Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du xvie au début du xixe siècle

Pierre-Yves Beaurepaire
p. 165-167
Référence(s) :

Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du xvie au début du xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2017, 394 p., préface de Peter Clark, ISBN : 978-2-7297-0913-6.

Texte intégral

1« Le faubourg de l’Houmeau s’était agrandi comme une couche de champignons au pied du rocher et sur les bords de la rivière… » La description par Balzac du faubourg d’Angoulême est restée fameuse. L’auteur des Illusions perdues observait notamment : « En haut la noblesse et le pouvoir, en bas le commerce et l’argent : deux zones sociales constamment ennemies en tous lieux ». Pourtant, il faut bien reconnaître que les espaces suburbains n’ont pas suscité parmi les historiens modernistes l’intérêt que leur manifestent leurs confrères médiévistes et contemporanéistes. C’est dire l’importance de cet ouvrage tiré de la thèse soutenue par Yannick Jambon en 2010 à l’université Lyon II, qui s’appuie sur d’impressionnants dépouillements d’archives éclairant un échantillon de neuf villes témoins à travers le royaume de France, avec leurs faubourgs d’importance inégale – certains totalisent plus d’habitants que la ville intra-muros- et de création plus ou moins ancienne : Lyon, Grenoble, Toulouse, Angers, Orléans, Dijon, Romans-sur-Isère, Villeneuve de-Berg et Angoulême. Mais disons-le d’emblée, Aux marges des villes modernes va beaucoup plus loin, car l’ouvrage puise également dans une abondante bibliographie des éléments de comparaison avec des dizaines d’autres agglomérations. Car c’est bien d’agglomérations, au sens géographique du terme, qu’il s’agit, avec des quartiers hors les murs, dont la forme, l’architecture, la vie et la population présentent d’infinies variations. Comme Yannick Jambon le répète souvent, il faut oublier l’image d’un faubourg type, qui ne serait qu’un sas sans âme ni identité, entre monde rural et monde urbain, une porte en attente de franchissement, un espace de transit ou de relégation – pour les activités dangereuses à l’instar du faubourg Saint Seurin de Bordeaux, ou nauséabondes, pour la tannerie dijonnaise. La diversité des situations, des modes d’appropriation de l’espace, comme des interrelations avec la ville, est ici la règle. De même, les origines des faubourgs sont multiples et certains quartiers continuent d’être appelés faubourg même après leur inclusion dans l’enceinte urbaine. Certes, la multiplication des exemples à chaque étape de l’étude, notamment dans le premier tiers de l’ouvrage, alourdit parfois la démonstration (« on pourrait ainsi multiplier les exemples à l’envi » reconnaît d’ailleurs l’auteur), rappelant l’importance de la réécriture des thèses pour publication à l’heure où les presses universitaires se montrent elles aussi attentives à l’audience des travaux universitaires qu’elles éditent. Mais ce n’est rien en comparaison de la richesse des études de cas proposés, des notations glanées au fil des lectures et des carottages dans les gisements d’archives. L’appareil critique est remarquable et la thèse servie par une utilisation judicieuse de l’outillage bureautique et informatique de l’historien, notamment les bases de données qui lui ont permis de traiter de très nombreuses séries d’informations, dont les tableaux insérés à juste titre dans le corps de texte plutôt qu’en annexe font la synthèse. Comme le mentionnent à bon droit Peter Clark, orfèvre en matière d’histoire urbaine, et Olivier Zeller, qui a dirigé la thèse de l’auteur et qui s’est imposé en son temps lui aussi comme un remarquable découvreur et interprète des archives modernes, respectivement dans la préface et la postface du livre, Yannick Jambon a su inventer un sujet, d’apparence classique, mais en réalité qui attendait son historien. Certes, des faubourgs bien particuliers, comme les faubourgs Saint Antoine et Saint-Marcel, du Paris pré- et révolutionnaire, ou le faubourg de Saint Esprit-lès-Bayonne et sa forte communauté juive étudiés par Anne Zink, avaient déjà nourri des études remarquables, tandis que des grandes thèses d’histoire urbaine, comme celles de Maurice Garden sur Lyon, de Jean-Claude Perrot sur Caen, ou encore de Christine Lamarre sur les petites villes de Bourgogne, s’étaient directement ou indirectement intéressées aux territoires suburbains, mais aucun essai d’histoire comparée d’une telle ampleur et sur trois siècles n’avait été tenté.

2Le recours non seulement au vocabulaire mais surtout aux apports des recherches menées par les géographes permet de définir solidement et dans sa complexité l’objet faubourg, y compris dans ses relations multiples avec la ville centre de l’agglomération. Si, comme on l’a dit, les faubourgs ne se réduisent pas à des espaces de relégation considérés avec condescendance ou surveillés avec crainte par les magistrats urbains, ils n’en deviennent pas pour autant des tremplins vers le monde urbain et l’ascension sociale pour des ruraux en mobilité. L’auteur constate que rares sont les anciens habitants des faubourgs à s’être élevés dans les magistrats urbains une fois les murs de la ville franchis. La discontinuité territoriale entre l’intra-muros et l’extra-muros se traduit aussi sur les marchés foncier et immobilier, par un écart de prix significatifs, sans qu’il faille faire systématiquement des terrains et du bâti des faubourgs autant d’« opportunités » à saisir pour les bourgeoisies urbaines, qui lui préfèrent parfois des acquisitions en zone rurale périurbaine. Mais l’importance des axes de circulation et la fréquence des faubourgs-rues favorisent l’installation de postes à chevaux et surtout de cabarets, d’auberges voire de points d’accueil des pauvres au marge de la grande ville, comme dans le faubourg de la Guillotière où les recteurs de l’Hôtel-Dieu de Lyon décident d’installer « un centre de transit des voyageurs ».

3Comme l’écrit Yannick Jambon avec conviction, « les faubourgs de la modernité ne doivent pas être appréhendés comme des espaces dégradés vivant au quotidien sans connexion sociale avec la ville. Au contraire, ils étaient franchement insérés dans la vie urbaine ». De fait, les relations entre les villes et « leurs » faubourgs sont complexes. Ainsi dans le cas de Lyon, elles sont souvent difficiles entre le faubourg de la Guillotière et la municipalité et les différends parfois portés devant la justice, alors même que payant ni taille ni octrois, ses habitants pourraient apparaître comme privilégiés par rapport au faubourg de Vaise, ou de la Croix-Rousse. Dans le domaine économique, on connaît la vulgate du travail « au noir » dans les faubourgs, hors d’atteinte des syndics des métiers. La situation ici aussi varie d’un faubourg à l’autre. En effet, si à Angoulême les marchands du faubourg de l’Houlmeau résistent avec succès aux tentatives de prise de contrôle du marché du sel sur la Charente par le corps de ville, ou si à Bordeaux le faubourg Saint-Seurin ignore le régime des corporations, dans la plupart des cas les métiers incorporent artisans exerçant intra-muros et extra-muros. Plus généralement, on n’observe pas de solidarité entre des faubourgs qui feraient unanimement bloc contre la ville. Dans la perspective d’histoire sociale qui est la sienne, Yannick Jambon s’intéresse notamment à la sociabilité des espaces suburbains, et aux rencontres qui s’y déploient lors des fêtes. Au-delà des formes traditionnelles de récréation, l’auteur a repéré pour le xviiie siècle des loges maçonniques qui ont leur temple dans les faubourgs. Le papegay n’est pas absent, mais on aurait pu insister davantage sur la pratique des jeux d’adresse qui pour des raisons de sécurité se déploie souvent dans les faubourgs. C’est le cas notamment des chevaliers de l’arc, arbalète et arquebuse qui n’hésitent à installer leurs jardins, leurs perches et leurs buttes de tir dans les faubourgs sans renoncer pour autant à investir le centre urbain lors des fêtes qui couronnent le roi de l’oiseau. Plus classique, la dernière partie consacrée à la population, dans le but moins de rechercher un profil-type de l’habitant faubourien et de son foyer que de mettre en évidence des discontinuités démographiques avec la ville intra-muros arrive peut-être un peu tard dans la construction générale du livre, mais le choix de l’auteur s’explique si l’on considère que les faubourgs ne sont pas ici des décors mais des organismes vivants dont il étudie la morphogénèse, les cadres juridiques et économiques, la trame mouvante des relations qui les unissent et les distinguent de la ville, avant de zoomer sur leur profil démographique. On peut certes ici ou là émettre des doutes lorsque l’auteur estime par exemple que le « terme d’élite, avant tout étudié par les sociologues, a été au cœur de nombreux travaux historiques ces dernières années », tout en renvoyant à la synthèse de Guy Chaussinand-Nogaret, Histoire des élites en France parue en 1991, alors que le regretté David D. Bien et Michel Vovelle en débattaient déjà dans les années 1970 dans les colonnes des Annales. De même, la démographie historique a-t-elle vraiment été « progressivement abandonnée au cours des vingt dernières années par la communauté historique » ? On peut en douter quand on sait ses capacités à utiliser bases de données relationnelles et systèmes d’information géographique. Pour autant, Yannick Jambon a parfaitement relevé le défi qu’il s’était fixé, et au-delà des seuls faubourgs c’est la riche histoire sociale de la France d’Ancien Régime qu’il revisite avec bonheur. La lecture de cette belle thèse est donc à recommander chaleureusement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Beaurepaire, « Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du xvie au début du xixe siècle », Diasporas, 30 | 2017, 165-167.

Référence électronique

Pierre-Yves Beaurepaire, « Yannick Jambon, Aux marges des villes modernes. Les faubourgs dans le Royaume de France du xvie au début du xixe siècle », Diasporas [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/924

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Beaurepaire

Université Côte d’Azur, CMMC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals