Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La dynamique sociohistorique d’un centre de recherche académique (LICEF-TÉLUQ)

Autour d’une thèse et d’un laboratoire de recherche de l’université à distance de l’Université du Québec (Téluq)
Patrick Guillemet

Texte intégral

Vaincre la distance ou produire des connaissances ? La dynamique sociohistorique d’un centre de recherche académique (LICEF-TÉLUQ)

2017 — Thèse de doctorat en Science, technologie et société, soutenue par Mariane Sawan, le 30 avril 2017 à l’Université du Québec à Montréal, sous la direction de Pierre Doray et Frédéric Bouchard1.

1Cette thèse porte sur le développement sociohistorique du Laboratoire en informatique cognitive et environnements de formation LICEF, qui a vu le jour en 1992. Notre étude de cas STS (science, technologie et société) retrace l’évolution du LICEF comme organisation à part entière. Dans un contexte d’économie du savoir, où depuis des années, les innovations technologiques du contenu et du contenant sont en effervescence, l’expertise scientifique est non seulement sollicitée dans le but d’accroître le savoir, mais aussi pour répondre aux besoins croissants de la société et des institutions. Ces besoins s’expriment en termes de connaissances scientifiques, technologies (éducatives) ou méthodologies précises. Nous assistons ainsi à de nouvelles dynamiques qui poussent les organisations et en particulier celles œuvrant dans la recherche et l’éducation à adapter leur façon d’agir et leur mode de pensée. En abordant l’université et ses centres de recherche en tant qu’acteurs de premier plan et témoins des changements éducatifs, scientifiques et institutionnels, cette thèse a identifié et décrit le parcours d’un centre de recherche spécifique, mais dont les caractéristiques peuvent inspirer d’autres études futures.

2Cette thèse est doublement intéressante. D’abord parce qu’elle traite d’un laboratoire, le LICEF, créé en 1992 et dont les recherches s’inscrivent principalement dans le domaine de l’informatique cognitive appliquée aux environnements numériques d’apprentissage. Mais aussi parce que ce laboratoire est accrédité en 1995 comme centre de recherche de la Télé-université, une institution phare dans le domaine de la formation à distance. Pionnier au sein d’une institution pionnière, donc. Inspirée par la perspective Science, technologie et société visant la compréhension des divers enjeux du développement de la science et de la technologie ainsi que la et la compréhension de ses impacts variés, elle s’attache à caractériser son processus d’institutionnalisation en faisant appel à la sociologie des organisations, notamment la théorie de l’acteur stratégique et la théorie néo-institutionnelle. Ainsi s’esquisse le « modèle LICEF » où se succèdent, dans une même unité et un même cadre institutionnel, deux modes de management différents, le premier centralisé, le second participatif et plus organique. Ce modèle, qui innove par rapport à ceux de Shinn et Vinck a permis au centre de recherche de développer ses caractéristiques propres, notamment sa vision et sa mission, ses axes de recherche, ses styles de gestion et sa structure organisationnelle.

Cela étant, plusieurs aspects de cette recherche ne manquent pas d’éveiller la curiosité du lecteur.

La réussite financière

3Au fil des pages, on ne peut manquer d’être impressionné par l’importance et la variété des subventions obtenues par ce centre. Ainsi, alors que les cinq premières années sont marquées par le développement du Campus virtuel, subventionné par le Gouvernement du Québec à hauteur de 9 millions de $ sur une période de 5 ans, le LICEF continue, après la fin de cette période, à attirer de nouvelles subventions de sources très diverses, privées et publiques, avec une moyenne annuelle de près de 2,5 M $ entre 2001 et 2007, puis une moyenne légèrement inférieure à 2 M$ de 2008 à 2012. Il y a là une preuve éclatante de la capacité de ce centre à susciter l’intérêt des investisseurs.

La relation paradoxale avec la Téluq

4L’histoire de la Téluq est connue pour ses multiples rebondissements, dont les plus récents ont été l’épisode de son rattachement manqué à l’UQAM, lui-même consécutif aux difficultés rencontrées par la Téluq en raison de la réussite mitigée de l’implantation du Campus virtuel proposé par le LICEF. Déficit, changement de direction générale, débats sur l’orientation stratégique, offensive médiatique sur le thème « Sauvons la Téluq ! » consécutive à la crise financière ayant frappé l’UQAM et dont le fondateur du LICEF est un des principaux animateurs : la vie de l’institution a été fertile en surprises et en affrontements. Pourtant, durant les mêmes années, la vie du LICEF apparaît étonnamment calme. Tout au plus y observe-t-on une certaine tension lorsque l’UER Science et technologie de la Téluq se scinde en deux unités, les chercheurs appartenant à des disciplines reliées aux technologies choisissant de faire partie de l’UER Science et technologie, tandis que ceux plus intéressés par le côté pédagogique et éducatif choisissent l’UER Éducation. Le LICEF apparaît ici relativement indépendant de son institution mère dont il partage les locaux et passablement plus paisible, même s’il entretient avec elle des liens étroits.

L’histoire organisationnelle glorieuse

  • 2 Ruffat, M. Faire de l’histoire en entreprise, in R. Frank (dir.), Écrire l’histoire du temps présen (...)

5Relater et caractériser l’histoire d’une organisation est un art difficile. Car, comme le soulignait Michèle Ruffat : « travailler sur l’histoire d’une entreprise, c’est résoudre une énigme historique : pourquoi cette entreprise particulière a-t-elle duré ? Pourquoi a-t-elle survécu à sa fondation ? Quels choix, quelles stratégies lui ont permis de persévérer dans son être ? Comment a-t-elle résolu ses problèmes d’adaptation interne et d’adaptation externe ? »2

6Le défi est ici d’éviter la petite histoire aussi bien que l’histoire héroïque. Ni hagiographique ni apologétique, l’écriture historique vise à proposer un regard impartial, sans complaisance, et à mettre en évidence l’influence structurante des facteurs sociaux, politiques, économiques et culturels aussi bien que la place de l’organisation étudiée dans son environnement social et sa dynamique historique, notamment sous l’angle des conflits qui la traversent. Mais ces ambitions ont un prix, celui de la disponibilité des données, écrites et virtuelles, qualitatives et quantitatives, issues de l’organisation ou de son environnement, ainsi que la possibilité de confronter les témoignages, aussi bien dans le temps que dans l’espace décisionnel, dans l’organisation et en dehors d’elle.

7À cet égard, le LICEF, fier de sa capacité à attirer les subventions, apparaît beaucoup plus discret quant à ses réalisations, notamment en ce qui a trait au succès mitigé du Campus virtuel ou à celui des entreprises lancées à son initiative ; de même, il met plus en évidence ses publications et communications que ses transferts technologiques ou ses résultats de commercialisation. Cette discrétion s’observe aussi quant à la stratégie développée au cours des années, alors que quatre directeurs se succèdent, sans que l’on voie vraiment si leurs orientations respectives se sont distinguées l’une de l’autre. Pourtant, au terme de l’étude, le LICEF fait place au laboratoire LICÉ et au groupe de recherche MEDIO, tandis que l’éventail de ses projets de recherche s’est élargi pour inclure aussi bien l’aide à la décision chirurgicale et la foresterie intelligente que la santé mobile ou la sécurité routière. Cette évolution quelque peu surprenante, qui évoque une histoire glorieuse, laisse supposer que certaines données n’ont pas été au rendez-vous.

Les pièges du virtuel : la mémoire qui s’efface

8L’information organisationnelle n’est pas toujours aussi systématique ni aussi bien organisée que dans les organismes publics astreints à des exigences de publicité et de reddition des comptes. À cette difficulté s’en ajoute une nouvelle, résultant de l’utilisation des médias numériques. Car si ces médias assurent une information rapide et riche en réponse aux recherches les plus diverses, ils dépendent essentiellement des données fournies par les organismes, lesquelles sont parfois sujettes à d’importantes réorganisations lorsque l’organisme décide de modifier l’architecture de son site Web, au risque de la disparition de certains types de données.

9Le LICEF, voué à la promotion des nouvelles technologies, n’a pas échappé à ce piège, de telle sorte qu’il est impossible de retrouver, aussi bien sur son site que par des recherches sur Internet, l’énoncé de la mission initiale qui lui avait été confiée. Il y a là évidemment un handicap majeur pour le chercheur, qui doit s’en remettre au hasard de ses tentatives de compréhension pour découvrir par exemple un énoncé de mission sur un ancien site du LICEF qui semble avoir été élaboré en 2003. Ou encore, que ce laboratoire était tenu par convention, d’assurer le transfert de sa technologie aux activités d’enseignement de la Téluq3. Le piège est ici de confondre l’organisation avec l’image qu’elle se donne sans connaître les circonstances qui l’ont amenée à être ainsi, au risque d’oublier ce qu’elle fut. Le chercheur doit alors, pour débusquer les informations souhaitées, apprendre à dépasser les limites du média numérique et la préoccupation de l’organisation pour son développement futur en recourant à d’autres sources d’information, la plupart du temps situées dans son environnement.

Conclusion

10Quoiqu’il en soit, cette thèse, outre le regard pénétrant qu’elle propose sur le fonctionnement et l’évolution d’un laboratoire de recherche voué à l’ingénierie cognitive avec ses réussites et ses zones d’ombre, permet également de saisir l’évolution sociale qui l’influence, et notamment la fascination qu’exerce l’intelligence artificielle dans des domaines aussi divers que la santé, la sécurité automobile, la reconnaissance visuelle ou la production textile, à en juger par l’ampleur des subventions accordées. De même, elle montre que cette approche a ses limites, comme le suggèrent les difficultés de mise en œuvre du Campus virtuel, alors qu’un bon nombre de professeurs de la Téluq ont boudé les dispositifs techno-pédagogiques proposés par le LICEF, et notamment le langage de formalisation qui les accompagnait4. Peut-être n’étaient-ils pas technophiles, mais plutôt centrés sur les contenus d’enseignement, la discipline ou le champ d’études et de pratiques, comme le soulignent Tremblay et Fauteux ? Mais on remarque que ces professeurs étaient issus de disciplines où la connaissance est largement construite socialement, plutôt que basée sur une approche exacte se prêtant mieux à la formalisation.

11D’un côté les savoirs programmables. De l’autre, des savoirs où l’interaction et l’interprétation jouent la plus large part, ainsi que le domaine de la création. Certes, les avancées de l’intelligence artificielle sont impressionnantes, qu’il s’agisse de la reconnaissance visuelle et vocale ou de la traduction automatique de textes en langues étrangères, si approximative soit-elle, sans oublier le guidage routier et le domaine des jeux. Mais ses limites sont tout aussi observables, comme la montré la difficulté à synthétiser les sons des instruments de l’orchestre ou, pour revenir dans le domaine de l’éducation, à modéliser la relation de tutorat à distance.

12Tout comme autrefois la cybernétique, l’ingénierie cognitive propose de rendre l’action sociale efficace. Il reste encore à en saisir la nature et à moduler l’approche pour y répondre. Le domaine de recherche s’avère, on le voit, fertile pour saisir l’évolution des rapports entre la technologie et la société.

Haut de page

Notes

1 https://www.academia.edu/36721352/Ph.D._THESE-_VAINCRE_LA_DISTANCE_OU_PRODUIRE_DES_CONNAISSANCES_LA_DYNAMIQUE_SOCIOHISTORIQUE_D_UN_CENTRE_DE_RECHERCHE_ACADÉMIQUE_LICEF-TÉLUQ_

2 Ruffat, M. Faire de l’histoire en entreprise, in R. Frank (dir.), Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS, 1993

3 Tremblay, G., Fauteux, S. (2004) Le DESS en santé mentale de la Téluq

4 Guillemet, P. (1997) La Toile et le labyrinthe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Guillemet, « La dynamique sociohistorique d’un centre de recherche académique (LICEF-TÉLUQ) », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dms/2853

Haut de page

Auteur

Patrick Guillemet

Retraité, Université du Québec
7290, rue Louis Hémon, Montréal (Québec) H2E 2T7
pguillem43@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals