Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Circulation des individus, des objets et des représentations en Amérique centrale (xixe-xxie siècle)

Clara Duterme et Catherine Lacaze
p. 175-179

Texte intégral

  • 1 Journée d’études « Circulation des individus, des objets et des représentations en Amérique central (...)
  • 2 La journée d’études a réuni une dizaine de chercheurs et chercheuses de différentes disciplines des (...)

1En proposant la thématique des circulations, dans une approche internationale et interdisciplinaire, l’objectif de la journée d’études1 était d’engager un questionnement à l’échelle de l’Amérique centrale et de mettre en lumière les liens, les interactions et interrelations entre les différents pays de l’isthme, à partir du xixe siècle et jusqu’à nos jours. À l’origine de cette démarche, il y avait une volonté de mettre en avant les spécificités des études centraméricaines et un désir de rassembler des chercheurs travaillant sur ce même espace2, pour faire dialoguer des analyses qui restent la plupart du temps cantonnées aux frontières nationales. Enfin, il s’agissait de mettre en avant les travaux sur l’Amérique centrale, trop souvent relégués au second plan de la recherche américaniste. Les communications ont permis d’éclairer des enjeux propres à cet espace non homogène, mais lié par une histoire faite de tentatives d’unification et de lignes de fracture, où circulent plus ou moins librement les individus, les objets et les représentations.

2L’indépendance de l’Amérique centrale est un cas particulier par rapport au reste de l’Amérique latine étant donné qu’elle l’obtient sans confrontation armée à la Couronne espagnole. La période fédérale qui suit cette indépendance (1823-1839) a été caractérisée par des luttes politiques et militaires entre les élites locales, notamment entre les Guatémaltèques, qui voulaient conserver leur prédominance héritée du système colonial, et les Salvadoriens, qui désiraient étendre leur sphère d’influence. Les États ont tardé à déclarer leur indépendance vis-à-vis de la République fédérale et l’idéal unioniste a perduré, comme la promesse de construire une nation prospère et reconnue internationalement. Différents projets militaires ou pacifiques ont eu lieu au xixe siècle, jusqu’à la dernière tentative d’union politique menée dans le cadre du centenaire de l’indépendance de l’Amérique centrale en 1921. L’unionisme est alors relégué au plan de la nostalgie mais renaît dans les années 1950 en mettant l’accent sur l’aspect économique avec la création d’un marché commun. Les guerres civiles qui se sont étendues à l’ensemble de la région dans les années 1970-1980 et les négociations pour la paix durant la décennie suivante ont montré l’importance des phénomènes de circulation. Les facteurs sociaux et politiques ont alors été remis au premier plan des relations entre les États du Guatemala, du Salvador, du Honduras, du Nicaragua et du Costa Rica. Le Belize et le Panama ont une histoire différente mais ils sont désormais inclus dans la définition de l’Amérique centrale, ce qui renforce l’importance géostratégique de l’isthme.

3La question de l’unionisme centraméricain a été au centre des réflexions de la première partie de la journée. C’est tout d’abord la question des influences internationales dans le processus d’intégration centraméricaine qui a été abordée. L’historien Christophe Belaubre (Framespa, UT2J) a souligné le rôle joué par les vétérans de l’armée napoléonienne dans les luttes politiques et militaires durant la période fédérale. La plupart des officiers français présents sur le territoire centraméricain ont soutenu le projet unioniste de Francisco Morazán, caudillo libéral d’origine hondurienne, face aux conservateurs qui bénéficiaient de l’appui des élites coloniales d’origine espagnole. Les compétences militaires des étrangers ont ainsi été un enjeu de pouvoir qui a accentué les tensions entre élites centraméricaines. C’est notamment le cas du Français Nicolas Raoul, qui a été à l’origine du déclenchement du conflit entre libéraux et conservateurs en 1826. Les tentatives d’union politique par la force se sont historiquement soldées par un échec. Toutefois, l’unionisme centraméricain peut aussi s’analyser à travers les liens culturels entre les différents pays. L’intervention de Carlos Sancho Domingo (université de Saragosse) éclaire cet aspect à travers une étude historique de l’influence du philosophe Constantino Láscaris Comneno dans les projets de compilation de sources historiques centraméricaines à partir de la seconde moitié du xxe siècle. Cet émigré espagnol a dirigé l’Institut d’études centraméricaines (IECA), créé en 1972 en étant rattaché à l’université du Costa Rica. Alors que l’instauration du marché commun crée un contexte d’intégration économique, les liens entre universités centraméricaines ont été développés. La crise sociale et politique régionale qui suit a remis au goût du jour le « nationalisme méthodologique », l’étude de l’Amérique centrale n’étant clairement plus une priorité. Le rôle joué par ces étrangers au niveau individuel reflète l’intérêt des puissances étrangères pour l’isthme, aspect qui mériterait de faire l’objet de recherches plus systématiques. La dispersion des sources, qui ne facilite pas le travail historiographique, est en elle-même un signe de la fragilité des efforts de centralisation mis en place en Amérique centrale à divers niveaux. La production d’une histoire commune centraméricaine et l’impact des facteurs extérieurs sur celle-ci constituent un défi en termes d’identité régionale.

4La seconde partie de la matinée a été consacrée aux enjeux politiques liés à l’intégration centraméricaine. Clara Pérez Fabregat (université de Barcelone) a analysé l’histoire du territoire autour du golfe de Fonseca, qu’elle désigne comme « l’Arc de Conchagua » (partagé entre le Salvador, le Honduras et le Nicaragua). Un cas qui illustre parfaitement combien les dynamiques politiques et économiques du xixe siècle sont inscrites dans l’échelle centraméricaine. Cet espace commun a été construit en correspondance avec les intérêts des Coquimbos, anciens partisans de Morazán. Ces derniers voulaient faire face à l’hégémonie guatémaltèque et au projet politique de Rafael Carrera, de tendance conservatrice. Leur unionisme « formel » était envisagé comme une solution pour contrôler les décisions politiques, mais aussi et surtout les échanges économiques à travers l’isthme. Si l’idéal d’union politique est toujours en vigueur aujourd’hui, sa mise en pratique rencontre de nombreux problèmes. Dans la deuxième communication, Esteban Vargas Mazas (université de Toulouse 1) a souligné les limites institutionnelles de l’actuel Système d’intégration centraméricaine (SICA), du point de vue du droit. Dans un contexte de crise migratoire, lié à l’affluence de réfugiés cubains, la méfiance entre élites locales empêche bien souvent de prendre des décisions qui, au sein du SICA, doivent se faire par consensus. Alors que de nouveaux pays sont désormais intégrés dans le processus d’unification, notamment le Panama, le Belize et la République dominicaine, le Costa Rica occupe une position particulière, se plaçant souvent en marge des organismes politiques régionaux afin de conserver un statut « d’exception ». Même si beaucoup d’espoirs reposent sur le SICA, dont les objectifs affichés sont la paix, la démocratie et la justice, ce sont les intérêts nationaux qui prédominent et ce sont les échanges commerciaux qui sont privilégiés. Ces deux communications ont mis en lumière la prégnance des intérêts des élites – nationales ou locales – sur les phénomènes de circulation. L’importance des processus non officiels et informels a également été soulignée, et la réalité locale marquée par une forte porosité des frontières a été rappelée lors des échanges. Les réflexions développées questionnent la perception de l’unionisme centraméricain en tant que projet politique énoncé par des élites, qui peine à se mettre en place, ou en tant que réalité vécue par les populations, que des intérêts économiques et personnels amènent à valoriser les déplacements frontaliers.

5Les communications entendues lors de la seconde partie de la journée d’études se sont penchées sur la question des interactions entre les imaginaires nationaux et les représentations identitaires à l’échelle locale. L’enquête ethnographique menée par Adriana Alas (Colegio de Michoacán) a dégagé les mécanismes de légitimation du sentiment d’appartenance villageoise dans une situation de post-conflit. Elle s’appuie sur l’exemple de la communauté salvadorienne de El Corralito (il s’agit d’un pseudonyme), située à la frontière avec le Honduras, qui a été repeuplée après la guerre civile. Les transformations de la population ont engendré une réinvention de l’identité locale, qui se fonde sur une double désignation : celle du repoblador (colon) face à celle du originario (natif). Cependant, la « souffrance » reste une référence omniprésente pour tous les habitants, visible dans ses différentes formes sur les corps des blessés de guerre et sur les photographies arborées durant les fêtes commémoratives. La communication de Ronald Soto Quiros (université de Bordeaux) interroge la légitimité d’appartenir à une « communauté imaginée », cette fois à l’échelle nationale, en s’intéressant à l’image des Nicaraguayens au Costa Rica. Depuis le xixe siècle, c’est une représentation négative des immigrants nicaraguayens qui a été forgée face au mythe identitaire costaricien d’un pays « blanc », homogène, travailleur et pacifique. L’augmentation de l’immigration nicaraguayenne au cours du xxe siècle (au moins 10 % de la population du Costa Rica aujourd’hui) n’a fait qu’accentuer l’image de violence qui y est attachée, souvent renforcée par les représentations diffusées par les grands médias. Même si le composant racial ou ethnique de cette exclusion n’a pas toujours été revendiqué, les actes xénophobes n’ont pas cessé de nos jours. L’élaboration d’un bouc émissaire participe à consolider l’identité nationale : construire un ennemi commun, c’est tenter de souder la cohésion de la communauté.

6Enfin, la dernière communication a interrogé l’existence d’une identité culturelle centraméricaine à travers l’analyse des productions poétiques à partir des années 1960, dans un contexte de lutte armée contre des gouvernements autoritaires. Edgar Romero Figueroa (Framespa, UT2J) a avancé l’idée d’une « poétique révolutionnaire » commune aux différents pays centraméricains, sauf le Costa Rica étant donné que cet État est resté en marge des guerres civiles. La rhétorique révolutionnaire se lit dans les textes des auteurs étudiés – notamment le Nicaraguayen Ernesto Cardenal –, qui peuvent être qualifiés d’« anti-poètes » dans le sens où ils privilégient le langage quotidien et populaire. Le caractère idéologique de la littérature est alors revendiqué et si des métaphores sont utilisées, c’est pour mieux souligner une idée, donner à voir et à penser, et ainsi reconfigurer la réalité. Dans ce contexte, la poésie est considérée comme un outil au service de la libération sociale et politique du peuple. La construction d’un « homme nouveau », liée au culte des héros et martyrs, s’inscrit dans le rapprochement effectué entre marxisme et catholicisme à l’échelle de la région. La théologie de la libération et de « l’option pour les pauvres » a été un phénomène particulièrement important en Amérique centrale, surtout au Nicaragua suite au triomphe de la révolution sandiniste en 1979. La circulation des identités en Amérique centrale a ainsi été envisagée sous des formes plurielles, mais complémentaires. À l’imaginaire unioniste répondent des imaginaires nationaux et locaux appuyés sur la transmission des représentations de groupes de population, souvent définis par leur origine géographique réelle ou assignée. Les représentations se transmettent, perdurent ou sont volontairement diffusées – dans le cas des poésies – sur des supports choisis pour pouvoir être aisément reproduits et transportés, pour propager des idées et des idéologies. La circulation des individus, souvent l’objet de représentations fantasmées, est toujours articulée aux enjeux politiques et historiques, à l’échelle locale ou régionale. Au sein de l’isthme, ces circulations d’objets et de personnes participent à produire des identités en perpétuelle construction.

7La cohérence de la journée a été mise en relief dans la conclusion générale développée par Odile Hoffmann (IRD-URMIS), qui a souligné que l’approche par les circulations oblige à sortir des antagonismes et des perspectives dichotomiques. Les différentes communications ont montré à quel point les frontières entre les États centraméricains ont été poreuses, et le sont encore de nos jours. Il y a bien des lignes de clivage mais celles-ci sont dynamiques, en mouvement constant. D’où l’importance d’étudier les phénomènes de circulation à différentes échelles (locale, nationale et régionale) ainsi que sur différentes temporalités. Les projets d’intégration centraméricaine sont bien souvent nés de la contestation de l’ordre établi et de la volonté de constituer de nouveaux rapports et positionnements. Il serait donc important d’approfondir les recherches sur l’espace centraméricain en faisant dialoguer les tentatives menées par des institutions et les gouvernements avec les circulations des plus faibles, des subalternes. Cette volonté de développer des travaux comparatistes ou transnationaux se heurte malheureusement à des obstacles matériels. D’une part, parce que mener une recherche à l’échelle de la région suppose un budget difficile à obtenir étant donné la réduction des financements universitaires. D’autre part, parce que la plupart des institutions publiques chargées de conserver les archives en Amérique centrale manquent cruellement de moyens.

8La journée a permis de nombreux échanges et suscité l’intérêt d’un public au-delà des chercheurs spécialistes de l’Amérique centrale. Son caractère international a fait que les discussions ont été menées à la fois en français et en espagnol. Malgré les quelques difficultés liées à cet état de fait, il nous semble que le caractère bilingue a été une réelle richesse, rendant possible le dialogue entre chercheurs français, espagnols et latino-américains. Nous espérons que cette journée sera ainsi le point de départ d’échanges futurs, et encouragera la mise en relation des chercheurs, de différentes disciplines et nationalités.

Haut de page

Notes

1 Journée d’études « Circulation des individus, des objets et des représentations en Amérique centrale (xixe-xxie siècle) », organisée le 12 janvier 2017 à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès (UT2J) par Catherine Lacaze (CEMCA) et Clara Duterme (LISST-CAS) grâce au soutien de l’Institut des Amériques (IdA), du laboratoire Framespa « France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs » (UMR 5136 CNRS-UT2J) et de sa thématique « Logiques d’Empires », ainsi que de l’Association toulousaine pour la recherche interdisciplinaire sur les Amériques (ATRIA).

2 La journée d’études a réuni une dizaine de chercheurs et chercheuses de différentes disciplines des sciences humaines et sociales, provenant de pays européens et centraméricains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara Duterme et Catherine Lacaze, « Circulation des individus, des objets et des représentations en Amérique centrale (xixe-xxie siècle) », Diasporas, 29 | 2017, 175-179.

Référence électronique

Clara Duterme et Catherine Lacaze, « Circulation des individus, des objets et des représentations en Amérique centrale (xixe-xxie siècle) », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/809 ; DOI : 10.4000/diasporas.809

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals