Navigation – Plan du site

L’Environnement personnel d’apprentissage dans sa complexité

Réception des propositions sous la forme de quelques lignes au plus tard le 30 juillet 2018
Joris Felder, Bernadette Charlier et France Henri

Numéro thématique coordonné par Joris Felder, Bernadette Charlier et France Henri

Thème de l’appel à contributions

Appréhender l’environnement personnel d’apprentissage (EPA) en tant qu’objet de recherche, c’est-à-dire en tant que phénomène à connaître, à comprendre ou à expliquer (Davallon, 2004) invite la communauté scientifique à considérer l’activité de l’apprenant d’aujourd’hui dans ses composantes intentionnelles, instrumentales et sociales. Cette activité prend aujourd’hui plus que jamais place tant en contexte formel que non formel. La considérer suppose que l’on questionne tout à la fois l’ingénierie des dispositifs, la manière de formaliser les processus, les produits d’apprentissage et l’évaluation.

Pour beaucoup, l’EPA est difficile à concevoir dans sa complexité : confusion avec un ou des objets concrets; confusions entre les adjectifs personnels et personnalisé ; refus d’étudier l’apprentissage en contexte ; diversité des cadres théoriques et épistémologiques utilisés pour décrire et comprendre l’apprentissage.

Outre ces confusions sémantiques et épistémologiques, les chercheurs sont souvent confrontés à l’absence de cadre pour construire leurs méthodes de recherche tant au plan de la production que de l’analyse des données. Quelles méthodes peuvent être proposées ? Quels critères identifier et définir pour assurer leur scientificité ?

Nous invitons les chercheurs à proposer des contributions fondées sur des études empiriques. Ces contributions devraient expliciter les fondements sémantiques du concept d’EPA tels qu’adoptés par le(s) auteur(s), justifier les méthodes proposées et suggérer des pistes pour des recherches ultérieures en cherchant à construire des ponts avec d’autres recherches

Références

Davallon, J. (2004). Objet concret, objet scientifique, objet de recherche. Hermès, La Revue, (1), 30-37.

Remarques concernant la rédaction des textes

Les articles devront se plier aux exigences scientifiques : formulation des hypothèses de recherche, méthodes adoptées, références aux travaux comparables, mention des contextes (dont publics, institutions, dispositifs, technologies, etc.), résultats obtenus et mis en perspective. Les articles doivent être lisibles par les spécialistes, chercheurs et experts appartenant aux différentes disciplines visées par Distances et Médiations des Savoirs.

Les propositions d’articles doivent respecter la ligne éditoriale (http://dms.revues.org/76) et le format (http://dms.revues.org/75) demandés par la revue Distances et Médiations des Savoirs. Il s’agira soit d’articles de recherche, généralement de 20 à 25 pages, 30 000 à 50 000 signes (notes et espaces compris) répondant aux exigences académiques, soit de retours d’expériences innovantes ou de témoignages, qui pourront être plus courts. Ces articles seront évalués en double aveugle par les membres du comité scientifique et ne seront publiés qu’après acceptation et révisions éventuelles.

Calendrier des étapes de l’appel

Pour cet appel, les communications d’intention (quelques lignes)  doivent parvenir au plus tard le 30 juillet 2018 à :

Joris Felder, joris.felder@unifr.ch

Bernadette Charlier, bernadette.charlier@unifr.ch

France Henri, france.henri@teluq.ca

DMS, dms-dmk@cned.fr

  • Délai soumission : 30 octobre 2018

  • Publication : deuxième semestre 2019

Comité éditorial

Joris Felder

Bernadette Charlier

France Henri

  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals