Navigation – Plan du site

Maryse Quéré, pour une informatique humaniste

Françoise Thibault

Texte intégral

1À l’heure où le croisement des données personnelles, à peine caché par le terme romanesque de « big data », peut nous rendre les pratiques de l’informatique de plus en plus suspectes, rappeler que la science de l’informatique peut s’inscrire dans une pensée humaniste a de quoi surprendre ou même profondément agacer. Notre quotidien regorge d’exemples où le recul des libertés est permis par la pratique de l’algorithme aux formules tenues secrètes ou par l’usage de dispositifs qui traquent la moindre des petites curiosités humaines. La science de l’informatique fait le lit d’un gouvernement des sociétés humaines par les chiffres alors comment alors pourrait-elle prétendre à ce que l’on accorde plus volontiers aux sciences humaines et sociales, un horizon humaniste ?

2J’ai rencontré Maryse Quéré en 1995, elle était professeure d’informatique chargée de mission auprès du directeur des enseignements supérieurs et j’étais une bizarrerie « sociologue, littéraire, vidéaste » recrutée au ministère de l’Éducation nationale et de la recherche pour m’occuper de l’audiovisuel universitaire. La carrière de Maryse Quéré était rectiligne ascendante : maître assistante en maths au CUCES, centre universitaire de coopération économique et sociale ; maître de conférences puis professeur à l’IUT de Nancy 2 ; chercheur au centre de recherche informatique de Nancy ; directrice du Centre de formation à l’informatique et à ses applications pédagogiques (Nancy Metz) ; créatrice et directrice du Centre lorrain de l’enseignement assisté par ordinateur (1985-1988) ; directrice de l’information et de la communication au ministère de l’Éducation nationale (1991-1992) ; chargée de mission à l’Inspection générale (1992) ; conseillère du directeur général des enseignements supérieurs (1993) puis du directeur de l’information scientifique et technique. Elle est devenue Rectrice de l’académie de Caen en août 1997. Elle a occupé ces fonctions jusqu’en juillet 2001. Ma carrière était ondulante ascendante et guidée par des rencontres et des projets de recherche-action, mélange d’une recherche esthétique et pédagogique. Nous venions de deux mondes fort lointains et je dois avouer qu’avant nos échanges, j’étais plus que dubitative vis-à-vis de « l’enseignement assisté par ordinateur » que j’imaginais bien loin de mes préoccupations dédiées à ce que j’appelais une « esthétique de l’apprendre » faite de la recherche du plaisir d’apprendre à tout âge et de la prise en compte des diversités humaines et territoriales.

3L’article de Maryse Quéré proposé dans ce numéro rend compte de la plus belle façon de ce qui l’a animée toute sa vie et de ce qui a pu faire notre complicité. Pendant toute sa carrière, et à ses différents niveaux de responsabilité, Maryse a œuvré avec détermination pour une utilisation de l’informatique et des technologies centrée sur l’humain en vue de l’aider à apprendre où qu’il soit, d’où il vienne et où qu’il habite. Depuis la création de son laboratoire à Nancy jusqu’à son rapport prospectif « Vers un enseignement supérieur sur mesure » en 1994, elle a défendu la concertation pour réaliser ce qu’elle qualifiait elle-même de « petite révolution culturelle ».

4Partout, elle a pratiqué ce savant mélange d’exigences et de respect de l’autre, de courage et d’audace. Beau souvenir que de la voir secouer un parterre de présidents d’université ébahis de s’entendre dire qu’ils étaient dépourvus de la moindre imagination pour s’adresser aux étudiants. C’est bien elle qui a pu écrire que la volonté, dans le supérieur, d’être l’unique auteur de ses supports pédagogiques est « ridicule, parfaitement ridicule » ou encore à propos d’une initiative en vogue « c’est le gros truc du moment » et insister « sur la faible durée de vie du politique qui s’ajoute à la faible durée de vie de la technologie ».

5Ce chemin professionnel qui n’a jamais oublié ses origines sociales et ses anciens maîtres comme Claude Pair, professeur d’université, chercheur et grand administrateur de l’éducation nationale, habité encore à la fin de sa carrière par les questions d’inégalité des chances dans l’éducation n’est pas celui d’une génération. J’aime à penser qu’il est celui de ceux et celles qui, à tout âge, et venant de tout horizon, ne se résignent pas. Maryse Quéré est morte le 25 juin 2018, le lendemain d’une fête organisée pour ses noces d’or, entourée par sa famille et ses nombreux amis chantant et jouant de la musique tous ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Thibault, « Maryse Quéré, pour une informatique humaniste », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 23 | 2018, mis en ligne le 27 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/dms/2914

Haut de page

Auteur

Françoise Thibault

Déléguée générale de l’Alliance nationale des sciences humaines et sociales
francoise.thibault4@orange.fr
http://www.alliance-athena.fr/

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals