Navigation – Plan du site

La présence italienne en Provence à partir de la fouille archéologique de cimetières (xvie-xxe s.)

The Italian presence in Provence through the archeological excavation of cemeteries (16th-20th century)
Anne Richier et Nicolas Weydert
p. 19-33

Résumés

Si l’emigration italienne ouvriere des xixe et xxe siecles est la plus connue en Provence, cette region fut egalement une terre d’accueil et de passage pour les transalpins bien avant la revolution industrielle. Deux cimetieres recemment fouilles a La Ciotat et a Marseille, villes a forte composante italienne, permettent de soulever la question de l’identite, mais aussi celles de la memoire, du poids des origines et de l’oubli a travers la mort. Ces questions societales sont rarement posees en archeologie, ou l’identite est le plus souvent abordee par le biais de la culture materielle. Le caractere recent des deux cimetieres (xvie-xxe siecle) permet un croisement de regards entre disciplines des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Texte intégral

1La fouille récente de deux cimetières d’époques moderne et contemporaine en Provence a permis de mettre en lumière les pratiques funéraires ainsi que les conditions de vie des populations locales entre le xvie et le début du xxe siècle. Ces recherches ont été menées sur le cimetière Saint-Jacques à La Ciotat, livrant 1 273 sépultures, et sur celui des Crottes à Marseille, livrant 804 structures funéraires (sépultures, ossuaires et caveaux). À La Ciotat ou à Marseille, l’histoire nous apprend qu’une bonne partie des populations était issue de diasporas italiennes du xvie siècle puis du xixe siècle. Si les sources historiques sont abondantes, l’archéologie n’a que peu documenté le domaine funéraire des temps récents au prisme des migrations. L’étude de ces deux sites permet d’aborder, en marge, les questions sociales d’acculturation, de résistance, mais également de rejet. Ainsi, à travers l’histoire de ces cimetières et des circonstances de leur abandon, il s’agit de mesurer en quoi la présence italienne peut être décryptée et questionnée par l’archéologie funéraire. Mais comment définir qu’un mort est « italien », quand les États et les frontières d’aujourd’hui ne sont celles ni du xvie ni du xixe siècle ? Existe-il des pratiques funéraires caractéristiques qui auraient persisté face à celles du pays d’accueil ? Retrouvet-on, dans l’intimité de la tombe, des éléments – vêtements, médailles, etc. – qui échapperaient au cadre normatif ? D’autre part, l’état de santé des populations et leur composition renseignent-ils sur les phénomènes migratoires ?

2Répondre à ces questions nécessite de franchir les frontières de l’archéologie pour s’engager vers d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, dans une approche dialectique autour des thèmes de l’exil, de l’exode et des diasporas.

La question de l’identité en archéologie

3Aborder le thème des diasporas amène nécessairement à évoquer celui de l’identité, puisqu’il est ici question des « autres » et d’un « ailleurs ». Si la diaspora éparpille, l’identité rassemble. Multiforme, plurielle, changeante, individuelle, collective, réelle, fabriquée, ressentie, elle pose la question des origines, à l’échelle macroscopique (l’espèce humaine par exemple) comme microscopique (la famille).

  • 1 Mélanie Fondrillon et al., « Aborder la question de l’identité en archéologie : bilan bibliographiq (...)

4En archéologie, l’approche de l’identité est fondée sur la reconnaissance de traces matérielles (objets, outils, bâtiments, sépultures, fosses, fossés…) permettant de définir une « culture matérielle » propre à un groupe. La caractérisation de l’unité, à la fois géographique et chronologique, repose sur des techniques, des productions, des modes de vie et de consommation, des comportements. Le passage de ce concept de « culture matérielle » ou de « civilisation » à une ethnie, un peuple, est toutefois tout aussi hasardeux que dangereux1. Les exemples de dérives nationalistes à partir de thèmes ciblés servant à la construction d’une identité (recherche d’« ancêtres » de sang et de sol, archéologie biblique…) sont nombreux dans l’histoire de la discipline. L’archéologie permet d’approcher – prudemment – des identités culturelles régionales à partir de l’étude des vestiges matériels, sachant que ceux-ci ne peuvent permettre d’aborder tous les aspects d’une société qui ne se résume pas à ses productions et aux traces laissées dans le paysage. Objets ou traces sont toutefois questionnés aujourd’hui dans leur contexte et à différentes échelles, au-delà de leur intérêt ou de leur valeur intrinsèque, ce qui permet d’obtenir des informations sur les organisations sociales, les modes de pensée ou les échanges.

  • 2 Hervé Guy, Anne Richier, « Anthropologie biologique et archéologie : regards croisés ? », Archéopag (...)

5En archéologie funéraire, la question de l’identité est polysémique puisqu’il est possible d’approcher celle de l’individu par l’étude du squelette (sexe, âge, état de santé), celle du collectif par l’étude d’un groupe de squelettes (démographie, conditions de vie) ou encore l’identité sociale et culturelle (gestes et pratiques funéraires, croyances, groupes sociaux…). L’identité « ethnique », très en vogue dans la discipline jusqu’au siècle dernier, a connu son heure de gloire lorsqu’elle a été adossée à la théorie diffusionniste : de nouvelles façons de traiter ou gérer les morts, de nouveaux mobiliers dans les tombes étaient forcément le fruit de l’apparition d’un nouveau « groupe » humain. Ainsi, l’anthropologie « physique » était sollicitée en ce sens, afin de corroborer les hypothèses archéologiques par une étude de la morphologie des squelettes, le postulat de départ étant que cette dernière serait corrélée à une zone géographique (par exemple le dolichocéphale – crâne allongé – était réputé germain et le brachycéphale – crâne large et court – latin). Les avancées scientifiques mais aussi l’évolution des mentalités ont permis d’attester une variabilité humaine considérable et une absence de relation entre forme du crâne, longueur ou robustesse des os, groupe sanguin, couleur des cheveux, des yeux ou de la peau… Les actuelles approches génétiques et biochimiques ont mis en évidence que la diversité au sein d’un groupe humain apparemment homogène était supérieure ou égale à celle entre deux groupes humains d’apparence différente. Ainsi, l’ostéométrie, aujourd’hui reléguée au rang des méthodes « peu fréquentables »2, a-t-elle été remplacée par des approches génétiques, paléoépidémiologiques et paléodémographiques, qui font du même coup ressurgir la problématique des migrations humaines, mais de façon plus nuancée et surtout moins connotée idéologiquement.

  • 3 Véronique Marthon, « La question de l’identité à travers l’étude des pratiques funéraires », Les pe (...)

6Cependant, lorsqu’on parle d’identité en archéologie funéraire, il s’agit surtout d’identité sociale. Celle-ci était étudiée jusqu’il y a peu à travers le prisme de la hiérarchie sociale et politique, par la distinction entre nécropoles, tombes, individus « riches » ou « pauvres »3, mais il est aujourd’hui clair que le « monde des morts » n’est pas le reflet de la société des vivants. Une tombe contenant un mobilier riche et masculin ne contient pas forcément un homme appartenant de son vivant à une classe sociale élevée… L’espace funéraire comme la tombe reflètent avant tout des rituels permettant au groupe de conserver sa cohésion malgré la perte d’un de ses membres. Les rites sont liés à une construction eschatologique plus qu’à une volonté de copier le réel dans l’audelà. Ils livrent en outre une image, celle que la société veut donner d’elle-même à travers la façon dont elle traite ses morts. Fatalement idéalisée et déformée, cette image ne peut correspondre à la réalité sociale. De plus, l’archéologie ne livre qu’une part incomplète des rituels funéraires, celle qui est enfouie et laisse des traces. Les recherches actuelles se dirigent vers une façon différente d’appréhender l’identité sociale à travers ses multiples facettes. Archéologues et bioanthropologues s’emparent ensemble de thèmes anthropologiques pris sur le temps long : les conflits, les migrations, le genre, la santé, le handicap, l’esclavage… L’émergence de ces problématiques est également liée au formidable développement de l’archéologie préventive en France depuis les années 1980, qui a favorisé la mise au jour de nombreux gisements funéraires de toutes périodes et livré d’importants corpus autorisant la transversalité.

7Mais il faut savoir rester modeste et lucide : aborder la question (multiforme et variable par nature) de l’identité des populations anciennes par le biais de leurs traces matérielles ne peut aboutir qu’à une image partielle et souvent inexacte de la réalité. De même, aborder les mouvements de populations, les phénomènes migratoires à partir des morts exilés, si tant est qu’on puisse les reconnaître (et de quelle manière ?), doit pousser à la plus grande prudence. Dans l’exemple que nous proposons, à propos de la présence italienne dans les cimetières provençaux du xvie au xxe siècle, l’écueil paraît moindre, du fait de la richesse des sources et d’une approche dialectique entre archives du sol et documents écrits.

Des cimetières italiens  ?

  • 4 Marius Deidier, Lubin Susini, Le Terroir de La Ciotat : sa géographie et son histoire, Aubagne, Imp (...)

8Le cimetière Saint-Jacques de La Ciotat a été fondé en 1581 dans l’enceinte urbaine érigée au milieu du xvie siècle. Son prédécesseur médiéval, implanté autour de l’église paroissiale, se révèle rapidement trop petit pour accueillir la population nouvelle, à un moment où la bourgade de pêcheurs devient une ville de 12 000 habitants. Selon les historiens locaux, cette explosion démographique serait due à l’émigration « d’une partie de l’aristocratie génoise chassée d’Italie par des révolutions locales »4. De façon plus prosaïque, la république de Gênes est très prospère depuis la fin du xiiie siècle – au point de devenir la « banquière » de l’empire espagnol – quand bien même la situation entre royaumes, républiques et duchés de la péninsule italienne demeure instable. La guerre civile qui éclate dans la cité en 1575-1576, opposant anciens et nouveaux nobles, ne semble pas justifier un réel « exode » vers la France. En revanche, la situation économique et culturelle peut suffire à expliquer une expatriation, dans une visée expansionniste, de négociants, de notables et d’armateurs pratiquant déjà couramment la caravane maritime jusqu’aux lointaines Échelles du Levant. Ainsi, il semble plus exact de supposer que l’enrichissement de la ville, dû en partie à l’arrivée de Génois, a attiré nombre de Provençaux, entraînant une explosion démographique au cours du xvie siècle. Un dépouillement partiel des registres paroissiaux corrobore cette hypothèse, puisque très peu de patronymes à consonance italienne ont été relevés.

Fig. 1. : Plan des sites archéologiques de La Ciotat et Marseille

Fig. 1. : Plan des sites archéologiques de La Ciotat et Marseille

© Nicolas Weydert (Inrap)

  • 5 Opération préventive effectuée dans le cadre d’une rénovation urbaine en 2009 par l’Inrap. Voir Ann (...)

9Le cimetière a accueilli la majorité de la population ciotadine jusqu’en 1831, date de sa fermeture officielle. Les fouilles archéologiques5 ont révélé plus de la moitié de l’enclos des morts, recelant quelques 1 273 sépultures. Trois phases principales d’ensevelissement ont pu être mises en évidence grâce à la stratification du site.

  • 6 Colette Castrucci, « Les sources historiques », in Anne Richier, Nicolas Weydert (dir.), Ancien cim (...)
  • 7 Stéphane Mourlane, Céline Regnard, Empreintes italiennes. Marseille et sa région, Lyon, Lieux Dits, (...)
  • 8 Émile Témime, Renée Lopez, Migrance, Histoire des migrations à Marseille, t. 2, L’Expansion marseil (...)
  • 9 Dans les nouveaux quartiers portuaires, dont celui des Crottes, l’immigration provient plutôt du no (...)
  • 10 Fouille préventive effectuée dans le cadre du prolongement d’une ligne du métro marseillais en 2013 (...)

10À Marseille, le cimetière des Petites Crottes a été fondé en 1784, au cœur du terroir rural du nord de la cité, alors occupé par de grands domaines agricoles. Dès la création du hameau au xiiie siècle (dont le nom est dérivé du provençal « crota » signifiant grotte ou cave), l’église Notre-Dame de la Crotte était jouxtée d’un cimetière. Celuici s’est toutefois révélé trop exigu à la fin de l’Ancien Régime, entraînant un déplacement. Le nouvel enclos funéraire est fondé une centaine de mètres plus au sud, coincé entre le ruisseau des Aygalades, un canal alimentant un moulin, et un chemin vicinal. Il s’agit d’un des multiples petits cimetières paroissiaux entourant Marseille, englobés ensuite dans la ville du fait du développement urbain lors de la révolution industrielle6. Les campagnes cèdent alors la place à de grandes manufactures de savon, d’huile ou de produits chimiques, ainsi qu’à des industries métallurgiques, mécaniques et électriques. Situé à proximité des nouveaux ports, le quartier des Crottes offre, dès le milieu du xixe siècle, un bassin d’emploi considérable où des milliers d’hommes et de femmes viennent chercher du travail. Parmi eux, on trouve une proportion considérable d’Italiens. Car si l’Italie existe désormais en tant que royaume unifié et indépendant depuis 1861 – après plus d’un demi-siècle de domination française puis autrichienne –, les guerres pour son unité l’ont en partie ravagée. Poussés par une augmentation de la population, un manque d’emplois et des conditions de vie difficiles, plus de 220 000 Italiens quittent leur pays chaque année entre 1876 et 1900. La Provence permet alors une migration de proximité, tant géographique que culturelle7. Ainsi, le recensement national de 1901 fait état de 400 000 Italiens en France dont 91 536 à Marseille, ce qui correspond à 20 % de la population de la cité phocéenne8. Le dépouillement des registres de catholicité de la paroisse des Crottes entre 1850 et 1904 laisse apparaître un apport croissant de population : les patronymes à consonance clairement italienne (les prénoms, eux, sont francisés) représentent 25 % de la population en 1874 et 53 % en 1904. Cette proportion est beaucoup plus importante que celle relevée dans l’ensemble de la commune de Marseille, ce qui s’explique par l’industrialisation et la forte demande de main d’œuvre ouvrière autour des nouveaux ports à la fin du xixe et au début du xxe siècle9. Dans les registres de baptêmes ou de mariages, quelques mentions de métiers reflètent bien la transition socioéconomique du quartier. Si dans les années 1850 les cultivateurs sont les plus nombreux (20 %), suivis par les métiers de service (domestique, jardinier…) ou du petit commerce (boucher, boulanger, cordonnier…), en 1904, les journaliers représentent 41 % de la population active. Parmi ceux-ci, la proportion de patronymes à consonance italienne dépasse les trois quarts. Dans ce contexte, le cimetière d’origine est agrandi à trois reprises, pour atteindre 2 250 m2, avant de fermer définitivement ses portes en 1905. Il fait alors l’objet d’une translation pour quelques concessions perpétuelles puis d’un curage partiel en 1934, avant de servir de dépotoir aux déchets industriels des usines environnantes. Les fouilles ont mis au jour deux-tiers de l’enclos funéraire, révélant 802 structures funéraires (588 sépultures, 209 ossuaires et 5 caveaux)10. Une analyse précise de la stratigraphie a permis de dégager quatre phases d’ensevelissement, certaines venant recoloniser les anciens espaces (voir fig. 1 supra).

Les pratiques funéraires, reflet d’une identité culturelle  ?

  • 11 Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 169.
  • 12 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherche sur les pratiques funéraires, les lieux de (...)
  • 13 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts…, op. cit., p. 110.

11L’archéologie s’intéressant avant tout aux vestiges matériels, il importe de déceler ceux qui peuvent mettre sur la piste de la présence italienne tant à La Ciotat à la Renaissance qu’à Marseille en pleine révolution industrielle. Les soins portés aux cadavres, les modes d’inhumation et l’éventuelle présence d’objets dans les tombes peuvent fournir des indices d’« italianité ». Jusqu’au début du xviiie siècle, les défunts inhumés dans les cimetières paroissiaux étaient le plus souvent enveloppés dans un linceul et placés dans une fosse. À La Ciotat, il a ainsi été possible de mettre en évidence, par la présence d’épingles en alliage cuivreux ou par l’observation de la position des os du squelette, 370 inhumations dans des linceuls pour les deux premières phases, ce qui représente 43 % du corpus exhumé. Toutefois, il ne s’agit pas d’une pratique commune à toute l’Europe catholique, et plusieurs sources évoquent la coutume italienne de « revêtir les morts de leurs habits communs » ainsi que celle du « port à visage découvert11 ». Quelques sépultures habillées ont été mises en évidence pour les phases les plus anciennes (boutons, crochets, agrafes…), mais restent anecdotiques puisqu’elles représentent à peine 5 % de l’échantillon. De plus, aucun regroupement ou recrutement particulier n’est perceptible, hormis peut-être une forte proportion de sujets âgés. Concernant le port du corps à visage découvert, pratique commune à toute la Provence d’Ancien Régime12, les seules traces archéologiques consistent en des séries d’épingles découvertes à proximité des crânes, pouvant éventuellement évoquer l’épinglage avant ensevelissement d’une petite pièce de tissu sur le visage (« suaire » dans son sens premier). Il ne semble donc pas que les Italiens installés à La Ciotat dans le courant du xvie siècle aient exporté et fait perdurer outre mesure leurs coutumes, mais il ne faut pas oublier qu’ils appartenaient à des couches sociales plutôt aisées, ce qui implique une probable élection de sépulture dans l’église paroissiale ou les nombreuses chapelles de la ville. Signalons à ce propos la quantité (et la qualité !) des chapelles de pénitents construites aux xvie et xviie siècles dans la ville sachant que ces compagnies sont nées en Italie et plus spécifiquement à Gênes au cours du Moyen Âge13. À partir du xviiie siècle, le linceul et la fosse en pleine terre sont peu à peu remplacés par le vêtement et le cercueil. C’est précisément ce que l’on observe à La Ciotat, où le cimetière accueille plus de 70 % de la population, devançant l’ordonnance royale de 1776 qui interdit l’inhumation dans les lieux de culte. Le cimetière des Crottes à Marseille, qui ouvre ses portes en 1784, n’accueille que des inhumations en cercueil et il a été possible de mettre en évidence des vêtements dans plus de la moitié des cas. Cependant, des pièces vestimentaires, on ne retrouve quasiment que les éléments de fermeture (boutons, crochets, épingles, œillets de chaussure…), qui n’évoquent aucune provenance géographique particulière. De plus, le vêtement populaire devait être sensiblement le même de part et d’autre des Alpes.

12Hormis les éléments liés aux linceuls ou aux vêtements, le mobilier présent dans les tombes est presque exclusivement en relation avec les pratiques de dévotion (chapelets, médailles, crucifix). Dans le cimetière de La Ciotat, près d’un quart des sépultures les plus anciennes (1581-1640) en sont dotées, avec une forte proportion de médailles de pèlerinage portant l’inscription « ROMA ».

13Il est toutefois difficile d’en tirer des conclusions, ce type de médaille circulant beaucoup dans le monde catholique et la pratique du pèlerinage connaissant un renouveau au xviie siècle. La présence de mobilier de dévotion dans les tombes a toutefois décliné à La Ciotat, pour atteindre à peine 3 % à la fin du xviiie siècle. À la même époque, le cimetière des Crottes montre une image inverse puisqu’un quart des tombes en contient. Cependant, cette proportion ne cesse de décroître jusqu’à la période des grandes vagues migratoires, pour atteindre 8 % dans les années 1860, avant de remonter à 19 % à partir des années 1870, ce qui est peut-être à mettre en relation avec l’arrivée de familles italiennes, réputées très dévotes. Parmi les médailles de cette période, l’une porte une inscription en dialecte italien : « O Maria concepiia (…) oraie per noi (…) che recorre (…) voi ».

Fig. 2 : Médailles de pèlerinage à Rome provenant de sépultures du xviie siècle du cimetière de La Ciotat

Fig. 2 : Médailles de pèlerinage à Rome provenant de sépultures du xviie siècle du cimetière de La Ciotat

© Joël Françoise (Arc Numismatique)

  • 14 Abbé Toussaint Brieugne, « Les Crottes », L’écho de Notre-Dame de la Garde, XXII, n° 1148, p. 1027.

14Enfin, les objets liés aux pratiques commémoratives peuvent être porteurs d’une mémoire culturelle. Seul le cimetière de Marseille en a livré, liés à l’apparition du culte des morts au xixe siècle. De nombreux fragments de lanternes en opaline bleue – communément appelée « opaline italienne » voire « opalina fiorentina » – ont été retrouvés. Or, d’après l’abbé Brieugne qui a décrit tous les cimetières marseillais de la fin du xixe siècle, la pratique de placer des lanternes allumées sur les tombes est d’essence italienne : « Je remarque quelques lampes qu’on a dû allumer le 2 novembre, symboles de l’immortalité de l’âme très cher aux familles italiennes fort nombreuses dans le quartier14. » Il est d’ailleurs à noter que l’arrêté de la ville de Marseille relatif à la police des cimetières et aux inhumations a interdit cette pratique en 1878, confirmant du même coup son importance.

  • 15 Ce constat peut même être étendu à toute l’Europe : Sarah Tarlow (dir.), The Archeology of Death in (...)

15L’étude des migrations au prisme des pratiques funéraires ne livre que d’assez décevants résultats. Hormis de rares pratiques légèrement différentes ou quelques objets particuliers, les deux cimetières ne reflètent en rien l’importance de la présence italienne dans les deux villes provençales. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer : une similitude des pratiques funéraires dans toute l’Europe catholique d’Ancien Régime puis dans celle de la révolution industrielle ; la difficulté à mener des études comparatives, le corpus de fouilles de cimetières d’époque récente en France ou en Italie étant très maigre15 ; la difficulté d’appréhender une part importante des rituels funéraires – celle qui ne laisse pas de traces matérielles – par l’approche archéologique ; et bien sûr des phénomènes d’acculturation. Ainsi, est-il pertinent de rechercher des traces matérielles du phénomène diasporique et d’envisager l’immigration par la différence ?

Les morts, reflet d’une identité « biologique »  ?

16L’étude biologique des squelettes issus de fouilles archéologiques permet, elle, de disposer d’informations concernant le mode de recrutement, la structure démographique et l’état sanitaire d’un échantillon de population. Celles-ci, comparées aux archives (lorsqu’elles sont présentes), aux données archéologiques et au découpage chronologique, permettent une approche socio-culturelle rétrospective. Parmi les grands évènements pouvant modifier un profil démographique, même à l’échelle d’un petit territoire, les phénomènes migratoires entraînent des changements plus ou moins importants selon l’ampleur du phénomène et ses causes.

17Seul le cimetière des Crottes à Marseille peut livrer des informations sur la diaspora italienne du xixe siècle à partir de l’étude biologique. En effet, il n’est pas possible pour celui de La Ciotat de disposer d’un échantillon comparatif de population antérieur à l’immigration italienne du xvie siècle, faute de fouille du cimetière paroissial primitif. De plus, les sources textuelles sont très ténues sur cet apport de population, à la différence de celui lié aux grandes vagues migratoires marseillaises du xixe et du début du xxe siècle. La comparaison de ces sources avec les résultats de l’étude de la population inhumée au cimetière des Crottes entre 1784 et 1905 (532 sujets) s’annonce donc particulièrement intéressante. La possibilité d’embrasser le temps long et de pouvoir apprécier une évolution à travers des phases bien délimitées chronologiquement permet ici une comparaison pertinente. Il convient cependant de spécifier que de nombreux facteurs ont pu venir biaiser l’échantillon mis au jour : limites d’emprise de fouille excluant une partie du cimetière postérieur à 1866, problèmes de conservation osseuse, curage d’une partie de la zone sépulcrale, etc. Ainsi, la population étudiée n’est pas forcément représentative de celle effectivement décédée et encore moins de la population vivante. Afin d’apprécier la portée du phénomène migratoire à partir des années 1870, la confrontation des deux dernières phases archéologiques paraît la plus adaptée : l’une couvre la période allant de 1852 à 1866, avec 326 individus, et l’autre va de 1866 à la fermeture du cimetière en 1905, avec 82 individus. Les phases antérieures peuvent toutefois servir de base de comparaison.

  • 16 Etude effectuée par Isabelle Bouchez, Sandy Parmentier, Anne Richier, Marie Perrin et Stéfan Tzortz (...)

18Dans les grandes lignes, la population étudiée16 montre des différences de recrutement entre les deux phases retenues. Les sujets immatures (moins de 20 ans) sont largement sous-représentés par rapport à un schéma de mortalité archaïque, phénomène récurrent dans les échantillons de toutes périodes du fait de problèmes de conservation des sépultures d’enfants, de l’existence de zones réservées non appréhendées à la fouille, de traitements particuliers pour les plus jeunes, notamment ceux qui sont morts avant le baptême à partir du Moyen Âge. Par ailleurs, la dernière phase montre une absence presque totale de très jeunes enfants (moins de 4 ans), témoignant peutêtre de l’existence d’une zone réservée dans le nouveau grand cimetière ouvert en 1866. En effet, malgré la dénatalité dont souffre la France au xixe siècle, la mortalité néonatale et plus largement juvénile (moins de 5 ans) y reste très élevée, ce qui devrait normalement se retrouver dans les populations ostéoarchéologiques. La faiblesse de l’échantillon de la dernière phase ne permet pas d’envisager qu’il puisse s’agir des prémices de la transition démographique – un phénomène à mettre en relation avec les progrès de l’hygiène et la mise en place des grandes vaccinations dans le courant du xixe siècle, entraînant une baisse des taux de mortalité, un accroissement de l’espérance de vie suivis par une baisse des taux de fécondité. A contrario, les sujets âgés de 10 à 14 ans sont présents en quantité anormalement élevée (27 % des immatures pour 4 % dans la phase 3, entre 1852 et 1866). Doit-on y voir le reflet d’une réalité socio-économique où les enfants à partir de 10 ans intègrent le monde du travail en pleine révolution industrielle ? Si tel était le cas, la relation avec le phénomène migratoire serait évidente, compte-tenu de la très forte proportion d’ouvriers italiens dans les usines.

19En ce qui concerne la population adulte, l’on peut voir à partir de 1866 une forte proportion de sujets morts entre 30 et 49 ans, les adultes plus âgés étant sous-représentés. Ce « rajeunissement », surtout sensible avec la population de la première moitié du xixe siècle, peut refléter une dégradation des conditions de vie mais aussi un apport massif de jeunes adultes, les deux étant compatibles avec les phénomènes migratoires. Avant 1866, les femmes sont nettement majoritaires (55,5 % de la population exhumée). Après cette date et jusqu’en 1905, cette proportion tombe à 45 %. Ce dernier résultat est toutefois à nuancer, comptetenu du faible nombre de sujets dont le sexe est identifiable. Cette inversion peut néanmoins être mise en relation avec le fait que les premiers immigrants étaient principalement des hommes seuls, venant chercher du travail dans les nouveaux quartiers industriels de la ville. Ceci est corroboré par les registres de sépultures locaux : l’année transitionnelle, où le taux de masculinité s’inverse de façon significative, est 1872. Ensuite, ce taux varie selon les années mais reste toujours supérieur à l’équilibre : 56 % en 1875, 53 en 1890, 61 en 1904. Cette constatation est également intéressante, car elle met en évidence le fait que l’échantillon exhumé postérieur à 1866 (malgré tous les biais déjà évoqués) est représentatif de la population décédée, en tout cas pour les adultes.

Fig. 3 : Ouvriers sur le front de taille de la carrière d’argile de Saint Henri à Marseille, toute proche du quartier des Crottes (carte postale, début xxe siècle)

Fig. 3 : Ouvriers sur le front de taille de la carrière d’argile de Saint Henri à Marseille, toute proche du quartier des Crottes (carte postale, début xxe siècle)

© DR

  • 17 Effectuée par Isabelle Bouchez dans le cadre du rapport de fouilles ; Anne Richier, Nicolas Weydert (...)

20En ce qui concerne l’état sanitaire de la population, une première étude17 a permis de dégager de grandes tendances. Assez peu d’individus de la dernière phase (37,5 %) présentent des lésions, principalement liées à l’âge (atteintes dégénératives comme l’arthrose), mais aussi troubles musculo-squelettiques (liés à une activité contraignante) ou maladies infectieuses (périostose, tuberculose). Ces dernières ne laissent toutefois que rarement des traces sur les os, hormis la syphilis dont l’absence totale dans l’échantillon des Crottes reste difficilement explicable. La faible part de pathologies traumatiques (14 % des atteintes, le plus bas chiffre de toutes les phases) est elle aussi surprenante, compte-tenu des conditions de travail particulièrement pénibles dans les nouvelles industries et sur les ports. Ainsi, l’origine modeste des migrants attestée par les textes est peu confirmée par l’état sanitaire de l’échantillon exhumé. Il est toutefois possible d’évoquer le « paradoxe ostéologique », c’est-à-dire qu’une population présentant peu d’atteintes pathologiques indique en réalité des conditions de vie difficiles, puisque les sujets meurent avant que les os ne soient marqués. Ceci est corroboré par la faible présence d’adultes âgés après 1866.

  • 18 Bertrand Mafart, Marc Morillon, « Les épidémies à Marseille au xixe siècle », Bulletins et Mémoires (...)

21Mais le xixe siècle est avant tout celui des épidémies. L’entassement dans les grandes villes industrielles des populations anciennes comme nouvelles, allié à de mauvaises conditions d’hygiène et à l’absence d’évacuation des eaux usées, favorise grandement leur propagation, surtout dans les milieux modestes. À Marseille, où la population triple entre 1801 et 1886, plusieurs épisodes épidémiques très meurtriers se sont succédé : variole, choléra, typhoïde, grippe, fièvre jaune18. Le quartier des Crottes, industriel et populaire, a été durement touché (les crises épidémiques sont très reconnaissables dans les registres de sépultures), mais les squelettes découverts ne permettent pas de l’attester puisque la plupart des épidémies ne laissent pas de traces sur les os.

  • 19 Une thèse de doctorat en anthropologie biologique portant sur ce sujet est actuellement en cours, s (...)

22Les archives biologiques livrent donc quelques pistes sur la présence italienne dans le cimetière des Crottes, compatibles avec les caractéristiques des populations migrantes : forte masculinité, surreprésentation des classes d’âge les plus aptes au travail, faible nombre des plus de 50 ans. Ceci illustre une réalité socio-économique liée à la forte demande de main d’œuvre masculine dans les nouvelles industries, favorisant l’exil et la mobilité. Les premiers résultats concernant l’état sanitaire ne semblent en revanche pas pertinents pour aborder la mutation des populations, anciennes ou nouvelles19.

La mémoire et l’oubli, reflets d’une identité sociale  ?

23Au-delà de l’étude des vestiges matériels, liés à la sépulture ou à l’individu inhumé, l’approche archéologique permet de distinguer plusieurs temporalités. Dans un cimetière, comme dans tout espace investi par l’homme, coexistent plusieurs moments, plus ou moins longs, plus ou moins perméables – construction, occupation, abandon, destruction – qui ne laissent pas forcément de traces tangibles mais racontent une histoire, au même titre qu’un objet ou un os. Nous nous arrêterons sur les circonstances de fermeture et d’oubli des deux cimetières, car elles renseignent directement la mémoire qui joue un rôle majeur dans la structuration d’une communauté, et posent en filigrane les questions d’intégration, d’acculturation mais aussi de « désintégration » des origines.

  • 20 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts…, op. cit., p. 727.
  • 21 Celle-ci, dans les grandes lignes, attribue le cimetière aux communes, prescrit l’éloignement des l (...)
  • 22 Selon une estimation réalisée à partir de sondages effectués dans les registres de sépultures.

24À La Ciotat, la fermeture intervient dans un contexte d’éloignement des cimetières des centres-villes pour des raisons sanitaires, suite à l’ordonnance royale de 1776. Dès la seconde moitié du xviie siècle pourtant, les recteurs de l’hospice Saint-Jacques tout proche se plaignaient déjà de l’insalubrité du cimetière et des exhalaisons qui s’en échappaient. Un écrivain local, Jean Marin, décrivait ainsi le lieu toujours en activité un siècle plus tard : « Quel spectacle pour un homme qui brûle d’une fièvre ardente, ou couvert de blessures, de ne pouvoir entrer dans l’hospice où il vient chercher des secours, sans être frappé de l’aspect effrayant de la terre qui doit l’engloutir et des ossements qui la couvrent20. » Les Ciotadens voyaient d’un mauvais œil le transfert du cimetière Saint-Jacques, seul cimetière paroissial depuis la fin du xvie siècle, et plus encore le déplacement des corps de leurs ancêtres. De nombreux documents d’archives attestent de l’entêtement des habitants à le conserver, malgré sa saturation et la loi de prairial An xii (1804)21. Ce n’est en effet qu’en 1831 que la fermeture est définitive, et entre les premières récriminations des recteurs au xviie siècle et cette date, pas moins de 20 000 inhumations ont été pratiquées22… Cet attachement au cimetière, tout saturé et insalubre qu’il soit (malgré sa fermeture tardive, il restait dans sa configuration d’Ancien Régime), n’est pas exceptionnel, mais rares sont les vieux enclos urbains à continuer d’exister si tard dans le xixe siècle. D’ailleurs, si le lieu d’inhumation a été transféré, cela n’a pas été le cas des sépultures, laissées sur place. Le lieu a été cédé à l’hôpital Saint-Jacques, qui a fait construire quelques petits bâtiments (morgue, pavillon « des insensés », maternité), l’essentiel n’étant pas loti mais transformé en une cour arborée pour les malades. Les ossements extraits lors des creusements des fondations ont été soigneusement rassemblés sur place au sein de grandes fosses-ossuaires. Les transformations somme toute minimes du lieu ont sans doute contribué à la préservation de la mémoire, le cimetière ayant marqué le paysage urbain durant plus de deux siècles. Ces différents indices renvoient au culte de la mémoire des ancêtres, quelque soit leur origine, si puissant au xixe siècle.

  • 23 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 3 O 58-59, f° 15c.
  • 24 Plus de la moitié du cimetière a été vidée de ses sépultures, les terres « remuées » profondément é (...)

25La fermeture du cimetière des Crottes à Marseille intervient dans un contexte différent. Au xixe siècle, l’extension des villes, alliée à l’explosion démographique dans les nouveaux quartiers industriels, entraîne souvent un agrandissement ou au contraire une fermeture des petits cimetières de terroir. Agrandi à plusieurs reprises, pour atteindre 2 250 m² en 1866, celui-ci va toutefois s’avérer encore insuffisant, le nombre de morts ne cessant d’augmenter du fait de l’arrivée massive de migrants italiens mais aussi d’épidémies très meurtrières, comme la variole qui a doublé le nombre de morts dans le quartier en 1886 (150 par an en moyenne dès 1870 d’après les registres de sépultures). Ce problème de place est documenté archéologiquement par de nombreux recoupements et superpositions de tombes ainsi que par la constitution de nombreuses fosses-ossuaires. Le 17 juillet 1905, un arrêté municipal ordonne la fermeture du cimetière. Contrairement à ce qui s’est passé à La Ciotat quelques 70 ans plus tôt, cela ne suscite aucune protestation apparente de la population (en tout cas aucune trace n’en a été conservée dans les archives). L’enclos reste en l’état jusqu’en 1926, date de la demande de désaffectation qui permet aux rares propriétaires de concessions perpétuelles (dix au total) d’opérer une translation vers un autre cimetière. Les cinq caveaux découverts à la fouille ont ainsi montré une absence de squelettes en place et une destruction partielle des architectures. Toutefois, ce n’est qu’en 1934 que le cimetière est – en partie – vidé de ses occupants par un vaste curage. Une étonnante photographie a immortalisé cet évènement, brièvement décrit dans un document d’archive comme un « projet de mouvements de terres, déblais et remblais » opéré par des journaliers23. N’y figure aucune mention de la présence de corps ni de leur devenir. Suite à ce curage24, qui a épargné les abords des murs et une bande au centre du terrain, l’espace a servi de décharge pour les déchets industriels des usines avoisinantes. Ainsi, le cimetière des Crottes est resté à l’abandon durant 29 ans avant d’être désaffecté et en partie vidé. Selon une extrapolation effectuée à partir des secteurs épargnés par le curage, plus de 3 000 corps – soit environ 600 000 os – ont été extraits, mais leur sort demeure inconnu : en théorie, ils ont été emmenés au nouveau cimetière du secteur, celui du Canet, mais aucune trace n’en subsiste et les archives disponibles ne l’évoquent pas. Auraient-ils connu un sort analogue à ceux d’un cimetière de faubourg toulousain, relaté dans L’Express du Midi du 9 septembre 1898 ?

« Un de nos amis a pu constater, le long de la Garonne, l’existence du dépôt de terre provenant du cimetière de SaintCyprien. Mêlés à cette terre, il a reconnu des débris de vieilles bières dont les bois étaient tombés en pourriture, et d’ossements divers ayant appartenus à des corps humains. J’aurais pu, nous at-il dit, vous apporter un tibia que ma canne a mis à découvert en fouillant à la surface. Qui donc a pu donner l’ordre de transporter ces terres en cet endroit ? Nous ne voulons pas accuser la municipalité. Mais maintenant que la voilà prévenue, nous voulons espérer qu’elle donnera des ordres pour que les restes de nos concitoyens ne soient pas jetés dans la Garonne. »

26Le cimetière des Crottes est bordé comme on l’a vu par le ruisseau des Aygalades et la mer est toute proche…

Fig. 4 : Le cimetière des Crottes à Marseille en 1934, pendant le curage manuel des terres juste avant la désaffectation complète

Fig. 4 : Le cimetière des Crottes à Marseille en 1934, pendant le curage manuel des terres juste avant la désaffectation complète

© Archives Municipales de Marseille, 439W75

  • 25 Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditi (...)

27Quel que soit le sort de ces centaines de milliers d’ossements, on ne peut que s’étonner de l’oubli aussi rapide du cimetière, lieu de mémoire par excellence : il aura suffi d’une génération à peine pour que ce « champ du repos » soit vidé et recouvert de déchets. Et cet étonnement n’est pas – uniquement – le fruit d’une vision subjective et mélancolique d’archéologues face à leur objet d’étude… On l’a vu, ni les archives ni la presse n’ont livré d’échange de courrier ou de plainte, alors que dans des cas similaires, maints documents montrent l’opposition de la population locale. Or le culte des défunts et de la mémoire, familiale et collective devient au xixe siècle l’une des préoccupations majeures de la société : les attitudes collectives devant la mort et devant les morts se modifient en profondeur, les cortèges se font évènements sociaux et les visites au cimetière pour honorer le souvenir des trépassés deviennent familières, contrairement à ce qui se passait sous l’Ancien Régime25. Pour revenir au cimetière des Crottes et au début du xxe siècle, l’abbé Brieugne évoquait dans sa chronique l’importance des « symboles d’immortalité » pour les familles italiennes. Dans ces conditions, comment expliquer l’apparente indifférence de la population du quartier (à forte composante italienne) face à la disparition de leur cimetière et de ses occupants ? L’aspect socio-économique livre bien sûr des éléments de réponse : la population, de condition assez modeste depuis ses origines, connaît dans la deuxième moitié du xixe siècle une paupérisation en grande partie liée aux migrations ouvrières. L’installation du camp Oddo, accueillant des milliers de réfugiés arméniens à partir de 1922, juste en face du cimetière à l’abandon, accentue la pauvreté du quartier qui se transforme de plus en plus en espace de transit.

28Dès qu’elles le peuvent, les familles d’origine italienne vont se regrouper dans d’autres secteurs de Marseille ou dans des villages proches, plus riches et moins marqués par l’industrialisation. Dès lors, quelle mémoire attacher à un lieu que l’on rêve de quitter ?

29De plus, l’intégration des immigrés italiens n’a pas été aisée. Contraints d’accepter les métiers les plus durs, ils suscitent la xénophobie des Français, qui culmine lors des « Vêpres marseillaises » de 1881 puis du massacre d’Aigues-Mortes en 1883, où de véritables « chasses à l’Italien » sont organisées. L’écrivain Louis Bertrand est allé jusqu’à parler d’« invasion italienne » pour qualifier les vagues migratoires de la seconde moitié du xixe siècle. Toutefois, ces Italiens veulent avant tout s’intégrer. L’adoption de la langue d’accueil joue un rôle prépondérant, et à Marseille comme ailleurs en Provence, elle est facilitée par l’usage toujours vif du provençal, proche de l’italien et plus encore des dialectes du nord-ouest et du centre de la Péninsule. Avec la scolarisation gratuite, les enfants d’immigrés ont rapidement appris le français, qu’ils enseignent à leur tour à leurs parents. Cet apprentissage permet de se fondre dans la masse, certains immigrés mettant un point d’honneur à gommer jusqu’à leur accent pour être naturalisés, quitte à renier leur identité d’origine pour s’en fabriquer une nouvelle.

  • 26 En Provence comme dans d’autres régions françaises ; voir Florence Martinotti, « La résurgence de l (...)

30Ainsi, la rapidité avec laquelle le cimetière est oublié illustre peut-être une amnésie collective, à la fois volontaire et contrainte. Il s’agit presque d’une destruction de la mémoire, d’une intégration par rejet des origines. Un siècle plus tard, les descendants de cette diaspora prolétarienne renouent avec leur(s) mémoire(s) malmenée(s) et revendiquent – non sans fierté – leurs lointaines racines transalpines26.

Fig. 5 : Entre 1923, à gauche, et 1946 à droite, le cimetière marseillais (en haut à droite des images) est gommé du paysage qui s’est industrialisé sans vraiment laisser de place aux vivants…

Fig. 5 : Entre 1923, à gauche, et 1946 à droite, le cimetière marseillais (en haut à droite des images) est gommé du paysage qui s’est industrialisé sans vraiment laisser de place aux vivants…

© IGN

Haut de page

Notes

1 Mélanie Fondrillon et al., « Aborder la question de l’identité en archéologie : bilan bibliographique et réflexions dans le cadre de thèses en cours », Les petits cahiers d’Anatole, n° 18, 2005, 14 p. URL : https://hal. archives-ouvertes.fr/hal-00270275.

2 Hervé Guy, Anne Richier, « Anthropologie biologique et archéologie : regards croisés ? », Archéopages, Hors série « Nouveaux champs de la recherche archéologique », 2010, p. 25-29.

3 Véronique Marthon, « La question de l’identité à travers l’étude des pratiques funéraires », Les petits cahiers d’Anatole, n° 19, 2005, 13 p. URL : https://halshs. archives-ouvertes.fr/halshs-00591265.

4 Marius Deidier, Lubin Susini, Le Terroir de La Ciotat : sa géographie et son histoire, Aubagne, Imprimerie Nouvelle, 1957.

5 Opération préventive effectuée dans le cadre d’une rénovation urbaine en 2009 par l’Inrap. Voir Anne Richier (dir.), Bouches-du-Rhône, La Ciotat, Carré Saint-Jacques. L’Îlot Saint-Jacques : du vignoble champêtre au cimetière paroissial, Aix-en-Provence, Inrap Méditerranée / SRA PACA, 2011.

6 Colette Castrucci, « Les sources historiques », in Anne Richier, Nicolas Weydert (dir.), Ancien cimetière des Crottes. Prolongement de la ligne 2 du métro de Bougainville vers Capitaine Gèze – 72 avenue Félix Zoccola, Marseille, Bouches-du-Rhône, RFO de fouille, Aix-en-Provence, Inrap Méditerranée / SRA PACA, 2016

7 Stéphane Mourlane, Céline Regnard, Empreintes italiennes. Marseille et sa région, Lyon, Lieux Dits, 2013.

8 Émile Témime, Renée Lopez, Migrance, Histoire des migrations à Marseille, t. 2, L’Expansion marseillaise et l’« invasion italienne » (1830-1918), Aix-en-Provence, Édisud, 1990.

9 Dans les nouveaux quartiers portuaires, dont celui des Crottes, l’immigration provient plutôt du nord de l’Italie.

10 Fouille préventive effectuée dans le cadre du prolongement d’une ligne du métro marseillais en 2013 et en 2014 par l’Inrap. Voir Anne Richier, Nicolas Weydert (dir.), Ancien cimetière des Crottes…, op. cit.

11 Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 169.

12 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts. Recherche sur les pratiques funéraires, les lieux de sépultures et le culte du souvenir des morts dans le sud-est de la France depuis la fin du xviie siècle, thèse de doctorat d’histoire, dactyl., Université Paris I-Sorbonne, 1994, p. 1010.

13 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts…, op. cit., p. 110.

14 Abbé Toussaint Brieugne, « Les Crottes », L’écho de Notre-Dame de la Garde, XXII, n° 1148, p. 1027.

15 Ce constat peut même être étendu à toute l’Europe : Sarah Tarlow (dir.), The Archeology of Death in Postmedieval Europe, Varsovie, De Gruyter Open, 2015

16 Etude effectuée par Isabelle Bouchez, Sandy Parmentier, Anne Richier, Marie Perrin et Stéfan Tzortzis dans le cadre du rapport de fouille ; Anne Richier, Nicolas Weydert (dir.), Ancien cimetière des Crottes…, op. cit.

17 Effectuée par Isabelle Bouchez dans le cadre du rapport de fouilles ; Anne Richier, Nicolas Weydert (dir.), Ancien cimetière des Crottes…, op. cit.

18 Bertrand Mafart, Marc Morillon, « Les épidémies à Marseille au xixe siècle », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, n.s., X, 1998, n° 1-2, p. 81-98.

19 Une thèse de doctorat en anthropologie biologique portant sur ce sujet est actuellement en cours, sous la direction de Michel Signoli et Aurore Schmitt (Marie Perrin, Université Aix-Marseille).

20 Régis Bertrand, Les Provençaux et leurs morts…, op. cit., p. 727.

21 Celle-ci, dans les grandes lignes, attribue le cimetière aux communes, prescrit l’éloignement des lieux de sépultures des centres urbains et crée les cimetières confessionnels.

22 Selon une estimation réalisée à partir de sondages effectués dans les registres de sépultures.

23 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 3 O 58-59, f° 15c.

24 Plus de la moitié du cimetière a été vidée de ses sépultures, les terres « remuées » profondément étant redéposées sur place en même temps que les pierres tombales, stèles, éléments de décoration, etc.

25 Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2013.

26 En Provence comme dans d’autres régions françaises ; voir Florence Martinotti, « La résurgence de la mémoire de l’immigration italienne », Cahiers des Annales de Normandie, XXIX, 2000, n° 1, p. 25-255.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. : Plan des sites archéologiques de La Ciotat et Marseille
Crédits © Nicolas Weydert (Inrap)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/832/img-1.jpg
Fichier image/, 196k
Titre Fig. 2 : Médailles de pèlerinage à Rome provenant de sépultures du xviie siècle du cimetière de La Ciotat
Crédits © Joël Françoise (Arc Numismatique)
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/832/img-2.jpg
Fichier image/, 200k
Titre Fig. 3 : Ouvriers sur le front de taille de la carrière d’argile de Saint Henri à Marseille, toute proche du quartier des Crottes (carte postale, début xxe siècle)
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/832/img-3.png
Fichier image/, 1,9M
Titre Fig. 4 : Le cimetière des Crottes à Marseille en 1934, pendant le curage manuel des terres juste avant la désaffectation complète
Crédits © Archives Municipales de Marseille, 439W75
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/832/img-4.png
Fichier image/, 1,7M
Titre Fig. 5 : Entre 1923, à gauche, et 1946 à droite, le cimetière marseillais (en haut à droite des images) est gommé du paysage qui s’est industrialisé sans vraiment laisser de place aux vivants…
Crédits © IGN
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/832/img-5.jpg
Fichier image/, 475k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Richier et Nicolas Weydert, « La présence italienne en Provence à partir de la fouille archéologique de cimetières (xvie-xxe s.) », Diasporas, 30 | 2017, 19-33.

Référence électronique

Anne Richier et Nicolas Weydert, « La présence italienne en Provence à partir de la fouille archéologique de cimetières (xvie-xxe s.) », Diasporas [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/832 ; DOI : 10.4000/diasporas.832

Haut de page

Auteurs

Anne Richier

Anne Richier est archéo-anthropologue, ingénieure chargée de recherche à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) et membre de l’UMR 7268 ADES, AMU, CNRS, EFS. Ses travaux récents portent sur l’archéo-thanatologie des cimetières modernes et contemporains. Elle a notamment dirigé la fouille du cimetière paroissial de La Ciotat (2009) ainsi que celle du cimetière des Crottes à Marseille (2013-2014). Ses recherches portent plus spécifiquement sur les pratiques funéraires et l’apport de l’archéologie à l’histoire sociale, dans une démarche pluridisciplinaire.

Nicolas Weydert

Nicolas Weydert est archéologue, assistant d’études à l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives). Formé aux sciences naturelles, il s’est spécialisé depuis 2009 en archéologie funéraire et a notamment participé aux fouilles des cimetières de La Ciotat (2009), de Rousset (2011), de la place des Martyrs à Alger (2013-2014) et des Crottes à Marseille (2013-2014). Il s’occupe en particulier de l’analyse géographique et spatiale des espaces funéraires et de leurs dynamiques d’occupation.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals