Navigation – Plan du site

Sépulture et rapatriement des corps des étrangers dans le royaume des Deux-Siciles (1816-1860)

Burial and repatriation of foreign corpses in the Kingdom of the Two Siciles (1826-1860)
Diego Carnevale
p. 69-82

Résumés

L’article vise à comprendre les facteurs qui ont permis aux communautés étrangères noncatholiques présentes dans les États confessionnels de l’Europe du xixe siècle de célébrer l’enterrement de leurs membres. Pour analyser ces dynamiques, le cas retenu pour cette étude est le royaume des Deux-Siciles, considéré par l’opinion publique européenne de l’époque comme un espace de frontière, caractérisé par le conservatisme religieux. La période considérée, qui correspond aux décennies centrales du siècle, est aussi celle de la diffusion des nouveaux procédés pour l’embaumement, jugés plus simples et plus efficaces, qui permettent de déplacer les dépouilles avant qu’elles ne se décomposent. Il s’agit d’un phénomène d’ampleur initialement très limitée, mais néanmoins révélateur d’un changement dans les attitudes face à la mort.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La bibliographie concernant la période moderne est très riche ; parmi les ouvrages les plus récents (...)
  • 2 Dans cet article nous analysons seulement la partie continentale du royaume, dont la législation en (...)
  • 3 Federico Curato, Il Regno delle Due Sicilie nella politica estera europea (1830-1861), Palermo, Arn (...)
  • 4 Diego Carnevale et Brigitte Marin, « Naples, une réforme difficile », in Régis Bertrand, Anne Carol (...)
  • 5 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele : una minoranza protestante nell’Italia dell’Ottocento, Bol (...)

1Dans les sociétés européennes d’Ancien Régime, la commémoration et la sépulture d’un défunt qui n’appartient pas à la confession officielle du pays constituent un problème politique avant d’être un problème religieux. Les monarchies catholiques, en particulier, jugeaient tout signe d’ouverture à la liberté de culte comme une menace pour leur souveraineté. La diffusion des principes de tolérance religieuse et leur réalisation pendant la période révolutionnaire créent les conditions pour un développement du pluralisme religieux au sein de l’État moderne. L’attribution d’un lieu pour la sépulture des défunts hétérodoxes représente une des premières étapes de ce processus dans la presque totalité des pays catholiques entre le xviiie et le xixe siècle1. Dans cette perspective, le cas du royaume des Deux-Siciles est très intéressant2. Jusqu’à l’unification italienne, en 1861, l’opinion publique européenne considère ce royaume comme un espace de frontière, caractérisé par le conservatisme religieux3. Néanmoins, après la Restauration en 1815, les souverains conservent la plupart des réformes promulguées par l’administration française pendant la décennie précédente, en incluant une série de dispositions inspirées du décret impérial sur les sépultures4. Cela induit dans les Deux-Siciles un tournant dans la manière d’interagir avec le corps mort, ainsi qu’un changement de la sensibilité religieuse au cours du xixe siècle. Dès la fin des années 1820, la monarchie cherche à ouvrir le royaume au commerce international et au développement de l’industrie, mais le manque de capitaux force le gouvernement à favoriser l’arrivée d’entrepreneurs étrangers, provenant surtout de pays réformés5. Parallèlement, la dépendance de la dynastie bourbonienne à l’égard du soutien militaire des puissances de la Sainte Alliance engendre une négociation permanente concernant la liberté de culte avec les sujets de ces nations, et avec ceux qui se placent sous leur protection.

2Le royaume des Deux-Siciles constitue donc un terrain propice pour comprendre comment les communautés étrangères non-catholiques interagissaient avec les autorités locales pour avoir la possibilité d’honorer de manière digne la mémoire de leurs membres. Pour analyser les dynamiques de ces interactions, notre regard se portera tout d’abord sur l’administration des sépultures dans le royaume et sur les accords établis avec les principales minorités religieuses. Nous approfondirons ensuite le cas de la communauté gréco-albanaise, constituée par un groupe hétérogène de populations parmi lesquelles l’opposition entre catholicisme et orthodoxie se superpose aux rivalités sociales et politiques. Enfin, nous analyserons l’introduction de la pratique administrative du rapatriement des dépouilles, qui se présente comme une nouvelle possibilité pour les plus aisés, une alternative à la sépulture en terre étrangère.

Le problème de l’Autre  : la sépulture des non-catholiques dans la Naples de la Restauration

  • 6 Sur la construction de ce cimetière, voir Diego Carnevale et Brigitte Marin, « Naples… », op. cit.
  • 7 Ibid., p. 328-329.

3Pendant la décennie napoléonienne (18061815), la majorité des privilèges ecclésiastiques et les pratiques de discriminations en matière de religion sont abolies dans tout le royaume. En 1813, Joachim Murat lance la construction d’un grand cimetière public extra-urbain sur la colline de Poggioreale, dans la périphérie orientale de la ville6. Conçu selon les critères diffusés par la législation napoléonienne, le Camposanto di Poggioreale ou Camposanto nuovo (cimetière neuf), n’est terminé qu’en 1836, alors que le choléra ravage le royaume. Cet épisode force le gouvernement à interdire la sépulture urbaine dans toutes les villes. Poggioreale n’est pas le premier établissement funéraire réalisé à Naples. En peu plus à l’ouest existait dès 1764 un cimetière affecté à l’inhumation des défunts des hôpitaux, lequel accueille également des pauvres à partir de 18077. Le camposanto vecchio (vieux cimetière) est alors formé par une cour carrée délimitée sur trois côtés par un mur d’enceinte, le quatrième mur prenant la forme d’un édifice rectangulaire qui correspond à l’entrée. Dans la cour se trouvent 366 puits sépulcraux : chaque jour, le puits correspondant au numéro est ouvert pour y jeter les cadavres. La masse quotidienne des corps est recouverte de chaux vive, dont les propriétés corrosives favorisent la décomposition. Enfin le puits est refermé pour n’être plus ouvert que le même jour de l’année suivante. Le camposanto de Poggioreale, dont le modèle est le cimetière du Père Lachaise à Paris, n’utilise que partiellement ce système rationnel de sépultures. Ainsi, une grande partie de l’extension du nouvel établissement accueille des monuments et chapelles de familles et de confréries, tandis que deux cloîtres rectangulaires restent consacrés aux puits sépulcraux pour les moins aisés.

  • 8 Dès le xvie siècle, la ville est presque dépourvue de lieux de sépulture ouverts. Par conséquent, l (...)
  • 9 Ibid., p. 77-86.

4Sous l’Ancien Régime, les communautés étrangères de confession catholique présentes à Naples disposaient d’églises ou de chapelles « nationales » gérées par des confréries, qui enterraient les membres à l’intérieur de l’édifice sacré8. Avec la création du cimetière de Poggioreale, chacune de ces confréries doit désormais acheter une chapelle et une portion de terrain dans la nouvelle structure. La situation des non-catholiques est très différente, puisque défense est faite dans le royaume des Deux-Siciles d’exercer tout culte non catholique. Traditionnellement, les « hérétiques » morts dans la capitale étaient donc portés de nuit hors de l’enceinte de la ville et ensevelis sur des terrains isolés, sous la surveillance des autorités. Il était défendu d’apposer n’importe quel signe distinctif sur le lieu de la sépulture9.

  • 10 Sur la pollution des espaces sacrés, voir Michelle Bordeaux, « Le sang du corps du droit canon ou d (...)
  • 11 Régis Bertrand, « Le décret de prairial précisé (18041870) », in Régis Bertrand et Anne Carol (dir. (...)

5Les règlements hygiéniques et la nouvelle législation funéraire du xixe siècle n’admettent plus ce genre de procédures, mais les nouveaux cimetières extra-urbains sont des espaces entièrement catholiques. Selon le droit canon, l’enterrement d’un hérétique dans le lieu où reposent les fidèles est censée causer la « pollution » du site, dont la conséquence est l’interdiction des inhumations jusqu’à l’enlèvement du corps « étranger » et la célébration du rite dit de la « réconciliation » pratiquée par l’évêque10. Une solution possible est d’attribuer un espace séparé aux non-catholiques dans les nouveaux établissements (suivant l’exemple français)11, ou bien de construire des structures autonomes dans des zones suffisamment isolées. Toutefois, les deux solutions impliquent une reconnaissance officielle des cultes non-catholiques de la part du souverain, ce qui n’était pas le cas précédemment.

  • 12 Pompilio Petitti, Repertorio amministrativo ossia Collezioni di leggi decreti, reali rescritti, min (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele…, op. cit.
  • 15 Ibid., p. 134.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., p. 134 et 135, n. 17. Dans le premier cas la population cherche à empêcher la sépulture d’un (...)

6Dans le royaume, en particulier, la législation funéraire est elle-même intentionnellement contradictoire. En 1817, le gouvernement restauré confirme la volonté de poursuivre la réforme des cimetières. Trois années plus tard, l’évêque de Manfredonia, dans les Pouilles, demande au ministre de l’Intérieur, Donato Tommasi, comment il doit se comporter « à l’occasion de la mort des schismatiques, des impénitents publics, et des excommuniés12 ». La référence aux schismatiques n’est pas anodine puisque dans le diocèse de Manfredonia, et dans la ville voisine de Barletta, vit une importante communauté gréco-albanaise, sur laquelle nous reviendrons plus loin. Le ministre répond par une circulaire portant sur la sépulture des « hérétiques et impénitents publics », dans laquelle il affirme que « les Campisanti doivent être considérés comme des Églises concernant la sépulture des cadavres ; et pour cela il faut appliquer les mêmes dispositions qu’on observait pour la sépulture des cadavres dans les Églises13 ». En d’autres termes, les membres de cette communauté ne peuvent pas être inhumés dans les cimetières catholiques. Pourtant, la circulaire n’offre pas de solution alternative. En général, l’attitude dominante du gouvernement semble être celle de résoudre les problèmes au fur et à mesure, mais l’absence de normes claires dans ce cas favorise des épisodes d’intolérance. Durant la période napoléonienne, des hommes d’affaires suisses sont encouragés à installer des manufactures dans le royaume14. Le Zurichois luthérien Johann Jakob Egg fonde une filature de coton dans un ancien monastère auprès de Piedimonte di Alife, un village à 70 km au nord de la capitale. Egg est venu avec des ouvriers de confession réformée, ayant obtenu – entre autres – un terrain à utiliser comme cimetière, ce qui a provoqué un fort mécontentement des autorités religieuses15. Avec la Restauration, Ferdinand Ier permet à la manufacture de rester dans le royaume, mais la crise économique et le retour au pouvoir des anciennes élites suscitent des protestations de la population contre les réformés. Jusqu’aux années 1830, le cimetière réformé fait l’objet de plusieurs actes de vandalisme, forçant Egg à le doter d’un mur le soustrayant à la vue des habitants16. Des épisodes similaires se vérifient dans la filature de laine de Vonwiller et Züblin, près de Salerne, ainsi que dans la manufacture de soie de S. Leucio à Caserte17. Quant aux évêques locaux, ils soutiennent toujours ces actions intolérantes, qu’ils justifient par le risque de contamination des consciences des fidèles.

  • 18 Ibid., p. 110.
  • 19 Pour une vision de la politique napolitaine à l’égard des puissances européennes, voir Giuseppe Gal (...)

7Dans la capitale, dès 1826, les reformés de différentes nationalités se réunissent dans une seule communauté évangélique, qui négocie avec le gouvernement des conditions acceptables pour l’exercice du culte, en insistant notamment sur la sépulture des défunts18. Cette communauté est surtout soutenue par la légation prussienne, mais s’adresse aussi à l’influente légation britannique. En effet, après la Restauration, à côté de transformations administratives, le contexte politique est aussi en profonde mutation : la Grande Bretagne, l’Autriche et la Russie ont soutenu le retour des Bourbons, et l’influence de ces nations augmente par conséquent énormément auprès de la couronne19.

  • 20 Gabriella Guida, Breve storia dei cimiteri acattolici di Napoli, in Giancarlo Alisio (dir.), Il Cim (...)
  • 21 Archivio di Stato di Napoli (dorénavant ASN), Magistrato di salute, boîte 288, dossier daté 1818.
  • 22 Gabriella Guida, Breve storia…, op. cit., p. 16. Le site se trouve à la périphérie orientale de la (...)
  • 23 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele…, op. cit., p. 110, n. 44.
  • 24 Ibid., p. 188, n. 15.
  • 25 ASN, Ministero degli Affari Interni (MAI), II, boîte 3569
  • 26 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele…, op. cit., p. 104, n. 25.
  • 27 Lettre de l’11 Aoû. 1838, ASN, MAI, II, boîte 3569.
  • 28 Ibid.
  • 29 Lettre de l’intendant au ministre de l’Intérieur de 25 Jan. 1851, ASN, MAI, II, boîte 3571. La lett (...)

8Jusqu’au règne de Ferdinand II, les sujets britanniques jouissent notamment de la faveur des souverains. Au début du xixe siècle, ceux qui décèdent à Naples reposent dans le jardin du couvent extra muros de S. Carlo all’Arena, lieu également ouvert à tous les chrétiens non-catholiques20. La privatisation de ce jardin (en 1800) ainsi que la promiscuité des sépultures poussent la partie la plus aisée de la communauté britannique à louer un autre terrain, dans l’ancien faubourg occidental de Chiaia. Mais en 1817, le mur de soutènement de ce terrain s’écroule, obligeant le consul Henry Lushington à s’adresser au ministre Tommasi pour trouver une solution plus pérenne21. Enfin, le 11 aout 1826, un décret royal octroie aux sujets britanniques non-catholiques un autre terrain de l’autre côté de la ville, dans l’ancien faubourg S. Antonio : il s’agit du jardin de l’église de Santa Maria della Fede, qui accueillait précédemment les corps des défunts de l’Hospice royal des pauvres, le grand établissement construit sous l’impulsion de Charles pour accueillir tous les indigents de la ville22. Devenue propriétaire du terrain, la légation britannique ouvre également le nouveau cimetière à la communauté évangélique23. Parallèlement, le renforcement de la présence reformée dans la ville favorise la division des morts en deux classes : à côté des personnes en capacité de s’acquitter des frais du service funéraire, un nombre croissant de moins aisés peinent à payer ces services. Pour leur venir en aide, la communauté évangélique prévoit une contribution de la part de ses membres, mais les fonds ne sont pas suffisants24. Au début de 1838, le prêtre recteur de l’hôpital des Incurables se plaint auprès du nouveau ministre de l’Intérieur, Nicola Santangelo, que les dépouilles de protestants sont envoyées au vieux camposanto25. Le problème concerne notamment les régiments suisses au service de la couronne, qui accueillent des militaires non-catholiques. Ces militaires ne font pas partie de la communauté évangélique en raison des capitulations signées avec le gouvernement26. Selon le recteur, quatre fosses du cimetière étaient réservées aux protestants « auparavant » – probablement au début de la Restauration –, à la condition que les hôpitaux militaires fassent « apposer au bras du cadavre un ruban rouge » comme signe d’identification27. Cependant, l’augmentation constante de cadavres provenant des hôpitaux et des établissements de bienfaisance a « accru la confusion, l’irrégularité et le désordre ». Le gouvernement évalue donc la possibilité de créer un autre lieu d’enterrement pour « tous les hétérodoxes pauvres », en utilisant le site auparavant destiné aux défunts de l’épidémie de choléra qui se trouve à côté du vieux camposanto28. Cependant, le projet est rapidement abandonné et le ministre se limite à diffuser une circulaire demandant aux institutions concernées de procéder à une identification plus efficace des défunts non-catholiques29.

  • 30 Lettre de 8 Aoû. 1837, ASN, MAI, II, boîte 719.
  • 31 Pompilio Petitti, Repertorio amministrativo…, op. cit., p. 468.
  • 32 Ibid. Dans le texte de la circulaire, les non-catholiques sont aussi définis comme « ceux qui appar (...)

9Le fait d’appeler le nouvel établissement « cimetière des Anglais » favorise une logique d’appartenance nationale plutôt que religieuse. En 1837, une dame irlandaise catholique, veuve d’un citoyen napolitain, demande dans son testament à être enterrée dans le jardin de Santa Maria della Fede30. L’autorité municipale refuse l’autorisation parce que cette femme est catholique, ce qui entraîne les protestations du consul britannique. Le gouvernement accueille les protestations du consul en permettant désormais la sépulture des catholiques britanniques dans le cimetière reformé. Enfin, au début des années 1830, les reformés de la capitale et de certaines localités du royaume possèdent un lieu spécifique pour la sépulture des défunts sous la protection de l’État. En 1841, une circulaire du ministre de l’Intérieur impose d’attribuer dans chaque cimetière du pays « un lieu séparé pour l’enterrement des décédés non catholiques » ainsi que des enfants morts sans avoir reçu le baptême31. Les transformations dans le lexique utilisé par le gouvernement montrent une évolution notable : ceux qui étaient appelés « hérétiques » en 1820 étant dès lors définis comme des « non-catholiques32 ».Bien que la couronne ait établi une politique plus tolérante à l’égard des minorités religieuses – mais sans reconnaitre aucune liberté de culte – l’opposition de l’Église demeure forte. Les ecclésiastiques diffusent systématiquement dans la société régnicole un ressentiment souvent exploité aussi par des acteurs locaux de la politique et de l’économie, comme nous l’avons vu à propos des entrepreneurs suisses. La communauté contre laquelle l’Église focalise son opposition est la minorité gréco-albanaise, certainement la plus nombreuse dans le pays.

Entre catholicisme et orthodoxie  : la communauté gréco-albanaise

  • 33 Vincenzo Giura, Storie di minoranze…, op. cit., p. 119121. De manière générale, sur l’histoire de l (...)
  • 34 Sur cette question l’étude classique de Vittorio Peri demeure fondamentale : Chiesa romana e “rito” (...)

10Si dans le royaume des Deux-Siciles il est défendu d’exercer tout culte non-catholique, une exception autour d’un seul d’entre eux est autorisée. Dès le xve siècle, des Albanais catholiques observant le rite oriental émigrent vers les royaumes de Naples et Sicile, où les services militaires rendus à la monarchie leurs valent d’être accueillis par les souverains locaux33. Sur le plan religieux, ils jouissent de certaines dérogations concernant le rite et la sélection du clergé, soumise à l’approbation de Rome34. Toute les pratiques schismatiques demeurent interdites, sous la surveillance des ordinaires diocésains.

  • 35 Sur les différents usages de la catégorie « grec » par les acteurs eux-mêmes, voir Angela Falcetta, (...)
  • 36 Ioannis Hassiotis, « Sull’organizzazione, incorporazione sociale e ideologia politica dei Greci a N (...)

11Au cours de l’époque moderne, d’autres populations rejoignent la communauté albanaise, provenant des Balkans méridionaux mais aussi du Levant, comme les Syriens melkites et maronites. L’appellation « Grec » peut désigner finalement les hellénophones, mais aussi tous ceux qui pratiquent le rite oriental35. Dans de ce groupe hétérogène, les rites orthodoxes sont souvent célébrés en secret, et cela peut faire l’objet d’affrontements et de dénonciations au sein de la communauté elle-même. À Naples, les Grecs sont réunis autour de la paroisse de SS. Pietro e Paolo, fondée en 1544, mais on retrouve également d’autres communautés très nombreuses dans les Pouilles, en Calabre et en Sicile. Durant le xviiie siècle, l’arrivée de marchands épirotes dans la capitale et dans les villes des Pouilles entraîne des affrontements entre les deux factions majoritaires. D’un côté les familles catholiques, qui depuis des générations composent le noyau de la présence grecque et albanaise ; de l’autre côté les nouveaux migrants, surtout orthodoxes, qui souhaitent exploiter l’appartenance formelle à la même communauté pour en prendre le contrôle36.

  • 37 Le texte du traité se trouve dans Lorenzo Giustiniani, Nuova Collezione delle Prammatiche del Regno (...)
  • 38 Paolo Petta, Stradioti : soldati albanesi in Italia (sec. XV-XIX), Lecce, Argo, 1996. La création d (...)
  • 39 Ioannis Hassiotis, « Sull’organizzazione… », art. cit., p. 436-439.
  • 40 Carolina Belli, La comunità greca a Napoli. Una cerniera nel Mediterraneo fra Oriente e Occidente, (...)
  • 41 Archivio Segreto Vaticano, Nunziatura di Napoli, boîte 203, fol. 143-200,
  • 42 Lettre de 17 Jui. 1844, ibid., fol. 156. La concession suivait très probablement la circulaire de 1 (...)
  • 43 Carolina Belli, La comunità greca…, op. cit., p. 473.

12En 1740, Charles de Bourbon signe avec l’Empire ottoman un traité de paix et de commerce dont les clauses prévoient la nomination d’un juge pour les causes concernant directement les sujets de la Porte37. De cette manière, les communautés gréco-albanaises du royaume sont officiellement distingués des autres communautés hellénophones provenant des territoires ottomans, notamment pour s’adonner au commerce. Une telle distinction est également rendue nécessaire par la création en 1735 du Reale reggimento Macedone, qui provoque l’arrivée de plusieurs Grecs et Albanais au service de l’armée napolitaine38. Ces soldats ne sont pas incorporés dans les anciennes communautés gréco-albanaises, mais sont sous la protection du roi et considérés également comme des sujets. La complexité de la présence grecque dans le royaume suscite des affrontements périodiques, qui s’ajoutent à l’hostilité des évêques locaux39. La ville de Barletta constitue un bon exemple de cette situation. Au cours du xviiie siècle, plusieurs Épirotes de confession orthodoxe arrivent dans la ville en dissimulant leur appartenance religieuse. Par conséquent, ils se mélangent aux catholiques de rite grec ; mais après la décennie napoléonienne, ils commencent à manifester ouvertement leur adhésion à l’orthodoxie40. En 1844, les curés de la ville s’adressent au nonce pontifical pour empêcher la construction d’un cimetière orthodoxe accolé au nouveau camposanto extra urbain41. Le maire est aussi disposé à saboter la réalisation de cet établissement, mais il ne trouve pas de voie légale pour arrêter les travaux, la communauté ayant obtenu toutes les permissions de l’administration précédente « il y a 4 ou 5 ans42 ». La section « schismatique » du cimetière est également construite, mais le roi refuse la concession d’un lieu de culte43. Arguant de leur condition de sujets étrangers, les Épirotes de Barletta cherchent le soutien de la nouvelle nation grecque ainsi que d’un autre protagoniste de la cause orthodoxe : l’Empire russe.

  • 44 Federico Curato, Il Regno…, op. cit. Pour un cadre général voir Norman E. Saul, Russia and the Medi (...)
  • 45 Ioannis Hassiotis, « Sull’organizzazione… », art. cit., p. 434-436.
  • 46 Ibid., p. 436.
  • 47 La documentation examinée montre qu’à partir de cette date les Russes sont inhumés dans le jardin d (...)
  • 48 Sur le cimetière des juifs, voir Vincenzo Giura, La comunità israelitica di Napoli (1836-1945), Nap (...)

13En début du xixe siècle, la Russie intervient de manière significative dans le monde méditerranéen, en se proposant comme protectrice de la foi orthodoxe et de la cause grecque pour la création d’un État indépendant44. À Naples, les Russes de passage s’adressent à la paroisse des SS. Pietro e Paolo, mais les affrontements entre catholiques et orthodoxes poussent la légation du Tsar à demander en 1804 à célébrer le culte de manière autonome dans l’église, avec un prêtre proposé par le consul. Le roi accepte, en attribuant également aux Grecs orthodoxes l’administration de la paroisse et de la confrérie45. L’archevêque de Naples Luigi Ruffo Scilla proteste vivement, mais le souverain est débiteur du soutien de la Russie depuis la lutte en 1799 contre la République napolitaine. Une situation similaire se présente après la chute de Joachim Murat, lorsque le retour au pouvoir des Bourbons est organisé par les puissances de la Sainte Alliance. La situation change en 1828, lorsque François Ier rend le contrôle de la paroisse aux Gréco-albanais catholiques, et donc à l’archevêque46. Pour résoudre le problème de la sépulture, désormais interdite dans l’église, les Russes s’adressent à la légation britannique, qui accepte de les accueillir dans le cimetière de Santa Maria della Fede47. Finalement, à l’exception des Juifs, tous les non-catholiques morts à Naples sont inhumés au cimetière des Anglais48.

  • 49 Lettre du 5 Jan. 1847, ASN, MAI, II, boîte 3570, vol. IX.
  • 50 F. Curato, Il Regno…, op. cit. p. 134.
  • 51 Lettre du consul Mutusiani du 10 Jan. 1850, ASN, MAI, II, boîte 3571.

14Au début des années 1840, la fin des relations entre la Grande Bretagne et la Russie a des retombées directes sur la gestion des sépultures des sujets du Tsar. En 1844, le consul russe Mutusiani obtient la permission d’ouvrir un lieu de culte orthodoxe dans le siège de la légation ; en 1847, il insiste auprès de la cour pour obtenir un cimetière indépendant49. Durant cette période, la politique de Ferdinand II est très favorable à la Russie, considérée par le souverain comme un allié possible pour rééquilibrer les influences excessives qu’exercent Britanniques et Français dans le royaume50. Toutefois, la crise politique à Naples et en Sicile entre 1848 et 1849 amène le gouvernement à ajourner la question. En janvier 1850, la légation russe achète un terrain « près de l’ancien cimetière napolitain ». Le consul demande l’autorisation pour y enterrer ses compatriotes, à l’image de ce qui « a été accordé aux sujets de S.M. Britannique » dans leur établissement51.

15Le gouvernement est pris au dépourvu et le ministre de l’Intérieur, Nicola Parise, cherche à ralentir les opérations en interrogeant le surintendant de la Santé publique et le maire de Naples. Pourtant, les deux donnent très rapidement leur accord pour l’achat d’un terrain par la légation. Parise finit alors par s’adresser à l’archevêque Sisto Riario Sforza, qui donne son avis seulement en décembre :

  • 52 Lettre du 21 Dec. 1850, ASN, MAI, II, boîte 3569.

« Il y a déjà dans le vieux cimetière certaines sépultures [il se réfère aux puits sépulcraux] dans un lieu séparé pour accueillir les cadavres des protestants, y compris les militaires suisses, et dans un autre lieu pour les juifs, [par conséquent] dans le même endroit on pourrait donner quelques sépultures aux russes […]. De cette manière on évitera des observations contraires de la part des fidèles et le danger que dans un autre lieu public on pratique des rites et des fonctions contraires à nôtre Sacro-sainte Religion Catholique52. »

  • 53 Cependant, le roi exclut les Grecs orthodoxes de cette concession : Carolina Belli, La comunità gre (...)

16Parise informe le souverain, qui accueille la suggestion en octroyant des fosses dans le vieux camposanto. Enfin, le consul obtient une concession dans l’établissement affecté aux non-catholiques les moins aisés53. Malgré l’exigence du compromis, les institutions napolitaines gardent une attitude intolérante à l’égard des non-catholiques. Cependant, les innovations techniques de la première moitié du siècle offrent une solution alternative au problème : le rapatriement du cadavre.

Cadavres en voyage  : le transport des corps morts hors du royaume

  • 54 Un cas célèbre est celui de l’amiral anglais Horatio Nelson, dont le corps a été immergé dans un to (...)
  • 55 Sur toutes les questions concernant l’embaumement, voir Anne Carol, L’embaumement. Une passion roma (...)

17Sous l’Ancien Régime, le lieu de la mort coïncide avec celui de la sépulture dans la majorité des cas. Néanmoins, on ne manque pas de témoignages des personnages célèbres, morts en guerre ou pendant un voyage, qui sont embaumés, ou préservés par d’autres moyens, afin que leurs dépouilles puissent être rapatriées54. La préservation d’un cadavre pour le temps nécessaire du retour peut être très difficile, même pour le meilleur des embaumeurs, et la durée du transport comme les conditions climatiques compliquent les opérations. En l’absence de conditions favorables, le processus d’embaumement peut parfois lui-même accélérer la décomposition au lieu de la ralentir. Cela provoque des difficultés ultérieures aux transporteurs, puisqu’une mauvaise odeur émanant du cadavre est considérée comme un agent pathogène, et qu’il faut donc se débarrasser rapidement des corps55.

  • 56 Le même procédé était employé pour les cadavres réputés saints, dont l’absence de putréfaction étai (...)

18Souvent, les conditions microclimatiques de la sépulture influencent de manière positive le processus de conservation. Un terrain très sec ou très humide, ou une crypte avec une ventilation limitée ou absente, peut ralentir considérablement l’action des bactéries et des micro-organismes responsables de la putréfaction. L’absence d’oxygène favorise également la « momification naturelle » : un processus similaire au corroyage du cuir, connu dès l’Antiquité, par lequel la peau sèche prend une couleur brune, presque marron. La conservation est ainsi plutôt efficace sur le plan esthétique. Ce phénomène se vérifiant souvent sur les cadavres enfermés dans les cercueils de métal scellés, les corps embaumés sont normalement déposés dans des caisses de plomb56.

  • 57 Ibid., p. 10.

19Les risques liés aux processus de conservation des corps poussent à trouver d’autres solutions, comme le transfert des restes humains sous forme de parties séchées, comme le cœur par exemple. Par ailleurs, les méthodes d’embaumement de la période préindustrielle infligent des mutilations lourdes, si bien que l’aspect final des défunts après ces procédés n’a rien de comparable avec l’idée d’un corps intact, comme dans un état de sommeil57. Cette dernière image est plutôt le résultat du développement des nouvelles techniques d’embaumement au cours du xixe siècle, dont le royaume des Deux-Siciles est un des centres de propagation.

  • 58 Giuseppe Tranchina, « Nuovo metodo di imbalsamazione premiato da S.M. il Re delle Due Sicilie », in (...)

20En 1834, le médecin sicilien Giuseppe Tranchina diffuse les détails d’un procédé de son invention qui permet une excellente conservation des cadavres durant des périodes assez longues. Ce procédé est fondé sur l’injection intravasculaire d’une mixture composée d’alcool éthylique, d’arsenic blanc (oxyde arsénieux) et de cinabre (sulfure de mercure) pulvérisé, ce dernier pour donner la couleur rosée à la peau58. Il suffit d’injecter plusieurs litres de cette mixture dans les artères carotides sans drainer le sang pour obtenir une conservation parfaite durant plusieurs mois, voire plus d’une année dans des conditions climatiques correctes.

  • 59 Parmi les expérimentations du procédé Tranchina, le cas plus célèbre est celui du pharmacien Jean-N (...)
  • 60 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixe siècle, Par (...)

21Le procédé mis au point par Tranchina a des retombées commerciales importantes. En effet, la facilité d’application du composé rend l’opération d’embaumement praticable par un plus grand nombre de praticiens59. En outre, la méthode est considérée comme également avantageuse d’un point de vue sanitaire, puisqu’elle arrête durablement la diffusion des gaz de la putréfaction. En effet, jusqu’à la révolution pasteurienne des années 1860, la théorie miasmatique domine la doctrine épidémiologique en Europe60. Parmi les métiers jugés les plus dangereux, on retrouve ceux qui interagissent avec la fermentation des matières organiques. Or l’injection de Tranchina limite le contact avec le cadavre et les miasmes qu’il produit, et par conséquent se présente comme une méthode qui protège aussi la santé de l’opérateur.

  • 61 Les quinze premières demandes se trouvent dans ASN, Intendenza di Napoli (IN), III, Trasloco cadave (...)

22Suite à l’introduction du nouveau procédé, le transfert des cadavres d’un lieu à un autre devient plus simple. Par conséquent, dès les années 1840, nombre de dépouilles mortelles circulent dans le royaume. En même temps, les Intendances chargées d’autoriser les déplacements reçoivent les premières demandes de transport à l’étranger de sujets d’autres pays. Nous avons analysé un corpus de 17 demandes de transfert déposées au cours de la période 1841-1849, qui sont très probablement la totalité des pétitions reçues par le gouvernement61.

  • 62 Dans tous les cas examinés, lorsqu’un corps est rapatrié après la mort, il est soumis à une « injec (...)
  • 63 Lettre du 3 Nov. 1843, ASN, IN, III, Trasloco cadaveri e seppellimenti, boîte 8851, dossier 506. Le (...)

23Compte-tenu des centaines d’individus étrangers résidants à Naples au cours de la même période, nous pouvons donc considérer le transfert des corps comme un phénomène limité à des cas particuliers. Sur le plan administratif, le gouvernement se dote d’une procédure spécifique pour les demandes de transfert de cadavre. L’intendant informe le surintendant de la Santé publique, qui doit d’abord s’assurer que la mort ne se soit pas produite à la suite d’une maladie épidémique. Suite à cela, le corps est « injecté », avec le procédé Tranchina62, et une fois l’embaumement terminé, le cadavre est enfermé dans un cercueil de plomb puis laissé temporairement dans une église de dépôt, dans l’attente du moyen de transport. Dans la plupart de cas, ce dernier est un paquebot, et la particularité de la cargaison impose de conclure des accords avec les capitaines pour préparer l’embarquement. Cela implique aussi l’intervention de la Surintendance des douanes, dont les officiers doivent contrôler tout chargement en transit63.

  • 64 Lettre du 20 Avr. 1842, ASN, MAI, II, boîte 3570.
  • 65 Ibid.
  • 66 Si on considère les mineurs de moins de 18 ans, il faut ajouter deux cas supplémentaires. Trois enf (...)
  • 67 Catherine Rollet, Les enfants au xixe siècle, Paris, Hachette, 2001.

24Normalement, le lieu de dépôt pour les défunts catholiques est l’église du camposanto de Poggioreale, toutefois les exceptions ne manquent pas. Le 20 Avril 1842, l’ambassadeur français, Louis Napoléon Lannes, duc de Montebello, écrit au gouvernement en faveur de Frédéric Poutier, négociant de La Rochelle, dont la fille de dix ans est morte « à la suite d’une fièvre cérébrale64 ». Le cadavre a été embaumé par le « docteur Monterossi » et déposé dans l’église de S. Maria del Rimedio, près du port, en attendant le bateau à vapeur Virgile, prévu pour la semaine suivante. Poutier souhaite recevoir « la permission spéciale et exceptionnelle » de garder le cercueil dans sa résidence jusqu’au moment de l’embarquement65. La pétition inhabituelle est transmise au ministre Santangelo, qui octroie l’autorisation après l’avis du surintendant de la Santé. Il est important de souligner ici que 4 cas sur les 17 examinés concernent des enfants dont l’âge est compris entre 4 et 10 ans66 : les comportements rapportés dans cette documentation sont à l’évidence compatibles avec la mutation de sensibilité à l’égard des enfants qui se produit au milieu du xixe siècle67.

  • 68 Rapport de l’administration municipale 12 Jui. 1844, cité in E.A. Baratynskij, in Leone Pacini Savo (...)
  • 69 Lettre du 8 Avr. 1845, ASN, IN, III, Trasloco cadaveri e seppellimenti, boîte 8853.

25Il est intéressant de remarquer que les légations étrangères s’intéressent activement au problème du transfert des cadavres, au moins autant qu’à la recherche d’un lieu de sépulture pour les compatriotes dont les corps restent à Naples. Cela concerne aussi les non-catholiques, comme par exemple le poète et aristocrate russe Evgenij Abramovič Baratynskij, mort en 1844 à la suite d’une crise cardiaque pendant un séjour dans la capitale. La légation russe s’occupe du corps au nom de la famille. Le consul fait préparer le cadavre, qui est ensuite déposé en l’église Santa Maria della Fede « parce que de Religion Grecque Schismatique68 ». La légation s’entend également avec le capitaine d’un paquebot en liaison directe avec St. Petersburg, mais pour des raisons peu claires le corps ne quitte finalement la ville que dix mois plus tard, en avril 184569.

  • 70 Rapport de l’intendant du 18 Aoû. 1843, ibid., boîte 8852, dossier 261

26De manière générale, nous remarquons que les défunts dont on demande le transfert sont des personnes de passage, qui se trouvent à Naples en raison de leur travail ou d’un voyage. Il convient donc de distinguer ces personnes des étrangers qui ont suivi un parcours d’enracinement dans le royaume. Tel est notamment le cas de Johann Jakob Egg, l’entrepreneur suisse mentionné précédemment. Le 18 Août 1843, Egg meurt à Naples dans un hôtel où il demeure temporairement. La famille demande l’embaumement de son cadavre et son acheminement à Piedimonte, où il avait fait construire un cimetière réformé pour les ouvriers de son usine70. L’intendant Antonio Sancio s’adresse au préfet de Police pour demander l’assistance nécessaire à l’opération : les lois du royaume prévoient en effet l’implication de la police dans toutes les questions concernant le service funéraire. Mais dans ce cas, un problème d’ordre public se pose, d’autant plus que le transport doit se faire par voie terrestre. Dans la documentation se trouve le brouillon d’un bref message envoyé par Sancio au préfet pour l’informer de l’évènement :

  • 71 Ibid.

« Etant mort ce matin à 5 heures de France, dans l’hôtel de l’Aigle d’Or aux Florentines, le Chevalier Jean Jacques Egg et en devant transporter son cadavre dans le champ funèbre des impénitents de à Piedimonte d’Alife parce que il est protestant où il sera enterré dans le cimetière des protestants établi dans ce lieu71. »

  • 72 Rapport du sous-intendant de Piedimonte du 25 Aoû. 1843, ibid.
  • 73 Lettre du consul français du 26 mai 1848, ASN, MAI, II, boîte 3570, vol. X.
  • 74 Ibid.
  • 75 En 1840, le voyageur Antoine Valéry remarque que la boulangerie française au Largo di Palazzo est « (...)
  • 76 Daniela Luigia Caglioti, « Minoranze e rivoluzione. I protestanti stranieri nel Mezzogiorno del ’48 (...)

27Il n’est pas possible de connaitre l’auteur de la première version du message, mais il est très probable que Sancio ait dicté les corrections. Le choix de ne pas mentionner ni l’hérésie, ou en tout cas la condition d’impénitent, ni le caractère exceptionnel de la présence reformée est conforme à la politique de compromis promue par la couronne à partir des années 1830, lequel repose comme on l’a vu sur l’attitude ambigüe des institutions régnicoles. Le 25 août, le corps de l’entrepreneur est déposé dans le tombeau de famille au centre du petit cimetière de Piedimonte72. Le cas d’Egg est évidemment particulier, car il fait partie d’un milieu social privilégié. À l’inverse, il paraît intéressant d’examiner la seule demande de transfert présentée par une personne qui n’appartenait pas aux élites du commerce ou à l’aristocratie, le Français Louis Dramard, « ex propriétaire de la boulangerie française à Naples73 ». Dramard était le propriétaire de la boulangerie la plus connue – et la plus chère – de la ville, qui se trouvait au Largo di Palazzo en face du palais royal. En mai 1848, il décide de quitter Naples avec son épouse, et s’adresse par conséquent à la légation française pour transférer aussi les restes de leur enfant, mort un an et demi auparavant à l’âge de presque deux ans, et déposé dans le caveau de la chapelle de la confrérie de la Nativité de Pizzofalcone au Camposanto nuovo74. Il s’agit donc d’un couple catholique qui avait très probablement commencé un parcours d’enracinement dans le tissu social de la capitale75. En effet, la décision de quitter le royaume fait suite à un évènement spécifique : la boulangerie avait été détruite pendant les émeutes du 15 mai 1848. Il est donc possible que les pertes matérielles et le traumatisme psychologique subis par le boulanger et son épouse les aient convaincus de rentrer en France, à plus forte raison car la communauté française à Naples vit alors elle-même un moment de forte incertitude, due à la naissance de la Deuxième République et à la crise diplomatique avec les Deux-Siciles après la révolution en Sicile76.

  • 77 Lettre du consul français du 26 Mai 1848, ASN, MAI, II, boîte 3570, vol. X. L’autorisation est ment (...)
  • 78 Ferdinando Petruccelli della Gattina, La rivoluzione di Napoli nel 1848, Genova, Tip. Moretti, 1850 (...)

28Le gouvernement autorise le transfert du corps au début du mois de juin77. Par rapport aux autres cas examinés, les Dramard n’appartiennent pas au milieu aisé de l’aristocratie et des entrepreneurs ; en outre, ils ont perdu leur activité principale. Cependant, le fils du boulanger français n’avait pas subi l’embaumement, en raison de son état avancé de décomposition, et il est aussi très probable que les Dramard n’aient pas payé pour le transport en France, puisque l’amiral Charles Baudin, commandant de la flotte française alors dans le golfe de Naples, accorde alors gratuitement l’asile sur ses bateaux à tous ceux qui voudraient quitter la ville78. Même si cet épisode constitue un cas exceptionnel, il montre comment le sentiment d’affection envers le corps de l’enfant mort ne concerne pas seulement les classes aisées.

Conclusion

29La laïcisation des pratiques liées à la sépulture dans le royaume des DeuxSiciles commence au cours de la décennie napoléonienne. Le gouvernement de la Restauration conserve la plupart des réformes de l’administration précédente, mais le roi demeure un protecteur de la foi catholique. Il s’agit d’un facteur politique crucial, avec des retombées concrètes sur la vie des non-catholiques, résidants ou de passage, dans le pays. Dès les années 1830, la couronne agit selon une nouvelle ligne de tolérance modérée, conformément à certains objectifs économiques et aux équilibres internationaux imposés par la Restauration. Les règles de la diplomatie imposent de trouver une place pour les morts hétérodoxes. L’appartenance nationale joue alors un rôle lorsque les individus peuvent profiter de la protection d’un pays politiquement influent, comme dans les cas de la Grande-Bretagne et de la Russie, tandis que les autres minorités cherchent à se placer sous la protection de l’une de ces puissances.

  • 79 Comme dans le cas napolitain, ces établissements sont appelés « cimitero degli Inglesi » : Antonio (...)

30Au cours de la même période, d’autres villes italiennes autorisent la construction de cimetières extra-urbains pour les minorités non-catholiques. Dans les cas de Rome et de Gênes, les légations britanniques négocient avec les autorités locales pour obtenir un terrain d’inhumation79. Ces établissements deviennent très rapidement le point de référence pour toutes les communautés chrétiennes non-catholiques, selon des dynamiques également attestées dans la capitale des Deux-Siciles. Par conséquent il est possible que le gouvernement napolitain se soit simplement adapté à un contexte général de réciprocité. Une particularité de la capitale semble être la division en deux classes des défunts, pour laquelle si un non-catholique indigent meurt, son corps est jeté dans les puits du Camposanto vecchio, comme ceux des Napolitains pauvres.

31Enfin, les Grecs se trouvent dans une situation particulière ; en effet, au-delà des exigences spirituelles, les pratiques funéraires constituent aussi une manifestation des hiérarchies sociales et des affrontements politiques. Cela est évident dans les rapports qu’entretient l’ancienne communauté gréco-albanaise catholique avec les nouveaux arrivés, dont une grande majorité est de confession orthodoxe. La première cherche ainsi à se distinguer de la seconde pour conserver le rapport privilégié qu’elle a établi au fil du temps avec la couronne. Les orthodoxes, en revanche, oscillent constamment entre l’opportunité de profiter des organisations gréco-albanaises pour les contrôler, et le recours à l’extranationalité pour négocier des conditions plus favorables selon la conjoncture. Aux divisions internes de ce groupe hétérogène de langue grecque s’ajoute l’hostilité des autorités catholiques, dont le discours insiste sur la préservation de la pureté de la foi des régnicoles. Les stratégies adoptées par les évêques pour saboter la construction des cimetières hétérodoxes s’appuient notamment sur la réaction populaire qui s’émeut de la contamination de la pureté de ces lieux. Une telle réaction est souvent fomentée par la prédication des religieux eux-mêmes, qui profitent des situations économiques défavorables pour alimenter le ressentiment, comme nous l’avons relevé dans le cas des manufactures suisses.

  • 80 Il s’agit d’un sujet classique de l’histoire des mentalités, sur lequel nous renvoyons à Michel Vov (...)

32La période analysée correspond enfin aux premières années de diffusion des nouveaux procédés pour l’embaumement, plus simples et plus efficaces, qui permettent de déplacer les dépouilles sans attendre leur décomposition. Il s’agit d’un phénomène très limité, qui – en raison du prix des embaumeurs et du transport – concerne surtout les corps de personnes appartenant aux classes aisées, de passage, ou résidant pour des périodes courtes. Mais les consuls organisent désormais le retour des dépouilles de leurs compatriotes, tandis que le gouvernement local règlemente une éventualité qui n’est plus jugée comme occasionnelle. Dans ce cadre, le rôle joué par le paramètre émotionnel est très intéressant : presque un tiers des cadavres rapatriés sont des mineurs de moins de 18 ans. Par ailleurs, le sujet de la mort en exil relie la nostalgie de la famille et celle de la patrie, pour devenir un leitmotiv de la littérature romantique. Cette nouvelle attitude se superpose progressivement au sentiment religieux traditionnel : par conséquent, la Nation prend sa place à côté de la Foi dans les attitudes des Européens face à la mort80.

Haut de page

Notes

1 La bibliographie concernant la période moderne est très riche ; parmi les ouvrages les plus récents on signalera Benjamin J. Kaplan, Divided by Faith. Religious conflict and the practice of toleration in Early Modern Europe, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2007.

2 Dans cet article nous analysons seulement la partie continentale du royaume, dont la législation en matière de sépultures suit un parcours diffèrent par rapport à la Sicile ; Diego Carnevale, L’affare dei morti. Mercato funerario, politica e gestione della sepoltura a Napoli (secoli XVII-XIX), Rome, École française de Rome, 2014, p. 427-428.

3 Federico Curato, Il Regno delle Due Sicilie nella politica estera europea (1830-1861), Palermo, Arnaldo Lombardi Editore, 1989.

4 Diego Carnevale et Brigitte Marin, « Naples, une réforme difficile », in Régis Bertrand, Anne Carol (dir.), Aux origines des cimetières contemporains. Les réformes funéraires de l’Europe occidentale, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2016, p. 323-342.

5 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele : una minoranza protestante nell’Italia dell’Ottocento, Bologna, il Mulino, 2006.

6 Sur la construction de ce cimetière, voir Diego Carnevale et Brigitte Marin, « Naples… », op. cit.

7 Ibid., p. 328-329.

8 Dès le xvie siècle, la ville est presque dépourvue de lieux de sépulture ouverts. Par conséquent, la quasi-totalité des inhumations se fait dans le sous-sol des églises ; Diego Carnevale, L’affare dei morti…, op. cit., p. 61-76.

9 Ibid., p. 77-86.

10 Sur la pollution des espaces sacrés, voir Michelle Bordeaux, « Le sang du corps du droit canon ou des acceptions de l’adage “Ecclesia abhorret a sanguine” », Droit et société, 28, 1994, p. 543-563.

11 Régis Bertrand, « Le décret de prairial précisé (18041870) », in Régis Bertrand et Anne Carol (dir.), Aux origines…, op. cit., p. 131-158.

12 Pompilio Petitti, Repertorio amministrativo ossia Collezioni di leggi decreti, reali rescritti, ministeriali di massima regolamenti, ed istruzioni sull’amministrazione civile del Regno delle due Sicilie, 6 vol., Napoli, tipografia di P. Androsio, 1859, vol. 3, p. 434.

13 Ibid.

14 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele…, op. cit.

15 Ibid., p. 134.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 134 et 135, n. 17. Dans le premier cas la population cherche à empêcher la sépulture d’un Suisse en lançant des pierres au moment de l’enterrement. Le deuxième épisode concerne un ouvrier suisse de la colonie de S. Leucio auquel est refusée la sépulture dans le cimetière de la colonie.

18 Ibid., p. 110.

19 Pour une vision de la politique napolitaine à l’égard des puissances européennes, voir Giuseppe Galasso, Il Regno di Napoli. Il Mezzogiorno borbonico e risorgimentale (1815-1860), in id. (dir.), Storia d’Italia, 15 vol., Torino, UTET, vol. 15, t. 5.

20 Gabriella Guida, Breve storia dei cimiteri acattolici di Napoli, in Giancarlo Alisio (dir.), Il Cimitero degli Inglesi, Napoli, Electa, 1993, p. 13-22.

21 Archivio di Stato di Napoli (dorénavant ASN), Magistrato di salute, boîte 288, dossier daté 1818.

22 Gabriella Guida, Breve storia…, op. cit., p. 16. Le site se trouve à la périphérie orientale de la capitale, assez proche du camposanto vecchio. Ce cimetière demeure en fonction jusqu’à la fin du siècle, mais le Consulat britannique de Naples conserve la propriété du terrain jusqu’en 1980.

23 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele…, op. cit., p. 110, n. 44.

24 Ibid., p. 188, n. 15.

25 ASN, Ministero degli Affari Interni (MAI), II, boîte 3569

26 Daniela Luigia Caglioti, Vite parallele…, op. cit., p. 104, n. 25.

27 Lettre de l’11 Aoû. 1838, ASN, MAI, II, boîte 3569.

28 Ibid.

29 Lettre de l’intendant au ministre de l’Intérieur de 25 Jan. 1851, ASN, MAI, II, boîte 3571. La lettre fait le point sur la question jusqu’aux années 1850.

30 Lettre de 8 Aoû. 1837, ASN, MAI, II, boîte 719.

31 Pompilio Petitti, Repertorio amministrativo…, op. cit., p. 468.

32 Ibid. Dans le texte de la circulaire, les non-catholiques sont aussi définis comme « ceux qui appartient à une différente croyance ».

33 Vincenzo Giura, Storie di minoranze…, op. cit., p. 119121. De manière générale, sur l’histoire de la présence gréco-albanaise dans le sud de l’Italie à l’époque moderne, voir Angela Falcetta, Ortodossi nel Mediterraneo cattolico. Frontiere, reti, comunità nel Regno di Napoli (1700-1821), Roma, Viella, 2016.

34 Sur cette question l’étude classique de Vittorio Peri demeure fondamentale : Chiesa romana e “rito” greco. G.A. Santoro e la Congregazione dei Greci (1566-1596), Brescia, Paideia, 1975.

35 Sur les différents usages de la catégorie « grec » par les acteurs eux-mêmes, voir Angela Falcetta, Ortodossi…, op. cit., introduzione, et Mathieu Grenet, La fabrique communautaire. Les Grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1770-1840, Rome, École française de Rome, 2016, p. 395-402.

36 Ioannis Hassiotis, « Sull’organizzazione, incorporazione sociale e ideologia politica dei Greci a Napoli (dal XV alla metà del XIX sec.) », in Επιστημονική Επετηρίδα της Φιλοσοφικής Σχολής Αριστοτελείου Πανεπιστημίου Θεσσαλονίκης, vol. 26, 1981, p. 409-452.

37 Le texte du traité se trouve dans Lorenzo Giustiniani, Nuova Collezione delle Prammatiche del Regno di Napoli, 15 vols., Napoli, Stamperia Simoniana, 1803-1805, vol. 5, p. 259-281.

38 Paolo Petta, Stradioti : soldati albanesi in Italia (sec. XV-XIX), Lecce, Argo, 1996. La création de ce régiment faisait partie d’un programme d’expansion de l’influence napolitaine dans les Balkans méridionaux ; Vincenzo Giura, Storie di minoranze…, op. cit., p. 131, n. 43.

39 Ioannis Hassiotis, « Sull’organizzazione… », art. cit., p. 436-439.

40 Carolina Belli, La comunità greca a Napoli. Una cerniera nel Mediterraneo fra Oriente e Occidente, in Laura Barletta (dir.), Integrazione ed emarginazione : circuiti e modelli. Italia e Spagna nei secoli XV-XVIII, Napoli, CUEN, 2002, p. 453-483, p. 468-473.

41 Archivio Segreto Vaticano, Nunziatura di Napoli, boîte 203, fol. 143-200,

42 Lettre de 17 Jui. 1844, ibid., fol. 156. La concession suivait très probablement la circulaire de 1841. Dans la même lettre, le maire juge le cimetière orthodoxe en construction « de forme trop joyeuse et riante » pour la matière funéraire.

43 Carolina Belli, La comunità greca…, op. cit., p. 473.

44 Federico Curato, Il Regno…, op. cit. Pour un cadre général voir Norman E. Saul, Russia and the Mediterranean 1797-1807, Chicago, University of Chicago Press, 1970.

45 Ioannis Hassiotis, « Sull’organizzazione… », art. cit., p. 434-436.

46 Ibid., p. 436.

47 La documentation examinée montre qu’à partir de cette date les Russes sont inhumés dans le jardin de Santa Maria della Fede, il est donc probable que les autres orthodoxes le soient aussi.

48 Sur le cimetière des juifs, voir Vincenzo Giura, La comunità israelitica di Napoli (1836-1945), Napoli, ESI, 2002.

49 Lettre du 5 Jan. 1847, ASN, MAI, II, boîte 3570, vol. IX.

50 F. Curato, Il Regno…, op. cit. p. 134.

51 Lettre du consul Mutusiani du 10 Jan. 1850, ASN, MAI, II, boîte 3571.

52 Lettre du 21 Dec. 1850, ASN, MAI, II, boîte 3569.

53 Cependant, le roi exclut les Grecs orthodoxes de cette concession : Carolina Belli, La comunità greca…, op. cit., p. 473.

54 Un cas célèbre est celui de l’amiral anglais Horatio Nelson, dont le corps a été immergé dans un tonneau d’eau de vie après la bataille de Trafalgar pour le rapatrier en Grande Bretagne.

55 Sur toutes les questions concernant l’embaumement, voir Anne Carol, L’embaumement. Une passion romantique. France, xixe siècle, Paris, Champ Vallon, 2015.

56 Le même procédé était employé pour les cadavres réputés saints, dont l’absence de putréfaction était considérée comme un signe de la condition surnaturelle du corps.

57 Ibid., p. 10.

58 Giuseppe Tranchina, « Nuovo metodo di imbalsamazione premiato da S.M. il Re delle Due Sicilie », in Annali Universali di Medicina, 75, 1835, p. 370-379.

59 Parmi les expérimentations du procédé Tranchina, le cas plus célèbre est celui du pharmacien Jean-Nicolas Gannal ; voir Anne Carol, L’embaumement…, op. cit., p. 63.

60 Gérard Jorland, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publiques en France au xixe siècle, Paris, Gallimard, 2012.

61 Les quinze premières demandes se trouvent dans ASN, Intendenza di Napoli (IN), III, Trasloco cadaveri e seppellimenti, boîte 8851-8854 ; les 2 autres sont conservées dans ASN, MAI, II, boîte 3570. La première des deux sous-séries a été créée comme une section distincte de l’ancienne série « Santé publique » de l’Intendance de Naples, laquelle, apparemment, n’a pas subi de pertes documentaires. La sous-série accueille aussi les transferts internes au royaume des corps des Napolitains, au nombre de 172, et dont la majorité date d’après la Révolution du 1848.

62 Dans tous les cas examinés, lorsqu’un corps est rapatrié après la mort, il est soumis à une « injection ».

63 Lettre du 3 Nov. 1843, ASN, IN, III, Trasloco cadaveri e seppellimenti, boîte 8851, dossier 506. Le directeur général des impôts indirects demande à l’intendant d’être informé chaque fois qu’un cadavre doit entrer ou sortir de Naples, afin d’éviter l’exposition des douaniers au risque sanitaire lié à la perquisition des cercueils.

64 Lettre du 20 Avr. 1842, ASN, MAI, II, boîte 3570.

65 Ibid.

66 Si on considère les mineurs de moins de 18 ans, il faut ajouter deux cas supplémentaires. Trois enfants sur quatre sont d’origine française.

67 Catherine Rollet, Les enfants au xixe siècle, Paris, Hachette, 2001.

68 Rapport de l’administration municipale 12 Jui. 1844, cité in E.A. Baratynskij, in Leone Pacini Savoj, Nullo Minissi (dir.), Annali dell’Istituto Universitario Orientale, sezione Slava, II, 1959, pp. 201-202, p. 202.

69 Lettre du 8 Avr. 1845, ASN, IN, III, Trasloco cadaveri e seppellimenti, boîte 8853.

70 Rapport de l’intendant du 18 Aoû. 1843, ibid., boîte 8852, dossier 261

71 Ibid.

72 Rapport du sous-intendant de Piedimonte du 25 Aoû. 1843, ibid.

73 Lettre du consul français du 26 mai 1848, ASN, MAI, II, boîte 3570, vol. X.

74 Ibid.

75 En 1840, le voyageur Antoine Valéry remarque que la boulangerie française au Largo di Palazzo est « très à la mode » : Antoine Valéry, L’Italie confortable : manuel du touriste. Appendice aux voyages historiques, littéraires et artistiques en Italie, Bruxelles, Société typographique belge, sans date mais antérieur à 1842 (2e éd.), p. 133. Dans l’acte de naissance du fils, Louis Léon, daté du 25 mars 1846, Dramard déclare être âgé de 40 ans, originaire de Sainville (Eure-et-Loir), boulanger de profession et être domicilié au Largo di Palazzo 46 (probablement à la même adresse que sa boutique), tandis que son épouse Marie Louise Guerin déclare avoir 31 ans et être née à La Ferté-Alais (Seine-et-Oise) : ASN, Stato civile, quartiere S. Ferdinando, année 1846, nascite, fol. 281.

76 Daniela Luigia Caglioti, « Minoranze e rivoluzione. I protestanti stranieri nel Mezzogiorno del ’48 », Passato e Presente, XXI, 2003, p. 37-61.

77 Lettre du consul français du 26 Mai 1848, ASN, MAI, II, boîte 3570, vol. X. L’autorisation est mentionnée sur le verso de la lettre.

78 Ferdinando Petruccelli della Gattina, La rivoluzione di Napoli nel 1848, Genova, Tip. Moretti, 1850, p. 121.

79 Comme dans le cas napolitain, ces établissements sont appelés « cimitero degli Inglesi » : Antonio Menniti Ippolito, Cimitero acattolico di Roma : la presenza protestante nella città del papa, Roma, Viella, 2014, et Franco Sborgi, Staglieno e la scultura funeraria Ligure tra Ottocento e Novecento, Genova, Artema, 1997, p. 39-40. À Florence, le cimetière réformé, aussi dit « des Anglais », a été fondé par la communauté évangélique en 1827 : Graziella Cirri, Guida ai cimiteri privati di Firenze, Firenze, Nuova Toscana Editrice, 2006, p. 20-41.

80 Il s’agit d’un sujet classique de l’histoire des mentalités, sur lequel nous renvoyons à Michel Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Carnevale, « Sépulture et rapatriement des corps des étrangers dans le royaume des Deux-Siciles (1816-1860) », Diasporas, 30 | 2017, 69-82.

Référence électronique

Diego Carnevale, « Sépulture et rapatriement des corps des étrangers dans le royaume des Deux-Siciles (1816-1860) », Diasporas [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/843 ; DOI : 10.4000/diasporas.843

Haut de page

Auteur

Diego Carnevale

Diego Carnevale est docteur en histoire moderne des universités de Naples et Aix-Marseille. Depuis 2016, il est Marie Curie fellow à Birkbeck College, University of London. Ses intérêts de recherche concernent les relations entre société et institutions dans les villes européennes d’Ancien Régime. Parmi ses travaux les plus récents : « Le prix de la foi. Économie des services religieux dans une ville de l’époque moderne (Naples, xviie-xviiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 129-1, 2017 ; L’affare dei morti. Mercato funerario, politica e gestione della sepoltura a Napoli (secoli XVII-XIX), Rome, École française de Rome, 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals