Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Migrations et territoires celtiques : mouvement spatial et mutations culturelles

Geneviève Pigeon
p. 181-183

Texte intégral

1Les 20 et 21 octobre 2016 s’est déroulé à Rennes, en France, le colloque international Migrations et territoires celtiques : mouvement spatial et mutations culturelles. Lancé par deux membres associés du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC Rennes), Gaël Hily (France) et Geneviève Pigeon (université du Québec à Montréal, Canada), ce colloque trilingue (français, anglais et breton) a bénéficié du soutien essentiel d’Erwan Hupel, membre enseignant du CRBC Rennes. Supporté par le CRBC Rennes, l’université Rennes 2, l’Office de la langue bretonne et Rennes métropole, l’événement a permis de rassembler des chercheurs issus de disciplines variées, provenant tant d’Europe que d’Amérique. C’est également par le biais d’une subvention de recherche de la American Academy of Religion (AAR), l’lnternational Collaborative Grant, que les participants étudiants des cycles supérieurs ont pu recevoir une allocation de déplacement leur permettant de profiter pleinement des activités et échanges en lien avec le colloque.

2Souhaitant aborder les migrations de populations celtiques sous les angles de l’identité, des croyances, des coutumes, des langages et des modes de vie, le colloque mettait l’accent sur l’évolution de ces aspects suite aux déplacements, volontaires ou non, des groupes concernés. De l’Antiquité à la période contemporaine, de la formation de la Bretagne armoricaine aux Irlandais émigrés en Amérique, les différentes transformations vécues par les groupes celtiques ont été abordées grâce à cinq sessions thématiques : Antiquité/Moyen Âge ; Migrations et langues ; Croyances et cultes ; Vers l’Amérique ; Vers le Québec.

3Après un discours inaugural de Leszek Brogowski, vice-président de l’université Rennes 2 en charge de la recherche, et une allocution de Anne Goarzin, directrice du CRBC Rennes, les participants ont eu le plaisir d’entendre Anne Matheson (Rennes 2), qui ouvrait officiellement le colloque avec une conférence portant sur The Madman and the Eucharist in the Late Medieval Tale Known as Laikonen A ; elle était suivie de Hervé Le Bihan (Rennes 2) avec Les relations entre les domaines cornique et breton au Moyen Âge : langues, littératures, puis de Caroline Brett (université de Cambridge), dont l’intervention portait sur An Invisible Migration ? The Origins of Brittany. La conférence de Christophe Burgeon (université catholique de Louvain) : Le Gaulois chevelu était-il perçu comme un Barbare dans les Commentarii de César ? mettait fin aux interventions pour laisser la parole à Pierre-Yves Lambert (CNRS), qui proposait une conférence plénière portant sur les Récits de migrations celtiques, Helvètes, Déssi. De cette première session, les auditeurs et participants auront sans contredit retenu l’extrême richesse des contenus abordés. L’évolution de la recherche archéologique, au cœur des préoccupations de Caroline Brett, permet d’éclairer l’ensemble des domaines d’étude, soulevant avec acuité la difficile mais nécessaire question des sources et des interprétations textuelles. En remettant en question les a priori, par exemple en s’intéressant aux Commentarii de César ou aux manuscrits médiévaux, les chercheurs présents ont su démontrer que les échanges interdisciplinaires agissent comme de réels catalyseurs.

4Les deux sessions suivantes, portant respectivement sur « Migrations et langues » et « Croyances et cultes », ont donné aux participants l’occasion de visionner le film de Daniel O’Hara, Yu Ming Is Ainm Dom, dont le récit, mettant en scène un jeune Chinois qui désire s’installer en Irlande, remet habilement en question les rapports de l’identité et de l’idéal national. Cette projection a été suivie d’une lecture du texte de Stefan Moal, Iwerzhoniz nevez : enbroidi hag iwerzhonegerien war un dro. Ici encore, la résonance des mots bretons dans l’institution a marqué la volonté des organisateurs de laisser s’exprimer l’histoire, dans un geste de réappropriation de l’espace en lien avec la thématique générale du CRBC Rennes : Politique et configuration des identités. Les auditeurs ont bénéficié des services de traduction simultanée de Stéphanie Le Pelleter, qui a su avec brio faire en sorte que la conversation se poursuive en demeurant accessible à toutes et à tous. C’est également dans ce même souci de dialogue, d’échanges et de collaboration que se sont déroulées les conférences de Noémie Beck (université Lumière Lyon 2 et University College Dublin), Divinités « celtiques » honorées par des dévots spécifiant leur civitas d’origine : cultes partagés, adoptés ou délocalisés ? ; elle a été suivie de Gilles Boucherit (université Rennes 2), dont la généreuse allocution, An natur azveret : an den gouez keltiek, a réfléchi, tout comme l’intervention d’ouverture d’Anne Matheson, à la question de l’homme sauvage. Cette première journée de colloque s’est terminée sur une présentation d’Audrey Ferlut (HISOMA-Lyon 3) portant sur L’appropriation de la romanité par les populations celtiques dans les cultes aux déesses d’origine celte dans les provinces de Gaule Belgique et des Germanies sous le Haut-Empire romain. D’une session à l’autre se répondent ainsi les impératifs de respect des textes, des artéfacts et des identités, portés par des chercheurs soucieux de nuancer des interprétations parfois fragiles, souvent incertaines.

5La seconde journée du colloque s’est déroulée sur le thème des migrations celtiques vers l’Amérique, notamment grâce à une conférence plénière de Paul Birt (université d’Ottawa, titulaire de la chaire de recherches celtiques du Canada) portant sur The Patagonia Ideal in Welsh Writing from Argentina and Welsh Cultural Hybridity. Si les migrations des populations celtiques vers le nord de l’Amérique (Canada et États-Unis) sont relativement connues, les recherches de Paul Birt sur les populations galloises en Argentine ont sans conteste ouvert de nouveaux horizons. Cette ouverture sur les étendues vierges était également au cœur des recherches d’Olivier Le Dour, qui a retracé les parcours de Trois Bretons derrière les lignes ennemies, au temps de la colonisation de l’Amérique.

6C’est finalement sur une note plus festive que s’est fermé ce colloque trilingue international, via une seconde intervention de Noémie Beck (université Lumière Lyon 2 et Concordia University, Montréal), Le trèfle et la feuille d’érable. Une (brève) histoire culturelle des Irlandais au Québec, au cours de laquelle elle rappelait bien comment les motifs culturels voyagent grâce à la musique et aux célébrations populaires. Ces migrations de symboles et de manifestations culturelles ont été soulignées par Gaël Hily et Geneviève Pigeon, dans une conférence double portant sur Halloween au Québec. De la même façon que les recherches portant sur le passé lointain s’attachent à débusquer les gestes et croyances d’une population par définition invisible, parce que minoritaire, orale ou en situation de survie, les investigations des comportements modernes ne peuvent faire fi des rapports du social et de l’intime, questionnant les gestes spontanés, les fêtes et célébrations qui marquent le calendrier ainsi que les a priori culturels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Pigeon, « Migrations et territoires celtiques : mouvement spatial et mutations culturelles », Diasporas, 29 | 2017, 181-183.

Référence électronique

Geneviève Pigeon, « Migrations et territoires celtiques : mouvement spatial et mutations culturelles », Diasporas [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/812 ; DOI : 10.4000/diasporas.812

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals