et Enrico Cernuschi, centralisa la lutte des Milanais, organisant des vols de montgolfière pour surveiller les troupes de Radetzky, mobilisant les fonctionnaires du cadastre pour repérer, dans la ville, les circulations utiles aux insurgés, et employant les orphelins de la ville, les Martinitt, comme messagers entre les différents foyers de l’insurrection. Le conseil de guerre coordonna en outre l’édification de pas moins de 1 700 barricades en quelques jours.

  • 17 « Les insurgés étaient vêtus de manière fantaisiste, avec le chapeau à la calabraise emplumé, ils a (...)
  • 18 Voir Mark Traugott, op. cit., p. 142-144.
  • 19 Voir Luigi Torelli, Ricordi intorno alle Cinque Giornate di Milano, Milan, Dumolard, 1883, p. 111.

12Or, au sein de ce consiglio di guerra qui organisa si bien l’insurrection qu’il fit plier Radetzky, Cernuschi se fit rapidement remarquer par ses initiatives. Bien que n’étant pas militaire de carrière ou ancien combattant – à la différence de la plupart des membres du conseil –, il conseilla et supervisa la construction des barricades, et y combattit – élégamment vêtu… comme l’écrivait le ministre plénipotentiaire autrichien, Hübner17. Ces barricades-là, insurrectionnelles, devaient sans doute beaucoup au modèle français de 1830 ou de février 184818 mais leurs constructions n’étaient pas spontanées, bien au contraire. Elles furent organisées, innovantes, adaptées au contexte urbain milanais, où les avenues, plus larges que dans les centres villes d’origine médiévale, rendaient difficile l’érection de barricades « traditionnelles ». On imagina donc la barricade mobile : si Cernuschi n’en fut apparemment pas l’inventeur, il en fut l’ordonnateur19. Barricades adaptées donc à des combats dans un espace urbain différent des centres villes anciens, elles nécessitaient davantage de préparation, d’organisation que la barricade insurrectionnelle classique qui, même si elle tendait à se « professionnaliser » ou à se « techniciser », était encore loin des ouvrages de génie militaire qu’on connaîtra durant la Commune de Paris.

  • 20 Nino del Bianco, Enrico Cernuschi. Uno straordinario protagonista del nostro Risorgimento, Milan, F (...)

13Ainsi, pour briser les charges de cavalerie autrichienne à Milan, Cernuschi fit forger des « triboli », c’est-à-dire une arme assez primitive, des cercles de fer à quatre pointes destinés à être jetés des fenêtres sous les sabots des chevaux. Si l’arme était connue depuis l’Antiquité romaine, elle n’avait pas été employée en Italie dans ce contexte insurrectionnel. Ce fut lui aussi qui employa les Martinitt (des jeunes orphelins provenant du centre d’éducation milanais) pour faire la liaison entre les différents points de la ville… Cernuschi, issu d’une riche famille marchande de Milan, avait, avant et après ses études de droit à Pavie (achevées en 1842) pas mal traversé l’Europe pour y faire du commerce et des affaires : Paris et Londres en 1838, Venise et Trieste en 1839, Marseille et Gênes en 1840, puis après 1842, à nouveau Paris et Londres, mais aussi Amsterdam et Bruxelles ; et désormais les voyages d’affaires se confondaient avec les contacts politiques, essentiellement mazziniens20. Milan fut pour lui un baptême du feu politique. Après l’échec de l’insurrection milanaise, Cernuschi se rapprocha un temps de Mazzini, puis de Garibaldi et arriva à Rome, alors en pleine ébullition politique, au début du mois de décembre 1848.

14Élu à la Constituante au second tour, le jeune Milanais prononça son premier discours le 6 mars 1849 et le 13 mars fut invité à travailler avec la commission qui élaborait la future constitution. En avril, celui qui deviendra un richissime banquier fut appelé à réfléchir aux problèmes monétaires du gouvernement républicain. Et le 29 avril, à faire partie – et diriger – la Commission centrale des barricades. Cette mobilité de Cernuschi, arrivé de Milan à Rome pendant les événements de 1848, assumant une fonction dans laquelle il avait déjà une première expérience, eut certainement une influence sur l’organisation et l’activité de la Commission des barricades. En effet, Cernuschi reproposa des solutions qui avaient fait leurs preuves à Milan, dans un contexte différent et même si la topographie de la ville n’était pas la même, ni d’ailleurs l’armée qu’il avait en face de lui. En effet, à nouveau, des triboli furent confectionnés, même si l’armée française était surtout composée de troupes à pied et si les larges avenues propices aux charges de cavalerie manquaient à Rome. Les triboli, armes certes anciennes, n’avaient jamais été pensées à Rome pour des combats dans la ville ; le 3 mai, la commission lança la commande de ces triboli auprès des ferronniers, à partir d’un modèle adopté par la Commission des barricades. Le responsable écrit le 4 : « Voici les triboli confectionnés sur le modèle approuvé par cette commission. Le forgeron me dit que pour en fabriquer une bonne quantité, il faut faire travailler beaucoup d’autres forgerons ; et que la plupart ne veulent pas le faire, et je ne sais pas pourquoi21 ! » On peut imputer ce refus à un paiement trop peu généreux ou bien, c’est aussi possible, à un manque d’habitude. Apparemment, les forgerons se mirent malgré tout au travail puisque le 6 mai 1849, la Commission des barricades demandait l’arrêt de leur fabrication, car il y en avait suffisamment22.

  • 23 « Cernuschi, che aveva dato ottima prova nella difesa di Milano contro gli austriaci era proprio l’ (...)

15Sur le front des barricades, Cernuschi fit à la fois construire des barricades fixes et des barricades mobiles. L’ensemble de ces armes et structures destinées au combat de rue étaient inédites à Rome. Il était difficile de dire à quand remontaient les dernières barricades dans l’Urbs, mais elles n’étaient assurément pas associées à l’image de la ville. La construction de barricades fixes et mobiles découle, en avril 1849, d’une conjonction de déplacements : les expériences d’Enrico Cernuschi à Milan transposées à Rome, la volonté des mazziniens de faire une « guerre des peuples » – sans peuple – et celle de Mazzini en particulier de tester le républicanisme des Romains. Ce lien entre peuple et barricades, Cernuschi semble parfaitement l’incarner : « Cernuschi, qui s’était distingué dans la défense de Milan face aux Autrichiens, était l’homme qu’il fallait pour traiter avec les ouvriers. Le travail s’organisa immédiatement pour creuser de profondes tranchées de trois ou quatre bras de largeur dans toutes les rues. […] À certains endroits, les barricades étaient composées de blocs de marbre qu’il suffisait de réunir en fermant les ouvertures avec des sacs de sable. Sacs de sable que le même Cernuschi avait commandés et que les gens pauvres s’employaient à fabriquer23. »

16Dès le 29 avril donc, la Commission des barricades s’attacha à édifier des barricades fixes aux portes de Rome, et en particulier à l’ouest, où étaient les Français, au sud, où pouvaient arriver les Napolitains, et aussi à l’est, vers la Porta Pinciana, aisément accessible. Puis, dans un second temps, à partir du 5-6 mai, des barricades mobiles furent construites pour compléter le dispositif.

  • 24 David Arnold, Everyday Technology. Machines and the Making of India’s Modernity, Chicago, Chicago U (...)

17Cette apparition des barricades dans la Rome de 1849 résulte bien d’une triple importation : les images de la guerre des peuples et des insurrections comme toile de fond ; l’importation plus spécifique des Cinque giornate de Milan avec Cernuschi ; et enfin, autour des barricades, la cristallisation d’un débat entre une armée « politique » de volontaires et une armée qui se pense comme professionnelle, issue, parfois, de la Grande Armée. Une armée de conscription, donc, mais dotée d’une expertise spécifique. On a là deux grammaires technologiques qui se télescopent : d’une part, une grammaire révolutionnaire, technologiquement peu avancée, « low tech » pour reprendre David Arnold24, mais qui se suffit à elle-même si elle a pour objectif de mettre en scène la mobilisation ; et une grammaire plus experte – ici militaire – si c’est bien la défense de Rome qui est en jeu, la Commission des barricades se situant en tension entre ces deux pôles. Ce sont dès lors différents répertoires de l’action collective qui se heurtent durant ces quelques mois, entre avril et juillet 1849.

  • 25 « Popolo! Tutto va bene. Si lavora dapertutto colla stessa assiduità, coll’istessa allegria. […]. L (...)
  • 26 « La commissione delle barricate istutuita in quei giorni contribuiva potentemente a mantenere l’en (...)
  • 27 « Perciò è debito il tenere istruito il popolo dei modi coi quali potrà farlo con maggiore efficaci (...)

18On peut à cette aune apprécier le ton de cette proclamation du 29 avril, où la spontanéité de la barricade prime sur sa technicité : « Peuple romain, tout se passe bien. Partout, on travaille avec la même assiduité, avec la même allégresse […]. La science de la barricade est comme celle de la liberté : chacun en est maître. La défense n’est pas compliquée. La riposte, si l’ennemi osait pénétrer, est encore plus facile. Les tuiles, le verre, les pierres, les chaises sont des projectiles redoutés de tous les envahisseurs25» Carlo Rusconi, dans La Repubblica di Roma, écrira, a posteriori : « La commission des barricades instituée dans ces journées contribua fortement à entretenir l’enthousiasme du peuple et à lui faire prendre conscience du sentiment de l’amour de la patrie26 », insistant sur le caractère mobilisateur de la construction des barricades dans un registre technologique assez trivial, par opposition avec la technicité « haute », quelques jours plus tard, de la publication par la Commission des barricades d’un long document « d’Istruzione popolare » intitulé La difesa dei paesi dello stato, qui s’ouvrait sur cette déclaration où le savoir-faire de la barricade prime sur la spontanéité précédente : si la volonté de défendre son pays peut transformer, par la résolution des habitants, « chaque village en place-forte », de telles entreprises ne peuvent réussir que si on s’assure des munitions et de « l’art de bien fortifier ». « Il est donc indispensable d’instruire le peuple des moyens de le faire de manière efficace, si l’heure venait de défendre le sol sacré de la Patrie27. » La suite du document présentait très concrètement les différentes manières d’ériger barricades fixes et mobiles, entre autres choses.

  • 28 « Sa cosa sia la difesa du una Città, e ciò che debba farsi per la sua esecuzione […] », ASP Na, Fo (...)
  • 29 Gustav von Hoffstetter, op. cit., p. 14.

19Le caractère importé de cette technique militaire est sensible dans les tensions existant avec le ministère de la Guerre et la municipalité de Rome ; et parfois même au niveau de la direction de barricade. En témoigne cette lettre écrite à la commission par le colonel chargé de la direction et de la construction des barricades sur le Corso, le 4 mai 1849 : il écrit que depuis le 30 avril il n’a jamais obtenu les hommes ou le matériel qu’il demandait. Dans cette même lettre, il incrimine l’absence de compétence militaire de ceux qui prétendent commander alors que lui, vétéran depuis trente-six ans, « sait ce qu’est la défense d’une ville et ce qu’il faut faire pour en assurer l’exécution ». Il demande donc que personne ne repasse derrière lui pour détruire ce qui a été édifié et refaire quelque chose de pire28. On peut penser que l’auteur est un ancien soldat de la Grande Armée (vétéran depuis trente-six ans…) dont le savoir-faire militaire pèse face à l’expérience récente d’un Cernuschi ou aux connaissances livresques d’ingénieurs ou d’architectes recrutés pour l’occasion. Dans la Commission des barricades convergeaient aussi bien les patriotes de bonne volonté que les militaires et volontaires venus du reste de l’Italie. Ainsi Gustav Hoffstetter, Suisse arrivé à Rome avec déjà une expérience des combats, raconte dans ses mémoires comment, présenté au général Avezzana, ce dernier, « sans répondre à son salut, sans le regarder, sans daigner examiner ses certificats, cria à l’un de ses aides de camp : “Commission des barricades”. C’était sans doute un début mais qui ne promettait rien de bon puisqu’on envoyait aux barricades tout ce que Rome avait de superflu29 ». Cernuschi demanda à Hoffstetter de lui donner son avis sur la construction et le rapport que produisit le militaire suisse ne fut pas très positif. Il lui semblait que ni l’emplacement ni le mode de construction ne répondaient aux règles de l’art. Il fit à cet effet une comparaison avec les barricades de Vienne, à son sens beaucoup plus efficaces. Et il convainquit Cernuschi que des barricades de bois ne pourraient résister longtemps aux tirs des canons. On voit ici comment un point de vue militaire contraste avec le relatif amateurisme de l’équipe dirigeant la commission.

  • 30 « Ma nulla ha giovato mentre era nata l’invidia di vedere costruire barricate in altri rioni, ed ab (...)
  • 31 « Denari per pagare gli uomini. Vino pei medesimi. Planche. Legname. 50 lavoranti », ASP Na, Fondo (...)

20Au plan militaire, et donc technique, les déplacements, les mobilités dont découlent l’érection des barricades romaines, l’invention d’un nouveau type de guerre importé dans la capitale, débouchent ainsi sur des réalisations incertaines. En effet, les problèmes mentionnés dans les archives de la commission révèlent comment la superposition de ces logiques a été, en définitive, contre-productive. Acte politique et enthousiaste dans les premiers jours, la construction des barricades n’est d’abord ni maîtrisée ni supervisée : le 29 avril, le responsable du rione San Eustachio écrit à la commission à peine créée qu’il a essayé en vain de dissuader les habitants du rione VIII de construire spontanément dans la journée des barricades. En effet, le geste même, avec ses implications insurrectionnelles et politiques, constituait pour le peuple romain une forme de mobilisation, de mise en scène de son engagement qui n’était pas directement liée à l’efficacité militaire de la barricade30. Mais le même jour, dans une autre zone de Rome (plus cruciale pour la défense de la ville, celle de Porta San Sebastiano et Porta Latina, au sud), le responsable écrit à la commission que rien n’a été fait alors que les besoins sont immenses : « De l’argent pour payer les hommes. Du vin. Des planches. Du bois. Cinquante travailleurs31. » Autour de ce même objet, la barricade fixe, se trouvent donc projetés des cadrages bien différents, qui témoignent autant de l’enthousiasme populaire que de l’exigence de rétributions en argent ou en nature.

21L’utilité militaire de ces barricades demeura bien sûr un point fort discuté, là encore au nom d’une conception de l’expertise de l’armée. Les jugements menés par les autorités extérieures à la Commission des barricades furent, à cet égard, parfois tranchants.

  • 32 « Da quest’ultima le fortificazioni sono nulle, sebbene per questa porta più facilmente che per alt (...)

22Le 4 mai, l’inspection menée par la commission municipale à Porta San Paolo e San Sebastiano est sans appel : « Pour cette dernière, les fortifications sont nulles, alors que c’est par cette porte qu’une intrusion ennemie pourrait se faire facilement. Et il faut réaliser que de la porte Saint-Sébastien jusqu’à la porte du Peuple, il n’y a aucun obstacle32. » La connaissance du terrain manque parfois aux responsables qui ne sont pas de Rome. Ainsi, l’efficacité des barricades de la Porta Pinciana est compromise par l’existence de souterrains, et d’un aqueduc passant sous la muraille, sous le jardin de l’Académie de France et qui, asséché, permettrait – après Bélisaire ! – l’entrée des troupes françaises dans la ville !

  • 33 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 98.

23Quelquefois mal construites, ces barricades sont aussi mal conçues : dès le 2 mai, la direction de la police alertait, après une inspection menée avec un architecte, sur le fait qu’à Porta Pia la barricade bloquait entièrement la rue et ne laissait passer qu’une seule personne, ce qui s’avérait problématique car il était impossible de laisser passer un chariot ou une voiture ; or il fallait de la place pour les transports approvisionnant la ville, ou bien si la cavalerie ou l’infanterie devait faire une sortie. Il est donc proposé de détruire la barricade existante et de la reconstruire de manière à laisser un passage pour au moins deux rangs33. Le même jour, une déclaration est placardée sur les murs, recommandant « chaudement » à tous les citoyens d’arrêter de construire d’autres barricades fixes dans les rues intérieures de la ville car il devenait impossible de circuler.

24La complémentarité entre barricades fixes et barricades mobiles fut alors mise en œuvre début mai à l’instigation de Cernuschi, qui engagea un certain Giacomo Veneziani, donnant ainsi du travail à nombre d’ouvriers romains.

25Ainsi, un premier cadre d’analyse de la commission et de son activité permet de mettre en évidence des liens qui n’ont rien de « linéaire » entre l’importation de cette méthode de combat et son efficacité militaire. Due autant à une mobilité des hommes, à une pluralité de représentations qu’à des grammaires technologiques différentes, la barricade romaine fonctionne dans un double cadrage : comme un marqueur de l’engagement politique et, en même temps, comme un moyen de défense, sans que les deux logiques soient cohérentes entre elles.

La Commission des barricades : un modèle d’administration de l’urgence ?

  • 34 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 89.

26Le second cadre que l’on peut proposer pour saisir cette Commission des barricades dans son lien entre mobilité et transformation, c’est celui de la modernisation administrative. En effet, la documentation retrouvée fortuitement à la Società di storia patria de Naples atteste également, par-delà l’importation de la barricade dans la Rome républicaine, de l’importation d’une forme d’administration qui apparaît, en comparaison avec l’administration pontificale préalable, assez différente. Elle est composée de correspondances (reçues), de notes et mémoires, et d’une partie comptable fournie. La documentation était organisée selon un ordre chronologique mais également selon des rubriques que l’on peut qualifier d’« administratives », même si leur ordre correspond davantage à des fonctions qu’à une organisation. La table des matières comprend des rubriques telles que « suppliques et demandes d’emploi », « rapports variés », « profils des barricades », « rapports des dirigeants des barricades ». Mais une rubrique retiendra ici notre attention, c’est la dernière, une rubrique de comptabilité qui s’intitule : « Récapitulatif des comptes incombant à chaque dirigeant de la commission des barricades » ; par ailleurs, dans le fonds d’archives lui-même, les volumes Barricate XXX B1 et Boni 1849, qui rassemblent les justificatifs des achats et réquisitions, sont intéressants34.

  • 35 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, vol. Barricate XXX B1 et 1849 Boni.

27En effet, cette précision de la comptabilité dont témoignent les innombrables reçus rassemblés ainsi que les bilans comptables systématiques à partir de la mi-mai 184935 peut étonner dans un contexte d’urgence militaire et de chaos, celui d’une ville assiégée. C’est que, très rapidement, l’entreprise de construction des barricades s’était transformée en organisation militaire et économique, devant payer et nourrir les ouvriers, le matériel, distribuant des certificats lorsque les réquisitions étaient opérées. Ce respect de la légalité sanctionné par une mise en ordre des comptes tranchait avec la traditionnelle impéritie financière de l’administration pontificale.

  • 36 Arthur Hérisson, « Une mobilisation internationale de masse à l’époque du Risorgimento : l’aide fin (...)

28Si l’on connaît bien l’histoire des finances pontificales pour la période médiévale et moderne, on ne peut pas en dire autant de la période contemporaine, même si des travaux récents se penchent sur les grandes opérations de mobilisation financière lancées par la papauté dans la seconde moitié du xixe siècle autour du denier de Saint-Pierre36. Ces travaux, toutefois, s’intéressent davantage à la construction d’une communauté catholique transnationale que, plus concrètement, à la manière dont ces finances sont gérées à Rome.

  • 37 « […] the most extreme disorder ruled in the financial administration of the Church during the pont (...)
  • 38 John E. Pollard, Monery and the Rise of the Modern Papacy, Cambridge University Press, 2005 ; égale (...)
  • 39 Carlo Crocella, Augusta miseria. Aspetti delle finanze pontificie nell’età del capitalismo, Milan, (...)
  • 40 Archives du Ministère des Affaires Etrangères (MAE.) Mémoires et documents, Rome, 102, fasc. 37.
  • 41 MAE, Mémoires et documents, Rome, 102, fasc. 69.

29Il y aurait au fond peu de choses à dire sur la gestion des finances de l’État pontifical au milieu du xixe siècle, sauf à rappeler, comme le fait R. Cameron dans un article déjà bien ancien : « […] Le plus grand désordre régnait dans l’administration financière de l’Église durant le pontificat de Grégoire XVI. Les finances étaient administrées par des prélats qui pouvaient être élevés au rang de cardinal lorsqu’ils quittaient leur fonction. Les comptes n’étaient jamais audités, et leur administration n’était soumise qu’au pontife. Entre 1833 et 1846, aucun budget de l’État ne fut publié ; après 1837, aucune trace n’était conservée qui aurait pu permettre de construire un budget37. » On retrouverait le même constat dans l’ouvrage plus récent de John E. Pollard38 qui reprend et développe, pour la première partie du xixe siècle, des éléments déjà présents dans des ouvrages plus anciens39. Pas de budget prévisionnel, pas de budget de l’État donc, et cela jusqu’à l’élévation de Pie IX au seuil pontifical, en 1846. En 1831, un rapport en provenance des services diplomatiques français, d’une teneur assez clairement critique, n’hésitait pas à déclarer dans un document intitulé « État du gouvernement papal au 4 février 1831 » : « 5° Des finances. Les lois de finances ne sont qu’un arsenal d’absurdités et de taxations de tous genres. » Un peu plus loin : « 9° Fonds publics. Les fonds publics ne sont soumis à aucun contrôle40. » En 1832, le consul de France à Civitavecchia prévenait le ministre : « Je joins à la présente le budget du gouvernement romain pour 1831. Les budgets sont regardés à Rome comme le document qu’il importe le plus de cacher à tous les gens41. »

30La difficulté à faire un budget crédible résidait également dans le très grand éparpillement des organismes collectant l’impôt : la secrétairerie d’État, la congrégation du Bon Gouvernement, l’annone, les tribunaux, les légations, les délégations dans les ports de mer, l’administration du cens… Chaque organisme avait sa propre méthode de report et, de toute façon, les documents n’étaient pas collationnés systématiquement.

31En attendant, ce qui frappe aussi les observateurs étrangers, c’est l’endettement considérable des États du pape, un endettement dû à une gestion peu rigoureuse et au coût d’une administration pléthorique et peu efficace, alliés à une absence de dynamique économique et commerciale.

32Le déficit structurel des finances pontificales constitua également un levier de politique internationale, dans la mesure où la communauté des puissances européennes tenta d’inciter le gouvernement de Rome à réformer son administration financière et ses orientations économiques dans un souci d’apaisement politique. 1831 fut, sous l’aspect des finances pontificales, une année décisive, avec l’intervention de puissances étrangères qui, inquiètes des mouvements politiques et sociaux qui agitaient le territoire, voulurent s’assurer d’une normalisation des finances : l’absence de contrôle sur les dépenses entraînait un endettement mal résorbé par une pression fiscale accrue.

  • 42 François Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X, Rome, BEFAR 330, 2007 ; Ministero del Tesor (...)

33La manière dont furent gérées les finances de l’État jusqu’en 1846 permet de partir de ce qu’on pourrait presque qualifier de tabula rasa, puisque la gestion du budget est quasiment inexistante. La gestion de la dette, elle, était faite par la maison Rothschild. Avec l’élection de Pie IX, c’est, on le sait, une période de changements qui s’ouvre. Toutefois, les réformes politiques l’emportent sur les réformes administratives et la comptabilité publique est peu touchée par les chantiers des années 1846-1848 – au niveau de l’État, alors que des évolutions se font jour dans les finances municipales42.

  • 43 « Le spese effettuate per la Costruzione delle Barricate, nonché quelle per la fabbricazione delle (...)

34C’est pourquoi l’attention comptable à l’administration de la Commission des barricades – attention partagée par l’ensemble de l’administration des années 1848-1849 – tranche et constitue une forme de transformation administrative. Chercher un modèle pour cette transformation s’avère ici difficile, mais semble se rapprocher de ce que serait une comptabilité privée, d’entreprise commerciale ou bancaire. Les fonctions assumées par la commission et débouchant sur une comptabilité sont au fond réduites : recrutement et paiement de la main-d’œuvre, que ce soient les ouvriers ou les techniciens (ingénieurs, architectes, charpentiers, ferronniers), achat de matériel pour les barricades (bois, sacs de jute…), fabrication d’objets ou d’armes en fer (cercles de fer, pics et lances…) ; réquisitions diverses (voitures, matelas, mobilier…) donnant tout droit à des paiements documentés, à des certificats, c’est-à-dire à des preuves administratives et comptables. En juin 1849, un rapport destiné aux députés déclare : « Les dépenses effectuées pour la construction des barricades, ainsi que celles pour la fabrication des 5 000 piques, triboli, sacs et autres objets de défense, rendent évidentes la nécessité et l’utilité de cette organisation43. » Ainsi, fonctions économique et militaire étaient réunies dans cette organisation qui en assurait les deux aspects et en rendait compte de manière systématique et formalisée.

35Car, et c’est là un second point important, en rupture avec l’administration financière pontificale, la République romaine considérait de son devoir de rendre des comptes aux citoyens, malgré une politique financière pour le moins hasardeuse.

  • 44 « Considerato che, nel debito che ha il Governo di rendere esatto conto degl’introiti, ed esiti che (...)

36Le 1er mars 1849, le comité exécutif dirigé par les triumvirs déclarait : « Dans la mesure où le gouvernement a le devoir de rendre compte exactement des recettes et des dépenses qu’il fait, il doit s’y prêter fréquemment et publiquement, d’autant plus que la guerre d’Indépendance exige des dépenses considérables et des sacrifices » ; et il ordonnait que le ministre des Finances publie tous les quinze jours l’état des dépenses et recettes du gouvernement de la République44. Tout autant que la sincérité des comptes, c’est leur caractère public qui est requis.

  • 45 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 179.
  • 46 « V’invitiamo, Cittadino Rappresentante, a requisire nel Rione XXX tutte le munizioni di Guerre tan (...)

37Ainsi, chaque sac de jute apporté à la commission est payé, la trace en est gardée. Chaque clou, pieu, tonneau est inscrit dans les registres avec le montant et le nom du créditeur – ou du débiteur. Les prix sont négociés entre la commission et les artisans, entre le gouvernement et la commission. Et trace en est conservée. Ainsi, le 3 mai, un représentant de la Commission des barricades écrit en expliquant qu’après avoir reçu les ordres concernant la fabrication de piques en fonction d’un modèle indiqué, il a consulté les serruriers (quatre en tout) du rione qui disent ne pas pouvoir le fabriquer à moins de 45 bajoques l’une. Il demande à la commission de donner ou non son accord et d’envoyer une partie des fonds car les artisans doivent acheter le fer et faire travailler davantage de monde45. La pratique des réquisitions est courante, en en appelant au peuple et à son combat : le 1er mai 1849, le triumvirat (Mazzini, Armellini, Saffi) proclamait par voie d’affiche : « Nous t’invitons, Citoyen Représentant, à réquisitionner dans le rione XXX toutes les munitions de guerre tant auprès des vendeurs que des particuliers. Vous produirez un reçu dont le montant sera payé par le ministère des Finances. Salut et fraternité46. »

  • 47 Voir Catherine Brice, Entre délit politique, sacrilège et droit commun : l’iconoclasme politique en (...)
  • 48 Voir Catherine Brice, « La Mano Regia de Carlo Armellini », dans Catherine Brice (dir.), Confiscati (...)

38Il serait donc possible de faire une histoire économique et sociale de cet épisode de la République romaine en s’appuyant sur les documents de la Commission des barricades. Cette attention portée à toutes les dépenses, leur justification, leur caractère public aussi, s’avéra cruciale après la chute de la République. En effet, la plupart des procès « politiques » contre Mazzini, Armellini, Saffi ont été conduits sur la base de délits économiques, comme des vols de carrosses, de confessionnaux47 ou, pour Armellini et Saffi, des détournement de fonds publics48. La possibilité de pouvoir justifier, dans les archives, de ces dépenses ou réquisitions et de leur autorisation était essentielle. Ainsi, la Commission des barricades, dans son fonctionnement, semble constituer une nouveauté dans le paysage administratif et comptable du gouvernement hérité de la Rome pontificale. La transparence des comptes, la justification des dépenses, la documentation systématique des réquisitions opérées dans la population marquèrent l’introduction de principes neufs dans une comptabilité désormais publique. Ces principes « républicains » de la comptabilité publique, de l’administration sont importés à Rome avec le nouveau régime. On peut toutefois se demander comment sa mise en œuvre a pu être faite aussi rapidement (en deux jours… entre le 29 avril et le 1er mai 1849). Faute de sources, on en est réduit aux hypothèses, mais la personnalité de Cernuschi peut constituer un élément. On l’a dit, il a été actif dans la Commission des finances de la Constituante, et sa formation était celle d’un juriste doublé d’un homme d’affaires. Il est donc possible d’émettre l’hypothèse que l’innovation que l’on constate dans cet exemple très circonscrit provienne d’une hybridation entre des principes politiques de transparence des comptes de la nation et des pratiques administratives et comptables empruntées aux maisons de commerce, et en rupture avec une comptabilité publique pontificale fort lacunaire.

39Pour autant, si la Commission des barricades se présente comme une innovation organisationnelle liée à des mobilités géographiques mais aussi professionnelles, elle remplit également une fonction qui, elle, avait été largement utilisée par les pontifes, soit un instrument de contrôle social destiné à donner du travail à la plèbe romaine pour la pacifier. Pour un Cernuschi qui avait combattu quelques jours dans Milan, cette dimension n’était sans doute pas perceptible au moment de la création de la commission. Mais au fur et à mesure que se déploie son activité, cet aspect devient de plus en plus prégnant, de plus en plus politique et de plus en plus problématique.

Les barricades, un dispositif social ambigu

  • 49 « Politicamente, avendo riguardo alla cessazione de’ lavori pubblici, ed all’interesse che incombe (...)

40En juin 1849, voici comment le projet de Commission des barricades fut présenté a posteriori : « Politiquement, en tenant compte de l’arrêt des travaux publics, et de l’intérêt qui incombe au gouvernement d’alléger autant que possible la misère croissante des classes populaires, [cela permettait de] lui offrir de cette manière un petit subside tout en encourageant son appui à la cause publique49. »

  • 50 Maura Piccialuti, « Politiche assitenziali e nuovi istituti caritativi », in Anna Lia Bonella, Augu (...)
  • 51 Michele Fatica, art. cit., p. 486.
  • 52 Voir de nombreux exemples dans Michele Fatica, art. cit.

41La Commission jouait donc à la fois comme une courroie de transmission pour l’entraînement militaire de la population, et comme pacificateur des tensions sociales, en donnant un peu de travail aux Romains – et en théorie, aux non-Romains qui se trouvaient dans la ville. Il est frappant, dans l’ensemble des textes consultés, que jamais on ne trouve de référence aux ateliers nationaux mis en œuvre par la République en France. C’est qu’un modèle existe déjà à Rome et il a été récemment appliqué par Pie IX50 : c’est celui des grands chantiers. Dès la période napoléonienne, le problème de la pauvreté à Rome avait été l’objet de réflexions des contemporains et les Français avaient eu recours au système des « travaux publics » permettant d’employer une main-d’œuvre peu formée qui travailla aux embellissements de Rome. Ils furent près de 2 000 à travailler au Forum ou place du Peuple en 1810 pour un demi-franc par jour, plus la soupe et le pain. Dans le projet napoléonien, ce travail était obligatoire pour ceux qui étaient au chômage – ou pour les employés pontificaux qui avaient refusé de prêter serment. Ce système continua à être largement utilisé, permettant une forme d’assistance camouflée en travaux d’intérêt général. La législation pontificale mise en œuvre sous la Restauration empruntait aussi bien au Workhouses anglaises qu’à la pratique napoléonienne des travaux publics : dans son chirographe du 27 février 1826, Léon XII institua la « Commissione dei sussidi », dont les compétences furent transférées à la municipalité romaine en 1847, sous Pie IX51. La paie était basse (15 à 20 bajoques sous Grégoire XVI), il fallait avoir 18 ans, avoir une famille et être dans la plus grande nécessité. Le choix des chantiers ne faisait pas preuve de grande originalité : fouilles au Forum, à Ostie ou travaux de « bonifica » vers les Trois-Fontaines. D’autres chantiers profitèrent aussi de cette main-d’œuvre, comme celui de la reconstruction de Saint-Paul hors les murs après son incendie en 1823 ou celui du Verano, le nouveau cimetière romain. Le climat changea après 1846 et cette masse de travailleurs fut perçue comme potentiellement dangereuse, voire révolutionnaire. De fait, les travailleurs des travaux publics constituèrent le fer de lance républicain de Rome, faisant à de nombreuses reprises pression, violemment, dans la vie politique52, avant de s’enrôler en masse après avril 1849 ou, pour nombre d’entre eux, de travailler précisément pour la Commission des barricades. La République romaine n’abandonna donc pas la solution des travaux d’intérêt général et elle continua d’être portée en 1848 et en 1849 par les ministres des Travaux publics, Sterbini puis Montecchi, qui employèrent entre 1 200 et 3 000 ouvriers, bien conscients que la « perfetta tranquillità » de la ville en dépendait. Timidement, aux logiques des travaux d’utilité publique répondit une discussion sur le « droit au travail » ou le « devoir moral de l’État » importée de France, mais qui n’eut que fort peu de retentissement. Si on peut en percevoir quelques faibles échos dans le traitement des hommes rassemblés dans le dépôt général des travailleurs, ce n’est en revanche pas le cas pour la Commission des barricades. C’est bien davantage le problème de l’ordre public et de la conflictualité politique que l’on entend en arrière-plan.

  • 53 « Abbiamo i volontari della guerra; e vogliamo i volontari del lavoro. »

42La Commission des barricades s’inscrit dans cette logique avec toutefois, à sa création, des objectifs différents : elle n’était pas confrontée au problème, récurrent, de la rentabilité de ces travaux d’utilité publique qui, d’après les observateurs, étaient menés à très faible allure. Ainsi le discours utilisé fut-il davantage celui de la mobilisation du peuple – et des artisans – pour la République et la liberté. Non sans ambiguïtés et avec beaucoup de rhétorique, l’ensemble des appels au peuple de la Commission des barricades ne présentent pas cette occupation comme un travail, mais plutôt comme un sacrifice, un don : « Nous avons les volontaires de la guerre ; nous voulons les volontaires du travail53 », peut-on lire le 1er mai. Le 5 mai, puis le 9 mai, les appels sont répétés, avec une emphase toujours plus grande. Il est frappant de constater une urgence croissante car malgré le chômage, malgré une vie économique au ralenti, les volontaires ne sont en définitive pas nombreux. On trouve bien quelques suppliques de malheureux qui demandent à être employés à la construction des barricades, mais elles sont rares. Bien plus souvent, ce sont les responsables des barricades qui réclament des serruriers, des charpentiers, des braccianti, tout en mentionnant la crainte de ne pas pouvoir les payer. Car ils ne sont pas dupes : ils savent bien que l’enthousiasme patriote ne suffira pas, ni pour construire ni pour défendre les barricades. Les barricades romaines de 1849 sont en effet à la fois inscrites dans la tradition romaine de l’assistance, tout en faisant bouger les lignes du travail et du social, amenant à des recompositions.

  • 54 « Queste povere donne, e quei ragazzi non percepiscono alcun salario, e quale umanità non esigeva d (...)
  • 55 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 316.
  • 56 Il serait possible de développer ici un point intéressant mais qui devrait faire l’objet d’un trava (...)

43La Commission s’inscrit donc dans ces travaux d’utilité publique assimilés à la philanthropie, ancrés dans la culture du gouvernement pontifical, et, en même temps, à la mobilisation des savoir-faire mis au service de la communauté dans un projet politique. La place des femmes dans la construction de ces barricades illustre bien cette double approche. On ne parle pas ici des héroïnes connues, de Margaret Fuller à la Belgioioso, mais des femmes du peuple dont on trouve, dans les documents contemporains, quelques traces. Le 4 mai, le responsable pour la zone du Corso écrit qu’il n’a aucun homme qui se présente : seules des femmes et des enfants viennent travailler très courageusement et activement : « Ces pauvres femmes et ces enfants ne perçoivent aucun salaire ; et par humanité je ne peux que leur donner un petit secours, celui, bien simple, de distribuer à midi du pain, un peu de fromage et un verre de vin54 », écrit-il. Le 6 mai, Orazio Antinori, responsable du rione Ponte, rapporte qu’un nombre important de femmes le poursuivent à tout moment, réclamant des secours. Mais il estime que c’est « gaspiller les deniers publics que de leur faire la charité et que ce serait plus utile si la commission envoyait du tissu ; elles pourraient ainsi s’employer à fabriquer des sacs pour les barricades. Ce qui aura un double avantage ; ces femmes seront maîtresses de leur travail et le gouvernement obtiendra rapidement et sans gaspillage d’argent ce qui lui est nécessaire55 ». Autour des femmes – mais cette différenciation pourrait s’étendre à l’ensemble des acteurs –, deux positions existent : d’une part, des femmes pauvres venant travailler pour rien, sauf un peu de nourriture, soit une forme d’assistance ; de l’autre, la volonté, plutôt que de faire l’aumône, de les mettre à travailler et donc de les payer, soit la logique des Workhouses56.

Un révélateur du contrôle social

44Pour autant, afin de comprendre les blocages et les dysfonctionnements de la commission – ce qui amena à une reprise en main et à une « militarisation » après le 17 mai 1849 –, il faut être attentif à l’organisation première qui en faisait un « corps intermédiaire entre le ministère de la Guerre et les chefs de quartier » (capo rione). Or c’est sans doute à ce niveau, celui des rioni, que l’objet premier de la commission fut subverti.

  • 57 Voir Chiara Lucrezio Monticelli, La polizia del papa: istituzioni di controllo sociale a Roma nella (...)

45Il faut pour saisir cette situation assez paradoxale rappeler que la population romaine était encadrée, depuis le xvie siècle, par les capo rioni (chefs de quartier), qui exerçaient les fonctions de maintien de l’ordre public. Payés par la Congrégation économique, ils furent jusqu’en 1815 officiellement considérés comme un lien entre la noblesse romaine, dont ils étaient issus dans les premiers temps, et les forces vives de la ville. À cette date, leur rôle fut considérablement atténué au profit de la police d’État qui se modernisait57 mais ils continuèrent, malgré tout, à être les interlocuteurs privilégiés (avec les prêtres des paroisses dans certains cas) du gouvernement municipal et central. La Commission des barricades constitue un point d’observation des recompositions sociales, montrant que l’immobilisme semble prévaloir sur les transformations. Bien qu’en période de révolution politique les difficultés de la commission à mobiliser les populations pour y travailler témoignent d’un ordre social encore contrôlé par les élites traditionnelles, et en particulier les capo rioni. Si le plus connu d’entre eux, Angelo Brunetti dit Cicerruacchio, s’était clairement engagé derrière les triumvirs – ce qu’il paya d’ailleurs de sa vie –, ils étaient plus nombreux à ne pas manifester d’enthousiasme particulier et surtout à tenter de négocier leurs prérogatives traditionnelles en des temps troublés et incertains. Et de fait, ils apparaissent comme les incontournables courroies de transmission entre les populations et le gouvernement, ou ici la commission.

  • 58 « Altri sedicenti capi popolo inetti, incapaci e di danno ».
  • 59 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 45.
  • 60 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 275, 5 mai 1849.
  • 61 BSMC http://www.repubblicaromana-1849.it/

46En réalité, on se rend compte que les problèmes sont spécifiques à chaque rione, et dépendent parfois même de la personnalité des chefs de quartier ; ce court rapport en date du 2 mai synthétise la plupart des problèmes rencontrés pour les barricades du rione Monti. Il faut enjoindre au capo popolo Niccola Ferrari d’assumer ses attributions et ses responsabilités, écrit le responsable, car il y a des problèmes avec les « autres séditieux capi popolo ineptes, incapables et capables de provoquer des dommages58 ». Ils volent le bois acheté par la Commission des barricades. Et, ajoute-t-il, il faut tout faire pour que le fonctionnaire qui paie les ouvriers se trouve à son poste à Santa Maria dei Monti, mais il faut exclure absolument Di Giacomo qui n’a pas la confiance du peuple59. C’est donc tout un système qu’il faut faire bouger, en connaissant les situations au niveau « micro », du quartier même. Le 4 mai, Ludovico Manzi, responsable des barricades mobiles, mentionne explicitement « le manque de zèle de quelques capi popolo à aider la commission ». Or ce sont eux qui fournissent la main-d’œuvre nécessaire à l’érection des barricades et fortifications, tout comme ils étaient auparavant chargés de « trier » les indigents aptes aux travaux de la Commissione dei sussidi60. Administrativement, les documents comptables sont organisés par rione, et le nom du chef de quartier y figure systématiquement. Il faut également être attentif à la chronologie car, en juin, une ordonnance changea la donne : ordre fut donné aux citoyens oisifs de se présenter à la direction de la police pour être organisés en escouades – une manière de mobiliser par force les réfractaires et de les soumettre à un contrôle plus assuré que celui des capi rione. Ceux qui venaient volontairement pour s’enrôler furent mécontents d’être désormais soumis à la police ; et les chefs de quartier qui jusqu’alors avaient joué le jeu cessèrent leur coopération avec une administration, la police, qui était leur concurrente directe61. Et c’est alors toute l’organisation qui se grippa définitivement.

  • 62 Voir le très beau livre de Massimo Cattaneo, La sponda sbagliata del Tevere: mito e realtà di un’id (...)

47La centralité du rione dans l’organisation et dans la dynamique urbaines, mais aussi dans la perception qu’en ont les contemporains, transparaît dans cet épisode. Tandis que le rione Trastevere s’affaire à construire les barricades – malgré de nombreux obstacles –, le rione Monti, plus ancien et plus central, ne bouge pas. Pour accélérer un peu les choses, les responsables de la commission décident de jouer sur la rivalité séculaire entre les deux quartiers, sur le mépris des habitants des Monti pour une zone excentrée et depuis longtemps peuplé de migrants62, et sur leur capacité à défendre l’honneur de leurs mère et épouse… en publiant un texte assez piquant :

  • 63 « Popolo dei Monti I bravi Trasteverini al venir dei francesi corsero ammirevolmente alle armi e mo (...)

« Peuple de Monti
Les braves Trastévérins, à l’arrivée des Français, sont accourus aux armes, admirablement, et ont montré que bout vraiment dans leurs veines le sang des antiques Romains. Maintenant, les Napolitains menacent de l’autre côté votre rione et on dit que leur général a promis aux troupes qui entreront dans Rome de pouvoir jouir de vos femmes ! Vous voudriez, braves gens du peuple, courageux habitants de Monti, ne pas être à la hauteur de vos frères du Trastevere ? Être moins Romains qu’eux ?63 »

  • 64 « Ove non mancano gli uomini atti al travaglio, stanteché in questo momento percepiscono un sussidi (...)

48En réalité, on constate ici la permanence d’une organisation urbaine ancienne fondée sur la connaissance interpersonnelle, la protection, le clientélisme. Une organisation largement bouleversée durant la République romaine par plusieurs facteurs : d’abord, la rupture de la chaîne de « protection » qui commençait avec l’aristocratie pour, par capillarité, être gérée par les capo rioni en direction du petit peuple des artisans, cafetiers, commerçants etc., mais aussi en direction des plus pauvres que le second artisan de cette redistribution, la paroisse, contribuait à aider. Un schéma classique, hérité largement de l’Ancien Régime qui, à partir de 1848, devient acéphale avec le départ de la Curie et d’une bonne partie de l’aristocratie romaine. Le fil de la protection se tarit, et avec lui également celui du travail si l’on se rappelle qu’une des professions les mieux représentées était la domesticité, désormais privée d’employeurs. Second élément disruptif de cet ordre social, la présence de nombreux étrangers. De ce point de vue, la présence d’étrangers dans l’Urbs est loin d’être exceptionnelle. Ce qui est nouveau, néanmoins, c’est que les étrangers arrivés avec la République romaine sont encadrés par des structures concurrentes des anciennes organisations de quartier. D’abord, des structures politiques qui rassemblent Romains et étrangers, pas toujours très pacifiquement. La création du Comitato centrale dei Circoli romani di pubblica Sorveglianza, le 19 avril 1849, devait coordonner les cercles politiques dans l’ensemble de l’État, et se présentait comme un organe intermédiaire entre le peuple et le gouvernement de la République, donc directement en concurrence avec les capo rioni. Les étrangers étaient pour leur part encadrés par le Comitato dell’Emigrazione italiana, qui distribuait également de subsides, là encore en concurrence avec les capo rioni qui, dans leur fonction de contrôle social, étaient aussi les pourvoyeurs des aides et de la charité. En témoigne cette remarque acide d’un responsable de barricades : alors qu’il a besoin d’une vingtaine d’hommes émargeant aux dépôts de bienfaisance, qu’il réclame en vain au ministère de la Guerre, il veut écrire aux membres du Comitato dell’Emigrazione italiana, « où ne manquent pas les hommes aptes au travail, d’autant plus qu’ils perçoivent des subsides, et qu’ils ne font rien64 ». Enfin, il ne faut pas non plus négliger les convictions de ces chefs de quartier qui, bien que proches du peuple, n’en étaient pas moins des « notables » de la Rome pontificale, et du gouvernement de la ville.

49Il est donc difficile de dire si les difficultés rencontrées par la Commission des barricades à recruter des travailleurs découlaient :

  • des faibles salaires (30 bajoques par jour, ce qui est en réalité le double de ce que payaient les pontifes), comme l’indiquent nombre de responsables ;

    • 65 Comme l’écrivait Giuseppe Gabussi en juin 1849 : « Ma l’ardore erasi però si fattamente intiepidito (...)

    de la tiédeur politique des capi rione ou des habitants, qui se manifestait pour la construction comme, plus tard, pour l’hypothétique défense des barricades65 ;

  • de la résistance des capi rione essayant de négocier, pour eux ou pour les populations, des meilleurs salaires journaliers ;

  • du manque de bras et de la désorganisation de la commission, ou encore de l’opposition politique entre des travailleurs en bâtiment fortement républicains et des leaders locaux hérités de l’ordre ancien. Dans la résistance passive de certains quartiers romains au nouvel ordre politique, les formes utilisées vont de la « désertion » aux actes de droit commun, comme les vols du matériel entreposé. Qu’une période de recomposition politique aussi radicale entraîne des changements sociaux, c’est évident. Mais ce qu’on constate plutôt à travers ce cadre d’analyse porté sur la Commission des barricades, c’est une résistance forte des pouvoirs traditionnels qui au fond continuent, malgré de nouveaux pouvoirs concurrents, à tenir la Rome populaire. Ainsi, l’innovation de l’objet barricade, importé d’autres pays, d’autres luttes, assimilable à un instrument de pacification sociale à l’instar des grands travaux menés tout au long du siècle, s’avère en définitive une ressource dont s’emparent les traditionnels acteurs du contrôle social de Rome dans une conflictualité séculaire mais bouleversée en 1848-1849 par l’arrivée d’acteurs qui ne dépendent pas de leur pouvoir : les émigrés, les étrangers.

  • 66 « Nè popolo, nè milizia vi domandavano di cedere: la città era tuttavia irta di barricate ordinate (...)

50Sans vouloir rentrer dans le débat qui n’a cessé d’agiter les historiens contemporains de la République romaine comme ceux qui ont suivi quant au degré d’implication de la population romaine dans le projet politique proposé par des hommes aussi différents que Mazzini, Cernuschi, Garibaldi ou Carlo Armellini, il semble bien que le discours vibrant et accusateur de Mazzini le 3 juillet 1849 (jour de l’entrée des troupes françaises dans Rome), à l’encontre de l’Assemblée qui avait décidé de cesser le combat, ait été assez peu réaliste : « Ni le peuple ni l’armée ne vous demandaient de céder : la ville était désormais hérissée de barricades construites par vous comme promesse solennelle que Rome, une fois épuisés les moyens militaires, se serait défendue avec le peuple66. »

51Cet article laisse des pistes ouvertes, bien sûr. Pour autant, en étudiant l’articulation entre mobilité, transferts technologiques et politique de la barricade dans la Rome de 1849, on a cherché à montrer combien le lien entre mobilités et « innovations » ne pouvait se comprendre que dans une relation forte au contexte – social, politique, administratif, technologique… – et qu’il débouchait sur des configurations différentes et parfois contradictoires. La barricade est l’objet par excellence de la mobilisation populaire du Printemps des peuples, mais c’est aussi un instrument de la stratégie militaire insurrectionnelle ou défensive. Or ces deux impératifs sont difficilement conciliables dans la Rome assiégée par les troupes françaises. La Commission des barricades veut mettre en œuvre une forme d’administration publique exemplaire revendiquée par le gouvernement républicain, en rupture avec l’administration pontificale. Pourtant, elle semble emprunter davantage à la comptabilité privée que publique. Enfin, la Commission des barricades doit s’appuyer sur des formes de contrôle social héritées du passé, en concurrence avec des organisations nouvelles, qui finissent par enrayer le dispositif, lui opposant une inertie efficace. La barricade ainsi étudiée au ras des archives et des acteurs se révèle un dispositif à la fois politique et technique, une « technologie politique ». Mais une technologie politique où le poids respectif de l’usage politique et de l’usage technologique s’articule différemment en fonction du prisme auquel on l’examine.

Haut de page

Notes

1 Le 25 avril 1849, un corps expéditionnaire français de 7 000 hommes, sous le commandement du général Oudinot, débarque à Civitavecchia pour redonner Rome à Pie IX. Votée par l’Assemblée nationale et appuyée par Louis-Napoléon Bonaparte qui cherche alors à s’allier les catholiques français, l’expédition de Rome, qui voit une République s’attaquer à une République sœur, témoigne du tournant pris par le prince-président. C’est aussi le moyen pour la France de contrer les prétentions autrichiennes et napolitaines dans la péninsule et d’essayer de tempérer les modalités de la future Restauration pontificale dans un sens plus modéré.

2 Au sens de Ervin Goffman, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, Boston Mass, 1974 ; Sidney Tarrow, « Mentalities, political cultures, and collective action frames: Construction meanings through action », in Aldon D. Morris, Carol McClurg Mueller (eds.), Frontiers in the Social Movement Theory, New Haven CT, 1992 ; David A. Snow et Robert D. Benford, « Ideology, frame resonance and participant mobilization », in Bert Klandermans, Hanspeter Kriesi and Sidney Tarrow (eds.), From Structure to Action: Comparing Social Movement Research across Cultures, Greenwich CT, 1988, p. 197-217. Également Daniel Cefaï, Expérience, culture et politique, in Daniel Cefaï (dir.), Cultures politiques, Paris, Puf, 2001, p. 93-135 ; Daniel Cefaï, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, 2007.

3 Garibaldi cherchant à rejoindre Venise encore assiégée, entraînant avec lui Anita, son épouse, qui périra durant le voyage, Angelo Brunetti (Cicerruacchio) et ses fils qui furent fusillés durant leur fuite… Mazzini laissera Rome, tout comme Cernuschi, Armellini, Saffi, les députés de la Constituante, les leaders, les « politiques » qui rejoignirent Paris, Bruxelles, le Piémont, Londres… Mais ils furent aussi, parmi les Romains, nombreux à rester dans l’Urbs et à attendre le retour du pontife, espérant sa clémence…

4 Voir bien sûr Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996 ; Antonella Romano, Silvia Sebastiani (dir.), La forza delle incertezze. Dialoghi storiografici con Jacques Revel (La force des incertitudes. Dialogues historiographiques avec Jacques Revel), Bologne, Il Mulino, 2016.

5 Antonella Romano, « Fabriquer l’histoire des sciences modernes. Réflexions sur une discipline à l’ère de la mondialisation », Annales. Histoire, sciences sociales, 2015/2, p. 381-408, et id., « Des sciences et des savoirs en mouvement : réflexions historiographiques et enjeux méthodologiques », Diasporas, 2015, n° 23-24, p. 66-80.

6 David Edgerton, Dominique Pestre, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », Annales. Histoire, sciences sociales, 1998/4-5, p. 815-837 ; Liliane Hilaire-Perez, Catherine Verna, « Dissemination of technical knowledge in the Middle Ages and the Early Modern Era: New approaches and methodological issues », Technology and Culture, 2006, n° 47, p. 536-565 ; Liliane Hilaire-Perez, Anne-Françoise Garçon (dir.), Les chemins de la nouveauté. Innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, CTHS, 2003 ; Pascal Dubourg-Glatigny, Hélène Vérin (dir.), Réduire en art, la technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Presses de la Maison des sciences de l’homme, 2008 ; Stéphane Van Damme (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 1, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 2015 ; Lissa L. Roberts, « Situating science in global history: Local exchanges and networks of circulation », Itinerario, 2009, n° 33, p. 9-30. Également Catherine Brice et Delphine Diaz, « Introduction », Revue d’histoire du xixe siècle, 2016/2, n° 53, Mobilités, savoir-faire et innovation, p. 9-18.

7 Le fonds Commissione delle Barricate conservé à la Società di storia patria de Naples se compose de quatre volumes reliés (Boni 1849 (132 f°), Barricate XXX B1, Commissione delle Barricate 1 e 2 (300 f°). Je remercie ici chaleureusement Renata de Lorenzo et le personnel de la Società di storia patria de Naples.

8 Mark Traugott, The Insurgent Barricade, Berkeley, University of California Press, 2010.

9 AA.VV., Roma 1849. Gli stranieri nei giorni della Repubblica, Palerme, Sellerio, 2011. Voir également Giuseppe Monsagrati, Roma senza il papa. La Repubblica romana del 1849, Rome-Bari, Laterza, 2014 ; Sylvie Aprile, « Un épisode occulté : la résistance française au siège de Rome, juin 1849 », in Laurent Reverso, La République romaine de 1849 et la France, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 75-90.

10 Gustav von Hoffstetter, Giornale delle cose di Roma nel 1849, Capolago, Tipografia Elvetica, 1851 ; Jan Philip Koelman, Memorie romane, 2 volumes édités par M. L. Trebiliani, Rome, Istituto per la storia del Risorgimento, 1963.

11 Bruno Gatta, « Le elezioni del 1849 », Archivio della Società romana di storia patria, 1949, p. 4-27.

12 Mark Traugott, The Insurgent Barricade, Los Angeles, UCLA, 2010, p. 141.

13 On rappellera ici pour mémoire, sur la question des transferts (culturels), les travaux de Michel Espagne et Michael Werner (textes réunis et présentés par), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 1988 ; Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Puf, 1999.

14 Voir Piero Pieri, Storia militare del Risorgimento. Guerre ed insurrezioni, Turin, Einaudi, 1962.

15 Ibid., p. 427.

16 Carlo Bianco di San Jorioz, Dalla guerra nazionale d’insurrezione alla guerra per bande, applicata all’Italia, Marseille, 1830 ; voir Franco Della Peruta, Democratici e pre mazziniani. Mazziniani dissidenti, Turin, Einaudi, 1979 ; Giuseppe Mazzini, « Dalla guerra d’indipendenza conveniente all’Italia », Giovine Italia, fasc. V, 1833, p. 159-197 ; Franco della Peruta, « Le teorie militari della democrazia risorgimentale », Rassegna degli Archivi di Stato, XLII, 1982, n° 2-3, p. 243-247.

17 « Les insurgés étaient vêtus de manière fantaisiste, avec le chapeau à la calabraise emplumé, ils avaient tous une cocarde tricolore et avec une épée à la main », Joseph Alexander Graf von Hübner, Milano il 1848: nelle memorie del diplomatico austriaco conte Giuseppe Allessandro di Hübner, Milan, Antonio Vallardi, traduit de l’italien par Alfredo Comandini, 1898.

18 Voir Mark Traugott, op. cit., p. 142-144.

19 Voir Luigi Torelli, Ricordi intorno alle Cinque Giornate di Milano, Milan, Dumolard, 1883, p. 111.

20 Nino del Bianco, Enrico Cernuschi. Uno straordinario protagonista del nostro Risorgimento, Milan, Franco Angeli, 2006 ; Giuseppe Leti, Enrico Cernuschi. Patriote, financier, philanthrope, apôtre du bimétallisme. Sa vie, sa doctrine, ses œuvres, Paris, Presses universitaires de France, 1936.

21 « Ecco li triboli a forma del modello approvato da cotesta commissione. Mi dice il ferraio che per averne una buona quantità bisogna fare lavorare molto altri ferraj, di questi la maggior quantità si ricusano e non so perché! » Archivio della Società di storia patria, Napoli [désormais ASP Na], Fondo Commissione delle Barricate, f° 199.

22 BSMC, Proclama del 6 maggio 1849, http://www.repubblicaromana-1849.it/

23 « Cernuschi, che aveva dato ottima prova nella difesa di Milano contro gli austriaci era proprio l’uomo adatto a trattare con gli operai. Il lavoro si organizzò subito per scavare profonde trincee di tre o qualttro braccia di larghezza in tutte le strada. In alcuni posti le barricate consistevano in blocchi di marmo, che bastava unire insieme chiudendo le aperture con sacchi di sabbia. I sacchi di sabbia, li aveva ordinati Cernuschi e tutta la povera gente era intenta al lavoro », Jan Philip Koelman, Memorie romane, op. cit. vol. 2, p. 279.

24 David Arnold, Everyday Technology. Machines and the Making of India’s Modernity, Chicago, Chicago University Press, 2013.

25 « Popolo! Tutto va bene. Si lavora dapertutto colla stessa assiduità, coll’istessa allegria. […]. La scienza delle barricate è come quella della libertà, ognuno è maestro. La difesa non è difficile. La offesa se il nemico osasse penetrare è ancor più facile. Le tegole, i vetri, i sassi, le sedie sono proiettili temuti da ogni invasore. »

26 « La commissione delle barricate istutuita in quei giorni contribuiva potentemente a mantenere l’entusiasmo del popolo ed a informarlo ai più santi affetti di patria », Carlo Rusconi, Documenti della Guerra santa. La Repubblica di Roma del 1849, Turin, 1850-1851, p. 30.

27 « Perciò è debito il tenere istruito il popolo dei modi coi quali potrà farlo con maggiore efficacia, quando l’ora venisse di difendere il sacro suolo della Patria », BSMC, Istruzione popolare per la difesa dei paesi dello stato, Rome, Dalla Tipografia Governativa, 1849, http://www.repubblicaromana-1849.it/

28 « Sa cosa sia la difesa du una Città, e ciò che debba farsi per la sua esecuzione […] », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 249.

29 Gustav von Hoffstetter, op. cit., p. 14.

30 « Ma nulla ha giovato mentre era nata l’invidia di vedere costruire barricate in altri rioni, ed abbiamo ceduto allo slancio generoso di questi buoni popolani », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 11.

31 « Denari per pagare gli uomini. Vino pei medesimi. Planche. Legname. 50 lavoranti », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 15.

32 « Da quest’ultima le fortificazioni sono nulle, sebbene per questa porta più facilmente che per altra potrebbe avere luogo un irruzione inimica. Le fa riflettere che dalla Porta San Sebastiano fino a Porta del Popolo non si trova alcuno ostacolo », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 247.

33 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 98.

34 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 89.

35 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, vol. Barricate XXX B1 et 1849 Boni.

36 Arthur Hérisson, « Une mobilisation internationale de masse à l’époque du Risorgimento : l’aide financière des catholiques français à la papauté (1860-1870) », Revue d’histoire du xixe siècle, 2016/1, n° 52, p. 175-192.

37 « […] the most extreme disorder ruled in the financial administration of the Church during the pontificate of Gregory XVI. The finances were administered by prelates of the Church who were entitled to elevation to the rank of cardinal upon quitting office. Their accounts were not subject to audit, and their actions were liable to review only by the Pope himself. From 1833 to 1846 there were no published accounts of the state of the treasury; after 1837 there were no records from which an account could later be », R. Cameron, « Papal finance and the temporal power, 1815-1871 », Church History, vol. 26, 1957, n° 2, p. 132-142.

38 John E. Pollard, Monery and the Rise of the Modern Papacy, Cambridge University Press, 2005 ; également Daniela Felisini, Le finanze pontificie e i Rotschild, 1830-1870, Naples, ESI, 1993 ; Stefano Pinchera, Le spese effettive e il bilancio dello Stato pontificio dal 1827 al 1867, Archivio economico dell’Unificazione italiana, série 1, 11-5, 1961, p. 1-36.

39 Carlo Crocella, Augusta miseria. Aspetti delle finanze pontificie nell’età del capitalismo, Milan, Nuovo istituto editoriale italiano, 1982, et Benny Lai, Finanze e finanzieri vaticani tra l’Ottocento e il Novecento da Pio IX a Benedetto XV, Milan, Mondadori, 1979.

40 Archives du Ministère des Affaires Etrangères (MAE.) Mémoires et documents, Rome, 102, fasc. 37.

41 MAE, Mémoires et documents, Rome, 102, fasc. 69.

42 François Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X, Rome, BEFAR 330, 2007 ; Ministero del Tesoro, Ragioneria generale dello Stato, Istituzioni finanziarie contabili e di controllo dello Stato Pontificio dalle origini al 1870, Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, 1961; Francesco Colzi, « La finanza capitolina nell’età della Restaurazione », in Anna Lia Bonella, Augusto Pompeo, Manola Ida Venzo (ed.), Roma fra la Restaurazione e l’elezione di Pio IX: amministrazione, economia, società e cultura, Rome, Herder, 1997, p. 459-462.

43 « Le spese effettuate per la Costruzione delle Barricate, nonché quelle per la fabbricazione delle 5 000 Picche, Triboli, Sacchi ed altri oggetto di difesa, fanno conoscere assai bene l’utilità e la necessità di quest’organizzazione », BSMC, http://www.repubblicaromana-1849.it/

44 « Considerato che, nel debito che ha il Governo di rendere esatto conto degl’introiti, ed esiti che egli fa, giova prestarsi a ciò frequentemente e pubblicamente, tanto più adesso che la guerra per l’Indipendenza chiede rilevanti spese, e sacrificii », BSMC, http://www.repubblicaromana-1849.it/

45 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 179.

46 « V’invitiamo, Cittadino Rappresentante, a requisire nel Rione XXX tutte le munizioni di Guerre tanto dai spacciatori quanto dai particolari. Ne rilascerete ricevuta, il di cui importo sarà pagato dal Ministero delle Finanze. Salute e fratellanza. »

47 Voir Catherine Brice, Entre délit politique, sacrilège et droit commun : l’iconoclasme politique en procès (Rome, 1849-1850), in Emmanuel Fureix (dir.), Iconoclasme et révolutions de 1789 à nos jours, Paris, Champ Vallon, 2014, p. 179-194.

48 Voir Catherine Brice, « La Mano Regia de Carlo Armellini », dans Catherine Brice (dir.), Confiscations et séquestres pour délits politiques dans les États italiens (1795-1870), Mélanges de l’École française de Rome, Italie Méditerranée, 2017-2, à paraître.

49 « Politicamente, avendo riguardo alla cessazione de’ lavori pubblici, ed all’interesse che incombe al Governo di allievare, per quanto sia possibile, la crescente miseria del basso ceto, offrirgli in questo modo un piccolo sussidio, incoraggiando cosi il suo appoggio alla causa pubblica », BSMC, http://www.repubblicaromana-1849.it/

50 Maura Piccialuti, « Politiche assitenziali e nuovi istituti caritativi », in Anna Lia Bonella, Augusto Pompeo, Manola Ida Venzo, Roma fra la Restaurazione e l’elezione di Pio IX: amministrazione, economia, società e cultura, Rome, Herder, 1997, p. 249-275. Voir également Fiorella Bartoccini, Roma nell’Ottocento, Bologne, Capelli Editore, 1985, p. 191 sq. ; Domenico Demarco, Una rivoluzione sociale: la Repubblica romana del 1849 (16 novembre 1848-3 luglio 1849), Naples, ESI, 1992 ; Michele Fatica, « Gli operai dei lavori pubblici romani tra rivoluzione e restaurazione », Studi romani, 1976, XXIV, p. 484-499 ; Sindacato del bilancio per il 1849, Rome, 1849.

51 Michele Fatica, art. cit., p. 486.

52 Voir de nombreux exemples dans Michele Fatica, art. cit.

53 « Abbiamo i volontari della guerra; e vogliamo i volontari del lavoro. »

54 « Queste povere donne, e quei ragazzi non percepiscono alcun salario, e quale umanità non esigeva da me a somministrargli un piccolo soccorso quello (ben semplice) di dargli a mezzogiorno del pane, un poco di formaggio ed un bicchiere di vino? », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 249.

55 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 316.

56 Il serait possible de développer ici un point intéressant mais qui devrait faire l’objet d’un travail en soi. En effet, on perçoit, dans ces discussions autour de la Commission des barricades et de l’engagement populaire, une ligne de fracture entre les artisans et les populations.

57 Voir Chiara Lucrezio Monticelli, La polizia del papa: istituzioni di controllo sociale a Roma nella prima metà dell’ Ottocento, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2012.

58 « Altri sedicenti capi popolo inetti, incapaci e di danno ».

59 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 45.

60 ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 275, 5 mai 1849.

61 BSMC http://www.repubblicaromana-1849.it/

62 Voir le très beau livre de Massimo Cattaneo, La sponda sbagliata del Tevere: mito e realtà di un’identità popolare tra antico regime e rivoluzione, Naples, Vivarium, 2004.

63 « Popolo dei Monti I bravi Trasteverini al venir dei francesi corsero ammirevolmente alle armi e mostrarono che davvero bolle nelle loro vene il sangue degli antichi Romani. Ora i Napoletani minacciano d’altra parte il vostro rione e si dice che il loro generale abbia promesso premio alle truppe che entreranno in Roma il godimento delle vostre donne ! Vorrete voi, bravi popolani, bravi Montigiani, esser da meno dei vostri fratelli di Trastevere? Vorete essere meno Romani di essi? », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 132.

64 « Ove non mancano gli uomini atti al travaglio, stanteché in questo momento percepiscono un sussidio, e non fanno niente », ASP Na, Fondo Commissione delle Barricate, f° 249.

65 Comme l’écrivait Giuseppe Gabussi en juin 1849 : « Ma l’ardore erasi però si fattamente intiepidito, che non aveasi ragion di sperare che una zuffa di barricate, se pure avesse dovuto accadere, trovato avrebbe, sul finir di giugno, così tenacemente risoluto il popolo ad affrontare la morte come nel 30 aprile si dimostrò » (« Mais l’ardeur s’était tiédie, au point de ne plus espérer qu’une multiplication des barricades, si elle devait avoir lieu, aurait à la fin juin convaincu le peuple d’affronter la mort aussi résolument qu’il l’avait fait le 30 avril »), in Giuseppe Gabussi, Memorie per servire alla storia della rivoluzione degli Stati Romani dall’elevazione di Pio IX sino alla caduta della Repubblica, Gênes, Regio Istituto dei sordo-muti, 1851-1852, 3 vol., p. 454.

66 « Nè popolo, nè milizia vi domandavano di cedere: la città era tuttavia irta di barricate ordinate da voi come solenne promessa che Roma si sarebbe, esauriti i modi della milizia, popolarmente difesa » in Giuseppe Mazzini, Scritti editi e inediti, 72, Epistolario, Edizione Nazionale degli Scritti di Giuseppe Mazzini, vol. XLIII, Imola, Galeati, 1936, p. 179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Brice, « La Commission des barricades de la République romaine (1848-1849) : une « technologie politique » ? Réflexion sur les contextes mouvants de l’innovation », Diasporas, 29 | 2017, 131-133.

Référence électronique

Catherine Brice, « La Commission des barricades de la République romaine (1848-1849) : une « technologie politique » ? Réflexion sur les contextes mouvants de l’innovation », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/791 ; DOI : 10.4000/diasporas.791

Haut de page

Auteur

Catherine Brice

Catherine Brice est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil, membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC) et membre senior de l’IUF. Elle travaille sur l’Italie du xixe siècle, en particulier sur l’histoire culturelle du politique : elle a étudié la place de la monumentalité publique dans l’espace italien, et plus spécifiquement le monument à Victor-Emmanuel II de Rome. Elle a ensuite consacré des travaux à la place de la monarchie dans la construction d’une identité nationale italienne (La monarchie et la construction de l’identité nationale italienne (1861-1900), Paris, EHESS 2010). Elle a ouvert des chantiers sur la fraternité comme catégorie de l’engagement politique (1820-1920) qui ont débouché, entre autres, sur : La fraternité en actions. Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis en Italie (1824-1924) (dir., à paraître dans la collection de l’École française de Rome, 2017) et avec Sylvie Aprile (codir.), Exil et fraternité au xixe siècle (Bievre éditions, Bordeaux, 2013). Ses récents travaux sur les relations entre mobilités et innovation, notamment sur les relations entre l’exil et l’ingénierie politique, ont donné lieu à la publication de Séquestres et confiscations des biens des exilés dans l’Italie du xixe siècle (dir., MEFRIM, 2017-1), et avec Delphine Diaz (codir.), Mobilités, savoir-faire et innovation au xixe siècle, numéro spécial de la Revue d’histoire du xixe siècle (2017-1).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals