Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31La dislocation à gauche ...

La dislocation à gauche et la focalisation

Left Dislocation and Focusing
Lidia Lebas-Fraczak

Résumés

Nous revenons sur les analyses de la fonction pragmatico-discursive de la dislocation à gauche du sujet en français, celles mettant en avant la fonction de thématisation et celles qui y ajoutent une fonction de focalisation en postulant pour le sujet disloqué un statut de thème focalisé. Nous retenons la notion de focalisation pour expliquer la raison d’être dans le discours d’une telle structure, en considérant cependant que le sujet n’est pas le seul à bénéficier de la focalisation dans ce cas, mais que la focalisation du prédicat lui-même se trouve ainsi renforcée, ce qui résulte en définitive dans la focalisation de la proposition entière. Afin d’étayer cette hypothèse, nous articulons la dislocation à gauche du sujet avec d’autres moyens syntaxiques intervenant dans le phénomène de la focalisation, puis nous élargissons le champ de la réflexion au cas de la dislocation à gauche d’un complément.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Dans cette contribution, nous allons revenir sur les façons d’envisager la fonction pragmatico-discursive de la dislocation à gauche du sujet en français, d’abord celle qui associe cette structure à la fonction de thématisation, puis celle qui y ajoute une fonction de focalisation en postulant pour le sujet disloqué un statut de thème focalisé. Nous présenterons et illustrerons ensuite notre description, introduite dans Auriel et Lebas-Fraczak (2017), qui privilégie la notion de focalisation pour expliquer la raison d’être dans le discours d’une telle structure, sans cependant considérer que seul le sujet bénéficie de la focalisation dans ce cas, mais que la focalisation du prédicat lui-même se trouve ainsi renforcée, ce qui résulte dans ce qui peut être considéré comme focalisation de la proposition entière, ou renforcement du statut communicatif-attentionnel de la proposition au sein du discours. Afin d’étayer cette hypothèse, nous reviendrons d’abord sur la notion de focalisation, en précisant la façon dont nous l’envisageons, puis nous articulerons la dislocation à gauche du sujet avec d’autres moyens syntaxiques intervenant dans le phénomène de la focalisation, liés à l’ordre dans lequel sont agencés les éléments constitutifs d’un segment de discours, à la quantité d’expressions qui forment un élément, et à la relation de dépendance entre éléments. Pour terminer, nous élargirons notre description au cas de la dislocation à gauche d’un complément.

2. La dislocation à gauche du sujet marque-t-elle une thématisation ?

2La « dislocation » est un phénomène très fréquent dans le discours oral (Blanche-Benveniste, 1997 ; Blasco-Dulbecco, 1999). Il est habituellement défini comme un détachement (à gauche ou à droite) d’un élément de la proposition, alors que le référent concerné reste exprimé au sein de la proposition par un pronom clitique (ex. la crise elle n’est pas finie ; elle n’est pas finie la crise). L’analyse de la dislocation à gauche du sujet a été l’objet de nombreuses études, dont les synthèses ont montré que la fonction le plus souvent évoquée est la thématisation de l’élément disloqué, consistant à « annoncer l’introduction d’un thème discursif ou conversationnel » ou à « introduire un changement de thème (ou de sous-thème) discursif ou conversationnel » (Blasco-Dulbecco, 1999 : 65-66). Cependant, comme l’a fait remarquer Blasco-Dulbecco, « la dislocation ne peut pas être toujours ramenée à un procédé de thématisation, d’autant qu’elle entretient avec le contexte précédent des relations identiques à celles observées pour les constructions non disloquées » (Blasco-Dulbecco, 1999 : 182). Notre analyse d’un corpus de discussions menées à l’école et au collège (Auriel et Lebas-Fraczak, 2017), dans les énoncés d’enfants mais aussi d’enseignants, nous a permis de conforter cette remarque. En effet, si un thème nouveau1 ou réactivé se trouve souvent exprimé avec le redoublement du sujet (dislocation à gauche), comme c’est le cas dans le tour de parole (TP) 40 au sein de l’extrait [1] ci-dessous (les oiseaux ils)2, il peut être exprimé aussi avec un sujet lexical simple, comme dans le TP 48 (les animaux).

[1] TP 16 : Ens. : chut:: # donc # est-ce que quelqu’un peut rappeler la question qu’on avait dit qu’on se poserait aujourd’hui
TP 17 : …?… : xx
TP 18 : François : quel euh
TP 19 : Ens. : François
TP 20 : François : est-ce que les animaux sont-ils intelligents
TP 21 : Ens. : voilà # les animaux sont-ils intelligents # et là on prend le tour de parole # qui est-ce qui a quelque chose à dire là-dessus # Laure # Alexandra # Isabelle
[…]
TP 39 : Ens. : d’accord # Alexandra
TP 40 : Alexandra : ben ouais il y en a il y en a certains qui sont intelligents # parce que quand les immi/ quand les a/ quand les oiseaux ils vont immigrer ben ils savent comment se diriger # déjà
[…]
TP 47 : Ens. : oui # Isabelle
TP 48 : Isabelle : ben:: # je reviens à la question d’Alexandra # eh ben # ben que les an/ ben oui que c’est c’est vrai que les animaux sont intelligents parce que # des fois y a des chiens quand tu leur # quand tu leur donnes des ordres ben ils y font pas mais # y a les autres chi/ les autres:: animaux ben ils y font des fois # les ordres qu’on demande.
  • 3 Les analyses de corpus d’autres auteurs ont montré que, bien que plus rare, un référent-t (...)

3Par ailleurs, nous avons trouvé, dans le corpus analysé, des énoncés où le sujet disloqué ne correspond pas à un thème nouveau3, comme dans le TP 32 ci-dessous (extrait [2]), où le thème dauphins n’est pas nouveau par rapport aux TP qui précédent, ayant été introduit par la même locutrice dans le TP 28 et repris par l’enseignante dans le TP 31. Cela dit, on remarque un changement de degré de généricité du sujet-thème : générique dans les énoncés précédents, il devient plus spécifique dans le TP 32.

[2] TP 28 : Laure : les renards ils sont rusés euh # les dauphins aussi # ils sont intelligents les dauphins
TP 29 : Ens. : c’est ce que tu as entendu dire en général ou <tu::>
TP 30 : Laure : ben oui
TP 31 : Ens. : qu’est-ce qui f/ qu’est-ce qui fait qu’est-ce qui te fait dire à toi qu’ils sont intelligents
TP 32 : Laure : ben euh tout ce qu’ils font enfin # comment euh par exemple on entend dans de dans des dans des euh dans la télé euh des fois # que les dauphins ils ont sauvé enfin voilà des trucs comme ça

4Nous avons pu conclure de nos analyses que la nouveauté ou la réactivation d’un référent en tant que thème n’est pas un facteur qui détermine à lui seul le choix de la dislocation à gauche, et que l’intention communicative liée à ce choix d’expression devrait être décrite en d’autres termes.

3. La dislocation à gauche du sujet marque-t-elle une focalisation ?

5La thématisation n’est pas la seule fonction attribuée à la dislocation à gauche. En effet, on y voit souvent, comme Prévost, « un désir de mise en relief », en reliant à celle-ci « l’expression d’un contraste plus ou moins explicite » (Prévost, 2003 : 69). Comme l’ont signalé Apothéloz (1997) et Blasco-Dulbecco (1999), le fait de considérer la dislocation comme un moyen d’opérer une mise en relief, ou d’attirer l’attention, a une longue tradition. Si le terme de « mise en relief » est souvent préféré au terme « focalisation », c’est probablement pour éviter un conflit conceptuel avec l’opposition « thème ou topique / focus », faite dans le cadre des analyses de la structure informationnelle. Chez Nølke (1997), qui considère la dislocation à gauche comme un moyen de focalisation, ce problème est évité grâce à la distinction entre focalisation « simple », qui « établit une stratification de l’énoncé en substrat et foyer » (Nølke, 2001 : 154)4, et focalisation « spécialisée », qui opère au sein d’« un paradigme non spécifié » et qui, dans le cas de la dislocation à gauche du sujet, sert à « identifier un thème à l’intérieur de ce paradigme » (Nølke, 2001 : 156) et à le focaliser, « focalisation qui marque un changement de thème » (Nølke, 2001 : 158). La focalisation du thème est cependant uniquement envisagée par Nølke pour les cas de la dislocation à gauche avec « rupture intonative après le sujet détaché » (Nølke, 2001 : 156). On peut observer une telle rupture dans l’énoncé ci-dessous (exemple [3]) produit par Nicolas Sarkozy cité dans un reportage consacré à sa visite dans des PME5. Après l’introduction par la voix off, qui précise : « À Argonay, il n’a pas caché l’ampleur de la crise », on y montre un fragment du discours de Nicolas Sarkozy commençant par les énoncés suivants :

[3] la crise↗ # elle n’est pas finie↗ # et elle aura des conséquences↘

6Il est intéressant de remarquer une différence avec la version écrite fournie par le site de l’Élysée (www.elysee.fr), qui ne contient pas de dislocation à gauche du sujet : Mais la crise n’est pas finie. Et elle aura des conséquences6. La lecture de la version écrite du discours permet de constater que le mot crise n’est pas le thème dans les énoncés qui précèdent, donc on peut parler de changement de thème. En visionnant la vidéo, on remarque l’insistance avec laquelle la séquence la crise # elle n’est pas finie est prononcée, en comparaison avec la proposition qui suit. Cela est marqué, premièrement, par la montée intonative sur le mot crise, puis par une pause, puis par l’intensité avec laquelle sont prononcés les mots pas et finie, puis par une nouvelle pause. Outre ces marques prosodiques, on observe, sur le plan non verbal, que le locuteur balaie du regard son auditoire en prononçant cette séquence, alors qu’il baisse les yeux sur ses notes en prononçant la proposition suivante. Il nous semble judicieux d’avancer que la dislocation à gauche du sujet contribue à créer cette insistance, ou la focalisation de l’idée selon laquelle la crise n’est pas finie. Dans la version écrite, c’est la présence du connecteur mais qui permet, selon nous, de traduire cette focalisation7. En effet, ce morphème opère ici une opposition au contenu précédent, qui peut être vue non pas comme une réelle opposition mais comme une forme de « détachement » (à laquelle contribue fortement le retour à la ligne), en permettant à la proposition ainsi introduite (la crise n’est pas finie) de « se détacher » de ce qui précède, au sens de « être perçue distinctement »8.

7Concernant la dislocation du sujet sans rupture intonative, Nølke considère qu’elle « n’[a] aucune fonction communicative particulière, mais s’explique par des tendances “mécaniques” qu’ont les sujets parlants » (Nølke, 2001 : 158). Des observations de ce type de dislocations faites lors de nos analyses de corpus semblent aller à l’encontre de ce point de vue, puisqu’un même locuteur peut avoir recours à un sujet « double » (dislocation) et à un sujet nominal « simple » dans le même discours, comme l’enseignante dans les TP 128, 130 et 143 ci-dessous (exemple [4]), voire dans un même TP, comme un élève dans l’énoncé [5] au sein d’une autre discussion9.

[4] TP 128 : Ens. : les singes ils sont plus intelligents que les humains↗ # pourquoi
TP 129 : Laure : enfin je sais pas j’ai dit un animaux comme ça
TP 130 : Ens. : oui # mais toi tu penses que des animaux sont plus intelligents que les humains↘ mhmh # Benjamin
[…]
TP 139 : Alexandra : ben quand quand je reviens à François ben déjà y a le:: # euh je me rappelle plus ce qu’il a dit François
TP 140 : …?… : xx
TP 141 : Ens. : François
TP 142 : Alexandra : oui au début il a dit euh # il dit alors:: on [n’ ; 0] est pas
TP 143 : Ens. : ah les animaux élèvent leurs petits # ils savent se nourrir # ils savent ce qui se passe # dans leur monde # donc i(l)s sont intelligents # donc toi tu penses quoi
[5] moi aussi ma piscine elle est cassée mais ma maman va m’en acheter une autre # mais ça me rend malheureux

8Nous considérons que ces différents choix d’expression correspondent aux différents statuts communicatifs (ou attentionnels) des propositions en question, ou, autrement dit, à leurs degrés de focalisation différents. En effet, comme nous l’avons expliqué dans Auriel et Lebas-Fraczak (2014), les reprises de paroles d’élèves faites par l’enseignante animant une discussion en classe, telles que celles citées en [4], n’ont pas toujours la même visée. Certaines reprises, que nous avons qualifiées de « relances », comme dans le TP 128, visent à relancer l’élève afin qu’il ou elle précise ou justifie son propos (ce que permettent de comprendre des marques comme la montée intonative et / ou la question « pourquoi ? »). D’autres, que nous avons qualifiées de « constats », comme dans le TP 130 (où l’on remarque une intonation descendante et l’absence de toute autre marque d’interpellation de l’élève concernée) ou dans le TP 143 (où la relance ne concerne pas l’auteur du propos repris mais une autre élève, qui essaie de s’en souvenir), ne visent qu’à synthétiser le propos de l’élève, sans chercher à le ou la solliciter de nouveau et sans donc focaliser fortement son attention sur ce qu’il ou elle vient de dire. Nous avons pu établir un lien, d’une part, entre le choix de la dislocation à gauche et la reprise du type « relance », que l’on peut considérer comme focalisante, et, d’autre part, entre le choix du sujet lexical « simple » et la reprise du type « constat / synthèse » (non focalisante).

  • 10 Pour une synthèse des recherches et des hypothèses sur les différences d’emploi de la dis (...)
  • 11 Un lien peut être fait avec la notion de « Maximal Question Under Discussion », (...)

9L’énoncé dans l’exemple [5] ci-dessus a été produit par un élève de CP10. Considérer cet énoncé en lien avec son contexte discursif permet de constater que la proposition ma piscine elle est cassée (par ailleurs introduite par l’expression moi aussi à qui l’on peut attribuer une fonction de « cadre sémantique » ou de « repérage référentiel », voir Prévost, 2003) et ma maman va m’en acheter une autre n’ont pas la même importance ou pertinence communicative : la première proposition est en lien étroit avec le sujet de la discussion (« comment on devient malheureux »)11, alors que la deuxième ne sert qu’à nuancer la gravité du « malheur » que constitue la piscine cassée. On s’aperçoit que la présence de mais devant la deuxième proposition n’affaiblit la première proposition que momentanément ; en effet, la troisième proposition, également introduite par mais, replace la première au cœur du propos (en reprenant son contenu avec le pronom ça). L’intention communicative en lien avec les deuxième et troisième propositions peut être glosée ainsi : « ce n’est pas très grave car la piscine cassée sera bientôt remplacée, mais c’est du malheur tout de même (donc le fait que ma piscine soit cassée mérite d’être mentionné dans la discussion autour de la question “comment on devient malheureux”) ».

10Ainsi, il semble fondé de considérer que la thématisation que l’on peut voir derrière la dislocation à gauche du sujet permet de focaliser celui-ci tout en contribuant également à focaliser le prédicat, et donc, en définitive, à focaliser la proposition entière. Quant à la présence ou non de la rupture intonative entre le nom et le pronom, elle constitue, selon nous, un facteur qui joue sur le degré de la focalisation (du sujet, du prédicat et donc de la proposition entière), focalisation qui est donc présente dans les deux cas.

4. Conception de la focalisation adoptée

11Dans tout acte de communication, le locuteur cherche à attirer l’attention de l’interlocuteur sur quelque chose ou, autrement dit, à focaliser son attention sur quelque chose. Selon le postulat provenant de la linguistique fondée sur l’usage (ou usage-based theory), tel qu’il est formulé par Tomasello (2005), la langue est une manifestation de l’aptitude humaine à orienter l’attention et à détecter l’intention d’autrui, et les humains utilisent la langue dans le but général d’orienter l’attention de leurs congénères sur ce qui les préoccupe. Il ne s’agit pas seulement d’attirer l’attention de l’interlocuteur préalablement au message, mais aussi et surtout de la maintenir et de la guider tout au long de l’énonciation, afin que l’interprétation concorde avec l’intention communicative. Cela passe par le marquage, au sein des énoncés et du discours, du statut attentionnel, ou du degré de focalisation, des différents éléments de sens. En effet, tous les éléments composant un énoncé ou un segment de discours n’ont pas le même statut vis-à-vis du but communicatif, ou « la même puissance fonctionnelle » selon les termes de Gardiner (1989 : 115). Comme le précise cet auteur,

Dans une phrase, certains mots sont donc plus importants que d’autres. […] Il [le locuteur] sait quelles choses il désire mettre en relief et quelles choses ne font que contribuer à son but et, pour marquer ces différences, il utilise les ressources offertes par l’ordre des mots, les modulations de la voix, la vitesse d’élocution, etc.
(Gardiner, 1989 : 76)

12Comme le fait remarquer Gardiner, le locuteur peut recourir à différents procédés de mise en relief, parmi lesquels ceux de nature syntaxique et prosodique, ainsi que d’autres : lexicaux, morphosyntaxiques, typographiques. Avant d’aborder ceux, de nature syntaxique, qui sont pertinents pour l’analyse de la dislocation à gauche, nous allons préciser le sens que nous attribuons à la notion de focalisation, que nous considérons comme le même phénomène que la mise en relief mentionnée plus haut.

13Nous ne nous servons pas de la notion de « focus », telle qu’utilisée dans le cadre des analyses de structures informationnelles (voir la synthèse de Nølke, 2006) et considérée comme « un élément de la structuration informationnelle de l’énoncé » (Nølke, 2006 : 62), où le focus est assimilé à « l’information nouvelle », ou « posée », ou relevant d’un « premier plan », et opposé à « l’information antérieure », ou « présupposée », ou relevant d’un « arrière-plan » (Nølke, 2006 : 63-64). Nous voulons éviter, d’une part, d’associer trop étroitement la focalisation à la structure (informationnelle) de la phrase et, d’autre part, de la placer au sein d’une paire de notions qui s’opposent (comme cela est fait pour topic / focus ou focus / background). En effet, il est possible d’analyser en termes de focalisation un phénomène linguistique « local », par exemple au sein d’un syntagme nominal, tel que la place de l’adjectif épithète par rapport au nom, sans postuler une opposition systématique du type focalisé / non focalisé entre le nom et l’adjectif (Nølke, 1996, 2001), voire en considérant que si l’adjectif est focalisé (grâce à la postposition), cela contribue à la focalisation du syntagme nominal entier (Lebas-Fraczak, 2017). On peut remarquer au passage que cette deuxième analyse, selon laquelle la focalisation d’un adjectif contribue à la focalisation du syntagme nominal, s’apparente à l’analyse de la dislocation à gauche proposée, selon laquelle la focalisation du sujet contribue à la focalisation de la proposition.

14Il est également possible, comme nous l’avons vu plus haut, de distinguer en termes de focalisation des propositions au sein d’un discours, ce que nous faisons sans passer par la notion « all focus » (Vallduví, 1990) ou « sentence-focus » (Lambrecht, 1994). En effet, cette notion est basée sur le critère de la nouveauté, puisque tout (sujet et prédicat) dans une phrase « all focus » est censé être nouveau du point de vue communicatif, la phrase pouvant être considérée comme répondant à la question « qu’est-ce qui s’est passé ? ». Or, il nous semble difficile de décrire en ces termes, par exemple, la formulation de l’enseignante dans le TP 143 en [4] : les animaux élèvent leurs petits, s’agissant d’une reprise, et de la distinguer en ces termes de la formulation dans le TP 128 : les singes ils sont plus intelligents que les humains, qui est une reprise également. En effet, en dehors du problème avec le critère de la nouveauté (puisque les référents animaux et singes ne sont pas nouveaux dans la discussion), en essayant de reformuler ces énoncés dans le sens de Lambrecht (1994), on pourrait proposer, pour l’un comme pour l’autre exemple, sans donc pouvoir les distinguer : (a) « il a dit au sujet des animaux qu’ils élèvent leurs petits » / « tu as dit au sujet des singes qu’ils sont plus intelligents que les humains », ce qui correspondrait à « predicate focus » ; (b) « il a dit que les animaux élèvent leurs petits » / « tu as dit que les singes sont plus intelligents que les humains », ce qui correspondrait à « sentence focus ».

15Ayant constaté que les conceptions de focalisation ou de focus « sont presque aussi nombreuses que les linguistes qui s’intéressent au phénomène se cachant derrière le terme » (Nølke, 2006 : 59), et en recherchant une intuition commune derrière les différentes approches, Nølke note :

on s’entend généralement à penser que le focus est un segment qui est en quelque sorte souligné ou « focalisé » par le locuteur, et qui en tant que tel véhicule une « information essentielle ».
(Nølke, 2006 : 65)

16La notion d’« information essentielle » pose cependant problème selon l’auteur, n’étant pas suffisamment définie. Selon lui,

si l’on focalise un élément d’un énoncé, ce n’est pas seulement pour attirer l’attention sur cet élément, c’est plutôt pour attirer l’attention sur le rôle particulier qu’il joue par rapport aux autres éléments de son contexte.
(Nølke, 2006 : 65)

  • 12 Nølke parle de « visée de focalisation », qui n’est pas explicitement reliée au but (...)

17Nous proposons une précision concernant le « rôle particulier » que joue l’élément focalisé dans l’énoncé : ce rôle est particulier par rapport au but communicatif poursuivi par le locuteur12. Cela revient à dire que la partie focalisée de l’énoncé ou d’un segment de discours, celle sur laquelle le locuteur veut attirer l’attention de l’interlocuteur en particulier, est celle qui est en relation plus étroite avec le but communicatif que les autres parties de l’énoncé ou du discours, et donc plus cruciale pour accéder à ce but.

  • 13 Cependant, selon Caron, « de même que la valeur de contraste ne se limite pas à la focali (...)
  • 14 Extrait de l’émission Salut les terriens, du 23 février 2013 (Canal+).

18Une idée importante qui apparaît dans la définition de la focalisation linguistique fournie par Nølke est que l’élément focalisé est présenté « comme le résultat d’un choix fait par le locuteur dans le cadre d’un paradigme constitué d’éléments semblables » (Nølke, 2001 : 91), et que donc « tout focus introduit une nuance de contraste » (Nølke, 2001 : 104). Il est, en effet, assez naturel de concevoir que « focaliser » est en lien avec « distinguer » et donc avec « opposer », ce que remarquent également d’autres auteurs13. Dans le cadre de notre hypothèse, et pour les exemples que nous avons analysés, le contraste en jeu est celui qui s’établit entre une proposition et une autre ou d’autres au sein du discours. L’exemple [6]14 que nous citons et analysons ci-dessous présente un cas de figure un peu différent de ceux vus plus haut (lesquels ont également chacun leur particularité).

[6] Locuteur 1 : mais moi je pense qu’il faut demander l’avis aux femmes parce que je pense que les femmes veulent des hommes {rires} elles veulent des hommes elles veulent pas des mecs qui font le ménage elles veulent pas des mecs qui font la vaisselle elles veulent des hommes {rires}
  Locuteur 2 : non mais je pense que euh une femme elle veut un homme # complet qui s’occupe des enfants qui s’occupe de sa femme qui fasse la cuisine de temps en temps

19Les deux propositions qui nous intéressent sont syntaxiquement et sémantiquement comparables : elles sont toutes les deux introduites par je pense que et portent sur un même sujet. Selon notre hypothèse, la dislocation du sujet dans l’énoncé du locuteur 2 sert à renforcer la focalisation de la proposition, ce qui contribue à marquer le contraste avec les dires du locuteur 1. Ainsi, alors que dans d’autres exemples vus plus haut la focalisation de la proposition concernée permet de lui octroyer une supériorité communicative par rapport à une autre proposition au sein de l’énoncé d’un même locuteur, on peut parler en [6] d’une focalisation propositionnelle « inter-locutive », s’inscrivant dans une visée polémique. Au sein de la proposition du locuteur 2, on relève en outre des moyens prosodiques de focalisation au niveau du prédicat : une pause qui précède l’adjectif complet (pouvant toutefois correspondre au fait de chercher le mot) ainsi que l’accentuation de celui-ci. Cette focalisation marque une opposition entre un homme qui fait toutes sortes de tâches et un homme qui ne s’occupe pas de tâches domestiques (décrit par le locuteur 1). Quant au sujet, outre son dédoublement, le choix de singulariser le référent femme en employant l’article indéfini (une femme versus les femmes) joue peut-être aussi un rôle dans sa focalisation. Quoi qu’il en soit, la position initiale du sujet (a priori « non focalisante », voir la section 5.1 ci-dessous) est ici compensée par un autre ou d’autres moyens. L’analyse de cet exemple permet de montrer la façon dont différents moyens (syntaxiques, morphosyntaxiques, prosodiques) s’articulent pour construire un sens et pour y focaliser l’attention du destinataire.

20Pour résumer, nous concevons la focalisation comme une opération consistant à indiquer à l’interlocuteur le statut (plus ou moins) central des segments du discours de différents niveaux vis-à-vis du but communicatif poursuivi par le locuteur. Tout comme un élément d’une proposition ou d’un syntagme, une proposition ou une phrase peut avoir un statut communicatif plus important (et donc être focalisée davantage) qu’une autre proposition ou une autre phrase au sein du discours.

21Afin d’étayer notre hypothèse, et avant de nous pencher sur le cas de la dislocation à gauche d’un complément, nous allons distinguer et commenter les principaux procédés syntaxiques qui servent à marquer la focalisation en français. Cela dans le but de montrer que la dislocation à gauche se laisse analyser d’une manière semblable et qu’elle articule en fait (à l’instar de la forme clivée) plusieurs procédés syntaxiques de focalisation « de base », en plus de s’associer éventuellement avec des moyens morphosyntaxiques, prosodiques ou typographiques.

5. Articulation de la dislocation à gauche avec d’autres procédés syntaxiques de focalisation

22Nos analyses de fragments de discours menées à l’occasion de l’étude de diverses formes linguistiques en français nous ont amenée à retenir trois types de phénomènes syntaxiques sur lesquels le locuteur peut agir dans le but de marquer la focalisation : (1) l’ordre dans lequel sont agencés les éléments constitutifs d’un segment de discours ; (2) la quantité d’expressions qui forment un élément ; (3) la relation de dépendance entre éléments.

5.1. Ordre

  • 15 On peut préférer les termes « arrière-plan » ou « background », sachant que le terme (...)
  • 16 Cette façon « interlocutive » de concevoir la présupposition n’est pas identique à la f (...)
  • 17 Ex. Entre ces deux robes, c’est la rouge que je préfère : référent présuppo (...)

23Il est généralement admis par les linguistes que l’ordre des mots (ou des syntagmes) dans la phrase est en lien avec la focalisation et la présupposition15, la place initiale étant souvent occupée en français par un élément déjà connu de l’interlocuteur, alors que ce qui suit constitue une information nouvelle, celle qui possède donc une plus grande importance communicative. Ainsi, la tendance générale pour un énoncé est d’aller du connu vers le nouveau. Nous en profitons pour préciser que, au lieu d’opposer la présupposition et la focalisation, nous considérons la non-présupposition comme un facteur de la focalisation : en effet, ce qui est présupposé (au sens : supposé par le locuteur préalablement à l’énoncé comme pouvant être considéré par l’interlocuteur comme acquis ou comme allant de soi16) ne sera normalement pas focalisé, ce qui n’empêche pas qu’une donnée présupposée puisse être focalisée ou qu’une donnée non présupposée ne le soit pas17.

  • 18 Voir par exemple, Riegel et al., 2014 : 109.

24Concernant l’ordre des constituants immédiats de la phrase, comme l’indiquent les descriptions grammaticales18, la forme canonique de la phrase française est « sujet-verbe », ce qui reflète la tendance du verbe à être l’élément focalisé. Le constituant « verbe » (ou syntagme verbal) est souvent confondu avec « prédicat », ce deuxième terme venant du latin praedicatum signifiant « ce qui est dit ». Comme le rappelle Roussarie dans Sémanticlopédie (non daté), « certaines approches définissent le prédicat comme l’unité la plus informative de la phrase ».

25Il est possible d’avoir en français l’ordre « verbe-sujet », ce qui correspond à l’inversion du sujet (ex. Dans ce bureau travaillent trois personnes), la raison d’être d’une telle structure étant de focaliser le sujet plutôt que le verbe, en le plaçant en position finale. Un autre moyen qui peut être utilisé pour focaliser le sujet est la forme clivée (ex. C’est Paul qui m’en a parlé), cette dernière n’étant pas non plus étrangère au procédé de focalisation lié à l’ordre, dans la mesure où, en dissociant le sujet de son verbe par le fait de le placer dans une proposition différente (c’est-à-dire dans la proposition principale, alors que le verbe est renvoyé en proposition subordonnée), le sujet se retrouve en position finale de la proposition principale (en devenant, du point de vue strictement syntaxique, attribut), alors qu’il serait en position initiale dans la phrase non clivée correspondante.

5.2. Quantité

26Ce facteur consiste d’abord dans le choix de ne pas exprimer ou, au contraire, d’exprimer (ou de répéter) un élément de sens étant en lien avec un autre élément dans une proposition ; on peut parler de quantité « négative » (ellipse) et de quantité « positive », en s’intéressant au choix quant à l’étendue (plus ou moins grande) d’une expression.

  • 19 Nous partageons donc l’avis de Nølke selon lequel « la notion de focalisation est (...)

27La non-expression d’un élément de sens qui aurait pu être exprimé dans une proposition donnée, relève de la (dé)focalisation, car cette non-expression, en défocalisant l’élément omis, peut contribuer à focaliser l’élément ou les éléments de sens exprimés19.

  • 20 La « quantité » est l’un des phénomènes langagiers relevant du principe de « l’iconicit (...)

28Concernant la quantité « étendue », il semble évident que plus on décrit un élément plus on le dote de « poids communicatif », ou de focalisation, au sein de l’énoncé. Ainsi, l’emploi de qualificatifs (adjectifs, adverbes, compléments) s’inscrit naturellement dans l’opération de focalisation, en dehors de leurs apports sémantiques particuliers20.

  • 21 Selon l’analyse de Lambrecht (1981), l’élément disloqué et le pronom clitique possèdent (...)

29Un élément exprimé peut l’être d’une manière « minimale », ce qui correspond aux cas de pronominalisation, laquelle permet de diminuer la focalisation du référent (focalisé précédemment), ou de le défocaliser, pour focaliser autre chose. Cependant, lorsqu’un pronom est ajouté à une expression nominale au sein d’une même proposition (comme dans ma piscine elle est cassée), il convient de parler d’une expression « étendue » plutôt que « minimale », et donc de focalisation du référent. Ainsi, le redoublement du sujet peut être considéré comme un procédé de focalisation lié à la quantité d’expressions, lequel compense la position initiale, non focalisante, du sujet. Cela dit, on peut également voir dans ce type de structure une action sur l’ordre, puisque le sujet à proprement parler (c’est-à-dire le pronom)21 se trouve dans une position non initiale. Dans la forme clivée, on peut considérer que l’élément focalisé a pour lui (outre le détachement, ou l’extraction, et l’ordre final au sein de la proposition principale) un atout « quantitatif », dans la mesure où le pronom relatif en est coréférentiel.

5.3. Dépendance / indépendance

30Selon Garde, la relation de dépendance « s’établit entre deux termes dont l’un, subordonné, dépend de l’autre, principal ». L’auteur précise que « le terme principal (s’il s’agit de mots, le mot principal) est celui qui contient l’information sur les rapports syntaxiques entre l’ensemble constitué par le principal et son subordonné et l’environnement de cet ensemble » (Garde, 1981 : 159-160).

  • 22 Voir Combettes (1998) pour le cas des propositions subordonnées.
  • 23 Par exemple, dans un énoncé comme Je pense que tu as tort, c’est le contenu (...)
  • 24 Voir aussi Brunetti et al. (2021) pour une analyse de « focused adjuncts ».
  • 25 L’auteur qualifie la focalisation au sein d’un syntagme nominal de « mineure » en la di (...)

31On peut avancer le principe selon lequel un élément syntaxiquement dépendant ou subordonné est a priori moins important vis-à-vis du but communicatif (et donc moins focalisé) que l’élément principal22, même s’il ne s’agit pas d’une règle générale23. Le rôle de l’élément subordonné est alors, en dehors de son apport sémantique, de contribuer à la focalisation de l’élément principal. Il est également fondé de considérer qu’un élément principal (un nom, un verbe, une proposition) peut être focalisé « en bloc » avec son élément subordonné (un adjectif, un complément, une proposition). Nølke le montre, au niveau du syntagme verbal, avec la phrase Paul s’est promené dans la forêt, où le verbe et le complément peuvent constituer ensemble le « foyer » de la phrase, « dans un contexte où il s’agit de savoir ce qu’a fait Paul » (Nølke, 2001 : 179), même si le complément peut avoir le statut focalisé seul, si « c’est l’identification du lieu où Paul s’est promené qui est essentielle » (Nølke, 2001 : 178)24. En outre, Nølke remarque cette possibilité de portée variable de la focalisation à l’intérieur du syntagme nominal, où l’adjectif ou le nom peut être focalisé seul ou bien les deux peuvent être focalisés ensemble (Nølke, 2001 : 180)25.

32La relation entre le sujet et le prédicat peut être vue comme un cas de dépendance syntaxique, avec le verbe comme élément principal. C’est la conception de Tesnière (1959 : chap. 48) : le verbe est l’élément de la phrase de niveau hiérarchique le plus élevé, et le sujet n’est qu’un « actant » parmi d’autres, donc possède le même statut qu’un complément.

33La dépendance syntaxique et la « secondarité » pragmatique ou communicative qui en découle peuvent être évitées au moyen d’un « détachement ». Il s’agit de séparer, ou éloigner, l’élément subordonné de l’élément principal, afin de « l’exposer » et le doter ainsi d’une focalisation plus forte que celle qu’il aurait en étant directement associé à l’élément principal.

  • 26 Même si on peut, en théorie, admettre la formulation c’est m’en parler que (...)

34Il est généralement admis que la forme clivée a pour rôle de focaliser le syntagme encadré par c’est et le pronom relatif, par exemple le sujet Paul dans la phrase C’est Paul qui m’en a parlé. On peut envisager la forme clivée comme un moyen permettant à un élément dépendant de « s’émanciper » par rapport au verbe dont il se trouve ainsi détaché. Cela peut être le sujet, comme dans la phrase ci-dessus, ou un autre « actant », par exemple un complément d’objet indirect : C’est à moi que Paul en a parlé, ou encore un « circonstant », par exemple : C’est hier que Paul m’en a parlé. Le verbe, quant à lui, n’est normalement pas un candidat à un tel détachement focalisant (ex. : *C’est a parlé que…26), ce qui va dans le sens de son statut par défaut « principal » et focalisé. Lorsqu’on observe que le premier segment d’une phrase clivée a la forme d’une proposition principale et le deuxième d’une proposition subordonnée, on comprend mieux le moyen d’opérer la focalisation : en plaçant un élément a priori subordonné dans la proposition principale, alors que le verbe est lui relégué à la proposition subordonnée, on assure à l’élément déplacé (ou détaché) une « promotion hiérarchique ».

35Il est également possible d’envisager la « dislocation » du sujet comme une séparation du verbe, ce qui résulte, sur le plan communicatif, dans l’augmentation de son statut attentionnel, ou de sa focalisation. Cependant, à la différence de la forme clivée, puisque le verbe (ou prédicat) reste dans la proposition principale, cette séparation lui profite également du point de vue attentionnel.

  • 27 Le lien entre un tel détachement et la « mise en relief » est, par exemple, établi par (...)

36Un actant (autre que le sujet) ou un circonstant peut être placé dans une phrase indépendante en vue d’une focalisation27. Nous pouvons en observer des exemples dans l’extrait suivant.

  • 28 Télérama no 3219, 21 septembre 2011.
[7] Un journaliste romancier, Joseph Macé-Scaron, a plagié. Des livres, des articles. Pendant des années, souvent, et beaucoup28.

37La deuxième phrase contient deux compléments (d’objet direct) du verbe se trouvant dans la phrase précédente (a plagié), la troisième contient un complément circonstanciel et deux adverbes. Il semble évident que ces éléments seraient moins mis en valeur (ou focalisés) s’ils se trouvaient au sein d’une phrase unique. Le verbe bénéficie également de ces détachements, d’une part, parce qu’il occupe ainsi une place finale et, d’autre part, parce qu’en étant séparé de ses éléments subordonnés, il attire mieux l’attention sur la nature du fait qu’il évoque (le plagiat). Ainsi, lorsqu’un verbe se trouve dans un énoncé avec la dislocation à gauche du sujet (ou d’un complément), sans être hiérarchiquement « dégradé » (comme dans le cas de la forme clivée), la séparation ainsi opérée lui bénéficie également du point de vue attentionnel.

38Pour conclure cette partie, nous avons montré qu’il est possible de voir dans une formulation telle que, par exemple, la crise elle n’est pas finie, une articulation de plusieurs moyens de focalisation qui, portant sur le sujet, ne défocalisent pas pour autant le prédicat, mais, au contraire, contribuent à sa focalisation. Ainsi, le moyen lié à la « quantité » qui consiste à exprimer deux fois le sujet (la crise + elle) rééquilibre la focalisation du sujet et du prédicat, ce dernier gardant sa place finale, focalisante, au sein de la proposition. Le moyen lié à la dépendance/indépendance de constituants, consistant dans le « détachement » du sujet, profite également à la focalisation du prédicat, qui se trouve, lui, « détaché » du sujet nominal.

39Nous allons, pour terminer, nous pencher sur le cas de la dislocation à gauche d’un complément, afin de montrer qu’elle peut être vue aussi comme un procédé de focalisation qui profite tant au complément qu’au reste de la proposition, et qui augmente en définitive la focalisation de la proposition elle-même.

6. Cas de dislocation à gauche d’un complément

40Pour les cas de dislocation des compléments « argumentaux » (ex. : À Drain, on y est bien), Prévost va jusqu’à y voir l’acquisition du « statut de focus » (Prévost, 2003 : 69), à la différence des compléments « adverbiaux » (ex. : Sur le Pont d’Avignon, on y danse), pour lesquels « c’est la fonction cadrative qui prime, celle de topique apparaissant comme seconde » (Prévost, 2003 : 71). Selon l’auteure, un complément argumental disloqué est focalisé, en étant « implicitement contrasté avec les éléments de son paradigme » ; par exemple : « À Drain, on y est bien (Internet, site touristique), sous-entendu : À Drain et pas ailleurs (ou en tout cas, on n’est pas aussi bien !) » (Prévost, 2003 : 70). L’auteure introduit également une autre option : « [c]e peut être aussi le procès dans son ensemble qui est porteur de contraste », en précisant toutefois que ce contraste est « concentré sur le complément » (Prévost, 2003 : 70), comme dans l’exemple suivant :

[8] Et le matin des obsèques, ils s’étaient rassemblés sur la grand-place. Moi, écrit Martial, sur la place j’y étais pas, mais ma femme elle y était et elle m’a raconté que les gens, ils avaient surtout remarqué le cercueil ! (1965, R. Pilhes, La Rhubarbe, p. 47).
  (Prévost, 2003 : 70)
  • 29 Comme suggéré par un relecteur de cet article, en utilisant le test de question sous-jace (...)

41Cependant, dans les cas comme À Drain, on y est bien, attribuer le statut de focus au complément disloqué peut poser la question du statut du reste de l’énoncé, et notamment du verbe ou prédicat. D’autant que le même type de contraste que celui postulé par Prévost pour le complément peut être remarqué au niveau du prédicat ou, plus précisément, de l’attribut : bien au sens de « particulièrement bien », le contraste s’établissant avec une autre façon d’être, qui est « moins bien ». Il est pertinent de comparer du point de vue de la focalisation les trois façons possibles d’organiser ce contenu sémantique au sein de la phrase : (a) À Drain, on est bien ; (b) On est bien à Drain ; (c) À Drain, on y est bien. Il nous semble possible d’avancer l’analyse suivante pour chacune des versions : (a) placer le complément à Drain en position initiale (non focalisante) permet de mieux focaliser le reste de l’énoncé et d’insister ainsi sur la façon d’être (bien) ; (b) placer le complément en position finale permet de lui conférer une forte focalisation et donc de focaliser l’endroit où l’on se sent bien (à Drain), ou bien, en considérant le prédicat « en bloc », de focaliser le prédicat entier, en focalisant donc le fait qu’on se sente bien à cet endroit ; (c) placer le complément à gauche (en position initiale) en le reprenant au sein du prédicat à l’aide du pronom permet de focaliser les deux segments de l’énoncé au même degré et, par là même, de focaliser la proposition entière29. Ainsi, les deux exemples de Prévost cités plus haut (À Drain, on y est bien et sur la place j’y étais pas) peuvent recevoir la même analyse, selon laquelle la dislocation à gauche a pour but d’assurer à l’élément concerné le même degré de focalisation que la partie de l’énoncé se trouvant à droite. Le cas de la dislocation à gauche du sujet, telle que l’on en trouve deux occurrences dans l’exemple de Prévost ci-dessus en [8] : ma femme elle y était et les gens, ils avaient surtout remarqué le cercueil, peut s’analyser d’une façon semblable : cette construction permet de focaliser le sujet tout en focalisant le prédicat. Charger ainsi une proposition en focalisation permet d’augmenter son expressivité et donc de mieux y attirer l’attention de l’interlocuteur.

7. Conclusion

42Nous avons souhaité revenir sur l’hypothèse présentée dans Auriel et Lebas-Fraczak (2017) concernant la portée de la focalisation dans les énoncés comportant la dislocation à gauche du sujet, afin de l’étayer en l’articulant avec d’autres procédés de focalisation syntaxiques en français et de l’élargir au cas de la dislocation du complément. Notre description de l’effet produit par ce type de procédé se distingue des autres descriptions en cela qu’elle postule que la focalisation de l’élément disloqué profite à la focalisation du verbe ou prédicat, ce qui revient à « charger » en focalisation la proposition entière. Les motifs d’une telle focalisation peuvent varier en fonction du contexte discursif, ainsi qu’en fonction des locuteurs (selon, entre autres, qu’il s’agit d’enfants, et selon leur âge, ou d’adultes). Dans certains cas, cette focalisation sera accompagnée d’une visée contrastive ou oppositive, dans d’autres, elle pourra peut-être simplement être assimilée à une forme d’insistance, ou encore à une forte expressivité ou implication du locuteur dans son discours. Il sera, bien sûr, nécessaire de poursuivre cette réflexion, en confrontant l’hypothèse proposée à d’autres corpus et à d’autres exemples, notamment pour le cas de dislocation à gauche d’un complément.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, J.-C. et Ducrot, O. 1977. Deux mais en français ? Lingua 43 (1) : 23-40.

Apothéloz, D. 1997. Les dislocations à gauche et à droite dans la construction des schématisations. In D. Miéville et A. Berrendonner (éd.), Logique, discours et pensée. Mélanges offerts à Jean-Blaise Grize. Berne : P. Lang : 183-217.

Ashby, W. J. 1988. The Syntax, Pragmatics, and Sociolinguistics of Left- and Right Dislocations in French. Lingua 75 (2-3) : 203-229.

Auriel, A. et Lebas-Fraczak, L. 2014. Les fonctions communicatives des reprises propositionnelles dans un corpus de discussions à visée philosophique. Tranel – Travaux neuchâtelois de linguistique 60 : 175-193. En ligne à l’adresse suivante : https://www.revue-tranel.ch/article/view/2904/2607.

Auriel, A. et Lebas-Fraczak, L. 2017. Analyse de la portée de la focalisation dans le cas du redoublement du sujet. In M. Bilger, L. Buscail et F. Mignon (éd.), Langue française mise en relief : aspects grammaticaux et discursifs. Perpignan : Presses universitaires de Perpignan : 61-75. En ligne à l’adresse suivante : https://books.openedition.org/pupvd/39387.

Blanche-Benveniste, C. 1997. Approches de la langue parlée en français. Gap – Paris : Ophrys.

Blasco-Dulbecco, M. 1999. Les dislocations en français contemporain. Étude syntaxique. Paris : H. Champion.

Brunetti, L. et Avanzi, M. 2017. Discourse Properties of French Clitic Left Dislocated NPs and Their Effect on Prosody. 1-69. En ligne à l’adresse suivante : http://www.llf.cnrs.fr/sites/llf.cnrs.fr/files/biblio/BrunettiAvanzi-ms.pdf.

Brunetti, L., De Kuthy, K. et Riester, A. 2021. The Information-Structural Status of Adjuncts : A Question-under-Discussion-Based Approach. Discours 28 : 1-48. En ligne à l’adresse suivante : http://journals.openedition.org/discours/11454.

Caron, B. 1998. La focalisation. Faits de langues 11-12 : 205-217.

Combettes, B. 1998. Les constructions détachées en français. Paris – Gap : Ophrys.

Combettes, B. 2007. Les ajouts après le point : aspects syntaxiques et textuels. In M. Charolles, N. Fournier, C. Fuchs et F. Lefeuvre (éd.), Parcours de la phrase. Mélanges offerts à Pierre Le Goffic. Paris – Gap : Ophrys : 119-131.

Delbecque, N. (éd.) 2006. Linguistique cognitive. Comprendre comment fonctionne le langage. Bruxelles : De Boeck-Duculot [2e éd.].

Ducrot, O. 1968. La description sémantique des énoncés français et la notion de présupposition. L’Homme 8 (1) : 37-53.

Ducrot, O. 1972. Dire et ne pas dire : principes de sémantique linguistique. Paris : Hermann.

Ducrot, O. 1995. Les modificateurs déréalisants. Journal of Pragmatics 24 (1-2) : 145-165.

Garde, P. 1981. Des parties du discours, notamment en russe. Bulletin de la Société de linguistique de Paris 76 (1) : 155-189.

Gardiner, A. H. 1989. Langage et acte de langage. Aux sources de la pragmatique. C. Douay (trad.). Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires de Lille [Œuvre originale, 1932 : The Theory of Speech and Language. Oxford : Clarendon Press].

Jourdain, M. et Lahousse, K. 2020. Les sujets disloqués et non-disloqués chez l’enfant français. Scolia 34 : 13-31. En ligne à l’adresse suivante : http://journals.openedition.org/scolia/1073.

Lambrecht, K. 1981. Topic, Antitopic and Verd Agreement in Non-standard French. Amsterdam – Philadelphie : J. Benjamins.

Lambrecht, K. 1994. Information Structure and Sentence Form : Topic, Focus, and the Mental Representations of Discourse Referents. Cambridge – New York – Melbourne : Cambridge University Press.

Lebas-Fraczak, L. 2017. Interaction entre l’article et l’adjectif dans le marquage de la focalisation au sein des propositions attributives. In M. Birkelund (éd.), Points de vue : mélanges offerts à Henning Nølke à l’occasion de sa retraite. Aarhus : Aarhus Universitet, Institut for Kommunikation og Kultur (IKK) : 75-89.

Nølke, H. 1996. Où placer l’adjectif épithète ? Focalisation et modularité. Langue française 111 : 38-58.

Nølke, H. 1997. Note sur la dislocation du sujet : thématisation ou focalisation ? In G. Kleiber et M. Riegel (éd.), Les formes du sens. Études de linguistique française, médiévale et générale offertes à Robert Martin à l’occasion de ses 60 ans. Louvain-la-Neuve : Duculot : 281-294.

Nølke, H. 2001. Le regard du locuteur 2. Pour une linguistique des traces énonciatives. Paris : Kimé.

Nølke, H. 2006. La focalisation : une approche énonciative. In H. Włodarczyk et A. Włodarczyk (éd.), La focalisation dans les langues. Paris – Budapest – Turin : L’Harmattan : 59‐80.

Prévost, S. 2003. Les compléments spatiaux : du topique au focus en passant par les cadres. Travaux de linguistique 47 : 51-78.

Riegel, M. 2006. Cohérence textuelle et grammaire phrastique. In F. Calas (éd.), Cohérence et discours. Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne : 53-64.

Riegel, M., Pellat, J.-C. et Rioul, R. 2014. Grammaire méthodique du français. Paris : Presses universitaires de France.

Roberts, C. 2012. Information Structure in Discourse : Towards an Integrated Formal Theory of Pragmatics. Semantics and Pragmatics 5 : art. 6 : 1-69.

Roussarie, L. non daté. Archives de Sémanticlopédie, Prédicat. En ligne à l’adresse suivante : http://web.archive.org/web/20210924153909/https://semantique-gdr.fr/wiki/Pr%C3%A9dicat.

Saussure, L. de 2018. Des présuppositions stricto sensu aux présuppositions discursives. In A. Biglari et M. Bonhomme (éd.), La présupposition entre théorisation et mise en discours. Paris : Classiques Garnier : 35-56.

Stalnaker, R. C. 1978. Assertions. In P. Cole (éd.), Pragmatics. Syntax and Semantics 9. New York : Academic Press : 315-332.

Tesnière, L. 1959. Éléments de syntaxe structurale. Paris : Klincksieck.

Tomasello, M. 2005. Constructing a Language. A Usage-Based Theory of Language Acquisition. Cambridge : Harvard University Press.

Vallduví, E. 1990. The Informational Component. Thèse de doctorat. University of Pennsylvania. Philadelphie.

Haut de page

Notes

1 Il faut préciser que le sens de « nouveau » doit être restreint dans ce contexte, comme expliqué dans Ashby (1988 : 215), cité dans Brunetti et Avanzi (2017 : 47) : « it is generally acknowledged that neither left- nor right- dislocations can be used with referents that are “brand-new” […] or “unidentifiable” […]. That is, there must be a “semantic link” […] between the proposition containing the dislocation and the preceding discourse ».

2 Corpus « Philosophèmes » (https://philosophemes.msh.uca.fr/), discussion « Intelligence animale », collège, 5e.

3 Les analyses de corpus d’autres auteurs ont montré que, bien que plus rare, un référent-thème non nouveau, « strictly given » (Ashby, 1988) ou « continuing topic » (Brunetti et Avanzi, 2017), peut subir une dislocation.

4 La notion de substrat étant rapprochée de celles de « présupposition locale » et de « thème ».

5 Voir : https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/3755504001006/visite-de-nicolas-sarkozy-en-savoie.

6 Voir : https://www.elysee.fr/nicolas-sarkozy/2008/10/23/declaration-de-m-nicolas-sarkozy-president-de-la-republique-sur-les-mesures-de-soutien-a-leconomie-face-a-la-crise-economique-internationale-a-argonay-haute-savoie-le-23-octobre-2008.

7 Selon Ducrot (1972, 1995) ainsi qu’Anscombre et Ducrot (1977), mais traduit la préférence du locuteur pour le potentiel argumentatif du segment qui le suit à celui qui le précède.

8 Voir l’une des définitions du sens du verbe se détacher fournies par Le Grand Robert de la langue française (A. Rey [éd.], Paris, Le Robert, 2017).

9 Corpus « Philosophèmes » (https://philosophemes.msh.uca.fr/), discussion « Malheur », primaire, CP.

10 Pour une synthèse des recherches et des hypothèses sur les différences d’emploi de la dislocation chez les jeunes enfants et chez les adultes, voir Jourdain et Lahousse (2020).

11 Un lien peut être fait avec la notion de « Maximal Question Under Discussion », soit la question la plus saillante qui doit trouver une / des réponse(s) dans le cours du dialogue (voir Roberts, 2012).

12 Nølke parle de « visée de focalisation », qui n’est pas explicitement reliée au but communicatif.

13 Cependant, selon Caron, « de même que la valeur de contraste ne se limite pas à la focalisation, la focalisation n’a pas pour seule valeur l’identification par contraste exclusif du terme focalisé » (Caron, 1998 : 214).

14 Extrait de l’émission Salut les terriens, du 23 février 2013 (Canal+).

15 On peut préférer les termes « arrière-plan » ou « background », sachant que le terme « présupposition » est habituellement lié à la présupposition sémantique. On peut cependant l’envisager également comme « présupposition discursive », telle qu’elle est décrite par Saussure (2018).

16 Cette façon « interlocutive » de concevoir la présupposition n’est pas identique à la façon dont la définissent d’autres auteurs, qui l’envisagent relativement aux « contenus », ainsi qu’au locuteur, en tant que celui qui décide de présenter les contenus d’une certaine façon (ex. Ducrot, 1968 ; Stalnaker, 1978).

17 Ex. Entre ces deux robes, c’est la rouge que je préfère : référent présupposé (la robe rouge) et focalisé (par la forme clivée) ; Le coffret n’était pas avec les autres titres, mais une vendeuse m’a aidé à le trouver : référent non présupposé et non focalisé.

18 Voir par exemple, Riegel et al., 2014 : 109.

19 Nous partageons donc l’avis de Nølke selon lequel « la notion de focalisation est cruciale dans toute cette histoire [de l’ellipse] » (Nølke, 2001 : 305).

20 La « quantité » est l’un des phénomènes langagiers relevant du principe de « l’iconicité » défini par la linguistique cognitive, consistant, entre autres, dans le fait qu’une expression quantitativement importante « peut indiquer la grande importance attachée à un événement ou à un thème particulier » (Delbecque, 2006 : 31).

21 Selon l’analyse de Lambrecht (1981), l’élément disloqué et le pronom clitique possèdent deux fonctions différentes, le premier étant le topique, le second étant le sujet.

22 Voir Combettes (1998) pour le cas des propositions subordonnées.

23 Par exemple, dans un énoncé comme Je pense que tu as tort, c’est le contenu de la proposition subordonnée complétive qui est communicativement « principal ».

24 Voir aussi Brunetti et al. (2021) pour une analyse de « focused adjuncts ».

25 L’auteur qualifie la focalisation au sein d’un syntagme nominal de « mineure » en la distinguant de la focalisation « majeure » qui est celle au niveau de l’énoncé : « Tout énoncé donne lieu à une seule focalisation majeure (simple) et tout groupe rythmique à une focalisation mineure » (Nølke, 2001 : 180).

26 Même si on peut, en théorie, admettre la formulation c’est m’en parler que Paul a fait.

27 Le lien entre un tel détachement et la « mise en relief » est, par exemple, établi par Riegel (2006) et Combettes (2007).

28 Télérama no 3219, 21 septembre 2011.

29 Comme suggéré par un relecteur de cet article, en utilisant le test de question sous-jacente, on pourrait en proposer une qui porterait sur le contenu entier de la phrase, par exemple : « Que dire en conclusion de notre description touristique de ce lieu ? ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lidia Lebas-Fraczak, « La dislocation à gauche et la focalisation »Discours [En ligne], 31 | 2022, mis en ligne le 22 décembre 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/discours/12353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/discours.12353

Haut de page

Auteur

Lidia Lebas-Fraczak

Université Clermont Auvergne, LRL (Laboratoire de recherche sur le langage)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search