Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31L’accord de proximité en genre : ...

L’accord de proximité en genre : quelques considérations diachroniques

Gender Proximate Agreement: Some Diachronic Considerations
Anne Abeillé, Aixiu An et Yingqin Hu

Résumés

Selon Moreau (2019), l’accord au masculin était majoritaire en moyen français, en cas de coordination de noms de genres différents. Selon Abeillé et al. (2018) ainsi qu’An et Abeillé (2021a), l’accord au féminin est majoritaire pour le déterminant et l’adjectif prénominal en français contemporain, si le premier nom est féminin. En examinant l’évolution dans la base Frantext depuis 1550, nous montrons la persistance de l’accord de proximité au féminin dans deux configurations : l’accord du déterminant (certaines branches et problèmes) et celui de l’adjectif épithète (les us et coutumes familiales). L’accord au féminin est largement majoritaire pour le déterminant et l’épithète prénominale, et remonte, en cas de nom féminin le plus proche, pour l’épithète postnominale. Celui de l’adjectif attribut (son bec et ses jambes sont longues) a en revanche presque disparu. Si l’on considère que l’accord de proximité peut se faire au féminin comme au masculin, les taux restent élevés et persistent pour l’attribut.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction1

  • 1 Nous remercions pour leurs commentaires les participants de la séance de février 2020 à l (...)
  • 2 Le terme « résolution » (du conflit créé par la coordination de genres différen (...)

1L’accord en cas de coordination de noms de genre différent suit deux stratégies en latin et dans plusieurs langues romanes (Villavicencio et al., 2005 ; Demonte et Pérez-Jiménez, 2012 ; Johnson, 2013 ; Abeillé, 2022) : soit l’accord de résolution (au masculin, et en latin au neutre pour les inanimés) (voir les exemples [1a] et [2a]), soit l’accord de proximité (ou de voisinage) avec le genre du nom le plus proche (ex. [1b] et [2b])2.

[1a] pater mihi et mater mortui essent
  père.M.SG moi.DAT et mère.F.SG mort.M.PL être.PST.3.PL
  ‘mon père et ma mère étaient morts’ (latin)
  (Corbett, 1991 : 193)
[1b] eadem alacrite ac studio (latin)
  même.ABL.F.SG ardeur.ABL.F.SG et zèle.ABL.N.SG
  ‘avec la même ardeur et zèle’
  (J. César, Guerre des Gaules, 4.24 ; cité par Johnson, 2013 : 6)
[2a] questi villaggi e queste città sono bellissimi
  ce.M.PL village.M.PL et ce.F.PL ville.F sont beau.M.PL
  ‘ces villages et ces villes sont très beaux’ (italien)
[2b] alcune città e villaggi del Messico (italien)
  certain.F.PL ville.F.PL et village.M.PL du Mexique
  ‘certaines villes et villages du Mexique’
  (Abeillé, 2022 : ex. [68c])

2Selon Corbett (1983, 1991), du point de vue typologique, plusieurs facteurs favorisent l’une ou l’autre de ces stratégies : le type d’élément qui s’accorde (appelé cible), le type de nom déclencheur (appelé contrôleur ou donneur), leur ordre relatif. Selon lui, l’accord de proximité est davantage observé avec un adjectif épithète ou un déterminant qu’avec un attribut, lequel n’appartient pas au même groupe syntaxique que le donneur, et peut en être séparé par un verbe attributif. Des donneurs humains favorisent l’accord de résolution, qui est plus sémantique, le genre grammatical tendant à être interprété comme genre social pour les noms humains (Corbett, 1991). Quand l’élément qui s’accorde (la cible) précède le donneur, l’accord de proximité (avec le premier donneur) est favorisé.

3Pour le français, l’évolution de l’accord en cas de coordination de noms de genre différent, et son enseignement, font débat (Chervel, 2019). Selon Viennot (2014), l’accord de proximité (au féminin) était bien attesté jusqu’au XVIIe siècle mais a disparu sous la pression des grammairiens, ces derniers prescrivant à la suite de Vaugelas (1647 : 82) que « le genre masculin étant le plus noble, doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble ». Selon Moreau (2019 : 355), sur la base d’échantillons de la base Oldfrantext de l’ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française) et du Dictionnaire du moyen français (DMF) (1330-1500), « la règle de l’accord de proximité est effectivement utilisée en moyen français » mais « l’accord au masculin est majoritaire, dans toutes les configurations ». Mais elle ne distingue pas les positions pré- et postnominales, ni les cas de résolution et de proximité en cas d’accord au masculin.

4Pour l’écrit contemporain (Frantext depuis 1950 et FrWaC), nous avons montré (Abeillé et al., 2018) que l’accord avec le féminin le plus proche est bien vivant, et quasi obligatoire pour le déterminant avant le nom (ex. : certaines régions et départements, 2011, lefigaro.fr). Nous avons aussi montré (An et Abeillé, 2021a) qu’en français contemporain, avec et, l’accord au féminin avec le nom le plus proche atteint 95 % pour l’adjectif prénominal (ex. : les différentes villes et pays, 2012, leava.fr) et 46 % pour l’adjectif postnominal (ex. : les objectifs et caractéristiques essentielles, gouv.fr) dans un grand corpus écrit (FrWaC [French Web as a Corpus] – Baroni et al., 2009). S’agit-il d’une persistance ou d’une revitalisation ?

  • 3 Yingqin Hu a extrait et analysé les données pour le déterminant et l’adjectif épithète. P (...)

5Nous présentons ici des données issues de Frantext pour cinq périodes : 1550-1649 (préclassique), 1650-1799 (classique), 1800-1899 (moderne XIXe), 1900-1979 (moderne XXe), 1980-2019 (contemporain). Nous indiquons à chaque fois le nombre de textes et de mots (tableau 1)3.

Tableau 1 – Les cinq sous-corpus de Frantext utilisés (en millions de mots)

Corpus Préclassique Classique Moderne (XIXe) Moderne (XXe) Contemporain
Textes 352 1 103 1 152 1 872 558
Mots 14,8 M 43,4 M 63,7 M 86 M 36 M

2. L’évolution de l’accord du déterminant

6Nous avons cherché les séquences « certains / certaines Np et Np ». Nous avons sélectionné celles avec des noms de genre différent (43 cas) et annoté le type d’accord (voir aussi tableau 5 en annexe 2) :

  • résolution pure (certains Nfp et Nmp),

  • proximité (certaines Nfp et Nmp),

  • mixte (résolution et proximité) (certains Nmp et Nfp).

7En effet, quand le premier nom est masculin, il s’agit aussi bien de proximité que de résolution.

Figure 1 – L’évolution de l’accord certains / certaines Npl et Npl

Figure 1 – L’évolution de l’accord certains / certaines Npl et Npl
  • 4 Un participant au colloque « Diachro 2022 » nous a posé la question de savoir s’il ne pou (...)

8Bien représenté dans le corpus préclassique (41 %), l’accord au féminin disparaît à l’époque classique pour revenir au XXe siècle à son niveau de l’époque préclassique (figure 1). L’accord au masculin est majoritaire en préclassique (52 %), il est à 100 % dans le corpus classique, puis à 61 % en français moderne pour remonter à 71 % en français contemporain. L’accord au féminin avec le nom le plus proche est bien attesté en préclassique (ex. [3a]), mais son emploi avec des noms de genre différent disparaît de 1669 (ex. : certains charmes et sorcelleries, Naudé) à 1926 (ex. : certains pyroxènes et amphiboles, Friedel), sans doute pour éviter ce qu’on appelait alors une « figure de construction » (Colombat, 2019)4. Il revient au XXe siècle (ex. [3b]).

[3a] certaines formules et préceptes (Calvin, 1560) ; certaines testes et vases antiques (Pereisc, 1637)
[3b] certaines branches et problèmes (Roubaud, 1997)

9L’emploi avec deux noms humains semble être une innovation, à partir de 1960 (ex. : certains instituteurs et institutrices, Dolto ; certains frères et sœurs, Niel, 1995), et toujours dans l’ordre masculin-féminin.

10Ces résultats confirment ce que nous avions trouvé (Abeillé et al., 2018) pour le français contemporain (Frantext et FrWaC) : l’accord de résolution (au masculin) est impossible avec un premier nom féminin (*certains branches et problèmes). L’accord au féminin est le seul observé avec un premier nom féminin, et réapparaît au XXe siècle, alors qu’il avait disparu pendant deux siècles et demi (de la fin du XVIIe au début du XXe siècle). Le masculin est redevenu majoritaire au XXe siècle comme en préclassique, alors qu’il ne l’était pas de 1650 à 1900, mais toujours avec un nom masculin le plus proche, ce qui fait qu’on peut aussi parler d’accord de proximité dans ce cas.

  • 5 Nous remercions Marie-Louise Moreau de nous avoir donné accès à l’intégralité de ses donn (...)

11Si l’on compare nos résultats avec ceux de Moreau (2019) pour le moyen français, on y observe aussi une écrasante majorité d’accords des déterminants (tous, certains, aucuns, lesdites, lesquelles) au féminin dans le cas d’un féminin plus proche (95 %) (ex. [4a]), et un seul cas au masculin (ex. [4b]) (tableau 4 en annexe 1)5 :

[4a] certaines ordonnances royaulz, constitucions, arrestz, instructions, lettres et instrumens (Fauquembergue, 1417-1420)
[4b] de tous coustenges et frais (Froissart, 1375-1400)

3. L’évolution de l’accord de l’adjectif épithète

12Nous avons ensuite cherché les séquences « D A Npl et Npl », ainsi que « D Npl et Npl A », la mise en facteur du déterminant favorisant celle de l’épithète, pour les cinq périodes. Nous excluons les cas où l’adjectif est figé avec le premier nom (les grandes écoles et universités). Nous avons sélectionné les séquences avec des noms (pluriels) de genre différent (1 363 cas) et avons annoté le type d’accord :

  • résolution pure (Amp Nfp et Nmp ; Nmp et Amp),

  • proximité (Afp Nfp et Nmp ; Nmp et Nfp Afp),

  • mixte (résolution et proximité) (Amp Nmp et Nfp ; Nfp et Nmp Amp),

  • syncrétique (Af/m Np et Np ; Np et Np Af/m).

  • 6 Nous considérons comme syncrétiques les adjectifs ayant la même forme écrite au (...)

13En effet, quand le nom le plus proche est masculin, il s’agit aussi bien de proximité que de résolution. Et quand l’adjectif est syncrétique, c’est-à-dire de même forme au masculin et au féminin (formidables), on ne peut pas savoir s’il est au masculin ou au féminin6.

14Nous présentons d’abord l’accord de l’adjectif prénominal puis celui de l’adjectif postnominal, et comparons avec les résultats de Moreau (2019) sur le moyen français, et d’An et Abeillé (2021a) sur le français contemporain.

3.1. L’accord de l’adjectif prénominal

15Pour l’adjectif prénominal (457 cas), l’accord de proximité au féminin régresse (de 28 % en préclassique à 5,5 % en contemporain) et la part des adjectifs syncrétiques augmente (de 34,7 % en préclassique à 68 % en contemporain) (figure 2) (voir aussi tableau 6 en annexe 3). La mise en commun du déterminant garantit celle de l’adjectif prénominal.

16Le nombre de cas baisse en français classique (41 contre 167 en préclassique), comme avec certains, pour remonter en français moderne (XXe siècle) et contemporain, et la part des adjectifs syncrétiques est majoritaire dès le français classique (53,6 %).

17La part des noms humains augmente et ils favorisent l’ordre masculin-féminin.

[5a] les communes facultez et moyens (Vincent, 1556) ; les diverses modifications et changemens (Meslier, 1729)
[5b] mes propres yeux et oreilles (Mersenne, 1642) ; les autres cousins et cousines (Robin, 1996) ; mes futurs pilotes et hôtesses (Genette, 2006)

18L’accord au féminin diminue au cours de la période, au profit des adjectifs syncrétiques, mais on ne trouve que quatre adjectifs masculins avant un nom féminin (1 cas par période sauf à l’époque classique), c’est-à-dire que l’accord de résolution pure est quasi inexistant (ex. : les seuls orées et bords des terres-à-grain, Serres, 1603).

Figure 2 – L’évolution de l’accord de l’adjectif prénominal avec et

Figure 2 – L’évolution de l’accord de             l’adjectif prénominal avec et

19Si l’on considère qu’il peut se faire au masculin comme au féminin, l’accord de proximité est le seul observé à toutes les périodes sauf en français classique. Mais l’augmentation de la part des adjectifs syncrétiques et de l’ordre masculin-féminin diminue aussi sa visibilité.

20À titre de comparaison, nous avions trouvé 95 % d’accords de proximité pour l’adjectif prénominal en français contemporain (An et Abeillé, 2021a), en travaillant sur un échantillon de 290 adjectifs prénominaux et 370 adjectifs postnominaux extraits du corpus FrWaC (Baroni et al., 2009) (1,6 milliard de mots). Nous prenions en compte seulement les adjectifs non syncrétiques. Si l’on refait les calculs sur les données de Frantext sans tenir compte des formes syncrétiques, on aboutit à un pourcentage très stable d’accords de proximité (au masculin ou au féminin) : 96 % en préclassique, 100 % en classique, 95 % en moderne XIXe, 98 % en moderne XXe, 96 % en contemporain (voir aussi infra tableau 2 et figure 6).

3.2. L’accord de l’adjectif postnominal

21Pour l’adjectif postnominal (568 cas), la présence requise d’un déterminant commun aide l’épithète à être également en commun. Nous vérifions néanmoins que l’adjectif a bien porté sur les deux noms, comme en [6a]. Nous excluons donc des cas tels que l’exemple [6b] (tableau 7 en annexe 3) :

[6a] Plusieurs chanteuses et chanteurs italiens (Sand, 1843) ; des rois et princesses véritables (Gautier, 1853) ; leurs auteurs et références précises (coll. 1920) ; ses frère et sœurs morts (Malègue, 1933) ; les grammaires et dictionnaires traditionnels (Tesnière, 1965)
[6b] les poyssons et bestes terrestres (Belon, 1555) ; Mes mélancolies et ennuis physiques (Balzac, 1835) ; des farines et légumes secs (Zola, 1873) ; Les conférences et travaux pratiques (sans mention, 1960)

22L’accord au féminin est à 30-28 % en français préclassique et classique, pour tomber à 9 % en moderne (XXe siècle) et remonter à 16,8 % en contemporain (figure 3). Dans certains cas d’accord de proximité en préclassique, les mêmes paires de noms apparaissent dans le même texte, et seul l’ordre des noms semble déterminer l’accord : les pieds et jambes noires ; les jambes et pieds noirs (Belon, 1555).

23Contrairement à ce que nous avons vu pour l’adjectif prénominal, c’est la part des masculins qui augmente (de 27,5 à 45,2 %) tandis que celle des adjectifs syncrétiques enregistre une légère baisse (de 42 à 37,8 %), à la différence de l’adjectif prénominal (figure 2).

[7a] les cieulx et intelligences motrices (Rabelais, 1652) ; ces achats et reventes continuelles (Mirabeau, 1755) ; les aménagements et constructions éventuels (Bernanos, 1936) ; des textes ou inscriptions anciennes (Tesnière, 1965) ; les us et coutumes citadins (Szczupak-Thomas, 2008)
[7b] mes notes et manuscrits psychologiques (Maine de Biran, 1816), des us et coutumes séculaires (Bâ, 1994)

Figure 3 – L’évolution de l’accord de l’adjectif postnominal avec et

Figure 3 – L’évolution de l’accord de             l’adjectif postnominal avec et

24Nous avons un seul cas de féminin avec un second nom masculin (ce qui empêche 100 % en troisième colonne de la figure 3) : les pièces et titres relatives (Balzac, 1845).

25Si l’on considère qu’il peut se faire au masculin comme au féminin, l’accord de proximité était majoritaire jusqu’au XIXe siècle (56-52 %), et se maintient à un niveau assez élevé aux XXe et XXIe siècles (42,8-45,7 %) (ex. [8a]), mais pas pour les noms humains (ex. [8b]) :

[8a] des lavages et additions ultérieures (Verne, 1937) ; ses papiers et notes précieuses (Beauvoir, 1940) ; les us et coutumes familiales (Yourcenar, 1974) ; les jours et semaines suivantes (Roubaud, 2000) ; leurs danses et chants coutumiers (Garat, 2018)
[8b] mes voisins et voisines studieux (Roubaud, 1997) ; les cousins et cousines nombreux (Garat, 1998), ses frères et sœurs cadets (Milewski, 2009)

26L’accord de résolution pure (adjectif masculin avec nom féminin adjacent) était marginal (0-3 %) dans les périodes antérieures et n’apparaît qu’au XXe siècle (17 %). Mais il en va différemment pour les noms humains : l’accord de résolution pure était à 50 % en préclassique, absent en classique et au XIXe, et se maintient à 61-58 % au XXe siècle et en contemporain.

27À titre de comparaison, nous avions trouvé l’accord de proximité (au féminin) à 95 % pour l’adjectif prénominal et 46 % pour l’adjectif postnominal en français contemporain dans le grand corpus FrWaC (An et Abeillé, 2021a), sans prendre en compte les adjectifs syncrétiques.

28Si l’on refait les calculs sur les données de Frantext sans tenir compte des formes syncrétiques (tableau 2), on aboutit à une certaine stabilité de l’accord de proximité (au féminin) pour l’adjectif prénominal, la différence entre le corpus contemporain de Frantext (où il est à 80 %) et celui d’An et Abeillé (2021a) pouvant s’expliquer par une différence de registre, le français littéraire étant plus sensible à la norme, qui encourage l’accord au masculin, que les écrits numériques. Pour l’adjectif postnominal, la part d’accords de proximité (au féminin), très majoritaire jusqu’au XIXe siècle, baisse au XXe siècle et en français contemporain, peut-être sous la pression de la norme enseignée à l’école, mais reste à un niveau élevé (43-48 %).

Tableau 2 – L’évolution de l’accord de l’épithète avec et et Nf le plus proche (hors adjectifs syncrétiques)

D Af Nf et Nm D Nm et Nf Af D Am Nf et Nm D Nm et Nf Am
Moyen français (Moreau) 87,5 % 5,7 % 12,5 % 94,3 %
Préclassique 98 % 90 % 2 % 10 %
Classique 100 % 100 % 0 % 0 %
Moderne XIXe 83 % 89 % 17 % 11 %
Moderne XXe 92 % 43 % 8 % 57 %
Contemporain 80 % 48 % 20 % 52 %
FrWaC (An et Abeillé, 2021a) 95 % 46 % 5 % 54 %

29La comparaison avec les chiffres de Moreau (2019), pour le moyen français, est plus délicate car elle ne distingue pas adjectifs pré- et postnominaux : les proportions qu’elle donne (44,6 % d’accords au féminin pour les déterminants et adjectifs épithètes avec un nom féminin le plus proche) correspondent à nos résultats sur les adjectifs postnominaux à partir du XXe siècle. Mais si l’on distingue les adjectifs pré- et postnominaux dans ses données (tableau 4 en annexe 1), on observe une écrasante majorité d’accords au féminin pour l’adjectif prénominal (87,5 %), avec un seul cas au masculin (qui pourrait aussi être considéré comme un déterminant lesdiz) (ex. [9a]) et une écrasante majorité d’accords au masculin pour l’adjectif postnominal (94,3 %) (ex. [9b]).

[9a] Grandes murmurations et escandles (Froissart, après 1400) ; les diz mere et enfans (Recueil des documents concernant le Poitou, 1331)
[9b] flacons et boutelles plaines de vin (Froissart, 1375-1400) ; ung chevalier et une dame assiz à table (La Marche, 1470) ; pluseurs saints et sainctes contemplatifs (Christine de Pizan, 1405)

30La majorité d’accords au masculin dans ses données s’explique donc par un double biais : une majorité d’adjectifs postnominaux et une majorité de noms humains dans ce cas (17 / 36). En revanche, elle ne retient qu’un seul cas de noms humains (ex. [9a]) avec un adjectif prénominal. La différence avec nos données concernant la position postnominale peut s’expliquer aussi par le fait qu’elle a inclus des participes et des appositions, contrairement à nos données de Frantext.

31Si l’on refait les calculs sur nos données en tenant compte aussi de l’accord de proximité au masculin, on aboutit à des proportions encore plus importantes d’accords de proximité (masculin ou féminin) pour l’adjectif postnominal, comme pour l’adjectif prénominal (section 3.1 supra), même s’il y a eu baisse à partir du XXe siècle, peut-être sous la pression de l’enseignement de la norme : 54,5 % d’accords de proximité (au masculin ou au féminin) en préclassique, 56 % en classique, 49 % au XIXe siècle, 39 % au XXe et 44 % en contemporain.

4. L’accord de l’adjectif attribut

32Nous avons cherché les séquences « D N et D N être A » et « A être D N et D N », en sélectionnant les noms de genre différent (567 cas), pour étudier l’évolution de l’accord de l’adjectif attribut. Si nous nous limitons aux noms pluriels, nous avons seulement 111 cas avec adjectif postverbal, et 12 avec adjectif préverbal, sur l’ensemble des périodes. Contrairement aux deux études précédentes (déterminant et adjectif épithète), nous ne limitons donc pas la recherche aux noms pluriels, ce qui permet d’étudier en parallèle l’évolution de l’accord en nombre.

33Avec et, nous avons des cas d’accord au féminin dans les corpus préclassique et classique mais quasi rien ensuite. À partir du XIXe siècle, nous notons une augmentation de la part des adjectifs syncrétiques.

4.1. L’accord de l’attribut postverbal

34À la différence de l’accord de l’adjectif épithète, nous ne nous sommes pas limitées à des noms coordonnés avec un déterminant en facteur, ni à des noms pluriels. Nous avons trouvé 496 cas d’adjectif attribut postverbal avec être, avec un sujet coordonné par et (voir aussi tableau 8 en annexe 4).

35On observe 13 cas (2,5 %) d’accord féminin et 219 cas (44 %) d’adjectif syncrétique. L’accord au masculin est majoritaire à toutes les périodes (figure 4).

[10a] les hommes et les femmes sont commungs (Navarre, 1559) ; Mon beau-père et ma belle-mère sont reconnaissants de votre bon souvenir (Sand, 1825) ; le soleil et la lune sont jaloux (Ponge, 1942) ; les lèvres et les regards étaient dédaigneux (Nourrissier, 2000)
[10b] les bras et les épaules sont admirables (Nerval, 1851) ; la science et l’art sont inépuisables (Sollers, 1993)

36Comme précédemment, la coordination de noms humains favorise l’accord masculin (An et Abeillé, 2021b ; Corbett, 1991) (ex. [10a]).

Figure 4 – L’évolution de l’accord de l’attribut postverbal avec et

Figure 4 – L’évolution de l’accord de             l’attribut postverbal avec et

37Les cas d’accord de proximité au féminin représentent 14,8 % des exemples issus de la période préclassique, contre 4 % pour la période classique, 0,7 % pour le XIXe siècle, 1,3 % pour le XXe siècle et 0 % pour la période contemporaine (figure 4). Aux périodes classique et préclassique, il se rencontre au singulier, mais le plus souvent au pluriel.

[11a] l’estre et la nature est intellectuelle (Berulle, 1623) ; le raisonnement et la volonté est droite (Bossuet, 1704)
[11b] son bec et ses jambes sont longues (Belon, 1555) ; ce gros cadogan et ces grosses boucles étaient fausses (Charrière, 1787)

38L’accord au féminin disparaît de 1810 à 1910 et reste marginal. On a un cas au XIXe et deux au XXe siècle, avec un second nom féminin (ex. [12]).

[12] un pays […] dont le gouvernement et les loix fussent stables et protectrices (Crèvecoeur, 1810) ; nos tempéraments et nos sociétés sont différentes (Péguy, 1910) ; tout décor et toute conjoncture sont bonnes à l’ingéniosité (Cassou, 1960)

39Si l’on inclut les masculins de proximité, on aboutit à une nette décrue de l’accord de proximité en genre pour l’attribut postverbal, de 62,9 % en préclassique, à 20,8 % en classique et 28,6 % au XIXe siècle, suivie d’une lente remontée : 32,9 % au XXe siècle et 40,4 % en contemporain.

40En parallèle, l’accord de proximité en nombre (au singulier) régresse aussi, donc peut-être s’agit-il d’une évolution grammaticale plus globale (voir aussi figure 7). En effet, l’accord au singulier peut être considéré comme un cas d’accord de proximité en nombre, avec le singulier le plus proche (An et Abeillé, 2021b ; Corbett, 1991).

41Avec deux noms singuliers coordonnés par et, les accords de proximité au singulier, bien que peu nombreux, se concentrent en majorité à la période préclassique. Ils représentent ainsi 20 % des exemples pour cette période, contre 3 % pour la période classique, et n’apparaissent plus dans les autres périodes, excepté un unique cas dans le corpus moderne du XXe siècle (ex. [13]). Dans ce dernier cas, on ne peut pas savoir si l’accord au masculin est de résolution ou de proximité.

[13] chaque peine et chaque mal est infini dans sa substance (Yourcenar, 1968)

4.2. L’accord de l’attribut préverbal

42Certains adjectifs attributs (nombreux, tels) peuvent être antéposés, ce qui entraîne l’inversion du sujet (Noailly, 1999). Nous avons trouvé très peu d’adjectifs syncrétiques dans cette construction (rares). Si le même facteur de directionnalité que pour l’adjectif épithète (An et Abeillé, 2021a et supra section 3) joue, on s’attend à davantage d’accords de proximité qu’avec l’attribut postverbal.

43Nous avons trouvé 71 cas d’adjectif attribut préverbal avec être, avec et (voir aussi tableau 9 en annexe 4).

[14a] Tels sont l’abeille et le castor (Bonnet, 1764)
[14b] rares sont les gonzes et les gonzesses aux cordes vocales synchronisées (Simonin, 1960)

Figure 5 – L’évolution de l’accord de l’attribut préverbal avec et

Figure 5 – L’évolution de l’accord de             l’attribut préverbal avec et

44Dans notre corpus, l’accord au féminin de l’adjectif préverbal est en baisse continue : majoritaire à 60 % en français préclassique, il passe à 30 % en classique, à 16 % en moderne (XIXe et XXe siècles), presque toujours au singulier (seulement 2 cas au pluriel, avec le premier nom au pluriel), et il est absent en français contemporain (figure 5). La part des adjectifs syncrétiques augmente très légèrement : de 0 à 2 (11 %) en moderne (XXe) et 1 (20 %) en contemporain (ex. [14b]).

[15a] stimulante est cette théorie et l’intérêt qu’elle suscite (Privat De Garilhe, 1963) ; Telle serait ma réponse et mon destin (Nimier, 1950)
[15b] telles étoient les craintes et l’embarras que les gestes d’Emma exprimoient (Genlis, 1795)

45Si l’on inclut les cas d’accord au masculin (avec le premier nom au masculin), on a un taux d’accords de proximité (au féminin ou au masculin) à 100 % en préclassique, 80 % en classique, 79 % au XIXe siècle, 72 % au XXe siècle, et 40 % en français contemporain.

46Il en va de même de l’accord en nombre : avec deux noms singuliers coordonnés par et, on observe uniquement le singulier en préclassique, une majorité d’accords au singulier jusqu’au XXe siècle, et uniquement le pluriel dans le corpus contemporain.

[16] Telle est la puissance et le charme de l’affection sociale (Diderot, 1745) ; Tel est son esprit et sa lettre même (Sand, 1877) ; rouges sont la lèvre et l’ongle (Echenoz, 1983)

47On remarque que, comparativement aux données avec un attribut postverbal, les cas d’accord de proximité, particulièrement en nombre, sont plus élevés. En agrégeant les cinq périodes, on a 22,2 % d’accords de proximité au féminin, et 43 % d’accords de proximité au singulier pour l’attribut préverbal. En comparaison, les phrases avec attribut postverbal contenaient 2,4 % d’accords de proximité au féminin, et 3 % d’accords de proximité au singulier.

48Si l’on compare accord en nombre et accord en genre, on peut faire l’hypothèse que la perte de l’accord de proximité dans le cas de l’attribut s’est faite en parallèle pour le genre (au profit du masculin) et pour le nombre (au profit du pluriel) (voir aussi figure 7).

49Pour l’accord de l’attribut (avec être) en moyen français, Moreau (2019) donne un chiffre (23,7 % d’accords au féminin en cas de nom féminin le plus proche) qui ne distingue pas attribut pré- et postverbal. Mais si nous regardons le détail de ses données (tableau 4 en annexe 1), nous observons une grande différence selon que l’attribut précède ou suit le sujet (le verbe être pouvant être plus mobile) : si l’attribut précède le sujet, l’accord au féminin est majoritaire (60 %), et si le sujet précède l’attribut, l’accord au masculin est majoritaire (83,7 %), comme ce que nous observons en français classique (tableau 3).

Tableau 3 – L’évolution de l’accord de l’attribut avec et et Nf le plus proche

Af être Nf et Nm Nm et Nf être Af Am être Nf et Nm Nm et Nf être Am
Moyen français (Moreau) 60 % 16,4 % 40 % 83,6 %
Préclassique 100 % 33 % 0 % 67 %
Classique 60 % 13,3 % 40 % 86,7 %
Moderne XIXe 44 % 2,8 % 56 % 97,2 %
Moderne XXe 50 % 4 % 50 % 98 %
Contemporain 0 % 0 % 100 % 100 %
[17a] li orgoels et la negligense estoient si grandes (Froissart, 1400) ; Mole est ma queue et mes boyaux (Deschamps, 1370-1407)
  (corpus Moreau [2019])
[17b] ces amoureux et amoureuses n’estoient exemptés de la Mort (Martial d’Auvergne, 1460-1466) ; Et à celle feste furent le duc et la duchesse, ensemble toute la seignorie, grandement festoyées (La Marche, 1470)
  (cités par Moreau, 2019 : 357)

50Nous observons aussi qu’avec des noms humains, l’accord au masculin est largement majoritaire, comme en latin, et comme aux périodes ultérieures : 24 cas de sujets humains, qui tous précèdent l’attribut (49 %), un seul accord au féminin (ex. [17b]).

5. Discussion générale

51Moreau (2019) critique l’hypothèse d’une primauté de l’accord de proximité en moyen français suivie d’une baisse de l’accord au féminin, telles que présentées par Viennot (2014). Nos résultats montrent un tableau plus nuancé : l’accord de proximité (au féminin) était majoritaire avant le nom en moyen français ; il le reste pour le déterminant, tandis que pour l’épithète prénominale, il diminue au profit des formes syncrétiques, et qu’il disparaît pour l’attribut en français contemporain. Il n’était pas majoritaire (au féminin) après le nom, en moyen français, selon l’échantillon de Moreau (2019) ; il l’est dans nos données pour l’épithète postnominale jusqu’au XIXe siècle et il reste à un niveau élevé ensuite, avec une remontée en français contemporain (près de la moitié des cas avec le nom féminin le plus proche), dans les écrits littéraires (Frantext) comme sur internet (FrWaC). Nos données semblent donc donner raison à Viennot pour l’accord de l’épithète postnominale et de l’attribut, même si la disparition de l’accord au féminin n’est avérée que pour l’attribut, et tardivement (après 1970), sans doute sous la pression de l’école, et non directement des grammairiens classiques.

52Nos résultats confirment en revanche les tendances typologiques observées par Corbett (1983, 1991), selon lesquelles l’accord de proximité (en genre ou en nombre) est favorisé dans le domaine nominal (pour le déterminant et l’épithète), et quand la cible (ce qui s’accorde) précède les donneurs. Ainsi l’exemple donné par Moreau (2019 : 357) pour le moyen français (ex. [18a]) n’est pas très différent de celui cité par Grevisse et Goosse (2016 : 339) (ex. [18b]) pour le français moderne :

[18a] sur toutes les malefaçons, injures et domages dessus diz (Trésor des chartes du comté de Rethel, 1337)
[18b] De nombreuses décisions et échanges avaient été reportés. (Le Monde, 4 novembre 1976)

53Dans ces deux exemples, l’adjectif prénominal est au féminin, selon l’accord de proximité, et celui qui suit le nom est au masculin, selon l’accord de proximité ou l’accord de résolution.

54Comme le montre la figure 6, l’accord au féminin, avec un nom féminin plus proche, reste à un niveau élevé dans le domaine nominal (déterminant et adjectif épithète), le faible pourcentage observé par Moreau (2019) pour l’adjectif postnominal en moyen français s’expliquant par la surreprésentation des noms humains dans son échantillon.

Figure 6 – L’évolution de l’accord au féminin (avec Nf adjacent) dans le domaine nominal avec et (hors adjectifs syncrétiques)

Figure 6 – L’évolution de l’accord au féminin           (avec Nf adjacent) dans le domaine nominal avec et (hors adjectifs syncrétiques)

55Comme le montre la figure 7, l’accord au féminin, avec un nom féminin plus proche, disparaît dans le domaine verbal (adjectif attribut), mais n’a jamais été majoritaire pour l’adjectif postverbal, par ailleurs plus fréquent que l’attribut préverbal. Hormis le point bas de l’échantillon de Moreau (2019) pour l’attribut préverbal singulier en moyen français, dû là aussi semble-t-il à une surreprésentation des noms humains, l’évolution de l’accord de proximité en genre (au féminin) et en nombre (au singulier) semble parallèle. Il disparaît au singulier, en cas de coordination de deux noms singuliers, avec la même persistance pour l’attribut préverbal.

Figure 7 – L’évolution de l’accord au féminin et au singulier dans le domaine verbal avec et (hors adjectifs syncrétiques)

Figure 7 – L’évolution de l’accord au féminin           et au singulier dans le domaine verbal avec et (hors adjectifs syncrétiques)

56Reste la question de la coordination des noms humains : l’accord au masculin est toujours majoritaire avec eux, et il n’y a quasi aucun cas d’accord au féminin, ce qui donnerait raison à Moreau (2019) si l’on se limitait à ces noms-là. On peut y voir une forme de sexisme, ou d’androcentrisme, à partir du moment où le genre grammatical tend à être interprété comme genre social pour les humains (Corbett, 1991). En tout cas, c’était déjà le cas en latin, et cela semble être le cas dans les autres langues romanes (Abeillé, 2022).

57Dans nos données, c’est particulièrement frappant pour certains / certaines : aucun nom humain avant le XXe siècle, et depuis, seul l’ordre masculin-féminin est observé pour les humains, ce qui empêche l’accord au féminin (Abeillé et al., 2018). Pour l’épithète prénominale, nous trouvons un seul accord féminin en préclassique et en classique, aucun aux XIXe et XXe siècles, et 2 en contemporain (sur 27), avec deux noms humains (ex. [19]), et aucun pour l’épithète postnominale. L’accord au féminin pour les humains semble donc une revitalisation, dont on se demande si elle va persister voire s’étendre.

[19] leurs belles femmes et enfans (Aneau, 1560) ; les principales dames et seigneurs (La Morlière, 1746) ; les tierces personnes ou esprits (Serres, 1991) ; quinze gentes dames et messires (Boullier, 2018)

6. Conclusion

58Sur la base des textes de Frantext (depuis 1550), nous montrons une baisse de l’accord de proximité au féminin, qui semble due à plusieurs facteurs : baisse parallèle de l’accord de proximité en nombre (au singulier) pour l’adjectif attribut ; augmentation de la part des noms humains, qui favorisent l’ordre masculin-féminin, ce qui rend l’accord au féminin impossible pour l’épithète prénominale ; augmentation de la part des adjectifs syncrétiques. Il n’est donc pas sûr que la baisse du féminin, si elle est bien réelle, soit due uniquement à une pression de la norme et / ou à une « masculinisation » de la langue (Viennot, 2014).

59Mais il convient de distinguer le domaine nominal et le domaine verbal. Avant le nom, l’accord de proximité (au masculin ou au féminin) non seulement n’a pas disparu mais il reste la seule possibilité, et il vaut pour le déterminant (certains / certaines) comme pour l’adjectif épithète. Il convient également de distinguer le cas des noms humains de celui des noms inanimés. Seuls les noms humains favorisent l’accord de résolution au masculin, même avec un nom féminin plus proche.

60La plupart des grammaires, et la plupart des débats en cours, ont tendance à prendre pour exemple l’accord de l’attribut, avec des sujets humains (les garçons et les filles sont contents). Or, la disparition de l’accord au féminin pour l’attribut, et la prédominance de l’accord masculin, ne sont pas représentatives de l’ensemble de l’évolution.

61De plus, si l’on considère que l’accord de proximité peut se faire au féminin et au masculin, il est resté majoritaire en français, dans toutes les configurations.

62Compte tenu du fait que les déterminants et les adjectifs épithètes sont beaucoup plus fréquents que les adjectifs attributs, à l’écrit comme à l’oral (Abeillé et al., 2019 ; Poiret et Liu, 2020 : 365), et que les noms non humains coordonnés sont plus nombreux que les noms humains (An et Abeillé, 2021a), il nous semble que l’existence de l’accord de proximité au féminin (certaines régions et départements) devrait être enseignée pour le français contemporain, comme c’était le cas au XIXe siècle, à côté de l’accord au masculin.

Haut de page

Bibliographie

Abeillé, A. 2022. Coordination in Syntax in the Romance Languages. In M. Loporcaro et F. Gardani (éd.), The Oxford Encyclopedia of Romance Linguistics. Oxford : Oxford University Press. En ligne sous le DOI suivant : https://doi.org/10.1093/acrefore/9780199384655.013.660.

Abeillé, A., An, A. et Shiraïshi, A. 2018. L’accord de proximité du déterminant en français. Discours 22 : 1-23. En ligne à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/discours/9542.

Abeillé, A., Clément, L. et Liégeois, L. 2019. Un corpus arboré pour le français : le French Treebank. TAL 60 (2) : 19-43. En ligne à l’adresse suivante : https://www.atala.org/sites/default/files/TAL_60_2_1.pdf.

Aljović, N. 2021. First Conjunct Agreement Is Not an Elliptical Illusion : A Case of Prenominal Adjectives. In M. Russo (éd.), The Emergence of Grammars : A Closer Look at Dialects between Phonology and Morphosyntax. New York : Nova Science Publishers.

An, A. 2020. Theoretical, Empirical and Computational Approaches to Agreement with Coordination Structures. Thèse de doctorat. Université Paris Cité. Paris.

An, A. et Abeillé, A. 2021a. Closest Conjunct Agreement with Attributive Adjectives. Journal of French Language Studies 32 (3) : 273-300.

An, A. et Abeillé, A. 2021b. L’accord sujet-verbe avec ou et avec ni en français : une approche expérimentale. Langages 223 : 43-60.

Baroni, M., Bernardini, S., Ferraresi, A. et Zanchetta, E. 2009. The WaCky Wide Web : A Collection of Very Large Linguistically Processed Web-Crawled Corpora. Language Resources and Evaluation 43 (3) : 209-226.

Chervel, A. 2019. L’accord de proximité et la grammaire. In D. Manesse et G. Siouffi (éd.), Le féminin et le masculin dans la langue. L’écriture inclusive en questions. Paris : ESF Sciences humaines : 95-114.

Colombat, B. 2019. La question du neutre et la construction des accords depuis le latin vers le français. In D. Manesse et G. Siouffi (éd.), Le féminin et le masculin dans la langue. L’écriture inclusive en questions. Paris : ESF Sciences humaines : 61-78.

Corbett, G. G. 1983. Hierarchies, Targets and Controllers : Agreement Patterns in Slavic. Londres – Canberra : Croom Helm.

Corbett, G. G. 1991. Gender. Cambridge : Cambridge University Press.

Demonte, V. et Pérez-Jiménez, I. 2012. Closest Conjunct Agreement in Spanish DPs : Syntax and beyond. Folia Linguistica 46 (1) : 21-74.

Givón, T. 1970. Notes on the Semantic Structure of English Adjectives. Language 46 (4) : 816-837.

Grevisse, M. et Goosse, A. 2016. Le bon usage. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur [16e éd.].

Johnson, C. A. 2013. Multiple Antecedent Agreement as Semantic or Syntactic Agreement. Ohio State University Working Papers in Linguistics 60 : 1-9.

Moreau, M.-L. 2019. L’accord de proximité dans l’écriture inclusive. Peut-on utiliser n’importe quel argument ? In A. Dister et S. Piron (éd.), Les discours de référence sur la langue française. Bruxelles : Presses de l’Université Saint-Louis : 351-378. En ligne à l’adresse suivante : https://books.openedition.org/pusl/26517.

Noailly, M. 1999. L’adjectif en français. Gap – Paris : Ophrys.

Poiret, R. et Liu, H. 2020. Some Quantitative Aspects of Written and Spoken French Based on Syntactically Annotated Corpora. Journal of French Language Studies 30 (3) : 355-380.

Vaugelas, C. F. de 1647. Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire. Paris : A. Courbé.

Viennot, É. 2014. Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française. Donnemarie-Dontilly : Éditions iXe.

Villavicencio, A., Sadler, L. et Arnold, D. 2005. An HPSG Account of Closest Conjunct Agreement in NP Coordination in Portuguese. In S. Müller (éd.), Proceedings of the 12th International Conference on Head-Driven Phrase Structure Grammar. Stanford : CSLI Publications : 427-447. En ligne à l’adresse suivante : https://proceedings.hpsg.xyz/article/view/119/116.

Haut de page

Annexe

Les données sont disponibles sur le site OSF : https://osf.io/​va3pm/​.

Annexe 1. L’accord en moyen français

Tableau 4 – Les exemples de Moreau (2019) avec Nf le plus proche (moyen français)

Féminin Masculin
D Nf et Nm 19 / 20 1 / 20
A Nf et Nm 7 / 8 1 / 8
Nm et Nf A 2 / 35 33 / 35
(être) A (être) Nf et Nm 6 / 10 4 / 10
Nm et Nf (être) A (être) 8 / 49 41 / 49
Total 42 / 122 80 / 122

Annexe 2. L’accord de certains / certaines Np et Np

Tableau 5 – Certains / certaines Np et Np

Préclassique Classique Moderne (XIXe) Moderne (XXe) Contemporain Total
Certaines Nmp et Nfp 1 0 0 0 0 1
Certaines Nfp et Nmp (proximité) 7 0 0 7 2 16
Certains Nmp et Nfp (résolution / proximité) 9 1 0 11 5 26
Certains Nfp et Nmp (résolution) 0 0 0 0 0 0
Total 17 1 0 18 7 43

Annexe 3. L’accord de l’adjectif épithète

Tableau 6 – D A Np et Np

Préclassique Classique Moderne (XIXe) Moderne (XXe) Contemporain Total
Af Nfp et Nmp (proximité) 47 5 5 11 4 72
Am Nmp et Nfp (résolution / proximité) 61 14 11 36 18 140
Am Nfp et Nmp (résolution) 1 0 1 1 1 4
A Nmp et Nfp ; A Nfp et Nmp (syncrétique) 58 22 36 76 49 241
Total 167 41 53 124 72 457

 

Tableau 7 – D Np et Np A

Préclassique Classique Moderne (XIXe) Moderne (XXe) Contemporain Total
Nmp et Nfp Af (proximité) 57 7 9 18 16 107
Nfp et Nmp Am (résolution / proximité) 46 7 23 58 26 160
Nmp et Nfp Am (résolution) 6 0 2 34 17 59
Nfp et Nmp Af 0 0 1 0 0 1
A Nmp et Nfp ; A Nfp et Nmp (syncrétique) 80 11 30 84 36 241
Total 189 25 65 194 95 568

Annexe 4. L’accord de l’adjectif attribut avec être

Tableau 8 – D N et D N être A

Préclassique Classique Moderne (XIXe) Moderne (XXe) Contemporain Total
Nm et Nf être Af (proximité) 4 5 1 2 0 12
Nf et Nm être Am (résolution / proximité) 13 19 41 49 17 139
Nm et Nf être Am (résolution) 8 26 35 45 12 126
Nm et Nf être A ; Nf et Nm être A (syncrétique) 12 65 70 59 13 219
Total 37 115 147 155 42 496

 

Tableau 9 – A être D N et D N

Préclassique Classique Moderne (XIXe) Moderne (XXe) Contemporain Total
Af être Nf et Nm (proximité) 3 5 4 3 0 15
Am être Nm et Nf (résolution / proximité) 2 10 15 10 2 39
Am être Nf et Nm (résolution) 0 4 5 3 2 14
A être Nf et Nm ; A être Nm et Nf (syncrétique) 0 0 0 2 1 3
Total 5 19 24 18 5 71
Haut de page

Notes

1 Nous remercions pour leurs commentaires les participants de la séance de février 2020 à la Société de linguistique de Paris, des colloques « Going Romance 2021 » et « Diachro 2022 », ainsi que les relecteurs de la revue Discours. Ce travail a bénéficié du soutien du Labex EFL [Empirical Foundations of Linguistics] (opération Gender).

2 Le terme « résolution » (du conflit créé par la coordination de genres différents) vient de Givón (1970). Nous indiquons en rouge l’accord de proximité au féminin, en bleu foncé l’accord de résolution au masculin, en bleu clair les cas d’accord masculin qui relèvent à la fois de la résolution et de la proximité (cas mixtes), et en violet les adjectifs syncrétiques (ou épicènes).

3 Yingqin Hu a extrait et analysé les données pour le déterminant et l’adjectif épithète. Pour l’adjectif attribut, Clara Dumont a extrait les données durant son stage de licence au Laboratoire de linguistique formelle en 2021.

4 Un participant au colloque « Diachro 2022 » nous a posé la question de savoir s’il ne pouvait pas s’agir d’une coordination de syntagmes nominaux (certaines formules et certains préceptes), avec ellipse. L’ellipse en cas de genres différents ne va pas de soi : ?? Marie est directrice et Paul est directeur aussi. Voir aussi la discussion dans Aljović (2021) ainsi qu’An et Abeillé (2021a).

5 Nous remercions Marie-Louise Moreau de nous avoir donné accès à l’intégralité de ses données, qui ne figurait pas dans son chapitre. Nous avons distingué, dans ses données, déterminants, adjectifs prénominaux et adjectifs postnominaux, pour les épithètes comme pour les attributs. Voir tableau 4 en annexe 1.

6 Nous considérons comme syncrétiques les adjectifs ayant la même forme écrite aux deux genres (faciles, rouges), et non ceux qui peuvent avoir la même forme orale (jolis / jolies) ; en effet, dans ce cas, même si ce n’est plus le cas au XXe siècle, la voyelle finale pouvait être prononcée dans des périodes antérieures. Nous remercions Anne Carlier d’avoir attiré notre attention sur ce point.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L’évolution de l’accord certains / certaines Npl et Npl
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 2 – L’évolution de l’accord de l’adjectif prénominal avec et
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 3 – L’évolution de l’accord de l’adjectif postnominal avec et
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 4 – L’évolution de l’accord de l’attribut postverbal avec et
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 5 – L’évolution de l’accord de l’attribut préverbal avec et
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 6 – L’évolution de l’accord au féminin (avec Nf adjacent) dans le domaine nominal avec et (hors adjectifs syncrétiques)
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 7 – L’évolution de l’accord au féminin et au singulier dans le domaine verbal avec et (hors adjectifs syncrétiques)
URL http://journals.openedition.org/discours/docannexe/image/12363/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Abeillé, Aixiu An et Yingqin Hu, « L’accord de proximité en genre : quelques considérations diachroniques »Discours [En ligne], 31 | 2022, mis en ligne le 22 décembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/discours/12363 ; DOI : https://doi.org/10.4000/discours.12363

Haut de page

Auteurs

Anne Abeillé

Laboratoire de linguistique formelle, Université Paris Cité

Articles du même auteur

Aixiu An

Département de linguistique, Université de Genève

Articles du même auteur

Yingqin Hu

Laboratoire de linguistique formelle, Université Paris Cité

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search