Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29TémoignagesFrançois Villemonteix : chercheur...

Témoignages

François Villemonteix : chercheur pressé… et apprécié

Gilles Monceau et Guilhem Labinal

Texte intégral

1Instituteur puis inspecteur de l’Éducation nationale, François Villemonteix est devenu enseignant-chercheur lors de son recrutement, en 2011, au laboratoire École Mutations Apprentissages (ÉMA) de l’Université de Cergy-Pontoise (UCP). En 2017, il quittait notre équipe pour devenir Professeur des Universités à Lille au laboratoire CIREL-PROFEOR, tout en maintenant des collaborations avec les membres d’un laboratoire qui regrettait ses compétences.

2À peine arrivé dans l’équipe, il a participé à un groupe de travail et à une publication sur les usages et effets du courrier électronique dans les pratiques professionnelles (Villemonteix, 2013). Il partageait son bureau avec l’actuel directeur du laboratoire, Gilles Monceau, l’un des co-auteurs de ce texte. Face à l’accumulation des papiers ou des documents manuscrits en tous genres, François tendait vers la dématérialisation de tous les supports de travail... Cette cohabitation s’inscrivait dans le contraste, entre tradition et modernité, jouant des petites oppositions en les moquant avec une ironie bienveillante et un sens de l’humour que tout le monde lui reconnaissait. Il serait difficile de ne pas souligner les grandes qualités de cet homme, de ce collègue et de cet ami.

3À l’Université de Cergy-Pontoise, les collaborations de François l’amenaient à penser l’ouverture avec d’autres laboratoires dans des projets portant sur l’usage des technologies numériques à l’école. Des collaborations fructueuses, qui viennent notamment de donner lieu à la publication d’un ouvrage collectif (Nogry, Boulc’he et Villemonteix, 2019). Au laboratoire ÉMA, François a développé le projet Collab qui articulait la recherche, la formation, l’ingénierie pour favoriser les pratiques instrumentées des enseignants du premier degré (Labinal, Khanfour-Armalé et Villemonteix, 2018). Il avait équipé une salle originale de cours avec des sièges mobiles, des tablettes numériques, un TNI – une salle dont les étudiants profitent encore et qui étonne toujours pour sa disposition et sa modernité. Même s’il est amputé, le projet continue auprès d’un groupe de master 2, sur le site de l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de l’académie de Versailles, à Gennevilliers. En 2018, après son départ, François était redevenu chercheur associé au laboratoire ÉMA. Au cœur de la collaboration : les pratiques collectives instrumentées étudiées dans le cadre du GTNum3 du projet Numérilab. Ce projet, mené avec le ministère de l’Éducation nationale, nous avons essayé de le poursuivre au-delà de sa disparition. Mais nous n’y sommes pas parvenus. En dépit du soutien des chercheurs qui y participaient, nous avons touché une limite bien connue de toute démarche volontariste reposant sur un fort leadership. Le projet fonctionnait en réseau, avec une grande souplesse devant les aléas. Et seul François, disposé en clé de voûte, en possédait totalement le dessein. Malgré la situation, les chercheurs impliqués sont toutefois parvenus à réaliser des travaux de qualité.

4Il nous a entraînés, en outre, dans des actions de formation, à l’instar de celle conduite avec l’ESEN de Poitiers. C’est ainsi que Marie-France Bishop, Gilles Monceau et Bruno Robbes se sont retrouvés à ses côtés dans un dispositif par lequel devaient être accompagnés, dans leurs projets, des groupes de personnels d’encadrement (en formation) de l’Éducation nationale. Ne le cachons pas : il n’était pas toujours aisé de saisir l’entièreté de ses intentions. Lorsqu’était soulevée telle ou telle contradiction pédagogique d’une commande institutionnelle, contradiction dont il débattait volontiers, il la résolvait par l’action. Par un surplus d’énergie. De fait, nous étions moins rapides ou mobilisés que lui. Surtout, nous ne disposions pas de sa connaissance, parfaite, de la formation des cadres de l’éducation.

5À ÉMA, François promouvait une distance critique concernant les potentialités des usages scolaires d’objets comme les tablettes. Nous nous souvenons de ses emportements face aux illusions véhiculées par le numérique. Pour lui, ni les robots, ni les tablettes, ni les tableaux numériques n’étaient en mesure de remplacer la pédagogie. Cette distance réflexive vis-à-vis des technologies, nous tentons de la conserver. Mais comment ne pas se souvenir de sa joie et de son enthousiasme lorsqu’il recevait des colis contenant, par exemple, des petits robots ? Il prenait alors le visage d’un enfant ouvrant des paquets de Noël… En quelques années, ce chercheur pressé nous a cependant transmis une approche pédagogique et humaine des technologies éducatives qui imprègne, aujourd’hui, nos orientations scientifiques.

6Il était réellement apprécié. Lors de son arrivée dans le laboratoire, la qualité de l’intégration du second auteur de ce texte doit beaucoup à son dévouement. Comment ne pas être admiratif de sa capacité à convaincre et à mettre en place des dispositifs dans lesquels il intégrait des collègues issus de divers horizons (même de la géographie !) – des projets pour lesquels il avait une vision ? Dernièrement, il était animé par la volonté de contribuer à l’émergence d’une didactique de l’informatique. Au service de cet engagement, il pouvait mettre sa bonne connaissance de l’institution scolaire qui allait de la salle de classe aux couloirs du ministère en passant par les rouages administratifs et universitaires. Par son histoire professionnelle et la pérennité des liens tissés au fil de celle-ci, il savait initier des collaborations et développer des réseaux nouveaux en s’appuyant sur un écosystème dont il était le créateur. Lorsque les tenants et les aboutissants d’un dispositif n’étaient pas évidents, nous savions qu’il avait une idée précise de ce qu’il voulait obtenir, de la manière dont il voulait y parvenir et des moyens qu’il faudrait mettre en œuvre pour le faire. Et nous étions convaincus qu’il y arriverait même s’il nous arrivait de jouer un rôle de modérateur. Même si sa vie, comme celle des autres, n’a pas été faite uniquement de succès, nous pensions qu’il irait jusqu’au bout. Du moins, nous l’espérions, car l’extrême brutalité de sa disparition nous oppose malgré tout une fragilité qui contraste avec l’image de solidité et de fiabilité qu’il livrait de lui-même. Une fragilité partagée, que les exigences du métier de chercheur et, parfois, ses réelles âpretés peuvent mettre à l’épreuve.

7François avait cette rectitude professionnelle – parfois un peu frontale, confessons-le – et probablement des doutes qu’il avait l’élégance de farder : non par excès d’assurance, son charisme n’éclipsant pas sa modestie, mais parce qu’il n’aimait guère se plaindre et qu’il voulait toujours rester crédible. La confiance dans sa solidité, ce n’était pas le moindre de ses atouts. Il était rassurant. Sa disparition nous a ébranlés, mais ses travaux continueront à alimenter ceux des autres : il manquera à tous les membres de notre laboratoire qui partagent la douleur de ses proches.

Haut de page

Bibliographie

Khanfour-Armalé, R., Labinal, G. et Villemonteix, F. (2018). Le dispositif COLLAB : d’un schéma de formation d’enseignants de l’école primaire à la pédagogique instrumentée. Communication au 3ème colloque international francophone (ETIC 3). Paris : Université Paris Descartes. 27-29 juin 2018 (France).

Nogry, S., Boulc'h, L. et Villemonteix, F. (2019). Le numérique à l'école primaire. Pratiques de classe et supervision pédagogique dans les pays francophones. Lille : Septentrion.

Villemonteix, F. (2013). Échanges collectifs en ligne, points de vue et approches méthodologiques. Dans Monceau, G. (dir.). Le courrier électronique dans les pratiques professionnelles en éducation, santé et action sociale : usages et effet. Nîmes : Champ Social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Monceau et Guilhem Labinal, « François Villemonteix : chercheur pressé… et apprécié »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 29 | 2020, mis en ligne le 21 mars 2020, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/dms/4677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.4677

Haut de page

Auteurs

Gilles Monceau

Laboratoire ÉMA, CY Cergy Paris Université, gilles.monceau@cyu.fr

Guilhem Labinal

laboratoire ÉMA, CY Cergy Paris Université, guilhem.labinal@cyu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search