Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29François Villemonteix et la reche...

François Villemonteix et la recherche participative

Georges-Louis Baron et Jacques Béziat

Texte intégral

1Ce numéro spécial est publié en hommage à notre collègue François Villemonteix, après sa disparition brutale en septembre 2018. Dans ce texte introductif, nous allons proposer quelques réflexions relatives à sa trajectoire professionnelle puis à l’activité qui l’a beaucoup mobilisé et qui nous importe également : la recherche participative en éducation.

2Dans la suite de ce numéro figurent un article de recherche, un retour d’expérience et six hommages de collègues de François.

3Les lecteurs de DMS y trouveront également le texte de cadrage qui présente la thématique de la rubrique Débat-discussion animée par Daniel Peraya. Cette année, le débat portera sur l’ingénierie pédagogique, son évolution et la possible nécessité de son renouvellement. Enfin, le numéro se referme sur la sélection annuelle des thèses soutenues en 2019 dans les domaines contributifs de DMS.

Quelques repères sur une trajectoire

4Il est banal de remarquer que chaque personne est unique. Chacune accomplit un parcours singulier, chaque cas est particulier et les trajectoires suivent un chemin qu’on ne cartographie qu’a posteriori. Mais, en même temps, la variété des cas peut toujours se ramener à un nombre fini de catégories.

5En bref, François, qui était membre actif du comité éditorial de DMS, a été un chercheur en sciences de l’éducation issu du corps enseignant dont l’activité est marquée par une proximité assumée par rapport aux praticiens. Son activité professionnelle peut être décrite comme s’organisant autour d’un thème central : celui de la formation des enseignants du primaire aux technologies et à leurs usages en classe, en particulier dans un contexte de mise en œuvre d’artefacts mobiles.

6Mais il y a davantage que ce bref résumé. Nous allons essayer d’élaborer sur la cohérence et l’intérêt de son parcours.

7Enseignant d’école innovateur dans le domaine de l’informatique en éducation, François Villemonteix s’est inscrit au début des années 2000 dans un parcours d’étude en sciences de l’éducation : diplôme d’études approfondies, puis thèse de doctorat portant sur les enseignants du primaire face aux technologies de l’information et de la communication. Il s’est d’abord intéressé à leur formation continuée, puis s’est concentré sur l’accompagnement dont ils bénéficiaient de la part du système scolaire.

8Ce dernier avait alors recruté, de manière temporaire, un ensemble d’enseignants (dont il faisait partie) exerçant parfois à mi-temps, les ATICE (Assistants TICE) ou IFIP (instituteurs formateurs en informatique de Paris). Leur mission, pour le compte de l’inspection départementale, était d’animer le milieu et d’accompagner leurs collègues dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

9François a montré dans sa thèse (2007) l’importance de ces intermédiaires de proximité, en fin de chaîne de prescription, pour la mise en œuvre de pédagogies instrumentées dans les écoles. Il en a étudié les trajectoires professionnelles : la fonction étant précaire, ceux et celles qui l’assumaient cherchaient des positions mieux assurées, surtout dans la formation des enseignants, l’administration rectorale ou nationale, l’inspection, ou plus rarement la recherche.

10François a choisi cette dernière voie, sans pour autant renoncer aux autres. Parallèlement à sa formation à la recherche, il a aussi travaillé de 2004 à 2007 à la Direction des écoles du ministère, au sein d'un bureau chargé de la formation des enseignants, y apportant son talent et sa fine connaissance du terrain. Il a aussi été inspecteur de l'Éducation nationale avant de devenir, en 2011, maître de conférences dans un institut universitaire de formation des maîtres dont il est ensuite devenu directeur adjoint. Enfin, il a été nommé en 2017 professeur à l'Université de Lille, au laboratoire CIREL, après avoir soutenu une habilitation à diriger des recherches fin 2015.

11Ce parcours trop tôt interrompu a été marqué par un intérêt vaste, tant pour les acteurs que pour les instruments et les systèmes sociaux où ils sont mis en œuvre : un point de vue systémique donc, inspiré par l’intuition que la pédagogie instrumentée peut être novatrice si les conditions le permettent, assumant une ouverture pluridisciplinaire, tant vers la psychologie que vers la sociologie ou l’informatique.

12Il a d’ailleurs produit, avec Jacques Béziat, un certain nombre de modèles théoriques permettant d’appréhender la réalité mouvante du numérique à l’école. Parmi eux (Béziat et Villemonteix, 2012), les modèles AFRI (Axiologie, Formation, Ressources, Implication) et ICA (Instrumentation, Contextualisation, Acculturation) s’inscrivent dans la trajectoire du praticien et du chercheur qu’a été François.

13L’idée est de montrer, au-delà des prescriptions, les processus qui conduisent les enseignants à décider d’utiliser (ou non) les technologies numériques dans leur classe, et comment ils s’y prennent. Ces modèles ont été construits à la fois à travers les travaux de recherche menés et l’expérience du terrain de leurs auteurs.

14Les processus et systèmes de contraintes décrits montrent qu’aucun des items des modèles posés n’est isolé des autres. Pour le modèle AFRI, leur réunion augmente la capacité de l’enseignant à s’engager dans des actions instrumentées par le numérique, et pour le modèle ICA, une plus forte intégration dans la pratique professionnelle des différents attracteurs liés aux instruments numériques (outils, savoirs, objet) est facilitatrice pour leur scolarisation effective. Ce faisant, le praticien se fraye un chemin original dans l’utilisation qu’il fait des technologies numériques. Il bricole, au sens de Lévi-Strauss.

15De manière logique, comme c’est souvent le cas pour les personnes conservant un lien fort avec l’innovation pédagogique, François est resté proche d’un type de recherche ayant ses détracteurs, mais aussi quelques titres de noblesse : la recherche participative, liée à l’innovation éducative.

16Il s’est beaucoup consacré, en tant que chercheur, à l’analyse des situations d’accompagnement et de supervision en situation d’innovation, en particulier en Afrique subsaharienne. Ce point est central dans sa pensée : les enseignants sont des prescripteurs en fin de chaîne, dont la conduite dépend de leur formation antérieure, de leur environnement local et des incitations qu’ils reçoivent de prescripteurs intermédiaires, assistants d’inspecteurs, inspecteurs locaux, etc.

17La plupart de ses recherches ont mis en évidence, dans l’enseignement primaire et aux autres niveaux d'enseignement, le rôle de l’informel et l’importance de la mise à disposition des professionnels de ressources numériques leur permettant de nourrir leur enseignement. En ce sens, l’accompagnement des enseignants dans leur pratique (au-delà de la supervision) est essentiel.

18Enfin, dans les dernières années de sa carrière, il a investigué un point qui lui tenait à cœur depuis longtemps : ce qu’on appelle l’apprentissage collaboratif instrumenté utilisant de nouveaux instruments mobiles.

19Vaste spectre d’intérêts et un fil rouge, sur lequel revient ce numéro : l’étude des différentes modalités de formation, d'accompagnement et de supervision des enseignants et des formateurs, sur les terrains scolaires et la formation d'adultes, utilisant tout type de technologie connectée.

20On relève dans son parcours les éléments de ce qu’on pourrait appeler un goût pour la transgression acceptable, qui est une autre dénomination pour la notion d’agentivité. Les innovations n’ont de pouvoir transformatif que si elles viennent en tension avec des règles établies : un peu, mais pas trop, balance difficile à équilibrer.

21François a su, en somme, incarner en lui-même plusieurs formes d’engagement qui se côtoient et se contrarient et que l’on ne peut pas mettre en œuvre simultanément : celle du praticien réflexif, celle du prescripteur, celle du chercheur et celle du militant pédagogique.

22Ce parti pris s’est épanoui dans de nombreuses actions de projets de recherche bénéficiant souvent d’un financement, que ce soit par l’Agence nationale de la recherche, des organisations internationales ou des institutions locales.

23Pour être complets, nous devons dire un mot sur l’implication de François dans le domaine de la formation à distance. C’est en 2011, lors de son recrutement à l’IUFM de l’Académie de Versailles, puis sa prise de responsabilité l’année suivante en acceptant la charge de directeur adjoint TICE de l’IUFM, qu’il s’engage sur ce terrain. Cette institution faisait alors face à une décrue très importante d’étudiants. Une des solutions a été de monter un parcours de master à distance de formation des maîtres.

24Commence dès lors un processus qu’il a su piloter dans sa complexité : un ensemble de contraintes matérielles et techniques, de résistances humaines et d’intégration institutionnelle. François a développé différents types d’ingénierie en formation : (pédagogique, sociale, institutionnelle, technique) dont on voit les effets encore aujourd’hui du point de vue de la pérennité des parcours FOAD.

À propos de recherche participative

25La recherche participative est le thème de la journée d’hommage qui lui a été consacrée en mars 20191 à l’Université Paris Descartes (intégrées à partir de janvier 2020 dans la nouvelle « Université de Paris »). Le mot-clé en est la perméabilité qui existe entre recherche, décision et pratique.

26Cette perméabilité doit être comprise de manière dynamique, le cheminement le plus fréquent étant de partir d’une situation de praticien réflexif, puis en recherche avant d’aboutir à des rôles de chercheurs, que ce soit d’un point de vue statutaire ou non (Beillerot, 1991).

27Elle conduit souvent à malmener quelque peu la division traditionnelle du travail et les règles qui la régissent puisque, à une extrémité du spectre, ce sont les chercheurs qui décident de la problématisation quitte à la modifier dans une itération ultérieure, tandis qu’à l’autre extrémité du spectre ce sont les praticiens eux-mêmes qui définissent leur problème, quitte pour les chercheurs à reproblématiser en accord avec eux. On est là dans des formes de recherche-action (Robbes 2019), dont une modalité extrême est le laboratoire du changement, théorisé par Engeström et son équipe (Engeström, 2007).

28Pour François, il ne fait pas de doute que son expérience de praticien, comme enseignant, formateur puis superviseur, a été une heuristique puissante pour penser l’action du chercheur et son utilité sociale. Les paradigmes de la recherche participative sont parfaitement cohérents avec son intérêt pour l’acteur aux prises avec le numérique en contextes éducatifs, lui-même profondément relié à une sympathie sincère pour l’autre. À la suite de ses travaux, peut-être pouvons-nous conclure avec cette idée qu’il n’y a pas d’effets propres des technologies informatisées en tant que telles, il n’y a que des usages, des pratiques, des utilisateurs, des contextes. En ce sens, François Villemonteix a peut-être tiré les lignes de ce que pourrait être une anthropologie de l’activité instrumentée.

Villemonteix, F., Baron, G.-L. et Béziat, J. (dir.). (2016). L’école primaire et les technologies informatisées: Des enseignants face aux TICE. Villeneuve d'Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Haut de page

Bibliographie

Beillerot, J. (1991). La « recherche » : Essai d’analyse. Recherche et Formation, 9, 15‑30. Récupéré de : http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/recherche-et-formation/RR009.pdf

Béziat, J. et Villemonteix, F. (2012). Les technologies informatisées à l’école primaire. Déplacements et perspectives. Dans Actes du colloque JOCAIR, Université de Picardie Jules Verne, septembre 2012, Amiens (p. 295-307). Récupéré de : http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/77/98/95/PDF /BeziatVillemonteix.pdf

Engeström, Y. (2007). Putting Vygotsky to work: The change laboratory as an application of double stimulation. Dans H. Daniels, M. Cole et J. Wertsch (dir.), The Cambridge Companion to Vygotsky (p. 363-382). Cambridge: Cambridge University Press.

Levi-Strauss, C. (1962/2017). La pensée sauvage. Paris : Plon.

Robbes, B. (2019). Recherche-action-formation: Regards rétrospectifs et actualité. Présenté à Journée d’hommage à François Villemonteix, Université Paris Descartes. Récupéré de : https://rech-part-s-edu.sciencesconf.org/data/pages/Robbes2.pdf

Sélection chronologique de références de F. Villemonteix

Villemonteix, F. (2003). Former les enseignants à l’écriture de documents multimédias: nouvelles modalités, nouveaux enjeux : cas d’un dispositif de formation à distance : FORMADIS. Premières journées francophones de didactique des progiciels Didapro. Récupéré de : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00145912/en/

Villemonteix, F. (2004). La formation continue des enseignants aux TICE - Impact sur les contextes locaux. Communication présentée au 5ème Congrès international d’actualité de la recherche en éducation et formation de l’Association des Enseignants Chercheurs en Sciences de l’Éducation.

Villemonteix, F. (2005a). La scolarisation de l’informatique à l’école primaire Etude de l’évolution identitaire de prescripteurs intermédiaires: Les «FTICE». Récupéré de : https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00001412/document

Villemonteix, F. (2005b). La scolarisation de l’informatique à l’école primaire Etude de l’évolution identitaire de prescripteurs intermédiaires: Les « FTICE ». Récupéré de : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00001412/en/

Villemonteix, F. (2007a). Les animateurs TICE du premier degré, quelle professionnalité? Communication présentée au Congrès International d’Actualité de la Recherche en Sciences de l’Education.

Villemonteix, F. (2007b). Les animateurs TICE à l’école primaire: Spécificités et devenir d’un groupe professionnel Analyse de processus de professionnalisation dans une communauté de pratiques en ligne. Récupéré de : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00198063

Villemonteix, F. (2008). La professionnalité des ATICE: Ce qu’une liste de discussion donne à voir... Communication présentée à JOCAIR 2008, Amiens. Récupéré de : http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00476238

Villemonteix, F. (2011). Informatique scolaire à l’école primaire. Spécificité et devenir du groupe professionnel des animateurs TICE. Paris : L’Harmattan.

Villemonteix, François et Stolwijk, C. (2011). Processus d’adoption du TNI : quelle part de soi ? Dans G.-L. Baron, E. Bruillard et V. Komis (dir.), Didapro 4—Dida & STIC. Sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC) en milieu éducatif. Analyse de pratique et enjeux didactiques (p. 251‑260). Récupéré de : http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/66/19/61/PDF/VillemonteixStolwijkDidapro2011.pdf

Villemonteix et Baron, G.-L. (2011). L’informatique à l’école : Le modèle du « pair-expert » en mutation ? Questions Vives. Recherches en éducation, 6(16). Récupéré de : https://doi.org/10.4000/questionsvives.932

Villemonteix et Khaneboubi, M. (2012). Utilisation de tablettes numériques (iPad) dans les établissements primaires et secondaires de l’académie de Créteil [Rapport d’étude]. Créteil : CRDP de Créteil.

Baron, G.-L., Netto, S., Tchamabe, M. D., Villemonteix, F. et Voulgre, E. (2014). Rapport scientifique d’étape en juin 2014 du projet SUPERE [Rapport d’étape]. Paris : Université Paris Descartes.

Villemonteix, F. et Béziat, J. (2013). Le TNI à l’école primaire : Entre contraintes et engagement. Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation, 20(1), 327‑350. Récupéré de : https://doi.org/10.3406/stice.2013.1071.

Villemonteix, François et Khaneboubi, M. (2014). Étude exploratoire sur l’utilisation d’iPads en milieu scolaire : Entre séduction ergonomique et nécessités pédagogiques. STICEF, 20. http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2013/13-villemonteix-atame/Sticef_2013_NS_villemonteix_13.htm

Baron, G.-L. et Villemonteix, F. (2016). Accompagnement et supervision des maîtres du primaire. Réflexions issues du projet de recherche SUPERE-RCF. Dans Repenser la formation continue des enseignants en Francophonie: L’initiative Ifadem (p. 97‑108). Récupéré de : https://www.researchgate.net/profile/Christian_Depover2/publication/305171093_Repenser_la_formation_continue_des_enseignants_en_Francophonie_L%27initiative_IFADEM/links/594bc065458515e703488afd/Repenser-la-formation-continue-des-enseignants-en-Francophonie-Linitiative-IFADEM.pdf#page=105

Villemonteix, F. (2016). Quel enseignement de l’informatique à l’école primaire? Le point de vue d’acteurs de l’accompagnement des pratiques pédagogiques. Communication présentée à Didapro6 DidaSTIC: didactique de l’informatique et des STIC, Namur, Belgique. Récupéré de : http://didapro6.sciencesconf.org/76425

Nogry, S., Boulc’h, L. et Villemonteix, F. (2019). Le numérique à l’école primaire: Pratiques de classe et supervision pédagogique dans les pays francophones. Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges-Louis Baron et Jacques Béziat, « François Villemonteix et la recherche participative »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 29 | 2020, mis en ligne le 17 mars 2020, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/dms/4716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.4716

Haut de page

Auteurs

Georges-Louis Baron

Articles du même auteur

Jacques Béziat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search