Navigation – Plan du site

« Donner une place à la mort du migrant et au rapport aux défunts dans les études sur les migrations »

Interview with Françoise Lestage – “To give the migrant’s death and the relation to the deceased a place in migration studies”
Françoise Lestage et Mathieu Grenet
p. 103-108

Résumés

L’anthropologue Françoise Lestage revient dans cet entretien sur les travaux pionniers qu’elle a consacré à la thématique de la mort en migration, ainsi que sur leurs prolongements récents dans la constitution de cet objet d’étude au croisement de plusieurs disciplines et méthodologies. Elle analyse la manière dont la mort en migration interroge l’élaboration et l’énonciation des identités collectives et individuelles, et évoque la centralité de la violence (et notamment celle des États) dans les lectures contemporaines du phénomène.

Haut de page

Notes de la rédaction

Entretien avec Françoise Lestage réalisé par Mathieu Grenet

Françoise Lestage est professeure d’anthropologie à l’Université Paris-Diderot et chercheure au sein de l’Unité de Recherche Migrations et Société (UMR URMIS. Ses recherches portent sur la sociologie et l’anthropologie de la petite enfance, de la famille, de l’ethnicité et des migrations, en particulier dans l’espace mésoaméricain. Elle a consacré à ces thèmes plusieurs ouvrages (Naissance et petite enfance dans les Andes péruviennes. Pratiques, rites, représentations, L’Harmattan, 1999 ; Les Indiens mixtèques dans les Californies contemporaines. Migrations et identités collectives, P.U.F., 2009 ; “Los mixtecos” en Tijuana. Reterritorialización y construcción de una identidad colectiva, COLEF-COLMICH-UAM-CEMCA, 2011) ainsi que de nombreux articles. Elle a également coordonné plusieurs ouvrages et dossiers collectifs, dont celui que la Revue Européenne des Migrations Internationales a consacré en 2012 à « La mort en migration ».

Texte intégral

  • 1 Françoise Lestage, « L’enfant et le terroir. La construction de l’identité paysanne dans une commun (...)
  • 2 Gilles Bataillon, Françoise Lestage (dir.), « Sociologie politique de la Bolivie », numéro thématiq (...)

Mathieu Grenet : Comment cette thématique de la « mort en migration » s’insère-t-elle dans votre propre trajectoire intellectuelle, depuis vos premiers pas dans le champ de l’anthropologie de la famille et de la petite enfance1 jusqu’à vos travaux plus récents2 ?

  • 3 Françoise Lestage, « Le dernier voyage des migrants mexicains. Ethnographie du retour des défunts » (...)

Françoise Lestage : Sans doute, du point de vue symbolique, le jeune enfant et le cadavre se trouvent-ils dans des situations liminaires assez proches qui requièrent des rituels de rupture et d’agrégation dans toutes les sociétés. Mais c’est avant tout mon intérêt pour l’articulation entre l’intime, la société et l’État – notamment l’inscription d’évènements perçus comme privés à ces différents niveaux – qui m’a menée à l’anthropologie de la petite enfance dans les Andes péruviennes et à celle des usages et pratiques autour des défunts en contexte de migration au Mexique. Cette thématique de la « mort en migration » s’est imposée à moi au milieu des années 2000, après une vingtaine d’années de recherche sur les changements sociaux en contexte de migration, tout simplement parce que mes interlocuteurs migrants l’évoquaient ou l’interrogeaient, à chaque fois que le père ou la mère de l’un d’eux décédait dans le lieu d’origine au Mexique, ou qu’un camarade mourait sur place aux États-Unis. Ces observations récurrentes m’ont conduite à m’intéresser de plus près à ce qui se passait dans les deux cas et, de façon plus générale, aux usages de la mort en milieu migrant3.

  • 4 Françoise Lestage, Anne Raulin (dir.), « La mort en migration », dossier thématique de la Revue Eur (...)
  • 5 Atmane Aggoun, Les musulmans face à la mort, Paris, Vuibert, 2006 ; Claudine Attias-Donfut, Françoi (...)
  • 6 Voir notamment Sylvain Musinde, Le transfert chez les Bena-Mambwe de la RDC de la dépouille mortell (...)
  • 7 « Morts en contexte migratoire » (MECMI), programme de recherche ANR France-Québec coordonné par Ca (...)

Ce premier questionnement, ajouté à l’expérience du terrain, m’a peu à peu conduite à d’autres interrogations plus spécifiques sur les pratiques sociales, religieuses, politiques et commerciales qui y sont liées ; sur les politiques publiques, leur mise en application et leurs effets sur les migrants et leurs familles ; sur les flux des morts versus ceux des vivants, etc. Mon propos a toujours été d’analyser les migrations et leurs effets sociaux en donnant une place à la mort du migrant et au rapport aux défunts dans les études sur les migrations. L’élaboration puis la parution du dossier de la Revue Européenne des Migrations Internationales coordonné en 2012 avec Anne Raulin a constitué un moment clé4. Ce numéro, pour lequel j’ai activement recherché des auteur-e-s avec un succès mitigé, ceux-ci étant peu nombreux, a favorisé la constitution officielle de la thématique en champ, au niveau national et international en se fondant sur des travaux antérieurs portant sur la question de la mort en migration dans des continents et des sociétés variés qui étaient restés isolés5, et en se structurant principalement autour de la sociologie et de l’anthropologie. Les articles de ce numéro s’interrogeaient sur les représentations de la bonne mort, les appartenances politiques et identitaires produites par la mort au loin et l’entrepreneuriat dédié aux morts en migration. À la suite de cette parution j’ai été contactée par des chercheurs de plusieurs pays pour évaluer des articles, préfacer des ouvrages, diriger des thèses, en être membre du jury6, ou participer à des projets de recherche, tel « Morts en contexte migratoire » financé par l’ANR France-Québec7. Sans le vouloir, je suis devenue une « facilitatrice » recherchée pour mettre en contact entre eux les collègues francophones ou hispanisants qui travaillent sur cette thématique. Actuellement, nous sommes en train de constituer un réseau européen-québécois grâce au travail et au dynamisme de Lilyane Rachédi à l’université de Montréal et de Carolina Kobelinsky au CNRS, un réseau ouvert à tous les chercheurs.

MG : Du fait du caractère récent de la constitution de cette thématique en objet d’étude, son traitement à très tôt fait l’objet d’une approche faisant largement dialoguer entre elles les sciences sociales, et notamment l’ethnologie et la sociologie. À votre sens, qu’est-ce qu’une approche interdisciplinaire a encore à nous apprendre de cette question ? Et plus particulièrement, quelle peut être selon vous la place de l’histoire et de l’archéologie dans cette conversation à plusieurs voix ?

  • 8 Laura Julienne Ondoua, Yolande Govindama, « La vieillesse dans un contexte migratoire : identité et (...)

FL : Une approche interdisciplinaire renforcée a sans doute à nous apprendre sur cette question. C’est peut-être même une voie pour renouveler les problématiques. Le champ des migrations est partagé par toutes les disciplines des sciences sociales et humaines, y compris l’histoire et l’archéologie, et la thématique particulière de la mort en migration ne déroge pas à la règle de cette multidisciplinarité. Au cours des vingt dernières années, elle a davantage intéressé les anthropologues et sociologues, parfois en collaboration avec les médecins, les psychologues et les travailleurs sociaux en lien avec la vieillesse et la fin de vie. Cette orientation incluant les praticiens de la santé et du travail social reste plus nord-américaine qu’européenne, mais il me semble qu’elle commence à alimenter aussi les réflexions des jeunes chercheurs européens8. Les travaux historiques, fondés sur des sources plus éloignées dans le temps et comparatives, permettent de prendre de la distance avec les questions sociétales qui croisent les thèmes de recherche et les orientent parfois : par exemple, sur le lien entre religion et altérité que les historiens ont déjà beaucoup creusé. Je pense à la création et la gestion d’espaces funéraires pour étrangers et aux politiques publiques qui les entourent, ou encore aux confréries religieuses et à leur participation aux pratiques mortuaires dans toutes les Amériques. Quant à l’archéologie, elle est doublement concernée par les morts en situation de mobilité. D’une part parce que les mouvements de population sont au cœur de ses problématiques, son premier souci étant de dater les occupations humaines et de placer les mouvements de population dans une échelle de temps correcte. D’autre part, parce que pour obtenir ce résultat, l’un des outils de l’archéologie consiste à étudier les témoins matériels que sont les ossements, la façon dont ils sont déposés et leur environnement, et à analyser ainsi la réalité concrète du mort. C’est le travail de l’anthropologie physique. Ce point de vue fournit une expertise technique dans l’analyse des restes humains et de la culture matérielle liée aux morts pour les époques passées. Un tel apport ferait entrer aussi les sciences plus « dures » dans la réflexion et l’ouvrirait vers de nouvelles pistes.

MG : Que ce soit dans l’éditorial du numéro thématique que vous avez dirigé pour la Revue Européenne des Migrations Internationales ou dans vos articles sur le transfert des corps de migrants mexicains décédés aux États-Unis, vous soulignez à plusieurs reprises la manière dont cette thématique interroge les constructions spatiales inhérentes à l’expérience migratoire, notamment en brouillant l’opposition ici/ là-bas. Selon vous, dans quelle mesure et selon quelles modalités ces constructions spatiales percolent-elles en retour l’élaboration comme l’énonciation des identités collectives et individuelles – en d’autres termes, quels types de « communauté » et d’« individu » ces spatialités construisent-elles ?

  • 9 Arnaud Esquerre, Gérôme Truc, « Les morts, leurs lieux et leurs liens », Raisons politiques, 41, 20 (...)

FL : En effet, j’ai écrit que la question de la mort en migration interroge les constructions spatiales inhérentes à l’expérience migratoire. Je ne crois plus aujourd’hui qu’il s’agisse d’une particularité. A l’heure des politiques migratoires très restrictives qui bloquent les migrants et les contraignent à changer sans cesse de trajectoire et de projet de vie pour avancer, et à emprunter des routes de plus en plus dangereuses, les constructions spatiales produites par l’expérience migratoire sont devenues de plus en plus complexes et n’oscillent plus, ou de moins en moins (elles le font encore pour les travailleurs temporaires par exemple), entre un ici et un là-bas – comme ce fut le cas pour les ouvriers maghrébins dans les pays européens dans les années soixante ou les Mexicains aux États-Unis jusqu’aux années quatre-vingt –, mais entre un grand nombre de lieux et souvent de pays. De même, tout comme le traitement du corps du migrant défunt contribue à brouiller la distinction entre les lieux, puisque les restes du défunt et la sépulture peuvent être matériellement ou symboliquement partagés ou dupliqués pour exister dans plusieurs espaces9, d’autres évènements sociaux, religieux ou politiques fonctionnent désormais sur le même modèle de la multi-présence, notamment grâce aux téléphones portables, à Skype, et aux réseaux sociaux. Bref, à mon sens, les spatialités sont davantage construites par la mobilité des vivants plutôt que par celle des morts, même si la situation actuelle entraîne un blocage de la circulation des vivants alors que celle des défunts reste fluide.

  • 10 Françoise Lestage, « Le dernier voyage des migrants mexicains. Ethnographie du retour des défunts » (...)
  • 11 Claudine Attias-Donfut, François-Charles Wolff, « Le lieu d’enterrement… », art. cit.
  • 12 Françoise Lestage, « La circulation facilitée des migrants défunts. Réflexions à partir de la front (...)

Cependant l’élaboration et l’énonciation des identités collectives et individuelles peuvent se cristalliser à l’occasion d’un décès. C’est la stratégie de l’État fédéral et des États fédérés mexicains qui utilisent les morts emblématiques de leurs citoyens aux États-Unis (tué par un policier par exemple) pour fédérer les migrants et les non-migrants autour de cérémonies qui valorisent la mexicanité. Les rites funéraires privés suite au transfert du corps d’un migrant resserrent aussi les liens familiaux et villageois (« communautaires »), plus ou moins selon le degré de prestige du défunt10 et selon son sexe11. Ce sont là des moments d’identification qui revivifient le groupe. Certains peuvent aller plus loin et lancer des revendications sociales, comme cela a été le cas récemment sur la frontière mexico-étasunienne avec des vétérans étatsuniens d’origine mexicaine expulsés au Mexique et souhaitant revenir aux États-Unis12. Leur mouvement s’est appuyé sur le retour des cendres de l’un d’entre eux aux États-Unis pour se faire entendre.

MG : Dans quelle mesure la médiatisation actuelle de cette thématique au regard des nombreuses disparitions de migrants en Méditerranée a-t-elle infléchi la manière dont les sciences sociales s’emparent désormais de la question ? S’agit-il « seulement » d’un redécouverte à la fois de la proximité géographique du phénomène et de la portée citoyenne de son traitement, ou détectez-vous des évolutions dans la manière même dont l’objet est désormais envisagé à l’aune de cette tragique actualité ?

  • 13 Arnaud Esquerre, Gérôme Truc (dir.), « Morts et fragments de corps », numéro thématique de la revue (...)
  • 14 Michel Hanus, « Les traces des morts. Nécessité pour les proches ou la société de savoir où se trou (...)
  • 15 Arnaud Esquerre, « Les morts mobiles. Étude sur la circulation des cendres en France », Raisons pol (...)

Dans les travaux sur les migrants morts aux frontières – de l’Europe, des États-Unis – je crois qu’il ne s’agit pas uniquement d’une redécouverte du phénomène de la mort des migrants, mais d’un point de vue particulier sur cet objet qui est désormais centré sur la violence : celle de l’État/des États. Cette « redécouverte » rejoint ainsi d’autres questions concernant les morts dues à différentes formes de violence : les inhumations/ exhumations et les apparitions/disparitions de corps morts à la suite de guerres, d’actes mafieux ou terroristes. Ce fut clairement le cas de l’atelier « Wandering deads. Displacement and the critical movement of dead bodies » coordonné par Carolina Kobelinsky et Grégory Delaplace en juin 2017 à l’université de Paris-Ouest Nanterre. Il unissait explicitement dans une même réflexion la violence de masse et les migrations internationales et interrogeait notamment le traitement de la mort des étrangers et du devenir de leurs cadavres par les collectifs sociaux, les États et les supra-États. Cette collusion entre morts en migration et violence des États est présente dans ce dossier de la revue Diaspora, dans l’article de Ottavia Salvador, « Imagenes mortis dans l’immigration : une enquête dans l’Italie du xxie siècle ». Cette auteure ne distingue volontairement pas les migrants morts de maladie et ceux qui décèdent de mort violente à cause de la migration, parce qu’elle considère le migrant comme une sorte d’otage dans le rapport entre les États. Selon elle, sa mort ne peut être envisagée que sous un aspect politique et elle est le résultat d’une violence, même si le décès est un cancer. Cette interprétation de la mort en migration sous l’angle quasi-exclusif de la violence et du politique me semble être l’effet de la « crise migratoire » et du nombre impressionnant de morts des années récentes. Cela dit, bien que les études sur la mort et les morts soient légion, la mobilité des restes humains en constitue aussi un nouveau sous-champ. Le numéro de la revue Raisons politiques coordonné par Arnaud Esquerre et Gérôme Truc en 2011 portait sur « ce qu’il reste des morts », « les fragments des corps morts » dans des sociétés et des situations variées qui relèvent de la violence, tels les restes des victimes des attentats du 11 septembre à New York ou de l’ex-Yougoslavie, ce qui rejoint le premier point, ou des morts moins dramatiques quand il traite d’une « ethnographie des reliques » et du devenir des cendres après crémation en France13. Ce dossier et les travaux de plusieurs de ses auteur-e-s ont marqué une inflexion récente des études sur la mort vers la mobilité, bousculant au passage des idées qui s’appliquaient à des morts appréhendés dans leur immobilité : ainsi de la nécessité de savoir où se trouvent les restes du défunt pour faire son deuil14, réfutée par Arnaud Esquerre qui, s’appuyant sur une enquête réalisée en Angleterre en 1963 et sur une citation de Freud, montre qu’il n’y a pas de lien entre le deuil et les « traces des défunts »15. Étudier la question des morts sous l’angle de la mobilité et de la migration contribue bien à renouveler les points de vue des sciences sociales dans ce domaine.

Haut de page

Notes

1 Françoise Lestage, « L’enfant et le terroir. La construction de l’identité paysanne dans une communauté des Andes péruviennes », Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, 24, 1995, n° 1, p. 127-136 ; id., Naissance et petite enfance dans les Andes péruviennes : Pratiques, rites, représentations, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Françoise Lestage, Daniel Delaunay, « Ménages et fratries mexicaines aux États-Unis : des histoires de vie, une histoire de famille », Revue Européenne des Migrations Internationales, 15, 1999, n° 3, p. 11-43 ; Françoise Lestage, Maria-Eugenia Olavarría (dir.), Parentescos en un mundo desigual : Adopciones, lazos y abandonos en México y Colombia, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana, 2011.

2 Gilles Bataillon, Françoise Lestage (dir.), « Sociologie politique de la Bolivie », numéro thématique de la revue Problèmes d’Amérique Latine, 91, 2013 ; Françoise Lestage, « Les politiques publiques en faveur des citoyens à l’étranger. La gestion de la souffrance des migrants mexicains », Problèmes d’Amérique Latine, 89, 2013, 3, p. 69-86 ; Françoise Lestage et Paul Schor (dir.), « Migrer dans les Amériques », dossier thématique de la revue IdeAs [En ligne], 6 / 2015, mis en ligne le 09 décembre 2015, consulté le 1er septembre 2017. URL : http://ideas. revues.org/1038 ; Françoise Lestage, « L’État mexicain aux États-Unis : des pratiques politiques extraterritoriales pour construire la nation ? », Politique américaine, 25, 2015, p. 113-125.

3 Françoise Lestage, « Le dernier voyage des migrants mexicains. Ethnographie du retour des défunts », Caravelle, 91, 2008, p. 131-148 ; id., « Apuntos relativos a la repatriación de los cuerpos de los mexicanos fallecidos en Estados Unitos », Migraciones Internacionales, 4, 2008, n° 4, p. 217-228 ; id., « Vivants et morts dans les migrations mexicaines : un système de relations inscrit dans la mobilité », in Virginie Baby-Collin, Geneviève Cortes, Laurent Faret, Hélène Guétat-Bernard (dir.), Migrants des Suds. Acteurs et trajectoires de la mobilité internationale, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2009, p. 431-452 ; id., « Entre Mexique et États-Unis : la chaîne entrepreneuriale de la mort des migrants », Revue Européenne des Migrations Internationales, 28, 2012, n° 3, p. 71-88 ; id., « Des frontières démultipliées ou consolidées ? Transferts des migrants défunts et réappropriations post-mortem au Mexique », Cahiers des IFRE, 3, 2016, p. 50-57.

4 Françoise Lestage, Anne Raulin (dir.), « La mort en migration », dossier thématique de la Revue Européenne des Migrations Internationales, 28, 2012, n° 3, p. 7-87.

5 Atmane Aggoun, Les musulmans face à la mort, Paris, Vuibert, 2006 ; Claudine Attias-Donfut, FrançoisCharles Wolff, « Le lieu d’enterrement des personnes nées hors de France », Population, 60, 2005, n° 5-6, p. 813-836 ; António Branquinho Pequeno, « Les morts voyagent aussi… Le « dernier retour » de l’immigré portugais », Esprit, novembre 1983, p. 153-156 ; Yassine Chaïb, L’émigré et la mort, préface d’Abdelmayak Sayad, Aix-enProvence, CIDIM-Édisud, 2002 ; Agathe Petit, La mort au loin. Les pratiques funéraires des migrants africains en France, Thèse d’ethnologie et d’anthropologie sociale, Marseille, EHESS, 2002 ; Dolorès Pourette, « Pourquoi les migrants guadeloupéens veulent-ils être inhumés dans leur île ? », Hommes et Migrations, 1237, 2002, p. 54-61 ; Abdelmalek Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999

6 Voir notamment Sylvain Musinde, Le transfert chez les Bena-Mambwe de la RDC de la dépouille mortelle de l’épouse vers la terre parentale, ou la réappropriation totale et exclusive de la femme décédée par sa famille, thèse de doctorat soutenue le 4 novembre 2014 à l’université Paris Diderot ; Ariadna Sole Arraras, Rituals funeraris islamics transnacionals. La repatriació de difunts entre Catalunya i Kolda (Senegal), thèse de doctorat soutenue le 29 juin 2015 à l’Université de Barcelone.

7 « Morts en contexte migratoire » (MECMI), programme de recherche ANR France-Québec coordonné par Carolina Kobelinsky (CNRS-LESC) et Lilyane Rachédy (UQAM-Québec).

8 Laura Julienne Ondoua, Yolande Govindama, « La vieillesse dans un contexte migratoire : identité et subjectivité à l’épreuve du vieillissement et de la migration », Psychologie Clinique, 40, 2015, n° 2, p. 60-80. Voir aussi Solé Arrara Ariadna, Rituals funeraris islamics transnacionals…, op. cit.

9 Arnaud Esquerre, Gérôme Truc, « Les morts, leurs lieux et leurs liens », Raisons politiques, 41, 2011, p. 5-11.

10 Françoise Lestage, « Le dernier voyage des migrants mexicains. Ethnographie du retour des défunts », Caravelle, 91, 2008, p. 131-148.

11 Claudine Attias-Donfut, François-Charles Wolff, « Le lieu d’enterrement… », art. cit.

12 Françoise Lestage, « La circulation facilitée des migrants défunts. Réflexions à partir de la frontière mexico-étatsunienne », Diversité urbaine, à paraître.

13 Arnaud Esquerre, Gérôme Truc (dir.), « Morts et fragments de corps », numéro thématique de la revue Raisons politiques, 41, 2011.

14 Michel Hanus, « Les traces des morts. Nécessité pour les proches ou la société de savoir où se trouve le corps ou les cendres du défunt », Études sur la mort, 132, 2007, p. 39-44.

15 Arnaud Esquerre, « Les morts mobiles. Étude sur la circulation des cendres en France », Raisons politiques, 41, 2011, p. 69-85.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Lestage et Mathieu Grenet, « « Donner une place à la mort du migrant et au rapport aux défunts dans les études sur les migrations » », Diasporas, 30 | 2017, 103-108.

Référence électronique

Françoise Lestage et Mathieu Grenet, « « Donner une place à la mort du migrant et au rapport aux défunts dans les études sur les migrations » », Diasporas [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/884 ; DOI : 10.4000/diasporas.884

Haut de page

Auteurs

Françoise Lestage

Mathieu Grenet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals