Navigation – Plan du site

Quand maintenant et après disent (à peu près) la même chose (mais pas de la même façon)

Anne Le Draoulec et Josette Rebeyrolle

Résumés

Le présent article porte sur un emploi méconnu de l’adverbe après : un emploi où après, placé en tête de phrase, perd sa dimension temporelle pour introduire une distanciation, une rupture énonciative par rapport à l’énoncé qui précède (voir exemple [A]). Cet emploi pragmatique s’avère très proche de celui qui a été reconnu pour l’adverbe maintenant lorsqu’il est placé, également, en tête de phrase (voir exemple [B]) :
[A] Essaie de ne plus recommencer car tu pourras être mal vu par les administrateurs, c’est juste un conseil, après, tu fais ce que tu veux.
(inazuma-eleven.wikia.com)
[B] J’avais bien compris et c’est contre ça que je te mettais en garde. Maintenant, tu n’es pas obligé de me croire.
(audiofanzine.com)
Or, si la rupture discursive marquée par l’adverbe maintenant a fait l’objet de nombreuses études, un emploi similaire pour après est presque passé inaperçu – alors même que après pragmatique semble aujourd’hui massivement utilisé à l’oral, où il est d’ailleurs surreprésenté par rapport à maintenant. L’article reprend, dans une section préliminaire, les principales lignes d’une étude exploratoire consacrée à la question. Il présente ensuite une confirmation quantitative de l’intuition selon laquelle maintenant pragmatique est désormais largement supplanté par après. Une dernière partie (plus qualitative) prolonge l’analyse des particularités du fonctionnement pragmatique de après par rapport à celui de maintenant.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Étude initiée conjointement par Le Draoulec et Borillo (2014).
  • 2 Dont Saussure et Morency (2013 : 349) signalaient brièvement l’existence.

1Le présent article s’inscrit dans la continuité de Le Draoulec (2017)1, où était mis en évidence un emploi méconnu de l’adverbe après : un emploi où après, placé en tête de phrase, perd sa dimension temporelle pour introduire une distanciation, une rupture énonciative par rapport à l’énoncé qui précède (voir l’exemple [1], où le locuteur s’en remet à l’avis de son interlocuteur après avoir exprimé ses propres réticences). Cet emploi pragmatique2 s’avère très proche de celui qui a été reconnu pour l’adverbe maintenant lorsqu’il est placé, également, en tête de phrase (voir l’exemple [2], où le locuteur en « rabat » de son pouvoir de conviction après avoir tenté de mettre en garde son interlocuteur).

  • 3 Nous soulignons en gras, dans nos exemples, les éléments sur lesquels nous voulons attire (...)
[1] Perso juin juillet je trouve que c’est beaucoup trop loin et long à attendre, après ce n’est que mon avis, tu fais comme tu souhaites.
  (fanfiction.net)3
[2] J’avais bien compris et c’est contre ça que je te mettais en garde. Maintenant, tu n’es pas obligé de me croire.
  (audiofanzine.com)

2La rupture discursive marquée par l’adverbe maintenant a fait l’objet de nombreuses études. Elle a d’abord été mise en évidence par Nef (1980), selon qui elle correspond à l’expression d’une forme d’opposition : plus précisément selon Nef, maintenant « opère sur les implications (en un certain sens intuitif) de l’acte de langage véhiculé par la phrase précédente » (Nef, 1980 : 156), en jetant sur ces implications un doute, en les atténuant, les suspendant, voire les annulant. Par la suite, d’autres auteurs ont continué d’explorer le fonctionnement pragmatique de maintenant, parmi lesquels on mentionnera Nyan (1991 et 1992), Achard (1992), Péroz (1998), Bertin (2001), Jollin-Bertocchi (2003), De Mulder (2006), Saussure (2008) et Mellet (2008).

3On peut s’étonner du contraste entre une telle abondance d’études sur maintenant (éventuellement en comparaison avec ceci dit, voir Nyan [1992]) et la quasi-absence d’analyses consacrées à après – alors même que après nous semble aujourd’hui massivement utilisé à l’oral, où il est surreprésenté par rapport à maintenant. Nous reprendrons, dans une section préliminaire, les principales lignes de l’article de Le Draoulec (2017). Nous partirons ensuite à la recherche d’une confirmation quantitative de notre intuition selon laquelle le maintenant pragmatique, qui a fait couler tant d’encre, est désormais largement supplanté par après. Nous tâcherons enfin, dans une dernière partie (plus qualitative), de prolonger l’analyse des particularités du fonctionnement pragmatique de après par rapport à celui de maintenant.

2. Préliminaires

4Les analyses présentées dans Le Draoulec (2017) reposaient presque exclusivement sur des exemples d’écrit oralisant, prélevés sur le web (et plus particulièrement sur des blogs, des forums, où l’écrit se confond à peu près avec l’oral), du type de :

[3] De plus tu n’as pas besoin d’une configuration de fou, tu ne vas pas jouer avec ou autre mais bon après tout dépend le budget que tu veux mettre…
  (webastro.net)
  • 4 Nous nous permettrons, dans cette étude, de faire appel aux intuitions de nos lecteurs et (...)

5Pour notre étude, nous considérerons également des exemples oraux authentiques prélevés dans des conversations, à la radio, ou dans des corpus oraux4. Des exemples tels que :

  • 5 Dans nos propres transcriptions de l’oral, nous adoptons une forme orthographiq (...)
[4] Moi, je ne mets pas de notes chiffrées. Après, ça dépend des écoles.
  (professeure des écoles, réunion de rentrée avec les parents)5
[5] C’est dur, faut prendre le bus, c’est long, non, mais après ça va.
  (lycéenne en sport-études, à propos de l’accès temporaire à une piscine plus éloignée)
[6] J’ai toujours peur, mais après, on arrive à vivre avec.
  (France Info, interview de Claude Chossat, « repenti » de la mafia corse, 20 septembre 2017)
  • 6 Nous remercions Benjamin Fagard pour ce bel exemple.
[7] Les zadistes, pour moi c’est une bande de jean-foutre mais après chacun pense ce qu’il veut.
  (France Inter, micro-trottoir dans « Le moment Meurice », 18 janvier 2018)6
  • 7 Nous avons conscience que cette notion de rupture reste très – trop – générale. Nous n’en (...)

6Au-delà de l’idée générale de « rupture »7, qui permet de rapprocher les emplois pragmatiques de après et maintenant, Le Draoulec (2017) met en évidence que les deux adverbes n’en ont pas moins des conditions d’utilisation différentes. En particulier, alors que maintenant et après sont tous deux présents (même si inégalement) à l’oral, seul maintenant est bien représenté à l’écrit, dont après est en revanche presque absent. Nous nous contenterons d’illustrer l’emploi de maintenant pragmatique par l’exemple suivant (et renvoyons, pour des exemples attestés supplémentaires issus de Frantext, à Mellet [2008]) :

[8] Cette mesure protège le débiteur, c’est certain. Maintenant, ce qu’y ajoute la Cour de cassation, c’est qu’il faut être équilibré et que la même contrainte doit s’appliquer aux deux parties [créancier et débiteur] […].
  (Frantext : Emmanuel Carrère, D’autres vies que la mienne, Paris, POL, 2009, p. 229)

7Le Draoulec (2017) ne relève en revanche dans toute la base de données Frantext que deux exemples de après pragmatique (tous deux dans le Journal des frères Goncourt) :

[9] Entrent Roger Marx et Frantz Jourdain, qui raconte à Lorrain que dans quinze jours, le théâtre de la renaissance serait un théâtre d’opérette et que Sarah retournera dans les contrées rastaquouères avec toute sa troupe, – et sans doute aura perdu le manuscrit de ma pièce ! Après, est-ce bien vrai, bien vraisemblable, le racontar de Frantz Jourdain ?
  (Frantext : Edmond et Jules de Goncourt, Journal : mémoires de la vie littéraire, Paris, Fasquelle – Flammarion, 1959, t. IV, 1891-1896, p. 498 [janvier 1894])
[10] Faut-il qu’un homme comme Pailleron ait si peu d’orgueil pour plagier aussi impudemment l’homme qui a dévoilé qu’il avait une perruque ! Après, était-ce une vengeance chinoisement académique et espérait-il faire enrager Daudet de tout l’argent qu’il comptait gagner par le simple rapetassage […].
  (Frantext : Edmond et Jules de Goncourt, Journal : mémoires de la vie littéraire, Paris, Fasquelle – Flammarion, 1959, t. IV, 1891-1896, p. 521 [février 1894])

8L’enquête ne prétendait pas à l’exhaustivité dans la mesure où elle ne s’appuie que sur les configurations les plus propices à l’usage pragmatique (dont la présence d’une ponctuation forte avant, et d’une virgule après, l’occurrence de après). En dépit de ces limites, un aussi maigre résultat tend à montrer que cet usage pragmatique est peu présent à l’écrit, ou du moins dans des écrits littéraires.

  • 8 Critère utilisé par Dostie (2004) comme indice de pragmaticalisation.

9Le Draoulec (2017) explique cette moindre présence à l’écrit par le fait que, dans cet emploi pragmatique, après nécessite d’être étayé dans sa fonction de marqueur de rupture. Or pour ce faire, les moyens utilisés ressortissent à la subjectivité8 et relèvent plutôt de l’oral, avec en particulier :

  • des contours intonatifs spécifiques (dans le cas d’un oral véritable) ;

  • l’insertion d’un ou plusieurs autres marqueurs discursifs accolés à après (tels que mais, bon, enfin) ; ces marqueurs, qui apparaissaient ci-dessus en [3], [5] et [6], sont cumulés dans l’exemple suivant :

    [11] je ne pense pas que l’air-time de la seconde bosse soit plus puissant, parce que j’ai revu la vidéo, et j’ai plus l’impression de voler dans la 1re descente que dans cette bosse !!! Mais bon enfin, après, ce ne sont que mes impressions !
      (forum.coastersworld.fr)
  • la présence de formules stéréotypées, se caractérisant souvent par des constructions clivées, et mettant en scène la prise de distance subjective du locuteur : des formules telles que ce n’est que mon avis (voir l’exemple [1]), ce ne sont que mes impressions, tu fais ce que tu veux, etc.

10L’hypothèse avancée était que après nécessite tous ces moyens de l’oral parce qu’il est plus récent et donc moins ancré, moins stabilisé que maintenant pragmatique. Nous allons, dans ce qui suit, chercher à étayer les observations à l’origine de l’intuition selon laquelle les usages pragmatiques de après auraient clairement dépassé ceux de maintenant à l’oral, tandis qu’ils resteraient presque absents à l’écrit.

3. Écrit versus oral : exploration quantitative des usages pragmatiques de maintenant et après

3.1. À l’écrit

11Nous avons vu que l’emploi pragmatique de après n’est (à peu près) pas représenté dans Frantext. Si on arrive à en trouver quelques illustrations à l’écrit (hors de Frantext), il ne s’agit toujours cependant que d’une restitution de l’oral, comme c’est le cas dans les exemples [12] et [13] – relevés dans la presse – ou [14] – relevé dans un roman policier :

[12] Que dire du profil de ces jeunes endoctrinés ? Ce ne sont pas des idéologues mais des opportunistes. Boubaker el-Hakim était un petit délinquant très violent, qui ne parlait pas bien l’arabe, n’avait aucune notion des textes. Il a épousé la cause salafiste parce qu’il voulait en découdre. Il a rejoint Daech comme il aurait pu rejoindre al-Qaida. Là-dedans, il n’est même plus vraiment question de religion. Après, il est très difficile d’établir des typologies de djihadistes, car ils présentent tous des profils différents. Et leur discours change en même temps que se modifie la géopolitique mondiale.
  (« Entretien avec la documentariste Magali Serre », Télérama, 2 décembre 2015)
[13] Les mots lâchés par le vice-capitaine du Paris-SG, Blaise Matuidi, samedi après la victoire contre Reims (4-1), sont autrement remarquables : « Serge, c’est l’ami de tout le monde dans le vestiaire. Je pense qu’il aura une discussion avec le coach et j’espère que ça sera positif. On a besoin de lui sur le terrain comme en dehors. Après, je ne suis pas le président, je parle en tant que joueur et en tant qu’ami. »
  (Libération, 2 février 2016)
[14] – Bah, fit le médecin sans grande conviction : tous ne sont pas arriérés… Il s’agit aussi de médecine traditionnelle… Le problème, c’est que n’importe qui peut se déclarer guérisseur : après, c’est une question de persuasion, de crédulité et d’ignorance.
  (Caryl Férey, Zulu, Paris, Gallimard, 2008, p. 256)
  • 9 Nous remercions Franck Sajous de nous avoir guidées dans cette enquête (et de nous avoi (...)

12Pour avoir une vision plus précise du phénomène, nous avons fait une enquête dans un corpus d’articles de presse, sur lequel nous avons projeté la même requête que celle qui avait été utilisée dans Frantext (après précédé d’une ponctuation forte et suivi d’une virgule)9. Une première version du corpus était composée d’articles parus :

  • dans le quotidien Le Monde, de 1991 à 2000 (200 millions de mots) ;

    • 10 Plus précisément, entre le 17 mai et le 30 septembre 1999, en 2002, puis en janvier e (...)

    dans le quotidien L’Est Républicain, entre 1999 et 200310 (145 millions de mots) ;

  • dans l’hebdomadaire Le Un, de sa création en avril 2014 à septembre 2017 (1,6 million de mots) ;

  • sur le site La Quadrature du Net (un peu moins d’un million de mots).

13Ce premier corpus, aussi important soit-il, ne permet d’obtenir aucun résultat. En le complétant par des articles prélevés dans une plus grande diversité de quotidiens (dont on dispose grâce à l’application Leximédia11 [30 millions de mots]), nous avons obtenu 57 occurrences, parmi lesquelles on a pu repérer 30 occurrences de après pragmatique. Il apparaît cependant de façon remarquable que ces 30 occurrences relèvent toutes du discours direct. C’est le cas par exemple en [15] :

[15] Vincent Tiberj abonde en ce sens : « Les ouvriers sont à la fois attachés aux questions sociales et à l’autorité. Après, c’est une question de hiérarchisation des priorités. »
  (Marianne, 10 octobre 2006)

14Il s’agit donc là encore d’une forme d’oral. À l’écrit, après pragmatique continue d’apparaître comme très marginal voire inexistant.

3.2. À l’oral

15À l’oral, maintenant et après sont l’un et l’autre représentés, quoique, comme nous l’annoncions, dans des proportions qui nous semblent aujourd’hui devenues très inégales. Ce sont ces proportions et leur évolution dans le temps que nous allons tâcher de préciser maintenant, à travers une ébauche d’étude diachronique comparative de maintenant et après.

16Pour permettre la comparaison diachronique, nous nous sommes appuyées sur le corpus ESLO (« Enquêtes sociolinguistiques à Orléans »), lequel est composé d’enregistrements sonores et de leurs transcriptions, d’abord entre 1968 et 1974 (ESLO1), puis à partir de 2008 (ESLO2).

3.2.1. Étape 1

  • 12 Notons que dans l’interprétation temporelle, après peut correspondre aussi bien à une (...)

17Dans une première étape, nous avons comparé la distribution des occurrences de après et de maintenant quelle que soit leur interprétation (temporelle12 ou pragmatique) dans l’ensemble des enregistrements disponibles :

Tableau 1 – Distribution des occurrences de maintenant et après dans l’ensemble du corpus ESLO

« Enquêtes sociolinguistiques à Orléans » (ESLO)
ESL01 (1968-1974) ESL02 (> 2008) Total
maintenant 3 537 1 897 5 434
après 2 079 3 380 5 459
Total 5 616 5 277 10 893

18Il apparaît de façon remarquable que l’importance respective des usages de après et maintenant, toutes interprétations confondues, s’est inversée – les usages de après étant devenus dans le temps plus nombreux que ceux de maintenant. Le tableau ci-dessus en témoigne par la belle distribution complémentaire qu’il présente (validée statistiquement par le test du Chi2 : χ2(1) = 795,234 851 2, p < 0,001 ***).

19En dehors de cette approche purement quantitative, l’examen des données montre que le phénomène d’emploi pragmatique de après n’est pas cantonné à une époque récente : on pouvait déjà en trouver, dans les années 1970 (voir ESLO1), des exemples attestés. C’est le cas en [16] et [17] :

[16] JI306 : il il arrive comme moi par ce train rapide qui vient de Paris qui arrive / à six heures aux Aubrais / alors il est là autour de six heures un quart six heures et demie
HM : oui
JI306 : mais après après euh ça peut je ça peut être sept heures ça peut être huit
[17] DM95 : nous / on aurait pris Mercedes / après c’est un peu plus gros hein
272LOC1 : tu te la joues toi

20Cette première exploration, cependant, ne pèche pas seulement par sa trop grande généralité (au sens où elle ne distingue pas entre emplois temporel et pragmatique), mais également par le fait que les corpus utilisés sont hétérogènes (dans la mesure où ils rassemblent des enregistrements issus de situations différentes entre la première période [ESLO1] et la seconde [ESLO2]).

3.2.2. Étape 2

21Dans une étape suivante, nous avons donc restreint notre comparaison aux seules sous-parties du corpus qui sont présentées comme strictement comparables du point de vue microdiachronique : il s’agit d’entretiens réalisés dans des conditions sociolinguistiques identiques dans les deux périodes considérées. Ce qui produit les résultats suivants :

Tableau 2 – Distribution des occurrences de maintenant et après dans des sous-parties du corpus diachroniquement comparables

« Enquêtes sociolinguistiques à Orléans » (ESLO)
ESL01 (1968-1974)
Entretiens dia
ESL02 (> 2008)
Entretiens dia
Total
maintenant 149 143 292
après 87 105 192
Total 236 248 484

22L’évolution des usages de maintenant et après est ici beaucoup moins nette (avec un test du Chi2 qui n’est pas significatif : χ2(1) = 1,514 197 806, p > 0,05). Sur un nombre d’occurrences aussi limité cependant, le test du Chi2 est peu parlant.

3.2.3. Étape 3

  • 13 Dans les quelques rares cas d’indécision, nous nous sommes appuyées sur l’écoute des (...)

23Ce nombre limité d’occurrences rendait en même temps possible d’aller voir un peu plus en profondeur. C’est ce que nous avons fait dans une dernière étape de l’enquête, en annotant toutes les occurrences selon qu’elles relevaient d’un emploi temporel ou pragmatique. Cette distinction – on le verra plus loin – n’est pas toujours évidente. On précisera que les emplois considérés comme temporels ne présentent qu’une valeur temporelle ; au nombre des emplois pragmatiques en revanche, on a également compté ceux où une valeur temporelle subsiste, à côté de l’expression d’une rupture13.

24Le tableau ci-dessous fournit la distribution des emplois pragmatiques des deux adverbes :

Tableau 3 – Distribution des emplois pragmatiques de maintenant et après dans les deux sous-corpus diachroniquement comparables

« Enquêtes sociolinguistiques à Orléans » (ESLO)
ESLO1 (1968-1974)
Entretiens dia
ESL02 (> 2008)
Entretiens dia
Total
maintenant 32 1 33
après 0 10 11
Total 32 11 44

25Le test du Chi2 n’étant, sur de si petits nombres, pas applicable, on mettra en évidence l’évolution des emplois pragmatiques de maintenant et après par un graphique :

26Pour donner un peu de chair à ce graphique, nous proposons ci-dessous quelques illustrations des emplois de maintenant et après dans ESLO1 et ESLO2.

  • Dans ESLO1 d’abord, où seul maintenant pragmatique apparaît :

    [18] JSM : est-il important selon vous d’avoir une belle écriture ?
    RF211 : euh belle oui euh / au sens artistique du mot oui pourquoi pas / euh maintenant ce qui est important c’est d’avoir une écriture lisible
    [19] F211 : enfin je sais pas j’ai peut-être pas assez d’éléments pour les expliquer euh / y avait un certain malaise / dans le pays c’est vrai / maintenant ça couvait depuis un certain temps euh
  • Dans ESLO2 ensuite, où la seule occurrence de maintenant pragmatique est la suivante :

    [20] DJ39_DIA : quant quant à moi quant à moi je je je crois maintenant c’est une opinion qui m’est toute personnelle / euh mais j- je crois que c’est vrai / euh on ne fait pas de fautes d’orthographe ou on en fait fort peu quand on lit beaucoup

    tandis que l’usage pragmatique de après peut être illustré par les deux exemples suivants :

    [21] PY94 : oui c’est ça c’est qu’il a pas tout à fait ses trente-sept ans et demi parce que / il est rentré tard à la poste / et il a eu un peu / après il avait autre chose ailleurs oui
    ch_AC7 : il avait travaillé ailleurs de toute façon hm
    [22] RF211 : arriver à se faire accepter par son environnement / c’est encore vrai / et puis après bon c’est une grande ville y a quand même beaucoup de choses que l’on peut faire suivant les goûts de chacun
  • 14 En dehors de toute tentative de quantification précise, nos simples obs (...)

27Aussi microscopique soit elle, cette étude de cas va dans le sens de notre intuition initiale : de façon relativement récente, à l’oral, les emplois pragmatiques de après sont venus supplanter ceux de maintenant14. Nous allons tâcher maintenant d’examiner ce qui, au-delà de ces différences quantitatives, permet de distinguer les emplois pragmatiques de maintenant et après. Nous nous appuierons essentiellement pour la comparaison sur des exemples oraux, puisque après est, comme on l’a vu, presque exclu de l’écrit.

4. Différences entre emplois pragmatiques de maintenant et après

4.1. Entremêlement des valeurs temporelle et pragmatique

28Pour mettre au jour ces différences entre maintenant et après, on va d’abord s’intéresser à des cas où l’emploi pragmatique n’exclut pas la persistance d’une valeur temporelle – c’est-à-dire qu’on a un entremêlement, une coexistence des deux valeurs, temporelle et pragmatique (ce qui vaut pour après aussi bien que pour maintenant). Nous ne développerons pas le cas de maintenant, pour lequel ce phénomène a été déjà bien mis en évidence par Mellet (2008), à propos d’exemples du type de :

[23] Capitaine, je hais parler de moi. Déjà plusieurs fois depuis hier je me suis fait une sorte de violence en vous expliquant les améliorations que j’ai pu obtenir ici ; mais il s’agissait de la Commune et de ses habitants, aux intérêts desquels les miens se sont nécessairement mêlés. Maintenant, vous dire mon histoire, ce serait ne vous entretenir que de moi-même, et ma vie est peu intéressante.
  (Honoré de Balzac, Le médecin de campagne ; cité par Mellet, 2008 : 81).

29En [23], maintenant a clairement une valeur pragmatique au sens où, dans les termes de Mellet, il « contribu[e] à opposer les deux séquences, celle qui évoque l’histoire collective de la commune et celle qui évoque l’histoire individuelle du locuteur » (Mellet, 2008 : 81). Il n’en perd pas pour autant sa valeur temporelle, d’autant plus évidente ici qu’il s’oppose à plusieurs fois depuis hier un peu plus haut dans la citation.

30Pour après également, on retrouve ce même phénomène de coexistence possible des valeurs temporelle et pragmatique, que signalait déjà Le Draoulec (2017) à propos d’exemples recueillis sur le web. Ce qui nous est apparu au cours de notre recherche, au fur et à mesure du recueil d’exemples oraux, c’est que ce phénomène de coexistence des valeurs temporelle et pragmatique est en fait très prégnant dans l’usage de après. Nous mentionnons ci-dessous une série d’exemples (relevés dans des conversations, entendus à la radio, extraits de propos rapportés tirés de notre corpus de presse) présentant ce phénomène d’association des deux valeurs :

[24] C’est quelque chose qui a été décidé, après si les collègues ne s’en saisissent pas…
  (conversation)
[25] Je vous ai dit ce que j’en pense après je ne vais pas m’opposer.
  (conversation)
[26] Au début c’est dur d’affronter tous ces étudiants, après ça passe.
  (conversation)
[27] Ils sont 20 % à se dire prêts à acheter une voiture hybride en prochain achat. Après, ils ne sont que 4 % à passer à l’acte.
  (France Info, 12 juin 2016)
[28] Nous avons eu dans les visites en tout cas des Belges des Hollandais c’était étonnant de voir dans ceux qui sont venus visiter… après tout le monde n’a pas déposé les dossiers.
  (France Inter, « Journal de 13 heures », 26 septembre 2017).
[29] Dimanche 8 juillet, François Bayrou a décerné un bon point pour Nicolas Sarkozy : « Il a été habile, il a su multiplier les images, je pense que la photo de son gouvernement est une bonne photo. Après, on verra ce qu’il en est de la réalité », a déclaré le président du MoDem lors du Grand Jury RTL / LCI / Le Figaro.
  (Le Monde, 8 juillet 2007)
[30] Il y a à partir de maintenant l’égalité des temps de parole. On va m’entendre, me voir. Après, ce sont les Français qui choisiront, respectons-les.
  (interview de Philippe de Villiers, Le Monde, 20 mars 2007)
[31] « Sarkozy m’écoute, constate-t-elle. Après, il suit ou il ne suit pas. Si un jour je ne suis vraiment pas d’accord, je m’en irai. »
  (propos rapportés de Rama Yade, Le Monde, 6 mars 2007)
[32] Oui mais la rencontre aurait pu ne pas se tenir. Donc nous arrivons quand même à un résultat positif, car sans réunion, nous frisions le ridicule. Après, il faut travailler.
  (interview d’Olivier Dartigolle, porte-parole du PCF, Libération, 18 septembre 2007)

31On va se contenter d’examiner les exemples [26] et [27], où la balance entre pragmatique et temporel apparaît comme particulièrement délicate. Pour chacun de ces exemples, il s’agit d’un contexte où s’amorce une prise de recul par rapport à ce qui vient d’être dit : ce qui oriente nettement vers une interprétation pragmatique du après, confirmée à l’écoute par une intonation particulière sur le après. Mais la valeur temporelle de postériorité est également très présente : c’est très clair en [26], où après s’oppose temporellement à au début ; c’est clair également en [27], où le passage à l’acte (achat d’une voiture hybride) vient comme une seconde étape, après le moment où les gens se sont dits prêts à cet achat.

32Il ressort de ces divers exemples que pour après aussi bien que maintenant, les valeurs temporelle et pragmatique sont très couramment associées. Ce qui pourrait expliquer, dans beaucoup de cas, qu’il paraisse difficile de remplacer l’un par l’autre sans modification minimale du sens – du fait de cette perte, sinon, de la valeur temporelle. Ainsi dans ce type de configuration, la distinction entre maintenant et après tient au seul facteur temporel : seul ce facteur pourrait être invoqué comme guidant le choix de l’un ou de l’autre comme marqueur pragmatique.

33On mentionnera, comme illustration de cette potentielle influence du facteur temporel, l’échange suivant (restitué dans sa totalité) sur un site de bricolage (forumconstruire.com). L’échange est amorcé par les questions d’un internaute (« elfifou ») portant sur la remise en conformité de l’installation électrique de sa nouvelle maison :

[33]
03/12/2009 [fatalbug]

Je ne pense pas qu’au niveau électrique cela pose un problème, car il y a des gens qui demandent un raccordement provisoire lors de la construction et qui restent pendant un petit temps comme cela (Installation non réceptionnée à l’exception du tableau)
Maintenant c’est au niveau des assurances en cas d’incendie qu’il faut voir le problème
À voir les autres avis…

03/12/2009 [elfifou]

En fait, seules certaines parties de l’installation doivent être modifiées et dans ces cas-là, il faudra retirer de nouveaux câbles, refaire des saignées…
Donc en gros, ce que l’on voudrait c’est faire les choses dans l’ordre et ne pas « stupidement » dépenser des sous pour remettre en conformité et recasser quelques mois après parce qu’on revoit le plan général en ajoutant des points lumineux, du câblage réseau et ce genre de choses.
Maintenant si il n’y a pas d’autres possibilités, on passera par là.

03/12/2009 [Le Leu]

Bonjour Elfifou,
Je suis +/– dans le même cas que vous. Il y a un an j’ai acheté une maison. Évidemment électricité pas aux normes. La bêtise faite est de ne pas avoir mis l’électricité aux normes avant les travaux car il y avait juste 2 petites modifs à faire. Je rénove par phase et je suis loin d’avoir fini. Le contrôle a eu lieu il y a 16 mois. J’ai pris contact avec la société de contrôle qui n’a pas pu m’aider. Selon leur dire, il n’y a rien à faire. La seule chose qu’ils ont pu m’affirmer c’est que le fournisseur d’électricité ne viendra pas me couper l’électricité. Maintenant le point important c’est l’assurance incendie, je dois encore prendre contact avec mon assureur pour voir de ce côté-là.

13/01/2010 [rattlesnake]

en fait le seul souci c’est au niveau de l’assurance incendie, si vous avez un problème dû à une infraction qui n’a pas été mise en conformité dans les 18 mois, votre assurance n’interviendra pas l’obligation est une obligation, mais on ne va pas débarquer chez vous après 18 mois et 1 jour pour contrôler si vous avez remis votre installation aux normes. Le notaire du vendeur de ma maison nous l’a clairement dit.
après si par malchance vous vous chopez un incendie à cause de ça, faut assumer
  • 15 Même si c’est peut-être un peu moins évident pour le deuxième.

34Il nous apparaît remarquable, dans cet exemple, que l’alternance entre les trois premiers maintenant (relevant d’un emploi clairement pragmatique) et le après qui suit (également pragmatique) peut être mise en correspondance avec un changement de perspective temporelle : les trois maintenant introduisent des situations ancrées dans le présent15, alors que le après final introduit une situation (un éventuel incendie) dont la réalisation n’est envisagée que dans le futur.

  • 16 Maintenant temporel n’est pas en soi incompatible avec la présence de l’imparfait, ains (...)

35L’intervention du facteur temporel ne peut cependant pas toujours être invoquée, puisque dans de nombreux exemples, ce facteur perd toute pertinence. C’est particulièrement flagrant pour des exemples comme [34] avec maintenant, ou [35] et [36] avec après. Ainsi en [34], le maintenant associé à un imparfait (« c’est pas toi qui avais un prénom de chien »)16 n’est clairement pas temporel :

[34] c’est sûr que c’est [souffrir ou rigoler] une question de caractère. Maintenant, c’est pas toi qui avais un prénom de chien [Minnie] mais le chien qui avait un prénom de fille… c’est un peu différent.
  (aufeminin.com)
  • 17 Que nous avons mis en italique.

36De la même façon, en [35] ou [36], le après n’a rien de temporel. En [35], la séquence après, on aide les gens quand ils sont malades n’entretient aucune relation temporelle avec ce qui précède (où apparaissent en revanche deux après temporels17) ; en [36], après s’accorde même avec un retour en arrière dans le temps des événements (il a fallu jouer avant de porter un jugement sur la performance) :

[35] on peut pas accueillir tous les gens qui viennent sur des visas ou de commerce ou d’étudiants et qui restent après, donc, après, il faut retourner dans son pays, je vous le dis franchement ; après, on aide les gens quand ils sont malades, mais on peut pas accepter que les gens […].
  (France Culture, « Les matins », 11 janvier 2018)
[36] On est dans une situation où l’on prend match après match et ce qui compte à la fin, c’est d’avoir pris nos points. Donc là, la perf’ est réussie, après est-ce qu’on a bien joué ? Ça, je vous laisse à vous le soin d’en juger […].
  (lephoceen.fr ; cité par Le Draoulec, 2017 : 29)

37Sans aller jusqu’à ces cas où la valeur temporelle disparaît totalement, celle-ci apparaît simplement très en retrait dans bon nombre d’exemples. De tels exemples amènent à réenvisager la question : est-il possible de mettre en évidence une différence dans l’usage de maintenant ou de après – sachant que cette différence ne pourrait plus tenir qu’au fonctionnement proprement pragmatique de l’un et de l’autre ?

4.2. L’alternance maintenant / après

  • 18 Nous avons d’ailleurs remarqué que nos collègues qui, en réunion, emploient (...)

38Il n’est pas simple de mettre en évidence une telle différence, puisque très souvent, les deux adverbes paraissent interchangeables (comme c’était le cas dans les exemples d’emplois pragmatiques ci-dessus). Le Draoulec (2017) pointait la différence entre un style plus contrôlé pour maintenant, et plus relâché pour après18. Ces questions de style cependant ne disent pas tout, et ne paraissent pas non plus toujours déterminantes. On en prendra pour « preuve » (ou du moins, comme élément allant en ce sens) les cas d’alternance pour un même locuteur, dans un même contexte d’énonciation (et à distance rapprochée), de maintenant et après pragmatiques.

39C’est le cas dans les deux exemples suivants, extraits pour le premier d’une interview de Luc Chatel (alors porte-parole de l’UMP) et pour le second d’un avis de cliente (écrit oralisant) sur un site commercial :

[37] Nicolas Sarkozy est celui qui a été le plus en banlieue pendant cinq ans. Quand il y allait trop, on expliquait qu’il faisait de l’exploitation des quartiers difficiles. Maintenant qu’il y va moins, on dit « c’est scandaleux, il ne va plus dans les quartiers ». Évidemment, la réalité est au milieu. Que tel ou tel candidat y aille, cela fait partie de la campagne. Après, Argenteuil n’est pas toute la banlieue. Durant la campagne, Nicolas Sarkozy s’est rendu dans les quartiers, à Perpignan. Et j’observe qu’il est considéré par les sondages comme celui ayant les réponses aux problèmes des quartiers. Ses propositions fortes ont un écho. Après, son déplacement en banlieue n’est pas une obsession. Maintenant, est-ce que dans les quinze derniers jours de la campagne il y aura un créneau pour y aller ? Je n’en sais rien. L’agenda n’est pas bouclé.
  (Marianne, 6 avril 2017)
[38] Utilisée en base, avant mon fond de teint, cette base de teint YSL est vraiment très agréable à porter. Elle laisse la peau très douce, fait une barrière de protection entre la peau et le fdt, et illumine. Le fdt tient bien, maintenant, est-ce grâce à cette base, je ne pourrais pas le dire…
Après, pas de miracle non plus, on n’est clairement pas recouverte de paillettes (les paillettes se voient à peine) mais j’en suis personnellement contente.
  (sephora.fr)
  • 19 Dans l’article pionnier de Nef (1980) sur l’emploi pragmatique de maintenant, la struct (...)
  • 20 Le montrent également les exemples suivants :
    [ii] Précision utile : je n’ai (...)

40On a du mal, dans ces exemples, à distinguer les usages pragmatiques des deux adverbes. On peut simplement remarquer une apparente affinité de maintenant avec les structures interrogatives directes19. Cette apparente affinité est cependant fragile : après peut également apparaître dans des contextes interrogatifs, comme le montrait l’exemple [36] ci-dessus20.

  • 21 Ou seulement grâce à des intonations perceptibles à l’écoute : en [39] et [40] par exem (...)

41Pour illustrer l’alternance entre maintenant et après pragmatiques, on mentionnera encore les exemples suivants, où l’on a bien du mal à voir la particularité de l’un par rapport à l’autre21.

[39] Journaliste : il faut juger de manière ordinaire les crimes extraordinaires y compris donc pour les crimes terroristes.
Invité : oui oui alors après il peut y avoir un débat juridique on va pas rentrer dedans […] tout en ne niant pas que c’est une justice qui est une justice spécialisée qui c’est vrai fonctionne différemment mais qui fonctionne différemment avec un certain nombre de règles que l’on retrouve dans d’autres domaines après c’est certain que concernant ce type de faits, comme je vous le disais précédemment, ce sont des faits qui portent atteinte à des victimes qui méritent […] de ce titre une réponse qui est adaptée au fait lui même maintenant la justice n’a jamais totalement été imperméable à l’opinion publique.
  (France Culture, « Les matins », 31 janvier 2018)
[40] Oui, alors enfin je pense que… c’est aussi après une question de mesure ou d’espèce parce que c’est vrai que dans un certain nombre de cas on peut condamner cette médiatisation. Maintenant il y a eu aussi des hypothèses, des affaires dans lesquelles la médiatisation a joué un rôle utile.
  (France Culture, « Les matins », 31 janvier 2018)

42L’interchangeabilité, cependant, n’empêche pas que puissent être mises à jour des différences de fonctionnement pragmatique plus fines, comme on va le voir ci-dessous.

4.3. Maintenant versus après : un parcours différent pour l’expression de la rupture

43Le Draoulec (2017) formulait l’intuition selon laquelle la différence entre maintenant et après pragmatiques se jouerait de façon plus essentielle dans les moyens qu’ils ont chacun d’exprimer la rupture. À cette intuition correspond l’hypothèse qu’ils gardent tous deux, dans leurs emplois pragmatiques, les propriétés associées à leurs emplois temporels – déictiques pour maintenant, anaphoriques pour après. Autrement dit, le même résultat – l’expression d’une rupture – est atteint en suivant des instructions différentes. Dans le cas de après, la rupture est associée, du fait de son caractère anaphorique, à une forme de continuité du discours. Dans le cas de maintenant en revanche, la rupture avec le contexte précédent coïncide avec un retour au contexte d’énonciation, voire à la « réalité », ainsi qu’on le trouve exprimé dans les deux citations suivantes de De Mulder et Vetters (2008) :

Dans ces emplois, appelés « pragmatiques » ou « argumentatifs », maintenant marque toujours un contraste ou une rupture, mais celle-ci s’oppose à ce qui a été dit ou suggéré auparavant, et maintenant permet de ramener l’interlocuteur à la réalité.
(De Mulder et Vetters, 2008 : 29)

Si l’on identifie ici le contexte avec l’ensemble des présuppositions et des liens inférentiels qui sont exprimés avant l’occurrence de maintenant, on comprend que maintenant, comme expression token-réflexive, puisse signaler une distanciation par rapport à ce contexte et par rapport au point de vue qui s’y exprime. Maintenant semble donc servir ici à rendre accessible un nouveau contexte, comportant des connaissances qui sont considérées comme validées au moment de l’énonciation de maintenant et qui peuvent servir de contre-arguments à ce qui est suggéré dans le texte précédant l’occurrence de maintenant.
(De Mulder et Vetters, 2008 : 30)

44Cette hypothèse d’un héritage des propriétés originelles (temporelles) de maintenant (déictique) versus après (anaphorique) s’avère, sur le plan théorique, très satisfaisante. Elle reste cependant à étayer davantage : on pourrait considérer en effet que, dans le cas d’emplois pragmatiques, la distinction entre déictique et anaphorique se perd. Deux éléments en particulier nous semblent aller dans le sens d’une conservation des propriétés indexicales de base.

  • 22 Les événements « mondains » sont, selon Vuillaume (2009), les événements pouvant (...)

45Nous avons évoqué plus haut la possibilité d’une persistance, dans les emplois pragmatiques de maintenant et après, de valeurs temporelles – correspondant à une temporalité permettant de localiser l’événement introduit. Or, à cette forme de temporalité s’en ajoute une autre, que mettent en évidence les paraphrases respectives de maintenant et après pragmatiques par « maintenant que j’ai dit ça » et « après que j’ai dit ça », où maintenant (que) et après (que) relèvent d’une temporalité discursive. Les emplois pragmatiques apparaissent ainsi dans la continuité d’emplois temporels discursifs ; dans la mesure où ces derniers admettent le même type de caractérisation indexicale (déictique versus anaphorique) que les emplois temporels proprement dits (ou « mondains », voir Vuillaume [2009]22), la transmission des caractéristiques indexicales aux emplois pragmatiques paraît assurée.

46Notre second argument s’appuie sur le fait qu’on peut trouver des exemples non redondants de combinaison de après et maintenant – ce qui se vérifie aussi bien dans le cas d’un emploi temporel que pragmatique. Examinons d’abord le cas de l’emploi temporel, avec l’exemple [41] :

[41] L’autre partie de mon travail, ça a été, on l’a démontré [qu’il est possible d’améliorer l’enseignement par des activités supplémentaires à l’école] puis redémontré puis redémontré dans des expériences vraiment très rigoureuses basées sur les essais aléatoires dans plusieurs régions. Et après maintenant ce qu’on essaye de faire avec Pratam et avec le gouvernement c’est comment avoir une version de ce programme qui est généralisable.
  (France Inter, « Les matins », 17 novembre 2017)

47Dans la combinaison après maintenant, on peut dire que après et maintenant désignent le même intervalle temporel, mais que celui-ci est obtenu en suivant à chaque fois une instruction différente : avec le déictique maintenant, il englobe le moment d’énonciation, alors qu’avec après, il est obtenu par un renvoi anaphorique au temps de l’événement de l’énoncé qui précède (par rapport auquel il est donné comme postérieur).

48Or, ce qui va nous intéresser plus particulièrement, c’est qu’on trouve également des cas de combinaison des deux marqueurs quand ils font l’objet d’un emploi pragmatique. On va en voir ci-dessous deux exemples, l’un avec l’ordre après maintenant (en [42]), l’autre avec l’ordre maintenant après (en [43]) :

[42] Donc, ce qui voudrait dire que les appartements il faudrait les transformer en meublés. Et tu ne pourras faire que du meublé ou du saisonnier également. Après maintenant moi, le saisonnier ce n’est pas trop mon truc parce que je ne suis pas spécialiste.
  (placement-business.com/blog/)
[43] Concernant le basculement vers Ubuntu cela t’apportera que du bon. […] Maintenant après c’est toi qui vois !!
  (pbrn3d.forumsactifs.net)

49Le fait qu’on puisse, là encore, trouver maintenant et après pragmatiques combinés ne peut s’expliquer que si l’on admet que l’un et l’autre sont associés à des instructions différentes – ce qui va là encore dans le sens de l’hypothèse selon laquelle, dans leur usage pragmatique, ils gardent respectivement leur caractère déictique et anaphorique.

  • 23 On peut par ailleurs penser que la structure syllabique plus longue de maintenant par r (...)

50La question qu’on peut se poser, à ce stade de la réflexion, est de savoir si cette opposition des caractères respectivement déictique et anaphorique de maintenant et après a joué un rôle dans le fait que le second a supplanté le premier (comme il apparaissait en section 3)23. On laissera en suspens cette question, qui demanderait des éclairages en termes d’évolution de la langue allant bien au-delà de la présente étude.

4.4. Des usages spécifiques de après ?

51De ce qui précède, il ressort que après et maintenant, dans leurs usages pragmatiques, marqueraient un même type de rupture, et qu’ils ne se distingueraient que par d’éventuelles variations stylistiques ou par leurs caractéristiques indexicales.

52Il nous semble cependant que la forme de continuité associée à après (du fait de son caractère anaphorique) peut être à l’origine de quelques spécificités pragmatiques.

4.4.1. Après et l’ajout

53On observe ainsi que dans certains de ses usages pragmatiques, après apparaît plutôt du côté d’un simple ajout, tandis que l’idée de contradiction, d’opposition (systématiquement associée à maintenant), semble moins présente, plus ténue. Ainsi, dans l’exemple [44], la séquence tout le film, c’est ça, introduite par après, ne s’oppose en rien à ce qui précède, correspondant davantage à une forme de commentaire ajouté. La rupture se loge dans un simple changement de granularité du discours (après l’exposé des détails, on passe brusquement à une forme de globalisation) :

  • 24 Il s’agit ici d’un roman, mais écrit à la première personne dans un style très (...)
[44] Sur le compteur en bas de l’image, ça dure deux minutes vingt-deux secondes, et puis plus rien, et après on l’entend ronfler. C’était une cassette de trois heures. Après, tout le film, c’est ça : la partie de chasse et Jean-Yves qui ronfle.
  (Frantext : Martin Winckler, La maladie de Sachs [1998], Paris, J’ai lu, 1999, p. 33024)

54En [45] également, on est plus proche, avec Après, j’angoisse, du commentaire ajouté que de l’opposition. Là encore, la rupture se joue à un niveau énonciatif (en passant de l’énoncé des faits à un point de vue subjectif) :

[45] Je vois surtout que ça risque d’être beaucoup de boulot et je ne suis pas sûre que ça me permette de finir le master à temps, sauf à le faire par correspondance à Paris où ils sont plus larges sur les délais. Après, j’angoisse.
  (SMS)

55On mentionnera encore un dernier exemple relevant de ce même type d’ajout sans contradiction (un argument est simplement ajouté à un autre) :

[46] On est peut-être trop près des centres commerciaux après il y a un phénomène aussi à Châtellerault c’est que le foncier est beaucoup trop cher aussi.
  (France Inter, « Le 7 / 9 », 14 décembre 2017)
  • 25 D’autant qu’on se demande si cette intuition n’est pas influencée par l’analyse théor (...)

56Pour chacun de ces exemples cependant, se pose la question d’un éventuel remplacement de après par maintenant – dont on a l’impression qu’il serait à chaque fois possible, quoiqu’avec un infléchissement adversatif qu’on aurait bien du mal à préciser25. Pour appuyer notre intuition selon laquelle le rôle pragmatique de après pourrait, dans certains cas, se jouer davantage du côté de l’ajout que de l’opposition, on rapprochera ce rôle de celui que joue après dans un autre type d’usage encore, où il n’est ni temporel, ni pragmatique, mais discursif, comme dans l’exemple ci-dessous :

[47] Il y a les pièces de cinq francs, de dix francs et de vingt francs en nickel simili-argent, qui sont d’ailleurs doublées par les vieux billets cradingues. Ensuite, il y a les pièces de un franc et de deux francs en laiton tout jaune […], il y a les pièces de cinq centimes, de dix et de vingt-cinq centimes, en nickel, avec un trou au milieu […]. Après, il y a les pièces de un et de deux centimes en bronze rouge, de gros vieux machins lourds comme le diable au fond des poches […].
  (Frantext : François Cavanna, Les Ritals [1978], Paris, LGF, 2007, p. 71)
  • 26 Un peu plus haut en italique.

57En [47], après joue plus précisément le rôle d’un adverbial sériel (du côté donc, là encore, de l’ajout), comme peut le faire – comme le fait d’ailleurs ici – ensuite26. Il resterait à développer l’étude de ce type d’usage discursif sériel pour après (à la suite d’autres adverbes sériels, tels qu’étudiés par Saussure et Morency [2013]).

4.4.2. Après introduisant un tour de parole

58Le seul usage pragmatique qu’on puisse regarder comme clairement spécifique à après est celui qu’on observe dans la prise (ou reprise) du tour de parole. Cet usage témoigne d’un souci évident pour le locuteur de s’inscrire dans la continuité de l’échange, comme il apparaît dans des exemples tels que :

[48] Après moi ce que j’ai aimé, c’était le jeu sur les lumières.
  (reprise de la discussion sur un film, après un long temps de silence)
[49] Après je veux dire…
  (reprise de parole dans une réunion)
  • 27 En [49], c’est même là le seul rôle de l’intervention, qui ne va pas plus (...)

59Là encore la continuité s’associe à une forme de rupture : le locuteur se distingue, se pose en s’opposant au discours de l’autre, ou des autres27. Nous désignons cet usage comme spécifique à après au sens où nous en avons relevé de nombreux exemples, alors que nous n’en avons jamais entendu d’équivalent avec maintenant.

5. Perspectives

60Une étape supplémentaire, pour notre étude, serait d’essayer de préciser le parcours de grammaticalisation ou pragmaticalisation propre à après. Ce type d’analyse a été proposé, en diachronie, pour maintenant (voir Bertin, 2001). L’enquête resterait à mener pour après, en essayant de retracer le passage de l’usage temporel à l’usage pragmatique (en passant, éventuellement, par l’usage discursif sériel). Nous nous contenterons pour l’instant de signaler que nous avons repéré, dans Frantext, un type de configuration fréquent et sans doute particulièrement favorable à l’émergence de l’effet de rupture : des configurations où apparaissent des formules telles que après, on verra, après, on s’en fiche, après, qu’importe, comme dans les exemples ci-dessous :

[50] On a beau être rongé de fatigue, on tiendra bien encore un peu. On trouve encore une pauvre dose d’énergie pour la tâche immédiate. Après, on verra. On ne pense même pas cet après.
  (Frantext : Georges Hyvernaud, Carnets d’oflag, Paris, Le Dilettante, 1999, p. 171)
[51] Il frappa plusieurs fois de la main son ventre rebondi : « À mon âge, des offres pareilles, ça ne se refuse pas. Après, » – ses sourcils se haussèrent comiquement sur son crâne en forme d’œuf – « après on verra bien. » – « Docteur, dis-je d’un ton solennel, vous êtes plus sage que moi. »
  (Frantext : Jonathan Littell, Les bienveillantes [2006], Paris, Gallimard, 2007, p. 879)
[52] « […] Écrivaillon à deux sous, crève-la-faim ? Tu n’es pas Rousseau, mon petit, reviens sur terre. » Dieu comme je les ai haïs. « Tu dois entrer dans la carrière, disait Moreau. Après, si tu veux écrire des poèmes à tes heures, c’est ton affaire. Mais au moins tu gagneras de quoi nourrir ta famille. »
  (Frantext : Jonathan Littell, Les bienveillantes [2006], Paris, Gallimard, 2007, p. 344)
[53] – Ne crois pas qu’on me tient tête impunément. C’est toi qui l’auras voulu. Sache que je te fous en cabane. Jusqu’au départ en vacances. Après, on avisera. À l’ombre, tu auras tout le temps de te calmer.
  (Frantext : Charles Juliet, L’année de l’éveil [1989], Paris, Gallimard, 2009, p. 194)

61Il s’agit dans tous ces exemples d’un usage proprement temporel, mais qui déjà oriente l’interprétation vers un sens de distanciation, de rupture.

  • 28 Ainsi qu’on le signalait déjà en note 7.

62Au-delà cependant de l’étude des usages pragmatiques de après, et des différences que nous nous sommes efforcées de mettre en évidence avec ces mêmes usages pour maintenant, il resterait à aborder une question plus générale (et difficile) : dans la mesure où la liste des marqueurs originellement temporels ayant développé un sens de rupture ne cesse de s’allonger – des marqueurs plus ou moins grammaticalisés ou pragmaticalisés, tels que cependant, or, maintenant, en même temps, en attendant, pendant ce temps, après –, on finit par s’interroger non seulement sur la notion même de « rupture »28, mais aussi sur ce que chacun d’eux apporte de particulier dans l’expression de cette rupture.

63Il faudrait également continuer d’allonger cette liste de marqueurs en explorant le fonctionnement d’autres candidats encore au marquage de la rupture. Le Draoulec (2017) signalait déjà le cas de à présent (du côté du déictique), avec des exemples tels que :

[54] Je ne vais pas affirmer que c’était exaltant mais j’ai toujours réussi à gagner ma vie ! À présent, si vous voulez, je peux dresser la liste de tout ce que j’aurais rêvé de faire et que je n’ai pas fait !
  (Frantext : Virginie Linhart, La vie après, Paris, Seuil, 2012, p. 154)
[55] si tu veux t’entêter à penser à elle etc., ok. Je t’ai dit ce que je pensais et les autres aussi. À présent fais comme tu veux, puisque tu ne tiens pas compte de ce qu’on écrit. Je me demande bien pourquoi tu veux des avis.
  (forum.doctissimo.fr)

64Il faudrait également considérer le cas de ensuite (du côté de l’anaphorique), comme en témoignent les exemples suivants :

[56] Enfin moi je l’ai bien aimé, ensuite toi…
  (conversation)
[57] D’accord je t’ai réveillée, mais bon ensuite ça partait d’une bonne intention.
  (conversation)
  • 29 Élève scolarisé en ULIS (unité localisée pour l’inclusion scolaire).
[58] Il nous fait ça, il a pas à faire ça. Ensuite c’est un ULIS29.
  (conversation)

65Ces trois occurrences, qui sont l’œuvre de la même personne (une petite fille de dix ans), donnent à voir un usage étonnant, pour nous peu familier, de ensuite. Il n’est pour autant pas isolé, puisqu’on le relève ailleurs :

[59] D’autres questions, tu n’as pas l’air de l’avoir trompé, mais en as-tu ressenti l’envie déjà sans le faire ? Ton copain est jaloux. Aviez-vous parlé de tout ça quand vous vous êtes remis ensemble ? avez-vous placé des règles de base cette fois ? Ensuite, toi, ce que tu as fait, c’est-à-dire parler à des amis et donner ton numéro à des gens l’aurais-tu accordé sans problème à ton copain ?
  (forum.doctissimo.fr)

66Il s’agit là, pensons-nous, d’un phénomène nouveau, dont l’étude permettrait d’enrichir celle que nous avons entreprise ici.

Haut de page

Bibliographie

Achard, P. 1992. Entre deixis et anaphore : le renvoi du contexte en situation. Les opérateurs alors et maintenant en français. In M.-A. Morel et L. Danon-Boileau (éd.), La deixis : colloque en Sorbonne, 8-9 juin 1990. Paris : PUF : 583-592.

Bertin, A. 2001. Maintenant : un cas de grammaticalisation ? Langue française 130 : 42-64.

De Mulder, W. 2006. Maintenant : un connecteur token-réflexif ? Cahiers Chronos 15 : 21-38.

De Mulder, W. et Vetters, C. 2008. Le sens fondamental de maintenant : un token-reflexive. Cahiers Chronos 20 : 15-33.

Dostie, G. 2004. Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique. Champs linguistiques. Bruxelles : De Boeck-Duculot.

Jollin-Bertocchi, S. 2003. La polyvalence de l’adverbe maintenant. L’information grammaticale 97 : 26-30.

Le Draoulec, A. 2017. « Après moi ce que j’en dis… ». L’emploi pragmatique de après. In G. Dostie et F. Lefeuvre (éd.), Lexique, grammaire, discours – Les marqueurs discursifs. Bibliothèque de grammaire et linguistique. Paris : H. Champion : 23-40.

Le Draoulec, A. et Borillo, A. 2014. Après sur les traces de maintenant dans le rôle de marqueur pragmatique. In À l’articulation du lexique, de la grammaire et du discours : marqueurs grammaticaux et marqueurs discursifs (colloque international, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 3-5 avril 2014).

Mellet, S. 2008. Réflexions énonciatives autour de maintenant argumentatif. Cahiers Chronos 20 : 77-92.

Nef, F. 1980. Maintenant1 et maintenant2 : sémantique et pragmatique de maintenant temporel et non temporel. In J. David et R. Martin (éd.), La notion d’aspect. Paris : C. Klincksieck : 145-166.

Nyan, T. 1991. Maintenant : emploi pragmatique. Journal of French Language Studies 1 (2) : 157-177.

Nyan, T. 1992. Ceci dit. Revue romane 27 (2) : 181-206.

Péroz, P. 1998. Maintenant, il y avait du temps. Invariance des opérations et instabilité des origines. Le gré des langues 13 : 80-111.

Saussure, L. de 2008. Maintenant : présent cognitif et enrichissement pragmatique. Cahiers Chronos 20 : 53-76.

Saussure, L. de et Morency, P. 2013. Adverbiaux temporels et sériels en usage discursif. Cahiers Chronos 26 : 337-353.

Vuillaume, M. 1990. Grammaire temporelle des récits. Paris : Minuit.

Vuillaume, M. 2009. Maintenant, un indexical pur et dur ? Revue de sémantique et pragmatique 25-26 : 167-187.

Haut de page

Notes

1 Étude initiée conjointement par Le Draoulec et Borillo (2014).

2 Dont Saussure et Morency (2013 : 349) signalaient brièvement l’existence.

3 Nous soulignons en gras, dans nos exemples, les éléments sur lesquels nous voulons attirer l’attention. Les exemples pris sur le web sont, par ailleurs, reproduits le plus fidèlement possible, sans modification de l’expression ni de la ponctuation, mais avec une orthographe normalisée.

4 Nous nous permettrons, dans cette étude, de faire appel aux intuitions de nos lecteurs et ainsi de ne pas justifier, pour chacun de nos exemples, qu’il s’agit bien d’un emploi pragmatique plutôt que purement temporel.

5 Dans nos propres transcriptions de l’oral, nous adoptons une forme orthographique normée (sans chercher à retranscrire toutes les marques d’hésitation) et reprenons la ponctuation de l’écrit.

6 Nous remercions Benjamin Fagard pour ce bel exemple.

7 Nous avons conscience que cette notion de rupture reste très – trop – générale. Nous n’entreprendrons pas cependant ici de la préciser davantage.

8 Critère utilisé par Dostie (2004) comme indice de pragmaticalisation.

9 Nous remercions Franck Sajous de nous avoir guidées dans cette enquête (et de nous avoir permis l’accès aux données).

10 Plus précisément, entre le 17 mai et le 30 septembre 1999, en 2002, puis en janvier et février 2003 (articles mis à disposition par le Centre national de ressources textuelles et lexicales [CNRTL]).

11 Leximédia est accessible à l’adresse suivante : http://redac.univ-tlse2.fr/LexiMedia2007/. Les articles utilisés ont été collectés dans les quotidiens Le Monde, Libération, Le Figaro, L’Humanité, Le Parisien, Les Échos et Marianne, lors de la présidentielle de 2007 (plus précisément du 21 août 2006 au 22 octobre 2007).

12 Notons que dans l’interprétation temporelle, après peut correspondre aussi bien à une préposition qu’à un adverbe.

13 Dans les quelques rares cas d’indécision, nous nous sommes appuyées sur l’écoute des enregistrements, nous fiant à des intuitions prosodiques que, n’étant pas spécialistes, nous ne saurions pas préciser ni expliciter ici.

14 En dehors de toute tentative de quantification précise, nos simples observations au quotidien nous laissent penser que le phénomène n’a cessé de s’accentuer (pas une conversation, ou presque, sans après pragmatique !).

15 Même si c’est peut-être un peu moins évident pour le deuxième.

16 Maintenant temporel n’est pas en soi incompatible avec la présence de l’imparfait, ainsi que le met très bien en évidence Vuillaume (1990) – mais pour des exemples extraits de récits de fiction qui n’ont rien à voir avec ce qui est en jeu ici.

17 Que nous avons mis en italique.

18 Nous avons d’ailleurs remarqué que nos collègues qui, en réunion, emploient facilement le maintenant pragmatique, ne tarissent pas d’après au déjeuner.

19 Dans l’article pionnier de Nef (1980) sur l’emploi pragmatique de maintenant, la structure interrogative apparaissait d’ailleurs en bonne place, avec des exemples du type de :
[i] Cet homme s’est enrichi bien rapidement. Maintenant, est-il malhonnête ?
(Nef, 1980 : 156)

20 Le montrent également les exemples suivants :
[ii] Précision utile : je n’ai jamais fait ni latin, ni grec… mais j’ai une grande motivation ! (après, est-ce que ça peut suffire ?)
(forum de discussion sur le site : etudes-litteraires.com)
[iii] Le bac ne rentre de toute façon même plus dans la majorité des sélections postbac, puisque les résultats de ces dernières sont connus avant les épreuves. Après, faut-il supprimer le bac ?
(commentaire sur le blog : orientation.blog.lemonde.fr)

21 Ou seulement grâce à des intonations perceptibles à l’écoute : en [39] et [40] par exemple, le locuteur donne un relief prosodique plus grand à ses maintenant. Le rôle du facteur prosodique mériterait d’être approfondi, même s’il semble lui-même très dépendant du locuteur.

22 Les événements « mondains » sont, selon Vuillaume (2009), les événements pouvant être datés (qu’il s’agisse du monde réel aussi bien que d’un monde fictif) à l’aide d’un calendrier conventionnel. Cette temporalité mondaine est à distinguer de la temporalité discursive ou textuelle, laquelle « accueille exclusivement des événements qui se produisent dans et par le discours ou, plus exactement, à la faveur de l’actualisation du discours par la parole ou par la lecture » (Vuillaume, 2009 : 171).

23 On peut par ailleurs penser que la structure syllabique plus longue de maintenant par rapport à après aurait également joué un rôle en ce sens.

24 Il s’agit ici d’un roman, mais écrit à la première personne dans un style très oral.

25 D’autant qu’on se demande si cette intuition n’est pas influencée par l’analyse théorique développée ci-dessus, concernant une forme de continuité associée à après (davantage dans le cours, le flux, du discours – lequel serait davantage « arrêté » par maintenant). Les difficultés que nous rencontrons dans nos tentatives de caractériser la spécificité de après par rapport à maintenant dans leurs usages pragmatiques – avec des différences qui s’évanouissent dès qu’on les approche – nous évoquent les difficultés à rendre compte de l’alternance entre futur simple et futur périphrastique.

26 Un peu plus haut en italique.

27 En [49], c’est même là le seul rôle de l’intervention, qui ne va pas plus loin. On notera que cette forme d’inachèvement de la parole est très fréquente à la suite de après pragmatique.

28 Ainsi qu’on le signalait déjà en note 7.

29 Élève scolarisé en ULIS (unité localisée pour l’inclusion scolaire).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Le Draoulec et Josette Rebeyrolle, « Quand maintenant et après disent (à peu près) la même chose (mais pas de la même façon) », Discours [En ligne], 22 | 2018, mis en ligne le 19 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/discours/9617 ; DOI : 10.4000/discours.9617

Haut de page

Auteurs

Anne Le Draoulec

Cognition, langues, langage, ergonomie (CLLE)
CNRS
Université Toulouse – Jean Jaurès

Josette Rebeyrolle

Cognition, langues, langage, ergonomie (CLLE)
CNRS
Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo PUC
  • OpenEdition Journals