Navigation – Plan du site
Témoignages

Réflexions sous forme d’hommage sur la manière dont François Villemonteix a incarné l’idée d’innovation dans ses travaux

Christian Depover

Texte intégral

1L’hommage rendu à François Villemonteix dans ce numéro de la revue Distance et médiatisation des savoirs, nous donne l’occasion de jeter un regard particulier sur son œuvre en l’envisageant sous l’angle de l’innovation et en montrant notamment combien, dans son travail, l’idée de soutenir l’usage du numérique en éducation est étroitement associée à une ferme volonté de faire progresser l’éducation sous toutes ses formes.

2Même si le terme n’est pas toujours mis au premier plan dans ses travaux, la volonté d’accompagner, voire de provoquer le changement est bien présente. Pour illustrer cette préoccupation, nous nous appuierons essentiellement sur des travaux de recherche publiés par François Villemonteix au cours de ces dix dernières années.

3Ainsi les recherches sur les animateurs TICE (Technologie de l’information et de la communication en éducation) qu’il a notamment menées à l’occasion de sa thèse de doctorat (Villemonteix, 2007) l’ont amené à jeter un regard critique sur le discours résolument volontariste affiché par l’Éducation nationale française par rapport à la place des technologies en éducation. À cette occasion, François Villemonteix souligne de manière pertinente le rôle déterminant du passage du niveau national au niveau régional, voire municipal (pour le primaire) dans la prise de décision relative à l’équipement des établissements en matériel informatique alors que l’État conserve sa main mise sur les moyens humains en particulier la formation du personnel ainsi que sur les curricula et la certification.

4Par rapport à ce contexte où la prise de décision est éclatée entre différents niveaux de pouvoir, il s’attache à montrer le rôle particulier joué par un corps professionnel dont les contours sont difficiles à cerner. Ainsi, les animateurs TICE ont la charge depuis le milieu des années 1980 de la formation et de l’accompagnement des pratiques liées aux TICE sur le terrain. Il s’agit généralement d’enseignants placés sous la responsabilité des inspecteurs de l’Éducation nationale que François Villemonteix voit comme « des agents de changement chargés de soutenir l’innovation au plus près du terrain » (Villemonteix et Baron, 2012, p. 10) mais aussi, pour reprendre l’idée de Alter (2003), comme des agents d’institutionnalisation de l’innovation.

5Si nous nous intéressons aux modèles classiques utilisés pour analyser le processus d’innovation, la phase d’institutionnalisation à laquelle François Villemonteix fait référence peut être perçue comme la phase ultime, l’aboutissement des efforts pour installer un changement permanent au sein d’une institution ; sauf qu’aujourd’hui, on considère plus volontiers que le passage d’un usage pionnier à un usage extensif par la communauté éducative implique une phase de reculturalisation qui mobilise l’ensemble de la communauté éducative plutôt qu’un nombre limité d’acteurs clairement identifiés (Fullan, 2001 ; Depover et al., 2007). Si l’on se réfère aux conclusions d’un article paru en 2012 (Villemonteix et Baron, 2012), on peut penser que cette reculturalisation au sein du personnel enseignant est en bonne voie suite à la mise en place de dispositifs de certification en matière de TICE dans les systèmes de formation des enseignants. Même si, depuis la publication de cet article, on sait que la généralisation du certificat informatique et internet destiné aux enseignants (C2i2e) est loin d’avoir résolu tous les problèmes en matière de formation des maîtres dans le domaine des TICE, l’analyse de François Villemonteix reste néanmoins pertinente en ce qui concerne la nécessité de doter tous les enseignants d’une base de connaissances solide dans le domaine du numérique et de ses applications en milieu scolaire.

6À l’occasion d’études sur les usages du tableau numérique interactif, François Villemonteix s’interroge sur les processus d’innovation qui sont à l’œuvre dans l’appropriation de cette technologie en plaçant son analyse dans le cadre d’une approche systémique. Ce présupposé systémique l’amène à proposer un modèle d’analyse (AFRI pour axes, formation, ressources, implications) permettant de caractériser les relations « entre l’activité enseignante mobilisant une innovation technique et son environnement » (Villemonteix et Béziat, 2013, p. 8). Même si ce modèle est avant tout descriptif, il constitue sans nul doute un input intéressant pour analyser le contexte dans lequel un processus d’innovation se met en place, mais aussi pour mieux comprendre l’origine des freins susceptibles de perturber la dynamique de changement.

7Plus particulièrement en ce qui concerne le tableau numérique interactif, l’application du modèle sur un corpus d’enseignants soumis à des entretiens a permis de mettre en évidence, comme le souligne la littérature dans le domaine (Somekh et al., 2007 ), que les enseignants s’appuient sur leurs pratiques de classe pour définir les usages du TNI qu’ils mobilisent, mais aussi qu’ils développent des pratiques nouvelles « qui les amènent le plus souvent à reconsidérer certains aspects pédagogiques et didactiques de leur pratique de classe. » (Villemonteix et Béziat, 2013, p. 24). Comme c’est généralement le cas en prolongement aux travaux de recherche menés par ces auteurs directement impliqués dans la formation des maîtres, l’article sur le tableau numérique interactif se termine par une série de recommandations concernant la nécessité de développer des compétences techniques par rapport aux dispositifs mobilisés, mais aussi de développer une analyse réflexive sur les pratiques éducatives mobilisant les TICE si l’on veut favoriser leur usage pertinent en classe.

8Dans le même esprit, les travaux menés sur les tablettes (Villemonteix et Nogry, 2016) s’inscrivent dans le cadre d’une approche systémique visant à cerner les contraintes pesant sur l’usage des tablettes en classe. Ces contraintes ont été plus particulièrement étudiées dans le cadre du projet intitulé Expérience tablette tactile à l’école primaire (ExTaTE) initié par le ministère de l’Éducation nationale français (Villemonteix et al., 2014). La mise en évidence de ces contraintes à l’occasion d’une étude menée sur dix enseignants et impliquant des entretiens, des observations et des questionnaires a permis de montrer que certaines de ces contraintes étaient partagées avec les autres technologies exploitées en classe, mais que d’autres étaient plus particulièrement liées à l’usage des tablettes. La clarification de ces contraintes devrait sans nul doute aider à accompagner le changement au sein des classes en permettant aux chercheurs, mais aussi aux prescripteurs, de développer des stratégies d’innovation plus en accord avec les attentes du milieu.

9Poursuivant ses travaux sur les artefacts technologiques les plus actuels, François Villemonteix s’est également intéressé aux tables tactiles et plus particulièrement à un prototype développé par l’Université de technologie de Compiègne et désigné par l’acronyme Tatin (Table tactile interactive). Comparée aux outils personnels comme la tablette, la table tactile est conçue pour être utilisée à plusieurs et permet dès lors l’étude des processus de collaboration au sein d’un espace favorisant leur mise en œuvre. Comme l’indique un article paru en 2018 (Tucker, Gidel et Villemonteix, 2018), ce programme de recherche qu’il avait initié avec deux de ses collègues s’appuie sur une méthodologie basée sur l’observation dans le cadre de tâches précises et clairement circonscrites. Comme dans ses travaux antérieurs, le souci d’assurer à l’occasion de cette recherche une rigueur extrême dans la prise d’informations tout en préservant le mieux possible l’authenticité des situations est révélateur de sa posture épistémologique : un pied dans le terrain et l’autre dans la recherche, sans concession à aucun niveau.

10Comme nous pouvons le constater à travers les travaux évoqués dans cette contribution, le regard posé par François Villemonteix sur ce qu’on appelle aujourd’hui le numérique, terme qui remplace désormais l’expression « Technologie de l’information et de la communication en éducation » largement diffusée ces vingt dernières années, est double, voire triple. C’est tout d’abord celui du chercheur qui s’applique à modéliser ses observations et ses interventions, c’est aussi celui de l’homme de terrain qui considère que le numérique a toute sa place à l’école et, enfin, celui du citoyen fervent défenseur de l’école républicaine qui voit dans le numérique l’occasion d’offrir de nouvelles opportunités d’apprentissage ouvertes à tous. C’est ce souvenir que nous garderons de François en pensant, comme le disait Georges Brassens, que jamais son « trou dans l’eau ne se refermera » et que son œuvre scientifique nous éclairera encore durant de nombreuses années.

Haut de page

Bibliographie

Alter, N. (2003). L’innovation ordinaire. Paris : Presses universitaires de France.

Depover C., Strebelle, A., De Lièvre, B. (2007). Une modélisation du processus d’innovation s’articulant sur une dynamique de réseaux d’acteurs. Dans M. Baron, D. Guin et L. Trouche, (dir.), Environnements informatisés et ressources numériques pour l’apprentissage (p. 137-160). Paris : Hermes-Lavoisier.

Fullan, M. (2001). The New Meaning of Educational Change. New York : Teachers College.

Somekh, B., Haldane, M., Jones, K., Lewin, C., Steadman, S. et Scrimshaw, P. (2007). Evaluation of the primary schools whiteboard expansion project. Report to the Department for Education and Skills. London : BECTA.

Tucker, A., Gidel,T. et Villemonteix, F. (2018). Apprendre à collaborer : l’utilisation des tables tactiles pour les projets pédagogiques. Confere’18, Budapest.

Villemonteix, F. (2007). Les animateurs TICE à l’école primaire : spécificités et devenir d’un groupe professionnel. Analyse de processus de professionnalisation dans une communauté de pratiques en ligne (thèse de doctorat, Université Paris Descartes, France).

Villemonteix, F. et Baron, G,-L (2012). L’informatique à l’école : le modèle du « pair-expert » en mutation ? Recherches en éducation, 6(16), 1-14.

Villemonteix, F. et Béziat, J. (2013). Le TNI à l’école primaire : entre contraintes et engagement, Sticef, 20.

Villemonteix, F., Hamon, D., Nogry, S., Séjourné, A., Hubert, B. et Gélis, J.-M. (2014). Extate : Expérirence tablettes tactiles à l’école primaire. Université Cergy-Pontoise, Ministère de l’Éducation Nationale.

Villemonteix, F. et Nogry, S. (2016). Usages de tablettes à l'école primaire : quelles contraintes sur l'activité pédagogique ?, Recherche et formation, 81, 79-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Depover, « Réflexions sous forme d’hommage sur la manière dont François Villemonteix a incarné l’idée d’innovation dans ses travaux »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 29 | 2020, mis en ligne le 30 mars 2020, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/dms/4957 ; DOI : https://doi.org/10.4000/dms.4957

Haut de page

Auteur

Christian Depover

Université de Mons (Belgique)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals