Navigation – Plan du site

Éditorial

Émilie Remond, Philippe Dumas et Daniel Burgos

Texte intégral

  • 1 Charlier, B., Deschryver, N. et Peraya, D. (2006). Apprendre en présence et à distance : une défini (...)

1Au moment où nous finissions de rédiger notre appel à communications, nous étions loin de nous douter que nous clôturerions le numéro dans un contexte inédit du « tout à distance ». Contraints du jour au lendemain d'assurer la continuité pédagogique, nos collègues, nos étudiants, nos institutions ont fait preuve de créativité, d'adaptabilité et de souplesse. Nous le savons tous : si de nombreux outils préexistaient à la crise, la communauté universitaire n'a pas basculé sans heurts dans l'enseignement en ligne. Une des particularités de la conjoncture présente est que non seulement le monde universitaire a été touché, mais aussi l’ensemble des activités économiques et culturelles de la planète. « Distanciation » est devenu un mot-clé de la vie de tous les jours et du discours politique. La situation a tout autant permis de découvrir de nouveaux outils efficaces et pertinents qu'elle a démontré ses limites en termes organisationnels, matériels, techniques ou pédagogiques. Que restera-t-il de cette expérimentation contrainte ? De nouveaux usages, de nouvelles propositions émergeront certainement et participeront à ces évolutions des formations vers l'hybridation dont nous avons voulu rendre compte dans ce numéro. Ainsi, une actualité exceptionnelle a mis à l’ordre du jour la tendance que l’on évoquait dans l’appel à communications de DMS : « depuis le début des années 2000, des dispositifs articulant des phases de formation en présentiel et des phases de formation à distance soutenues par un environnement technologique se développent au sein des établissements d’enseignement supérieur. Ces dispositifs, qualifiés d’hybrides, présentent comme caractéristiques majeures […] l’articulation présence-distance et l’intégration des technologies pour soutenir le processus d’enseignement apprentissage » (Charlier, Deschryver et Peraya, 2006, p. 474)1. Convergence, complémentarité ou remplacement sont les termes qui caractérisent la problématique actuelle de l’émergence incontestable de l’impératif de distanciation sociale dans la formation comme dans la vie économique et culturelle.

2L’enseignement supérieur ne part pas de rien. Ces dernières années, les incitations institutionnelles furent nombreuses et se formalisèrent dans des appels à projets dédiés à la « transformation des pratiques ». Mais la formation hybride n’est pas une nouvelle mode pédagogique. Elle se caractérise par son exigence, par l'implication qu'elle requiert et par la complexité de sa conception. C'est ce dont les articles que nous vous proposons aujourd'hui rendent compte, à travers des cas concrets au sein de différentes universités françaises. Ces textes s’inscrivent tous dans une démarche de recherche-action. Ils témoignent ainsi non seulement d’une actualité pédagogique vive, mais aussi d’une recherche in progress, qui se fait au contact des terrains. Bien qu’ils aient été écrits dans les mois qui ont précédé la pandémie de Covid19, nous espérons que le lecteur trouvera ici des pistes de réflexion à la mise en œuvre de formations hybrides alliant qualité et efficience pédagogique dans un contexte social et économique bouleversé.

Au fil des textes

3L’article de Rawad Chaker et Claire Polo présente un dispositif innovant pour répondre à l'échec dans l'enseignement supérieur. Le dispositif mixte CLEFS (« créer, lire, écrire et faire de la science pour l'université ») proposé à l’Université de Lyon alterne des cours en présentiel et un accompagnement à distance pour des étudiants de première année en difficulté. La base de ce projet repose sur des principes didactiques visant l'implication des étudiants : pédagogie dialogique permettant l'échange avec l'enseignant et la collaboration entre étudiants, activités favorisant la réflexivité, ou encore démarche d'investigation… Cependant, l'étude menée révèle les difficultés à engager les étudiants dans un dispositif qui s'éloigne des formes traditionnelles de l'enseignement universitaire. Ainsi, les auteurs de l'article ne peuvent conclure à un effet de l’accompagnement mixte sur le décrochage. Le profil des étudiants pourrait expliquer que l'autonomie demandée par le travail à distance n'est pas préalablement acquise, renvoyant ainsi le problème à son point de départ. Les entretiens collectifs menés auprès des étudiants permettent d'éclairer les freins à leur mobilisation : travail à distance vécu comme chronophage ou dont l'utilité n'est pas immédiatement perçue, besoin d’un lien renforcé entre les temps de distance et le présentiel, difficultés matérielles … Dans une démarche itérative de recherche-action, l'article s'achève sur des pistes d'amélioration : renforcement de l'animation de la plateforme grâce au tutorat, plan de formation… Il serait intéressant de voir dans le temps les évolutions de ce dispositif qui se construit progressivement, à l'usage.

4L’étude d’Elke Nissen est fort instructive dans la mesure où elle interroge justement les paramètres déterminants dans la perception des étudiants d'une articulation réussie entre distanciel et présentiel. Pour qu'une formation combine de façon cohérente le présentiel et le distanciel, plusieurs facteurs apparaissent indispensables : le scénario de communication, l'unité de l'ensemble du dispositif et les activités pédagogiques proposées, l'évaluation et le facteur temporel. L’enquête menée valide ces paramètres en prenant en compte la perception des étudiants qui motivent nos actions professionnelles. L'auteur conclut sur l'importance d'un appui institutionnel, notamment pour formaliser et pérenniser les activités menées à distance. Outre le fait que ce texte prend en compte la perception de notre public, il démontre encore la complexité de la conception d'une formation hybride qui se doit d'articuler les savoir-faire pédagogiques, didactiques et communicationnels. Preuve en est, une fois de plus, de l'exigence et de l'expertise requises pour la mise en œuvre d'une formation hybride décloisonnant distance et présence dans un continuum d'activités cohérentes.

  • 2 Ou PAP en français pour « prenez vos appareils personnels », selon l’Office Québécois de la Langue (...)

5Si les contenus de cours jusqu'ici présentés ne requièrent pas de matériel spécifique et s’imaginent donc aisément à distance, qu'en est-il des travaux pratiques dans les formations scientifiques ? L'article d’Aymeric Bouchereau et de Ioan Roxin aborde cette question en présentant un dispositif d'apprentissage combinant expérimentation en présentiel et laboratoire à distance. Les auteurs décrivent ainsi la façon dont les objets connectés du quotidien (comme les smartphones) peuvent servir à la médiation des savoirs scientifiques. Tout comme dans les articles précédents, le recours au numérique lors d’activités asynchrones et à distance vise à compléter la formation en présentiel. En présentiel, le smartphone devient un instrument de mesure, permettant à chaque étudiant de collecter individuellement des données qui peuvent être discutées avec l'enseignant. À distance, les étudiants accèdent à un environnement virtuel où ils peuvent visualiser les mesures prises par les instruments d'un laboratoire. Autant par l'usage du BYOD Bring Your Own Device2 – que par la mise en place d'un laboratoire à distance, les coûts sont réduits sans renoncer à une expérience sensible qui s’exerce aussi en dehors des murs de l'université. Certes, certaines questions restent non résolues : hétérogénéité des équipements personnels, encadrement des usages, sécurité, chiffrage des données … Il n'en reste pas moins que le dispositif est prometteur en proposant des travaux pratiques à distance et en s’affranchissant des contraintes de manipulation physique et de matériels.

6Pour conclure sur les contributions de nos auteurs à ce numéro, nous vous présentons un retour d'expérience d’apprentissage rapportée par Audrey Knauf et Julien Falgas et impliquant le numérique. Conduites à l’Université de Lorraine auprès d’étudiants de master en information-communication, ces expérimentations s'appuient sur un dispositif de navigation web contributive, needle, développé au sein même de l'université. Needle se veut une alternative aux produits numériques globalisés, tels que les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux. Ce faisant, cette solution open source permet de susciter la réflexion sur un usage raisonné de tels outils. La prise en compte des enjeux éthiques contribue sans nul doute à la mobilisation des étudiants, considérés comme des « consom’acteurs » conscients de la portée de leur choix. La dimension collaborative participe à la co-construction des apprentissages au cours desquels l'enseignant devient formateur. La simplicité de l'outil et son originalité sont enfin reconnues par les étudiants, soulignant l'importance de l'expérience utilisateur dans la conception. Audrey Knauf et Julien Falgas décrivent ainsi les exigences requises pour la mise en œuvre de dispositifs hybrides efficaces : de la recherche-développement dès la naissance du projet à une pratique mobilisant le collectif.

7Enfin, en complément à ces articles, le dossier fournit deux ouvertures sur la perception internationale du phénomène d’hybridation et une réflexion sur la nature intrinsèque de l’hybridation.

Entretien avec la Professeure Belinda Tynan : un voyage à travers l’EAD

8Ce numéro spécial consacré à la formation à l’heure de l’hybridation n’aurait pas été complet sans le témoignage d’un expert au regard surplombant. La Professeure Belina Tynan, par les fonctions qu’elle a occupées au sein de différentes organisations internationales, nous offre le récit avisé de son parcours à travers l’EAD. Des « écoles des ondes » qui ont permis, dès les années 1950, aux petits Australiens des zones reculées du pays d’accéder à l’éducation jusqu’à une vision futuriste d’une université littéralement ouverte à tous, le chemin est pavé d’intentions humanistes et de difficultés. Les différentes politiques en matière d’hybridation restent toujours lues selon des contextes idéologiques et économiques dans lesquels les enjeux de pouvoir ne sont pas exempts. De même, l’hybridation ne constitue pas une pédagogie en soi : elle en est l’interprétation. L’hybridation est ainsi intimement liée à l’identité professionnelle de l’éducateur qui est nourrie par les traditions et le système dans lequel il évolue. Les réflexions que nous menons aujourd’hui ne sont pas récentes et la Professeure Belinda Tynan nous rappelle, avec sagesse, humilité et bienveillance, que ce qu’elle nomme la « science de l’apprentissage » doit être estimée à sa juste valeur.

Notes de lecture : de la notion d’hybridation ici et ailleurs

9Suite à cet entretien, nous continuons le voyage — en Asie cette fois — à travers une note de lecture proposée par le Professeur Daniel Burgos. Cette note présente les actes de la Cinquième Conférence Internationale sur le e-learning, l’éducation et la formation en ligne (eLEOT) qui s’est tenue à Kunming (Chine) en août 2019.

10Ces actes de conférence proposent un panel de dispositifs formels et informels applicables en situation d’hybridation. Les textes dressent ainsi une cartographie des usages en la matière dans un contexte asiatique, tout en apportant des pistes de mises en œuvre exploitables ailleurs.

11Une seconde note de lecture offerte par le Professeur Philippe Dumas permet d’interroger la notion même d’hybridation. L’ouvrage collectif « L’hybridation des mondes : territoires et organisations à l’épreuve de l’hybridation » (2016) n’est pas directement lié à la formation à distance. Il interroge davantage le concept d’hybridation selon différentes perspectives qui en multiplient les regards. Cette note de lecture permet de mettre en perspective l’hybridation selon plusieurs entrées : anthropologique, géographique, sociologique, communicationnelle, culturelle… Le texte apparait ainsi comme une mise en abyme d’une réflexion elle-même hybride dans son approche.

Débat-discussion

12Le débat initié par Daniel Peraya et Claire Peltier dans le précédent numéro de DMS autour de la question des facteurs d’évolution des modèles et des pratiques d’ingénierie pédagogique se poursuit avec la contribution de cinq auteurs (deux textes individuels, un texte collectif), Emmanuelle Villiot-Leclercq, Pierre-André Caron, Romain Laurent, Philippe Dessus et Dominique Vaufreydaz. Compte tenu des événements exceptionnels survenus ce printemps, les contributeurs ont été invité à intégrer à leur réflexion quelques considérations relatives aux contraintes imposées au monde éducatif par la situation pandémique que nous connaissons. S’il est bien sûr trop tôt pour en tirer des conclusions sur les effets que cette situation très particulière sera susceptible d’avoir sur les pratiques de conception, d’ingénierie, d’enseignement et d’apprentissage, il est toutefois intéressant, dans cette perspective, de « prendre le pouls » de spécialistes impliqués de longue date dans la formation entièrement ou partiellement à distance.

13Pour conclure, il faut nous souvenir que l’étymologie et les usages nous disent qu’une hybridation est bien un phénomène métabolique essentiel à la vie. « L’hybridation c’est la vie ! » (Daniel Bougnoux, dans « L’hybridation des mondes : territoires et organisations à l’épreuve de l’hybridation »). Mais la propriété de l’hybridation est de produire de nouvelles formes, espèces ou cultures. La question reste ouverte ici de reconnaître si l’hybridation présence-distance a produit ou produira de nouvelles formes pédagogiques.

Haut de page

Notes

1 Charlier, B., Deschryver, N. et Peraya, D. (2006). Apprendre en présence et à distance : une définition des dispositifs hybrides. Distances et savoirs, 4(4), 469-496. Récupéré de : https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2006-4-page-469.htm

2 Ou PAP en français pour « prenez vos appareils personnels », selon l’Office Québécois de la Langue Française, Grand dictionnaire terminologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Remond, Philippe Dumas et Daniel Burgos, « Éditorial »Distances et médiations des savoirs [En ligne], 30 | 2020, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/dms/4961

Haut de page

Auteurs

Émilie Remond

Articles du même auteur

Philippe Dumas

Articles du même auteur

Daniel Burgos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals